Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Articles Tagués ‘Justice’

Immunité parlementaire

Publié par sylvainguillemette le 15 juin, 2010

http://www.minnpost.com/client_files/alternate_images/8086/mp_main_wide_MoneyScales452.jpgEn quoi consiste l’immunité parlementaire? Elle protège le député des potentielles poursuites à l’extérieur de l’Assemblée nationale, car certaines questions qu’il pose pourraient parfois atteindre temporairement ou de façon permanente la réputation de certaines autres personnes.

Mais pourquoi est-ce que l’immunité parlementaire est-elle nécessaire, pour nous les prolétaires? Parce qu’il n’y a pas de partage égal de la richesse et que la justice dite de droit carbure au capital. Vous avez plus de capital, vous vous payez les meilleurs avocats. Vous avez plus de capital, vous osez poursuivre où vous n’oseriez pas autrement. Vous avez plus de capital, vous conditionnez votre avenir à un avantage certain vis-à-vis celui qui n’en a pas dans toutes causes.

C’est simple. Le système de justice actuel est injuste en soi, puisqu’il laisse un espace vacant quant au conditionnement de chacun, dont ne se soucie pas par conséquent le système économique capitaliste. Donc, le conditionnement de chacun -dans ce système capitaliste carburant au capital- étant différent, chacun n’a pas les mêmes conditions, donc des chances égales. On peut par exemple présumer qu’un plus riche qu’un autre, pourrait se payer un avocat de meilleure qualité dans une cause qui serait pourtant semblable (Comme c’est le cas pour les qualités de voitures, de maison, etc..). Il est clair que chacun n’a pas les mêmes moyens, et que malheureusement, cela mène outre ces légères différences de luxures que chacun possède, vers une injustice réelle qui dépasse les possessions matérielles. La santé par exemple. Si elle se privatise, du coup, les meilleurs médecins ne sont accessibles qu’à ceux possédant le capital pour la cause. Les autres pourront toujours aller attendre au public où les médecins se seront faits rares. Cette logique n’est pas logique. Elle est précisément idéaliste, puisqu’elle ne se fonde sur aucune expérience. Le ticket modérateur en est un exemple parfait! Le malade est taxé pour sa maladie. Je suggère qu’on taxe le mensonge. Jean Charest pourrait ainsi verser une partie de son double-salaire aux contribuables, via l’État. Mais sinon, comprenez que de taxer la maladie vient mettre un prix sur celle-ci. On vous suggère donc, préalablement aux futures négociations de la privatisation totale, de mettre en place une balise qui taxera la maladie, question de vous conditionner au désagrément que cela cautionnera.

Monsieur Charest se plaignait donc aux journalistes, la semaine dernière, sur le danger de l’immunité parlementaire. Il avouait qu’il préférerait que cela ne soit pas possible, on se demande pourquoi…  C’est qu’étant donné notre pauvreté, tant en capital qu’en connaissances juridiques, nous, simples prolétaires, ne pouvons pas nous permettre de porter des accusations contre tel ou tel ministre. Cela se traduira illico par une mise en demeure, et une poursuite. Ainsi, le député, protégé de ces facteurs par son immunité, peut nous révéler des choses qu’on préfèrerait tues là-haut, au cabinet des ministres et du Premier ministre. Comment? En posant les questions qui nous sont interdites à nous les prolétaires, faute de l’inégalité des capitaux dans notre société.

En position d’opposition, un parti reçoit des tas de plaintes de citoyens mécontents, parfois aussi, des bobards… Dans ces bobards se trouvent parfois des secrets que le gouvernement préfèrerait tus. Comment le citoyen peut-il aller dénoncer ce qu’il sait, s’il n’a pas les moyens financiers, les reins comme on dit, pour s’appuyer lors de la contre-attaque, ou de la défense? L’immunité parlementaire sert entre autre à ça.

Je veux bien comprendre que Jean Charest veut avoir les deux mains sur le volant, et préserver ses secrets de; collusion, de malversation, de corruption, de pots de vins, etc.., mais le citoyen a le droit de savoir et la seule façon de savoir pour lui, s’il n’a pas les moyens d’aller de l’avant avec ses requêtes,  c’est par une commission d’enquête publique, où l’immunité parlementaire sera à l’ordre du jour!

L’immunité parlementaire est importante tant que le capitalisme existe, parce qu’il faut adapter la justice à l’inégalité des richesses de chacun. Tout simplement.

Publié dans Article | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Il y a 20 ans, mourrait le Che Guevara africain

Publié par Libertad ! le 15 octobre, 2007

sankara.jpgIl y a 20 aujourd’hui, un grand révolutionnaire africain mourrait assassiné dans un coup d’État orchestré par un ancien frère d’arme. Thomas Sankara dirigea la révolution anti-impérialiste au Burkina Faso et deviendra premier ministre. Son gouvernement tentera de réformer l’agriculture, l’économie, l’éducation et le statut des femmes, mais se heurtera à une bourgeoisie puissante et aux différents pouvoirs religieux.

Il demeure encore aujourd’hui un exemple pour la jeunesse africaine, au même titre que Nelson Mandela, Patrice Lumumba ou même Che Guevara (le surnom de Sankara est d’ailleurs le Che Guevara africain)

Officiellement, il est décédé de «causes naturelles», mais, en réalité, il est décédé lors du coup d’État contre son gouvernement le 15 octobre 1987. Pour masquer son assassinat, le nouveau gouvernement au pouvoir affirma qu’il était «décédé de mort naturelle». L’absence de tout procès ou d’enquête de la part du gouvernement burkinabè a été condamnée en 2006 par le Comité des droits de l’homme des Nations unies.

Voici quelques liens :

Vidéo du discours de Thomas Sankara, le 29 juillet 1987, à Addis Abeba sur la dette des pays africains
Site dédié au capitaine Thomas Isidore Sankara
Discours de Thomas Sankara devant l’assemblée générale des Nations Unies le 4 octobre 1984

Publié dans Article | Tagué: , , , | 22 Comments »

Image de la semaine

Publié par Libertad ! le 13 octobre, 2007

us_3latuff.jpg

Publié dans Article | Tagué: , , , , , , , , | 1 Comment »

Image de la semaine

Publié par L'Agitateur le 13 août, 2007

Publié dans Non classé | Tagué: , , , , | 17 Comments »

Les homosexuelLEs encore répriméEs à Québec

Publié par L'Agitateur le 26 juillet, 2007

Nous avons reçu par communiqué le texte d’un certain André Gagnon qui a écris un article pour dénonçer les attaques faites sur les homosexuelLEs à Québec. Voici l’article en question :
DES PAROLES AUX ACTES

André Gagnon
andregagnon@etremag.com

Le 1er juillet dernier, aux petites heures de la nuit, un jeune gai qui sortait du bar Le Drague, a été sauvagement attaqué par des voyous néo-nazis en plein cœur de Québec, à 5 minutes de notre Assemblée nationale. En quelques secondes, il a été gravement blessé et abandonné lâchement par ses agresseurs. Le seul motif de cette agression : son orientation sexuelle.

En racontant cette triste histoire au directeur-général de la SDC du Village, lui-même originaire de Québec, il me raconta comment à sa dernière visite à Québec, lui et son conjoint avaient été violemment interpellés par des jeunes en auto alors qu’ils déambulaient aux abords du Château Frontenac. ‘Grosses tapettes!’ Il estimait lui-même assister à une montée de l’intolérance dans la capitale.

Après la campagne populaire pro-CHOI où la tenue de propos discriminatoires et diffamatoires en ondes a été confondue avec ‘la liberté d’expression’; après l’élection d’une majorité de députés conservateurs et adéquistes dans la région de la Capitale nationale; après l’élection facile d’André Arthur dans Portneuf, qui oserait prétendre que le problème de l’homophobie est en régression à Québec? La région de la Capitale nationale est la seule région du Québec dont les députés fédéraux ont majoritairement voté pour renverser l’égalité en droits que nous avons récemment acquise en décembre dernier, une véritable honte pour le Québec, n’ayons pas peur des mots.

Beaucoup de gens ont minimisé le danger que présente la libre circulation de propos homophobes et discriminatoires en ondes. L’attaque lâche du 1er juillet dernier est un exemple frappant de comment la banalisation et la liberté de tenir des propos homophobes pave la voie à la violence directe et brutale.

Cette pénible réalité au moment où le Québec s’apprête à célébrer le 30e anniversaire de l’interdiction de la discrimination eu égard à l’orientation sexuelle, doit nous faire réfléchir. Lorsque j’ai organisé le premier défilé de la fierté à Québec en 2002 qui soulignait précisément le 25e anniversaire de l’interdiction de la discrimination, j’avais été violemment attaqué dans Le Soleil par l’ex-directrice générale de la dite ‘Coalition gaie et lesbienne du Québec’, Me Claudine Ouellette qui affirmait qu’après l’union civile, ce n’était plus le temps de marcher pour l’égalité, mais plutôt de se fondre dans la foule. Le premier défilé à Québec fut ainsi boycotté par ladite Coalition et d’autres organismes et établissements bien en vue de la capitale. Il connut malgré tout un énorme succès. Le même discours fut tenu trois ans plus tard par ceux qui allaient ressusciter la Fête Arc-en-ciel en faillite autant politique que financière depuis 2002 : plus besoin de marcher pour l’égalité, c’était le temps de ‘fêter’!

Difficile aussi de ne pas faire un parallèle avec le débat récent à Montréal.

Le mouvement de libération gaie suite aux émeutes de Stonewall, que les défilés de la fierté gaie commémorent à travers le monde, est né précisément pour contrer ce genre de discours homosexuel conservateur bien gentil et bien propre qui dominait dans nos communautés et qui confinait notre lutte pour l’égalité à la dimension légaliste. Avec le temps, avec les gains législatifs, avec l’amélioration toujours précaire de notre situation, ce discours a repris le dessus vidant le mouvement de la fierté gaie de sa substance et transformant parfois les fiertés en kermesses au point où on confond maintenant fierté gaie et fête gaie.

Le plus tragique dans tout cela, c’est qu’en confondant égalité juridique et égalité sociale comme on fait trop souvent y compris parmi les activistes, en s’adaptant au nouveau confort d’un espace social plus grand qu’on confond avec l’égalité, on baisse la garde et on minimise l’impact de l’homophobie. Il faut de tels incidents révoltants pour nous le rappeler.

Au moment de marcher de nouveau à Montréal, à Québec et à Ottawa, rappelons-nous pourquoi nous marchons. Au-delà de la fête et du carnaval, notre geste est et doit demeurer éminemment politique. Face à l’homophobie séculaire, réaffirmons notre fierté d’être ce que nous sommes. Refusons d’avoir à vivre en nous cachant, refusons d’être intimidés par la violence verbale et brutale. Marchons aussi pour qu’enfin, 30 ans après l’interdiction de la discrimination, cette société prenne résolument en mains de combattre l’homophobie là où elle se trouve encore. Pour que de tels actes appartiennent un jour, comme les bûchers de l’inquisition, au passé.

Publié dans Article | Tagué: , , , , | 6 Comments »

Les témoins avouent avoir menti, il sera tout de même exécuté

Publié par Libertad ! le 16 juillet, 2007

De nombreuses personnes au Québec vantent de plus en plus le système de "justice" aux États-Unis, en affirmant qu’il est plus "dur" envers les criminels, mais ils ne voient pas qu’il s’agit d’un système basé sur une idéologie raciste et ethnocentrique.
Selon une récente étude menée par l’Institut de police et de justice, un organisme de recherche et d’action basé à Washington, il y avait 791 600 Noirs en prison en 2000, contre 603 032 dans les universités. Un recul considérable par rapport à 1980 : selon l’institut, ils étaient alors 143 000 en prison et 463 700 dans les établissements d’enseignement supérieur.

Selon cette étude américaine, il y aurait plus d’afro-américains en prison que dans les établissements d’enseignement supérieur ! Mais revenons plutôt sur un cas en particulier:

Les ultimes recours sont lancés aux États-Unis pour empêcher l’exécution prévue mardi soir de Troy Davis, un Noir condamné pour le meurtre d’un policier blanc alors que la plupart des témoins à charge ont reconnu avoir menti, souvent sous la pression de la police.

Pourquoi, mais pourquoi ils veulent encore exécuter cet homme, quand nous avons toutes les preuves que les témoignages des témoins étaient faussés par les menaces des policiers ?

L’arme du crime est introuvable, mais sur la foi de neuf témoignages, Troy Davis est incarcéré, inculpé et condamné à mort en août 1991.

Dans les années qui suivent, les témoins commencent pourtant à se raviser. Aujourd’hui, sept d’entre eux ont modifié leur déposition, plusieurs affirmant même avoir menti sous la pression de la police. Le 8e témoin est introuvable, et le 9e, Sylvester Coles, apparaît particulièrement suspect.

C’est un peu l’histoire de notre Mumia Abu-Jamal, un journaliste qui durant les années 70 critiquait durement les autorités et les politiciens corrompus. Il avait entre autres vivement dénoncé le massacre des membres de MOVE en 1978 alors que des policiers avaient carrément largué d’un hélicoptère une bombe sur le bâtiment dans lequel ils s’étaient barricadés pour résister à leur assaut. Il fut emprisonné pour un meurtre qu’il n’a pas commis, les preuves étant contrefaites et les témoins, menacés encore une fois.


Le cas de Troy Davis ramène encore ce controversé débat sur la peine de mort dans le pays qui se prétend le plus "démocratique dans le monde". Nous pouvons qu’espérer qu’il ne sera exécuté et qu’une vrai justice lui soit rendu, qu’il soit libéré ! Trop de gens innocents ont été exécutés et il risque d’y en avoir beaucoup dans les prochaines années, malheureusement.

