Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Archive for 23 juin 2007

2 pour 1: mort du premier policier noir de la SPVM – Désinformation

Posted by Libertad ! sur 23 juin, 2007

Étant donné la quantité de matérielle qu’il y avait aujourd’hui, nous avons pensé que ça devait s’en finir ici, pour la journée. Mais par contre, nous nous sommes trompés, il y avait encore des articles à écrire avant de dormir, surtout que nous avons pas pu nous rendre à la soirée de la St-Jean dans nos villes respectives. Voici deux articles en un, même si ils n’ont aucun lien ensemble.
La manif déjouée

Petit message très bref pour dénoncer la désinformation quant à la manifestation d’hier soir.

Les manifestants ont bien tenté de les rattraper en empruntant la rue de la Gauchetière mais deux mini-bus remplis de policiers anti-émeute leur ont barré la route. C’est alors qu’a débuté le jeu du chat et de la souris.

Ceci est absolument faux, nous n’avons pas eu de trouble avec les policiers, il y a eu aucun jeu du chat et de la souris. Nous avons simplement contourné un barrage routier, qui avait été tendu par la Police municipale de Québec, pour ensuite nous diriger vers une autre rue pour finalement rejoindre l’Assemblée Nationale et passer sur le boulevard.

Manifestants et familles se sont donc entremêlés jusqu’aux portes du Centre des congrès. Les deux groupes se côtoyaient pacifiquement jusqu’à ce que l’un des manifestants rebrousse chemin et vienne narguer quelques membres des familles de militaires. Un proche d’un des soldats s’est approché du belligérant pour s’expliquer. S’en est suivi une légere échauffourée, rapidement contenue par les amis du proche du militaire.

Ça ne s’est vraiment pas passé comme ça ! Il s’était passé le mot de respecter les familles de militaires. Les écologistes, les communistes, les sociaux-démocrates ou les anarchistes ont tenus à respecter cette petite règle. Mais le problème est venu de la foule directement, qui nous criait des insultes, nous faisait des doigts d’honneurs et certaines personnes sont descendus dans la rue pour venir frapper certaines personnes. Les médias n’en parlent pas de ça, des militaristes qui s’en sont pris à une jeune militante anarchiste ainsi qu’à des communistes. Ils n’en parlent pas non plus des néo-nazis avec des swastikas et des croix celtiques tatoués partout sur le corps. Il y a eu de la violence, mais a été provoqué par les militaristes et non les manifestants. Les seuls fouteurs de merdes de cette soirée ont été eux.

==> Source

La mort d’un pionnier

La police de Montréal et la communauté haïtienne pleurent aujourd’hui la mort de celui qui fut le premier policier noir de la métropole, un pionnier dans la lutte contre le crime, mais aussi contre les préjugés.

Atteint d’un cancer au cerveau diagnostiqué en avril dernier, Édouard Anglade est décédé le 13 juin dernier à 63 ans, trois ans après sa retraite.

Nous voulons rendre hommage à ce pionnier de la lutte contre les préjugés dans la Police de Montréal, mais aussi dans tout le Québec. Même si certains vont le voir comme un « donneux de ticket », il était avant tout un homme, bien ordinaire qui à ouvert la voie à la tolérance et aux respects des communautés culturelles dans les différentes sphères de la société. Pour ça, il mérite tout notre respect. Peace man !

==> Lire la suite

Posted in Article | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Le coût des médicaments explosent

Posted by L'Agitateur sur 23 juin, 2007

C’est un nouvel élan pour la Droite et sa privatisation ! En effet, elle a décidé de donner la liberté d’une hausse des prix des médicaments après 14 années de gel ! Tous les fabriquants des 363 produits pharmaceutiques ont fait en sorte que le coût monte au minimum de 8%, pouvant aller facilement à 75% ! Dans certains endroits, c’est même entre 120 à 200% ! Toutes ces augmentations dépassent très facilement le taux d’inflation (sans étonnement). En continuant avec ce rythme, la capacité d’acquérir des soins médicaux s’amincira rapidement.

En février dernier, le ministre de la Santé, Philippe Couillard, avait pourtant promis de limiter cette hausse à 2,03%. « Les fabricants se sont dit qu’ils devaient rattraper le temps perdu. Cela dit, ce n’est pas alarmant et ça ne se répétera pas à chaque nouvelle liste », a affirmé hier la porte-parole du Conseil du médicament, Suzanne Naud.

Ce n’est pas du tout un simple 2,03% qui se passe mais bien un bond énorme de plus de 100% ! Quasiment d’un coup ! Déjà que les profits des pharmaceutiques sont monstres, cette augmentation ne fera qu’engraisser leur bonheur et augmenter le mécontentement des gens. Malheureusement, ces derniers font se faire conditionner à croire qu’il est normal qu’une telle hausse des prix ai lieu puisqu’elle est nécessaire !

La question à se poser est ceci : nécessaire pour qui ?

==> Lire la suite

Posted in Article | Tagué: , , , , | 5 Comments »

Support our troops !

Posted by Libertad ! sur 23 juin, 2007

Posted in Non classé | Tagué: , , , | 16 Comments »

État d’urgence: deuxième partie

Posted by Libertad ! sur 23 juin, 2007

Voici la deuxième partie du texte de notre très chère Nathalie Elgrably, cette néo-libérale qui souhaite que la santé devienne une entreprise privée, avec l’esprit de compétition, la notion de profit, ect.

État d’urgence: deuxième partie
Le Journal de Montréal, p. 26 / Nathalie Elgrably, 21 juin 2007

Il n’y a pas si longtemps, il était tabou de critiquer la performance du système de santé québécois, et ceux qui osaient le remettre en question étaient presque brûlés sur le bûcher. Aujourd’hui, tous sont unanimes à dénoncer les ratés du réseau et à insister sur l’urgence de le rendre plus efficace. On progresse!

En dépit de cela, les gardiens du statu quo jugent blasphématoire toute révision en profondeur du système. Ils ne jurent que par des injections de fonds et ne tolèrent que des ajustements mineurs pour préserver l’intégrité du système qui, selon eux, symbolise la justice sociale et la solidarité.

Personne ne possède le monopole de la bonté et de l’altruisme et, que nous soyons «lucides» ou «solidaires», nous souhaitons tous que les Québécois puissent avoir accès à des soins, indépendamment de leurs moyens financiers. Cet objectif est tout à fait louable, et il est hors de question d’y renoncer.

Mais, pour garantir l’accès universel aux soins de santé faut-il nécessairement que l’État détienne le monopole de la fourniture des soins?

Préserver l’esprit du système

Actuellement, tous les hôpitaux appartiennent exclusivement à l’État. Alors qu’il serait inconcevable de concéder le monopole de l’essence à Esso ou celui de l’alimentation à IGA, certains vénèrent le monopole de la santé.

Or, tous les monopoles, qu’ils soient privés ou publics, portent en eux les conditions nécessaires à la dégénérescence du système. Et, à en juger par l’état de notre réseau de la santé, le monopole québécois ne fait pas exception.

On peut remettre en question le monopole de la santé tout en préservant l’esprit du système actuel. Il suffit de séparer l’objectif du moyen employé pour y parvenir. L’universalité est l’objectif visé, tandis que le monopole d’État ne constitue qu’un moyen.

Malheureusement, les inconditionnels du statu quo font un amalgame entre les deux, ce qui explique l’immobilisme qu’ils nous imposent alors qu’il est pourtant possible de conserver l’universalité tout en se libérant des problèmes inhérents au monopole d’État.

Les bénéfices de la concurrence

Faisons un parallèle. En cas d’incendie, notre compagnie d’assurance assume le coût de reconstruction de notre maison, mais n’effectue pas elle-même les travaux. Elle les confie plutôt à des entrepreneurs privés qui se font concurrence pour décrocher le contrat. La concurrence est bénéfique aux consommateurs, car chaque vendeur doit se surpasser de crainte de perdre des clients.

Avec un monopole d’État, les hôpitaux n’ont aucune incitation à exceller, et certains patients le paient de leur vie. Pour préserver l’universalité, l’État pourrait continuer à jouer son rôle d’assureur, mais abdiquer celui de fournisseur de soins.

À l’instar de toutes les compagnies d’assurance, l’État paierait la facture, mais ferait exécuter le travail par des établissements privés que la concurrence forcerait à offrir des soins toujours meilleurs.

Il est possible de bénéficier des vertus de la concurrence tout en s’assurant qu’aucun Québécois ne soit privé de soins de santé faute de moyens. Mais pour y parvenir, il faut se libérer de la mentalité de défaitiste qui fait dire à certains qu’il n’existe pas de solution. Il faut surtout se libérer des militants pour une médecine soviétisée qui commettent la grossière erreur de confondre le moyen et l’objectif.

