Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

« Progrès social » à la sauce néolibérale

Posted by Hugo Jolly sur 7 août, 2007

Le système néolibéral a trouvé un nouveau moyen d’exploiter l’Homme grâce à une nouveau statut d’employé dans le secteur de l’industrie automobile. Encore une belle initiativeau service du peuple. Merci gens de droite! 🙂

L’industrie automobile a longtemps été synonyme de plus hauts salaires et de meilleures conditions de travail. Plus maintenant et un nouveau « pattern » semble vouloir se développer aux États-Unis et cela a de quoi inquiéter.

Pour le moment, une seule usine , chez Chrysler, aux États-Unis, utilise le modèle mais GM, Ford et Chrysler voudraient généraliser l’expérience lors des négociations pour le renouvellement des conventions collectives, lesquelles négociations s’amorcent maintenant chez nos voisins du Sud, dans cette industrie. Il reste à voir si ces compagnies seront en même temps tentées d’introduire aussi ce modèle ici, au Canada. Si cela devait être le cas, cela pourrait éventuellement avoir un effet de boule de neige chez bien d’autres employeurs.

L’usine de Chrysler est à Belvidere, en Illinois. Dans cette usine, il existe maintenant deux catégories distinctes de travailleurs.

Il y a d’abord les employés réguliers, comme partout ailleurs. Ils gagnent en moyenne 30$ l’heure, quand on additionne le coût des avantages sociaux et possèdent également la sécurité d’emploi.

Et puis, il y a une nouvelle catégorie de travailleurs, appelés « Employés temporaires de type plus évolué » (Temporary Enhanced Employee). Ceux-ci gagnent 10$ l’heure de moins, n’ont aucune vacance, aucun avantages sociaux et n’ont pas non plus de sécurité d’emploi.

Lorsque ceux-ci furent embauchés, Chrysler prétend qu’ils auraient tous signé une entente où ils consentissaient à gagner moins et à ne pas avoir les mêmes avantages que leurs autres confrères. Ces travailleurs contestent cette interprétations et l’affaire est actuellement devant les tribunaux.

Chrysler, de même que GM et Ford auraient laissé entendre, dans le cadre des négociations qui s’amorcent actuellement aux États-Unis pour le renouvellement des conventions collectives, qu’ils aimeraient bien généraliser une telle situation ailleurs. Le syndicat, les UAW, ont promis de mener une bataille acharnée contre un tel projet. Ils s’objectent également à une proposition visant à retirer les employés retraités de l’actuel programmes d’avantages sociaux; le coût associé au maintien des programmes d’avantages sociaux pour ces derniers incomberait alors au syndicat.

L’industrie automobile, aussi bien au Canada qu’aux USA, est largement syndiquée. Ici, au Canada, les travailleurs sont membres des TCA, un syndicat jadis relié aux UAW mais qui s’est éventuellement dissocié de ceux-ci durant les années 80 pour devenir une organisation complètement indépendante. La séparation avait trait à un important différent portant sur l’utilité ou non d’accepter des concessions de la part des employeurs.

Le modèle utilisé à Belvidere déplait autant aux employés désormais catalogués comme étant des « temporaires au statut plus évolué » — Wow; quelle évolution ?… –, ce qui est bien compréhensible, qu’aux autres. Il faut en effet savoir qu’à Belvidere, les employés réguliers se font régulièrement mettre à pied, pendant que les « temporaires » restent au travail. Cela permet en effet à l’employeur de baisser ses coûts. Le problème, c’est qu’à force d’être mis à pied, les employés réguliers finissent par ne même plus pouvoir se qualifier pour les programmes d’assurance-chômage et de supplément de revenus, prévus à la convention collective et devant servir à mieux protéger les travailleurs en cas de mises à pied.

Un autre bel exemple de comment le capitalisme est vraiment le « meilleur de tous les systèmes » et comment il permet finalement de faire progresser les gens. Enfin, cela dépend évidemment de quel bord on se situe…

==> Le texte sur le site du PCQ
==> Le texte sur le Centre des Médias Alternatifs du Québec

Publicités

Une Réponse to “« Progrès social » à la sauce néolibérale”

  1. Sylvain Guillemette PCQ said

    Attendons de voir si oui ou non, ces absurdités prévisibles se produiront ici avant de commenter. Il y a parcontre de grandes chances et ça concorde avec les discours des lucides…(productivité, à mort les syndicats etc..). Le retour en arrière de 50 ans est peut-être pour bientôt, mais on sera là, dans la rue, quand ce sera le temps.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :