Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Les homosexuelLEs encore répriméEs à Québec

Posted by L'Agitateur sur 26 juillet, 2007

Nous avons reçu par communiqué le texte d’un certain André Gagnon qui a écris un article pour dénonçer les attaques faites sur les homosexuelLEs à Québec. Voici l’article en question :

DES PAROLES AUX ACTES

André Gagnon
andregagnon@etremag.com

Le 1er juillet dernier, aux petites heures de la nuit, un jeune gai qui sortait du bar Le Drague, a été sauvagement attaqué par des voyous néo-nazis en plein cœur de Québec, à 5 minutes de notre Assemblée nationale. En quelques secondes, il a été gravement blessé et abandonné lâchement par ses agresseurs. Le seul motif de cette agression : son orientation sexuelle.

En racontant cette triste histoire au directeur-général de la SDC du Village, lui-même originaire de Québec, il me raconta comment à sa dernière visite à Québec, lui et son conjoint avaient été violemment interpellés par des jeunes en auto alors qu’ils déambulaient aux abords du Château Frontenac. ‘Grosses tapettes!’ Il estimait lui-même assister à une montée de l’intolérance dans la capitale.

Après la campagne populaire pro-CHOI où la tenue de propos discriminatoires et diffamatoires en ondes a été confondue avec ‘la liberté d’expression’; après l’élection d’une majorité de députés conservateurs et adéquistes dans la région de la Capitale nationale; après l’élection facile d’André Arthur dans Portneuf, qui oserait prétendre que le problème de l’homophobie est en régression à Québec? La région de la Capitale nationale est la seule région du Québec dont les députés fédéraux ont majoritairement voté pour renverser l’égalité en droits que nous avons récemment acquise en décembre dernier, une véritable honte pour le Québec, n’ayons pas peur des mots.

Beaucoup de gens ont minimisé le danger que présente la libre circulation de propos homophobes et discriminatoires en ondes. L’attaque lâche du 1er juillet dernier est un exemple frappant de comment la banalisation et la liberté de tenir des propos homophobes pave la voie à la violence directe et brutale.

Cette pénible réalité au moment où le Québec s’apprête à célébrer le 30e anniversaire de l’interdiction de la discrimination eu égard à l’orientation sexuelle, doit nous faire réfléchir. Lorsque j’ai organisé le premier défilé de la fierté à Québec en 2002 qui soulignait précisément le 25e anniversaire de l’interdiction de la discrimination, j’avais été violemment attaqué dans Le Soleil par l’ex-directrice générale de la dite ‘Coalition gaie et lesbienne du Québec’, Me Claudine Ouellette qui affirmait qu’après l’union civile, ce n’était plus le temps de marcher pour l’égalité, mais plutôt de se fondre dans la foule. Le premier défilé à Québec fut ainsi boycotté par ladite Coalition et d’autres organismes et établissements bien en vue de la capitale. Il connut malgré tout un énorme succès. Le même discours fut tenu trois ans plus tard par ceux qui allaient ressusciter la Fête Arc-en-ciel en faillite autant politique que financière depuis 2002 : plus besoin de marcher pour l’égalité, c’était le temps de ‘fêter’!

Difficile aussi de ne pas faire un parallèle avec le débat récent à Montréal.

Le mouvement de libération gaie suite aux émeutes de Stonewall, que les défilés de la fierté gaie commémorent à travers le monde, est né précisément pour contrer ce genre de discours homosexuel conservateur bien gentil et bien propre qui dominait dans nos communautés et qui confinait notre lutte pour l’égalité à la dimension légaliste. Avec le temps, avec les gains législatifs, avec l’amélioration toujours précaire de notre situation, ce discours a repris le dessus vidant le mouvement de la fierté gaie de sa substance et transformant parfois les fiertés en kermesses au point où on confond maintenant fierté gaie et fête gaie.

Le plus tragique dans tout cela, c’est qu’en confondant égalité juridique et égalité sociale comme on fait trop souvent y compris parmi les activistes, en s’adaptant au nouveau confort d’un espace social plus grand qu’on confond avec l’égalité, on baisse la garde et on minimise l’impact de l’homophobie. Il faut de tels incidents révoltants pour nous le rappeler.

Au moment de marcher de nouveau à Montréal, à Québec et à Ottawa, rappelons-nous pourquoi nous marchons. Au-delà de la fête et du carnaval, notre geste est et doit demeurer éminemment politique. Face à l’homophobie séculaire, réaffirmons notre fierté d’être ce que nous sommes. Refusons d’avoir à vivre en nous cachant, refusons d’être intimidés par la violence verbale et brutale. Marchons aussi pour qu’enfin, 30 ans après l’interdiction de la discrimination, cette société prenne résolument en mains de combattre l’homophobie là où elle se trouve encore. Pour que de tels actes appartiennent un jour, comme les bûchers de l’inquisition, au passé.

6 Réponses to “Les homosexuelLEs encore répriméEs à Québec”

  1. Anonymous said

    comment les jeunes néo-nazi ont-ils fait pour savoir qu’il était homosexuel?

  2. Sylvain Guillemette PCQ said

    Peu importe, en 1939 la 2e guerre mondiale commence avec des néo-nazis…on a aussi tendance à l’oublier. C’est un regroupement illégal qui prône et exerce la violence à l’endroit de leur liste noire: homosexuels, toute autre race que les blancs, les communistes, les anarchistes et on peut voir que dernièrement, le écologistes furent aussi sur cette liste.

    On en a même un sur ce blog, anonyme512 affirme que les arabes n’ont jamais rien fait de bons, tout comme les noirs. anonyme512 applaudissait le meurtre du jeune écologiste qui fût tué dernièrement dans une manifestation où cet écologiste défendait aussi d’une certaine manière, ces totons de nazis…

    Comme le rapporte ce texte,la région de Québec s’est rangée à droite toute avec des totons comme représentants, dse adéquistes… Dois-je rappeller que c’est un ramassis de racistes, d’homophobes, d’arabophobes, de « privatisators aliénés », de sexistes, d’anti-écologistes, d’anti-gauche, de fillionistes etc…

    Pour que des tatas comme Arthur puisse passer haut la main, que des dizaines de milliers de totons se mettent à défendre le droit de faire chier le monde dans une haine incomparable (Fillion), pour que l’ADQ, malgré son incompétence flagrante et le flagrant fait que ce sont des totons, raffle trop de sièges….effectivement, je me demande où s’en va la belle province. Même si l’ADQ n’a même pas eu l’appui de 20% de la population du Québec, le fait qu’ils soient dans l’Assemblée Nationale me rappelle que Hitler aussi a été élu d’une certaine façon…, l’histoire ne fait que se répéter.

    Durant la campagne, on a eu droit à ce genre de discours totalement stupide de l’ADQ. L’autre morron de Champagne: « Les gars de la « shop » voteront jamais pour une tapette ». Un anti-juif, qui avait d’ailleurs prôné le système d’éducation cubain…oufff! Il s’est fait tapé sur les doigts aussi! Des propos sexistes… Avec le vide débat de Mario Ducon à la soirée du débat, il lui fallait son papier du viaduc! Bref, une campagne semblable à celle de 2003, et oui, un retour dans le passé! Malgré toutes ces absurdités, certains croient encore qu’il est de centre cet opportuniste!

  3. Olivia said

    Il y a également le fait que le député actuel de Vanier, Sylvain Légaré, est un ancien bonehead. Ça prouve que ce parti est bien loin d’être au centre !

  4. Anonymous said

    à S-guillemette
    Peu importe, en 1939 la 2e guerre mondiale commence avec des néo-nazis…on a aussi tendance à l’oublier

    Erreur camarade, Les néo-nazi n’existait pas à cette époque le concept même était improbable car le régime nazi en allemagne existait toujours donc c’était des nazi et non néo-nazi

  5. Sylvain Guillemette PCQ said

     » Anonyme a dit…

    à S-guillemette
    Peu importe, en 1939 la 2e guerre mondiale commence avec des néo-nazis…on a aussi tendance à l’oublier

    Erreur camarade, Les néo-nazi n’existait pas à cette époque le concept même était improbable car le régime nazi en allemagne existait toujours donc c’était des nazi et non néo-nazi « 

    -Vrai, désolé…. Je crois que j’ai copié le (néo-nazi) par paresse de l’écrire…

    « Olivia a dit…

    Il y a également le fait que le député actuel de Vanier, Sylvain Légaré, est un ancien bonehead. Ça prouve que ce parti est bien loin d’être au centre ! »

    -Sérieux? Ça mérite la couverture des journaux, et pourtant… Vive les médias bourgeois! Après ça traite Chavez et compagnie de dictateurs totalitaires…pendant qu’ils cachent eux, tous les faits du jours comme ce Sylvain Légaré.

  6. Anonymous said

    La région de Québec me désole de plus en plus . Il manque un élément pour confirmer le fait qu’il y ait du monde nazi dans la capitale nationale. L’armée Canayenne !!! Mon frère est présentement a Valcartier et un gars avec qui il travaille est un néo-nazi pure et dure et ils sont pas mal de cons de se genre dans cette organisation de merde .

    Vez

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :