Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Archive for 29 août 2007

Vive la résistance autochtone !

Posted by Libertad ! sur 29 août, 2007

Publicités

Posted in Non classé | Tagué: , , | 74 Comments »

Jose Maria Sison est arrêté !

Posted by Libertad ! sur 29 août, 2007

Jose Maria Sison, ancien président du Parti communiste philippin (CPP) et de son bras armé, la Nouvelle armée du peuple, a été arrêté à Utrecht (centre), près de son domicile, a indiqué le parquet national.

Notre camarade Jose Maria Sison, qui est menacé par la justice des Pays-Bas depuis 1997, fut arrêté il y a de ça quelques jours. Voilà en gros de quoi il est «accusé»:

« Il est soupçonné d’avoir ordonné, depuis les Pays-Bas, l’assassinat de ses anciens alliés politiques aux Philippines, Romulo Kintanar et Arturo Tabara », a précisé le parquet.

Rappelons que cette méthode fut utilisée contre plusieurs camarades prisonniers politiques, comme le cas de Mumia Abu-Jamal. Ces gens sont arrêtés pour des crimes qu’ils n’ont pas commis, les preuves étant fabriquées et les témoins menacés.

Pour le cas qui nous intéresse en ce moment, cet ancien président du Parti Communiste des Philippines est accusé de terrorisme par les États-Unis et le gouvernement pantin qui sert les intérêts occidentaux aux Philippines quand en réalité, la lutte révolutionnaire n’a fait aucun mal aux masses et lutte pour la dignité des sans-terres et des opprimés dans ce pays. Cela montre encore une fois la logique néo-conservatrice selon laquelle nous sommes terroristes en s’opposant au capitalisme et à l’impérialisme américain.

Par contre, il faudrait bien en parler du vrai terrorisme. L’État Philippin est accusé d’avoir tué plus de 800 opposants politiques depuis l’avènement au pouvoir de la présidente Gloria Macapagal Arroyo, une bonne amie du président Bush. Qu’est que c’est si ce n’est pas du terrorisme ?

Nous allons suivre l’affaire et voir pour contacter des camarades philippins qui pourront nous donner plus d’information.

À suivre.

Quelques liens :

==> Stop the killing in the Philippines
==> Action Socialiste: entrevue avec Jose Maria Sison: « Il faut armer politiquement la classe ouvrière »
==> Lire la suite

Posted in Non classé | Tagué: , , , , , | 36 Comments »

Bush va demander 50 milliards de dollars de plus au Congrès pour l’Irak

Posted by Libertad ! sur 29 août, 2007

Le président américain George W. Bush devrait demander au Congrès 50 milliards de dollars supplémentaires pour l’Irak, après des évaluations très attendues de la situation dans ce pays le mois prochain, a rapporté mercredi un journal américain.

La demande semble indiquer que la Maison Blanche entend poursuivre jusqu’au printemps 2008 la stratégie actuelle qui a vu le renforcement des effectifs d’environ 30.000 hommes cette année, et n’a pas l’intention de céder aux pressions pour un retrait, écrit le Washington Post.

Alors qu’une majorité des américains s’opposent à la guerre en Irak et que le congrès, à majorité démocrate veut faire voter un retrait des troupes du pays, le président Bush souhaite avoir environ 50 milliards de dollars et 30 000 hommes supplémentaires pour l’agression américaine.

Les 50 milliards s’ajouteraient à 460 milliards demandés par l’administration dans le budget 2008 de la Défense et à 147 milliards inscrits dans un collectif budgétaire toujours pendant et destiné à financer la guerre en Irak et en Afghanistan, écrit le Post.

Ce sont les masses qui paient pour cette guerre totalement injuste, mais comme toujours, ils sont jamais écoutés…

Mais par contre, un espoir naît, les gens se réveillent progressivement et voient enfin que leur président à menti sur les réels objectifs de la guerre en Irak et le mouvement anti-impérialiste américain s’en retrouve renforcé, bien qu’il n’atteingne pas l’importance de celui des années 70.


Impérialisme, hors d’Irak !

==> Lire la suite

Posted in Article | Tagué: , , , | 66 Comments »

Déclaration de l’organisation communiste de Grèce sur les incendies dans le pays

Posted by Libertad ! sur 29 août, 2007

Une déclaration (en français) du KOE, l’organisation communiste de Grèce, sur le cauchemar vécu par les masses populaires de leur pays. Des centaines de villages ont été détruits, rien qu’au Péloponnèse 1.500 km2 de terres ont été anéanties, 64 personnes sont mortes ces quatre derniers jours… Et le gouvernement tente de se dédouaner en en appelant à « l’unité nationale » et à la chasse aux terroristes.

Déclaration : Aux peuples, aux forces progressistes et aux médias

Des douzaines d’incendies continuent de faire rage dans toute la Grèce, spécialement dans le Péloponnèse occidental et méridionnal, et dans l’Eubée. Ces quatre derniers jours, soixante quatre personnes ont perdu la vie et beaucoup d’autres manquent à l’appel. Des millers de gens qui ont fui suite à l’incendie de leurs villages se retrouvent sans domicile et sont abandonnées à leur sort par l’Etat.

Des centaines de villages sont en cendres. 1500 km carrés de terres ont été complètement brûlés rien que dans le Péloponnèse. Les conséquences à moyen terme et à long terme de la catastrophe sur la vie des masses, l’économie et le climat de notre pays et de la région seront encore pires.
L’organisation communiste de Grèce (KOE) exprime sa très grande douleur face à ce cataclysme, sa sympathie et sa solidarité concrète envers ceux qui souffrent.

Nous exprimons aussi notre gratitude profonde envers la préoccupation et les gestes de condoléance manifestés par les partis frères de différents pays. En même temps, nous bouillons de rage contre ceux qui sont responsables de la catastrophe, et nous ferons tout le possible pour qu’ils paient au prix fort leurs crimes et leur négligence.

Le gouvernement de droite de K. Karamanlis s’est montré incapable de faire face à la catastrophe. C’est un gouvernement incapable, criminel, coupable. Les politiques néo-libérales pour « moins d’Etat », qui ont été consciencieusement appliquées par les gouvernements successifs du « Pasok » social-libéral et de « nouvelle démocratie » de droite, ont abouti au démantèlement et à la désintégration des mécanismes d’Etat : dans les dix années passées, les brigades de pompiers, les unités de protection de la forêt, les services sanitaires, de protection civile, ont été réduits comme peau de chagrin, et leur équipement laissé dans un piètre état.

Par exemple, 4000 postes de pompiers n’ont pas été attribués, malgré les plaintes et avertissements des pompiers eux-mêmes. La moitié de la flotte aérienne anti-incendie a plus de trente ans (alors que dans le même temps le gouvernement dépense des milliards d’euros pour acheter des avions de guerre F-16).

Les hôpitaux des villes et les centres médicaux ruraux sont dramatiquement dépourvus de personnels, mal équipés et hors d’état d’aider les victimes.

Les services de protection civils sont tout simplement inexistants, et les victimes cherchent gîte et couvert chez la famille, les amis ou chez des habitants socialement sensibles. Les capitalistes restent libres d’exploiter le désespoir des gens : la compagnie des ferry boats envoyés pour évacuer les habitants de l’île d’Eubée les a forcé de payer le tarif ordinaire pour d’accepter de les embarquer, et de nombreux hôtels du Péloponnèse font aujourd’hui payer de 50 à 150 euros la nuit.

Qui plus est : la constitution de la Grèce donne accorde à la forêt pleine protection, interdisant toute « exploitation » même dans les zones incendiées. Mais pour permettre le « développement », le gouvernement de droite a voulu modifier l’article 24 de la Constitution (comme il a voulu le faire pour l’article 16, qui interdit les universités privées). Les deux partis bourgeois « Pasok » et « Nouvelle démocratie » sont responsables de l’inexistence d’un cadastre national des terres, qui facilte leur attitude « compréhensive » envers les constructions illégales à l’intérieur des zones forestières brûlées.

Par exemple : le 23 juillet, le gouvernement a donné sa permission à l’extension « exceptionnelle » du casino d’Athènes, dans une portion de 63 000 squares carrés de la Forêt de Parnitha, qui venait d’être brûlée à peine un mois auparavant.

Ce mois d’août, au lieu de se préparer à affronter de nouveaux feux de forêt, le gouvernement s’est efforcé de trouver un timing pour provoquer des élections anticipées. Le résultat a été la paralysie de tout service public encore en fonctionnement, et le 17 août, alors qu’un nouvel incendie faisait rage dans les banlieues d’Athènes, le gouvernement a annoncé la surprise d’élections prévues pour le 16 septembre.

Lorque le 24 août, de gigantesques incendies étaient en train de détruire une partie du pays et de provoquer des douzaines de victimes, le gouvernement a tenté de se faire passer pour victime de forces terroristes mystérieuses, dans le but de faire taire toute critique. Ils ont cherché à cacher le fait que dans le passé une telle quantité de feux a déjà eu lieu, mais sans jamais provoquer un tel holocauste.

Lorsque des représentants de l’Organisation Communiste de Grèce ont parlé publiquement à la télévision et à la radio, et condamné ce gouvernement incapable et criminel, certains personnages officiels de la droite se sont mis à menacer « quiconque attaque l’unité nationale pendant cette tragédie rompt la légalité constitutionnelle et devra en supporter les conséquences ».

Notre réponse a cela a été de dire que c’est le gouvernement lui-même qui est le responsable de cette tragédie nationale, et que par dessus le marché il continue ses manipulations politiques sur les cadavres de douzaines de citoyens et sur celui de régions entières détruites, et que par conséquent nous refusons de nous aligner derrière lui.

Malgré tout, lors du week end du 25-26 août, presque toutes les forces de l’opposition se sont soumises à ce chantage et n’ont pas élevé la voix contre le gouvernement.

Le KOE mobilise ses forces à l’échelle nationale

a) dans les zones sinistrées pour aider à la lutte contre l’incendie et pour offrir une solidarité concrète aux sinistrés;
b) dans le reste du pays, pour mener une campagne contre le gouvernement et ses politiques criminelles. Dans cette campagne, nous invitons toutes les forces progressistes, et en particulier nos alliés de la Coalition de la Gauche Radicale.

Malgré les hésitations de la direction de ces forces, leurs bases se moblisent déjà au niveau local en suivant les propopsitions du KOE.

De nombreuses marches de protestation ont lieu en Grèce cette semaine. Nos slogans sont « Les criminels et les victimes ne souffrent pas ensemble » et « Ce gouvernement incapable et criminel doit payer cher »

Les forces bourgeoises essaient d’exploiter électoralement l’holocauste, en promettant monts et merveilles. Les capitalistes planifient déjà les moyens de tirer des profits accrus de cette catastrophe.

Les réformistes hésitent à appeler les masses furieuses à se mobiliser contre le gouvernement, dans le but d’assurer leur possibles gains électoraux.

Nous disons que le moment n’est pas aux misérables calculs politiques, mais à l’attaque contre les concepts et les politiques du gouvenement en place, en donnant la voix au peuple grec furieux.

De plus, le comité directeur du KOE exige une série de mesures concrètes à prendre en solidarité avec les victimes et en prévention de tels holocaustes dans l’avenir.

28 août 2007
Le département de relations internationales du KOE

==> Source

Ps: Le Reactionism Watch sera moins actif durant les prochains jours à cause du retour au Cégep ou bien du surplus de travail que nous avons dans nos emplois respectifs. Cependant, nous allons trouver le temps pour faire au moins un billet par jour. Nous ne lâcheront pas le combat de la gauche contre la droite, contrairement à ce que certains opportunistes qui viennent régulièrement sur notre site pourraient penser. Vous êtes prévenus !

Posted in Non classé | Tagué: , , | 5 Comments »