Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Archive for 23 juillet 2007

Staline, de plus en plus populaire en Russie ?

Posted by Libertad ! sur 23 juillet, 2007

Ce n’est qu’une affiche de propagande soviétique

Dans un article paru au journal Le Devoir, « une majorité de Russes croit aujourd’hui que les atrocités commises par Staline ont été exagérées par les Occidentaux, et notamment par les Américains » (ce qui paraît évident). En outre, selon plusieurs sondages, plus de 60% des jeunes estiment que Staline, ayant fait plus de bien que de mal, mérite une place au panthéon des grands de l’histoire du pays ; que les États-Unis sont l’ennemi numéro un du pays ; et que l’implosion du bloc soviétique est la plus grande catastrophe géopolitique du XXe siècle.

Indépendamment du jugement que nous pouvons porter sur la personne de Staline, les résultats de ce sondage sont forts étonnants : cela témoigne d’une rupture massive avec la doctrine néolibérale et du régime capitaliste, ainsi qu’un réel attachement à l’idéal socialiste. Bien que nous ne soutenons pas Staline et ses idées (soit le stalinisme), ce sondage montre tout de même une réalité actuelle et crue en Russie : la jeunesse russe accuse l’Occident et s’oppose à son hégémonie politique.

Un autre point important à souligner dans ce sondage est le fait que ces jeunes russes accusent l’Occident d’avoir exagéré les chiffres et les faits de l’URSS sous le PCUS de Staline. En effet, durant la guerre froide, une vraie guerre médiatique s’est mise en route pour rabaisser l’image de l’autre par tous les moyens disponibles dans la communication : propagande, mensonge, exagération, spéculation, simplicité, démagogie et plus encore.

Nous pouvons prendre en exemple l’exagération morbide faite à propos des prisonniers [politiques] durant la période 1934 et 1953. Robert Conquest, un historien américain sur l’ère soviétique a affirmé qu’il y avait eu durant la période 37~39 environ neuf millions de prisonniers politiques et trois millions d’autres morts. Il affirme aussi qu’en 1950, il y avait douze millions de prisonniers politiques.

Or, les documentations contredisent complètement les estimations absurdes de Conquest. Si l’on tient compte des informations de la revue American Historical Review d’octobre 1993 (et autres études, disponibles à la fin du billet), les chiffres sont tout autre : il y aurait eu deux millions de prisonniers dont 454 000 condamnés pour crimes politiques ; concernant les morts dans les goulags entre 1937~39, il y aurait eu environ 166 000 morts. En 1950, il y avait très exactement 578 912 prisonniers politiques.

Nous sommes curieux de comparer cela avec le système pénal américain durant la même période…

Certes, plusieurs autres menteurs ont affirmé des chiffres qui, au départ, ont été très crédibles : c’est le cas de Soljenitsyne, un réactionnaire russe pourri déclarait que le nombre de morts en ex-URSS durant la période stalinienne a été de 60 millions de personnes, dont la majorité était des chrétiens croyants. Un détail qui réveille le doute. Or, dans un livre du Monde Diplomatique paru en 2003 intitulé Le Siècle Soviétique, il n’y aurait eu que 700 000 personnes qui ont été arrêtées et exécutées pour des raisons politiques (contre-révolution).

À voir tout ces chiffres, plusieurs se diront : « Ils ne connaissent pas l’histoire du communisme. » ou bien « Vous êtes des stalinistes ! » et même « Ce sont des vies tuées, il n’y a pas d’excuse ! » Nous allons alors répondre ceci : ce billet n’a servi qu’à titre informatif pour démolir certains mensonges avancés par les droitistes qui ont servi à diaboliser tout ce qui était de Gauche, dont le communisme et le socialisme. Nous nions pas les nombreux morts : il y en a eu, et c’est un fait. Bien que nous ne supportons pas Staline et ses politiques, et que très peu de marxistes se réclament de ce même personnage, il est de notre devoir de remettre en question les croyances populaires et mensonges qui circulent à travers notre société dans laquelle nous vivons.

Pour ce qui est de tous ces morts, y’a-t-il eu une personne qui a pensé au fait que les exécutés étaient bel et bien contre-révolutionnaires, sabotaient la révolution, pillaient les pauvres, tuaient les récoltes pour affâmer le peuple et mentaient pour être accueuili par les États-Unis et leur capitalisme ? Dû à la propagande médiatique, nous hallucinons que tous les morts dans un pays dit « communiste » est nécessairement un innocent et victime du communisme. Même si une personne meurt dans son sommeil par vieillesse, les historiens anticommunistes multiplieront cette mort par cinq en disant qu’elle a été victime du communisme.

Ce n’est pas une farce.

Nous vous recommandons un excellent livre humoristique où l’auteur même a avoué avoir déplacé de plusieurs virgules des chiffres donnés par ses co-auteurs, et dont il a fait une comparaison avec le génocide perpetré par les nazis. Ses collaborateurs même ont crié au scandale suite à la parution du bouquin. Ce livre, c’est le Livre Noir du Communisme, par Stéphane Courtois.

Certes, nous n’allons guère être étonné si plusieurs droitistes, voire davidiens s’aventurent dans les commentaires de ce billet en écrivant que nous sommes des totalitaristes, génocidaires, stalinistes, déconnectés de la réalité et partisants des crimes de masses. C’est bien les seuls mensonges qu’ils ont pour en faire des arguments de très faible qualité.

==> L’article du Devoir
==> Plusieurs études sur l’ère soviétique (en format .PDF)
==> Étude sur les victimes du système pénal soviétique 1934 ~ 1953
==> Un autre regard sur Staline, 1994, Ludo Martens
==> Pour une appréciation juste de la question de Staline

Posted in Non classé | Tagué: , , , | 6 Comments »

Critiques grandissantes au sein du Parti communiste chinois

Posted by Libertad ! sur 23 juillet, 2007

Les tensions s’exacerbent au sein du Parti communiste chinois. Dans une lettre ouverte publiée sur un site Internet nommé maoflag.net (drapeau de Mao), dix-sept partisans du retour à l’orthodoxie marxiste viennent de défier le président Hu Jintao en critiquant avec une violence inhabituelle la conduite des affaires économiques et sociales par la direction du parti. Composé d’anciens ministres, d’un ex-ambassadeur en Russie, de professeurs et d’intellectuels conservateurs, le « groupe des dix-sept » fustige « la route diabolique » sur laquelle s’est engagée la Chine. Il prévient qu’au rythme où vont les choses, la République populaire risque bientôt de voir émerger « son propre Boris Eltsine » et l’on pourrait assister « à la mort du parti et du pays ».

Le groupe des dix-sept pose une très intéressante prédiction sur l’avenir de la Chine; si le gouvernement continue sur cette voie, cela va sûrement provoquer la mort de la république populaire, la division du pays ainsi que la mort même de l’appareil d’état corrompu qu’on connaît: le Parti Communiste.

Ce sont des réformes économiques semblables qui ont fait que Gorbvatchev et Boris Elstine ont tués l’Union Soviétique (même si elle n’avait plus grand chose de socialiste, depuis 1956), avec les conséquences qu’on connaît (augmentation de la pauvreté, guerres inter-ethniques, économie contrôlée par les mafieux et d’anciens agents du KGB corrompus).

En attendant, la fronde de ces combattants d’arrière-garde risque d’indisposer la hiérarchie pékinoise qui doit se garder à gauche et à droite et vient de bloquer le site Maoflag. A gauche, les « dix-sept » préconisent que l’on devrait revenir sur la nouvelle loi garantissant la propriété privée, empêcher que trop d’hommes d’affaires entrent au parti et trop de groupes étrangers entrent en Chine. « Le parti et le gouvernement se sont coupés des masses, le socialisme est menacé, la nation est en danger parce que les secrétaires du parti sont devenus des capitalistes et les capitalistes sont entrés au parti », assène la lettre ouverte adressée au président Hu.

Comme ça, c’est maintenant rendu qu’on censure les communistes qui se réclament de Mao, en Chine en plus ! Mais de toute manière, pourquoi encore parler de « Parti Communiste » en Chine ? La bourgeoisie nationale, de concert avec ses collègues du monde entier veulent garder l’emprise du PCC sur la Chine pour la simple et bonne raison qu’il représente justement la force de l’État. Il s’agit d’un élément historique important qui fait la fierté des chinois car c’est quand même le PCC de Mao qui a libéré la Chine des envahisseurs occidentaux et japonais, et fait déguerpir les nationalistes à Taiwan, qui eux formaient une dictature militaire tout aussi corrompu que PCC l’est aujourd’hui.

Pour eux (la bourgeoisie), le PCC est avant tout un élément de folklore et de culture intouchable qu’une réelle organisation qui veut faire de la Chine un pays communiste, sans classe et sans état. Le PCC signifie également (tout comme le drapeau de la Chine lui-même) la collaboration de classe à la stalinienne, ce qui veut dire simplement que le gouvernement cesse toute lutte des classes (tel que dit dans le marxisme) pour se concentrer sur la bonne entente entre les différentes classes sociales, ce qui est tout carrément anti-communiste.

Soutenir aujourd’hui le PCC comme le fait encore quelques communistes au Québec signifie soutenir le mensonge, la corruption, la collaboration de classe et l’exploitation !

L’hégémonie ne passera pas !

==> Lire la suite

Posted in Non classé | Tagué: , , , | 26 Comments »