Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

La coquille vide du Parti communiste chinois, par Cai Chongguo

Posted by Libertad ! sur 22 septembre, 2007

Voici un texte fort intéressant écrit par un exilé chinois qui démontre très bien toute l’hypocrisie du discours du Parti communiste chinois et de son obsession du contrôle de l’information et de sa nouvelle réalité, un capitalisme étatique et profondément anti-prolétarien.

On aura rarement vu, pour la fête anniversaire du parti, le 1er juillet, une ambiance aussi déprimée en Chine. Depuis la fin du mois de mai, les sites Internet ont dénoncé les scandales des conditions de travail et, pour commencer, celui des ouvriers esclaves employés dans une briqueterie. La presse et la télévision officielles elles-mêmes ont dû parler de cette affaire. La briqueterie du Shanxi employait trente-deux gosses. Quelques jours plus tard, quatre cents pères d’enfants disparus ont lancé un appel de recherche désespéré. Tous les médias et sites Internet ont évoqué ces scandales : des enfants de 8 à 13 ans, réduits à l’esclavage dans cette briqueterie, subissaient des sévices quotidiens, sans aucun salaire et laissés plusieurs mois sans possibilité de se laver.

Cette barbarie a été dévoilée dans une Chine qui compte déjà 150 millions d’internautes et 50 millions de blogueurs. Le réseau a fourni un espace de discussion et de commentaires comme on n’en avait jamais vu depuis 1989. Chaque émotion manifestée devant le sort réservé à ces enfants a suscité un émoi cumulatif chez d’autres internautes. A cette émotion s’est ajoutée de l’indignation du fait de l’implication du parti et des autorités locales dans ces affaires. Le secrétaire du parti dans le village appartenait à la famille qui possédait la briqueterie et il était membre de l’assemblée populaire locale.

On s’est mis alors à reparler des explosions dans les mines, des trafics d’enfants ou du travail forcé, choses révélées depuis des années dans la presse mais d’une façon dispersée ; alors qu’aujourd’hui cette accumulation de faits frappe les esprits et provoque une sorte de choc. Devant cette indignation collective, la censure gouvernementale s’est trouvée paralysée pendant deux semaines et n’a pas su comment intervenir. Elle a laissé les internautes s’exprimer librement sur le sujet pour exprimer leurs colères et donner leurs analyses et leurs commentaires.
Ces discussions ont montré que le travail sous contrainte est en train de s’institutionnaliser un peu partout dans le pays et que, si les journaux avaient soulevé la question depuis longtemps, le gouvernement n’avait pratiquement pas réagi. Il en a résulté un flot de critiques, voire d’insultes, à l’égard des dirigeants et du parti, avec des phrases non censurées telles que : « Nous sommes tous des esclaves des gens de Zhongnanhai » ; « Ils se comportent en propriétaires d’esclaves ». Autrement dit des termes mille fois plus durs que ceux des dissidents de naguère.

On a commencé à croire ce à quoi on ne croyait pas auparavant : par exemple, les critiques émanant des pays occidentaux au sujet des droits de l’homme ou de la tragédie de 1989 à Tiananmen. On s’est rendu compte que le pays pouvait laisser s’installer une extrême cruauté. L’on s’est mis à s’interroger sur le rôle historique du parti, au pouvoir depuis plus d’un demi-siècle, lui qui se vantait d’avoir permis au peuple chinois d’échapper à l’oppression et d’avoir sorti les paysans de l’esclavagisme.

Les débats mettent en cause aussi le fonctionnement du parti dans ses organisations de base, qui ne se contentent pas de défendre l’intérêt de patrons engagés dans une exploitation sans merci des ouvriers mais s’y impliquent directement. Reprenant les conceptions marxistes de l’histoire, les blogueurs ironisent : « Nous sommes parvenus à l’étape du communisme primitif et, selon les lois du matérialisme historique, nous en arrivons à la période esclavagiste, qui est désormais notre avenir ».

Ainsi, en un mois, est parti en fumée tout le travail mené depuis cinq ans par les dirigeants actuels quant à la nécessité pour le parti d’être proche du peuple et quant à la construction d’une « société d’harmonie ». Le terme même de « société harmonieuse » a pris un sens ironique : « harmoniser » est devenu synonyme de réprimer ou de censurer. On ne dit plus : « on l’a arrêté », mais « on l’a harmonisé » ; « on a censuré mon article » est remplacé par « mon article a été harmonisé »… Ces discussions ébranlent profondément la crédibilité du parti et son autorité. Elles mettent en cause jusqu’à son rôle historique et à sa nature au moment où on s’apprête à en fêter l’anniversaire. Mais le malaise ne s’arrête pas là : il touche aussi l’organisation du PCC.

En octobre 2006, un jeune chercheur de l’Institut politique de la jeunesse (à Pékin), M. Chen Shengluo, a remis un rapport de recherche menée sur le terrain pour observer comment le parti s’organisait au sein des entreprises d’Etat, naguère un de ses bastions. Conclusion : il n’y a pratiquement plus d’organisation à la base ; sur 70 millions de membres, 40 millions seraient inactifs ou « laisseraient glisser ».
Il faut dire que, depuis dix ans, avec les privatisations et les fermetures d’usines, beaucoup de membres du parti ont été licenciés ; d’autres, les paysans membres du parti, ont quitté la campagne et abandonné leur groupe politique initial et sont devenus « communistes immigrants ». En ville, ils ne trouvent pas d’association équivalente dans les entreprises étrangères dont le patronat, venu de Hongkong ou de Taïwan, s’intéresse peu à la présence de communistes dans ses entreprises.

Certains vont jusqu’à dire du PC qu’il s’agit d’un parti clandestin ! En effet, 60 % des entreprises sont privées ou appartiennent à des capitalistes étrangers. Nombre de patrons n’ont donc pas de carte du parti, bien que ce soient eux qui prennent les décisions ; la cellule du parti se borne à soutenir leurs choix. Autrement dit, dans l’entreprise, c’est plutôt les capitalistes qui dirigent le parti que l’inverse ; ils peuvent licencier les salariés, membres ou non du PC.

Dans cette situation peu glorieuse, nombre de communistes n’avouent plus leur appartenance. Ils redoutent les moqueries et, en outre, se faire reconnaître comme communiste compliquerait pour eux la recherche d’un autre emploi. Dans l’entreprise, d’ailleurs, avec des journées de travail de douze ou quatorze heures, il n’y a souvent ni temps ni local réservé pour mener les activités du parti.

Dans l’idéologie officielle, le parti constitue toujours une « avant-garde » de classe ouvrière et de paysans, dirige le pays vers la société communiste. Mais personne ne croit plus à cette fiction dans une Chine où la croissance s’emballe sur les marchés extérieurs. Cette crise n’est pas sans engendrer de graves problèmes, et d’abord sur les motifs d’adhésion.

Pourquoi aujourd’hui adhérer au Parti communiste ? Les motivations glorieuses d’autrefois ont disparu, et il n’y a plus guère d’idéologie depuis la fin des années 1970. Maintenant, l’on adhère par intérêt personnel, pour obtenir une promotion, par arrivisme. Les candidats se recrutent donc souvent dans les milieux affairistes. Les pratiques courantes de corruption les éloignent des gens honnêtes et talentueux, soucieux de garder leurs distances envers le parti. On doit cependant reconnaître que l’organisation se maintient dans plusieurs sphères de la société, et notamment dans l’armée, dans la police et dans l’administration. Mais ailleurs, dans les campagnes ou dans les usines, on peut dire qu’il s’agit pratiquement d’une coquille vide.

Un tel parti, sans organisation de base ni prestige et dont les membres s’attirent le mépris de la population, ne peut plus absorber les élites politiques et les forces vives de la population. Il dirige un pays à la puissance grandissante et de plus en plus complexe. Il lui faut donc inévitablement se poser la question de son avenir et de celui du monde. A 86 ans, il est entré dans une crise aux multiples aspects et symptômes, mais dont on ne voit pas l’issue pour l’instant.

Cai Chongguo, dissident chinois en exil en France, auteur de « Chine, l’envers de la puissance » (Editions Mango)

Publicités

18 Réponses to “La coquille vide du Parti communiste chinois, par Cai Chongguo”

  1. Jacques Saint-Pierre said

    Le meilleur extrait de ce texte:
    « Pourquoi aujourd’hui adhérer au Parti communiste ? Les motivations glorieuses d’autrefois ont disparu, et il n’y a plus guère d’idéologie depuis la fin des années 1970 »

    Vous devriez écouter ceci et laisser tomber le parti communiste.

  2. Anonymous said

    Tout d’abord il faudrait être membre du Parti Communiste et en plus il parle du Parti Communiste Chinois.

    Alex

  3. Camarade Antho said

    On parle dans ce cas ci du parti communiste chinois, dont nous nous réclamons plus depuis 1979.

    Aujourd’hui, les nouveaux membres du PCC le sont uniquement par opportunisme et parce que ça rapporte de l’argent, pas pour faire une révolution socialiste.

  4. Camarade Tova said

    Excellent article objectif qui démontre la pourriture qu’est devenue le Parti Communiste de Chine : du capitalisme d’État majoritairement occupé par les capitalistes et le patronat (style Jacques Saint-Pierre).

  5. Anonymous said

    PCC : Parti Communiste de Chine
    PCC : Parti Conservateur du Canada

    La différence est de plus en plus moindre à mon avis. Le communisme en Chine, c’est une farce, ciel merci, mais ils auraient du rester dans leur sombre isolationnisme, les emplois manuels seraient toujours nombreux au Canada, les salaires auraient été moins haut et, donc, le coût de la vie aussi.

    Crotte-ski

  6. AntiPollution said

    Encore une fois, Rwatch a été choisit aux Coulisses du Pouvoir de Radio-Canada.
    Cette fois-ci j’en suis sûr :

    L’ADQ contre Pauline Marois
    (23 septembre 2007) – Au cours des élections complémentaires, la nouvelle chef du Parti québécois tentera de se faire élire dans la circonscription de Charlevoix. Son seul adversaire sérieux: l’adéquiste Conrad Harvey. Le reportage de Martine Biron Les analyses de Michel C.Auger et Emmanuelle Latraverse

    Hyperliens
    Élection partielle dans Charlevoix : Pauline contre Conrad Harvey
    Reactionism Watch
    Françoise David appuie Pauline Marois
    Les dessous… de la politique

    Les événements de la semaine
    (23 septembre 2007) – Retour et perspective avec les chefs de bureau, à Québec et à Ottawa. Les analyses de Michel C. Auger et d’Emmanuelle Latraverse

    * Radio-Canada n’est aucunement responsable du contenu des sites externes

  7. Camarade Antho said

    Hey crotte-ski, tu n’avais pas décidé de ne plus venir, étant donné qu’il y avait un juif dans l’équipe du RWatch ?

  8. Camarade Antho said

    Excellent camarade Antipollution, merci de nous avoir montré que nous avons été mis en lien.

  9. Jacques Saint-Pierre said

    Ça chie tous les jours sur les « vrais médias » et ça se masturbe en voyant son nom y apparaître…

    Pathétique.

  10. Anonymous said

    Jacques tu n’as pas compris que l’homme est bourré de contradictions?

    Anastasia

  11. Jacques Saint-Pierre said

    @Anastasia

    À force de visiter le présent délirium, je m’en rend compte.

  12. Anonymous said

    Mais il faut développer une compréhension plus élaborée de pourquoi l’homme est rempli de contradictions.

    Je te conseille de lire la Somme Théologie de St-Thomas d’Aquin et les livres du grand philosophe Jacques Maritain.

    Anastasia

  13. Jacques Saint-Pierre said

    Comment osez-vous invoquer Saint Thomas d’Aquin, vilaine communiste? Seriez-vous ouverte aux édits qui ne sont pas laïcs?

    Il y a peut-être de l’espoir pour vous en tout cas…

  14. Camarade Tova said

    Hey Jacques, juste pour t’agacer : vive le communisme et l’anarchisme !

  15. Jacques Saint-Pierre said

    Tova,

    Vous devriez savoir, maintenant, que peu de choses m’agacent. Ah, si, peut-être une chose: quand Guillemette rallonge inutilement la section commentaires…

    Alors, je vous répondrai, en contradiction: Vive la liberté!

  16. Anonymous said

    Pourquoi dites-vous que je suis communiste M.St-Pierre? Je suis une disciple de Jacques Maritain.

    Anastasia

  17. Camarade Tova said

    Oui, en effet Jacques : vive la liberté ! Mais laquelle ? Car nos définitions ne sont pas identiques.

  18. Sylvain Guillemette PCQ said

     » Jacques Saint-Pierre a dit…

    Une minute.

    4 femmes masquées avec des fusils. C’est ça que vous appuyez?

    Franchement. Après, ils se disent contre la violence. »

    -Une minute, 4 femmes masquées dans un pays où le contexte militaro-politico- culturel n’a rien à voir avec ton monde à toi, et tu te permets de porter des jugements? Je te suis pas le pro-terrorisme, il est vraiment temps que tu sortes de chez toi l’hermite! Les conditions qui s’appliquent à un fumeux de pot en Thaïlande et au Québec, sont très différentes, elles passent de la peine de mort à une confiscation, qui en fait finira dans les poumons du soit-disant gardien de la paix et de la soit-disante justice au Québec!

    Qu’est-ce qui te gosse? Les masques ou les fusils? Les fusils servent à tirer les ennemis qui en ont et comme dit Antho, il y en a partout et même que proportionellement, les canadiens en ont plus que les américains. Les masques? Ben les KKK les portent encore, les troupes spéciales américaines, russes, canadiennes, étatsuniennes, irakiennes, palestiniennes, israéliennes, pakistanaises, chinoises, britanniques pis criss…les autres là, en portent aussi! Vas faire ta morale de pro-terrorisme à deux faces ailleurs le pollueur collectif.

     » Anonyme a dit…

    pourtant ya un ptit bandeau bleu sur votre site où il est écrit « non à la guerre ». ne serait-ce pas vous qui appliquez la logique de deux poids deux mesures? »

    -Non et premièrement, c’est une résistance, non une agression. La comparaison n’est possible que dans ta tête et celle des autres droètistes qui n’ont pas suivi la chronologie, c’est vrai que les canal-D et compagnies font du bon boulot d’abrutissement!

    Moi? Je déteste la guerre sauf en film et en jeux vidéo, où bien au contraire, j’adore! Avoir la conscience qu’il y a des morts, avoir du plaisir à tier des civils dans son char d’assaut, ne crois-tu pas qu’il y a de grandes différences de valeurs entre ces deux exemples?

    Aussi, quand un ennemi nous attaque et que nous prenons les armes pour nous « défendre », la chronologie des évènements prends toute sa valeur en ce qui attrait des crimes et du contraire, de l’auto-défense.

    Exemple, « L’ACTION TRÈS, TRÈS DÉMESURÉE » des israéliens au Liban l’an dernier. Cela fût, peu importe ce que tu peux en penser, un crime contre l’humanité, du terrorisme quoi. C’est la même chose, quand tu tires des civils pour effrayer la masse, c’est du terrorisme.

    Portes un nom s’il te plaît la prochaine fois qeu tu commentes le blogue, assûmes tes propos!

    (Aussi, je serais pour faire un autre ruban bleu ou rouge disant parcontre celui-ci, « Supportons nos troupes, ramenons-les! Elle défenderont désormais, le socialisme!)

     » Jacques Saint-Pierre a dit…

    Donc, camarade Tova, vous trouvez que la guerre est parfois justifiée si les objectifs font votre affaire? »

    -Lis le total ci-haut, t’es aussi simpliste que l’autre, l’anonyme. Mais toi, sois en fier, tu appuies le terrorisme et la pollution! Y en a pas deux comme toi!

    Et précision, en cas où tu serais tellement pas vite que tu onventerais encore des mensonges à mon sujet, je condamne tout terrorisme, de gauche comme de droite!

     » Jacques Saint-Pierre a dit…

    Bon, ça y est. Selon le RWatch, des fois c’est la guerre, des fois ça ne l’est pas. Des fois, même s’il y a affrontement entre deux factions, ce n’est pas la guerre, c’est la « résistance » ou la « révolution ». »

    -Toutes les guerres dont nous avons abordé tous deux les premières dimensions, sont d’abord des guerre relatives à des invasions. Dans tous les cas, tu as défendu l’envahisseur capitaliste sans la moindre réserve. Tu as même été jusqu’à tenter de justifier du terrorisme en le qualifiant de « défense », justement le terme employé par les multiples embassades de ces pays, ces états terroristes et capitalistes. Tu en as appuyé des choses depuis que je te lis le pro-terrorisme, tu n’as parcontre, et ici je le vois, jamais lu nos propos. Tu ne t’en es tenu qu’à tes seules idées, tel un épouvantail défiant des corbeaux « mobiles ». Tu fais pité le pro-terrorisme… Alors le noeud coulant?

    « Vous verrez, on y indique aussi comment ortographier les mots, ça vous fera le plus grand bien. »

    -T’es as fait plein d’erreurs ici! quand tu es arrivé sur ce blogue, Étienne Hallé t’a justement remis à ta place concernant ta capacité à réfléchir et depuis, crois-moi, on rit!
    Viens pas faire la morale, il te demande clairement de définir le mot, car tu ne sembles pas l’appliquer à sa mesure dans tes justifications du terrorisme des É-U et d’Israël. Toi=2 poids, 2 mesures! J’ai hâte que tu t’endormes au volant, sincèrement. Crois-moi!

    « Il y a une chose que je sais toutefois: qualifier de « guerre populaire » un soulèvement de masses embrigadées par des hystériques jaloux, c’est une ineptie, chose à laquelle vous excellez dans votre groupuscule. »

    -Je prône la démocratie, la vraie, tu ne la connais pas celle-là et tu sembles déjà la rejeter, je te vois parler de Chavez et tu me répugnes. Tu protègerais la monarchie se ce serait de ton temps… Kim-Jong-Il t’aimerait bien! aussi, nous sommes des millions à travers le monde, notre secte est plus grande que la vôtre. Vos membres sont aliénés tels des témoins de Jéhovah ou même, des catholiques, les nôtres reposent sur des convictions, des logiques et du réalisme. Sur la justice, l’égalité et la même chance à touTEs. Si on jouait à « vends ta salade » provable avec des faits, tu perdrais dans ton capitalisme sectaire priviligiant une minorité. Je suis prêt à parier, dans un système où on a une moitié des médias qui vendent le socialisme et l’autre, ta merde suicidaire, je gagne haut-la-main! Je parie tout ce que je possède! Mais jamais nous ne connaîtrons cette égalité médiatique, alors je peux rêver encore quelques années, le temps d’appliquer le Troskysme…

    « Relisez mon commentaire juste en haut. Si vous n’y voyez pas une réponse, je vous conseille de vous inscrire à un club de lecture à votre bibliothèque municipale. »

    -Ça fait partie du plan d’évasion d’une question ça? Réponds-lui s’il te plaît. Dis-lui ce que c’est, pour toi. Parles lui du terrorisme tiens, parles-lui des massacres de civils et de la pollution. On ira certes pas voir dans le dictionnaire pour voir « TA » définition de ces termes!

     » Anonyme a dit…

    tu es vraiment descendu bas en défendant hussein alex… »

    -Il l’a pas défendu l’anonyme, il accuse les É-U. Détournes pas le contexte de SA phrase s’il te plaît. À croire que t’es un anonyme engagé! Engagé par les lucides!

     » Jacques Saint-Pierre a dit…

    Le meilleur extrait de ce texte:
    « Pourquoi aujourd’hui adhérer au Parti communiste ? Les motivations glorieuses d’autrefois ont disparu, et il n’y a plus guère d’idéologie depuis la fin des années 1970 »

    Vous devriez écouter ceci et laisser tomber le parti communiste. »

    -C’est un parti nationaliste plus que communiste que tu cites. Je ne perçois pas le communisme dont tu parles. Kim-Jong-Il aussi se prétend communiste, pourtant…
    (c’est une monarchie)

    « Camarade Tova a dit…

    Excellent article objectif qui démontre la pourriture qu’est devenue le Parti Communiste de Chine : du capitalisme d’État majoritairement occupé par les capitalistes et le patronat (style Jacques Saint-Pierre). »

    -Exactement! C’est un état SANIPIERRESQUE.

     » ils auraient du rester dans leur sombre isolationnisme, les emplois manuels seraient toujours nombreux au Canada, les salaires auraient été moins haut et, donc, le coût de la vie aussi.

    Crotte-ski »

    -Désolé mon pauvre, mais franchement, tu les envies? Tu aurais aimé que le Canada soit à leur place? L’exploité? Quel avenir révolutinnaire!

     » Jacques Saint-Pierre a dit…

    Ça chie tous les jours sur les « vrais médias » et ça se masturbe en voyant son nom y apparaître…

    Pathétique. »

    -Je vais te donner un exemple de quelqu’un de très pathétique. Un pro-terrorisme est un jour venu ici en disant que l’évènemnt de Montebello n’était que le fruit de notre imagination de méchants communistes. Or, les « vrais médias » l’avaient confirmé et le pro-terrorisme fût muet toute la journée!

    Peu importe…

     » Jacques Saint-Pierre a dit…

    @Anastasia

    À force de visiter le présent délirium, je m’en rend compte. »

    -Et nous à force de te lire…

    « Vous devriez savoir, maintenant, que peu de choses m’agacent. Ah, si, peut-être une chose: quand Guillemette rallonge inutilement la section commentaires… »

    -C’est pour mieux t’encâdrer mon pro-terrorisme, pro-pollution…

    « Vive la liberté! » Vivre la démocratie participative!

    Tu sais très bien Tova que les libertés de Sta-Pierre le pro-terrorisme se résument à restreindre celles des autres!

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :