Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Les jeunes adéquistes et la pauvreté

Posted by Libertad ! sur 18 novembre, 2007

samuiplage18.jpg

L’assisté social moyen selon les jeunes adéquistes…

Hier se déroulait le premier conseil général de l’aile jeunesse de l’Action Démocratique, suite à une série de congrès et surtout, le premier depuis que l’ADQ est rentrée à l’opposition officielle. Les sujets discutés était très variés : interdiction de diffuser des images pouvant faire la promotion de la minceur extrême, ou anorexie (une bonne initiative en soi) mais aussi des choses plus populistes : élargissement de la loi sur les services essentiels à certains secteurs privés et limite de 4 ans pour l’aide sociale. Les jeunes adéquistes suggèrent aussi que l’âge de la retraite soit haussé de deux ans.

Par contre, de ce conseil général, il ressort quelque chose, et c’est le mépris de la pauvreté. Si nous nous fions aux dires de l’un des délégués, «La période de quatre ans (de prestations), ce n’est pas des vacances payées». Selon eux, être sur l’aide sociale, c’est être en vacance ? À l’ADQ, c’est tellement classique de miser sur les préjugés…

Les prestataire seul et sans enfant reçoit environ 550$ par mois, si ce n’est pas moins. Ça, ce sont des vacances selon nos jeunes adéquisses ? Ce n’est même pas assez pour vivre et les prestataires doivent faire face au quotidien à plein de préjugés. Nous avons qu’à nous fier à l’ancienne série télévisée «les Bougons» à Radio-Canada pour voir comment les gens voient les assistés sociaux en général.

La plupart ne sont pas des profiteurs, encore moins des voleurs ! Plusieurs sont dans cette situation car ils n’ont plus accès à l’assurance chômage. Les profiteurs dont la droite (et malheureusement la gauche aussi dans bien des cas) nous parlent sont minoritaires.

L’idée très populaire (populiste) ces temps-ci d’intégrer le plus rapidement possible au marché du travail les assistés sociaux relève de l’irresponsabilité. Tout premièrement, il y a le fait que baisser les prestations risque de nuire aux gens qui sont aptes au travail.

Aussi, il faudrait s’attaquer au problème de l’éducation ! Instaurer la gratuité scolaire serait un pas dans la bonne direction, en plus d’apporter un soutient concret aux jeunes en difficulté au secondaire, qui en ce moment font face à un manque criant de ressources. Le taux de décrochage scolaire dans la circonscription de Jean Charest (Sherbrooke) est tout de même de 34,1%…

Pour les assistés sociaux, la solution serait dans un temps leur donner les ressources financières suffisantes pour vivre. Ensuite, si ils sont aptes au travail, il serait pertinent de leur donner les formations nécessaires pour le faire et ne pas couper dans les avantages sociaux au moment de l’embauche ! Par exemple, il faudrait rendre gratuit les médicaments pour les gens au salaire minimum, en plus des soins dentaires et des lunettes.

61 Réponses to “Les jeunes adéquistes et la pauvreté”

  1. kawa1000 said

    Rien de nouveau sous le soleil de la gauche; l’État doit pourvoir et ne pas demander de participation active!

    En tant que travailleur de la classe moyenne qui se fait charcuter sa paie de 30% à chaque semaine (et ce, sans compter toutes les taxes, tarifs et autres moyens d’extortion légaux), ben j’ai pas grand’chose contre ce qui est sorti de l’ADQ hier! Et sur Cyberpresse, il y a un petit sondage (non-scientifique) qui ne me fait pas sentir trop seul dans mon opinion.

  2. J’en paie aussi des impôts tu saura mais il faut pas généraliser. C’est pas tous les assistés sociaux qui sont des paresseux.

  3. Comment peuvent vivre (par 550 piastres par mois) les assistés sociaux. C’est des mesures draconiennes et prisent à la légère. On voit tout l’idiotie de la droite fasho de Dumont. YARK! Couper les vivres serait l’équivalent d’enlever l’électricité à ceux qui n’ont pas les moyens. Au lieu de couper dans les régimes sociaux pour que ça soit plus  »lucratif », le gouvernement peut couper d’autres choses. Une bande de connards.

  4. kawa1000 said

    Ai-je dit que tous les B.S. étaient paresseux? Que non! Mon ancien voisin, « assisté » depuis plus de dix ans, prenait des contrâts de peinture en dessous de la table. Avec sa femme « malade » qui faisait des ménages (aussi en dessous de la table), ce trou du cul gagnait plus que moi qui se levait le matin pour aller payer son chèque! Il fut dénoncé (pas par moi). Alors, un petit tour de vis ne m’apparait pas superflu

    C’est vrai que le gouvernement peut couper autre chose (plusieurs haut-fonctionnaires, le mont Orford, les organismes inutiles…), mais il doit aussi mieux gérer l’aide sociale. Un « apte au travail » qui reste sur le B.S. pendant des années diminue l’assiette de ceux qui sont réellement inaptes.

    La vraie solidarité, c’est d’aider ceux qui en ont véritablement besoin!

  5. La vraie solidarité, c’est d’aider ceux qui en ont véritablement besoin!

    Je suis d’accord là-dessus

  6. carlop said

    « La plupart ne sont pas des profiteurs, encore moins des voleurs ! Plusieurs sont dans cette situation car ils n’ont plus accès à l’assurance chômage. Les profiteurs dont la droite (et malheureusement la gauche aussi dans bien des cas) nous parlent sont minoritaires. »

    Preuve? Préjugé?

    « L’idée très populaire (populiste) ces temps-ci d’intégrer le plus rapidement possible au marché du travail les assistés sociaux relève de l’irresponsabilité. »

    Elle tend pourtant à responsabiliser les assistés sociaux.

    « Tout premièrement, il y a le fait que baisser les prestations risque de nuire aux gens qui sont aptes au travail. »

    Ils auraient 4 ans! 4 ANS!!! Pour se retrouver une job. Ce que l’article ne dit pas, c’est que l’ADQ veut aussi aider dans la formation. Dans une situation de pénurie de main d’oeuvre (et non d’emplois), c’est TRÈS raisonnable.

    « Pour les assistés sociaux, la solution serait dans un temps leur donner les ressources financières suffisantes pour vivre. »

    Ce qui veut dire? J’ai l’impression d’avoir le goût de lâcher ma job. C’est pas imposé le BS. En passant, je suis célibataire, pas d’enfant et à 550$ par mois, je vis. Je n’irai pas souvent au cinéma, prendre une bière ou au restaurant (c’est pas exclus comme possibilité quand même), mais je vais payer mon loyer et manger à ma faim. Et là on ne parle même pas de ma possibilité de travailler au noir.

    Le BS devient vraiment intéressant!

  7. Pénurie d’emploi ? Mais ça ne dit pas lesquels. Nous en avons marres des jobs précaires que les capitalistes nous proposent.

  8. Règlons d’abord l’économie de marché basée sur la quête vampirique du profit qui limite l’accessibilité à trouver du travail (donc, un faible taux de création d’emplois) afin de pousser les assistés sociaux de travailler. C’est bien beau de dire « VA TE TROUVER UNE JOB » quand il n’y a nulle part où c’est à la fois disponible, bon et à long terme. Les jobs précaires, on en a marre.

    J’EXIGE DES SOVIETS ! À BAS LE PATRONAT !

  9. dunhambush said

    Bel article Antho. On sait tous que dans leur démagogie habituelle les jeunes Adéquistes aiment bien « casser du sucre sur le dos des assistés sociaux ». Pourtant, l’aide sociale n’est pas ce qui met le gouvernement fédéral dans le trou année après année. Il s’agit d’un secours minimum et bien peu de gens peuvent se contenter de ce simple secours. La réinsertion forcée au travail est aussi un rêve quand on sait que la plupart des employeurs ne veulent pas engager des anciens assistés sociaux.
    Le remede à cette situstion, serait plutôt de miser sur le développement économique des régions d’une manière ferme et concrète.

  10. dunhambush said

    Celui qui dit que le BS est si intéressant n’a qu’à se mettre dessus. C’est un imbécile.

  11. manx1 said

    « Preuve? Préjugé? »

    En soit, c’est la preuve du préjugé. C’est qu’il faille le prouver, et non que les gens ne l’admettent en soi.

    Le chômage au Québec est de 6.9%. Dans ce groupe, il y a le chômage saisonnier (le monde qui tire du chômage quand ils ne peuvent pratiquer leur travail hors-saison, comme les pêcheurs de homard de Gaspésie), les licensiements (quand on vous renvoie de façon « temporaire », comme ce fut le cas de mon ami en Beauce, à un moment où le marché des fenêtres n’était pas bon), les congés parentaux (dont un membre de la majorité des familles choisit de se prévaloir), les mises à pied. OUI, il y a des gens qui abusent du système. Dénoncez-les et arrêtez de payer pour eux.

    Un marché de l’emploi florissant? Effectivement, mais pendant ce temps, de nombreux secteurs effectuent des mises à pied. C’est le cas des pâtes et papiers et des forestières. Des villages entiers vivent de l’industrie et une bonne partie du village se retrouve sur le BS une fois les mises à pied effectuées.

    Alors pour le pourcentage de la population sur le BS qui « profite » du système… Je doute beaucoup. Si cela totalise 1/2 % de la population du Québec, je vais trouver cela élevé. De plus, notre système de bien-être social est capable aussi de couper les vivres à des gens inaptes au travail qui se cherchent des emplois, avec la façon dont il fonctionne. Demander une réglementation plus serrée pourrait régler certains problèmes, mais accentuerait les injustices envers des personnes VRAIMENT inaptes au travail.

    Je préfère payer plus et payer une injustice venant de la part de minorités, plutôt que de payer moins et être responsable d’injustices envers d’autres citoyens.

  12. Olivia said

    Cette idée est digne de véritables coeurs de pierre. Criss ces jeunes-là, y’ont tu des coeurs sacramant !?

  13. carlop said

    « Cette idée est digne de véritables coeurs de pierre. Criss ces jeunes-là, y’ont tu des coeurs sacramant !? »

    BEn non! Le coeur, c’est le monopole de la gauche! Pour avoir du coeur, faut laisser le BS ou des jobs protégées à vie.

    C’est facile d’avoir du coeur dans l’Utopie.

  14. sylvainguillemette said

    « kawa1000 a dit:
    18 novembre, 2007 à 4:51

    Ai-je dit que tous les B.S. étaient paresseux? Que non! Mon ancien voisin, “assisté” depuis plus de dix ans, prenait des contrâts de peinture en dessous de la table. Avec sa femme “malade” qui faisait des ménages (aussi en dessous de la table), ce trou du cul gagnait plus que moi qui se levait le matin pour aller payer son chèque! »

    -Le problème, c’est pas le programme des assistés sociaux, mais la légèreté des enquêtes envers ces gens qui disent en avoir besoin. Tu as généralisé, l’ADQ l’a fait, ce qui est très mauvais comme habitude. L’ADQ repousserait les personnes âgées et handicapées au travail si elle pouvait!

    « Allez fénéant! Lâches-moi tes béquilles et va travailler! Paraisseux! Productivité! »

    Oh! Et en passant, on produit déjà trop, ça ne set à rien de trop produire…

    Le voisin dont tu parles, semble effectivement être un trou de cul, mais le tour de vis adéquiste, ne touchera pas ce genre de tarré, il touchera des gens qui en bénéficient avec de bonnes raisons également. On LE connait le programme adéquiste.

    Privatisation de tous les palliers (octroi de plus de pouvoir aux bourgeois), encouragement à élever la démographie pour enfin, grossir le bassin de « cheaplabor » mal payé et abrutissement des masses en amenant la carte d’insécurité « bushienne » , mais en exploitant la xénophobie des québécois.

    Ce que tu dis de l’ADQ, c’est un peu comme, « Hitler était pas si méchant, il plantait des sapins la fin de semaine. » . il y a de nombreuses façons de dire qu’il y a des crosseurs, sans mettre au Québec un programme Carlos-Menem-II version Dumont.

    « Ce qui veut dire? J’ai l’impression d’avoir le goût de lâcher ma job. C’est pas imposé le BS. En passant, je suis célibataire, pas d’enfant et à 550$ par mois, je vis. Je n’irai pas souvent au cinéma, prendre une bière ou au restaurant (c’est pas exclus comme possibilité quand même), mais je vais payer mon loyer et manger à ma faim. Et là on ne parle même pas de ma possibilité de travailler au noir.

    Le BS devient vraiment intéressant! »

    -Tu veux rire? Tu en parles, comme s’il s’agissait d’un projet pour chacun d’eux? La plupart ont honte, et saches que je crache galement sur les paresseux. Ce n’est pas toujours un choix de vie, la situation dans le Québec, les emplois du secteur, etc… Tout cela, met en évidence qu’il y a des situations X, Y, Z et autres…

    Pour ce qui est des pénuries d’emplois, ou plutôt, du secteur qui fonctionne le plus en ce moment, c’est le service. Le secteur du service, avec de l’aide sociale, tu arrives juste si tu habites Laval par exemple. Et dans mes exemples, j’exclus le travail au noir, il ne faut pas le considérer, mais le dénoncer.

    Et Carlop, si c’est si intéressant l’aide sociale, vas-y, abonne-toi! Tu as l’air de les envier!

    Exemple autre: Une mono-parentale larguée par son salopard de père de ses enfants, serait logiquement selon l’ADQ, capable de travailler.

    Exemple autre: Le bonhomme travaille dans le secteur du bois, habite une région X qui où vient de fermer une usine de scierie et la région en question, n’offre rien d’autre.

    On pourrait y passer la journée à mettre à terre le projet adéquiste populiste crasse. Aussi ridicule que le projet Marois sur l’identité.

    « C’est facile d’avoir du coeur dans l’Utopie. »

    -Et de prétendre en avoir, tout en prônant ce qui n’en a pas.

  15. sylvainguillemette said

    Et ce que propose l’ADQ, c’est pratiquement ce que vioent de faire, le président Bush, avec son véto. C’est d’ailleurs pas la première fois qu’il le fait.

    Ce que je souhaite, c’est que les chiâleux contre ceux et celles qui méritent cette aide, se retrouvent dessus. La vie, c’est ça, juste du hasard!

    N’importe qui, peut se retrouver sur cette aide sociale un de ces 4…

  16. Cowboy said

    Sans les b.s. vos parti communistes et solidaire auraient peu d’appui. J’vous comprends de les défendre contre le « méchant » système qui veut les voir travailler au lieu de les faire vivre.

  17. En passant, je dois t’avouer que plusieurs sympathisants de Québec Solidaire sont des enseignants, donc des gens qui ont un revenu supérieur à la moyenne.

  18. En général, les assistés sociaux ne s’impliquent pas en politique, et ne veulent rien savoir.

  19. 001e said

    Il est vrai qu’on ne peut vivre avec 550$ par mois. Même avec rien à payer. J’ai été sur le bien-être social pendant 6 mois. Je devais l’être pendant 1 an mais je n’arrivais pas. Même avec l’indemnité de contraintes temporaires à l’emploi mon budget ne dépassait pas 600$/mois. Si un exemple réel vous tente je vais vous décrire comment moi j’ai vécu l’assistance sociale, sinon je n’ai d’arguments de plus.