Leur aveuglement les conduit à défendre un système médiocre au lieu de chercher un moyen d’offrir à tous une médecine avant-gardiste.

Pourtant, être solidaire et être efficace ne sont pas des concepts mutuellement exclusifs. Il suffit d’un peu d’ouverture d’esprit!

De quelle idéologie parle-t-elle ? Que le système devrait être payant ou à deux vitesses ? « Notre » santé, la santé du travailleur qui travaille pour des peanuts ou bien celle du propriétaire de la PME qui gagne toujours des prix aux galas du Conseil du Patronat ? Elle n’a jamais entendu parler de Cuba ? Système excellent, de premier choix, tant pour la population que pour les hauts placés du Parti. Elle devrait aller y faire un tour, le système « soviétisée » comme elle le dit si bien marche bien mieux que son modèle « amaricain » !

Posted in Article | Tagué: , , , | 9 Comments »

La St-Jean, un peu d’histoire

Posted by Libertad ! sur 23 juin, 2007

Un peu d’histoire:

Et c’est le 24 juin 1834 que Ludger Duvernay et une soixantaine de Montréalais d’origine francaise et anglaise organisent un banquet patriotique, la première véritable célébration ‘nationale’ de la St-Jean. Il est important de souligner que si le nationalisme se définit comme la volonté de se libérer de l’emprise d’un pouvoir politique supérieur, à cette époque au Bas-Canada, « être nationaliste » signifiait donc désirer s’affranchir de la métropole, en l’occurrence la Grande-Bretagne. Il ne faut donc pas se surprendre de voir un grand nombre d’anglophones de Montréal participer à ce banquet nationaliste, qui se tiendra dans les jardins de l’avocat John McDonnell, non loin de l’ancienne gare Windsor.

Ce banquet fut un véritable succès. Si bien que le journal La Minerve conclut, dans son édition du 26 juin 1834, que « Cette fête dont le but est de cimenter l’union des Canadiens ne sera pas sans fruit. Elle sera célébrée annuellement comme fête nationale et ne pourra manquer de produire les plus heureux résultats. » (le terme « Québécois » n’est pas encore d’usage à l’époque; c’est ce qui explique l’emploi du terme « Canadien », ou Canadien-français, comme on entend encore dire nos grands-parents). Mise en veilleuse pendant et après les soulèvements des patriotes de 1837 et 38, la fête renaît à Québec en 1842 en tant que fête religieuse, et donne lieu à une grande procession, puis à Montréal en 1843, dans les mêmes circonstances. Ce furent nos premiers « défilés de la St-Jean ».

Vos amis du Reactionism Watch vous souhaite une très bonne St-Jean Baptiste, même si vous êtes réactionnaire.

==> Lire la suite

Posted in Non classé | Tagué: , , , | 1 Comment »

Compte rendu de la manifestation du 22 juin

Posted by Libertad ! sur 23 juin, 2007

En cette belle soirée du 22 juin, notre but était fort simple : dénoncer les mensonges et l’hypocrisie des dirigeants et de la bourgeoisie sur la guerre en Afghanistan par l’entremise d’une marche pacifique, mais avec un caractère anti-impérialiste et révolutionnaire. Au tout début, nous sommes arrivés au musée des beaux arts de Québec, ce fut l’occasion de fraterniser avec des camarades de d’autres régions ou de d’autres idéologies, de distribuer et d’échanger des tracts. De nombreux groupes étaient présents : Québec Solidaire, la NEFAC, le Parti Communiste Révolutionnaire en plus des nombreuses coalitions anti-guerre qui avaient réussis à rassembler de nombreuses personnes, toute allégeance politique confondue. Les médias étaient tous présent pour interviewer les manifestants et leur poser des questions sur le fait qu’ils sont masqués. Je me suis alors joint avec mes camarades du PCR, cette fois-ci encore sous la bannière du drapeau rouge de la révolution pour dénoncer les mensonges des médias et de ceux dont ils servent les intérêts. J’ai eu vent de l’affaire selon lequel un camarade aurait eu des problèmes au courant de l’après-midi avec des policiers uniquement pour avoir vendu des journaux du Parti dans un quartier populaire. Mais par contre, plus d’une quarantaine de personnes sont venus durement critiquer les policiers pour la chose qu’ils avaient faite. On est loin de la conception que Québec est une ville de vieux réactionnaires finis qui écoutent que de la médiocrité le matin avant de travailler à la radio! Vers 19h00, nous nous sommes rassemblés en contingent et nous sommes partis dans les rues de Québec pour rencontrer la population, qui était particulièrement réceptive à notre message. Cependant, les policiers ont essayés de nous jouer plusieurs tours pour que notre manifestation devienne illégale. Comme par exemple, il y avait un agent provocateur, habillé alors en civile qui faisait sa toute petite contre-manifestation, avec sa pancarte « les pacifistes sont des meurtriers hypocrites ». Il était tout seul, seul un fou sorti directement d’un asile aurait osé confronter directement plus de 400 manifestants. Il était évidemment escorté par la police, il a aussi essayé de faire de la provocation, mais nous avons dû avertir de nos camarades qui voulaient aller l’encercler. Ils étaient alors des poissons et lui, un vers de terre en jujube. Finalement, tout s’est bien passé, au possible grand désespoir des policiers, qui souhaitaient arrêter ces « petits Che Guevara » en colère.

