Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Opinion : l’enseignement de la religion à l’école

Posted by Libertad ! sur 12 décembre, 2007

23245795.jpg

Lorsque nous étions jeune, nous avons presque tous reçu le cours de cathéchèse, vous savez, le petit cahier bleu avec les poissons dessus. C’était interminable de devoir chercher un verset dans la bible, sans que l’enseignant nous ait montré comment. Il s’agit sûrement de l’un de mes plus mauvais souvenirs du secondaire (si on exclut un cours de piscine assez foireux en secondaire 3).

Voilà que suite à la réforme assez catastrophique du gouvernement Charest en éducation primaire et secondaire, de nouveaux cours apparaissent, pour faire disparaître les autres. Malgré l’échec global de la réforme (qui se base essentiellement sur l’acquisition de compétences pour développer les connaissances), le cours d’éthique et culture religieuse pourrait être intéressant : présenter les grandes religions qui ont marqués l’humanité. Cependant, cela ne fait pas l’unanimité, et loin de là.

Des manifestations de parents croyants, des lettres ouvertes dans les journaux ont montrés comment plusieurs Québecois veulent garder les cours de religion catholique à l’école.

C’est assez contradictoire, dans un côté, ces gens chialent pour qu’on fasse interdire le port du hidjab durant les parties de soccer et qu’on retire le crucifix de l’assemblée nationale mais d’un autre côté, ces mêmes personnes chialent quand le ministère de l’éducation veut remplacer le cours de cathéchèse par un autre qui s’intéresse aux autres religions.

Mario Dumont, opportuniste et flairant la bonne affaire, s’oppose maintenant à ce cours au programme de la réforme au secondaire dès l’an prochain. Il affirme que les jeunes vont «perdre une partie de leur héritage religieux et culturelle» en suivant ce cours. C’est franchement n’importe quoi.

Ce que ces gens ne semblent pas comprendre, c’est que l’école doit être chargée d’enseigner une formation générale (anglais, français, mathématiques, science) mais aussi de permettre aux élèves de développer certaines habiletés, que ce soit en art ou même en musique. Cependant, nous ne pouvons pas donner comme mandat à l’école de faire le boulot des parents, qui est d’inculquer une culture (ou religion, si les parents sont croyants) et de parler des questions fondamentales de la vie avec son jeune.

Camarade Antho
Hugo Jolly, sous-signataire

NB : Ce texte n’implique que son auteur

Publicités

33 Réponses to “Opinion : l’enseignement de la religion à l’école”

  1. camarade Psycho said

    Bon texte Camarade, j’ai sue cette nouvelle a l’école par une Orienteuse scolaire et pour tous les jeunes ne voulant pas aller a ce cours il n’est pas obligatoir si tu le passe pas, mais que tu passes ton éduc tu es correct 🙂 Alor tu a un choix a faire soit le sport ou la pure invention des profiteurs religieux

  2. Je crois que je me ferait motiver par mes parents si j’étais encore au secondaire…

  3. camarade Psycho said

    je crois que mes parents von pas être daccord il son croyant et je respect leur choix ils sont pour la droite et je les aime quand même ^^…tu vois jacouille nous déteston pas tout les droitiste juste que mes parents aime plus au moins mes choix mes les respect…. bon revenir au sujet je crois qu’ils motiveront jamais mes absence mais je vais jamais aller la quand même!!

  4. Antho,

    J’aime bien votre texte. D’une part, il est à caractère personnel, ce qui est intéressant et tranche avec les autres textes de ce blogue. D’autre part, votre opinion est évidemment empreinte d’une réflexion, ce qui est très bien. Je suis particulièrement d’accord avec votre dernière phrase, à laquelle j’adhère entièrement.

    Par contre, je ne suis pas tout à fait du même avis. Qu’on le veuille ou non, l’école fait partie de notre société. Nos enfants, comme ceux de famille d’autre confession que la confession catholique, font partie de cette même société. Je rejoins Dumont sur un aspect de l’avis qu’il a exprimé aujourd’hui: notre école doit refléter les valeurs de notre société. La religion est difficile à quantifier, puisqu’il s’agit de quelque chose de très personnel. Mais il est facile d’imaginer que le catholicisme est la religion majoritaire au Québec. Il serait donc normal, au minimum, que ce cours soit rendu disponible, à la demande, aux parents qui le veulent. Il aurait été plus simple de transformer l’actuel cours de « Morale » en cours de « cours d’éthique et culture religieuse » et continuer à offrir le choix qui existait aujourd’hui. Le problème, c’est qu’on ne cesse de réduire le curriculum, au lieu de l’enrichir.

