Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Archive for 3 septembre 2007

Privatisation de la guerre : la rapacité des capitalistes à son stade ultime

Posted by Libertad ! sur 3 septembre, 2007

« Nous n’irons pas en Irak » : voilà ce que l’ancien premier ministre Jean Chrétien avait répondu suite aux demandes de l’administration américaine voulant que le Canada participe à la coalition impérialiste pour piller l’Irak et plonger le Moyen-Orient dans le chaos. Mais en 2007, le Canada est-il vraiment absent en Irak? Le pays (ou plutôt, la bourgeoisie canadienne) n’a pas de troupes officielles en Irak mais par contre, plusieurs entreprises privées canadiennes y sont et profitent amplement des contrats de l’armée américaine, notamment dans le domaine de la « sécurité » et des hélicoptères.Cela illustre un phénomène qui, loin d’être nouveau, connaît une augmentation sans précédent depuis la dernière décennie. De plus en plus, les armées impérialistes font affaire avec des entreprises privées pour faire de la sous-traitance. Parmi ces entreprises, nous pouvons entre autre mentionner le cas de GardaWorld, qui est d’ailleurs un des fleurons du capitalisme québécois. Se présentant comme la « cinquième plus grande entreprise de services intégrés en sécurité physique et en transport de valeurs au monde », la firme Garda est employée par les autorités en place en Irak pour protéger les oléoducs, les personnalités publiques, les journalistes, les gens d’affaires et escorter des convois militaires.

Ces mercenaires, dont plusieurs sont des étrangers, sont parfois payés jusqu’à 1 000 dollars par jour pour faire la « sale job », mais cela ne va pas sans risque : plus de 900 d’entre eux (dont une majorité d’Américains) ont été tués depuis 2003, et on n’a toujours pas trouvé les quatre mercenaires britanniques qui ont kidnappés au mois de mai et qui travaillaient d’ailleurs pour Garda. Il y aurait plus de 20 000 « agentEs de sécurité » de la sorte selon les sources officielles, mais peut-être beaucoup plus selon certains observateurs. 1

Un autre cas d’entreprise canadienne qui travaille pour les autorités américaines est Bell Helicopter, la même qui se plia à l’exigence des États-Unis et empêcha des travailleurs originaires de certains « États voyous » de travailler à la fabrication d’hélicoptères destinés à l’armée américaine. 2 Par « État voyou », l’administration Bush entend en fait des pays qui résistent à l’impérialisme US tels que Cuba, le Venezuela, la Corée du Nord et l’Afghanistan.

Cette nouvelle mode à la logique néo-libérale (la privatisation de la guerre) fut très critiquée au courant des derniers mois par la presse de gauche, tant française qu’américaine, et même aussi par le chroniqueur bourgeois du Journal de Montréal, Richard Martineau 3, qui prenait l’exemple de Blackwater – une compagnie américaine qui entraîne des militaires et qui affirme vouloir « appuyer la sécurité, la paix, la liberté et la démocratie aux quatre coins de la planète »… mais qui entend par là défendre la liberté d’exploitation pour les riches dans les pays opprimés, la fausse démocratie de la bourgeoisie et la sécurité personnel des capitalistes, au détriment de celle de la classe ouvrière et des peuples opprimés.

Même si la privatisation de la guerre peut sembler nouvelle, ça ne veut pas dire que ça ne se fait pas depuis des décennies : la « nouveauté » du phénomène, c’est que l’entreprise privée ne se contente plus de participer à la fabrication et l’entretien du matériel militaire, mais qu’elle intervient désormais au niveau de la fourniture des troupes. Le 17 janvier 1961, alors qu’il était en fin de mandat, le président Dwight Eisenhower avait déjà mis en garde les AméricainEs contre le danger que pourrait représenter le « complexe militaro-industriel » :

« Cette conjonction entre un immense establishment militaire et une importante industrie privée de l’armement est une nouveauté dans l’histoire américaine. […] Nous ne pouvons ni ignorer, ni omettre de comprendre la gravité des conséquences d’un tel développement. […] Nous devons nous prémunir contre l’influence illégitime que le complexe militaro-industriel tente d’acquérir, ouvertement ou de manière cachée. La possibilité existe, et elle persistera, que cette influence connaisse un accroissement injustifié, dans des proportions désastreuses et échappant au contrôle des citoyens. Nous ne devons jamais permettre au poids de cette conjonction d’intérêts de mettre en danger nos libertés ou nos méthodes démocratiques. Rien, en vérité, n’est définitivement garanti. Seuls des citoyens alertes et informés peuvent prendre conscience de la toile d’influence tissée par la gigantesque machinerie militaro-industrielle et la confronter avec nos méthodes et objectifs démocratiques et pacifiques, afin que la sécurité et les libertés puissent fleurir côte à côte. »

Bien beau discours, même si ce président est en grande partie responsable de la participation impérialiste des États-Unis dans la guerre du Vietnam! D’ailleurs, l’agent orange fut développé (c’est John. F. Kennedy qui donna le feu vert pour sa conception) par de nombreuses industries chimiques, dont Monsanto et Dow Chemical. Cet herbicide, extrêmement nocif et entièrement conçu par des entreprises privées qui profitaient des contrats de l’administration américaine, a fait des centaines de milliers de morts en Asie du Sud, de 2,1 à 4,8 millions de personnes ayant été touchées directement. Il a encore des effets néfastes sur la santé publique au Vietnam, des enfants naissant encore avec des malformations et des maladies graves qui lui sont attribuables. 4

De nos jours, les nombreuses sociétés militaires privées et leurs clients opèrent dans plus de 50 zones de conflits dans le monde; leur principal client, Washington, a signé à lui seul pas moins de 3 000 contrats avec des firmes privées au cours de la dernière décennie. Leur revenu atteint environ 100 milliards de dollars 5, soit environ 1/12 de toutes les dépenses militaires qui se font dans le monde chaque année (1 204 milliards de dollars en 2006 pour l’ensemble de la planète). 6

Une des caractéristiques les plus frappantes dans ce fameux complexe militaro-industriel est possiblement est sa présence au sein même du gouvernement américain. Nous n’avons qu’à prendre l’exemple de Dick Cheney, qui était le PDG de Halliburton, une entreprise spécialisée dans le domaine pétrolier et la défense. Ces « private military firms » sont aussi accusées d’avoir donné des millions de dollars au Parti républicain pour graisser la patte à ses dirigeantEs et ainsi, pouvoir bénéficier de juteux contrats en Irak, en Afghanistan et même dans des pays comme les Philippines et la Colombie. 7

Le phénomène de la privatisation de la guerre illustre à la fois la rapacité des capitalistes et l’état de putréfaction dans lequel baigne désormais leur désordre mondial. Le jour viendra où ces gens-là n’auront plus le loisir de profiter de la misère des pauvres gens et des destructions massives causées par les guerres impérialistes.

Capitalistes, hors d’Irak!
Canada, hors du Moyen-Orient!

Antho

Publicités

Posted in Non classé | Tagué: , , , , | 29 Comments »

L’agence canadienne aide drôlement Kandahar

Posted by L'Agitateur sur 3 septembre, 2007

Un très récent rapport a été publié par le Conseil Senlis traitant du sujet de l’Agence Canadienne de Développement International (ACDI) dans la province de Kandahar, en Afghanistan. Cette région au sud du pays est sous contrôle, dû moins sous la présence impérialiste canadienne avec celle de l’aide humanitaire entre autre.

Selon ce rapport, les bonnes nouvelles sont minimes :

  • La Croix-Rouge a établi une pharmacie dans l’hôpital à Khadahar en donnant gratuitement des médicaments aux patientEs de cette dernière.
  • L’aide d’un chirurgien et d’un obstréticien sont également sur les lieux afin d’améliorer les services et d’aider à la formation un personnel.
  • La Croix-Rouge fait des réparations afin d’en augmenter la capacité dans la direction de l’hôpital, et en planifient d’autres sur le toit de ce dernier.
  • Les employéEs de la Croix-Rouge sont expérimentéEs pour aider le Ministre de la Santé dans la restauration de l’établissement.
Par contre, les mauvaises nouvelles sont par milliers, et nous vous en faisons un petit extrait en triant par sujet. (pour savoir le reste, consultez le rapport)

Hôpital de Mirwais : Selon le rapport, aucune évidence de lien n’a pu être trouvé entre les informations données par l’ACDI et les travaux (financés ou non) fait par cette dernière. Il en est tout autant pour l’absence du projet de la salle d’attente pour accouchement dans la liste de projets par l’ACDI. La situation à l’hôpital reste désespérante :

  • Non seulement les « salles partagées » existent encore, mais c’en est pire qu’avant ! Par exemple, une des salles partagées avait de 28 enfants pour seulement huit lits.
  • L’hôpital est toujours en pénurie d’équipements de base, et d’opérations ménagères.
  • Le personnel demande toujours plus d’équipement, plus d’entrainement, plus d’assistance en général.
  • Il n’y a ni air conditionné, ni ventilateur, ni chauffage.
Aide alimentaire : L’ACDI a déclaré avoir distribué des milliers de tonnes de nourriture aux affaméEs de Kandahar. Or, selon le rapport, il a été impossible d’obtenir quelconque information sur les points spécifiques de distribution alimentaire pour valider les déclarations.

Développement d’infrastructure : L’ACDI a déclaré avoir fourni 18,5$ millions canadiens au développpement d’infrastructure de Kandahar. Le rapport a trouvé une évidence de cinq millions de dollars bel et bien transférée dans les coffres de la région. Comme exemple, ça peut être la construction d’un pont. Par contre, les entrevues des travailleurs sur place ont donné des réponses plutôt maladroites : sans assurance accident ou maladie, les travailleurs sont automatiquement remplacés sans compensation.

Pour en savoir plus, dont des questions sans réponses, consultez le rapport à la fin du billet.

Pendant ce temps, à Ottawa, alors que Peter MacKay dit avoir affirmé à ses amis de l’OTAN que les canadiens ne seront plus de la partie dès février 2009 en quittant le sud d’Afghanistan, l’Agence Canadienne de Développement International restera après cette date. Même que Stephen Harper, en juin dernier, a déclaré que la mission canadienne en Afghanistan ne pourra se poursuivre si, lors d’un vote en assemblée, les partis de l’opposition ne soutiennent pas le gouvernement minoritaire.

==> Aide à Kandahar : des projets qui tardent à se concrétiser
==> Rapport de Conseil Senlis sur l’ACDI en Afghanistan
==> Peter MacKay dit que les soldats canadiens ne resteront pas après 2009

Posted in Article | Tagué: , , , , | 41 Comments »

Les femmes plus syndiquées que les hommes

Posted by Libertad ! sur 3 septembre, 2007

Pour la première fois dans l’histoire canadienne, le nombre de femmes syndiquées a dépassé au premier semestre 2007 celui de leurs collègues masculins, a indiqué le syndicat TCA lundi, jour de la fête du Travail au Canada.

«Le nombre de femmes dans les syndicats a augmenté chaque année au cours des dix dernières années», affirme le syndicat dans un communiqué.

«Les plus récentes données indiquent qu’entre janvier et juin 2007, 2.248.000 femmes étaient représentées par un syndicat, contre 2.237.200 hommes», précise-t-il.

Selon TCA, cette tendance s’explique en partie par l’élargissement de l’éventail des secteurs où des syndicats sont implantés, pour inclure désormais la «vente de détail, les soins de santé et le tourisme, qui sont tous des secteurs où les femmes sont majoritaires».

Mais le syndicat y voit aussi une conséquence de la conjoncture politique du Canada, estimant que «dans le cadre des attaques contre l’égalité des chances lancées par le gouvernement (conservateur du premier ministre Stephen) Harper, les syndicats sont devenus tout à fait pertinents pour les femmes».

Selon un rapport publié en août par l’institut national de la statistique, la population active au Canada compte près de 18 millions de personnes, sur une population totale de quelque 32 millions.

Voilà une excellente nouvelle !

==> Source

Posted in Non classé | Tagué: , | 19 Comments »

David et son avis sur notre projet de société…

Posted by Libertad ! sur 3 septembre, 2007

David le gourou, qui se base, comme à l’habitude, sur des méthodes très «scientifiques» pour affirmer la supériorité de son néo-libéralisme, attaque une fois de plus la Gauche et les environnementalistes. Dans une analyse très récente, il va comparer le projet de société de la Gauche à une vague description du pays africain le plus pauvre, dont nous avons tout de suite pensé au Swaziland, qui est le pays qui possède la plus faible espérance de vie au monde (32 ans). Voici ce qu’il a à dire:

Imaginez un monde égalitaire où les gens consomment exclusivement des aliments biologiques produits localement, un monde où l’air est exempt de toute pollution industrielle et où chacun est son propre patron. Une vision idyllique du monde ?

Mais attendez… Dans ce monde l’espérance de vie ne dépasse pas les 30 ans, beaucoup d’enfants meurent en bas âges et les gens sont constamment confrontés à la famine. Dans ce monde il n’y a ni médecins, ni dentistes ni constructions sanitaires. Si ce monde est égalitaire c’est parce que tout le monde est pauvre, si l’air est pur c’est parce qu’il n’y a pas d’industries pour employer les gens. La nourriture est organique parce qu’il n’y a pas pesticides ni technologies agricoles. Conséquence, les gens s’éreintent dans les champs pour produire une nourriture qui suffit à peine à nourrir leur famille.

Ce monde existe, du moins il a déjà existé, c’était le passé…

Attendez, pourquoi est-ce qu’il vient de comparer un projet de société à un pays sous-développé ? Nous voulons certes une alternative au capitalisme, mais est-ce que ces fameuses industries dont il parle vont disparaître d’un coup ? Pas du tout, ce sont les travailleurs qui vont les diriger, et le gouvernement investira massivement dans les technologies les plus propres et les plus sûres.

Dans notre projet de société, la médecine « socialisée » sera grandement valorisée : abolition de la propriété privée de la médecine, tous les soins de santé seront rendus universel et gratuits (nous parlons ici par exemple de la dentisterie). C’est selon ce modèle qu’aujourd’hui, Cuba se base pour sa médecine et le résultat en est extraordinaire. D’ailleurs, c’est ce même pays qui reçoit régulièrement des louanges sur ses progrès en environnement.

Bref, les pays capitalistes sont assez mal placés pour parler d’espérance de vie. Bien qu’elle augmente tout le temps dans des pays comme le Canada, la croissance est pas mal plus élevée dans un pays dit « socialiste ». Devons-nous vous rappeler que durant la Chine nationaliste (1911-1949), l’espérance de vie était de 35 ans et qu’à la mort de Mao (1976), elle était rendue de 65 ans ?

Ah les davidiens… toujours aussi vampirique à l’idée des créer des entreprises à travers le monde sous le règne du néo-libéralisme et ainsi pratiquer le « terrorisme multinational » contre les habitantEs de ces pays envahis. Mais selon ces vampires, le problème ne vient pas du néo-libéralisme ; c’est plutôt l’éco-impérialisme le problème majeur ! C’est lui qui empêche la croissance économique, la joie économique, la passion économique de Droite de se développer.

Voici les preuves !

Quelle atrocité. Nous y voyons comment ces écologistes fous endoctrinent la population pauvre – et c’est dû à l’écologisme. Regardez de plus près le terrorisme écologiste, observez ces fascistes verts dicter la vie des populations oppriméEs et très faibles, continuez de les fixer du regard pendant que le néolibéralisme vide leurs poches et les maintiennent en ôtage dans leur économie impérialiste et vicieuse ! Après tout, l’être humain n’est qu’un agent économique et rien d’autre ! Les profits avant l’humanité ; la monnaie avant la santé ; le privé avant le public !

Certes, pour bien compléter, voici une petite citation humouristique express trouvée dans son billet :

L’égalitarisme est une maladie mentale. – El Magico

Posted in Article | Tagué: , , | 81 Comments »