Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Le système électoral cubain et les mythes entourant l’île :On est bien loin de ce que prétendent les médias!

Posted by sylvainguillemette sur 21 février, 2008

 Les récentes élections tenues à Cuba pour les choix des 614 membres de l’Assemblée nationale ont été la cible d’un grand nombre de critiques dans les médias.  Le message était simple : il ne s’agissait, selon la plupart des reportages, que d’une parodie de démocratie puisqu’il n’y avait pas vraiment de choix possibles lors de ces élections.

Comme c’est souvent le cas lorsqu’il s’agit de Cuba, bien des médias ont tout simplement coupé les coins ronds et n’ont finalement gardé, pour leur reportages, que les faits qu’ils voulaient bien garder, parce que cela faisait leur affaire.  En même temps, ce qui faisait moins leur affaire, parce que cela ne cadrait pas vraiment avec leur parti pris anti-Cuba, était mis de côté.

Une fois cela dit, la réalité des choses, à Cuba, demeure pas mal différent de ce que ces reportages laissaient entendre.  À plus d’un égard, leur système électoral pourrait même être considéré comme plus avancé que le notre.

Premier mythe : les Cubains n’avaient aucun véritable choix dans ces élections.  Faux.  Il faut en effet savoir que le processus électoral, pour la détermination de qui deviendra membre de l’Assemblée nationale, se fait en plusieurs étapes.  Dans un premier temps, il faut d’abord élire ceux et celles qui composeront les assemblées municipales.

Cela se passait l’automne dernier.  Près de 55 000 candidatures furent ainsi soumises afin de combler quelques 15 236 postes, soit à peu près la moitié de tous les postes requis , à travers toutes les différentes municipalités, l’autre moitié devant être comblée par des candidats et des candidates en provenance de différentes organisations de la société civile (ex: les syndicats).    Dans plusieurs endroits, il y avait même jusqu’à huit (8) candidatures par poste !

Par la suite, c’était le rôle de chacune de ces assemblées locales de se choisir un certain nombre de représentants et de représentantes qui iraient ensuite à l’Assemblée nationale.

L’élection du 20 janvier représentait la dernière étape de ce processus, au cours de laquelle l’ensemble de la population cubain, en âge de voter (note : à Cuba, il suffit d’avoir 16 ans), avait une fois de plus la possibilité de dire son mot.  Chaque Cubain et chaque Cubaine avait en effet la possibilité, à ce point, de se prononcer sur le choix des assemblées municipales en endossant en bloc (ou non) l’ensemble des candidatures retenues.  Ils pouvaient aussi décider de ne voter qu’en faveur de ceux et de celles qu’ils ou elles voulaient.  Il faut aussi dire que le fait de voter n’est pas obligatoire à Cuba (contrairement à beaucoup d’autres pays).  D’une manière ou d’une autre, un candidat ou une candidature doit absolument recueillir au moins 50% des votes pour être déclaréE éluE.

Deuxième mythe : Seuls les membres de la « nomenklatura » au pouvoir à Cuba peuvent espérer se faire élire; finalement ce sont toujours les mêmes gens, déjà au pouvoir, qui se feraient réélire.  Encore faux.  Suite aux élections du 20 janvier, 63% des membres de la nouvelle Assemblée nationale sont des gens qui siègeront pour la première fois de leur vie.

Autre fait à noter : 43% d’entre eux sont maintenant des femmes, ce qui fait de Cuba le 3e pays dans le monde possédant le plus haut taux de participation des femmes à la vie politique.  Cela représente en même temps une nette progression sur ce qui se passait avant, puisque ce pourcentage était alors de 36%.  D’une manière ou d’une autre, c’est tout à l’honneur de Cuba.  Ici même, au Québec, on aurait encore pas mal de chemin à faire pour rejoindre Cuba à cet égard.

On notera également, qu’à Cuba, tous les députéEs peuvent être démiEs de leurs fonctions, suite à une procédure de destitution, déjà prévue dans la loi.  Aucun députéE ne reçoit de rémunération spéciale pour son travail de député (puisque les députéEs ne siègent pas tout le temps et qu’Ils continuent également, entre deux sessions du parlement, de travailler là où ils oeuvraient avant leur élection).  Les dépenses électorales sont d’autre part très sévèrement contrôlées de manière à éviter les excès et aussi éviter qu’un candidat ou une candidate puisse tirer plus avantage de sa situation qu’un ou une autre.

À l’occasion des élections du 20 janvier, les Cubains ont également élu quelques 1 400 autres  déléguéEs qui siègeront au niveau des différentes assemblées provinciales.

Le 24 février prochain, quand la nouvelle Assemblée nationale se réunira pour la première fois, les nouveaux députéEs devront commencer par décider qui formera le nouveau Conseil d’État, en même temps que le prochain président de ce conseil (qui sera en même temps le président de Cuba; jusqu’ici c’était Fidel Castro),  qui sera vice-président, qui aura la responsabilité de présider la nouvelle Assemblée nationale et, finalement, qui composera les dix Commissions permanentes de cette assemblée.

Le système cubain n’est peut-être pas parfait.  Il ne pourrait pas se calquer directement chez nous, ne serait-ce qu’à cause de la présence, ici, de nombreux partis politiques.  Ce qui n’est pas le cas à Cuba.  Les Cubains, y compris les principaux porte-parole du gouvernement, sont les premiers à reconnaître que ce système a aussi ses défauts et qu’il n’y aura jamais un système parfait.  Une fois cela dit, on demeure très loin du portrait sombre que nous donnait, encore récemment, la plupart des médias à propos de Cuba.

Des chiffres à faire réfléchir !


Tandis que le taux de participation aux élections a plutôt tendance à baisser chez nous — au niveau scolaire, c’est même en train de devenir critique avec un pourcentage qui est maintenant rendu en bas de 8% –, ce même taux continue toujours à être très élevé à Cuba, y compris lorsqu’il s’agit de choisir ceux et celles qui occuperont les fonctions électives au niveau local.

Ceux et celles qui pensent d’autre part qu’une telle différence s’explique avant tout par le fait que les Cubains n’auraient pas vraiment le choix que d’aller voter, et de choisir le ou la candidate choisi par les autorités en place, devraient lire ceci: des suites des dernières élections municipales, qui se tenaient, à la fin octobre à Cuba, un 2e tour eut finalement lieu dans 2 971 circonscriptions parce qu’aucune des candidatures n’avait  alors recueilli dans ces circonscriptions le minimum requis de 50% des votes !!!

Seulement 47% des conseillers et conseillères sortants furent d’autre part réélus dès le 1er tour. Le 2e tour vient d’avoir lieu.  Également à noter : les deux-tiers des candidats et des candidates n’étaient pas membres du Parti communiste cubain.

Le rapporteur des Nations Unies dénonce le fait que le blocus contre Cuba viole le droit à l’alimentation

JEAN Ziegler, rapporteur spécial pour le droit à l’alimentation du Conseil des droits de l’homme de l’Organisation des Nations Unies a déclaré à La Havane que le blocus économique commercial et financier imposé à Cuba par les Etats-Unis affecte en particulier le droit à l’alimentation de la population.

Le représentant spécial s’est entretenu avec le ministre des Relations extérieures Felipe Pérez Roque, au siège du ministère des Relations extérieures.

Ziegler a déclaré que la mesure coercitive nord-américaine fait que Cuba se trouve –plus que n’importe quel autre pays- dans des conditions très difficiles pour affirmer son indépendance et sa souveraineté et protéger tous ses citoyens.

Il a félicité les autorités cubaines pour leur victoire récente à l’Assemblée générale des Nations Unis, où le blocus a été condamné pour la 16e fois d’affilée, avec 184 voix en faveur de la résolution, quatre contre et une abstention.

Il a critiqué l’administration du président Georges W. Bush qui ne reconnaît pas l’existence de droits humains sociaux, économiques et culturels, et a rappelé que près de 854 millions de personnes dans le monde souffraient de la faim.

Pérez Roque a fait savoir que la présence à Cuba du rapporteur spécial du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies pour le droit à l’alimentation illustrait l’engagement du gouvernement cubain en faveur de ce mandat.

Il a également considéré que la présence de ce rapporteur spécial montrait l’attachement de l’île aux mécanismes universels des droits de l’homme non discriminatoires et non sélectifs, et sa volonté de coopérer avec le nouveau Conseil des droits de l’homme (CDH) à laquelle elle a été élue avec plus de deux tiers des voix.

Sa visite est possible notamment parce que le mandat contre Cuba a été levé à Genève, un mandat imposé par la force, sélectif et discriminatoire, que nous n’acceptons pas et que nous n’accepterons jamais, a-t-il ajouté.

Après avoir reconnu le travail sérieux de Ziegler, il a également expliqué que le pays des Caraïbes invitera l’année prochaine d’autres rapporteurs spéciaux du Conseil des droits de l’homme.

Pendant son séjour, Ziegler a visité des projets et été informé des programmes que Cuba développe pour assurer l’alimentation de la population et pour continuer d’avancer dans la construction d’une société plus juste, solidaire et équitable, malgré le blocus nord-américain qui a coûté plus de 89 milliards de dollars à notre pays depuis 45 ans.

Le ministre des Relations extérieures cubain s’est déclaré prêt à recevoir dans l’avenir d’autres rapporteurs spéciaux de l’Organisation des Nations Unies (ONU) si le traitement égalitaire et respectueux envers l’île est poursuivi, a rapporté PL.

Garcia Marquez demande la libération des Cinq

L’ÉCRIVAIN colombien Gabriel Garcia Marquez, prix Nobel de littérature 1982, a rejoint ceux qui réclament l’élargissement immédiat des Cinq anti-terroristes cubains, prisonniers politiques aux Etats-Unis depuis plus de 9 ans.

Avec Garcia Marquez et José Manuel Ramos Hora, prix Nobel de la paix et président du Timor Oriental, qui a rejoint récemment la liste des personnalités appuyant cette cause, ce sont six personnalités nobélisées qui ont apposé leur signature à l’appel diffusé le 12 octobre  par le réseau des réseaux A la défense de l’humanité, a signalé PL.

Le document exige la libération de Gerardo Hernandez, Ramon Labañino, Antonio Guerrero, Fernando Gonzalez et René Gonzalez, purgeant de longues et injustes peines auxquelles ils ont été condamnés à l’issu d’un procès truqué ayant eu lieu à Miami.

Les autres prix Nobel ayant signé le manifeste sont Nadine Gordimer et Wole Soyinka (littérature), Zhores Alfiorov (physique) et Adolfo Pérez Esquivel (prix Nobel de la paix).

Dès le début, l’appel –signé pour le moment par environ 3 300 personnalités, organisations et institutions internationales- a reçu un appui croissant.

Parmi les pays les plus représentés se trouvent les Etats-Unis, l’Espagne, l’Argentine, la France, le Brésil et d’autres pays latino-américains.

 (basé sur un article du People’s Weekly World,
le journal du Parti communistes des E.U,
paru le 2 février 2008)

*

Le site de la Table de concertation et de solidarité Québec-Cuba: http://www.solidaritequebeccuba.qc.ca/
Le site du journal Granma (en français): http://www.granma.cu/frances/index.html

Le site de Radio Habana Cuba (en français): http://www.radiohc.cu/frances/portada.htm

Le site du Parti communiste de Cuba (en espagnol): http://www.pcc.cu/pccweb/

Le site du Comité de solidarité Trois-Rivières: http://www.cs3r.org/

Le site de l’Association québécoise des Amis de Cuba: http://aqac.iquebec.com/

Le site de la Brigade Québec-Cuba: http://www.bqc.qc.ca/index.php

 

Autres informations utiles :

 

Si vous habitez Montréal, vous pouvez également syntoniser votre radio sur les ondes De Radio Centre Ville (102,3 FM) à tous les jeudis, à 15h00 pour écouter une émission produite par la Table de concertation et de solidarité Québec-Cuba, appelée : Dimension Cubaine .

 

(*) Ces organismes appartiennent tous à la Table de concertation et de solidarité Québec-Cuba, tout comme le PCQ.

Publicités

19 Réponses to “Le système électoral cubain et les mythes entourant l’île :On est bien loin de ce que prétendent les médias!”

  1. […] Original post by sylvainguillemette […]

  2. sylvainguillemette said

    En passant, tout n’est pas de moi.

  3. camaradevez said

    Merci pour les éclaircissement de la situation camarade sa fait du bien de voir des VRAIS nouvelles pour une fois . Je dit sa par rapport à la télévision …

  4. Cowboy said

    Et les prisonniers politiques du régimes castristes en pensent quoi?

  5. sylvainguillemette said

    La même chose que les prisonniers de Guantanamo, ou que les 5 cubains emprisonné aux États-Unis, ou que les nombreux prisonniers politiques états-uniens, dont on ne connait pas tous leur identité. Etc.

    Et pour ceux que les États-Unis ont tué, ils ne pensent plus à grand chose!

    T’es vraiment un grand penseur! Tu devrais y songer grandement avant de déblatérer tes inepties.

  6. carlop said

    Ça trippe tellement sur leur secte que ça compare leur pays totalitaire ou l’opposition est interdite à un pays démocratique où l’opposition est journalière et légale.

  7. carlop said

    Est-ce que vos conseillers ont le droit de s’opposer dans votre système totalitaire bien aimé?

    Un simulacre de démocratie.

  8. Cowboy said

    Ils ont le droit de s’opposer, la gang de Castro a aussi le droit de les abattres le lendemain et de jeter leur corps dans la jungle, c’est un coin plein de libertés et de droits.

  9. internationaliste said

    Pour votre information il y a des groupes de dissidents qui s’expriment librement à Cuba et qui disent tout le mal qu’ils veulent de Castro.

    Dans nos chères « démocraties » occidentales quand le pouvoir se sent menacé il n’hésite pas à recourir à la répression (Loi du Cadenas, Loi des mesures de guerre, etc).

  10. sylvainguillemette said

    « carlop a dit:
    22 février, 2008 à 11:11 e

    Ça trippe tellement sur leur secte que ça compare leur pays totalitaire ou l’opposition est interdite à un pays démocratique où l’opposition est journalière et légale. »

    -Aux États-Unis, l’opposition à la guerre a mené les DixieChicks au trou, le français ont vu leurs vins se vider dans les rues, leurs frites changées de nom,etc. Les premiers manifestants anti-guerre en Irak aux États-Unis, furent tirés par des balles de bois au visage et partout sur leur corps, des photos sont disponibles sur http://www.ogrish.com. Ils ont aussi eu droit à une nuit ou deux en prison. Quiconque a critiqué Bush, a vu sa carrière en prendre un bon coup, alors que d’autres moins connus, ont eu droit à la visite des agents de la CIA e du FBI. Etc.

    Quand les droitistes n’aiment pas la réalité, ils en inventent une autre, comme pour les changements climatiques.

    Quand à Harper, ici même au Canada, il musèle les scientifiques sur la question des changements climatiques et ces deniers s’en sont plaints. Par ailleurs, vous pourrez en entendre des représentants à la radio-centre-ville, très bientôt (sur les sables bitumineux).

    Vraiment, tu aurais dû donner un autre argument! Dire que Harper, tout comme toi, disait que les changements climatiques n’étaient qu’un complot socialiste! Assez ironique que ce soit toi qui dise ça!

    « carlop a dit:
    22 février, 2008 à 11:12 e

    Est-ce que vos conseillers ont le droit de s’opposer dans votre système totalitaire bien aimé?

    Un simulacre de démocratie. »

    -Je travaille dans deux partis politiques (PCQ-QS), plus démocratiques que tous les autres partis du Québec et du Canada réunis. Nous n’avons pas de gourou suprême (chef comme Mario Dumont qui, du revers de la main, peut balayer les décisions prises démocratiquement dans les congrès), comme c’est le cas pour à peu près tous les partis du Québec, les plus connus en tout cas! La démocratie est donc bien plus présente qu’à l’ADQ/équipe Mario Dumont, qu’au PLQ et qu’au PQ.

    Et c’est encore plus ironique que toi, tu parles de démocratie alors que tu soutiens la dictature de Hamid Karzaï en Afghanistan, installé par les armes des troupes impérialistes de la coalition de pilleurs de ressources humaines et naturelles. Hypocrite!

    « Cowboy a dit:
    23 février, 2008 à 3:45 e

    Ils ont le droit de s’opposer, la gang de Castro a aussi le droit de les abattres le lendemain et de jeter leur corps dans la jungle, c’est un coin plein de libertés et de droits. »

    -Où es-tu allé pêcher pareilles sottises? T’as des preuves de ça le menteur? Grand démagogue…

  11. sylvainguillemette said

    Castro a fait plus que tous les capitalistes réunis et ce, en seulement une cinquantaine d’années! Pitoyable!

    Vive le socialisme! De tout façon, votre système sectaire est mort né. Tant pis pour les autruches!

  12. carlop said

    Encore une fois, tu nous en reparleras dans 50 ans.

  13. sylvainguillemette said

    Il manque quelques années, moins de 5 ans. C’est déjà fait, crétin.

    Toi, tes idoles, n’ont fait que des misères humaines. Ta place est dans un hôpital psychiâtrique, tu prends tes réalités sectaires pour des faits. Bush est un génocidaire, tueur de masse. Harper est un gros cochon de pollueur avec ses sables d’Alberta, c’est un terroriste écologique, je l’accuse.

  14. Cowboy said

    Vous avez vu les belles élections démocratiques qui vient d’y avoir à Cuba pour choisir le nouveau monarque?

    Moi non plus, j’ai juste vu un passage des pouvoirs familiaux.

  15. sylvainguillemette said

    Oui je l’ai vu, et les médias internationaux aussi l’ont vu. Il y a eu vote, et la seule raison pour laquelle j’espérais que Raul ne se présente pas à cette élection, c’est à cause des types comme toi. J’avais entrevu vos attaques, mais dans les faits, monsieur Castro a bel et bien été élu démocratiquement.

    C’est drôle de te voir aller, on a vu la semaine dernière, toute la limpidité du gouvernement impérialiste et terroriste* que tu soutiens. Essayer d’acheter le vote d’un député indépendant, sur le point de mourir… Et le reste…

    *: Le gouvernement conservateur canadien de Stephen Harper, tuera plus d’êtres vivants, dont les humains, qu’Al-Qeada n’en tuera jamais, grâce aux sables bitumineux polluants et l’ensemble des industries pétrochimiques.

    Le système de Cuba permet d’avoir un système de santé qui, sur une comparaison/accessibilité, se retrouve loin devant les autres. Nomme-moi Jean-François Grenier, un autre pays qui peut envoyer des dizaines de milliers de médecins sans frontières et préjugés, même prêts à soigner ses bourreaux (L’ouragan Katerina, Cuba avait offert 1500 médecins en aide immédiate, Bush a bien sûr refusé l’aide du « méchant pays socialiste ».).

    Nomme-moi un autre système qui permet l’éducation universelle jusqu’à l’université.

    Allez, patines, jusqu’ici, c’est ce à quoi t’es le meilleurs. Et je te rappelle, Raul a été élu démocratiquement, ne t’en déplaise. Les cubains veulent des changements, mais toujours dans le socialisme. Ils n’en veulent pas de ton système suicidaire avec de vraies oligarchies, ils y ont de toute façon déjà goûté avant la révolution, sous Batista. L’opposition cubaine à Miami, ce ne sont que les nostalgiques de Batista, l;es enfants des bourgeois qui avaient autrefois, le droit d’exploiter le peuple et ils ne s’en sont jamais privé de ce droit, renseignes-toi, retournes au livres d’histoire et vas faire ta morale ailleurs.

  16. sylvainguillemette said

    http://pourquedemainsoit.wordpress.com/2008/03/02/corrompu-un-jour-corrompu-toujours/

  17. sylvainguillemette said

    Le grand révélateur Jean-François Grenier, détenteur de la vérité absolue, défendeur de terrorisme et des dictatures, pseudo-scientifique à ses heures se permettant de remettre question le jugement des scientifiques, soutient aussi cette bande de corrompus de conservateurs terroristes et impérialistes.

    Le gouvernement conservateur est un gouvernement d’incompétents à la solde des bourgeois. Autrement dit, le parti conservateur, n’est qu’un mercenaire, une pute. Voilà ce que soutient, le garçon vache, alias Jean-François Grenier.

    On te l’a déjà dit, vas faire ta morale ailleurs, tu ne fais tout simplement pas le poids. Tu n’as aucun argument. Vas jouer à Halo3 et ou bricoler tes robots qui vont malheureusement remplacer le prolétaire pour les seuls intérêts du bourgeois et non pour le bien de chacun des travailleurs qui se fatiguent, se blessent ou se tuent pour engraisser des parasites minoritaires bourgeois.

    Ton système capitaliste, c’est d’abord un suicide collectif, ensuite une échelle mythique où le bourgeois, minoritaire et parasitaire, vit dans la luxure sur le dos des employés, des travailleurs, des prolétaires. Prouves-moi le contraire ou tais-toi.

  18. sylvainguillemette said

    Je vois que tu n’as toujours pas affiché tes contestations des études du G.I.E.C., alors que fais-tu encore ici? Je t’ai demandé de me prouver que les études du G.I.E.C. formant consensus autours de ces points;

    -Il y a un réchauffement climatique.
    -L’être humain a une responsabilité dans ce réchauffement.

    Il y a plus de 2600 études, t’as du boulot, du pain sur la planche.

    Reviens vite nous voir, on va s’ennuyer!

  19. sylvainguillemette said

    « autours de ces points »,ajoutez « sont biaisés » après les « -« .

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :