Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Articles Tagués ‘Canada’

L’OTAN tourne le dos à sa mission par Thierry Meyssan

Publié par sylvainguillemette le 10 août, 2011

JPEG - 18.9 koA 150 jours de bombardements, l’OTAN a rasé de nombreuses infrastructures, mais n’a toujours pas obtenu le moindre résultat militaire probant. Cet échec est imputable à l’absence de réflexion stratégique préalable. L’OTAN a cru pouvoir appliquer en Libye les méthodes standard qu’elle avait conçues pour d’autres environnements. Elle se trouve désemparée face à un cas particulier. La plus grande alliance militaire de l’Histoire, qui avait été formée pour affronter l’URSS puis avait rêvé de devenir le gendarme du monde, n’a pas réussi sa reconversion.

Une victoire ou une défaite militaire se juge par rapport aux buts de guerre que l’on s’était fixés. Dans le cas de l’intervention de l’OTAN en Libye, il y avait un mandat des Nations Unies, la protection des civils, et un but tout aussi officiel bien que hors mandat, changer le régime politique du pays.

A presque 150 jours de guerre, l’OTAN n’est pas parvenue à ébranler les institutions libyennes. Compte tenu de la disproportion des forces, il faut admettre l’échec militaire et se poser des questions sur la stratégie choisie.

L’Alliance partait d’une analyse erronée selon laquelle les tribus de l’Est et du Sud, hostiles à Mouammar Khadafi, prendraient facilement Tripoli dés lors qu’elles disposeraient d’un appui aérien. Or, ces tribus ont au contraire considéré les bombardements comme une agression étrangère et se sont ralliées au « Frère Guide » pour repousser « l’invasion croisée ».

Dès lors, l’Alliance n’a pu compter que sur deux composantes au sol : d’une part les 3 000 soldats aguerris que le général Abdel Fatah Younes avait emmené avec lui lorsqu’il avait fait défection, et d’autre part les centaines, peut-être milliers, de combattants arabes issus des réseaux du prince saoudien Bandar Bin Sultan et connus sous le nom de « nébuleuse Al Qaida ».

Après l’assassinat dans des conditions particulièrement atroces du général Younes par des jihadistes d’Al Qaida, les forces rebelles se sont effondrées : les soldats de Younes se ralliant au colonel Kadhafi pour combattre Al Qaida et venger leur chef. Le commandement opérationnel a échu dans les mains de Khalifa Haftar, c’est-à-dire sous les ordres des forces spéciales de la CIA. L’Agence n’a pas hésité à recruter d’urgence n’importe quel combattant, y compris des enfants-soldats.

Cette armée improvisée, aux effectifs fluctuants, annonce un jour sur deux une victoire, mais ne fait qu’essuyer des défaites. Chaque bataille reproduit le même scénario : les bombardements de l’OTAN contraignent la population à fuir leurs maisons. La localité est immédiatement investie par les forces rebelles qui annoncent avoir gagné du terrain. C’est seulement alors que la bataille commence. L’armée libyenne entre dans la ville et massacre les rebelles. Puis, la population, sauve, retourne dans la localité partiellement détruite.

L’Alliance atlantique pourrait interpréter la résolution 1973 d’une manière extensive et considérer que bien que ce texte interdise explicitement le déploiement de troupes étrangères au sol, un tel déploiement est légitime s’il a pour but de « protéger les civils ». L’OTAN devrait alors affronter une population armée jusqu’aux dents et prête à en découdre. La Jamahiriya a en effet distribué une kalachnikov à chaque adulte et mis en place un système populaire de distribution de munitions. Même si la population libyenne n’est pas entraînée en comparaison des soldats de l’Alliance, elle dispose d’une nette supériorité sur eux, en ce qu’elle est prête à accepter de lourdes pertes quand les soldats de l’OTAN ne sont pas prêts à mourir pour Tripoli.

Depuis le début du conflit, les stratèges de Washington ont considéré que tout cela n’était pas très important puisqu’ils détiennent le pouvoir suprême : la domination aérienne.

Cette doctrine, indiscutée aux États-Unis, s’étend progressivement dans les académies militaires des États membres de l’Alliance, alors qu’elle y était jusqu’ici très critiquée. Elle trouve son origine dans les leçons tirée par le général Giulio Douhet de la guerre italo-ottomane, c’est-à-dire la guerre de Libye de 1911. À l’époque, les Italiens expérimentèrent le premier bombardement aérien de l’Histoire à Tripoli. Effrayé par cette arme nouvelle, l’Empire ottoman céda sans combattre. Les troupes italiennes prirent possession de Tripoli sans avoir à tirer un seul coup de fusil. Douhet en conclua qu’il était possible de gagner une guerre avec la seule aviation. Cette analyse est fausse, parce qu’elle confond le fait d’arracher la propriété de la Libye aux Ottomans avec le fait de contrôler la Libye. Les vrais combats n’eurent lieu que plus tard avec l’insurrection populaire libyenne.

Certains penseront qu’il existe une malédiction libyenne. En tous cas, c’est sur cette terre qu’exactement un siècle plus tard l’erreur conceptuelle se reproduit. La dominance aérienne a permis d’arracher la légalité libyenne à la Jamahiriya et de la confier au Conseil national de transition, mais cela n’a aucune importance sur le terrain. Pour contrôler le pays, l’OTAN devrait envoyer des troupes au sol et, à l’instar des Italiens dans les années 1912-14, exterminer plus de la moitié de la population de Tripoli, ce qui n’est pas exactement l’esprit de la Résolution 1973.

L’Alliance atlantique avait jusqu’à présent conçu ses bombardements en fonction de la doctrine de Douhet et des perfectionnements qui y ont été apportés, notamment la théorie des cinq cercles de John A. Warden III, qui fut expérimentée en Irak. L’idée est que les cibles ne doivent pas être choisies pour détruire les forces armées ennemies, mais pour paralyser les centres de commandement, notamment en coupant les moyens de transmission et de circulation.

L’OTAN découvre alors que la Jamahiriya n’est pas un slogan, mais une réalité. Le pays est gouverné par des Congrès populaires et Mouammar Kadhafi a réduit la plupart des administrations à leur plus simple expression. Ici pas de grands ministères régaliens, juste de petits bureaux. Les ministres ne sont pas des personnalités de premier plan, mais plutôt des chefs d’équipe. Ce sont les conseillers dont ils s’entourent pour leurs compétences qui sont puissants. Le pouvoir est dilué, insaisissable. Ce qui était un casse-tête pour les hommes d’affaire qui venaient en Libye : trouver les bons interlocuteurs, devient une énigme pour les stratèges de l’OTAN : qui faut-il cibler ? Cinq mois de bombardement n’ont pas permis de trouver la réponse.

La seule tête qui dépasse est celle de Mouammar Kadhafi. L’Alliance atlantique fait une fixation sur lui. N’est-il pas le père de la Nation ? En l’éliminant, on détruirait le principe d’autorité dans la société libyenne. Celle-ci serait instantanément « irakisée » et plongerait dans le chaos. Mais, contrairement au précédent irakien, la structuration tribale et l’organisation horizontale du pouvoir perdureraient. Même déchirée par des conflits internes, la population libyenne resterait une entité organique face à l’invasion étrangère. Non seulement aucun problème militaire ne serait résolu, mais plus rien ne délimiterait le théâtre des opérations ; la guerre ne manquerait pas de déborder aussi bien en Afrique du Nord qu’en Europe du Sud. Finalement, tuer Kadhafi serait peut-être la pire des choses.

En l’absence de toute stratégie adaptée à la situation, l’Alliance atlantique se replie sur les vieux réflexes de la culture militaire US, ceux des guerre de Corée et du Vietnam : rendre la vie de la population impossible pour que celle-ci se désolidarise de son « Guide » et le renverse. Depuis le début du Ramadan, l’OTAN a donc renforcé le blocus naval pour couper l’approvisionnement en essence et en denrées alimentaires ; elle bombarde les centrales électriques et les stations de maintenance d’approvisionnement d’eau ; elle détruit les coopératives agricoles, les petits ports de pêche et les halles.

Bref, l’Alliance atlantique fait exactement le contraire du mandat que lui ont donné le Conseil de sécurité et les différents parlements des États membres : au lieu de protéger la population civile contre un tyran, elle terrorise les civils pour qu’ils se rebellent contre le leader qu’ils soutiennent.

Cette stratégie devrait durer jusqu’à la fin du ramadan Il restera alors trois semaines à l’Alliance pour tenter d’emporter une victoire significative avant ne sonne le gong : le 19 septembre, l’Assemblée générale des Nations Unies se réunira à New York. Elle pourrait demander des explications sur l’opération en cours, prendre acte de l’incapacité du Conseil de sécurité à rétablir la paix, et imposer ses propres recommandations.

En vue de la reprise des combats au sol, début septembre, l’OTAN arme les rebelles de Misrata et nettoie la route qu’ils devront utiliser pour prendre Zlitan. La France ayant refusé de livrer une fois de plus des armes, c’est le Qatar qui a envoyé un avion pour opérer les livraisons, malgré l’embargo onusien. Dans la nuit du 8 au 9 août, l’Alliance a nettoyé la colline de Majer qui pourrait servir d’avant-poste pour défendre Zlitan. Elle a bombardé des fermes et des tentes qui abritaient une vingtaine de famille de déplacés, tuant 85 personnes dont 33 enfants.

 

Thierry Meyssan

Source

Publié dans Article | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une histoire rocambolesque

Publié par sylvainguillemette le 10 août, 2011

Si Hollywood semble répétitive depuis quelques années, remuant ici et là, quelques vieux scénarios pour les accorder à travers le temps, les forces de l’O.T.A.N., elles, ne semblent pas souffrir de carence en la matière.

La mort de Ben Laden

Tout d’abord, notre cher Ossama meurt d’une «brave attaque» des forces spéciales états-uniennes, spécialement habilitées à manier les armes, mais pas les appareils photo, qui  auraient su prouver leur prétention d’avoir débarrassé la Terre d’une crapule devenue, cela dit,  l’outil désuet de la bourgeoisie de Wall Street.

Mais il n’en est rien, le pauvre agent de la CIA serait décédé d’une insuffisance rénale, selon bien des sources beaucoup plus pertinentes, dont celle-ci.

La mort des forces spéciales ayant tué Ben Laden

Fin de semaine dernière…, je suis devant la télévision et j’apprends la nouvelle de l’écrasement d’un hélicoptère dans la région de l’Afghanistan sans trop de stupeur. Mais à ce moment là, je ne suis pas au courant que les victimes sont précisément, les «forces spéciales» ayant tué le barbu si célèbre. Mais soit, ce sont eux, paraît-il. Alors j’acquiesce d’abord pour ma part, la mort de «certaines forces spéciales», parmi tant d’autres…, vu le budget dépensier de l’Empire. Mais non, ce sont bel et bien les forces ayant tué le barbu… Le tout se confirme, la source? L’OTAN, Washington plus précisément.

Hmmm…, quelque chose pue déjà….

La mort du «gars» qui a tiré la roquette sur l’hélicoptère des «gars» qui ont tué Ben Laden

Je viens d’arriver de faire mon temps chez mon employeur. J’ouvre la télévision, comme à l’habitude, voir ce qu’«ils disent» sur ce qu’il se passe dans le monde.

Qu’est-ce que je vois au bas de l’écran, dans le fil de presse? L’OTAN a perpétré une opération spéciale et a réussi à abattre, sans farce là, le «gars» qui tenait le lance-roquette RPG-7 et qui a appuyé sur la détente de ce dernier pour descendre le transporteur de troupes, mieux connu sous le nom de Chinook CH-47, un bimoteur rendu populaire pour son efficacité en milieu de combat.

On nous prend pour des cons. Comment ont-ils réussi à identifier le type? Il avait une barbe? Un RPG-7 à l’épaule? Le RPG-7 est l’arme antichar la plus répandue dans le monde, en Afghanistan également, bien évidemment! Les Russes fabriquent ces armes et  en ont laissé des beaucoup d’exemplaires lors de leur retraite précipitée. Il n’y a donc pas de quoi s’étonner, qu’un type dans un territoire occupé, ait porté une arme identique à celle qui aurait, selon LA SOURCE TRÈS FIABLE qu’est l’OTAN, buté un hélicoptère de la coalition de pilleurs et de tueurs que sont les membres de l’OTAN.

Et d’autre part, l’OTAN abat souvent des troupes en Afghanistan et dans certaines régions pakistanaises, contrôlées par les Talibans et des factions hostiles aux forces impérialistes, grâce aux drones particulièrement. Ils n’en font pas toujours une mention aussi vantarde. Ils cachent plutôt les bilans plutôt tristes qu’occasionnent ces ADM dernier cri, contrôlés à distance, parfois d’un pays  lointain.

Et soyons franc, la guerre, ce n’est pas comme dans un jeu vidéo. Il n’y a pas de «TAG» au-dessus des joueurs pour les identifier, il n’a donc certainement pas été possible d’identifier celui qui a descendu le CH-47, encore moins lorsqu’il était en retraite, à des kilomètres de là, où ses déguisements auraient également pu laisser place à d’autres.

C’est qu’on nous prend vraiment pour des cons.

Conclusion

Il faut peut-être s’attendre à ce que le «gars» qui a tiré le «gars» qui a tué «les gars» qui ont tué le gars, se fasse, lui aussi, tuer par un autre «gars»…

Ne posons pas trop de question…, ils feraient un génocide pour taire la vérité!

Publié dans Article | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’OTAN face à l’ingratitude des Libyens par Thierry Meyssan

Publié par sylvainguillemette le 14 juillet, 2011

La Coalition des volontaires était venue en Libye pour sauver la population civile de la répression du tyran Kadhafi. Quatre mois plus tard, les foules libyennes ont déserté le territoire libéré de Benghazi et se massent dans de gigantesques manifestations anti-OTAN. Confrontée à une réalité politique inattendue, l’armada de l’Alliance atlantique n’a plus de stratégie. Les Italiens ont amorcé leur retrait, les Français cherchent la sortie.

JPEG - 34.9 ko
Le gouvernement libyen espérait réunir 1 million de personnes, le 1er juillet 2011 à Tripoli, pour manifester contre l’OTAN. À la surprise des autorités tout autant que de l’Alliance atlantique, ils étaient 1,7 million.

111 jours après le début de l’intervention de la Coalition des volontaires en Libye, aucune solution militaire n’est en vue et les experts s’accordent tous à dire que le temps joue en faveur du gouvernement libyen, sauf coup de chance et assassinat de Mouammar el-Kadhafi.

Le 7 juillet, le conseil des ministres italien a réduit de moitié l’engagement du pays à l’effort de guerre et a retiré son porte-hélicoptères. Le président Silvio Berlusconi a déclaré qu’il avait toujours été hostile à ce conflit, mais avait été contraint par son parlement d’y participer.