Après avoir traversé un charmant quartier populaire, au son d’un petit orchestre ambulant qui jouait alors « A las barricadas », nous avons criés de nombreux slogans anti-capitaliste et anti-impérialiste. La population les répétaient et se joignaient à nous. Nous avons réussis à distribuer des centaines de tracts, pour ensuite nous diriger vers ce qui était attendu de tous les manifestants alors présent : la parade des militaires ! N’ayant pas eu de problème jusqu’à présent, la manifestation sera alors bloqué par les barricades de la police et un véhicule blindé, qui abritait sûrement l’antiémeute. Nous avons finalement vu que les gens alors présents nous étaient particulièrement hostiles. Nous avons reçus un nombre incroyable d’injure de la part des gens présent au défilé. C’était un peu vrai que nous étions allés gâcher leur party, un peu comme si nous irions chez des voisins à Noël pour mettre leur soirée à l’eau, surtout si ils nous détestent déjà. Il était alors évident que nous allions nous faire insulter et injurier par des réactionnaires. Certaines personnes nous ont criés « fuck communism », d’autres se sont contentés de nous sortir des expressions vides de sens pour qualifier notre marche, alors autorisé par les autorités municipales.

Durant un moment, il y a eu des frictions entre de nombreux manifestants et des gens de la foule. Certaines personnes sont venues directement dans la rue pour menacer physiquement certains camarades, qui étaient dans des positions plus vulnérables. Ceux qui tenaient la bannière du PCR ont été frappés par ces réactionnaires en furie, mais ils n’ont pas répliqués et se sont dirigés vers la Basse-Ville pour compléter la manifestation, comme si de rien n’était. J’ai été personnellement menacé par certains de ces trouble-fêtes, mais j’étais alors avec un drapeau rouge et j’avais un camarade à côté de moi qui lui à crié « si tu lui touche, je te tue mon tabarnak ». Il voyait alors qu’il n’avait aucune chance contre ces révolutionnaires. À la fin, des néo-nazis sont alors arrivés et ont gueulés « vous faites quoi de l’Allemagne de l’Est, de la Corée du Nord et du Cambodge » (le type avait une croix celtique tatoué derrière le crâne). Plusieurs personnes ont alors répliqués et criés « qu’est que tu fais de l’Allemagne Nazie pauvre laid ? ». Nous l’avons ensuite tassé pour qu’il ne cause pas de troubles et nous avons pu finalement compléter notre marche, entre un accueil des plus optimistes de la population et un autre très malveillant, bien que cela puisse se comprendre, étant donné le contexte brûlant de la situation (une véritable guerre froide entre les manifestants et les Pro-Militaristes).

Au grand désespoir de certains réactionnaires et des policiers, il n’y a eu aucune arrestation, le retour s’est déroulé dans le calme et nous en avons profités pour arracher de nombreux aimants « we support our troops ». Nous en profiterons pour décorer le réfrigérateur mais sérieusement, en ayant vu à la fois cet élan de tolérance mais aussi de colère de la part des manifestants du Parti Communiste Révolutionnaire, mais aussi des autres contingents, je suis maintenant plus que jamais rassuré du potentiel révolutionnaire au Canada, mais aussi à travers le monde!

Drapeau rouge, tu as flotté sur Québec !
Canada, out of Afghanistan !

A.T.

Posted in Article | Tagué: , , , , , | 21 Comments »