Droitistes, nous en voulons pas de ce système de justice !

==> Lire la suite

Publié dans Non classé | Tagué: , , , , , | 16 Comments »

L’Autriche ouvre la chasse aux criminels nazis

Publié par Libertad ! le 14 juillet, 2007

L’Autriche donnera pour la première fois des récompenses en argent pour quiconque donnera des informations qui pourront mener à l’arrestation de criminels de guerres nazis en fuite.
Le ministère de la Justice a annoncé sur son site Internet, photographies et biographies à l’appui, que 50 000 euros seront offerts à toute personne qui apportera «des preuves pouvant conduire à trouver, capturer ou prouver la culpabilité» de ces deux nazis.

Il s’agit d’une excellente initiative, en sachant le fait qu’une majorité des criminels de guerres allemands et autrichiens ont pu fuir à l’aide de fausses identités (ou avec l’aide de la CIA) en Amérique du sud, en Asie du sud-est ou même en Amérique (ils en ont arrêtés à Montréal récemment)!

Malheureusement, la grande partie de ces criminels sont morts aujourd’hui, ils ne pourront jamais être jugés pour leurs crimes mais il est du devoir des gouvernements de faire tout ce qui est possible de faire pour arrêter les survivants.

En sachant ce qui se fait en Europe de l’Est avec une véritable réhabilitation du nazisme (monuments à la gloire de SS, parades de gens habillés en nazis, poursuites pour crime de guerre contre les anciens résistants au nazisme, pensions en or pour les anciens soldats nazis), le gouvernement autrichien pose un geste essentiel, pour que justice soit rendu.

==> Lire la suite
==> Texte sur la réhabilitation du nazisme dans les pays baltes
==> La présidente de la Lettonie réhabilite le nazisme
==> Description et photos des criminels (en anglais)

Publié dans Article | Tagué: , , , | 17 Comments »

De gros problèmes judiciaires dans le "modèle américain"

Publié par L'Agitateur le 30 juin, 2007

Combien de fois n’avez-vous pas entendu, lu ou vu des propos dire que le modèle américain était l’un des plus – voire le plus – favorables pour le monde entier et qu’il fallait le suivre ? Le nombre de fois que ceci est répété dépasse l’imagination humaine même, et cela est pire venant d’un américain patriotique même !
Voilà qu’à compter de juillet, dans la revue mensuelle Journal of Empirical Legal Studies, nous pourrons y lire une étude qui fait mention de la justice américaine. En effet, selon cette étude, les jurés et juges de certains tribunaux prononcent un verdict erroné une fois sur six. Souvent, c’est au détriment de l’accusé, comme quoi la décision finale se fait hâtivement.

Innocence ou condamnation, les juges se sont trompés dans 12% des cas, et les jurés dans 17%. Le taux d’erreur a été de 25% par les jurys populaires et de 37% par les juges lors des condamnations. Concernant les libérations, 10% fut une erreur de la part des jurys et 13% par les juges.

Aussi, selon la même étude, le juge et le jury ne se sont mis d’accord sur le verdict que dans 77% des cas. Ce résultat a fait réagir l’un des auteurs de cette étude (ils sont deux) : « S’ils sont en désaccord, cela veut dire qu’un des deux se trompe ». Ce qui n’est pas du tout faux.

Cette enquête a été réalisé sur 290 cas (excluant les condamnations à mort) entre 2000 et 2001 dans quatres secteurs : le Bronx à New York ; le compté Maricopa en Arizona (incluant Phoenix) ; Los Angeles ; Washington.

Il est intéressant de voir comment dans ce "modèle américain", l’injustice même dans le système judiciaire des États-Unis est présente. Pourtant, la Droite pro-américaine s’entête à dire qu’il faut transformer notre politique, notre mode de vie, notre culture à une semblable aux États-Unis dite "Terre Promise de la Liberté". Selon cette même Droite, le pays des États-Unis est parfaite et idéale pour toute la planète. Cela a déjà été presque fait avec le néolibéralisme, et voici que maintenant c’est la culture (au sens sociologique) au grand complet !

Le modèle américain, pour la Gauche, ne nous intéresse pas une seconde. Bien que sa structure politique, dite présidentielle soit "démocratique" sur plusieurs points, c’en est rien lorsque celle-ci est contrôlés par les mêmes bandits de la Droite, soit les démocrates et républicains. Étrangement, aux États-Unis, les démocrates sont vus comme les gauchistes du pays. C’est aussi la même vision des davidiens.

Quand on pense à Guantanamo, et même à "Guantanamo du Nord" (au Canada)…

==> Lire la suite

Publié dans Article | Tagué: , , , , | 2 Comments »

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.