Le 10 juillet, le ministre français de la Défense, Gérard Longuet, a évoqué une solution politique qui passerait par un départ de M. Kadhafi « dans une autre aile de son palais et avec un autre titre ». Vu qu’il n’y a plus de palais, la première condition est de pure forme, quand à la seconde, personne n’en comprend le sens, sinon qu’il s’agit d’une échappatoire sémantique.

Les structures sociales et politiques libyennes sont issues de la culture locale et sont manifestement difficiles à comprendre pour nombre d’Occidentaux. Il s’agit d’un système monocaméral de démocratie participative, qui fonctionne remarquablement bien au niveau local, doublé d’un forum tribal qui ne constitue pas une seconde chambre, un sénat, puisqu’il n’a pas de pouvoir législatif, mais intègre les solidarités claniques dans la vie politique. À ce dispositif, s’ajoute la figure du « Guide », qui ne dispose d’aucun pouvoir légal, mais d’une autorité morale. Nul n’est forcé de lui obéir, mais la plupart le font, comme ils agiraient au sein de leur famille vis-à-vis d’un ainé, bien que rien ne les y contraigne. Dans l’ensemble ce système politique est paisible et les gens ne manifestent aucune peur de la police, excepté lors des tentatives de prise de pouvoir ou encore lors de la mutinerie de la prison d’Abou Salim (1996) qui ont été réprimées de manière particulièrement sanglante.

Ces précisions permettent de percevoir le caractère absurde des buts de guerre de la Coalition des volontaires.

Officiellement celle-ci intervient à l’appel du Conseil de sécurité des Nations unies pour protéger les victimes civiles d’une répression de masse. Mais aujourd’hui, les Libyens sont persuadés que cette répression n’a jamais existé et que l’armée de l’air libyenne n’a jamais bombardé de quartiers de Benghazi ou de Tripoli. La partie de la population libyenne qui a cru ces informations diffusées par les chaînes de télévision internationales s’est ravisée. Les gens, qui ont tous des parents et amis dispersés dans le pays, ont eu le temps de se renseigner sur les dangers encourus par leurs proches et ont conclu qu’ils avaient été intoxiqués.

Sur ce sujet, comme sur bien d’autres, le monde est désormais divisé entre ceux qui croient la version US et ceux qui n’y croient pas. Pour ma part, je réside actuellement à Tripoli dans le quartier réputé hostile à M. Kadhafi qui se serait soulevé contre lui et qui aurait été bombardé par son aviation au début du conflit. Je peux attester qu’il n’y a aucune trace de tels événements, à l’exception d’une voiture brûlée. Les seuls immeubles qui ont été bombardés sont des bâtiments officiels qui ont été tardivement détruits par des missiles de l’OTAN.

Quoi qu’il en soit, les principaux leaders de l’OTAN ont évoqué publiquement un autre but de guerre, que certains membres de la Coalition ne semblent pas partager : la démission de M. Kadhafi, le « changement de régime ». On entre alors dans une confusion inextricable. D’une part, cette exigence n’a aucun fondement juridique au regard des résolutions pertinentes de l’ONU et n’est aucunement liée à l’objectif affiché de protection de populations réprimées. D’autre part, la démission de M. Kadhafi n’a aucun sens puisqu’il ne dispose d’aucune fonction institutionnelle, mais uniquement d’une autorité morale qui ressort des structures sociales et non pas politiques. Enfin, on ne voit pas de quel droit des membres de l’OTAN s’opposent au processus démocratique et décident en lieu et place du peuple libyen qu’il doit écarter un de ses leaders.

Au demeurant, cette confusion confirme que cette guerre répond à des mobiles inavoués qui ne sont pas partagés par tous les membres de la Coalition des volontaires.

Le principe d’une attaque simultanée de la Libye et de la Syrie a été acté par le pouvoir US dans la semaine suivant les attentats du 11 septembre 2001. Il a été exposé publiquement la première fois par John Bolton, alors secrétaire d’État adjoint, dans son discours du 6 mai 2002 intitulé « Au-delà de l’Axe du Mal ». Il a été confirmé par le général Wesley Clark, lors d’un célèbre entretien télévisé, le 2 mars 2007. L’ancien commandeur de l’OTAN y a présenté la liste des États qui seraient successivement attaqués par les États-Unis dans les prochaines années.

Les straussiens [1] avaient prévu d’attaquer initialement l’Afghanistan, l’Irak et l’Iran dans le cadre du « remodelage du Moyen-Orient élargi », puis lors de la seconde phase d’attaquer la Libye, la Syrie et le Liban pour étendre le processus au remodelage du Levant et de l’Afrique du Nord, puis encore dans une troisième phase d’attaquer la Somalie et le Soudan pour remodeler l’Afrique de l’Est.

L’attaque de l’Iran ayant été différée pour des raisons militaires évidentes, nous sommes entrés directement dans la Phase II, sans lien avec les événements réels ou imaginaires de Benghazi. La Coalition des volontaires se trouve embarquée dans un processus qu’elle n’a pas voulu et qui la dépasse.

La stratégie US, mise en œuvre par la France et le Royaume-Uni —associés comme au bon vieux temps de l’expédition de Suez—, était fondée sur une analyse particulièrement fine du système tribal libyen. Sachant que les membres de certaines tribus —principalement les Warfallah— ont été écartés des postes à responsabilité à la suite du putsch manqué de 1993, l’OTAN devait attiser leurs frustrations, les armer et les utiliser comme levier pour renverser le régime et installer un gouvernement pro-occidental. Selon M. Berlusconi, MM. Sarkozy et Cameron auraient indiqué lors d’une réunion des alliés le 19 mars que «  la guerre se terminerait quand il y aurait, comme on s’y attend, une révolte de la population de Tripoli contre le régime actuel ».

Cette stratégie a connu son apogée, le 27 avril, avec l’appel de 61 chefs de tribus en faveur du Conseil national de transition. À noter que, dans ce document, il n’est déjà plus question des massacres attribués au « régime » à Benghazi et à Tripoli, mais de son intention supposée de les perpétrer. Les signataires remercient la France et l’Union européenne d’avoir empêché un carnage annoncé et non d’avoir stoppé un carnage en cours.

Depuis cet appel, de manière continue et sans interruption, les tribus de l’opposition se sont ralliées une à une au gouvernement de Tripoli et leurs chefs sont venus faire publiquement allégeance à Mouammar Kadhafi. En réalité ce processus avait commencé bien avant et avait été mis en scène, le 8 mars, lorsque le «  Guide » avait reçu l’hommage de chefs de tribu à l’hôtel Rixos, au milieu des journalistes occidentaux transformés en boucliers humains et médusés par cette nouvelle provocation.

Ceci s’explique simplement : l’opposition intérieure à Kadhafi n’avait aucune raison de renverser le régime avant les événements de Benghazi. L’appel du 27 avril se basait sur des informations que les signataires considèrent aujourd’hui comme des intoxications. Dès lors, chacun s’est rallié au gouvernement national pour lutter contre l’agression étrangère. Conformément à la culture musulmane, les rebelles qui ont fait la preuve de leur bonne foi ont été automatiquement pardonnés et incorporés dans les forces nationales.

Peu importe pour notre analyse de savoir si la répression par le régime de Kadhafi est une réalité historique ou une mythe de la propagande occidentale, ce qui compte, c’est de savoir ce que pensent aujourd’hui les Libyens en tant que peuple souverain.

Il faut ici observer le rapport de force politique. Le Conseil national de transition (CNT) n’a pas su se constituer de base sociale. Sa capitale provisoire, Benghazi, était une ville de 800 000 habitants. Des centaines de milliers d’entre eux ont célébré sa création en février. Aujourd’hui la « ville libérée par les rebelles » et « protégée par l’OTAN » est en fait une agglomération morte qui ne compte plus que quelques dizaines de milliers d’habitants, souvent des gens qui n’ont pas les moyens de partir. Les Benghazis n’ont pas fuit les combats, ils ont fuit le nouveau régime.

À l’inverse, le « régime de Kadhafi » a été capable de mobiliser 1,7 million de personnes lors de la manifestation du 1er juillet à Tripoli et il vient de s’engager dans l’organisation de manifestations régionales chaque vendredi. La semaine dernière, ils étaient ainsi plus de 400 000 à Sabha (Sud) et l’on attend une foule identique vendredi à Az Zawiyah (Ouest). Notez bien que ces manifestations sont dirigées contre l’OTAN qui a tué plus d’un millier de leurs compatriotes, détruit les infrastructures non pétrolières du pays et coupé tout approvisionnement par un blocus naval, elles s’articulent autour d’un soutien au « Guide » comme leader anti-colonialiste, mais ne valent pas nécessairement approbation a posteriori de tous les aspects de sa politique.

En définitive, le peuple libyen a parlé. Pour lui, l’OTAN n’est pas venu le protéger, mais conquérir le pays. C’est Kadhafi qui le protège face à l’agression occidentale.

Dans ces conditions l’OTAN n’a plus de stratégie. Pas de « Plan B ». Rien. Les défections côté Conseil national de transition sont si nombreuses que, selon la plupart des experts, les « forces rebelles » ne comprennent plus qu’entre 800 et 1 000 combattants, certes surarmés par l’Alliance, mais incapables de jouer un rôle significatif sans soutien populaire. Il est probable que les commandos des forces spéciales déployés au sol par l’OTAN sont plus nombreux que les combattants libyens qu’ils encadrent.

Le retrait italien et les déclarations du ministre français de la Défense ne sont pas surprenantes. Malgré sa puissance de feu sans équivalent dans l’Histoire, l’armada de l’OTAN a perdu cette guerre. Non pas bien sûr au plan militaire, mais parce qu’elle a oublié que « la guerre est la continuation de la politique par d’autres moyens » et qu’elle s’est trompée politiquement. Les hurlements de Washington, qui a réprimandé le ministre français et refuse de perdre la face, n’y changeront rien.

Thierry Meyssan

Publié dans Article | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

Afghanistan, le bilan canadien

Publié par sylvainguillemette le 12 juillet, 2011

Voilà que se termine une mission impérialiste pour en débuter une autre, plus profondément marquée celle-là, par l’idéologie des partis au pouvoir dans nos pays occidentaux, membres de l’O.T.A.N..

Car en effet, au bien triste bilan de la mission afghane pour le Canada et ses alliés, s’ajoutera à l’histoire triste du capitalisme la mission Libyenne, visant à stopper les initiatives économiques de Muammar Kahadfi pour libérer l’Afrique de toute ingérence économique des pays occidentaux. Et si certains soulignent qu’il a usé de la force pour réprimer ceux qui en usèrent avant lui, ils n’en sont pas moins muets lorsqu’on leur demande comment réagiraient les autorités des pays de l’O.T.A.N. si des rebelles armés d’armes lourdes et légères (un AK47, c’est une arme légère…) attaquaient les villes, les policiers et les militaires de leur pays. Ils leur lanceraient les fleurs? Ou le pot?

Mais revenons plutôt à cette mission afghane, qu’on dit terminée.

Quel en est son bilan? Quels sont les gains, non pour les pays de l’O.T.A.N., nous y reviendrons, mais pour les Afghans eux-mêmes? Qu’y ont-ils gagné?

Gain Pour Les Afghans?

Une démocratie? Pas vraiment. Hamid Karzaï ne fut jamais élu, mais fut plutôt installé dans son socle, comme le dictateur du pays, par les pays occupants, membres de l’O.T.A.N..

En effet, rappelez-vous le début du mandat de George Walker Bush Jr, la maison blanche envoie Hamid Karzaï, à titre de consultant pour UNOCAL, une branche de Chevron qui sera dissoute une fois passées les négociations avec ce que nomme à l’époque le gouvernement Bush, le «gouvernement Taliban». Bref, Karzaï tente de convaincre, vainement, les Talibans de laisser passer un oléoduc  sur leur territoire. Il ne le dit peut-être pas alors, mais le projet consiste à contrer le marché russe de Gazprom, qui domine alors le marché européen. L’affaire ne fonctionne pas et Karzaï rebrousse chemin. On connait la suite. Il sera installé à titre de président de l’Afghanistan, via des élections truquées qui feront pour l’O.T.A.N., office de démocratie (Ça vous donne une idée des potentialités en Libye…). Or, les boîtes de scrutin n’ont jamais dépassé les quelque points de contrôle de l’armée d’occupation et le dictateur finira par contracter sur internet, le surnom de «maire de Kabul», vu le si faible appui reçu dans les faits apparents.

Ils ont gagné quoi sinon? La sécurité? Pas du tout, même qu’au contraire, les attaques se font de plus en plus fréquentes, et précises surtout. Les rebelles afghans sont toujours aux portes de Kandahar, de Kabul et des autres grandes villes du pays. Ils titillent les forces de l’O.T.A.N., à faibles coûts, en lui lançant de temps à autre des obus sur la tête. Juste pour dire qu’ils y maintiennent un continuel combat, permanent. Sinon, les bombes artisanales, les «Improvised Explosive Device», font énormément de victimes chez les soldats afghans et les troupes de l’OTAN. La sécurité ne peut donc pas servir de base argumentaire à ceux qui sont fiers de cette mission, impérialiste, de toute évidence.

Et que dire du marché de l’opium, ayant explosé depuis la présence des forces de l’OTAN en Afghanistan? Plus de 90% de l’opium mondial est fourni par l’Afghanistan, où des proches du dictateur Karzaï (Ahmed Wali Karzaï) s’occupent des affaires lucratives, tant pour eux, que pour la CIA. Il faut savoir que l’opium avait pratiquement disparu du marché afghan, sous le règne des Talibans, et qu’on ne peut donc pas leur imputer cet ouvrage.

Et l’eau? Coca-Cola s’occupe déjà de l’affaire, en puisant dans la nappe phréatique, le nécessaire aux agriculteurs et aux éleveurs.  Certes, un barrage, des routes et des sentiers furent inaugurés au pays depuis son invasion, mais cela ne limite aucunement la fameuse compagnie de boisson gazeuse à piller la ressource la plus indispensable de l’Afghanistan, son eau raréfiée.

Et ces routes, qu’en est-il? Un camarade à moi, vétéran de cette guerre sale, jadis artilleur des Forces Armées Canadiennes, me décrivait la scène. Des routes, avec aux quelques kilomètres, des «Checkpoints» improvisés, illégaux, où les «valeureuses» forces afghanes pillent les gains contractés par les Afghans sur leur retour du labeur, à la maison… Voilà pour les seules routes empruntables et praticables!  Et encore faudra t-il les surveiller pour vrai, après le départ des troupes étrangères…

Sur les bases de l’O.T.A.N., des Afghans y travaillent, dont des enfants, aux côtés des forces afghanes y étant entraînées. Ce même ami à moi, y a été témoin de viol collectif sur des  jeunes garçons, ceux-là, payés pour nettoyer la vaisselle. En effet, il a bien vu des soldats afghans violer collectivement un de ces jeunes et après en avoir discuté avec son supérieur immédiat, il s’est fait dire de se mêler de ses affaires. Son envie de vider son chargeur sur les violeurs se cachait mal… Voilà pour le travail offert aux braves Afghans! Voilà pour les valeureuses troupes du dictateur Karzaï!

Et la démocratie? Quelle démocratie?!? Comment peut-on faire part d’une quelconque démocratie dans de telles circonstances? Comment peut-on faire croire aux masses que la liberté d’expression y est respectée, ou qu’il y a eu une réelle participation aux élections législatives? Nous l’avons vu, le «président» vient tout droit des tentacules des pétrolières et s’est muni d’un C.V. de la CIA pour prétendre à la présidence, via des élections truquées. Alors comment peut-on de suite, affirmer que l’Afghanistan, grâce à nos troupes tombées au combat, jouit désormais d’une démocratie? Il faut y croire, simplement, et comme les religieux, faire fi des faits, pour s’en convaincre. C’est bel et bien la dictature que nous y avons installé.

Mais alors, est-il possible que les gains n’aient été que pour les pays de l’O.T.A.N.?

Des Gains Pour l’O.T.A.N.

En contrepartie, les gains pour l’O.T.A.N. furent considérables. Une nouvelle situation géostratégique très forte, près des pays prochains à conquérir. Un sol riche en gaz naturel, en Nickel, et en divers autres métaux, mais surtout, le passage désiré par l’OTAN, d’un oléoduc, destiné à contrecarrer l’autofinancement de la Russie via ses gaz qu’elle vend à toute l’Europe, ainsi qu’à divers pays limitrophes.

Mais encore, on oublie souvent que le marché militaire désire aussi sa part de gâteau, et il aura été gâté depuis le début des hostilités, tard en 2001. Car en effet, les États-Unis d’Amérique surtout, et leurs acolytes, auront essuyé de lourds coûts pour mettre sur pied cette grande armée d’occupation et cela se répercute déjà d’ailleurs, sur les finances de l’Empire, en quasi faillite. Mais qui paie et qui en bénéficie? Le contribuable paie, et le fabricant d’armes encaisse. Des bombes qui s’entassent dans des entrepôts, ça perd de la valeur… Et d’autre part, la bourgeoisie n’a que faire de ces faillites, elle est sans logis, elle ira donc voir ailleurs s’il y a du prolétaire à exploiter.

La guerre d’Afghanistan est non seulement un fiasco social pour les Afghans eux-mêmes, mais un fiasco financier pour les contribuables occidentaux, lesquels sont désormais soumis à des politiques d’austérité forcées et lesquels devront donc faire les frais de la cupidité d’une minorité parasitaire et guerrière. Encore faudrait-il que cette minorité radine fasse elle-même sa guerre, mais elle préfère y envoyer la chair à canon du prolétariat.

Bref, les forces de l’O.T.A.N., au service de cette minorité parasitaire bourgeoise,  n’avaient que des potentiels de victoire, étant donné leur dessein préparé depuis belle lurette. Mais qu’y ont gagné les prolétaires Canadiens ou des autres pays membres au juste? Rien du tout! La mort! La dette! Et le regard impuissant de voir fricoter les forces de l’O.T.A.N. avec ces mêmes «Al-qeadiens» à Benghazi, en Libye, où ils sont de mèche dans un nouveau Coup d’État visant à contrecarrer les plans économiques de toute l’Afrique, qu’ils pilleront à son tour.

La guerre en Afghanistan nous aura coûté beaucoup, en vies humaines, en matériel, en fric, en temps et elle n’aura rien donné aux prolétaires Canadiens, ni à leurs enfants, encore moins de la sécurité. La haine ne peut que semer la haine.

C’est donc un échec retentissant et une guerre honteuse, qui n’aura finalement visé que destinées impérialistes.

Les Canadiens peuvent avoir honte de leurs troupes, qui n’ont servi qu’à maintenir une dictature en place, orchestrée celle-ci, par les maîtres incontestés de l’O.T.A.N., les États-Unis d’Amérique.

Honte aux missions impérialistes du Canada! Honte au Canada!

Publié dans Article | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Le Canada, une démocratie?

Publié par sylvainguillemette le 27 mai, 2011

Le gouvernement conservateur s’apprête à présenter son premier budget en position de majorité. Il s’apprête ainsi à imposer certaines parts d’idéologie dans un budget devant porter sur l’économie canadienne et non pas, sur les mœurs devant être adoptées par les Canadiens.

En effet, le gouvernement conservateur de Stephen Harper prévoit mettre fin au financement par le public, des partis politiques. C’est que chaque fois que vous posez le geste démocratique de voter pour votre dictateur aux 4 ans, vous donnez au parti de votre choix, un montant précisé par la loi liée à cet effet. Vous financez donc, publiquement et démocratiquement le parti de votre choix.

Mais voilà que les conservateurs affirment que ce financement est antidémocratique et le financement par des parties privées serait d’avantage démocratique. Or, il est évident et indéniable que le financement par des parties privées n’a précisément rien de démocratique et tout d’antidémocratique.  Je m’explique.

Les partis politiques sont comme les chaussettes, il y a en pour quasi tous les goûts, j’ai bien dit quasi. Mais il y a donc ces partis, défendant chacun leurs intérêts. En outre, il y a la division des partis politiques en intérêts, ceux-là,  représentant les classes sociales. Il y a donc des partis politiques qui défendent les intérêts des riches et d’autres, préférant s’en tenir à la classe sociale la plus dense, celle des pauvres et des travailleurs salariés, bien ordinaires.

Il devient donc évident qu’il naît dans la mesure proposée par les conservateurs de Stephen Harper, une injustice sociale profonde, elle-même née de l’injustice économique régnant dans nos économies capitalistes, où les richesses s’entassent dans les poches des propriétaires des moyens de production, alors que les créateurs de richesse quémandent cette dernière, appartenant dans le modèle capitaliste, au bourgeois possédant les moyens de production. C’est le monde à l’envers.

Mais comprenez le problème. Comment peut-on nier le fait que les riches pourront financer aisément leur parti préféré, alors que les pauvres continueront de tenter de joindre les deux bouts, sans pouvoir contribuer et poser le geste dit «démocratique» par les conservateurs? Car en effet, les partis défendant les intérêts des moins nantis ne pourront que compter sur des maigres financements du privé, alors que les partis défendant les pétrolières et les intérêts des mieux nantis dans leur ensemble, pourront pour leur part s’en remettre aux grâces de ceux et celles qu’ils servent, en parfaits laquais.

Le Canada ne fait donc pas de pas en avant dans la mesure où il se prétend démocratique, mais recule plutôt très bas dans l’échelle démocratique, d’autant plus qu’il consolidera les dictatures étrangères en Tunisie et en Égypte, aux côtés de ses alliés impérialistes de l’OTAN et du G8, en finançant à coups de dizaines de milliards des pseudo-démocraties, en réalité aux ordres de Washington.

Désormais, les Canadiens verront leurs partis politiques devenir de véritables reflets de la société. Nous y trouverons donc des partis sans moyen, sans capital pour se payer de la propagande et en contrebalance, un parti conservateur bourré de fric et répandant son fiel sur tous les écrans, tous les journaux (Quebecor est déjà là!) et toutes les chaînes radio, à l’instar des outils de propagande de l’opposition vénézuélienne, couvrant plus de 97% des médias vénézuéliens contrairement aux prétentions d’un «Chavez qui contrôle l’information» (des médias qui rappelons-le, avaient soutenu le Coup d’État raté de 2002 contre Hugo Chavez et encouragé à l’assassinat de ce dernier, tout cela orchestré par l’opposition et la maison blanche, appuyés ceux-là de Reporters Sans Frontières (paravent de la CIA)…).

Nous aurons donc, nous Canadiens, réellement pour notre part, notre autocrate Stephen Harper et ses hypocrites d’acolytes pour contrôler notre information, pour nous intoxiquer de leur bêtise et de leur ignorance crasse, si ce n’est pas de leur hypocrisie en réalité. Et nous n’aurons plus les moyens de contrer cette propagande haineuse, cette imbécilité créationniste, cet anti syndicalisme primaire, cet aplatventrisme devant la minorité parasitaire bourgeoise, bref,   ces lourdes valeurs conservatrices partagées dans l’ouest canadien et rejetées au Québec.

Stephen Harper et son équipe rejettent donc les principes démocratiques et se dirigent un peu plus vers la dictature, voulant contrôler le financement des partis politiques adverses, via l’argumentaire hypocrite prétextant que le don de capital à un parti politique représente un geste démocratique. Or, on ne peut rien donner si on ne possède rien et sachant que le capitalisme ne partage pas la richesse, il est objectif d’affirmer que toutes et tous ne pourront effectuer le «geste démocratique» en question.

À ce train là, avant longtemps, nous serons forcés de faire le « Hail Harper»… Vous me direz que j’exagère, mais ce n’est pas comme si les conservateurs n’appuyaient pas ce qu’Adolf Hitler avait fait subir aux juifs, aux homosexuels, aux handicapés et aux communistes après tout, puisqu’Israël et les États-Unis d’Amérique ont répété maintes fois ces crimes et que jamais Stephen Harper ne s’en est offusqué. Au contraire, avec ce qu’on appelle le «printemps arabe» et la très probable mise en place d’un« Plan Marshall» (40 milliards) dans la région, on comprend mieux ce qui se passe en Tunisie, en Égypte, en Libye, en Syrie, au Yémen, au Bahreïn et en Algérie…, on comprend mieux que le bras armée de la bourgeoisie occidentale, l’OTAN, ne fait que consolider ses positions molles, dues à une économie capitaliste en phase de passer le flambeau au fascisme, étant donné ses ratées consécutives depuis déjà plus de 2 siècles d’évolution marquée par des réformes majeures répétées.

Demandez-vous donc si le Canada est le pays démocratique dont on vous parle depuis votre tendre enfance, passée celle-là, à regarder nos principaux alliés à la télévision, piller les richesses tant humaines que naturelles des pays du tiers-monde ou de ces pays qui osent faire le contraire que ce que commande le diktat bourgeois. Demandez-vous donc si le Canada est vraiment ce grand pays, dont rêvent tous nos émigrants, quand il est possible de vérifier que bien des arrivants quittent leur pays, parce que nos alliés l’occupent ou y financent une dictature afin de relever à rabais, les richesses humaines et naturelles de leur terre originelle.

Demandez-vous donc finalement, si le Canada est ce qu’il prétend être, une démocratie, alors que nous sommes à même d’observer un gouvernement qui ne cesse de restreindre les libertés collectives, pour avantager les libertés individuelles de ceux et celles qui ont les moyens d’affirmer cette liberté entrepreneuriale. Demandez-vous également ce qu’il advient de la démocratie, dans les pays qu’occupe le Canada, aux côtés de ses alliés. L’Afghanistan est sous la dictature d’Hamid Karzaï, un homme qui n’a jamais été élu, mais pour lequel nos soldats canadiens meurent. Et la Libye possède le moins pire de tous les chefs d’État d’Afrique, où études et santé sont universels et accessibles à toutes et tous. Pourtant, le Canada y largue des bombes à uranium appauvri, afin de soutenir une branche d’Al-Qaeda, déguisée en groupe de combat pour la «démocratie», prônant ouvertement le départ du dirigeant. Le Canada et ses alliés se comportent en véritables mafias.

En réalité, je vous l’affirme, le Canada n’est qu’une autre de ces dictatures bourgeoises pour laquelle vous pouvez voter aux 4 ans et qui de temps à autre, vous offre des soupapes populaires, afin de déguiser ses véritables magouilles. Nous le voyons bien, en limitant le capital des partis se battant pour les intérêts des moins nantis, les conservateurs du dictateur Harper veulent censurer les débats, faire taire leurs adversaires.

Le Canada est-il une démocratie d’après vous? Je ne crois pas pour ma part…

Sylvain Guillemette

Publié dans Article | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mon album de famille, par Mouammar Kadhafi (Voltaire)

Publié par sylvainguillemette le 28 mars, 2011

Les hypocrites ! Ils disent tous que j’ ai toujours été leur ennemi. Aucun ne se souvient de m’avoir connu et fréquenté. Et pourtant…

 

JPEG - 37 ko
Avec mon ami José Manuel Barroso, c’était « A la vie, à la mort ! »

JPEG - 21 ko
Avec le roi Juan Carlos d’Espagne

JPEG - 20 ko
Avec mon conseiller salarié Tony Blair
JPEG - 20.8 ko
Avec Pascal Lamy, à l’époque, il était commissaire européen, pas encore Directeur Général de l’Organisation Mondiale du Commerce
JPEG - 22.7 ko
Avec Romano Prodi, quand il présidait la Commission européenne.
JPEG - 50.9 ko
Avec José María Aznar, toujours un peu réservé

JPEG - 38.7 ko
Avec José Luis Zapatero

JPEG - 21.4 ko
ça, c’est Silvio Bercusconi. On était inséparables. Et on en a fait ensemble des coups pandables à Sarko !

JPEG - 42.4 ko
Nicolas Sarkozy. Après tout ce que j’ai fait pour lui, il a comploté pour me renverser. Je ne sais pas ce qu’il ne m’a pas pardonné : les Rafales ? les centrales nucléaires ? ou sa Cécilia ?
JPEG - 30.1 ko
Et Barack Obama, le petit nouveau.
Source

Publié dans Article | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

WTC 11 septembre 2001, un attentat contre un Bouclier Humain?

Publié par sylvainguillemette le 24 mars, 2011

En effet, puisqu’il est d’ores et déjà acquis pour l’OTAN, ses sbires et les médias occidentaux, que les civils libyens tués par les Armes de Destruction Massive larguées par la coalition le furent par un dessein machiavélique du Colonel Kadhafi, constituant avec eux, un Bouclier Humain, ne serait-il pas d’augure pour les sceptiques de la «version Bush» du 11 septembre 2001 de conclure que les pompiers dépêchés sur les lieux par la ville de New-York, ne furent en fait que la constitution d’un Bouclier Humain par Washington?

Je pose la question, parce qu’il n’est pas vérifiable de conclure des suppositions des spécialistes hâtés par l’OTAN dans divers médias complaisants de l’invasion illégitime de la Libye par les forces impérialistes Yankee.

Par exemple, Radio-Canada, notre société d’État canadienne, propose un éventail de spécialistes, plus souvent, des militaires canadiens à la retraite; Gilles Paradis comme référence, ou Rémy Landry, si ce ne sont pas de pseudo-spécialistes de la question du Moyen ou Proche Orient, teintés, évidemment, d’un penchant pour les valeurs de l’OTAN et la défense absolue d’une Israël sioniste à souhait. Sami Aoun n’est qu’un exemple frappant de ces incapacités des médias occidentaux à traiter dans une égalité, des crimes de même importance pourtant.

Il a donc été «affirmé»  par des gens probablement malhonnêtes que le Colonel Kadhafi avait précipité des civils sur les lieux de «bombardements terrorisants»…, mais ne serait-il pas plus aisé de se demander pourquoi les avions de l’OTAN ont tout de même fait feu, sachant avec assurance, une assurance soutenue médiatiquement, à nos frais d’ailleurs, qu’il s’y trouvait des civils non-armés, soit disant dépêchés de force?

Effectivement, s’il y a lieu de croire avec «assurance» les dires des spécialistes de notre société d’État canadienne, qu’il y avait des civils non-armés et forcés de siéger les lieux de bombardements prédéfinis par l’OTAN et sensibles au despote Kadhafi, résultant des «dommages collatéraux» inacceptables dont on a eu part -que l’on nomme «terroristes» lorsqu’ils sont perpétrés par «nos ennemis»-, il y a plutôt lieu en réalité, de se demander pourquoi la «coalition humanitaire» a tout de même fait feu!

Nous ne pouvons, avec l’appui des «spécialistes» de Radio-Canada, qu’en conclure qu’il s’agit là, d’actes de terrorisme de la part des pays membres de cette coalition, dite humanitaire, qu’est en fait l’OTAN.

Mais encore, si l’excuse du Bouclier Humain tient pour les forces de l’OTAN, celle-ci, avec l’appui maladroit des médias occidentaux, tel celui de Radio-Canada, elle pourrait tout aussi bien être reprise par les «kamikazes» des attentats du 11 septembre 2001, à New-York et sur le Pentagone.

Nous récoltons après tout, ce que nous semons. Et comme excuse bidon à des crimes perpétrés par un État, donc par un peuple, nous avons déjà vu mieux.

Publié dans Article | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 5 Comments »

4 terroristes canadiens bombardent, à l’aide de leur CF-18, des cibles libyennes

Publié par sylvainguillemette le 23 mars, 2011

En effet, pour la première fois lors du Coup d’État dénommé «l’Aube de l’Odyssée Africaine» orchestré par Washington via l’OTAN, les impérialistes canadiens utilisent leurs Armes de Destruction Massive (à uranium appauvri) sur des dépôts d’armes libyens. Les Canadiens n’y répertorient aucune victime collatérale, mais les informations fusantes des complices de l’Empire états-unien ne peuvent être que filtrées, comme les objectifs de cette «exclusion aérienne» le furent également.

Car là encore, la transparence fut partielle sur les réelles intentions de l’OTAN, s’étant caché derrière l’ONU pour accomplir un Coup d’État prévu longtemps d’avance, si l’on en croit les informations diffusées par Thierry Meyssan, de Voltaire.

Depuis, les alliés états-uniens des conservateurs canadiens ont lancé plus de 170 missiles Tomahawk depuis des vaisseaux de guerre. Les Tomahawk, précisément guidés, n’ont toutefois pas la capacité d’éviter les morts collatérales, ils sont donc considérés par l’OTAN elle-même, comme des ADM, des Armes de Destruction Massive…, du moins, elles sont ainsi nommées lorsque leurs ennemis les détiennent.

Ajoutons au compte de la terreur, que des mensonges furent répétés maintes fois par nos médias occidentaux, complaisants des plans machiavéliques de l’OTAN et de la bourgeoisie qu’elle sert. C’est Joseph Goebbels qui serait heureux de voir sa tactique à l’oeuvre.

Parions que nous assisterons prochainement au pillage des richesses de la Libye, au profit du FMI et des multinationales, assoiffées de faire des profits, encore des profits, au coup de sang, toujours plus de sang.

Publié dans Article | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

Terrorisme international, l’ONU s’active et orchestre un Coup d’État contre Kadhafi

Publié par sylvainguillemette le 18 mars, 2011

Ça y est, l’O.N.U., cette organisation nullement utile (avec ses vétos et ses règles installées par les privilégiés de; tuer, de posséder des ADM, dont des Armes Nucléaire, d’envahir des pays souverains et d’y pratiquer le terrorisme colonial et impérialiste…, les  Coups d’États, les occupations, la torture et la mise en place de dictatures pro-OTAN, etc..), a décidé de frapper la Libye, un pays souverain, et d’y soutenir une faction tribale pour les intérêts de la minorité parasitaire bourgeoise, enfin, ceux des intéressés qui financent toute cette mascarade qu’est l’O.N.U., imposture d’une véritable démocratie internationale potentielle, même en cette ère.

Rappelons que le «Colonel Kadhafi» est soumis à un embargo contre son exportation des armes à travers le monde, alors que deux des pays vendant le plus d’armes à travers le monde siègent au conseil de sécurité de l’O.N.U., dont un (États-Unis d’Amérique) condamne la «méchante Libye» de faire finalement, ce qu’il fait lui-même quotidiennement.

Et certes, les putchs contre son État furent nombreux à l’essai, mais là encore, la plupart, sinon la quasi-totalité, fut orchestrée par les pays membres du Conseil de Sécurité de l’O.N.U., ayant droit de Veto contre des actions similaires prises à l’encontre de leurs propres sbires, dont les fameux régimes de Mubarak et Ben Ali. Bref, les médias traditionnellement conciliants des minorités bourgeoises, dont notre société d’État Radio-Canada, font totalement fi des accusations faites à l’endroit des despotes (Ben Ali, Mubarak, Santos, etc..) alliés aux pays de l’OTAN, dont les États-Unis d’Amérique, et le Canada, comme par hasard. Quand Israël est condamné par toute la planète, Washington use de son droit de Véto pour sauver l’État voyou détenteur d’armes nucléaires, des sanctions promises par la majorité.

«À qui profite le crime?», aurions-nous dû nous poser comme question, il y a de cela belle lurette. Et là, les médias conciliants, et les anciens membres de l’administration George Walker Bush Jr, témoignent sur les ondes de Radio-Canada dans un pseudo-documentaire érigé dans les bureaux de la maison blanche avec des vedettes de l’ancienne administration Bush Jr, que Kadhafi y trouvait intérêt. Étrangement, le bonhomme est le moindre mal historique de l’histoire africaine. C’est le moindre terrifiant des despotes, et les autres, les pires, furent les sbires et comparses des États-Unis d’Amérique, et des autres hypocrites siégeant au Conseil de Sécurité de l’O.N.U., dont heureusement, le Canada n’a pas obtenu siège! Ce torchon plutôt idéologique, que Radio-Canada présentait, accuse Kadhafi de supporter le terrorisme, alors que Washington l’a supporté à travers le monde, et y a même participé plus que les autres nations en le finançant et en entraînant des «Al-Qeada» ici et là à travers le monde. Washington n’a aucune leçon d’humanité à donner, elle a plutôt des comptes à rendre à celle-ci.

On a accusé Kadhafi de devoir vendre son pétrole pour se financer, alors que précisément, les États-Unis d’Amérique ont financé leur impérialisme avec cette merde noire et qu’ils l’ont caché dans les fonds de l’océan quand il devenait gênant (BP-Golfe du Mexique).

On dit également qu’il a besoin de soutien diplomatique, ce méchant Kadhafi, mais qui n’en a pas besoin, contre l’impérialisme des États-Unis d’Amérique?

L’accusation la plus grave à son endroit est certainement celle d’avoir soutenu le terrorisme d’extrême gauche, mais Washington a financé celui de l’extrême droite sans s’en faire accuser et continue de le faire dans les multiples pays de l’Amérique latine, de l’Asie, de l’Europe et de l’Afrique, encore là, sans que qui que ce soit n’intervienne contre eux. Les États-Unis d’Amérique ont soutenu le terrorisme, l’ont pratiqué et continueront de le faire tant qu’ils seront maîtres du jeu militaire terrien, ce qui risque de durer quelques années encore, jusqu’à les pays émergeants les renvoient à leur tour, au bas de la pyramide sociale et économique qu’impose le capitalisme.

Bref, l’O.N.U. va aujourd’hui punir Kadhafi pour des crimes que Washington commet tous les ans et que ses comparses commettent également. Israël a massacré plus de 1100 civils libanais en 2006, et plus de 1600 autres, palestiniens ceux-là, en 2008. Israël possède un arsenal nucléaire non déclaré à l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique, et cela ne semble pas déranger l’O.N.U., ni l’AIEA, qui ferment évidemment les yeux sur les alliés de l’Empire états-unien.

Nous assistons donc, encore une fois, à cette double-mesure, à cette mascarade. Mais cette fois, sous les conservateurs de Stephen Harper au Canada, nous, Canadiens, serons des patents complices de ce Coup d’État et du terrorisme qu’il en découlera. Nos six terroristes pilotes de CF-18, iront appuyer le Coup d’État, du haut des airs, en larguant des armes de destruction massive, des ADM! Et de plus, 150 autres terroristes, des militaires non-précisés (probablement logistiques, ou de terre…), iront appuyer le Coup d’État orchestré par les anglo-saxons, en Libye.

Et contrairement aux attentes de l’électorat canadien, les partis d’opposition appuieront l’intervention canadienne en ce pays souverain, tout en demeurant muet sur les sévices imposés par les États-Unis d’Amérique ou leurs égaux. Ainsi, le terrorisme de l’OTAN ne sera pas puni, ni celui de l’O.N.U., représenté en réalité, par quelques pays élites y siégeant en maîtres.

Et, malgré le mandat de l’O.N.U., clairement spécifiant une zone d’exclusion aérienne, il semble que les pays de l’O.T.A.N. vont aller plus loin que cela, attaquant donc, les troupes au sol de Kadhafi. Bref, les États voyous ne respecteront pas leurs propres règles, comme trop souvent.

Et le pire, selon moi bien entendu, c’est que les médias, dont Radio-Canada, accuse l’O.N.U. d’avoir retardé son intervention illégitime. Or, cette même société d’État fut totalement muette ce genre de répression, contre les États-Unis d’Amérique, qui n’ont pas respecté l’ordre de l’O.N.U., de ne pas envahir l’Irak.

Finalement, nous ne pouvons que conclure que, les règles du jeu international n’ont pas à être respectées de toutes et tous, certains en sont immunisés!

 

Bonne chance Kadhafi! Bonne chance aussi, aux révolutionnaires!

Publié dans Article | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Canada condamne en Libye, ce qu’il soutient ailleurs…

Publié par sylvainguillemette le 16 mars, 2011

Lawrence Canon prévoit participer au Coup d’État en Libye, en parfaite cohérence avec les valeurs qu’il défend depuis qu’il est en poste. En effet, le ministre des affaires étrangères canadiennes a affirmé il y a 24 h, que le Canada pourrait possiblement participer à la restriction aérienne sur la Libye, orchestrée par l’OTAN.

Le valet des affaires étrangères de Stephen Harper, affirmes donc, ni plus ni moins, que le Canada pourrait, faute de n’avoir pu le faire en Irak, participer à l’invasion de la Libye et à son occupation aérienne, voire, à son bombardement.

Mais où était Lawrence Canon et ses hargnes contre les despotes lorsque l’Égypte s’embrasa? Où était-il lorsque les Tunisiens prirent d’assaut les rues de Tunis, repoussant le régime Ben Ali,  poing levé? Les rues, dans les deux cas, étaient bondées à pleine capacité, il y avait des dizaines et des centaines de milliers de manifestants, une lourde différence indéniable avec la clique de Benghazi, écrivant ses promesses de renversement du Colonel Kadhafi, en anglais… En réalité, la complicité de l’État canadien aux despotes Mubarak et Ben Ali devait être une assurance, pour que ceux-là puissent régner tant de décennies sans se faire critiquer par la «communauté internationale», se limitant, elle, à quelques pays choisis d’un cartel hypocrite.

Notons aussi que le vocabulaire utilisé par nos médias conciliants aux crimes de l’OTAN se fait on ne peut plus clair. «Le régime Kadhafi», donc imposé, «attaque» les rebelles, «bombarde les positions de la résistance», etc.., alors que nous savons que ces «rebelles» sont fortement armés. Or, si moi je sors dans ma rue, ou dans le centre-ville de Joliette, avec une mitraillette, avec une pancarte en anglais, je vais soit me faire tabasser par les nationalistes francophones, ou me faire buter par la police, qui arrivera certainement avec ses meilleures unités pour contrer le danger que je pose, armé à ce point. Les médias parleront de moi à titre de forcené, voire de terroriste.

Donc, par conséquent, Kadhafi ne peut pas réprimer, mais la Colombie, elle, peut bombarder les positions des Forces Armées Révolutionnaires de Colombie. Trouvez l’erreur. Lorsqu’Alvaro Uribe butait du syndicaliste, du journaliste et des militants des FARC, Lawrence Canon se fichait éperdument de cette répression, pourtant tout aussi sanglante et beaucoup plus meurtrière d’ailleurs. Bref, la double-mesure suit monsieur Canon de près, comme toujours. Rappelez-vous son manque d’indignation lorsque les Israéliens larguaient du phosphore blanc offensivement sur Gaza, ou qu’ils butaient à leur tour, des civils libanais par centaines (dépassant le millier de morts), tout en détruisant les infrastructures publiques du Liban et de ce qui reste de la Palestine. Rappelez-vous comment réagissait le gouvernement Harper, pro-sioniste, lorsque les forces israéliennes débarquaient sur une embarcation dans les eaux internationales, agissant là, en parfaits pirates selon les lois internationales, et qu’elles y tuaient des gens non-armés, balle dans la nuque. Double-mesure.

Qu’a fait le parti conservateur, en 2003, alors que les rues de Montréal étaient, elles, bondées de manifestants contre la guerre en Irak de George Walker Bush Jr? Nous y étions 300 000, beaucoup plus donc, que les Libyens réunis contre leur despote. Et pourtant, les conservateurs de Stephen Harper prônaient, du banc de l’opposition, l’invasion de l’Irak, allant à contresens des volontés de leur peuple. Quelqu’un aurait-il du nous soutenir et nous armer contre les conservateurs? Le bloc sino-russe aurait-il du financer l’opposition populaire, ou cela aurait-il été interprété, avec raison, comme une ingérence étrangère?

Ce qui est étonnant chez les conservateurs, c’est précisément leur incapacité à se faire cohérents et conséquents. Si demain les États-uniens sortaient dans la rue, armés, et qu’ils revendiquaient le débarras de la maison blanche des pourritures servant les intérêts de la minorité parasitaire bourgeoise, les conservateurs canadiens prôneraient-ils une couverture aérienne pour aider les révoltés? Les armeraient-ils, peut-on se questionner?

Ailleurs, quand les «insurgés» ou les rebelles attaquent les gouvernements fantoches mis en place par les États-Unis d’Amérique, les Français, les Anglais ou bien d’autres nations qui pratiquèrent la colonisation, on les nomme terroristes.

C’est que je cherche à comprendre le raisonnement du ministre des affaires étrangères canadien, Lawrence Canon. Cet empressement de vouloir jouer le «Grégory Charles» des affaires internationales, cet empressement de vouloir servir la bourgeoisie surtout, puisque c’est bel et bien de cela qu’il s’agit à vrai dire. Pétrole, eau douce, la Libye n’est pas pauvre de ces ressources. Il y a du fric à y faire…, alors qu’importe le despote, tant qu’il est du bord de la bourgeoisie internationale et qu’il privatise les ressources naturelles de son pays.

Publié dans Article | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.