    Juste pour vous donner une petite idée, j’avais un logement de 295$/mois, 150$ de médicaments à payer/mois, ensuite vient la facture d’électricité (30$), le téléphone (30$) les déplacements à l’unité (3,25$) puisqu’on a pas assez d’argent ni pour une voiture ni pour une carte d’autobus. Les médicaments ils disent qu’ils les remboursent mais c’est de la bullshit. Ils remboursent certains seulement et tu dois te battre pour ça parce qu’un jour, sans t’avertir ils t’enlèvent ton droit à la gratuité et comme je n’avais pas vraiment la force d’aller les voirs pour revendiquer mes droits ils en ont profité en me disant (ah! trop tard T’avais juste à venir avant!). J’ai rapidement du faire les banques alimentaires. Encore là c’est la galère. Tu payes 8$ pour repartir avec du pain, du lait de soya, des tomates pi des lentilles, c’est mieux que rien que les gens vont dire avant de voir que tu as perdu 20 lbs en un mois. Encore là, pas de voiture, je repars avec ce que je peux traîner dans mon sac à dos et vu que je n’ai pas de force du à mes médicaments c’est pas grand chose. Après 5 mois j’ai capoté, je vivais sur le crédit à temps plein et j’étais entrain de calculer combien de temps cela me prendrait pour rembourser tout ça. Et là SURPRISE le gouvernement m’envoie une lettre me disant que j’avais reçu plus que ce que je devais recevoir, qu’ils avaient mal calculé ma prestation de contraintes à l’emploi et que je leur devais 915.14$ J’ai mis ça sur ma carte de crédit, j’ai coupé mon téléphone et fermé le breaker. Un mois plus tard j’ai commencé à me chercher une job sous la table.J’en ai pas trouvé, alors j’ai pris mon courage à deux main et je suis partie faire de vraies applications. Avec ce que je devais payer sur ma carte de crédit chaque mois plus ce que je devais payer pour vivre, je me suis tapée 70h par semaine dans un restaurant au salaire minimum. C’est pas ce qu’on appelle un retour progressif sur le marché du travail. Contre l’avis des médecins qui me suivaient j’ai arrêté de prendre mes médicaments ce qui a eu l’effet de me donner plus d’énergie pour travailler sur l’instant mais qui du même coup a fait progresser la maladie. Je n’ai malheureusement pas été capable de  »toffer ». J’ai abandonné 3mois plus tard mon nouveau travail. J’ai tenté de me trouver un travail de jour plus facile. Je suis devenue caissière. Travail qui n’a pas été mieux puisque j’oubliais tout. Chose normale lorsqu’on est épuisé et affamé. C’est là que le plus beau arrive. On gèle mes chèques chez desjardins, je dois deux mois de loyer à mon proprio et je devrais aller lui dire que je ne pourrai pas le payer le 1er mais que j’ai l’argent il est juste gelé. J’ai parlé à la directrice de ma succursale qui a refusé toute exception. J’ai rencontré mes proprios pour discuter avec eux et ils m’ont donné 1 mois ou je faisais mes bagages. C’est là qu’on regarde les gens dans la rue d’une autre façon. Lorsqu’on se dit que c’est bientôt notre tour, parce qu’on va se faire crisser dehors pi qu’on a pas une criss de cenne. On regarde les endroits où on pourrait dormir au chaud. Parce que c’est pas tout le monde qui a des amis dans la région qui peuvent vous acceillir en cas de besoin. J’ai vendu tout ce qu’on voulait bien m’acheter. Je pleurais tout le temps parce que j’avais mal physiquement et psychologiquement. Puis je me suis tournée vers l’unique solution que je voyais, une job facile, rentable, avec de meilleures conditions de travail; la prostitution de luxe.
    Ce n’est qu’en ayant eu suffisamment faim qu’on peut comprendre les filles qui s’embarquent là-dedans. Pour moi le calcul a été simple: Tuer son ego pour vivre ou se tuer pour son ego.

  20. internationaliste said

    En passant Cowboy aucun pays capitaliste n’a éliminé le chômage, car le capitalisme a besoin d’avoir une armée de réserve de chômeurs et sans-emploi pour faire une pression à la baisse sur les salaires. Sans compter que l’aide sociale fait rouler l’économie car on ne peut faire d’épargne sur un tel revenu.

  21. Cowboy said

    Dude, éliminer le chomage ca se fait pas dans un pays libre.

  22. internationaliste said

    En effet c’est impossible dans un pays asservi par le capitalisme.

  23. Témoignage très touchant 001e, j’espère que nos drouètistes vont prendre des notes !

  24. Je veux dire, le taux de chômage en Albanie socialiste était de même pas 2%, comme c’est le cas aujourd’hui pour Cuba.

  25. Par contre, dans certains pays capitalistes, ce taux peut monter à 45% !

  26. sylvainguillemette said

    « # Cowboy a dit:
    19 novembre, 2007 à 12:23

    Sans les b.s. vos parti communistes et solidaire auraient peu d’appui. »

    -Les communiste sont un regroupement d’ouvriers, pauvre imbécile.
    Le prolétariat produit ce que tu consommes, Goldorak’slover…
    Les paresseux ne sont pas tolérés, contrairement à votre système, qui en fait autant des bourgeois qui eux, s’engraissent sur le dos du dit prolétariat et du peuple entier qui s’affâme.