    Une comparaison, peut-être: Nous célébrons Noël à l’école (par un congé, par des activités, par des campagnes de solidarité comme les paniers de Noël, etc..). Ne pas célébrer Noël équivaudrait à abandonner une tradition (récente, trop commerciale, etc.., mais une tradition quand même) et refuser une partie de notre identité.

    Il ne faut pas réduire le rôle de l’école à une simple fonction utilitaire. Elle est un milieu de vie. Et elle doit offrir les mêmes possibilités et tolérances que nous souhaitons dans notre société. Nous voulons, je crois, accepter que chacun puisse vivre sa religion dans notre pays. Pourquoi ne pas l’accepter dans nos écoles également?

  5. internationaliste said

    Je suis surpris que tu ne veuilles pas réduire l’école à une simple fonction utilitaire. D’habitude les droitistes que j’ai rencontré, et il y en a beaucoup, parlaient de l’école comme étant simplement une préparation pour le marché du travail. Pour eux quand je leur parlais de la nécessité d’acquérir une culture générale par le biais de l’éducation ils n’étaient pas du même avis. Tout ce qui comptait pour ces gens là c’était de travailler et faire de l’argent point à la ligne.

    Je ne crois que ce soit aux écoles à donner des cours de religion, mais aux différentes Églises et bien sûr aux parents qui le désire.

  6. Pour être très franc, l’école d’aujourd’hui ne me plaît guère. Pas plus que celle des Duplessistes. Je rêve de l’école d’Athène, ou le Maître est assis sur un rocher, entouré de disciples qui apprennent l’essence de la vie. Mais ce rêve, bien sûr, est inapliccable de nos jours (de toute façon, j’imagine mal le maître avec son Kanuk et les enfants en « suit de ski-doo ») …;-)

    Alors, je cherche une école plus multidisciplinaire, ou l’Art a une place au côté des mathématiques, ou le Théatre côtoie le français et le Latin, ou la philosophie n’est pas que l’analyse d’un livre, mais une discussion animée sur les questions profondes de la vie. Je cherche une école ou les travaux manuels sont importants aussi, ou les activités physiques ne se résument pas à jouer au ballon, mais bien à apprendre à être compétitif, à se dépasser, à apprendre des sports nobles.

    Je crois que je chercherai longtemps, car tant que cette école sera otage d’une technocratie bureaucrate et étatisée à l’extrême, elle ne peut qu’empirer.

  7. camarade Psycho said

    l’école d’aujourd’huit est un censuration total de la « Vrai » vie ce que je veux dire en disant vrai vie c’est ce qui se passe vraiment a l’extérieur des 4 mur de l’école!!

  8. internationaliste said

    Je suis d’accord avec toi Jacques que ni l’école contemporaine ni celle d’avant 1960 ne sont un quelconque modèle à imiter. Il faut que l’école serve à faire acquérir une culture générale aux élèves, un lieu de stimulation intellectuelle et physique.

    Tu vois Jacques le dialogue est possible quand tu ne tentes pas de faire des leçons de morale et d’étaler ton savoir d’une manière condescendante. Que tu ne sois pas d’accord avec les billets c’est tout à fait ton droit bien entendu. Tu peux l’exprimer comme tu as fait pour ce billet sans chercher à rabaisser les auteurs de ce blogue. C’est pourquoi je me fâche parfois contre toi. Si tu continues de t’exprimer comme tu viens de le faire sans taire tes désaccords et tes critiques alors un vrai dialogue sera possible.

  9. En passant Internationaliste, je suis de droite (êtes-vous surpris?), mais totalement contre une école qui ne prépare qu’au marché du travail. Trop souvent, j’ai embauché des diplômés de différents horizons (administration, techniques, ingénierie, etc..) qui n’avaient aucune vision générale du monde. Très compétents dans leur domaines respectifs, mais complètement nuls sur un plan plus global. L’école d’ici prépare mal les gens pour la vie.

    C’est pourquoi je me suis souvent tourné vers les diplômés venant d’ailleurs. Ils arrivent ici avec des compétences égales, mais avec certains avantages supplémentaires: nombre de langues maîtrisées, vécu, capacité d’adaptation, etc… Sans vouloir faire de discrimination positive, j’ai souvent eu le bonheur d’embaucher des immigrants, ou des Québécois de deuxième génération d’immigrants, et ils se sont avérés des employés qui ont nécessité moins d’encadrement, et ont offert un apport plus considérable à l’entreprise.

    Peut-être ce manque vient-il des parents ici. La fierté du travail se perd. L’appartenance à l’entreprise disparaît. Le désir de faire partie d’une équipe s’estompe. Ces valeurs (je sais, vous n’aimez pas beaucoup ces valeurs, peut-être même considérez-vous que ce ne sont pas des valeurs) sont essentielles au bien être d’un individu au travail et doivent être transmises par les parents avant tout.

    C’est pourquoi il est essentiel que les parents reprennent leur place à l’école et réussissent à influencer ce qui s’y propage. Sans vouloir démoniser les syndicats, il est certain que ce ne sont pas des professeurs syndiqués qui vont encourager nos enfants à devenir entrepreneurs et bâtir des entreprises ou même, à travailler dans des métiers non conventionnels ou d’avenir.

  10. episteme12 said

    @antho: très bon texte. ça fait changement des choses tendancieuses que j’ai l’habitude de lire sur ce blog. Tu devrais faire des éditorials comme ça plus souvent (genre sans le mot bourgeoisie, impérialisme et prolétariat à tous les deux mots(j’exagère bien sûr)).

    @J-St-pierre: La culture majoritaire ne doit pas conférer un caractère identitaire à nos institutions. La majorité ou la minorité n’ont rien à voir là-dedans. Il s’agit ici de donner un rôle prépondérant à la religion catholique dans nos institutitons, et donc de reconnaître à la religion catholique une certaine primauté de droit, ce qui rompt avec la neutralité de la laicité qui doit caractériser nos institutions et notre société, en tant qu’elle est multiple.

  11. @Episteme12:

    Je le répète, notre société n’est pas le fantasme égalitaire que les gens croient. Tout ici reflète ce que nous sommes: notre architecture, les terres en campagnes portent encore les traces de nos seigneuries, les églises qui parsèment nos villages et nos villes, la langue que parle majoritairement nos concitoyens, etc… Nier ceci revient à saborder ce que nous sommes.

    Il n’y a pas de honte à être ce que nous sommes. Et lorsque nous n’avons pas honte, nous sommes mieux en mesure d’accepter et de célébrer les différentes cultures qui viennent se joindre à nous, sans jamais rien nous enlever. La laïcité est un refuge pour les peureux. Il y a une différence entre un corps enseignant qui introduirait des bribes de catholicisme dans tous les cours et le fait d’offrir un cours de religion catholique. Il y a une différence entre un ministère qui demanderait, sur un formulaire, la religion d’un citoyen et un ministère qui accepte d’embaucher des femmes voilées.

    La laïcité, ce mot fourre-tout dont on se sert pour ostraciser toute la religion de nos sociétés, est galvaudé. La religion ne doit pas avoir prise sur l’État, soit. Ce n’est pas une raison pour la mettre aux poubelles.

  12. eberhardt1972 said

    Enseigner le catholicisme c’est enseigner le mensonge. Il me semble que c’est une bonne raison pour sacrer ça dehors de nos écoles, non? Enseigner les religions d’un point de vue historique, c’est aller un peu plus loin. Les religions sont des phénomènes sociaux et les étudier de manière scientifique est très intéressant.

    Notre architecture, nos terres seigneuriales et nos églises sont des vestiges de ce que nous étions et non de ce que nous sommes. Je suis bien d’accord pour préserver nos héritages en tant que témoins du passé, mais pas d’enseigner un dogme en particulier. D’ailleurs, il y a à Lévis une église convertie en bibliothèque, c’est génial et propice à la lecture!

