Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Archive for novembre 2007

Projection du film « No volveran » à l’AgitéE

Posted by Libertad ! sur 28 novembre, 2007

ul.jpeg

Bonjour à tous et toutes,

Il y aura projection du film « No volveran », le mercredi 5 décembre à 19h00, à l’AgitéE. Le film, en anglais et espagnol a été réalisé par la coalition internationaliste « Hands Off Venezuela ». Pour l’occasion, nous ramasserons aussi des fonds pour l’organisme colombien d’éducation populaire de l’EPAO, par le biais de contributions volontaires.

Au moment de l’événement, nous allons enfin connaître les résultats du référendum sur la constitution, qui mettra sans doute en place la VIe République du pays. Nous invitons donc tout le monde à cette projection, qui sera suivie d’une discussion sur la situation politique en Amérique du Sud.

Vous trouverez ci-dessous un lien vers une radio temporaire qui émettra à partir du 29 novembre et jusqu’au 3 décembre inclusivement: http://radiovenezuelaenvivo.blogspot.com/

L’invitation est lancée!

Posted in Révolution, Vénézuéla | 61 Comments »

Image de la semaine

Posted by Libertad ! sur 26 novembre, 2007

skills_required_by_latuff2.jpg

Posted in Image | 29 Comments »

Vers une occupation permanente de l’Irak ?

Posted by Libertad ! sur 26 novembre, 2007

poar01_langewiesche0711.jpg

La construction de la nouvelle ambassade des États-Unis, un véritable bunker et symbole de la domination yankee.

Le gouvernement américain serait actuellement en début de négociation avec le «gouvernement» irakien de Nouri al-Maliki qui pourrait mener à l’établissement de bases militaires américaines permanentes en Irak.

Ils ont signés une « déclaration de principes » qui fournit la « table des matières » de négociations à venir, selon le conseiller de M. Bush pour la guerres en Irak, le général Douglas Lute.

La maison blanche présente ce partenariat comme étant «stratégique à long terme et qui comprendrait aussi les relations politiques et diplomatiques, économiques ou culturelles.»

Il stipule que les accords négociés en 2008 «énonceront des engagements pour dissuader toute agression extérieure contre l’Irak et soutenir la lutte antiterroriste. Ils viseront aussi à soutenir le développement économique et l’insertion de l’Irak dans les organisations politiques et économiques internationales, comme l’Organisation mondiale du commerce.»

Ils viseront à « faciliter et encourager le flux des investissements étrangers, en particulier américains, vers l’Irak », et aider ce pays à obtenir l’abrogation de ses dettes et des compensations pour les guerres menées par Saddam Hussein.

Comme nous pouvons le constater, Bush ne veut pas vraiment pas laisser l’Irak en paix, et gagner du temps, afin de laisser son successeur avec la guerre en Irak sur les bras. Il veut que la domination de l’impérialisme américain s’y poursuive encore, encore et encore. Lorsqu’il dit «lutte au terrorisme», c’est le terrorisme qu’il a lui même engendrer avec ses guerres d’occupations. L’Irak était certe dirigé par un très mauvais dictateur, mais pas un dictateur religieux. Saddam s’était pourtant battu contre les intégristes de l’Iran. Aussi, ce fut prouvé que Saddam n’avait rien à voir avec le 11 septembre.

Ses «investissements étrangers», ce sont celles des pétrolières qui sont déjà les grandes gagnantes du conflit (avec les compagnies de sécurité et d’armement). Certains analystes et experts estiment que cet accord entre le gouvernement fantoche irakien et le gouvernement américain va faire en sorte que 100 000 soldats américains occuperont l’Irak pendant 5, 10 ans…

Vive l’Irak libre de l’impérialisme yankee !

==> Lire la suite

Posted in Article, États-Unis, Irak | 68 Comments »

Bouchard-Taylor: mythes et réalités

Posted by Libertad ! sur 26 novembre, 2007

Il est assez rare que nous lisons la presse (quoique plus souvent que le Journal de Montréal) mais nous y avons trouvé un article très intéressant sur la communauté musulmane au Québec. Cet article démolit une série de préjugés et d’idées préconçus xénophobes assez reprises dans la population en général. Nous vous conseillons de porter particulièrement attention au dernier point (13). Il risque d’en surprendre certains…

Caroline Touzin et Laura-Julie Perreault

 

La Presse

 

Depuis le début de sa tournée, la commission Bouchard-Taylor en entend des vertes et des pas mûres sur les accommodements raisonnables, l’immigration et certaines communautés culturelles. Alors que les commissaires entament ce soir les dernières audiences à Montréal, examinons quelques mythes entendus aux quatre coins de la province…et la réalité.

 

Accommodements raisonnables

 

1. Les accommodements raisonnables servent essentiellement les groupes religieux fondamentalistes.

 

Faux. Toute personne victime de discrimination en raison d’une caractéristique personnelle visée par les chartes des droits (sexe, grossesse, état civil, âge, religion, origine ethnique, handicap, etc.) a droit à des accommodements raisonnables. La vaste majorité des demandes d’accommodement au Québec porte sur un handicap. «Les demandes d’accommodement à caractère religieux devant les tribunaux restent plutôt marginales», indique Christian Brunelle, vice-doyen aux programmes de premier cycle de la faculté de droit de l’Université Laval.

 

2. Les accommodements raisonnables sont un problème lié à l’immigration.

 

Pas nécessairement. La Commission des droits de la personne, entre 2000 et 2006, a examiné 32 demandes d’accommodement religieux. Dix provenaient de protestants, neuf de musulmans, sept de juifs, cinq de témoins de Jéhovah et une d’un catholique. «De ces données, on ne peut pas tirer la conclusion que les demandes d’accommodement raisonnable sont nécessairement liées à l’immigration ni même à un groupe religieux en particulier», souligne Pierre Bosset, professeur au département des sciences juridiques de l’UQAM.

 

3. Les universités sont obligées de fournir des locaux de prière à leurs étudiants.

 

Faux. «Aucun tribunal ne s’est prononcé en ce sens», indique Pierre Bosset.

 

En 2006, la Commission des droits de la personne a recommandé à l’École de technologie supérieure, une constituante de l’Université du Québec, de proposer un accommodement faisant en sorte «que les étudiants de religion musulmane fréquentant l’ETS puissent prier, sur une base régulière, dans des conditions qui respectent leur droit à la sauvegarde de leur dignité». La Commission a refusé de donner suite à la demande des étudiants, qui réclamaient initialement qu’un local de prière leur soit attribué en permanence.

 

En réponse à la recommandation de la Commission, l’ETS a fait savoir qu’elle mettait à la disposition de tous ses étudiants «56 salles de cours qui sont libres «…» pour un total de près de 260 heures de disponibilité par jour ou plus de 1300 heures par semaine». L’ETS a également décidé de publier un horaire de type inversé qui fait connaître la liste des locaux libres chaque jour. Cet horaire est porté à la connaissance des étudiants par courriel à chaque début de trimestre.

 

La Commission a estimé que ces mesures d’accommodement étaient raisonnables et a décidé de ne pas s’adresser au tribunal.

 

4. On sort le crucifix des écoles, mais on rentre le kirpan. C’est dangereux, des couteaux à l’école.

 

Aucun incident violent lié au kirpan n’a été signalé dans les écoles du Canada depuis la décision rendue par la Cour suprême en mars 2006. Dans une décision unanime, les juges ont estimé que le kirpan ne constituait pas une menace à la sécurité. De plus, la Cour a reconnu que l’accommodement demandé par Gurbaj Singh Multani, le jeune Montréalais qui a porté la cause devant les tribunaux, était raisonnable puisqu’il acceptait de porter le kirpan sous ses vêtements, dans un étui de bois lui-même cousu dans une étoffe. Environ 5% des 8500 sikhs du Québec portent le kirpan, dont une infime minorité d’enfants.

 

5. La liberté religieuse jouit d’une prépondérance de principe sur les autres droits et libertés, notamment sur l’égalité entre les femmes et les hommes.

 

Faux. Les tribunaux considèrent que les droits et libertés ont une égale valeur et qu’il n’y a pas de hiérarchie entre eux. Les juges cherchent plutôt à établir un équilibre entre ces droits et libertés en fonction des faits et du contexte propres à chaque affaire. À titre d’exemple, le droit des femmes à la liberté et à la sécurité peut justifier le recours à l’avortement même si cette pratique constitue, selon certains, une atteinte au droit à la vie. De même, les tribunaux pourront permettre à des médecins de pratiquer une transfusion sanguine pour sauver la vie d’une personne même si celle-ci s’y oppose pour des raisons religieuses. Au Québec, il n’existe à ce jour aucune décision judiciaire où la liberté de religion prime le droit à l’égalité entre les femmes et les hommes, explique Christian Brunelle.

 

6. Les tribunaux interprètent l’obligation d’accommodement en faisant fi des droits de la majorité.

 

Faux. Les tribunaux ont affirmé très clairement que l’obligation d’accommodement n’est ni absolue, ni illimitée. Une demande d’accommodement peut être rejetée si elle entraîne une «contrainte excessive» ou un «fardeau déraisonnable» pour la personne ou l’institution qui la reçoit. Dans la détermination de ce qui constitue une «contrainte excessive», l’atteinte aux droits d’autrui est d’ailleurs un facteur important aux yeux des tribunaux, explique Christian Brunelle.

 

L’immigration et les communautés culturelles

 

7. Les immigrés ne parlent pas français. S’ils ne veulent pas apprendre notre langue, qu’ils retournent dans leur pays.

 

La connaissance du français et le bilinguisme (anglais-français) ont beaucoup augmenté chez les immigrés au cours des dernières années. Entre 1980 et 1984, 38% des nouveaux arrivants connaissaient le français ou étaient bilingues. Cette proportion a atteint 50% pour la période de 2000 à 2004. Au cours des années 2001-2003 et 2004-2006, la proportion moyenne de nouveaux venus qui connaissaient le français est passée de 49% à 57%. Dans la population allophone* (autre que francophone, anglophone ou autochtone) établie au Québec, la proportion des personnes en mesure de converser en français était de 47% en 1971 comparativement à 74% en 2001.

 

8. Les musulmans ne s’intègrent pas dans la société québécoise.

 

Faux. «Le Québec a la communauté musulmane la plus qualifiée et la plus instruite du monde occidental dans son entier. Les musulmans viennent pour travailler et pour s’intégrer», note Frédéric Castel, chercheur à l’UQAM. Plus du tiers des musulmans au Québec ont un diplôme universitaire. C’est une proportion beaucoup plus élevée que dans la population québécoise en général. De plus, 75% des musulmans québécois parlent français. «Il n’y a pas de taux plus élevé parmi toutes les communautés culturelles», ajoute Frédéric Castel. Parmi les musulmans originaires du Maghreb, 95% maîtrisent la langue de Vigneault.

 

9. Comme Québécois catholique, pourquoi devrais-je payer pour que mon miel et mon beurre d’arachides Kraft soient casher?

 

Après avoir entendu maintes fois des propos sur une prétendue «taxe casher», le commissaire Gérard Bouchard a fini par les qualifier d’«antisémites». Des produits de consommation courante comme le ketchup Heinz ont cette certification religieuse basée sur la loi juive. Or, l’effet sur le prix est minime puisque ces produits sont fabriqués en grand volume. Dans la portion épicerie chez Metro, 75% des produits sont casher. Or, les fournisseurs de Metro ne facturent pas plus cher pour cette certification, assure sa porte-parole, Marie-Claude Bacon. Pour l’obtenir, les entreprises doivent suivre des règles très strictes et mettre de côté certains ingrédients. Une minorité de produits sont plus chers et ce ne sont pas des produits de consommation courante. On parle de produits comme la viande casher, généralement en vente dans des épiceries spécialisées. Cette dernière est vendue dans quelques grandes surfaces seulement au Québec, et toujours clairement marquée comme telle.

 

10. Les musulmans vivent dans des ghettos.

 

Faux. Les ghettos musulmans existent dans certains pays européens, notamment en Angleterre et en France, mais pas au Québec. «À Montréal, les musulmans sont dispersés dans toute l’île et même dans certains quartiers qui, traditionnellement, n’accueillent pas d’immigrés, comme Rosemont et Hochelaga-Maisonneuve. Il y en a aussi sur la Rive-Sud et à Laval. Dans les endroits où il y a de plus fortes concentrations de musulmans, notamment à Saint-Laurent, Côte-des-Neiges et Parc-Extension, ils cohabitent avec beaucoup d’autres communautés», soutient le chercheur Frédéric Castel, de l’UQAM, qui s’est récemment penché sur la question.

 

11. Le nombre grandissant de femmes voilées à Montréal démontre que la communauté musulmane se radicalise.

 

Faux. Les experts attribuent le nombre croissant de femmes qui portent le hijab au Québec non pas à un vent de conservatisme dans la communauté musulmane, mais davantage au fait que le nombre de musulmans a quadruplé au Québec depuis 15 ans. Il n’existe pas de statistiques exactes, mais les universitaires qui s’intéressent aux musulmanes québécoises notent qu’entre 5% et 15% d’entre elles portent le hijab.

 

12. Les musulmans ne peuvent pas épouser des gens qui ne partagent pas leur foi.

 

Faux. En principe, le Coran dit qu’un musulman ne peut pas épouser une femme polythéiste (qui croit en plusieurs dieux), mais il peut épouser une chrétienne ou une juive. Le Coran ne dit rien sur le droit des femmes de se marier avec un non-musulman. Traditionnellement, les interprétations diffèrent quant à ce droit.

 

13. Les Québécois de souche seront bientôt une minorité au Québec.

 

Faux. En ce moment, seulement 10% de la population du Québec est née à l’extérieur du pays. Dans le but d’accroître sa population jeune et sa main-d’oeuvre, le Québec recrute environ 45 000 immigrants par année et reçoit quelques milliers de réfugiés. À ce rythme, il faudrait 150 ans pour que les Québécois de souche deviennent minoritaires.

Posted in Immigration, Préjugés, Québec, Racisme | 23 Comments »

Les relations du Vénézuela avec la Colombie misent au congélateur

Posted by phenixrouge1 sur 25 novembre, 2007

AP | 25.11.2007 | 23:52

Hugo Chavez a déclaré dimanche qu’il mettait ses relations avec la Colombie « dans un congélateur » après que son président, Alvaro Uribe, eut mis fin au rôle de médiateur du président vénézuélien avec les rebelles colombiens en vue de la libération d’otages des FARC.

Hugo Chavez n’a pas donné de précisions sur les effets qu’aurait une telle décision, mais il a affirmé que les actions de M. Uribe étaient comme « un crachat au visage » et que la Colombie « mérite un meilleur président ».

« Je déclare devant le monde que je mets les relations avec la Colombie dans le congélateur parce que je n’ai plus confiance en personne au sein du gouvernement colombien », a lancé Hugo Chavez dans une intervention télévisée.

Le président colombien a décidé de mettre fin aux efforts de son homologue vénézuélien pour obtenir un échange humanitaire entre prisonniers des FARC (Forces armées révolutionnaires de Colombie) incarcérés par les autorités et otages retenus par les rebelles, parmi lesquels la Franco-colombienne Ingrid Betancourt. Bogota accuse Hugo Chavez d’avoir contacté directement mercredi la hiérarchie militaire colombienne, ce que son mandat lui interdisait.

« Je pense vraiment que le gouvernement colombien ne veut pas la paix », a déclaré Hugo Chavez. Il a particulièrement déploré le fait que les dirigeants colombiens ne l’aient pas contacté directement. « Pourquoi ne montres-tu pas ton visage? », a lancé Hugo Chavez. « Le président Uribe ment (…) d’une manière éhontée, horrible, répugnante », a-t-il ajouté. AP

Posted in Amérique du Sud, Article, Chavez, Vénézuéla | 28 Comments »

Suppression des liens droitistes et réactionnaires

Posted by Libertad ! sur 25 novembre, 2007

Bonsoir à tous,

Le Reactionism Watch à décidé lors d’un vote à majorité qu’il y aura suppression des liens droitistes et réactionnaires sur le site. Cette décision survient suite à une série de critiques, de liens morts depuis des mois mais aussi parce que nous trouvons que ça fait finalement de la publicité aux mauvaises personnes. Aussi, l’immense pauvreté des liens «surveillés» y était pour quelque chose. Quoi qu’il en soit, le Reactionism Watch est en plein développement. Nous voulons collaborer plus que jamais avec les différentes organisations de gauche au courant des prochains mois et nous regardons d’un certain côté des projets plus ambitieux : vidéos sur youtube, bande dessinée illustrée à la main…

banderaslogo.gif

L’union de la gauche : notre vision d’un monde meilleur !

Posted in Droite, Gauche, Liens, Reactionism Watch | 34 Comments »

Citation de la semaine

Posted by Libertad ! sur 25 novembre, 2007

chaplin03.jpg

« Je ne suis pas communiste, je suis un être humain, (…) Les communistes ne sont différents de personne ; s’ils perdent un bras ou une jambe, ils souffrent comme nous tous, (…) Je n’ai pas besoin d’être communiste pour savoir cela. » – Charlie Chaplin, 1942

Posted in Citation | 4 Comments »

Les conservateurs sont défaits en Australie

Posted by Libertad ! sur 24 novembre, 2007

pict5191.jpg

Kevin Rudd

Le gouvernement conservateur de Stephen Harper vient de perdre l’un de ses alliés sur la scène internationale. Le premier ministre australien, John Howard à été défait lors des élections qui se sont déroulés samedi, après avoir été au pouvoir une décennie.

Le grand gagnant de l’élection est Kevin Rudd du Parti travailliste qui remporta plus de 53% des votes (environ 47% pour les conservateurs).

Selon lui, « il est temps d’écrire une nouvelle page de l’histoire de notre nation. L’avenir est trop important pour ne pas travailler ensemble aux défis du futur et modeler notre destin »

John Howard qui est l’un des plus fervents alliés de Bush et de Stephen Harper, refusa de ratifier le protocole de Kyoto en affirmant « le changement climatique est un problème sérieux, mais la fin du monde n’est pas pour demain ». À ce jour, dans les pays industrialisés, seul l’Australie et les États-Unis ont toujours refusés le protocole de Kyoto. Il envoya plus de 1500 soldats australiens en Irak, en appuie aux troupes américaines, ce qui choqua une bonne partie de l’opinion australienne.

Kevin Rudd s’est engagé quant à lui à ratifier le protocole et à retirer les soldats australiens d’Irak.

Le chef travailliste, qui parle couramment le mandarin, semble vouloir concentrer ses énergies sur les relations avec l’Asie, et délaisser la politique pro-américaine de son prédécesseur au cours des dernières années. Il a néanmoins tenu à saluer un « grand ami et allié, les États-Unis ».

Posted in Article, Australie, Élection, Conservateurs | 9 Comments »

Une autre mort causée par le taser !

Posted by Libertad ! sur 23 novembre, 2007

Les Nations Unis ont reconnus aujourd’hui que l’utilisation du «taser gun» constitue un instrument de torture, qui peut mettre la vie des gens en danger.

« L’usage de ces armes provoque une douleur aigüe, constituant une forme de torture », selon le Comité, composé de dix experts indépendants.

Ce serait suite à une commande par le Portugal de nouveaux taser que ces recommandations auraient été formulées.

Le gouvernement portugais « devrait envisager de renoncer à l’usage des armes électriques ‘Taser X26’, qui serait en violation avec les dispositions de la Convention anti-torture de l’ONU.

D’ailleurs, ça tombe bien en ce moment qu’ils émettent cette recommandation !

071122hyde-howard_n.jpg

Il y a quelques jours de ça, un autre homme est mort suite à l’utilisation du taser gun. Howard Hyde, 45 ans, est mort jeudi matin après avoir été maîtrisé à l’aide d’un pistolet paralysant Taser. L’incident s’est produit à Dartmouth, en Nouvelle-Écosse.

Bien qu’il aurait été conduit à l’hôpital et qu’il a comparu en cours, il serait mort dans sa cellule près de 30 heures après avoir reçu la décharge électrique de plusieurs milliers de volts.

Ce musicien amateur qui collectionne les petits emplois souffrirait d’une maladie mentale. Après qu’il ait porté un coup porté contre sa conjointe, elle aurait appellée les policiers. Ils l’ont amené au poste et suite à la prise de ses empreintes digitales, il serait devenu violent et les policiers aurait alors utilisés leur taser gun.

Bien que l’idée d’interdire le taser gun soit exclue, le ministère de la justice de la Nouvelle-Écosse en fera l’objet d’une révision ministérielle. Les néo-démocrates quand à eux demandent une étude indépendante.

Trois personnes sont décédés en quelques semaines suite à l’utilisation d’un taser gun au Canada durant les dernières semaines.

Pour bientôt au Reactionism Watch: un «conte» de Noël et un article approfondie sur les réformes constitutionnelles au Venezuela.

Posted in Police, Violence | 47 Comments »

Les dessous de l’affrontement Juan Carlos/Chavez

Posted by Libertad ! sur 22 novembre, 2007

Voici un texte fort intéressant qui nous à été suggéré par courriel. Il montre bien tout les dessous de ce qui semblait être une simple prise de bec entre le président Chavez et le roi d’Espagne.

21 novembre 2007

André Maltais

Le 11 novembre prenait fin à Santiago (Chili) le 17e Sommet ibéro-américain et, même si les États-Unis n’en font pas partie, ils pouvaient dormir tranquille parce que l’Organisation chrétienne-démocrate des Amériques (ODCA, en espagnol) était là pour semer la bisbille parmi les nations latino-américaines.L’ODCA, nous dit Victor Osorio, rédacteur en chef du journal internet chilien Cronica digital, est une « multinationale politique » composée de 35 partis de droite dits « chrétiens-démocrates » et déjà bien implantés dans une quinzaine de pays d’Amérique latine et des Caraïbes

Parmi ceux-là, le Parti action nationale (PAN) est au pouvoir au Mexique; le Parti chrétien-démocrate chilien (PDC) est membre de la Concertation démocratique, alliance de partis « opposés » à la dictature Pinochet, au pouvoir depuis 1990; tandis que le Parti social-démocrate du Brésil (PSDB) constitue l’opposition officielle dans son pays.

L’ODCA est une section régionale de l’Internationale démocratique du centre dont l’un des piliers et fondateurs est le Parti populaire espagnol de Jose Maria Aznar, l’un des alliés principaux de Georges W. Bush dans la guerre contre l’Iraq.

Dans ce contexte, on comprend mieux l’intervention du roi d’Espagne, Juan Carlos, qui, lors du Sommet ibéro-américain déjà mentionné, interrompait un discours du président vénézuélien, Hugo Chavez, et le sommait de se taire.

Cuba, au cœur d’un virage majeur

 

Jusqu’à l’an dernier, l’ODCA était présidée par Gutenberg Martinez, époux de la présidente du PDC chilien, Soledad Alvear, et opérait de façon plutôt discrète.

 

Mais, à l’été 2006, nous dit Osorio, l’ODCA entreprend un virage majeur lorsque Manuel Espino, président du PAN, parti qui gouverne le Mexique depuis 2000, s’en va à Cuba rencontrer le chef du Parti chrétien-démocrate de Cuba, Marcelino Miyares.

Miyares est connu comme l’un des principaux artisans du « Projet Varela » qui, il y a quelques années, avait tenté d’articuler la soi-disant « dissidence interne » cubaine.

Espino, nous apprend Osorio, propose alors à Miyares d’intégrer les groupuscules de la dissidence cubaine dans les rangs de l’ODCA et, en échange, il promet à son interlocuteur cubain un poste important dans celle-ci.

Sans surprise, le 11 novembre 2006, lors du 18e congrès de l’ODCA, Espino et Miyares en deviennent respectivement président et vice-président pour l’action politique. De plus, le poste de vice-président pour la région andine est accordé à un vénézuélien : Eduardo Fernandez, de la COPEI (Parti chrétien-démocrate de ce pays et membre de l’ODCA).

Aussitôt, le PDC de Cuba devient le lieu où s’expriment les nouvelles orientations de l’ODCA. Le site Web de ce dernier commence à attaquer le « populisme de gauche » et va jusqu’à fustiger le Parti des travailleurs (PT) brésilien du président Lula da Silva de même que le « national-populisme » de Nestor Kirschner, en Argentine.

En même temps, trois nouvelles organisations contre-révolutionnaires cubaines ont joint l’ODCA : le Projet démocratique cubain, le Mouvement chrétien de libération et le Directoire démocratique cubain.

Victor Osorio ajoute que l’ODCA compte maintenant dans ses rangs presque toutes les organisations de la « dissidence cubaine » et que, outre l’idée de mettre la patte sur les généreuses subventions que ces organisations reçoivent des États-Unis, elle a bien l’intention de se servir de son nouvel atout.

Redonner vie à une droite moribonde

 

La stratégie à long terme semble être celle de se charger du changement de régime dans l’île pour redonner vie à une droite qui en arrache sur le continent latino-américain.

 

À plus court terme, explique Osorio, il s’agit de « cubaniser » les relations entre les pays latino-américains pour créer une « réponse régionale » au discours des Hugo Chavez, Evo Morales et Rafael Correa.

Le 26 janvier 2007, l’ODCA inaugure son nouveau siège social à Mexico. À cette occasion, Marcelino Miyares déclare que l’organisation sera désormais plus politique et laisse entendre que le Venezuela sera l’une des priorités de son organisation.

Et, effectivement, quelques mois plus tard, le 29 avril, un mystérieux groupe d’opposition vénézuélien lance un appel à l’aide à l’ex-président mexicain, Vicente Fox, même « au prix d’actions déstabilisatrices et contre-révolutionnaires ».

Fox, rappelons-le, est membre du PAN, parti encore dirigé par l’actuel président de l’ODCA. Celle-ci, résume Osorio, « s’est simplement demandé de l’aide à elle-même pour justifier une réelle intervention dans les affaires du Venezuela ».

Provocation à Caracas

 

De plus, le 21 juillet, l’ODCA choisit de tenir la cinquième réunion de son comité exécutif à Caracas (belle provocation!) et, au cours d’une conférence de presse très courue par les médias privés, elle dénonce la « tendance au populisme autoritaire » du gouvernement vénézuélien.

 

En même temps, conjointement avec la COPEI, elle parraine, toujours à Caracas, un séminaire sur le thème « Démocratie et liberté d’expression », une claire référence à l’affaire du non renouvellement de la licence à la chaîne de télévision RCTV!

L’ODCA reçoit aussi, à Mexico, le nouveau maire de droite de la ville de Buenos Aires (Argentine), Mauricio Macri, dont le parti Proposition républicaine venait tout juste de se joindre à la multinationale chrétienne-démocrate.

La stratégie de la partition en Équateur et en Bolivie

 

En Équateur, l’Union chrétienne-démocrate, parti membre de l’ODCA et dépourvu d’appui populaire depuis la montée spectaculaire du président Rafael Correa, fait la promotion de la création d’une 24e province.

 

La stratégie est dénoncée par l’éditorialiste du quotidien équatorien El Comercio, Guillermo Navarro Jimenez, qui y voit une tentative d’envoyer à la nouvelle Assemblée constituante une « patate chaude » permettant aux élites économiques locales de réclamer à leur tour leur propre autonomie.

L’ODCA, ajoute Navarro, cherche à réveiller le « plan Hong-Kong » (création d’une ville-état indépendante autour du port de Guayaquill) afin d’affaiblir l’État national équatorien comme cela se passe en Bolivie où les élites de la région de Santa Cruz paralysent totalement le processus d’assemblée constituante.

Un plan pour piéger la chilienne Bachelet

 

Au Chili, la parti chrétien-démocrate joue la carte cubaine et tente de faire renoncer à la présidente, Michelle Bachelet, l’idée de nouer des relations cordiales avec La Havane.

 

C’est ainsi que, le 5 août dernier, les médias chiliens titraient : DC (Démocratie-chrétienne) renoue avec la dissidence cubaine et complique le voyage de Bachelet.

Victor Osorio raconte que, tout de suite après la parution de cette nouvelle, le PDC chilien avertissait que si la présidente allait à Cuba sans en rencontrer « l’opposition », cela entraînerait des complications dans les relations entre la Concertation démocratique et sa principale composante.

Du coup, la présidente est piégée, dit Osorio, car Cuba n’acceptera jamais que cette dernière se réunisse avec une dissidence dont la nature d’agent des États-Unis n’est plus à démontrer et qui compte sur un appui presque nul dans la population cubaine.

La tactique ressemble à celle qui, l’an dernier, avait forcé la présidente à ne pas appuyer la candidature du Venezuela au Conseil de sécurité de l’ONU.

Cette fois, il s’agit de tuer un projet d’accord de complémentarité économique entre Cuba et le Chili, projet conclu en 1998 mais qui n’a jamais encore été soumis au parlement chilien.

Il y a, affirme Osorio, une étroite coordination entre l’ODCA, le PDC chilien et la « dissidence cubaine » pour placer le thème de Cuba sur l’agenda interne du Chili, pays d’importance dont les positions politiques ont des répercussions sur tout le continent.

Source : http://www.lautjournal.info/default.aspx?page=3&NewsId=389

Posted in Amérique du Sud, Monarchie, Vénézuéla | 45 Comments »