Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Archive for 20 mars 2008

Le « peuple juif » : une invention

Posted by sylvainguillemette sur 20 mars, 2008


 

Par Tom Segev

 

La Déclaration d’indépendance d’Israël dit que le peuple juif est né sur la terre d’Israël et a été exilé de son pays natal. Chaque écolier israélien apprend que cela s’est passé pendant la période de domination romaine, en 70 après J-C.. La nation est restée fidèle à sa terre, à laquelle elle a commencé à revenir après deux millénaires d’exil. Faux, dit l’historien Shlomo Sand, dans l’un des livres les plus fascinants et stimulants publiés ici depuis longtemps. Il n’y a jamais eu de peuple juif, seulement une religion juive, et l’exil non plus n’a jamais eu lieu – il n’y a donc pas eu de retour. 

 

Source : Haaretz

 

Article original publié le 1er Mars 2008

 

Sand rejette la plupart des histoires de la formation de l’identité nationale dans la Bible, y compris l’exode d’Égypte et, de façon plus satisfaisante, les horreurs de la conquête sous Josué. Tout cela est de la fiction et un mythe qui a servi d’excuse à la création de l’État d’Israël, affirme-t-il.

 

Selon Sand, les Romains n’ont généralement pas exilé des nations entières, et la plupart des Juifs ont été autorisés à rester dans le pays. Le nombre de ces exilés a été tout au plus de quelques dizaines de milliers. Lorsque le pays a été conquis par les Arabes, beaucoup de Juifs se sont convertis à l’Islam et ont été assimilés parmi les conquérants. Il s’ensuit que les ancêtres des Arabes palestiniens étaient des Juifs. Sand n’a pas inventé cette thèse, 30 ans avant la Déclaration d’indépendance, celle-ci a été endossée par David Ben Gourion, Yitzhak Ben-Zvi et d’autres.

 

Si la majorité des Juifs ne se sont pas exilés, comment se fait-il qu’un si grand nombre d’entre eux a atteint presque tous les pays sur la terre? Sand affirme qu’ils ont émigré de leur propre gré, ou, s’ils étaient parmi ceux exilés à Babylone, ils y sont restés par choix. Contrairement à une croyance conventionnelle, la religion juive a tenté d’inciter les membres d’autres confessions à devenir Juifs, ce qui explique comment on en est venu à compter des millions de juifs de par le monde. Comme le Livre d’Esther, par exemple, le note : «Et la plupart des gens du pays sont devenus Juifs, par crainte que les Juifs ne les attaquent. »
Sand cite de nombreuses études existantes, dont certaines ont été écrites en Israël, mais évacués du discours central. Il décrit également en détail le royaume juif de Himyar, dans le sud de la péninsule arabique et les juifs berbères en Afrique du Nord. La communauté des Juifs d’Espagne était issue d’Arabes devenus juifs et arrivés avec les forces qui capturèrent l’Espagne des Chrétiens, et d’individus nés en Europe qui étaient aussi devenus juifs.

Les premiers Juifs d’Ashkenaz (l’Allemagne) ne provenaient pas de la terre d’Israël et ne sont pas parvenus en Europe de l’Est d’Allemagne, mais étaient devenus des juifs dans le royaume khazar dans le Caucase. Sand explique les origines de la culture yiddish: ce n’était pas une importation juive d’Allemagne, mais le résultat de la connexion entre la lignée des Khazars et des Allemands ayant voyagé vers l’Est, dont certains en tant que marchands.

 

Nous constatons donc que les membres d’une variété de peuples et de races, blonds et noirs, bruns et jaunes, sont devenus des juifs en grand nombre. Selon Sand, le besoin des sionistes de s’inventer une ethnicité partagée et une continuité historique a produit une longue série d’inventions et de fictions, ainsi que le recours à des thèses racistes. Certaines ont été concoctés dans l’esprit de ceux qui ont conçu le mouvement sioniste, tandis que d’autres ont été présentées comme les conclusions d’ études génétiques menées en Israël.

 

Le professeur Sand enseigne l’histoire à l’université de Tel Aviv. Son livre, «Quand et comment le peuple juif a-t-il inventé? » (publié par Resling en hébreu), est destiné à promouvoir l’idée selon laquelle Israël doit être un «État de tous ses citoyens » – Juifs, Arabes et autres – en opposition à son identité déclarée comme un État « juif et démocratique » état. Des histoires personnelles, une longue discussion théorique et une profusion de sarcastiques phrases assassines n’aident pas le livre, mais ses chapitres historique sont bien écrits et citent de nombreux faits et idées que de nombreux Israéliens seront étonnés de lire pour la première fois.

 

Traduit par Fausto Giudice, membre de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique. Cette traduction est libre de reproduction, à condition d’en respecter l’intégrité et d’en mentionner l’auteur, le traducteur, le réviseur et la source.

 

URL de cet article sur Tlaxcala : http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=4781&lg=fr

Posted in Article | 23 Comments »

Reporters Sans Frontières, la face cachée

Posted by sylvainguillemette sur 20 mars, 2008

L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) a décidé
de retirer à l’ONG française propagandiste mensongère, (RSF) Reporters sans frontières, la codirection du « Jour pour la liberté » sur la toile.

L’agence Prensa latina fût avertie par des sources diplomatiques de l’UNESCO, que l’organisme de l’O.N.U. avait pris cette décision, à cause entre autre, du manque d’éthique flagrant et répétitif du paravent de la C.I.A.., dans sa campagne propagandiste contre les pays en voie de développement, mais surtout, à tendance socialiste!

Selon plusieurs organes médiatiques, l’évidente connivence entre RSF et la C.I.A., les agissements de RSF démontrant de façon flagrante ces faits, ne correspondent en rien aux buts visés par l’UNESCO. Ce dernier trouve que RSF agit de façon sensationnaliste, en voulant d’abord jouer un rôle de tribunal d’inquisition face aux pays en voie de développement, mais toujours surtout, les pays à tendance socialiste!!

Pour ces raisons et l’ensemble des agissements de l’ONG française anti-démocratique et à tendance complotiste, l’UNESCO a décidé de mettre fin, définitivement, à ses relations avec celle-ci.

Rappelons que RSF fût accusé (prouvé) d’entretenir des liens étroits avec la C.I.A., laquelle joua aussi un grand rôle dans le coup d’état contre Hugo Chavez en 2002. RSF soutenait à cet instant, RCTV, une chaîne utilisant le terrorisme médiatique, qui appelait à l’assassinat d’un président démocratiquement élu! Ironique non?

Cette ONG s’attaque aujourd’hui à « cybercensure », mais curieusement, comme le soulignent certains diplomates désirant préserver leur anonymat, aucun pays occidental n’apparaît sur la liste noire de RSF, un peu comme l’Axe du Mal de George Bush. RSF préfère plutôt concentrer ses efforts contre les pays en voie de développement, du tiers monde, mais encore surtout, à tendance socialistes!!!

Jean-Guy Allard, un journaliste québécois, a révélé à maintes reprises, les évidences. RSF recevait des subventions de la NED (National Endowment for Democracy), une agence paravent de la C.I.A.. Monsieur Allard a même prouvé qu’il existait des liens entre RSF et des agents « overt », avoués, de la CIA. L’Union européenne a également versé plus d’un million d’Euros en 2005, à RSF.

RSF prétend toujours bénéficier de l’appui de l’UNESCO, or, cela n’est que mensonge. L’organisation de la campagne lancée par RSF (Cybercensure), se retrouve dans les faits financée par Saatchi & Saatchi, à New-York. Il s’agit d’une filiale de la multinationale Publicis, la 4e en importance dans le monde. Parmi ses clients se retrouvent; Citibank, General Motors, Philip Morris, Mc Donald’s, Heinz, Coca-Cola, Visa, Toyota, Johnson & Johnson, General Mills, mais le pire reste à venir! L’armé états-unienne!

Et par-dessus tout, RSF prétend, sous la forme d’ONG, défendre la liberté d’opinion! Mais quoi encore?!?

Source: Prensa latina et Jean-Guy Allard. Traduit de l’espagnol par Jacques Lanctôt.

Posted in Article | 20 Comments »