    Bref, t’as l’air d’un pirahna qui se bouffe les nageoires…

    Garçon de vache Grenier ne sait même pas la différence entre le communiste et le prestataire d’une aide sociale, qui n’est pas forcément paresseux, qui est plutôt et majoritairement, méritant de cette aide. La poignée de paresseux dont parlent les droitistes et les adéquistes opportunistes et populistes crasses, se promènent eux-aussi en BMW, parce qu’ils vendent en plus de la drogue en dessous de la table. Les bougons existent, certes, mais ils ne font pas la majorité des prestataires d’aide sociale. Vous regardez trop de films et vous jouez trop à Halo 3, n’avez-vous pas des choses à faire? Comme par exemple dans ton cas J-F Grenier, apprendre les termes « communisme », « totalitarisme », « fascisme », « coups d’état militaires », etc… Cela tient aussi pour Carlop.

    « BEn non! Le coeur, c’est le monopole de la gauche! Pour avoir du coeur, faut laisser le BS ou des jobs protégées à vie. »

    -En tout cas, les jeunes adéquistes populistes crasses ont bien démontré que le chef était facilement remplaçable et ce, n’importe quand. Des opportunistes crasses et populistes dans ce parti, c’est pas chose très, très rare!

    L’aide sociale sert à certaines personnes qui en ont véritablement besoin et encore là, 001e démontre que l’aide est parfois trop timide.

    Forcément, dans le capitalisme, il y a des perdants et des gagnants. Ça nous ramène à Jacques Saint-Pierre qui disait que la poignée de « méritants », l’était vraiment! Chez Mc-Do, il n’y a pas de place pour 50 PDG et 300 chefs d’équipe dans la même cuisine, donc, on revient aux perdants, la base du Mc-Do! Le prolétariat!

    Ce système est pourri et mise sur la division du peuple, pour que celui-ci se compare jour et nuit, compare ses capitaux, ses valeurs, etc… La division a eu lieu il y a longtemps et nos droitistes l’entretiennent.

  27. dunhambush said

    Torrieu Antho, vous n’allez quand même pas nous vanter les mérites du communisme albanais! Il s’agit probablement d’un des pire régimes de la deuxième moitié du vingtième siècle!

  28. Enver Hoxha, c’est toute qu’une affaire jvais te dire :S. Mais revenons à l’assistance social, une chance quand même qui a de l’aide là-dedans. Il n’y pas grand pays qui possèdent cela. Nous avons l’éducation gratuite jusqu’à 16 ans, l’assurance-vie! Nous sommes chanceux, ici au Québec.

  29. carlop said

    « N’importe qui, peut se retrouver sur cette aide sociale un de ces 4… »

    Temporairement, certainement. 4 ans, c’est un gros temporaire.

    Quand on parle d’égoïsme, il y en a pas mal chez les assistés sociaux à vie. Égoïstes de ne jamais participer à la richesse partagée et aux services mis en commun.

  30. dunhambush said

    Et vous Carlop, Prendriez-vous des assistés sociaux à vie dans votre entreprise pour les sortir du trou?

  31. internationaliste said

    C’est vrai que c’est égoïste d’être condamné à la pauvreté! Les capitalistes sont tellement généreux!

  32. sylvainguillemette said

    « Quand on parle d’égoïsme, il y en a pas mal chez les assistés sociaux à vie. Égoïstes de ne jamais participer à la richesse partagée et aux services mis en commun. »

    -Personne nie qu’il y a des profiteurs, seulement, les solutions Dumont mettent tous les assistés sociaux dans un beau grand panier étiqueté. C’est vraiment qu’une poignée de profiteurs qui agissent de la sorte et une simple enquête révèlerait ces fraudeurs « presto ».

    « Un humanisme bien calculé

    Voulez-vous m’expliquer en quoi mettre plus de gens à la rue servira une politique de l’autonomie ? Arrivée à un certain point, la remise en cause de la capacité de l’État, ou d’une société moderne et riche, de prendre en charge ceux et celles que le système rejète de façon calculée aboutit tout simplement au refus d’embauche à l’autre bout de la ligne.

    Les exigences pour obtenir un emploi s’élèvent sans cesse. Plus personne ne peut occuper vraiment un emploi durable d’ouvrier sans secondaire V. À moins d’être forcé de vivre en bas du seuil de pauvreté au salaire minimum. En plus, les usines continuent de fermer si la baisse du taux de profit ne satisfait pas les actionnaires avides, diminuant encore les opportunités de bons emplois.

    Ce sont ces exigences d’appauvrissement que la politique humaniste des jeunes de l’ADQ reflètent, celles d’un capitalisme sauvage où la demande en main-d’œuvre se ressert pour des emplois bien payés et de qualité, de plus en plus rares, paradoxalement.

    Et ils vont nous demander, par élection, le pouvoir de gérer une société sur laquelle ils posent ainsi un regard de prédateurs calculateurs qui affament pour consolider au Québec un salariat brut, sans âme et exposé à la vue de tout-e-s de manière à bien faire comprendre qu’il n’y aurait aucune alternative. Ce serait bien bête de tomber dans ce piège.

    Guy Roy

    (facultatif)

    Voilà la contradiction de l’ADQ. On ne tolère plus les incompétences relatives fabriquées de toutes pièces par les exigences en emploi. Le système salarial exclut tout en demandant plus. La machine politique ADQiste prend le relais pour justifier cette incompétence d’une société où le patronat pose des impératifs qui n’ont vraiment plus rien d’humaniste mais tiennent du simple calcul économiste pour une main-d’œuvre jugée non rentable parce que n’ayant pas de place reconnue dans le système.

    La logique : il n’y a que le retrait de l’aide sociale pour forcer, en affamant, la soumission à l’esclavage salarial vers les moindres coûts tel qu’il a évolué jusqu’à nos jours sous l’hégémonie des thèses néolibérales.

    Au lieu de nous proposer un projet de société pour une formation continue, gratuite et accessible, évoluant au rythme des besoins, comme le revendiquent les étudiant-e-s en grève, ou bien encore, politiquement réalisable sur une plus longue période, l’alternative d’une société indépendante de « libre producteur-trice-s associé-e-s » que serait celle du socialisme du XXIième siècle en train de naître des luttes populaires mondiales, au Venezuela notamment. »

  33. sylvainguillemette said

    Et Carlop, en 4 ans, il y en a de l’eau qui coule sous les ponts. Les situations diffèrent d’un logement à un autre, d’une maison à une autre, d’un HLM à l’autre. Maladies, mal-chances successives, perte d’un proche, etc… Vas savoir jusqu’où vont certaines personnes dans leur mal-chance.

    Je comprends cette haine envers les fraudeurs, mais il y en aura toujours de toute façon, BS ou pas. Il ne faut pas pénaliser les gens qui ont be soin de cette aide, parce qu’une minorité agit de cette façon. Est-ce que je déteste toute la classe moyenne qui vote ADQ, donc contre les intérêts d’une masse grandissante? Ben non, c’est de toute façon de l’aliénation, je perdrais mon temps.

  34. carlop said

    « Et vous Carlop, Prendriez-vous des assistés sociaux à vie dans votre entreprise pour les sortir du trou? »

    Si j’avais une business et que ma main d’oeuvre requise avait besoin de peu de qualifications, certainement. Je serais probablement en manque de main d’oeuvre anyway.

    « C’est vrai que c’est égoïste d’être condamné à la pauvreté! »

    Y’a personne qui les a condamné sauf eux et tu te fais une belle routine confortable un moment donné. Spécialement quand tu travailles en dessous de la table, que tu reçois 2-3 chèques, etc. Au moins 2 fois par année, j’exigerais que les personnes viennent chercher leur chèque en personne juste pour éviter les fraudes.

    Et Sylvain Guillemette, si tu veux croire à des personnes naturellement malchanceuses, c’est ton affaire, mais je n’embarque pas là-dedans.

  35. sylvainguillemette said

    « Y’a personne qui les a condamné sauf eux et tu te fais une belle routine confortable un moment donné. Spécialement quand tu travailles en dessous de la table, que tu reçois 2-3 chèques, etc. »

    -Tu généralises, il y a les handicapés, les décâlissés par les accidents de travail où l’employeur gagne avec sa panoplie d’avocats dans les contestations, etc…

    Pour ce qui est de la mal-chance, ça existe. Tu aurais pu naître handicappé (aveugle, autiste, paralysé, etc… Tu aurais pu naître en Afrique dans un village où la traite des soldats enfants est toujours de mise. Tu aurais pu naître en Afghanistan, où un dictateur qui fût longtemps exilé aux États-Unis aurait été mis en place par un coup d’état militaire, malgré tes aspirations autres que le capitalisme. Bien sûr, c’est hypothétique, mais ça se pouvait…

    J’ai déjà parlé à quelqu’un, qui affirmait, que les noirs pauvres dans les pays pauvres, choisissaient ce chemin difficile, voire suicidaire à ce point là. J’espère que tu ne soutiens pas ce genre de truc, s’il te plaît, dis non.

    Comme je te disais, tu généralises, la plupart des assistés sociaux ont besoin de cette timide aide. Et d’une autre part, je condamnes comme toi, les fraudeurs, les bougons qui en profitent, mais il reste que ces derniers sont vraiment minoritaires, comme la bourgeoisie parasitaire partout dans le monde.

  36. internationaliste said

    ll faut vraiment être ignorant pour penser que l’on se condamne soi-même à la pauvreté. Même en travaillant on peut être pauvre! Le livre de Barbara Ehrenreich sur la pauvreté aux USA le démontre très clairement. Et ça pourrait s’appliquer aussi au Québec et au Canada.

    Les plus grands fraudeurs se trouve dans la bourgeoisie comme Paul Martin avec ses bateaux aux Bahamas. Les fraudes à l’aide sociale sont des peanuts comparé à ça.

  37. Cowboy said

    Les B.S. devraient être passé dans des broyeurs géants et la biomasse extraite servira à faire du biocarburant pour concurrencer le Moyen-Orient qui sont passé maitre dans l’art de tuer pour produire de l’énergie.

  38. internationaliste said

    Tu serais un candidat idéal.

  39. dunhambush said

    La réalité c’est que les vrais employeurs sont extrèmement réticents à engager des assistés sociaux chroniques. Le retour à l’emploi est loin d’être facile pour tout le monde. De plus certaines personnes apparemment en bonne santé sont tout simplement inaptes au travail pour de multiples facteurs (Drogue, alcoolisme, cleptomanie, problèmes psychologiques, paresse…). Carlop a beau dire, mais quand on dirige sa petite compagnie, on ne peut se permettre d’engager quelqu’un qui va nous mettre dans le trou!

  40. carlop said

    « -Tu généralises, il y a les handicapés, les décâlissés par les accidents de travail où l’employeur gagne avec sa panoplie d’avocats dans les contestations, etc… »

    Ça y’a jamais un chat qui a parlé de leur couper leurs prestations. Ceux là-dedans qui ne sont pas aptes à travailler à cause de leurs conditions physiques recoivent plus et ça fait même concensus qu’on devrait leur en donner encore plus.

  41. carlop said

    Et juste ajouter que t’as pas rapport avec tes avocats pour les accidents de travail puisque c’est la CSST qui paye et qui poursuit l’employeur.

  42. internationaliste said

    La distinction entre « aptes » et « inaptes » est complètement arbitraire et elle est dictée selon le bon vouloir du gouvernement.

  43. sylvainguillemette said

    « Les plus grands fraudeurs se trouve dans la bourgeoisie comme Paul Martin avec ses bateaux aux Bahamas. Les fraudes à l’aide sociale sont des peanuts comparé à ça. »

    -Et les réservoirs plein de drogue que son fils traînait derrière les bateaux…

    « carlop a dit:
    21 novembre, 2007 à 6:10

    Et juste ajouter que t’as pas rapport avec tes avocats pour les accidents de travail puisque c’est la CSST qui paye et qui poursuit l’employeur. »

    -????? De quoi tu parles? Je travaillais chez un employeur qui contestait systématiquement les blessés, avec une bande d’avocats verreux. Pas des farces, on était 80 blessés par année, mais tous des menteurs! Même s’ils te voyaient (les employeurs) te blesser, ils réfutaient et ce, avec l’aide des avocats verreux! Ils en avaient plus de 10, mon président de syndicat m’a même dit, « attèle-toé! ». Donc, non, la CSST ne fait pas que poursuivre les employeurs, les employeurs poursuivent aussi le prolétariat. Et entre toi et moi, t’as beaucoup de chance de gagner s’il s’agit d’une tandinite, parce que c’est pas prouvable physiquement. Et je n’ai même pas abordé le sujet des médecins verreux du privé, qui endossent l’hypocrisie des employeurs, lesquels t’envoient consulter LEURS médecins, parfois plus d’un.

    Sans rancune?

  44. sylvainguillemette said

    « Et entre toi et moi, t’as beaucoup de chance de gagner  »

    -« t’as pas beaucoup »

  45. dunhambush said

    L’inaptitude au travail ne comprends pas que les inaptitudes physiques démontrables, c’est ce que les petits démagogues de la droite de Québec ignorent.

  46. internationaliste said

    On devrait s’intéresser aussi à la pauvreté mentale et intellectuelle des jeunes adéquistes. Ça me semble urgent!

  47. sylvainguillemette said

    Très urgent! J’irais même jusqu’à dire que certains d’entre eux sont en fait irécupérables, dont leur chef!

  48. eberhardt1972 said

    @Carlop, le p’tit Joe connaissant

    « Et juste ajouter que t’as pas rapport avec tes avocats pour les accidents de travail puisque c’est la CSST qui paye et qui poursuit l’employeur. »

    On voit que tu connais rien là dedans. J’ai défendu des travailleurs accidentés pendant quelques années en révision administrative et j’ai préparé leurs dossiers vue de la CLP. À la première étape, mon p’tit Carlop, l’employeur demande révision de la décision de la CSST. Si la Révision administrative maintient la décision de la CSST, c’est au tour des avocats de l’employeur de prendre en main le dossier et de le représenter devant la Commission des lésions professionnelles (qui est une sorte de tibunal).

    Pour faire baisser leur imputation, les employeurs contestent quasi systématiquement tout ce qui n’est pas visiblement accidentel (qui ne saigne pas ou ne casse pas). Souvent, pour éviter de voir leurs primes augmenter, ils prennent des ententes hors cours avec la victime, et ce avec leurs avocats. Si l’accidenté accepte (il se désiste en échange de quelques dollars), sa condition n’est alors pas reconnue; ce qui fait l’affaire de l’employeur. S’il y a récidive, bonne chance pour la faire reconnaître! Tu vois? Tu vas peut-être te coucher moins ignorant ce soir, mais moins niaiseux, ça m’étonnerait.

    Ah oui, il est extrèmement rare que des employeurs soient poursuisis. Généralement, la CSST est très conciliante.

    Quand on ne sait pas de quoi on parle, on se la ferme. Non, mais elle est bonne: « pas rapport avec les avocats… » Pauvre drouètiste, pauvres adéquistes aliénés et déconnectés…

  49. carlop said

    Wow! Là on tombe dans l’idiotie et les mensonges.

    Rien d’étonnant considérant les « débateurs » présents.

    On va donc faire comme d’habitude et laisser le débat hors des mains des con-munistes.

  50. eberhardt1972 said

    Vérifie et tu vas voir où est l’idiotie.

  51. internationaliste said

    Quand Carlop n’a pas d’argument, c’est-à-dire toujours, il tombe dans les insultes.

  52. eberhardt1972 said

    La CLP… http://www.clp.gouv.qc.ca/ J’imagine que tu sais lire, mais pas sur que tu vas comprendre!

  53. internationaliste said

    Au fond je trouve ça triste que des losers comme Cowboy et Carlop soient incapables d’avoir une vie sociale.

  54. dunhambush said

    Carlop a tout fait pour éviter la question fondamentale du problème, soit que le retour au travail est loin d’être évident pour la classe qu’il nomme affectueusement « les BS à vie ».

  55. carlop said

    Ouin, y’a du monde comme ça qui sont même victimes d’être venu au monde. Ils devraient être justifiés de tuer leurs parents pour leur avoir imposé ça.

    Et Internationaliste, je ne sais pas pourquoi tu parles de ma vie sociale. Elle se porte bien. Je n’ai pas eu besoin de m’embarquer dans une secte moi pour me faire des amis.

  56. eberhardt1972 said

    Hé Carlop, l’ignorant con-vaincu!

    Regarde ça! Je suppose que les avocats des employeurs n’ont pas encore rapport avec la CSST?

    http://www.sfpq.qc.ca/Le_Syndicat/Services/Recours/Accidents_de_travail-Maladies_professionnelles/index.php

    Puis, où est l’idiotie?

  57. eberhardt1972 said

    Carlop est un ignorant qui se complait dans la consolidation de son ignorance. Il nie des faits aussi irréfutables que le rôle des avocats dans le processus de la CSST (c’est meme la spécialité d’avocats comme Marc Bellemarre). Imaginez, il modifie la réalité pour l’adapter à la sienne. Ça en dit long… Ça ne donne donc pas grand chose de discuter avec lui.

  58. sylvainguillemette said

    « carlop a dit:
    21 novembre, 2007 à 10:57

    Wow! Là on tombe dans l’idiotie et les mensonges.

    Rien d’étonnant considérant les “débateurs” présents.

    On va donc faire comme d’habitude et laisser le débat hors des mains des con-munistes. »

    -Négation… Il fait presque pitié. Il invective ses adversaires, dès qu’il est contrarié. Snif…
    Vas faire ton enquête et reviens-lui avec des excuses, mili-tarte-tiste!

    « carlop a dit:
    22 novembre, 2007 à 1:08

    Ouin, y’a du monde comme ça qui sont même victimes d’être venu au monde. Ils devraient être justifiés de tuer leurs parents pour leur avoir imposé ça.  »

    -Sti d’extrémiste! Il prône l’éxécution des parents des gens prestataires d’aide sociale. Rein de moins!

    « Et Internationaliste, je ne sais pas pourquoi tu parles de ma vie sociale. Elle se porte bien. Je n’ai pas eu besoin de m’embarquer dans une secte moi pour me faire des amis. »

    -Ben non! La carrière militaire n’a rien d’une secte!

    -Ils ont tous le même avis que l’officier supérieur, qui lui a le même que son officier supérieur, ainsi de suite…
    -Ils obéissent à tous les ordres, stupides ou pas, contre ou pour leurs intérêts…
    -Ils protègent une minorité parasitaire bourgeoise, c’est d’ailleurs la seule raison de leur existence, ils sont prêts à mourir pour leurs bourgeois…

    « eberhardt1972 a dit:
    Imaginez, il modifie la réalité pour l’adapter à la sienne. Ça en dit long… Ça ne donne donc pas grand chose de discuter avec lui. »

    -Entièrement d’accord camarade!

    Si ça c’est pas sectaire…

  59. internationaliste said

    Je ne fais pas partie d’une secte quelconque contrairement à toi Carlop. Quand on lit tes commentaires on voit bien que tu es un pauvre loser borné et dépourvu de toute vie sociale. Sinon tu perdrais pas ton temps à dire des conneries ici.

  60. dunhambush said

    Et moi je n’ai pas d’amis, Snif!

  61. sylvainguillemette said

    Officier communiste sectaire: -Bon, tout le monde a sa bible rouge dans la poche « GAUCHE »? Grenier! Sombre abruti! On arrête pas de le dire, c’est à « GAUCHE » la bible rouge bon!

    Sergent communiste sectaire Carlop: -Monsieur! La recrue Grenier est atteinte de la maladie d' »abrutisme », qu’il a contracté en regardant trop de « VRAIS » médias m’sieur! Moi, en tant que Joe-conaissant, je saurais la remettre à sa place m’sieur!

    Officier….- Rien à cirer! Bible rouge à gauche soldat Grenier, immédiatement!

    -Soldat sectaire Grenier, apprenti communiste: Reughh…Reughhhh…reughhhh….gnagna….gneufgh…

    -Sergent…:-M’sieur! Il ne peut pas parler, il a perdu l’usage de la parole et du même coup, sa capacité à réfléchir à cause d’un usage abusif de dildo dans la bouche alors qu’il regardait Goldorak et Chuck Norris en exercices sexuels, m’sieur!

    -Officier…:-Mao de Staline de viarge! Bottez-lui le cul!

    Carlop comprit mal la phrase, dû à une incompréhension des termes depuis qui datait de sa tendre enfance passée chez durandaliens connus pour cet handicap, il baissa son pantalon pour aller tirer sa botte…

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :