Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Les femmes plus syndiquées que les hommes

Posted by Libertad ! sur 3 septembre, 2007

Pour la première fois dans l’histoire canadienne, le nombre de femmes syndiquées a dépassé au premier semestre 2007 celui de leurs collègues masculins, a indiqué le syndicat TCA lundi, jour de la fête du Travail au Canada.

«Le nombre de femmes dans les syndicats a augmenté chaque année au cours des dix dernières années», affirme le syndicat dans un communiqué.

«Les plus récentes données indiquent qu’entre janvier et juin 2007, 2.248.000 femmes étaient représentées par un syndicat, contre 2.237.200 hommes», précise-t-il.

Selon TCA, cette tendance s’explique en partie par l’élargissement de l’éventail des secteurs où des syndicats sont implantés, pour inclure désormais la «vente de détail, les soins de santé et le tourisme, qui sont tous des secteurs où les femmes sont majoritaires».

Mais le syndicat y voit aussi une conséquence de la conjoncture politique du Canada, estimant que «dans le cadre des attaques contre l’égalité des chances lancées par le gouvernement (conservateur du premier ministre Stephen) Harper, les syndicats sont devenus tout à fait pertinents pour les femmes».

Selon un rapport publié en août par l’institut national de la statistique, la population active au Canada compte près de 18 millions de personnes, sur une population totale de quelque 32 millions.

Voilà une excellente nouvelle !

==> Source

19 Réponses to “Les femmes plus syndiquées que les hommes”

  1. Cowboy said

    Il ne faut pas se réjouir trop rapidement.

    Tant que la proportion ne sera pas rendu à 2/3 1/3 en faveur des femmes, peu de choses risques de changer.

    Les hommes ont le pouvoir dans nos sociétés, et cela inclut les syndicats.

    Le prolétariat féminin est encore trop faible pour imposer l’égalité.

  2. Camarade Antho said

    Mais c’est déjà un début.

  3. Jacques Saint-Pierre said

    D’accord avec cowboy. Mais j’irais plus loin. Il faudra que les femmes prennent la tête des syndicats au plus vite. Elles sauront, elles, que la technique des gros-bras n’est plus valable.

    Elles sauront s’asseoir avec les patrons et négocier, de bonne foi, la transition du syndicalisme vers l’emploi libre et rémunéré au mérite.

  4. Cowboy said

    Gloire à la discution autour d’une tasse de thé.

  5. Camarade Antho said

    Bon, enfin, vous êtes déjà moins immature.

  6. Manx said

    Je suis d’accord avec Jacques sur la place de la femme dans le monde, mais pas juste dans les syndicats. Les femmes sont souvent mal représentées dans tous les domaines. J’aimerais voir un jour où une femme négocierait une convention collective avec une autre femme, dans le syndicat et dans le patronat. Ça va s’en venir, à moyen terme ^^.

  7. Jacques Saint-Pierre said

    Ça s’est déjà vu Manx. Mais ça ne règle pas tout.

    Le nombre de femmes syndiquées n’est qu’un pâle reflet de la place de la femme sur le marché du travail. Est-ce une excellente nouvelle?

    Pas vraiment certain de ça.

    L’adhésion au syndicat, au Canada, est obligatoire « de facto » lors de l’embauche en milieu syndiqué. Certes, il est possible, avec moultes acrobaties bureaucratiques, de se « désaffilier ». Mais, on s’en doute, l’ambiance au travail sera, disons, pourrie.

    Alors, cette statistique ne reflète en rien une « avancée » pour les femmes autre que l’augmentation de leur nombre sur le marché du travail.

    L’égalité, la vraie, arrivera lorsque leur rôle ne seront jamais différents des nôtres. Je serai autrement plus heureux lorsqu’on annoncera que le nombre de femmes ayant démarré une entreprise est égal à celui d’hommes ayant fait la même chose. Là, on se réjouira.

  8. Cowboy said

    En plus, on a aucune idée si les emplois occupés par ces femmes sont de qualité.

    être syndiqué n’est pas une aura magique qui fait d’une job moche une job incroyable.

    Les gros salariés sont pour la grande majorité non-syndiqués.

  9. Jacques Saint-Pierre said

    Tout à fait. Les femmes qui travaillent pour moi gagnent extrêmement bien leur vie et ne sont pas syndiquées. Après quelques tentatives vaines, les syndicats sont retournés bredouilles car mes employés savent bien qu’ils perdraient au change à s’adjoindre ces vampiriques gros-bras.

    Un monde sans syndicat serait idyllique!

  10. Durandal said

    Ah ma DieusE… les femmEs plus syndiquéEs que les hommes… sa doit être du sexismE si les femmEs en plussE à un endroit que les hommes. Les femmEs contrôlent la sociétéE, povres nous hommes… vite vite, une marche des hommes à Montréal !

  11. Camarade Antho said

    Jacques, un monde sans syndicat serait un paradis pour vous, un patron, mais malheureusement, il y en a, et pour vous, ça pourrait devenir un enfer et vous le savez. C’est tant mieux. PS: Vous dirigez dans quel domaine ?

  12. Camarade Antho said

    Durandal, c’est typiquement communiste que de féminiser ses termes. Même que je me suis fait enlever des points à mon cours sur l’histoire de l’antiquité pour ça !

  13. Camarade Tova said

    T’as pas Écris assEz dE E dans tEs phrasEs mon chEr Durandal. EE EE EEEEE

  14. Sylvain Guillemette PCQ said

    Le truc est aussi qu’il y a plus d’employés que de patrons, ce qui fait des syndicats une popularité différente du patron à l’employé. Je ne vise pas les emplois syndiqués, je fais entrer les syndicats où ils ne sont pas si possible. Toujours tout dépendant les conditions de travail du lieu, mais je crois que des bons employés, n’ont plus besoin d’un coffre central à bourrer, partageons les profits. Nul ne mérite d’être exploitant.

    Il y a tout de même des exemples où le syndicat devient indispensable. Ayant travaillé dans une compagnie où 80 employés sur 100 étaient blessés par année et où les patrons réfûtaient sans exception tous les employés blessés, je crois qu’il était tout à fait normal qu’il y en aie un. Parfois les employés se blessaient devant des patrons, mais devenaient tout de même des menteurs à leurs yeux…

  15. Durandal said

    Je fesais juste rire du fait que c’est un scandale lorsque les hommes sont plus nombrenx dans le domaine où ils sont normalement, mais que si les femmes deviennent plus nombreuse que les hommes où elles ne l’étaient pas normalement, eh bin là c’est parfaitement acceptable.

    C’est l’hyper-féminisation de la société.

  16. Sylvain Guillemette PCQ said

    Il va bientôt nous sortir, comme le candidat à l’ADQ, que les hommes sont battus, etc…

  17. Anonymous said

    Pauvre Durandal qui se cherche désespérément des combats.

    Alex

  18. Sylvain Guillemette PCQ said

    Ou des massacres!%!

  19. Sylvain Guillemette PCQ said

    À applaudir!

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :