Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Archive for décembre 2008

D’autres voix juives s’élèvent contre l’agression israélienne

Posted by quebecsocialiste le 30 décembre, 2008

Une autre organisation juive pour la paix, "Les Voix Juives pour la Paix", a tenu à faire savoir au monde qu’elle est opposée au massacre systématique du peuple palestinien par Tsahal et qu’Israël ne représente nullement leurs intérêts ou leurs idéaux. De quoi faire dresser les cheveux sur la têtes des membres d’organisations comme le "Comité Québec-Israël", une organisation sioniste basée à Montréal qui supporte aveugélement le terrorisme étatique meurtrier d’Israël:

Déclaration de Voix Juives pour la Paix sur les attaques de Gaza

Les Voix Juives pour la Paix se joignent aux millions de voix dans le monde, en incluant les 1000 Israéliens qui ont protesté dans les rues de Tel-Aviv cette fin de semaine, pour condamner les attaques qui ont lieu en ce moment sur Gaza.

La lente strangulation de Gaza par le blocus a causé une très profonde souffrance au 1,5 million de personnes à Gaza à cause du manque de nourriture, d’électricité, de pièces de rechange pour les stations de traitement de l’eau et de matériels médicale. C’est une violation des lois humanitaires et a été largement condamné de par le monde.

Pour résister à cette strangulation, le Hamas a repris le lancement de fusées et de mortiers depuis Gaza vers le sud d’Israël, en visant directement des civils, ce qui est aussi un crime de guerre. Au fil des ans, ces fusées, pauvrement construites, ont été responsables de la mort de 15 Israéliens depuis 2004.

Chaque pays, Israël inclut, a le droit et l’obligation de protéger ses citoyens. Le récent cessez-le-feu entre Israël et le Hamas à Gaza a montré que les accords diplomatiques sont la meilleure protection de la vie des civils.

De plus, les bombardements aériens massifs Israéliens ont été brutaux et sans discrimination. En seulement deux jours, le nombre de morts connu est proche de 300, et les attaques continuent. En ciblant les infrastructures d’une région très densément peuplée, Israël était certain de faire de très nombreuses victimes parmi cette population très vulnérable qui souffre déjà.

Cette destruction massive de vies Palestiniennes ne protégera pas les citoyens d’Israël. Cette action est illégale et immorale et doit être condamné avec les termes les plus durs possible. Et cela menace d’enflammer la CisJordanie (West-Bank) et de raviver les autres feux qui brûlent au Moyen-Orient et au-delà, pour les années qui viennent.

Le moment de cette attaque, pendant les derniers jours d’une administration US qui a soutenu une politique catastrophique envers le Moyen-Orient et pendant la préparation d’une élection Israélienne, suggère un agenda opportuniste pour des gains politiques à court terme et un coût immense en vies Palestiniennes. Sur le long terme, cette politique ne profitera à personne, excepté ceux qui tirent toujours des profits de la guerre et de l’oppression. Seule une paix juste et durable, obtenue par des accords négociés, peut fournir aux Palestiniens comme aux Israéliens la sécurité qu’ils désirent et méritent.

28 Décembre 2008

http://www.jewishvoiceforpeace.org/publish/article_1146.shtml

Traduction d’Alain

Source

Posted in Communiqué, Israël, Palestine, Sionisme | 25 Comments »

Le pseudo-journaliste s’en prend indirectement à la gauche, encore…

Posted by sylvainguillemette le 30 décembre, 2008

http://images.sympatico.ca/images/Feeds/transcontinental/Elle_Quebec/zmarti91947.jpg

Connaissez-vous Richard Martineau? Ce pseudo-journaliste raciste est le personnage populiste du Québec et l’un des plus grands défenseurs de la «D- Droite» en général, même si celle-ci est souvent accompagnée d’impertinence patente et d’échecs incalculables depuis déjà plus d’un siècle.

À la veille de remplacer Jeff Fillion qui lui, prenait Martineau pour cible il y a moins de dix ans, Richard le défenseur de terrorisme états-unien s’en est encore pris à la gauche, tentant malgré les faits contradictoires de faire des liens entre les partis de gauche et les racistes comme Jean-Marie LePen et Robert Faurisson qui sévissent en France. Liens subtiles, peut-être, mais les intentions y étaient.

Tel un arabophobe enragé -qui ferait rougir les terroristes à la tête d’Israël-, ce dernier a déjà tenté de relier Amir Khadir au dirigeant extrémiste et islamiste iranien, mais en vain. Car la vérité, elle, a triomphé et démenti les propos haineux et racistes du chevalier blanc Martineau. Amir est laïc!

http://www.dummiz.com/img/cafe/bush.jpg

MON AMI BUSH

Négationniste –des crimes états-uniens et israéliens-, arabophobe, militant de droite –malgré qu’elle ait plantée l’économie comme elle le fait à tous les 30 ans et qu’elle soumette sa facture –bourgeoise- aux contribuables sur lesquels pisse Martineau!-, a contesté les faits et les crimes qui arrosent Bush et les siens.

En décembre 2008, Richard Martineau a écrit qu’Amir Khadir pourrait se réjouir des exécutions d’homosexuels en Iran, pays islamiste avec à sa tête, un gouvernement démocratiquement élu -islamiste-. Amir Khadir est laïc!

En décembre 2008, Martineau l’islamophobe s’en prend à Amir Khadir, et la gauche, parce que ces derniers lancent des chaussures -à l’irakienne- sur le portrait d’un tueur de masse, d’un terroriste en liberté et d’un tortionnaire d’enfant-soldat. Ce faisant, Martineau ne prend même pas la peine de se positionner et de condamner les crimes contre l’humanité et les crimes de guerre qu’a commis son copain islamophobe Bush.

En 2008, encore, Martineau et l’une de ses amies, collègues sinon, Johanne Turcotte -la tarte qui a fait le pseudo-documentaire des lucides, lequel ne présentait que des points de vues anti-gauche, soit des opinions sans le moindre argumentaire à l’appui-, cassent du sucre sur le dos de Québec-solidaire et s’en prennent à Amir Khadir, disant que la gauche aura maintenant à argumenter ses propositions. Or ici, j’invite touts les lecteurs à juger d’eux même les arguments prônés par nos adversaires de droite, lesquels ont tout au long de l’année; dit que les changements climatiques étaient un complot socialiste, défendu les crimes de guerres des États-Unis et d’Israël, créant des doubles-mesures à n’en plus finir et encore, défendu leur système capitaliste qui ma foi, a disjoncté encore une fois sous le regard impuissant des prolétaires qui en paieront la note!

Bref, ce pseudo-journaliste est une merde! Un défenseur du terrorisme, des crimes de guerre, des crimes contre l’humanité, de la torture, des Armes de Destruction Massive –si elles sont possédées et utilisées par ses copains de Washington ou ceux de Tel-Aviv-, des coups d’État, des dictatures imposées par ses copains de Washington, des assassinats politiques envers la « méchante gauche » et bien sûr, du capitalisme qui encore une fois, n’a pu que démontrer ses échecs face à l’argumentaire d’un marxiste plus que centenaire et qui bien entendu, pourra être considéré comme le plus grand vol de l’histoire de l’humanité –les prolétaires paieront la facture des faillites privées des bourgeois-!

Si ces crimes avaient été commis par des gens de gauche, monsieur Martineau se serait enfin gelé le cul à lancer des godasses sur quelque chose de pertinent, mais ce n’est pas le cas! Ces crimes sont bel et bien commis par SES COPAINS, dont BUSH!

UNE MAUVAISE BLAGUE

Ce n’est pas tout, imaginez-vous donc que malgré tous les échecs flagrants du capitalisme à partager les richesses, ou même à concevoir un plan humain qui pourrait s’épanouir sur la surface du globe –plusieurs planètes Terre de ressources seraient nécessaires pour globaliser le modèle «parfait» des capitalistes-, que malgré tous les crimes qui y sont reliés, de par l’impérialisme qui découle, comme prévu, du capitalisme, il y a encore de ces serviteurs de tyrans, comme Martineau, pour défendre l’indéfendable!

LA POPULISME PREND LE DESSUS SUR LE BON SENS

Il fut un temps –l’époque de Jeff Fillion- où l’on pouvait penser que Richard Martineau rapportait des faits marquants, parfois loufoques, mais certes unificateurs. Cette époque semble révolue.

Le pseudo-journaliste a laissé son masque pour montrer son vrai visage islamophobe et raciste, sans oublier son côté défenseur de crimes contre l’humanité. Martineau a démontré à tous les québécois qu’il n’était en foin de compte, qu’un serviteur de la D-Droite, un serviteur de bourgeois. Malgré les multiples morts de ce système, Martineau n’en démord pas. Il défend les exploitants des attaques des exploités, quitte à dévoiler son visage islamophobe et arabophobe.

Pour arroser le Québec de son idolâtrie vis-à-vis les criminels de guerre et les terroristes que sont les dirigeants d’Israël et des États-Unis, monsieur Martineau tente de détourner l’attention en arrosant son ennemi de toujours, Dieudonné. Ainsi, il pointe certes, un homme qui entretient de drôles de relations, mais démontre son fanatisme envers ce dernier et le fait qu’il n’a toujours pas digérée sa cuite. Mais encore, Martineau et sa D-DROITE se retrouvent encore à défendre, alors qu’un massacre israélien se déroule en ce moment même en Palestine, les criminels de guerre et les pourfendeurs des droits humains que sont les États terrorisants de Washington ou de Tel-Aviv.

Le masque est tombé, Martineau n’est qu’un soldat de sa bourgeoisie minoritaire et n’a aucunement l’intention de jouer la neutralité journalistique dont devraient se prémunir tous journalistes de quelconque acabit.

Avant, on pouvait croire que Martineau défendait des injustices, mais depuis des lustres déjà, on peut confirmer sa « justice sélective».

Aujourd’hui, plus personne ne peut croire ce pseudo-journaliste partial, qui d’ailleurs pour les prolétaires québécois, ne devrait être considéré que comme un traître et un servant de nos exploitants, ceux même qui pillent actuellement nos fonds publics et qui ont hypothéqué l’avenir de nos enfants et futurs petits-enfants. Que l’on parle de l’environnement ou de la justice sociale, la D-DROITE que défend monsieur Martineau à travers ses torchions racistes et sélectifs, est purement responsable et doit aujourd’hui avoué ses torts et ses échecs.

Les communicateurs qui l’inviteront à leur tribune, les producteurs qui financeront ses torchons et les gens qui liront ses torchons le feront en toute connaissance de cause, en sachant qu’ils donnent la parole et leur argent à un raciste qui copine et défend le terrorisme étatique des États-Unis et d’Israël, de par son arabophobie et son islamophobie.

Les gens qui liront ses torchons racistes et anti-gauche –sans toutefois soumettre quelconque argument sur la gauche*-, sauront désormais que c’est un défenseur de doubles-mesures constant et que ce dernier défend bel et bien le modèle actuel ayant fait défaut plus d’une fois dans son histoire.

Monsieur Martineau a défendu des doubles-mesures, critiquant les exécutions d’Iran, et donnant ainsi légitimité à une intervention militaire états-unienne ou israélienne, toute aussi illégale que celle de l’Irak, alors que les États-Unis exécutent encore plus d’êtres humains et qu’ils maintiennent dans la pauvreté, justement, les minorités ethniques de leur propre pays.

Mais pire encore, ce pseudo-journaliste qui lèche le derrière adoré de son bourgeois, tente de nous accoler à nous, la gauche, des liens avec ces extrémistes de droite alors qu’il défend lui-même un racisme plus qu’évident envers les arabes et qu’il ne saurait argumenter quelconque proposition venant de la gauche.

Martineau est un incompétent et la seule raison pour laquelle il a un emploi, c’est qu’il défend les intérêts de la bourgeoisie, et donc ceux de la classe dirigeante qui se préparent à commettre de nouveaux crimes, cette fois en Iran.

Double-mesure, dis-moi, dis-moi qui suis-je! Richard Martineau n’est que le nouveau Robert Ménard de ses bourgeois, point final!

*Et n’essayez pas de débattre avec RIRI le clown, car la censure de ce pseudo débatteur vous guète!

Posted in Article | 23 Comments »

Barbarie terroriste sioniste à Gaza

Posted by quebecsocialiste le 28 décembre, 2008

 Je dois vous l’avouer, chers lecteurs et lectrices, que j’aimerais ne jamais avoir à écrire d’article comme celui-là. Malheureusement, la folie humaine qu’est la guerre me force à le faire, ne serait-ce qu’en mémoire des victimes de la barbarie humaine, en l’occurrence cette fois-ci: Le peuple de Gaza subissant le terrorisme étatique de Tsahal, l’armée génocidaire israélienne.

 En seulement deux jours, l’armée terroriste israélienne a massacré pas moins de 300 civils et en a blessé (lire mutilé) plus de 900 autres (selon le dernier bilan de la Croix-Rouge locale) grâce aux bombardements intensifs de son aviation terroriste "Made in USA". Ce bilan risque de s’alourdir assez rapidement, même en supposant que les hostilités cesse d’un seul coup (ce qui est peu probable), puisqu’à cause du blocus barbare et illégale (constituant un crime de guerre selon la convention de Genève sur les droits humains, avec laquelle Israël et ses alliés se torchent jour et nuit), Gaza n’a plus accès au médicaments de première nécessité! Un responsable de l’ONU pour les droits humains à Gaza a même affirmé que le blocus israélien rendait la situation humanitaire là-bas est tellement catastrophique qu’ils étaient dernièrement obligés de faire transiter les médicaments et le matériel humanitaire à Gaza via les tunnels "de contrebande" la reliant à Rafah, en Égypte! Et devinez quoi? Israël se vante d’avoir bombardé ces tunnels aujourd’hui même! Bande de salopards! Je cite une autre fois le responsable onusien: "La situation humanitaire à Gaza est catastrophique, plusieurs civils ont été tués et les actes sanglants d’Israël constituent clairement des crimes de guerre"

 Ceci étant bien noté de la main d’un responsable de l’ONU pour les droits humains, quelles sont les actions posées par la supposée "communauté internationale" pour remédier à la situation et faire cesser ce massacre perpétré par le régime d’apartheid sioniste? Absolument rien du tout! Ceci, chers lecteurs, n’est ni plus ni moins qu’une cruelle farce, une insulte crachée directement au visage des victimes! Alors que l’Union Européenne complice, l’Union Africaine, l’ONU et la Ligue Arabe condamnent du bout des lèvres les bombardements criminels de Gaza par Tsahal et demandent timidement un arrêt immédiat des bombardements, ainsi que tout acte de guerre des deux côtés, le gouvernement sioniste (c’est bien ce qu’il est, puisqu’à peu près aucune autre tendance du judaïsme ou aucun autre groupe idéologique n’a de voix dans la farce "démocratique" qu’est la Knesset, le "parlement" israélien) a eu l’arrogance aujourd’hui de dire ceci: "Cette bataille sera très longue et très épuisante pour nous, mais nous ne cesseront pas l’opération." (le premier ministre corrompu Ehoud Olmert qui devrait, si la logique s’appliquait à ce gouvernement, ne plus se trouver là depuis un bon moment déjà) "Israël doit tout faire pour ne pas céder aux pressions internationales qui la somment d’arrêter sa réplique aux terroristes du Hamas." (Tzipi Livni, ministre des affaires étrangères d’Israël, possiblement la prochaine première ministre israélienne et ancienne terroriste poseuse de bombes pour les services secrets terroristes israéliens (le Mossad), qui fait un doigt d’honneur au monde entier sur la question des droits humains) (l’Irak a été envahi pour moins que ça déjà) "L’opération "plomb durci" a été planifié avec soin et ne s’arrêtera pas tant que le Hamas et ses supporters ne seront pas à genoux devant nos forces armées." (Ehoud Barak, ministre israélien de la défense dont le #2 de son ministère a déjà affirmé vouloir "appliquer un holocauste aux chiens de Gaza", qui insinue ici que les opérations ne cesseront pas tant que le peuple de Gaza ne sera pas à genoux devant son armée de lâches tueurs d’enfants)… rappellons que les responsables de l’armée terroriste israélienne ont bel et bien pris le "soin" de lancer leur offensive aérienne au moment précis où les enfants palestiniens quittaient leurs écoles pour regagner leurs maisons, fauchant ainsi plusieurs d’entre-eux… je ne commenterai pas ce "soigneux timing" de l’armée israélienne dans ce texte, laissant plutot aux lecteurs le soin de juger des intentions de l’armée israélienne dans ce geste qui ne saurait être interprété de plusieurs façons…

Quelle a été la réponse de la supposée "communauté internationale", d’habitude si dure envers le régime théocratique d’Iran, envers cet affront clair et net? A-t-elle sorti les sanctions économiques, comme elle l’a fait pour l’Iran et jadis pour l’apartheid sud-africain? Non. La supposée "communauté internationale" se l’est fermé et a pris son trou, sans la moindre raison valable. Du "grand courage" les gars! Ce n’est surtout pas comme si vous donniez le mauvais exemple aux autres dictatures de la planète, particulièrement des fautifs réguliers comme l’Arabie-Saoudite, le Soudan, le Tchad, la Géorgie, le Myanmar (ex-Birmanie) et le Turkménistan (entre autres)… en fait oui, vous leur envoyez réellement le mauvais message!! Les droits humains, ce n’est pas un principe à deux voies, ça devrait être un principe à sens unique que tout le monde devrait respecter!! Il semblerait malheureusement que certaines personnes à l’ONU n’ont pas encore saisi ce concept pourtant simple après soixante ans d’application (par favoritisme des grandes puissances) de la charte universelle des droits et libertés de l’homme…

Quant à notre chère "presse libre", ce n’était pas mieux. Sur le site internet de RDI, le gros titre du premier article (paru hier matin) dédié à la couverture "impartiale" de ce conflit se lisait comme suit: "Israël riposte"… riposte à quoi?! Les palestiniens!? Israël a violé le cessez-le-feu entre lui et le Hamas (qui a pris fin la semaine dernière) pratiquement à chaque semaine depuis son entrée en vigueur en juin dernier! C’est pas une agression ça? Pendant que le Hamas (bien que je n’appui pas l’idéologie sectaire et obscurantiste de cette organisation) respectait la trêve, Israël ne l’a absolument pas respecté! Israël a continué, tout au long de la supposée "trêve", à violer l’espace aérien de Gaza, a utilisé sa marine dans le but clair d’empêcher les pêcheurs de Gaza d’aller accomplir leur travail pour ainsi essayer de faire vivre leurs familles, a rajouté de nouveaux "checkpoints" non seulement en violation de la trêve, mais aussi en violation totale de la "feuille de route" débile écrite sous la supervision de la criminelle secrétaire d’état états-unienne Condoleeza Rice en faveur d’Israël, lors de la ridicule conférence illégitime d’Annapolis en novembre 2007 et qui promettait un état palestinien indépendant pour… MAINTENANT!!!! Déclaration de Bush+ Olmert+ Abbas= BULLSHIT!! Le deuxième article (paru ce matin) arborait quant à lui le gros titre suivant: "Israël maintient la pression"… ce titre me laisse perplexe… j’ai pensé à un petit détail, juste comme ça: Si, disons de manière totalement hypothétique, la Chine envahissait la Thaïlande et qu’elle tuait 2000 personnes (soldats  et civils thaïlandais inclus) en une semaine (c’est là qu’on se dirige si Israël continu de "maintenir la pression" comme elle le fait en ce moment)… croyez-vous sincèrement que les mass médias comme RDI nous sortiraient un titre du genre "La Chine maintient la pression", ou bien un du genre "Les chinois massacrent 2000 thaïlandais"? Poser la question, c’est y répondre. Deux poids, deux mesures.

 Heureusement, il y a encore des gens capables d’avoir une pensée censée au Québec. Lors de la manifestation d’aujourd’hui rassemblant plusieurs des membres de la communauté palestinienne de Montréal, une jeune femme avait ceci à dire sur l’attitude du "gouvernement" canadien qui, une fois de plus, préfère fuire ses responsabilités, cette fois-ci en se mettant à genoux devant un état terroriste pratiquant l’apartheid: "Le gouvernement de monsieur Harper a abandonné ses responsabilités en ne condamnant pas l’agression militaire d’Israël contre le peuple palestinien de Gaza et il ne rempli plus son rôle de pays prônant la voix de la paix." Je suis tout à fait d’accord avec elle. Harper rampe devant l’apartheid agressif israélien et se range automatiquement de son-côté lorsque ce dernier pratique le terrorisme d’état à grande échelle sur une population ciblée, comme lorsqu’il avait pratiquement condamné les civils libanais en 2006 parce qu’ils ne pouvaient pas éviter les bombes et les ADM de l’aviation et de l’artillerie de Tsahal. Stephen Harper, le premier ministre minoritaire du Canada, supporte donc le terrorisme. Que la population se le tienne pour dit. De son côté, le député et porte-parole de Québec Solidaire, Amir Khadir, a déclaré ceci à la manifestation pacifique d’aujourd’hui: "Une fois de plus, le gouvernement Harper fait preuve d’une grande lâcheté dans cette affaire en ne condamnant pas l’apartheid israélien pour son agression contre le peuple palestinien de Gaza!" J’appuis à 100% ces propos logiques et tenant compte des faits sur le terrain. Bravo pour votre immense courage politique monsieur Khadir! D’autres personnalités à travers le monde, en plus des dizaines de milliers de manifestants pro-palestiniens à travers le monde, ont également condamné avec force ce qu’ils ont qualifié avec raison de "boucherie" israélienne.

De son côté, la pro-terrorisme et servante du criminel de guerre international connu sous le nom de Georges W. Bush, Condoleeza Rice, n’étonne personne en blâmant le Hamas pour toute l’affaire. Sa déclaration remplie de mépris dans laquelle elle rejette carrément toute la faute de ce massacre sur le dos des victimes palestiniennes de cette boucherie se passe de commentaire, si ce n’est que la maison blanche supporte le terrorisme étatique à grande échelle des uns, mais condamne le terrorisme des autres, comme toujours.

Pour finir, j’appelle tous les amoureux de la liberté et des droits humains à s’organiser ensemble afin de montrer au monde, et particulièrement à l’apartheid terroriste israélien, notre opposition à leur campagne sanglante de terreur dans la bande de Gaza, petit territoire côtier qui faisait déjà face à un blocus inhumain depuis plus d’un an. Le peuple de Gaza doit retrouver son droit à une vie normale et à la dignité humaine! Tous ensemble contre la désinformation des mass médias! Tous ensemble contre les crimes de guerre! Tous ensemble pour la paix!

À bas l’apartheid israélien! Vive la Palestine libre!

Et pendant que vous y êtes, signez donc cette pétition mondiale pour la dénucléarisation militaire, question d’oeuvrer pour un avenir sécuritaire pour les générations futures, ce sera un début:

http://www.thepetitionsite.com/takeaction/552630116?z00m=13769465

Posted in Actualité, Conservateurs, Coup d'état, Crime contre l'humanité, Crime de guerre, Extrême-droite, Guerre, Impérialisme, Israël, Médias, Militantisme pour la paix, Militarisme, Nazi, Obama, Palestine, Pauvreté, Propagande, Racisme, Réactionnaire, Résistance, Religion, Sionisme, Terrorisme, Terrorisme étatique, USA | 30 Comments »

Plainte contre Amir pour des souliers !

Posted by Libertad ! le 28 décembre, 2008

36570

Un enseignant du cégep de Ste-Foy aurait porté plainte au président de l’Assemblée nationale contre Amir Khadir pour son lancer de souliers sur une image de Georges W. Bush. En effet, Gilbert Gagnon affirme qu’il n’aime pas Bush, mais que le geste n’est pas "acceptable" venant d’un député et qu’il risque d’inciter à la violence. Il souhaite que l’Assemblée Nationale impose des sanctions contre le député solidaire de Mercier.

Pour avoir été présent lors de cette manif, il y avait eu une bonne participation des manifestants malgré un temps très froid. Amir à dit s’attaquer à un symbole et non pas à un homme directement. En descendant dans la rue avec les jeunes militants, Amir à montré qu’il était un homme du peuple et non pas un de ces politiciens bourgeois qui tente de nous vendre un programme de coupures des dépenses en santé et en éducation dans une maison cossue de Westmount ou du 28e étage d’un tour à bureau.

Il s’agissait d’une action originale et amusante et Amir avait tout le droit d’être là. C’est un homme de conviction, et espérons qu’il puisse continuer d’être présent dans les manifs des années à venir.

Pour ce qui est du plaignant, ça doit être simplement un adéquiste frustré par la déconfiture du parti populiste aux dernières élections et qui souhaite maintenant s’en prendre à l’opposé même de Mario Dumont : Amir Khadir. Il est fort probable au final qu’il n’ait jeté qu’un coup d’épée dans l’eau et que cette plainte sera rejetée.

Posted in Irak, Manifestation, Populisme, Québec solidaire, Texte d'opinion | 34 Comments »

Martineau perd les pédales et sa pertinence de facto…

Posted by sylvainguillemette le 28 décembre, 2008

2002_01_03a.jpg

Lors d’un de ses textes haineux sur Canoë, un raciste notoire -tant défenseur du terrorisme dans ses temps libres- a écrit ceci sur Amir Khadir, faisant donc fi de la réalité et mentant à ses lecteurs. Richard Martineau s’est dépassé ici, qualifiant pratiquement Amir Khadir d’islamiste antisémite, alors que les faits disent tout le contraire. Monsieur Martineau a porté atteinte à la réputation d’un honnête homme qui, tout au contraire de sa personne haineuse, condamne le terrorisme étatique.

Richard Martineau a je crois, perdu les pédales…

“GODASSE KHADIR AURAIT ADORÉ

Parlant de manque de jugement…

Chaque année, la chaîne de télé britannique Channel Four, dans le but de «contrebalancer» le traditionnel discours de Noël de la reine Elizabeth II, invite une personnalité à prononcer un discours religieux «alternatif».

Cette année, Channel Four a invité… le président iranien Mahmoud Ahmadinejad!!!

Un pays qui PEND ses homosexuels! Qui EXÉCUTE ses femmes adultères!

Un politicien qui a déjà affirmé que l’Holocauste était un mythe!!!!

Maudit que l’Occident est naïf!!! Maudit qu’on est stupide!!!

Une porte-parole de Channel Four a justifié la décision de la chaîne en disant qu’elle voulait proposer aux Britanniques «un aperçu d’une vision alternative du monde».

Pourquoi ne pas inviter le chef du KKK, tant qu’à faire? Ou un adepte d’Adolf Hitler?”

Voilà la réalité quant à Amir Khadir!

FaitIslamiste veut dire un musulman fanatisé qui utilise la doctrine religieuse pour arriver à des fins politiques. Or, Amir Khadir est un laïc. Amir a immigré au Québec à l’âge de dix ans, a étudié au Cégep du Vieux-Montréal puis aux universités de Montréal et McGill en physique et à Laval en Médecine. Toute sa jeunesse étudiante a été marquée par sa lutte contre le régime théocratique en place en Iran. Il s’est consacré depuis 1998 à la défense du système public de santé. Souverainiste convaincu, il a été candidat du Bloc québécois en 2000. Certes, ses idées de gauche soulèvent des débats. Il pointe les inégalités et les puissants qui en sont responsables. Il est alors facile d’attaquer l’homme plutôt que de répondre aux véritables enjeux qu’il met sur la table.

Le dernier texte de Richard Martineau s’inscrit dans une suite de textes racistes et dupant donc, son propre lectorat. Richard Martineau, en plus d’afficher un racisme des plus patents, s’inscrit également parmi les défenseurs du terrorisme israélien et états-uniens, créant de façon honteuse et loufoque, une double-mesure à l’endroit du terrorisme qui dois-je le rappeler, tue des innocents de toute part.

Ce disjoncté ne cesse de mentir au sujet des militants de gauche, puisque ces derniers créent un véritable bouleversement médiatique et mettent en péril son pseudo-labeur qui n’est en fait que mensonge répétitif.

Il devrait, selon moi, penser à donner sa démission pour avoir fait déshonneur au métier de journalisme et certes, pour avoir donné son appui au; terrorisme, à l’usage d’Armes de Destruction Massive, aux coups d’État, aux dictatures installées par Washington et ses complices, aux tentatives de putch à l’endroit de président démocratiquement élus et à bien d’autres crimes haineux.

De plus, j’invite officiellement monsieur Martineau à démolir le programme de Québec-solidaire, puisque jusqu’ici, il s’est contenté de faire preuve de racisme flagrant à l’endroit de ce parti, qu’il qualifie de gauche caviar. Mais ce gros bêta lance ces affirmations sans pourtant, depuis le début, détruire l’argumentaire massue de Québec-solidaire. Ce dernier n’a jamais rien eu à dire sur les déboires de son système capitaliste n’enrichissant qu’une minorité parasitaire, lequel meurt à tous les vingts ans et lequel est chaque fois, sauvé par le prolétariat dont monsieur Martineau se fiche éperdument.

Richard Martineau est une honte pour le Québec, et pour l’humanité!

Un peuple instruit, jamais ne sera vaincu!

Posted in Article, États-Unis, Blogue, Bourgeoisie, Bush, Chavez, Communisme, Controverse, Coup d'état, Crime contre l'humanité, Crime de guerre, Dictature, Droite, Extrême-droite, Gauche, Immigration, Iran, Malinformation, Manipulation, Média, Médias, Nazi, Préjugés, Propagande, Racisme, Réactionnaire | Leave a Comment »

Mensonges sur le Vénézuela démentis

Posted by quebecsocialiste le 27 décembre, 2008

Flag of Venezuela

Un autre excellent texte du site Le Grand Soir portant cette fois sur les faussetés du "rapport" plus que douteux sur le Vénézuela que la respectable organisation Human Right Watch a accepter de diffuser en son nom. J’aimerais spécifier que je respecte tout de même Human Right Watch pour son bon travail au nom des droits humains, mais malheureusement, une possible ignorance de la réalité de certaines régions du monde la pousse parfois à faire confiance à des individus peu scrupuleux pour écrire ses rapports. Ce fut le cas au Vénézuela, où l’organisation fut victime d’une intoxication particulièrement ridicule de la part de son équipe chargée de l’Amérique du Sud. Est-ce que quelqu’un a au moins lu ce rapport avant de le diffuser? Il semblerait que non. Si, après avoir pris connaissance de cet exposé des faits, Human Right Watch cautionne toujours ce rapport et ses auteurs, alors il y aura de sérieuses questions à se poser sur la crédibilité de cette ONG dans le futur…

Plus de 100 spécialistes de l’Amérique latine remettent en question le rapport de Human Right Watch sur le Vénézuela

Dans une lettre ouverte au Comité des Directeurs de Human Rights Watch, plus de 100 experts sur l’Amérique Latine critiquent le récent rapport de l’organisation sur le Venezuela, “Une décennie sous Chavez : intolérance politique et occasions perdues pour améliorer les droits de l’homme au Venezuela“, qui “n’atteint pas un niveau même minimum de connaissance, d’impartialité, d’exactitude, ou de crédibilité“. Les signataires sont des spécialistes universitaires de premier plan, d’établissements étasuniens, comme Harvards, Johns Hopkins et autres Universités d’état, et d’institutions académiques d’Argentine, du Brésil, du Mexique, du Royaume-Uni, du Venezuela et d’autres pays.
 
Human Rights Watch
350 Fifth Avenue, 34th floor
New York, NY 10118-3299 USA

A l’attention du Comité des Directeurs,

Nous écrivons pour attirer votre attention sur un rapport publié par Human Rights Watch (HRW) qui n’atteint pas un niveau même minimum de connaissance, d’impartialité, d’exactitude, ou de crédibilité. Le document, Une décennie sous Chavez : intolérance politique et occasions perdues pour améliorer les droits de l’homme au Venezuela, ressemble plus à un essai à motivation politique plutôt qu’à un rapport sur les Droits de l’Homme. C’est bien ce qu’a admis l’auteur principal du rapport, Jose Miguel Vivanco, en s’adressant à la presse quelques jours après sa publication, “Nous avons fait ce rapport parce que nous voulions prouver au monde que le Venezuela n’est un modèle à suivre pour personne…“ [2]

M. Vivanco peut évidemment avoir sa propre opinion sur le Venezuela, mais il n’a pas à la présenter dans le cadre d’une mission de HRW ni bien sûr de tout autre organisation dont le but est la défense des Droits de l’Homme. En publiant un rapport d’une telle pauvreté, et en reconnaissant qu’il le fait pour des raisons politiques, M. Vivanco sape la crédibilité d’une importante organisation des Droits de l’Homme.

Nous ne portons pas ces accusations à la légère et nous espérons que vous comprendrez le sérieux de telles erreurs de jugement. En tant qu’universitaires spécialistes de l’Amérique Latine, nous dépendons d’organisations supposées indépendantes et non partisanes comme HRW pour des informations factuelles sur des violations des Droits de l’Homme commises par des acteurs gouvernementaux et parfois non-gouvernementaux. C’est ce qu’attendent aussi d’autres institutions comme la presse, certains officiels gouvernementaux et l’opinion publique. C’est une perte énorme pour la société civile si on ne peut plus faire confiance à une source comme HRW pour mener une enquête impartiale et en tirer des conclusions basées sur des faits avérés.

Ce rapport comporte des allégations à l’emporte-pièce, sans faits à l’appui ou dans certains cas sans même d’arguments logiques pour les soutenir. Par exemple, l’allégation la plus importante et la plus marquante est que “la discrimination sur des bases politiques est un caractère constitutif de la présidence de Chávez" (p. 1). Cependant, le rapport ne montre pas, ni essaye de montrer, que la discrimination politique a augmenté sous le gouvernement actuel (en comparaison des gouvernements précédents), ou est plus un problème au Venezuela que dans d’autres pays du monde.

Quelles sont les preuves fournies pour une telle généralisation ?

"Dans la plupart des cas, il n’a pas été possible de prouver de discrimination politique – sauf en de rares exceptions, aucune raison des décisions prises n’a été donnée aux citoyens – mais beaucoup ont su de façon informelle qu’ils avaient perdu leur emploi, leur contrat ou les aides allouées pour avoir signé la pétition [pour la révocation du président Chávez]. Par exemple, dans l’un des cas rapporté à Human Rights Watch, une femme de 98 ans s’est vue refuser les médicaments qu’elle recevait depuis longtemps d’une agence gouvernementale pour le développement parce que, comme il a été dit à sa famille par le secrétaire de ce programme, elle avait signé la pétition pour le référendum“ (p.21) (italiques ajoutées).

Pour parler des aides en premier, le paragraphe ci-dessus se réfère à l’affirmation que les médicaments ont été refusés à un citoyen vénézuélien pour des raisons politiques. Etonnamment, c’est le seul cas présumé de discrimination de la part des services publics cité dans l’ensemble des 230 pages du rapport. En d’autres termes, le programme Barrio Adentro a fourni chaque année depuis 2003, des services de santé à des millions de vénézuéliens pauvres, et les auteurs ont exhumé une affirmation (rapportée à l’auteur lors d’une conversation téléphonique avec le neveu de la victime présumée) de discrimination concernant une seule personne. Sur cette base, les auteurs généralisent à l’emporte-pièce que “les citoyens qui exercent leur droit d’appeler au référendum – en invoquant un des nouveaux mécanismes participatifs soutenu par Chávez lors de la mise en place de la Constitution de 1999 – sont menacés de représailles et mis sur liste noire pour les aides et les emplois gouvernementaux“. P.10, italiques ajoutés)

Ceci est outrancier et totalement indéfendable. Nous n’attendons pas d’un rapport de cette nature qu’il suive des normes académiques trop rigoureuses, mais il doit tout de même y avoir certaines normes.

En ce qui concerne l’emploi, il ne fait aucun doute qu’il y a eu des cas où individuellement des agents gouvernementaux ont pratiqué la discrimination sur la base des convictions politiques de leurs employés. (Il y a eu aussi des cas de discrimination et de licenciement d’employés progouvernementaux dans le secteur privé, que le rapport mentionne entre parenthèses (p.10) mais sur lesquels il n’enquête pas). Cependant, le rapport ne montre pas qu’il y ait eu d’efforts systématiques et organisés pour purger le gouvernement des employés antigouvernementaux. Bien sûr, pas loin de dix ans après l’élection du Président Hugo Chávez, toute personne un peu familière avec le gouvernement du Venezuela sait que le service public est toujours empli d’employés hostiles au gouvernement.

Le rapport ne mentionne pas que les licenciements qui eurent lieu, aussi bien dans le public que dans le privé, résultent tout bonnement d’actions individuelles au sein d’une société fortement polarisée dans laquelle l’opposition a passé au moins quatre ans (selon le chef de l’opposition Teodoro Petkoff)[3] à tenter de déloger le gouvernement par un coup d’état militaire. Il n’est donc pas difficile d’imaginer que beaucoup d’agents du gouvernement purent dans un tel climat appréhender d’employer des individus hostiles au gouvernement. Le rapport n’envisage pas que ceci puisse être la cause de la discrimination observée. Cela ne justifie évidemment pas une telle discrimination, mais ne légitime pas non plus les affirmations abusives de ce rapport, qui voudraient prouver que le gouvernement utilise son emprise sur l’emploi public pour museler l’opposition politique.

En fait, l’affirmation la plus sérieuse de discrimination à l’emploi concerne un cas où celle-ci ne fut pas due à une politique partisane, mais fut causée par une subversion illégale qu’aucun gouvernement ne peut, ni ne doit tolérer : “A la suite du blocus pétrolier, PDVSA a éliminé de ses rangs des milliers de travailleurs ayant participé à la grève“ (p.29). Mais comme quiconque présent au Venezuela à cette époque peut l’attester, c’était une grève conduite ouvertement pour renverser le gouvernement, ce que l’opposition avait réussi moins de huit mois auparavant. Le blocus pétrolier a dévasté l’économie – qui a perdu 24% de son PIB au cours de la récession qui suivit – et ne fut pas loin d’atteindre son but pour une seconde fois.

Le rapport implique que des employés du secteur public, dans ce cas des travailleurs du pétrole, ont le droit de faire grève pour renverser un gouvernement élu ; nous n’adhérons pas à cette façon de voire. Ceci est d’autant plus problématique quand ce groupe d’employés représente moins de 1% des travailleurs, et utilise le contrôle qu’il a sur une ressource stratégique – les revenus du pétrole représentent la moitié des rentrées de l’état et 80% des gains à l’exportation – pour paralyser l’économie et par la même inverser le résultat d’élections démocratiques. Le point de vue qui présente une telle grève comme “une grève légitime“ n’est soutenu, à notre connaissance, par aucun gouvernement démocratique au monde. [4]

De façon plus importante pour la crédibilité du rapport de HRW, il est totalement fallacieux de la part des auteurs d’argumenter que “la discrimination politique est un trait caractéristique“ d’un gouvernement qui ne veut simplement pas risquer de continuer à employer des individus qui ont mené une telle grève.

Les références quasi-exclusives de ce rapport à des faits provenant de sources de l’opposition de fiabilité douteuse sapent aussi sa crédibilité et rendent difficiles pour la plupart des lecteurs de savoir quelles parties du rapport sont vraies et lesquelles ne le sont pas. La source la plus citée au sujet de la discrimination politique est le journal El Universal. [5] Celui-ci est non seulement un véhément journal d’opposition, mais a aussi régulièrement, pendant les années où il est cité, produit de fausses informations. Par exemple, dans un montage typique de ceux déployés pour diffamer les membres du gouvernement, El Universal a proclamé que le Ministre de l’Intérieur d’alors Jesse Chacón avait acheté un tableau pour 140.000 $ [6]. Ce qui s’avéra totalement faux. Il y a de nombreux autres exemples de tels montages dans El Universal, ainsi que dans d’autres sources de l’opposition citées dans le rapport [7].

Nous nous inquiétons qu’un rapport sur les Droits de l’Homme repose si fortement sur des sources si incertaines. Est-ce qu’un rapport sur les Droits de l’Homme aux Etats-Unis serait pris au sérieux s’il dépendait tant de Fox News, ou même pire de The National Enquirer ? En effet, ce rapport se risque même plus avant dans le marais des sources peu fiables et cite un blogueur instable de l’opposition (p.20, note 30). C’est une personne qui cède régulièrement, non seulement au mensonge mais qui a aussi publiquement rêvé de tuer ses ennemis politiques et de jeter leurs corps sur les taudis à partir d’hélicoptères, et d’en torturer d’autres en “versant de l’argent fondu dans leurs yeux“ [8].

Ce qui inquiète dans la dépendance de ce rapport envers ces sources incertaines c’est qu’il dévoile un manque de connaissance de la matière même du sujet, ou peut-être pire, un préjugé profond qui permet aux auteurs de percevoir ces sources comme non problématiques. En effet, il n’y a qu’une brève indication, et en plus faite à l’imparfait, que ces journaux, El Universal et El Nacional, font partie des journaux d’opposition [9], ce qui peut donc raisonnablement faire penser au lecteur que cela n’a pas d’importance. D’un autre côté, le rapport considère le journal Últimas Noticias comme “favorable en grande partie à Chávez et son gouvernement“ et comme “un tabloïd généralement progouvernemental“ [p.70, p.89). C’est en fait un journal qui critique quotidiennement et sévèrement le gouvernement et, selon des sondages au Venezuela, est perçu comme beaucoup plus indépendant que n’importe quel autre périodique majeur. La vision que les auteurs ont des médias vénézuéliens semble refléter celle de l’opposition droitière du Venezuela, ou celle que la droite étasunienne a des “médias libéraux“ aux Etats-Unis.

Ces préjugés si profonds, par lesquels les évènements sont en majorité interprétés à travers le prisme de l’opposition de droite du Venezuela, apparaissent tout au long du document : par exemple quand les auteurs décrivent les groupes qui ont aidé à l’organisation, et appuyé le coup d’état d’avril 2002 comme “de nouvelles organisations dédiées à la défense de la démocratie et de l’autorité de la loi“ (p.203).

Mais la pire chose au sujet de cette dépendance envers des sources d’opposition telles que El Universal, El Nacional, ou Sumate, est que ces sources sont impliquées dans tant de mensonges que l’on ne peut se fier à elles pour y puiser des faits.

Dans sa présentation des médias, le rapport peint un tableau extrêmement exagéré de la réalité, bien qu’il présente quelques critiques valides des lois et pratiques existantes. Il reconnaît, dans des notes de bas de pages profondément enfouies dans le texte, que l’opposition domine toujours les médias, radio ou télédiffusés et papier (note 184 p.74 ; note 181, p.73). Malgré tout, il est encore reproché au gouvernement “d’avoir fait pencher l’équilibre des médias en faveur du gouvernement“ en créant, à partir du coup d’état de 2002, des stations TV progouvernementales alors que “Chávez était confronté à des médias privés qui lui étaient quasiment tous hostiles“. C’est une position très étrange de la part d’une organisation pour les Droits de l’Homme. Bien qu’il serait souhaitable que le gouvernement puisse créer des stations TV sans aucun biais, n’est-il pas mieux qu’il y ait une certaine diversité dans les médias – avec des stations de gauche, progouvernementales – plutôt qu’un monopole privé, de droite et antidémocratique ? Tout particulièrement lorsque ce monopole de droite a, comme jamais auparavant dans l’histoire mondiale, organisé un coup d’état militaire contre un gouvernement démocratiquement élu et appelé à une grève du pétrole dévastatrice qui faillit renverser le gouvernement une seconde fois ? Est-ce que les auteurs considèrent ce genre de monopole comme plus apte à protéger les Droits de l’Homme que des médias toujours dominés par l’opposition mais comprenant en plus quelques autres sources d’information ?

Le rapport se réfère constamment au danger de “l’autocensure“, mais n’en fournit aucun exemple actuel. C’est une faiblesse majeure de son argumentation puisqu’il est si facile de trouver de tels exemples en réponse à des pressions gouvernementales, par exemple dans les médias étasuniens.

Au cours des élections présidentielles Américaines de 2004, le groupe de diffusion Sinclair du Maryland, propriétaire de la plus grande chaîne de télévision des Etats-Unis, avait prévu de montrer un documentaire qui accusait le candidat John Kerry d’avoir trahi des prisonniers étasuniens pendant la guerre du Vietnam. La compagnie a ordonné à ses 62 stations de montrer le film aux heures de grande écoute, deux semaines avant les élections. Dix-neuf sénateurs Démocrates ont envoyé une lettre à la Commission Fédérale des Communications (NDT, l’équivalent de notre CSA) demandant une enquête sur cette intervention dans la campagne planifiée par Sinclair (http://leahy.senate.gov/press/200410/101504.html), et certains ont publiquement déclaré que la licence de diffusion de Sinclair pourrait être remise en cause si le groupe persistait dans cette voix. A la suite de ces pressions, Sinclair a fait marche arrière et abandonné la diffusion du film.

Cet exemple concerne directement le rapport de HRW sur le Venezuela. Il montre que pour avoir droit à une licence de diffusion aux Etats-Unis et dans d’autres pays démocratiques, le groupe qui la demande doit s’astreindre à certaines règles et ne pas devenir un acteur politique majeur, en intervenant dans les élections par exemple. Comme Vivanco l’a remarqué, “le non-renouvellement du contrat [la licence de diffusion] n’est pas en soi une atteinte à la liberté de parole“. Cependant ce rapport dénonce le non-renouvellement de la licence de RCTV comme exemple évident, et bien sûr le principal, des attaques présumées du gouvernement Vénézuélien contre la liberté de parole. Il ne semble pas importer aux auteurs que la station ait participé à un coup d’état militaire et à d’autres tentatives de renverser le gouvernement, et qu’elle n’aurait droit à aucune licence dans un pays démocratique.

Le rapport use même de sous-entendus pour insinuer que le gouvernement est responsable d’attaques de journalistes, qui ont eu lieu à la fois contre des journalistes de l’opposition et progouvernementaux. Les auteurs affirment que la station TV d’opposition Globovisión “a reçu des lettres d’avertissement de la CONATEL (NDT, Conseil National des Télécommunications, encore un autre CSA) à cause de la tonalité politique de ses reportages, s’est souvent vu refusé l’accès à des conférences de presse gouvernementales, et que ses journalistes et preneurs de vue ont été physiquement attaqués et menacés par des supporteurs de Chávez“ [p.117). Les auteurs ne fournissent aucune preuve que le gouvernement ait d’une façon ou d’une autre approuvé ou soutenu ces attaques présumées.

Les principaux médias du Venezuela d’aujourd’hui restent inégalés dans l’hémisphère, et même dans le reste du monde, pour leurs attaques véhémentes, effrénées, abjectes et violentes contre le gouvernement [10]. Bien que le rapport d’HRW présente un certain nombre de critiques valables des lois existantes et un nombre restreint d’interventions injustifiées du gouvernement, il n’a aucune légitimité à cacher ou déformer l’état actuel des médias du Venezuela.

La même chose est vraie du reste du rapport, y compris du traitement du pouvoir judiciaire [11]. HRW a l’obligation de critiquer toutes lois ou pratiques du gouvernement vénézuélien qu’il juge propre à mettre en danger les Droits de l’Homme, et nous acceptons les critiques soulevées dans le rapport lorsqu’elles sont fondées. Mais M. Vivanco a gravement nuit à la crédibilité de Human Rights Watch en produisant un rapport qui est, de son propre aveu motivé politiquement, grossièrement exagéré, basé sur des sources non fiables, et qui met en avant des généralisations à l’emporte-pièce et non prouvées.

Nous demandons en conséquence que HRW retire et révise son rapport et produise un document crédible. M. Vivanco doit aussi retirer sa remarque au sujet des motivations politiques du rapport.

Nous serions heureux de vous rencontrer pour discuter plus à fond de cette question, et accepterions volontiers un débat avec M. Vivanco dans un forum public de son choix, s’il souhaite défendre son rapport en public.

Nous espérons que vous traiterez cette demande avec le sérieux qui lui est dû. Notre lettre n’a pas pour but de justifier la décision du gouvernement vénézuélien d’expulser du pays les auteurs du rapport. Les Droits de l’Homme sont une affaire trop importante pour être utilisés politiquement comme le football, comme l’a fait si souvent Washington quand elle a voulu montrer du doigt un gouvernement considéré comme ennemi. C’est pour cela que nous avons besoin que des organisations de la société civile fournissent des rapports et des enquêtes indépendants, non partisan et non orientés politiquement.

Dans un esprit de coopération avec nos collègues de langue espagnole nous avons fait traduire et diffuser cette lettre en Amérique Latine.

Sincèrement,

17 décembre 2008,

Les signataires (*) :

http://www.venezuelanalysis.com/analysis/4051

traduction Laurent Emor pour le Grand Soir http://www.legrandsoir.info

Notes :

[2] "Venezuela no es modelo para nadie," September 21, 2008, El Universal. El Universal n’étant pas toujours une source sûre (voir ci-dessous), nous confirmons l’exactitude de cette citation de Mr Vivanco.

[3] Petkoff décrit l’opposition par “une stratégie qui rechercha ouvertement un coup d’état militaire“ de 1999 à 2003, et écrit aussi sur l’utilisation par l’opposition de son emprise sur l’industrie pétrolière pour renverser le gouvernement dans “Un moment décisif au Venezuela.“ Inter-American Dialogue Working Paper (July 2008).

[4] Les Etats-Unis possèdent des lois qui auraient empêché la mise en place d’une telle grève, et permis de licencier et même d’emprisonner ses organisateurs.

[5] En plus de ces journaux d’opposition, la section sur les discriminations politiques cite extensivement d’autres journaux (El Nacional, Tal Cual) et des groupes (Sumate) d’opposition.

[6] http://www.eluniversal.com/2004/09/27/pol_art_chacon.shtml

[7] Quelques autres exemples : en Août 2004, El Universal fait courir en première page le bruit selon lequel un récent sondage donne gagnant le vote pour le oui contre Chávez et qu’il y a des “preuves qui indiquent la fin d’Hugo Chávez en tant que président“. Le sondage s’est avéré inexistant. Un autre journal d’opposition cité par HRW, El Nacional, a aussi monté une histoire pour essayer de discréditer le gouvernement. Le 12 janvier 2003 il écrit qu’un employé du pétrole a été brûlé à mort dans un accident à la raffinerie El Palito. Le jour même de cette annonce, le travailleur “mort“ apparaît à la télévision en bonne santé. Le rapport d’HRW cite fréquemment aussi le groupe d’opposition Sumate ; Sumate soutient, sur la base de sondages truqués (à la collecte desquels elle a participé), que le référendum révocatoire de 2004, a en fait été volé grâce à une fantastique fraude électronique. Voire “Sondage et scrutin au Venezuela“. Les médias d’opposition en général ont diffusé cette théorie fantaisiste de la conspiration. (Chávez a gagné le référendum, dont le bon déroulement a été certifié par des observateurs internationaux de l’Organisation des Etats Américains et du Centre Carter, avec une marge de 58-41%).

[8] http://www.guardian.co.uk/commentisfree/2007/sep/01/friendsinlowplaces

[9] "Deux quotidiens établis de longue date – El Universal et El Nacional- étaient des critiques tenaces" (p.69).

[10] Un exemple récent en a été donné quand l’éditeur du journal El Nuevo Pais, Rafael Poleo, a affirmé lors d’un débat télévisé, Allo citadin, sur Globovisión qu’ “Hugo va finir comme Mussolini, pendu la tête en bas“.
Voir : http://www.youtube.com/watch ?v=UeotfcwBLqI
NDT voir aussi enfrançais : http://www.legrandsoir.info/spip.php ?article7273.

[11] Pour un compte rendu plus détaillé quoique non exhaustif des éxagérations, erreurs, et omissions du rapport de HRW, voir Gregory Wilpert, "Smoke and Mirrors : An Analysis of Human Rights Watch’s Report on Venezuela", Venezuelanalysis.com October 17, 2008. http://www.venezuelanalysis.com/analysis/3882

Source (avec la liste des 118 signataires)

Pétition en faveur du respect de la souveraineté nationale du Nicaragua:

Encore sur le même site, une pétition circule avec comme revendication les suivantes :

Nous déclarons :

1. Notre soutien inconditionnel au droit du peuple nicaraguayen à son autodétermination et à sa souveraineté nationale, sans ingérence étrangère d’aucune forme.

2. Notre appui à l’orientation indépendante, souveraine et populaire du gouvernement du FSLN, dirigé par le président Daniel Ortega.

3. Notre satisfaction pour la victoire sandiniste dans 105 des 146 gouvernements municipaux.

Nous rejetons et condamnons :

1. L’ingérence étrangère dans les affaires internes du Nicaragua.

2. La politique de pression et de chantage qu’exercent les gouvernements des Etats-Unis et de l’Union Européenne.

3. La campagne de mensonges déclenchée par les corporations et les multinationales de la (dés) information internationale.

Nous demandons :

1. Aux peuples du monde entier, spécialement européen et nord-américain, de renouveler leurs liens d’amitié avec le Nicaragua, en faisant pression sur leurs gouvernements respectifs pour qu’ils débloquent les fonds destinés à éradiquer la pauvreté et pour les obliger à ce qu’ils ne continuent pas à s’ingérer dans les affaires du peuple nicaraguayen.

2. Aux communicateurs sociaux et spécialement, aux médias alternatifs de communication, de rompre le silence sur la situation nicaraguayenne, et informer activement avec véracité et indépendance, sur ce qui se passe réellement au Nicaragua et la région centre-américaine.

3. Aux gouvernements progressistes et indépendants d’Amérique Latine et du reste du monde, de multiplier leur solidarité avec le peuple du Nicaragua et son gouvernement légitime et démocratiquement élu.

Décembre 2008

Pour signer, envoyez un courrier à carta@tortillaconsal.com

Signatures à jour consultables ici : http://www.tortillaconsal.com/firmas_carta.html

J’invite donc tous les camarades et les gens qui ont à coeur le respect de la souveraineté nationale d’un pays tentant d’atteindre des avancées pour son peuple à signer cette pétition.

Vive la révolution! Un peuple instruit, jamais ne sera vaincu!

Posted in Amérique du Sud, Analyse, Chavez, Controverse, Gauche, Ingérence, Malinformation, Vénézuéla | 3 Comments »

Image de la semaine

Posted by quebecsocialiste le 27 décembre, 2008

Posted in Image, Palestine | 1 Comment »

Bilan gauche droite…

Posted by sylvainguillemette le 26 décembre, 2008

http://accel21.mettre-put-idata.over-blog.com/0/36/31/71/gauche-droite.jpg

Depuis déjà bien des années, les bilans s’affrontent entre la gauche et la droite dans les pays développés et sous-développés. Cela ne change pas en notre ère, mais du moins, le fossé de l’impertinence chez la droite tente à se creuser alors qu’une nouvelle dépression semble en court et qu’ils ne songent qu’à attaquer la gauche, maintenant qu’elle perce démocratiquement  et ce, à travers le monde.

Les insultes gratuites sont choses courantes venant de la part des défenseurs du capitalisme, ainsi que les procès d’intention. Par exemple, lorsque les forces de gauche du Québec ont décidé de condamner la guerre impérialiste qui sévissait et sévit toujours en Afghanistan, le sablier n’a pas eu le temps de couler avant que les accusation de «talibanisme» fusent à notre endroit. Ces grands défenseurs de la liberté en avaient même oublié les faits historiques accablants qui leur imputaient l’armement, le financement et l’entraînement de ces mêmes talibans, ainsi qu’Al-Qeada!

Et tout en nous accusant de putchisme ailleurs dans le monde -comme par exemple à Cuba, où Batista sévissait violemment envers les  militants de gauche-, les forces de droite on pleinement supporté le coup d’État contre le gouvernement taliban, ainsi que la dictature Karzaï qui s’en est suivie! Sinon, ils ont également accusé Ortega d’en faire autant, contre une dictature (Somoza) pourtant âgée de 45 ans, laquelle fut défendue par des milices (Contras) elles-même financées à même les poches des contribuables états-uniens grâce à leur cher acteur impérialiste (Ronald Reagan)! Et devinez quoi! Daniel Ortega est aujourd’hui le président démocratiquement élu du Nicaragua! Un autre ennemi à abattre pour la droite!

Ils font en ce moment tout leur possible pour déstabiliser le Venezuela, où notre camarade Hugo Chavez a évincé la droite du pouvoir, démocratiquement! Que font-ils alors, pour donner à cette si chère démocratie qu’ils disent défendre, un certain sens ou une pertinence? En 2002, la droite vénézuélienne (une oligarchie formée de 5 familles qui possèdent à peu près tout au Venezuela) et la C.I.A. organisent un coup d’État et enlèvent Hugo Chavez. En moins de 48 heures, ils forment un gouvernement non-élu, une dictature… Mais ce faisant, ils mettent en rogne la majorité populaire qui elle, a bel et bien VOTÉ pour Hugo Chavez le socialiste!

Qu’en est-il aujourd’hui au Venezuela? Et bien les paramilitaires colombiens oeuvrent auprès des gouverneurs de droite, afin de stabiliser le processus démocratique et socialiste. Ils assassinent des syndicalistes, des militants de gauche et bref, organisent déjà leur prochain coup d’État. D’ailleurs, un de ces coups d’État était prévu en 2009, mais il fut déjoué par les services de renseignement.

Sinon ailleurs, comme en Bolivie, la droite en fait autant en tentant de cisailler le pays en parts avantageuses pour la riche oligarchie, pour cette parasitaire et minoritaire bourgeoisie tentée par le gain facile. Santa Cruz a même été jusqu’à assassiner des indigènes, tout en arborant des logos nazis! Et qui en a parler? RSF? Richard Martineau? Oh que non! C’était un bilan de la droite ça, alors…

Et si nous nous rendons à Cuba, la cible internationale des extrémistes de droite, on peut y déceler des attentats terroristes visant les acquis socialistes, ayant été perpétrés par des extrémistes de droite entraînés eux, par la C.I.A., une organisation terroriste! Les attentats vont des bombes dans les discothèques aux hôtels cubains, et même jusqu’à faire sauter une avion bourré de civils! Luis Posada Cariles, celui qui a commis l’odieux, est protégé par Washington et fut lui aussi entraîné par la C.I.A., qui lui a même fournit le matériel nécessaire. Est-ce que les accusations internationales fusent vis-à-vis ses complices? Aucunement! Ni RSF, ni Richard Martineau ne condamne…

Il ne faut pas non plus laisser pour contre le fait que l’environnement a souffert de ce capitalisme excessif. Que pour des profits faciles, les compagnies n’ont pas hésité à se foutre de l’environnement qui les sert dans leur vie de tous les jours. Il ne faut pas oublier non plus, que les modèles prônés par nos chers capitalistes ne tiennent aucunement compte des ressources nécessaires à la survie de l’humanité, puisque le profit est le seul et véritable but commun de ces parasites. Par exemple, on estime à plusieurs planètes Terre les ressources nécessaires à la globalisation du modèle nord-américain. Or, aujourd’hui en 2008, bientôt 1009, les chinois et les indiens tentent à vouloir se doter des mêmes luxures que nous, ils en ont les pleins droits autant que nous les avons, sauf que…

Laissons maintenant les actes barbares et meurtriers et les enjeux environnementaux pour nous rendre sur le terrain économique. La droite ici, ne pourra se vanter de grand chose, sauf d’avoir enrichi une minorité parasitaire qui, au dépend de la masse laborieuse, s’est certes enrichie d’avantage ces dernières années où les spéculations ont fait un tabac. Tenons-nous en à notre époque, afin de percevoir à quel point les  parasites ont pu s’engraisser, sur le labeur des prolétaires, tout en disposant d’une aide généreuse des gouvernements, lesquels ne sont en fait que la poche  creuse du contribuable.

Par exemple, dès le début de la crise qui touchait surtout les centres bancaires et d’assurances, les plans de sauvetage se sont succédés. Sortant d’abord des centaines de milliards afin d’éviter les faillites de ces derniers, ils en sont aujourd’hui à des milliers de milliards et cela ne risque pas de s’arrêter là, puisque le nouveau président des États-Unis d’Amérique promet lui, une aide de 1000 milliards en quête d’une relance économique qui s’essouffle de plus en plus vite. Y a t-il eu une aide pour les propriétaires perdaient alors, leur maison à raison de 2700 par jour? Aucunement! Rien! Quedal! Niet! Séchez prolétaires! Aucune coalition de banque ne s’est fait connaître pour sauver les hypothèques de ces états-uniens en proie maintenant, aux problèmes qui touchent quelconque famille dans le besoin. Et l’on parle ici de divorces, de dépressions et de suicides! Quedal!

Mais en fait, sans les contribuables et les prolétaires, les systèmes financiers et économiques capitalistes seraient morts, quoique que la mort est toujours une possibilité, une éventualité. À nous d’y voir. Mais encore, cela démolit point par point les dires des capitalistes sur le soit-disant mérite des bourgeois, puisque encore une fois, c’est nous, prolétaires, qui les sauverons de la débâcle, de la faillite qui elle, n’hésite pas à nous frapper, nous, producteurs de PLUS-VALUE.

Le capitalisme lui, n’a que des échecs à nous dévoiler, des échecs compilés les uns sur les autres. Car si cette crise vous surprend et vous écoeure, sachez que ce n’était pas la première, mais peut-être la dernière… Encore là, à nous d’y voir!

Et si l’on additionne ces échecs et que l’on observe le cumulatif, on peut également constater que le partage des richesses n’a jamais porté ses fruits parmi les prolétaires majoritaires, mais se sont bel et bien concentrés dans les porte-feuille des bourgeois minoritaires, non-élus, non-méritants et totalement inutiles à l’humanité. La cartellisation dont nous parlait Karl Marx et ses successeurs n’était donc pas un mythe, comme l’entendent encore les capitalistes (Le blogue Antagoniste le prétend!). Et de toute façon, quiconque regarde attentivement la bourse ne pourra que confirmer ces affirmations marxistes, puisque même les commentateurs boursiers le confirment. Tinto achète un tel, Wal-Marde une autre compagnie, bref, la cartellisation a même battu des records avec la crise actuelle! Qui n’a pas vu Buffet acheter pour des milliards d’actions?

Les bilans de gauche et de droite n’ont rien en commun et ne visent strictement pas les mêmes buts. La gauche vise à partager les richesses, à donner à toutes et tous une vie équitable, égale en droits et un sens révolutionnaire à la vie de tous les jours. La gauche vise à mettre fin à l’exploitation de l’être humain par d’autres êtres humains.

La droite elle, vise tout le contraire. Avec comme base, son système capitaliste, elle dont des droits inégaux aux plus grands détenteurs de capitaux, la bourgeoisie. Cette dernière dicte aux gouvernements pantins, la marche à suivre, afin de s’enrichir d’avantage, quitte à le faire sur le labeur d’autrui. Pourquoi celui des majoritaires prolétaire qui par la vente de leur force de travail, créent la PLUS-VALUE nécessaire au profit, lequel permet plus d’exploitation encore par la suite?

Bref, ce que l’on peut constater aujourd’hui, c’est que le système capitaliste est mort d’abus et de son impertinence. On peut également constater que sans la classe laborieuse qu’est le prolétariat, rien ne va plus comme dirait le croupier! Et que sans celle-ci, les faillites émergentes emporteraient nombres de capitalistes bourgeois dans les bas fonds de la pauvreté. Mais ainsi ne soit-il pas, puisque nous avons des gouvernements capitalistes et que donc, nos poches seront vidées afin de les soutirer de cette fâcheuse et honteuse situation.

Les capitalistes n’ont qu’à bien se tenir puisque nous sommes en 2009 dans quelques jours et qu’aujourd’hui, contrairement aux années "30, les prolétaires savent lire. Cela est d’autant plus dangereux pour les capitalistes puisque en plus de cela, le Kapital de monsieur Marx se vend comme des petits pains chauds à travers le monde entier! Les Manga japonais en font même une version animée!

PLACE À LA RÉVOLUTION!

Posted in Actualité, Afghanistan, Amérique du Sud, Économie, Élection, États-Unis, Bourgeoisie, Canada, Capitalisme, Chavez, CIA, Colombie, Communisme, Compagnie, Conservateur, Corruption, Coup d'état, Crime contre l'humanité, Crime de guerre, Cuba, Démocratie, Dictature, Droite, Environnement, Exploitation, Fonds publics, Gauche, Guerre, Histoire, Impérialisme, Ingérence, Internationale, Japon, Libéraux, Lutte de classe, Militaire, Militarisme, Mouvement ouvrier, Néo-libéralisme, Obama, Pauvreté, Réactionnaire, Répression, Résistance, Révolution, Terrorisme, Terrorisme étatique, USA, Vénézuéla, Violence | 2 Comments »

Martineau le raciste

Posted by sylvainguillemette le 25 décembre, 2008

http://radicarl.net/wp-content/uploads/titre/riri%20le%20clown.jpg

L’intolérance bat son plein chez Canoe! Richard Martineau, la p’tite crotte de TVA, le pseudo-journaliste qui n’est en fait qu’un résidu de xénophobe-girouette -qui, au besoin, peut se caméléoniser en ce qui est populaire-, a décidé de cogner sur Amir Kadhir, et la gauche en général.

Cette fois, cette petite fiotte nous sert un texte à saveur ultra-raciste envers Amir Khadir -qui le dérange certes!-, en ne servant que du populisme réchauffé et prémâché.

Amir Khadir aurait lancé une chaussure sur la pancarte du sanguinaire terroriste Bush. Ouf… ce terroriste libre et reconnu, et cela, ça dérange notre petit raciste Martineau. Ça le choque, imaginez! Cet imbécile se porte sans y réfléchir, à la défense du plus grand tueur de masse de notre siècle, jusqu’ici.

Dans son texte raciste à souhait, Martineau dit «Si Khadir avait 18 ans et qu’il était étudiant en sciences humaines au Cégep du Vieux-Montréal, son geste pourrait faire sourire.»…

Et pourtant… Monsieur Martineau serait-il en train de nous faire croire que cela n’a pas fait sourire le Québec, ou même le monde entier? Même le fabricant de chaussures est devenu riche! Ce crétin sait-il que c’est un terroriste qu’il défend? Le plus grand détenteur d’Armes de Destruction Massive de plus? Le sait-il ou fait-il juste l’idiot pour attirer l’attention –et cela fonctionnerait, puisque j’en parle-?

Mais il en ajoute ce con…

«Mais de la part d’un député qui siège à l’Assemblée nationale, et qui est censé représenter TOUS les citoyens de sa circonscription, ce geste est tout simplement inacceptable

Monsieur Martineau trouve peut-être acceptable que tous les autres politiciens du Québec ne condamnent pas George W. Bush pour ses crimes de guerre et ses crimes contre l’humanité? Soit si c’est le cas. Ce n’est pas mon fardeau, c’est le sien! Mais les faits restent des faits et force m’est de constater que monsieur Martineau, lui, ne condamne aucunement les crimes de monsieur Bush, lequel a déclenché deux guerre sur des mensonges et lequel est responsable de plus d’un million de morts jusqu’ici. Ça aussi, c’est son problème! Je suis content de ne pas connaître ce censeur populiste. Quelle honte pour le Québec!

Mais attendez! Ce n’est pas tout! Lisez ce torchon xénophobe, parsemé d’insultes gratuites non fondées!

« En se comportant comme un agitateur (pour ne pas dire un ado attardé), Monsieur Khadir jette de l’ombre sur son parti et donne raison à tous ceux qui, comme moi, disent depuis longtemps que cet homme, loin d’être un atout pour Québec solidaire, est un loose canon qui fait plus de tort que de bien à sa formation. »

Monsieur Martineau, lui, est le «loose canon» du Québec et de l’humanité, et maintient celle-ci dans un statu quo d’évolution. Avant longtemps, avec un racisme aussi patent, les nouvelles espèces auront vite fait de nous dépasser! Ah le singe qui sommeille en nous!

Et j’en profite pour préciser qu’Amir Khadir est l’un des meilleurs canons de notre équipe. Que Richard Martineau démolisse n’importe laquelle des propositions d’Amir Khadir, ou quelconque de ses argumentaires. Ce serait déjà un début de voir cette «cloche et l’idiot» débattre et non censurer ses lecteurs qui diffèrent d’opinion.

Martineau il a ça, il parle, il parle, mais au bout de son texte, y a rien. C’est du racisme, de l’anticommunisme, bref, de la servitude de bourgeois. Si c’est ça l’évolution dont parlait Darwin, je conseille à toutes et tous de se tirer une balle dans la tête (Il y a certainement d’autres solutions, ne faites pas ça!)… C’est un incapable, soumettez-le à un débat, vous verrez! On l’a fait, nous, les communistes! Il nous censure sans nous répondre!

Le geste d’Amir Khadir avait sinon, bien du sens! Bush n’est qu’un sale tueur de masse! Que Martineau se sente plus fin que les autres en lui baisant le train ne m’importe en rien.

Regardez ensuite ce que dit le raciste!

« Monsieur Khadir aime lancer des souliers à la face des politiciens dans ses temps libres, histoire de montrer à la galerie qu’il est un grand révolutionnaire, ami des droits de la personne ?

Alors pourquoi ne lance-t-il pas des souliers sur une photo de Mahmoud Ahmadinejad, président de la République islamique d’Iran, un pays qui pend ses homosexuels ? »

Une chose est certaine, c’est que Martineau, au lieu de lancer SES chaussures sur le tueur de masse qu’est Bush, a préféré les lancer sur Amir Khadir qui n’a commis aucun crime! Et encore, ce lèche-derrière de bourgeois a omit de dire qu’Amir et sa famille ont quitté ce pays qu’est l’Iran et qu’il ne s’est jamais porté à la défense du système iranien actuel –qui osera dire le premier, qu’Amir partage les valeurs d’« Amaquelquechose »? On dirait bien que Martineau l’en accuse, lui.

Amir vit en Amérique, comme ce lèche-anus de bourgeois qu’est Richard Martineau. Mais ce dernier, lui, préfère regarder les débiles de l’Iran plutôt que ceux qui président le pays au sud du nôtre, ou même le nôtre! Parce que Martineau, il aime ça cracher sur les iraniens, puis les arabes en général. Parce que c’est simple!

Martineau, c’est juste un christ de raciste!

Est-ce qu’on lui dit à Martineau, que l’Iran a exécuté moins de gens que les États-Unis cette année? Des débiles, il y en a partout! Martineau en est d’ailleurs la preuve. Mais Martineau, lui, préfère regarder ceux qui sont différents de lui, parce que c’est un raciste. Il aime monter son lectorat contre les autres nations et du fait, se retrouve en train de légitimer une future invasion de ce pays indépendant qu’est l’Iran. Je suis même en train de me demander si la C.I.A. n’a pas trouvé un nouveau «Robert Ménard» en lui! Ça expliquerait tout, non? Qui s’en surprendrait opportuniste comme il est?

Ce sale raciste demande ensuite si nous avons, nous la gauche, le courage de lancer des souliers sur la Russie…Certainement que nous le faisons monsieur Martineau! J’ai déjà même voulu le cracher sur la Russie SUR LE BLOGUE DE MARTINEAU, mais j’ai été censuré par ce crétin et son équipe de valets!

La Russie, c’est comme les États-Unis, mais ça, Martineau s’en fiche. Lui, c’est ce qu’il croit à gauche qui le dérange, ou ce qui est différent de lui. Et je suis en train de me demander si ce crétin croit que ces pays qu’il nomme, sont à gauche.

Lisez-le vous-même!

« Pourquoi ne lance-t-il pas des souliers sur une photo de Vladimir Poutine, le premier ministre de la Russie qui a mis la Tchétchénie à feu et à sang et qui utilise des méthodes dignes de la mafia pour se débarrasser de ses adversaires politiques ? »

Des méthodes mafieuses?!? Et les États-Unis, eux, n’ont jamais fait ça? Et le Canada lui? Il n’a jamais rien fait non plus? Et la Zambie? Et les mineurs ensevelis par la «Suttin Institute» qui fut elle, achetée par Barrick –avec l’appui du gouvernement canadien sur toute la ligne!-?

Et les autres magouilles du Canada? Le coup d’État en Afghanistan qui a mis au pouvoir Hamid Karzaï? Les relations économiques du Canada avec la narco-traficante Colombie qui massacre des villages entiers –de gauche- et qui tue annuellement, des dizaines de syndicalistes? Ciboire! C’est vrai! C’est juste de la gauche qui se fait tuer! Ou des syndicalistes! Sacripant! Il pouvait bien rigoler de Québec-solidaire avec cette tarte de Johanne Turcotte! Pauvre crétin! Raciste! Putchiste! Défenseur du terrorisme! Tas de merde!

« Pourquoi ne lance-t-il pas ses souliers sur une photo des militaires qui sont en train de transformer la République Démocratique du Congo en charnier ? »

Ce zouf n’est même pas au courant que ses copains d’Ottawa sont liés avec ce qui s’y passe… Quel sérieux journaliste! Tarla! Je parie qu’il a un cellulaire celui-là, fabriqué avec du Coltan!

Sac à merde raciste Martineau

-Pourquoi Martineau ne condamne t-il pas George W. Bush pour ses crimes?

-Pourquoi Martineau ne condamne t-il pas Harper pour son aide au coup d’État contre les palestiniens et son aide vis-à-vis le maintien de la dictature afghane?

-Pourquoi Martineau ne condamne t-il pas l’invasion irakienne et l’aide canadienne à celle-ci?

-Pourquoi Martineau ne condamne t-il pas la possession d’ADM des États-Unis et de leurs alliés idéologiques et l’utilisation de celles-ci contre des civils?

-Pourquoi Martineau ne condamne t-il pas le racisme, qu’il affiche lui-même envers des nations bien distinctes de la sienne?

-Pourquoi Martineau ne condamne t-il pas les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité, lesquels sont maintenant, en 2008, commis par le Canada et les États-Unis, ainsi qu’une tonne d’autres pays à travers le monde?

-Pourquoi Martineau ne condamne t-il pas les mises à mort états-uniennes, plutôt que s’attaquer à celles qui ont lieu dans d’autres continents où les valeurs n’ont rien à voir avec les siennes?

-Pourquoi Martineau ne condamne t-il pas la torture que le Canada commet et ordonne, entre autre à des enfants-soldats qui par des lois internationales, seraient supposés être protégés de tels crimes ignobles?

-Pourquoi Martineau ne condamne t-il pas la torture pratiquée par Washington qui, à l’aide de pays étrangers, comme le Canada, peut transporter illégalement des prisonniers via les aéroports internationaux?

-Pourquoi Martineau ne condamne t-il pas les États-Unis et le Canada qui défendent leur alliée l’Arabie saoudite et ses crimes?

-Pourquoi Martineau ne condamne t-il pas la monarchie?

-Pourquoi Martineau ne condamne t-il pas les États-Unis pour avoir collaboré, financé, armé et entraîné avec les talibans et Al-Qeada?

-Pourquoi Martineau ne condamne t-il pas les attaques terroristes israéliennes qui, en 2006, tuaient 1100 civils libanais avec des armes de destruction massive sans la moindre sanction économique?

-Pourquoi Martineau ne condamne t-il pas le tyran états-unien?

-Pourquoi Martineau ne condamne t-il pas lui-même, la monarchie nord-coréenne qui n’a rien à voir avec le communisme ou le socialisme?

(-Pourquoi Martineau ne lit-il pas enfin sur le socialisme et le communisme afin de savoir ce dont il parle?)

« Et que dire de ben Laden? Ne mérite-t-il pas, lui aussi, quelques coups de sandales ? »

Et que dire de monsieur Martineau qui ne dénonce pas le fait que Ben Laden, sans Bush et les antécédentes maisons blanches, il n’était rien! Des milliards ils ont reçu de la part de la maison blanche, via la C.I.A.! Et c’est tout ce que ce crétin de raciste trouve à dire!

« Ah, non, c’est vrai : selon l’éminent député de la République Libre du Plateau, les Américains auraient eux-mêmes fait sauter les tours du World Trade Center… »

On peut vraiment se demander si ce n’est pas Washington qui le paie celui-là. Je mets au défi monsieur Martineau de me prouver que Ben Laden a des liens avec le WTC et de me prouver également que Washington n’a rien à y voir. Tous les pays de la planète en parlent, tout le monde se raconte les contradictions, mais Martineau, lui, tient bon! Bush est un héros…

Richard Martineau se contente de lancer des insultes contre Amir Khadir parce que, comme tous ses camarades de la droite impérialiste et militariste qui aime lécher les culs de bourgeois minoritaires et parasitaires -et regarder des « RACES » se faire tuer sur CNN- Monsieur le raciste populiste a la révolte très sélective!

Le mal, pour lui, n’existe que chez la gauche. Et plus il est arabe, plus il est méchant! Ça va être beau dans le journal d’abrutissement national cet hiver!

Haïl Richard Martineau!

Source : http://www2.canoe.com/infos/chroniques/richardmartineau/archives/2008/12/20081224-092200.html

Posted in ADQ, Afghanistan, Armée canadienne, États-Unis, Blogue, Bourgeoisie, Bush, Canada, Capitalisme, CIA, Colombie, Communisme, Conservateur, Corée, Coup d'état, Crime contre l'humanité, Crime de guerre, Dictature, Droite, Extrême-droite, Gauche, Guerre, Immigration, Impérialisme, Internationale, Irak, Iran, Israël, Journalisme, Liban, Lutte anti-fasciste, Lutte de classe, Malinformation, Manipulation, Média, Médias, Militaire, Militarisme, Monarchie, Mouvement ouvrier, Nazi, Politique, Préjugés, Propagande, QS, Québec, Racisme, Réactionnaire, Russie, Terrorisme, Trou du cul, USA | 53 Comments »

Encore une double-mesure pour "RSF"

Posted by quebecsocialiste le 25 décembre, 2008

C’est peut-être la "période des fêtes" ici, mais il se passe encore des choses à l’international. Je vous présente ici cet excellent texte de dénonciation paru sur "Le Grand Soir" qui fait à la fois le point sur la situation du journaliste irakien ayant défié le criminel de guerre Bush en lui lançant ses souliers et sur l’hypocrisie (toujours au rendez-vous) de "Reporters Sans Frontières" ("sans frontières" mon cul) sur cette situation d’atteinte évidente aux droits à la liberté d’expression et à la contestation de la part d’un simple journaliste, sans histoire jusque là, d’un homme ayant une famille inquiète et ne méritant aucunement le sort que lui prépare l’état policier de Nouri Al-Maliki (je sais: Dire qu’Al-Maliki est le véritable chef de ce pays est assez douteux, mais c’est lui le représentant, alors on va désigner les choses ainsi), sans compter ce qui lui a déjà été infligé.

Par Jean-Guy Allard

Avec son habituelle complaisance envers les Etats-Unis qui assurent une bonne partie de son financement, la pseudo ONG française Reporters sans Frontières, non seulement refuse de condamner l’extrême violence avec laquelle il a été procédé à l’arrestation du journaliste Mountazer Al-Zaidi qui a jeté ses souliers sur le président nord-américain George W. Bush, mais « elle regrette que le journaliste ait eu recours à un tel procédé ».

Selon son frère, Al-Zaidi est prisonnier à l’hôpital Ibn Sina de Bagdad où il est soigné pour la fracture d’un bras et pour plusieurs côtes cassées en plus de ses blessures à un œil et à une jambe. D’autres sources affirment qu’il souffre d’un traumatisme crânien.

Plus subtil, le porte-parole du Département d’Etat, Robert Word, a déclaré qu’il condamnerait l’usage de la violence qui serait exercée à l’encontre du journaliste par les forces de l’ordre.

Cependant, RSF consent finalement à « demander aux services de sécurité irakiens de garantir l’intégrité physique du journaliste » et elle reconnaît que, « visiblement il a été blessé durant sa rétention ».

Mais elle insiste : « Nous n’approuvons pas cette forme de comportement comme moyen pour exprimer une opinion ».

Mountazer Al-Zaidi a jeté ses souliers sur le président nord-américain George W. Bush dans un geste de mépris envers celui qui a dévasté son pays et tué des dizaines de milliers de ses compatriotes.

L’organisation française qui a organisé un si grand nombre de campagnes, financées par Washington, contre Cuba et le Venezuela finit en se mettant à genoux devant le maître de la Maison Blanche pour que son agresseur n’aille pas rendre une petite visite au camp de concentration de Guantánamo.

Textuellement, Benoit Hervieu, l’auteur de ce communiqué inepte, écrit : « La décontraction avec laquelle George W. Bush a commenté l’incident doit, a fortiori, inciter les autorités irakiennes à la clémence » a déclaré l’organisation.

Dans une conversation – apparemment tout-à-fait aimable – avec Reporters sans Frontières, Abdel Karim Khalaf, « responsable d’opérations au Ministère de l’Intérieur irakien, a déclaré que Mountazer Al-Zaidi a été arrêté en flagrant délit et qu’il est inculpé en vertu des articles 223, 225 et 227 du code pénal irakien ».

Le journaliste encourt une peine de « 7 années d’emprisonnement pour offense envers un Chef d’Etat étranger » a précisé ce sbire de service en s’adressant à la si peu prestigieuse organisation parisienne qui prétend défendre les journalistes.

Mountazer Al-Zaidi est un héros dans son pays et dans tout le monde arabe à la suite de l’incident survenu le 14 décembre lorsqu’il a jeté ses souliers sur George W. Bush au cours d’une conférence de presse organisée dans un bunker militaire de Bagdad à la suite d’une visite surprise du président nord-américain.

Ces dernières années, Reporters sans Frontières s’est rendue célèbre à cause de sa négligence criminelle face à la cruelle détention, à Guantánamo, du journaliste soudanais Sami Al-Haj. Cette pseudo ONG a aussi été clouée au pilori suite à un rapport scandaleusement pro-nord-américain dans lequel elle niait une quelconque responsabilité de l’US Army dans la mort du cameraman espagnol José Couso.

Elle a de même fait preuve d’une singulière lâcheté dans l’affaire du reporter ukrainien Taras Protsyuk, assassiné par l’armée des Etats-Unis en Irak.

Le fondateur de Reporters sans Frontières, Robert Menard, a démissionné il y a quelques semaines de son poste à la tête de l’organisation lorsqu’a éclaté, à Washington, un scandale dans lequel il fut révélé qu’un lieutenant de Frank Calzón, son bienfaiteur de la CIA, avait détourné cinq cent mille dollars des fonds payés par les contribuables.

Source

Liberté pour Mountazer Al-Zaidi! À bas l’impérialisme!

Sur ce, joyeuses fêtes à tous.

Posted in Impérialisme, Médias, Réactionnaire | Leave a Comment »

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.