    La laïcité n’est pas un fourre-tout, bien au contraire. C’est plutôt un rempart contre les abus de la religion sur le politique et nécessairement sur la population. Il ne faut pas oublier que toute religion ne repose que sur des croyances non-fondées car aucunes preuves historiques ne viennent les attester; on y crois ou pas.

  13. eberhardt1972 said

    La religion, c’est personnel. Si les gens pratiquaient encore, les églises ne seraient pas à l’abandon. Je n’ai rien à ce que les gens pratiquent celle qu’ils veulent, mais tant que ça ne touche pas la sphère publique. Les crucifix et les prières n’ont plus rien à voir avec la vie publique…

  14. Pour ce qui est des cours de religion à l’école, je crois que les parents qui en souhaitent devraient consulter la paroisse la plus proche de chez eux pour demander si ils offrent des cours à «l’école du dimanche». Cela permettrait à la fois aux églises de survivre, mais aussi aux parents croyants de pouvoir montrer la religion catholique à leurs enfants.

  15. Sinon, je crois que montrer aux enfants l’histoire des religions peut être très intéressant.

  16. eberhardt1972 said

    C’est pourquoi j’étudie!

  17. eberhardt1972 said

    Pour le secondaire… en histoire aussi.

  18. nelsonr15 said

    Votre méchante Elgrably propose que le cours de religion, peu importe quelle confession, soit un option. Si je peux choisir de prendre un cours de musique, de biologie « avancée » ou d’éducation physique, pourquoi pas un cours de religion s’il y a assez d’élève qui le demandent?

    Perso la religion n’a pas sa place dans les écoles, mais vu de cet angle, je ne dis pas non.

    ————–

    eberhardt1972 a dit:
    13 décembre, 2007 à 8:29
    « D’ailleurs, il y a à Lévis une église convertie en bibliothèque »

    Dans ma rue, une église s’est faite démolir et deux immenses immeubles à appartement sont presque terminés de construire. Sans le dire à personne, ça faisait des mois que je le réclamais.

  19. internationaliste said

    Il y a des profs en ce moment qui doivent enseigner la religion dans les écoles et qui n’ont a peu près aucune notion de christianisme. Certains n’ont même jamais été baptisé. Cette situation qui devient de plus en plus ridicule.

  20. episteme12 said

    Totalement d’accord avec eberhardt1972

    Le passé ne doit pas présider au présent.

  21. internationaliste said

    Oups. Je voulais dire cette situation devient de plus en ridicule. On oblige des profs n’ayant aucune conviction religieuse d’enseigner des notions auxquelles ils ne croient pas. Il est grand temps d’avoir un système d’enseignement entièrement laïc.

  22. alinebinette said

    Moi aussi je m’oppose à ce que l’école ou les établissements d’enseigneemnt ne soient que purement utilitaristes et se limitent à préparer les gens pour le marché du travail. L’écolde devrait avoir pour objectif de former des êtres humains équilibrés, de futurs citoyens dotés d’un bon jugement, qui possèdent les habiletés essentielels que sont lire, écrire, compter et exercer un sens critique.

    Qu’est-ce qui distingue l’humain si ce n’est son intérêt pour la philosophie, les arts, la nature, etc.? Ces «connaissances inutiles» ne sont-elles pas ce qui fait la beauté de la vie?

    En passant, l’arbre de Noël n’est pas un symbole spécifiquement chrétien et vouloir le supprimer c’est du politiquement correct excessif. http://www.cyberpresse.ca/article/20071209/CPOPINIONS02/712090729/6732/CPOPINIONS

    Par contre je trouve qu’il y a un gros décalage entre ce que la société québécois est aujourd’hui (10% de pratique religieuse au gros max) et ce que les gens en disent. Je trouve ça bizarre des gens qui font baptiser leurs enfants alors qu’ils ne croient pas en Dieu et ne vont jamais à l’église. Supersition? Habitude? Conformisme social? Quant à moi je reconnais l’influence que le christianisme a eu sur moi et je cite de temps à autre des textes qui me paraissent pleins de sagesse — et ce même en dehors de toute croyance religieuse. «Bienheureux ceux qui ont soif de justice» moi ça me parle.

    Je pense qu’un cours d’éthique et d’histoire des religions bien fait, qui relève comme il se doit la place que le christianisme, le judaïsme et la spiritualité des Premières Nations ont eu, est tout à fait approprié notamment pour dissiper les préjugés et favoriser le respect et la tolérance. Les mythes (je n’emploie pas ce mot dans le sens de mensonge, à propos) de la création du monde, entre autres, se ressemblent beaucoup d’un peuple à l’autre — voir Joseph Campbell http://www.jcf.org/index2.php. On en vient à voir ce qui nous rassemble plutôt que ce qui nous sépare.

    Je pense vraiment que l’enseignement des religions doit se donner en dehors de l’école. Imaginez l’école Notre-Dame-des-Neiges avec des enfants de dizaines de groupes ethniques différents. Comment feraient-ils pour former des groupes? En tant que protestante francophone, il n’y a jamais eu suffisamment d’enfants intéressés dans une école pour qu’on donne un cours de religion protestante — et pourtant ce n’est pas une religion «exotique» au Québec! Je pense que c’est préférable que les gens se rendent à leur pagode, leur synagogue, leur gurdwara — et que le reste du temps, les enfants s’habituent à fonctionner ensemble.

  23. davidg1 said

    Je sais fort bien que cela n’a aucun rapport ici mais attachez vos tuques, ça fesse!

    Je connais un Québécois qui vit aux États-Unis depuis 10 ans et qui est professeur à Michigan State University. En octobre dernier, il était en visite à Québec et nous discutions de l’accessibilité des universités américaines.

    Je lui disais alors: “Ma famille a des revenus nettement inférieurs à la moyenne. D’aucune façon, je n’aurais été capable d’aller dans une université américaine si j’étais un américain.”

    Mon ami m’a répondu grosso modo ceci: “Ce que tu dis était vrai il y a cinq ans mais n’est plus vrai cette année. L’inaccessibilité des universités américaines est devenu un mythe. Cette année, c’est la première fois que les universités sont aussi faciles d’accès pour une famille de la classe moyenne qu’au Québec. De plus en plus, les universités américaines offrent des bourses à TOUS les étudiants provenant de la classe moyenne et qui rendent les études tout aussi accessibles qu’au Québec. Bientôt, les familles de la classe moyenne pourront envoyer leurs enfants GRATOS dans une large majorité d’universités américaines.”

    Ma réponse: “GRATOS bientôt? Je suis prêt à te croire, mais je vais tout de même vérifier ce que tu dis sur les sites internet de plusieurs universités américaines, car tes propos seraient surprenants pour la majorité des Québécois.”

    Il répondit: “Tu vas voir que j’ai raison!”

    Et nous n’avons plus parlé de ce sujet avant son départ.

    Ces derniers temps, je fais des recherches concernant la question. Et j’ai constaté que les prétentions de mon ami se vérifiaient dans la totalité des State Universities. En déduisant les bourses offertes aux étudiants des frais de scolarité nominaux (qui sont quand même très onéreux), les étudiants provenant de la classe moyenne (moins de 60 000 ou légèrement plus ou moins selon les universités) paient légèrement moins cher en 2007 leurs études que dans les universités Québécoises.

    Ce que je comprends, c’est que depuis 5 ans, les State Universities, en collaboration avec les États et des contributeurs privés, se sont unis pour réduire la charge financière pour les étudiants provenant de la classe moyenne.

    De plus, j’ai constaté que cette tendance se répandait telle une trainée de poudre dans une large majorité des autres universités, sauf dans certaines universités huppées comme Harvard (quoique même là des progrès intéressant étaient en cours) et surtout Yale (une vraie université de riches).

    Mais tout de même je trouvais que son “GRATOS” était exagéré!

    Avant-hier, j’ai envoyé à mon ami le courriel laconique suivant:

    “Salut Éric (nom fictif), ça va bien?

    Ouais, c’est juste pour te dire que tu avais raison concernant les universités américaines. Mais tu exagères avec tes universités bientôt gratos.”

    Voici sa réponse:

    “Salut David, ça va très bien. Je te l’avais dit!

    En plus tu n’es pas au courant de la nouvelle concernant Harvard?

    Regarde ça!

    http://news.monstersandcritics.com/education/news/article_1380093.php/Harvards_Christmas_present_to_the_middle_class_lower_tuition

    Suprenant hein?”

    J’ouvre ce lien et je le lis…

    PIF PAF! BANG! KABOUM! KO au premier round!

    C’EST UN BIIIIIIIIIIIIRDIE! INCROYABLE!

    Dès l’automne 2008, les étudiants provenant de familles gagnant 60 000$ ou moins pourront étudier GRATOS à HARVARD!

    Oui, oui! Harvard!

    Il est clair qu’une large majorité des universités américaines vont suivre très bientôt.

    La gratuité universitaire pour la classe moyenne et les pauvres, c’est possible au Québec. Même les américains que les néo-libéraux chérissent tant ont été capables de le faire!

    Et vlan dans les dents, bande de crosseurs néo-libéraux! Même les universités américaines que vous chérissez tant ont compris que des études universitaires accessibles, pour tous ceux qui en sont capables intellectuellement, étaient une bonne chose!

    Kin toé!

    Dites-le à vos amis des associations étudiantes!

  24. Bravo Antho et Hugo pour votre succulent article. C’est inscrit au top 10 des meilleurs articles de RW. Jacques à réussit à être d’accord avec vous… en tout cas en partie. J’aime bien les analyses de la gang. Je suis d’accord avec Jacques sur le cours en éthique qui peut prendre un virage assez attrayant.

    Pour ce qui concerne Eberhart sur le caractère religieux. Je crois que tout le monde à le droit à la liberté de culte. Mais je veux que nos institutions se dotent d’un  »bouclier » laïc. Car que nous le voulons ou pas, et c’est un fait; les extrémistes veulent nous assimiler. La meilleur exemple est qu’ils veulent l’éradication de nos coutumes pour l’instauration des leurs. Oh je viens ici de lire l’autre commentaire d’Eberhart. Et ils pensent tout à fait comme nous. Je me sens un peu gêner d’employer son commentaires en d’autres mots. Va ça revient à dire, qu’il faut de protéger des  »envahisseurs » qui ne s’adaptent pas à nous. Et il faut que nous nous adaptons à eux. C’est absurde. Pour un Québec éclairé et non aveuglé par la religion qui opprime les esprits! Bon sang!

    Pour revenir à Psycho qui dit que l’école est une force de censure totale de la vraie vie. J’ajoute que bien des réformes mènent à l’aliénation des étudiants. Il faut changer cela, et rendre l’école sous une autre image, une autre forme! Excusez mais j’ai mal au bras, je corrigeai mon livre tantôt et… Pour vous épargner ma faiblesse, je disparait alors…

  25. Cowboy said

    Phenix tient à peu près le même discours que l’ADQ, j’trouve ça drole.

  26. Je tiens mon propre discours. Serais-tu tant aveugler par tes convictions salopes et opportunistes?

    Asteure, je suis adéquiste… Ah bien c’est nouveau, vive le camarade Dumont?…. Voyons dans quel monde vis-tu?

  27. Cowboy said

    Je vis dans un monde dans lequel tu tiens le même discours vis-à-vis « l’envahisseur » que Dumont.

    Tu te dis peut-être très ouvert, mais tu déclares ouvertement ta peur et ton mépris de l’étranger

  28. t’es fou, en conclusion. J’ai peur de nul autre que personnes. Mais je regarde ceux qui veulent nous assimilé lâche moi Dumont Dude

  29. Cowboy said

    Ca fait mal de réaliser que t’as une position d’immigration pratiquement identique à Dumont?

  30. Cowboy est un stupide drogué…

  31. Cowboy said

    Je ne consomme pas de drogues à part de l’alcool, mais je suis pour une légalisation totale de toute drogue.

  32. Ah ah! Familiprix un coup parti!

  33. ysengrimus said

    Il faut de fait prendre parti clairement sur ces questions de religion

    http://ysengrimus.wordpress.com/2008/10/29/l%E2%80%99atheisme-doit-il-militer/

    On a effectivement assez trainé en la matière…
    Paul Laurendeau

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :