Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Le retour d’Elian Gonzales

Posted by sylvainguillemette sur 18 juin, 2008

Vous rappelez-vous de ce jeune homme, Elian Gonzales, qui avec sa mère, avait effectué le dangereux périple, au péril de sa vie, de Cuba à Miami? En fait, il serait plus juste de dire que c’est sa mère, une opportuniste aliénée, qui l’avait amené de force au pays des exploités, où ces prolétaires apprivoisés et dociles, vénèrent leurs bourgeois comme nulle part ailleurs. Et parmi les clandestins, sur 14 embarqués, seulement 3* purent survivre à la traversée. Peu importe, Elian vit aujourd’hui avec son père, à Cuba.

Aujourd’hui, le jeune Elian a intégré l’Union des jeunes communistes à Cuba, laquelle ne compte pas moins de 18 000 étudiants. Pour le père d’Elian, Juan Miguel Gonzalez, ayant lui même été étudiant dans l’UJC, il s’agit tout simplement du plus cadeau de la fête des père qu’un père pouvait recevoir. Ça lui rappelle d’ailleurs sa propre entrée dans l’UJC. «On m’a demandé un jour si Elian, une fois plus grand, ne déciderait pas de quitter le pays. J’ai alors répondu que je ne le pensais pas, pour deux raisons essentielles, pour l’éducation que m’ont donné mes parents et que j’ai transmise à mon fils, et pour sa propre histoire, car il serait incapable de trahir son peuple qui a tant lutté pour lui.» a commenté son père.

Elian Gonzales dans des déclarations citées par le journal Juventud Rebelde : «Nous disons au leader de la Révolution, Fidel Castro, et au président Raùl Castro, qu’ils peuvent compter sur cette troupe expérimentée, que nous suivrons leur exemple et que nous ne les décevrons jamais.»

Ainsi, avec cette relève toute jeune et déjà instruite, gratuitement, soulignons-le, le peuple cubain peut compter sur les éléments pro-actifs de la révolution socialiste qui depuis 1959, font de Cuba une place privilégiée parmi les trop nombreux pays du tiers-monde. Rappelons que depuis les années 60-70, déjà, les cubains pouvaient se vanter de ne pas présenter de statistiques aussi déplaisantes et gênantes que celles des autres pays en voie de développement.

Avec un taux de natalité identique à celui du Canada, avec une longévité comparable à celle du Canada, avec ses soins universels gratuitement donnés au pays et ailleurs dans le monde, avec l’accessibilité à l’éducation universelle jusqu’aux études supérieures, Cuba se démarque même de certains pays dits modernes. Toutefois, même dans un pays où l’exploitation de l’être humain par ses semblables est en voie de disparition, il y a tout de même, fort à faire. Le combat ne s’arrête jamais, la révolution y est permanente.

Même avec les récentes américanisations** offertes aux cubains, Cuba n’en n’est pas moins sur la bonne voie, sauf peut-être sur la question de la viabilité de ce système face aux ressources naturelles terriennes. Mais on ne peut comparer celui-ci avec celui, auto-destructeur, des nord-américains, aucune comparaison n’est possible, sauf peut-être quant aux accessibilités des droits universels qui sont bien entendu à nos yeux; le droit de manger, d’avoir un toit sur la tête, le droit à l’éducation et à une bonne santé, peu importe le travail effectué par le prolétaire. Et si l’on compare ceux-ci avec les priorités de Washington, les États-Unis sortent vite perdants de la course!

Avec Elian Gonzales et ses semblables, Cuba s’assure d’un avenir progressiste, socialiste, voire communiste.

*Washington, malgré l’effrayant nombre de morts aux traversées, continue d’inviter les cubain à en faire autant que leurs défunts camarades, dans le seul but de titiller la révolution socialiste qui en 1959 et après, a su botter le gros derrière impérialiste états-unien hors de Cuba.

**Il est important de noter que les salaires ne sont plus égaux depuis belle lurette et que la fermeture aux appareils électriques, en était une de stratégie énergétique. À l’époque, Cuba avait d’autres priorités (santé, éducation) et ne pouvait pas se permettre d’augmenter la demande énergétique. Les récents changements sont apportés en ce sens, grâce à une meilleure offre de l’énergie. Chaque chose en son temps.

Publicités

31 Réponses to “Le retour d’Elian Gonzales”

  1. quebecsocialiste said

    Je suis bien heureux de voir que ce p’tit gars a retrouvé son père. Il sera heureux à Cuba au moins. Sa mère devait vraiment se crisser de lui pour lui faire franchir la mer sur un radeau, tout cela pour arriver à Miami, l’une des villes les plus violentes des USA. Au cas ou il prendrait l’envie à certains droitistes de défendre cette mère indigne, sachez que par chez nous (et par le reste du monde également), ce qu’elle a fait s’appelle un kidnapping.

  2. simongibran said

    @Québecsocialiste

    Je te trouve un peu sévère avec la mère d’Élian. Je suis persuadé que cette femme voulait le bien de son fils. Était-ce responsable de mettre la vie de son fils en péril dans ue traversée aussi hasardeuse et était-ce morale de le kidnapper pour lui offrir ce qu’elle croyait (à tort ou à raison) être mieux? Non mais je suis sur qu’elle croyait bien faire. Comme disent les chrétiens, le chemin de l’enfer est pavé de bonnes intentions.

  3. quebecsocialiste said

    J’avous que j’ai peut-être été sévère, mais n’empêche que je crois avoir raison en disant qu’emmenner son enfant sur un radeau à travers la mer pour se rendre vers un avenir incertain n’est vraiment pas ce qu’on pourrait appeller « du grand jugement ».

  4. simongibran said

    Salut QS

    Je suis tout à fait d’accord avec toi, cette mère n’a pas fait preuve de grand jugement (elle a failli tuer son fils). Toutefois une mère qui manque de jugement n’est pas synonyme d’une mère qui ne tient pas à son fils. Même que dans son cas, il a fort à parier que c’est justement parcequ’elle tenait à son fils qu’elle a poser une tel geste. Je pense qu’elle a mal agi, mais ce n’était pas par manque d’amour filiale.

  5. malgré l’effrayant nombre de morts aux traversées

    Mais quoi? Seriez-vous en train d’avouer qu’il y a un « effrayant nombre » de personnes qui essaient de quitter ce paradis qu’est Cuba?

    Incohérence, incohérence. Quel comique ce Guillemette.

    En plus, il réussit à lier les sujets de la « fin du monde environnementale est à 7 heures » avec celui d’un jeune brainwashé cubain. Pas fort.

  6. internationaliste said

    Bien sûr et les gusanos terroristes de Miami ne sont pas brainwashé du tout avec toutes les attaques qu’ils ont mené en sol cubain et aussi à l’extérieur de Cuba contre les partisans de la révolution cubaine.

  7. marcbeausejour said

    @JSP

    Relie ton commentaire. Penses-y 10 secondes. Essaie d’oublier que c’est le tiens. Essaie d’oublier tes propres opinion sur le sujet. Relie ton commentaire et pose-toi la question suivante, est-ce vraiment logique ? Votre commentaire n’est que paralogisme par-dessus paralogisme : conclusion hâtive, ad hominem, paralogisme du «hareng fumé», déformation lexicale et j’en passe. De plus, est-il vraiment constructif?

    Vous avez le droit à vos opinions, je vous encourage à nous les partagés, mais soyez le plus critique possible s’il vous plait. Vous auriez pu amener votre idée avec plus de respect et de qualité d’argumentation avec un texte ressemblant à ceci.

    « Personnellement, cela m’amène à me poser la question suivante ? Pourquoi tant de Cubains prennent le risque de leur propre vie pour aller au États-Unis ?»

    Si j’ai bien saisit voilà votre véritable interrogation, à cela je tenterai de répondre aux mieux de mes connaissances.

    Il y a effectivement un effrayant nombre de mort, selon moi, 10 morts c’est effrayant, ( votre argumentation est fondée sur le sens que vous donné vous même a un effrayant nombre de mort, dont vous avez tronqué la partit essentiel, «effrayant nombre», et «effrayant nombre de mort» n’est pas du tout la même chose !!! )

    Et voila, je ne connais pas statistiquement le taux de tentative d’exil de Cubain par année, mais je peux dire que les gens sont tenté par un rêve, celui de vivre comme la majorité des résident des pays riches du Nord, par contre, il est impossible pour les 6 milliards d’êtres-humains de vivre comme la moyenne américaine, il n’y a pas assez de ressources !!! En effet, malgré la difficulté d’une telle estimation, certains chercheur européens ont estimée qu’il y a assez de ressource sur terre pour 11 milliards d’être humains, géniale nous pouvons encore faire des enfants en bon nombres, par contre, ces même chercheur avance également qu’il n’y a pas de ressource pour plus de 700 millions (estimation la plus généreuse) «d’occidentaux» ( de bourgeois ). ( source : Albert Jaquard (1995)J’accuse l’économie triomphante. p.11 /c’est hors sujet mais je vous le conseil fortement !/ )

    Ils partent à la quête du rêve nord-américain, Cuba est un pays conscient et raisonnable. Il est possible qu’un pays de 11 millions de personnes est quelques personnes ne partageant pas l’avis de la majorité. Je m’inquiéterai vraiment lorsque des dizaines de milliers de cubains partirons aux États-Unis.

  8. sylvainguillemette said

    Simon et QS, entièrement d’accord avec vous. Je ne doutes pas une seconde de l’amour que la mère puisse avoir pour son fils, seulement, elle a quand même été attirée par l’appât du gain, par la propagande états-unienne mensongère. C’est purement égoïste envers son peuple, cubain, et opportuniste à souhait. Elle est quand même coupable de trahison envers Cuba, elle appuie donc un État terroriste qui a non seulement terrorisé une grande partie de la planète, mais qui a terrorisé son propre pays depuis près de 50 ans.

    Quant à vous monsieur Saint-Pierre le pro-terrorisme contre Cuba*, soyez logique. « malgré l’effrayant nombre de morts aux traversées » (par traversée)

    Monsieur Saint-Pierre cherche des poux où il n’y en a pas, au lieu de se regarder le nombril qui en est plein. Monsieur Saint-Pierre omet également de parler de la loi d’ajustement de Washington, laquelle encourage même le terrorisme contre Cuba en donnant des primes et des passe-droits au cubains commettant l’odieux. Bref, ils chassent les mexicains et les tuent dans le désert, où les yeux du gouvernement sont fermés, mais d’un autre côté, pour contrer la révolution socialiste, ils encouragent le terrorisme et accueillent les cubains le commettant avec des primes!

    Et encore, Cuba a n’est pas comparable aux autres pays du tiers-monde, aucunement et ce, depuis déjà les années 1960-1970 Ils mangent à leur faim grâce aux réformes, ils ont une éducation universelle, ainsi que le droit d’être soigné gratuitement. Avant 1959, seuls les bourgeois et les privilégiés, des lèche-cul de bourgeois dans le fond, avaient ces droits fondamentaux. Depuis 1959, le pouvoir ne cesse de se décentraliser, parfois avec des échecs, mais qui sont vite corrigés.

    Le pro-terrorisme qu’est Jacques Saint-Pierre oublie de dire que même les États-Unis, risquent de se doter, enfin, d’un système de santé public et universel. Ils parlent déjà de rendre les universités universelles également. C’est dire à quel point les idées de Cuba ne sont pas si moches que ça, si les états-uniens les demandent à leur tour!

    Cré Saint-Pierre! Hypocrisie, incohérence et égoïsme, quand vous me tenez!

    *Cuba a subit le terrorisme des États-Unis et le subit encore. C’est un fait historique indéniable. Les fermes et les usines ont été bombardées au NAPALM, ainsi que les fermiers. Ensuite, le sabotage, Luis Possada Carriles, etc..

  9. sylvainguillemette said

    Quant à la fin du monde monsieur Saint-Pierre, je ne l’annonce pas, je me contente de répéter les dires des scientifiques, c’est bien assez inquiétant comme ça. Vous avez vous, choisi de faire confiance aux républicains, aux conservateurs et aux prophètes anti-kyoto, c’est justement, votre choix. N’embêtez pas ceux qui croient à la science et allez faire un tour à l’eucharistie avec votre copain de longue date Durandal. D’ailleurs, vous avez plusieurs trucs en commun, comme l’appui au terrorisme d’Israël et des États-Unis.

    Le jeune cubain est un espoir pour l’avenir, comme ses camarades qui ne défendent que le défendable, tout le contraire de vous. Elian Gonzales ne risque pas de défendre le terrorisme, la dictature bourgeoise, la torture, la possession d’ADM et leur utilisation sur des civils, la pollution massive et abusive, l’exploitation de quiconque par quiconque, les invasions militaires de pays souverains et j’en passe… Bref, il ne risque aucunement de vous ressembler!

  10. @marcbeausejour
    «Et voila, je ne connais pas statistiquement le taux de tentative d’exil de Cubain par année, mais je peux dire que les gens sont tenté par un rêve, celui de vivre comme la majorité des résident des pays riches du Nord, par contre, il est impossible pour les 6 milliards d’êtres-humains de vivre comme la moyenne américaine, il n’y a pas assez de ressources !!!»

    – Je suis entièrement d’accord avec toi. C’est dommage, mais il est vrai que notre «modèle» est non-viable pour l’humanité en entier. C’est nous qui devrions commencer par réduire notre consommation, car elle nous mène tout droit vers un suicide collectif. Il suffit juste de regarder les prix du pétrole …

  11. sylvainguillemette said

    Attendez de voir la crise de l’eau potable.

  12. @marcbeausejour

    Je vous invite de faire de même avec votre commentaire, vous constaterez qu’il est paternaliste et un peu condescendant.

    Ceci dit, je réfléchis toujours aux commentaires que je laisse ici ou ailleurs, et celui dont vous discutez est particulièrement à propos. Que RWatch ne cesse de vanter les mérites de Cuba, je peux gérer. Mais qu’ils tentent ensuite de faire croire que le jeune en question ai pu faire ce choix de façon consciente et sans influence extérieure est d’une effarante naïveté.

    Et que vous me citiez Jaquard comme représentatif des bourgeois occidentaux me laisse assez froid. Il existe peu de « chercheurs » aussi biaisés. Je dirai toutefois ceci en sa faveur: avant de s’adonner aveuglément à la gaucherie, il a au moins fait un geste décent: il s’est prononcé contre la commercialisation du génome humain, geste sensé s’il en est un.

    « Je m’inquiéterai vraiment lorsque des dizaines de milliers de cubains partirons aux États-Unis » dites-vous.

    Eh bien, j’ai de petites nouvelles pour vous:

    « According to some sources between 1959 and 1999, 1,079,000 Cubans migrated to different countries. Today, the total Cuban population residing abroad is estimated to be above 1,400,000 people. The U.S. 1990 census registered 1,043,932 people of Cuban origin, while in the 2000 census that number totalled 1,241,685, 48.4% men and 51.6% women. Cubans represent 0.4% of the U.S. population and 4.0% of the Hispanic population living in the U.S »

    Source: International Migrations in Cuba: persinting trends and changes, Rolando García Quiñones
    Director del Centro de Estudios Demográficos (CEDEM), Cuba

    Ce ne sont pas des dizaines de milliers, ce sont des centaines de milliers, près d’un million et demi, cher ami. Alors ravalez votre propagande de bas étages.

    Vos discours moralisateurs, réservez les donc aux millions de Cubains qui n’ont pas trouvé le moyen de quitter cette « paradisiaque prison » que Fidel leur a préparé et dans laquelle Raùl leur jette quelques nannanes… Ce n’est pas en tentant de dénigrer l’Occident que vous allez me convaincre que les pays du tiers-monde sont meilleurs simplement parce qu’ils sont communistes et équipés d’un despote.

  13. internationaliste said

    Pour ton info St-Pierre Cuba n’est pas le seul pays du Tiers-Monde dont des citoyens ont émigré vers d’autres pays. Quant tu regardes les conditions de vie dans les pays capitalistes d’Amérique Latine avec les bidonvilles, la malnutrition et l’analphabétisme on peut facilement trouver que les Cubains, malgré les problèmes de leur société, sont en bien meilleure posture.

    Dans les pays de l’Est depuis la restauration du capitalisme c’est la catastrophe sur le plan social au point que l’espérance de vie a diminué en Russie. Et les gens sont de plus en plus nombreux a regretté les acquis sociaux qu’ils ont perdu.

    Quant à Albert Jacquard il n’est pas plus biaisé que toi et tes héros.

  14. anonymement said

    Internationaliste a dit : Quant à Albert Jacquard il n’est pas plus biaisé que toi et tes héros.

    En fait, il l’est probablement autant car en réalité tout est biaisé et l’information purement objective n’existe pas. La neutralité n’existe pas dans le discours car tous et toutes défendent des positions et il n’y a rien de mal à faire cela je crois.

  15. internationaliste said

    Tu devrais adresser ton commentaire à St-Pierre.

  16. sylvainguillemette said

    Le pro-terrorisme et nostalgique de l’époque Batista (JSP) omet de dire, quant à la conscience du jeune Gonzales, que les médias capitalistes à Washington lui ont fait dire, au petit: « Daddy, i don’t want to go back to Cuba » Or, il a été ensuite prouvé que les médias étaient derrière le coup, et que Washington avait eu son mot à dire sur cette entrevue bidon!

    http://images.google.ca/imgres?imgurl=http://www.nndb.com/people/574/000025499/elian-gonzalez-sized.jpg&imgrefurl=http://profile.myspace.com/index.cfm%3Ffuseaction%3Duser.viewprofile%26friendID%3D3393726&h=255&w=280&sz=26&hl=fr&start=23&tbnid=hxNesodwNi5p_M:&tbnh=104&tbnw=114&prev=/images%3Fq%3Delian%2Bgonzales%26start%3D21%26gbv%3D2%26ndsp%3D21%26hl%3Dfr%26sa%3DN

    C’est normal, JSP a la mémoire courte, ou plutôt, sélective! Il n’ouvre les yeux que sur ce qui lui plaît et les ferme à toute opposition idéologique.

    JSP qui nie les changements climatiques qui remet en question les propos de Jaquard, on aura tout lu. Tiens, je vais aller chier sur le spécialiste de la climatisation, je m’y connais sûrement mieux que lui, même si je n’ai aucune foutue notion sur le thème.
    Pourquoi ne prendrais-je pas ma journée pour aller montrer aux cultivateurs à cultiver? Bande d’incompétents! Cré Saint-Pierre! Le spécialiste de toute cause!

    « “According to some sources between 1959 and 1999, 1,079,000 Cubans migrated to different countries. Today, the total Cuban population residing abroad is estimated to be above 1,400,000 people. The U.S. 1990 census registered 1,043,932 people of Cuban origin, while in the 2000 census that number totalled 1,241,685, 48.4% men and 51.6% women. Cubans represent 0.4% of the U.S. population and 4.0% of the Hispanic population living in the U.S” »

    Le 3/4 est parti après 1959, dont les bourgeois et ceux qui croyaient, en vain, au rêve états-unien! Aujourd’hui on re trouve ces mêmes cubains chez Wal-Mart ou au McDo du coin, sauf bien sûr, ces sales bourgeois nostalgiques de Batista! Car sous Batista, ce dictateur soutenu par Washington, les bourgeois étaient tous très à l’aise, tenant même en esclavage les cubains plus foncés, issus jadis, de pays africains. Sous Batista, 90% des propriétés privées appartenaient à des intérêts états-niens. 60% des terres arables étaient détenues par Washington. Washington supportait les répressions violentes de Batista, lorsque les ouvriers des sucrières manifestaient. Etc..

    Ce que défend ce monstre de pro-terrorisme, JSP, c’est l’indéfendable, comme toujours! La routine…

    « Ce ne sont pas des dizaines de milliers, ce sont des centaines de milliers, près d’un million et demi, cher ami. Alors ravalez votre propagande de bas étages. »

    Bon débarras! Des opportunistes en moins, des égoïstes en moins, des bourgeois en moins, où est le problème? Ce sont les vermines qui se sont poussées, et les parasites minoritaires nostalgiques de la dictature de Batista.

    Cher(e)s lectrices, lecteurs, JSP défend même l’ancienne dictature des Somosa qui, au Nicaragua, a perduré plus de 45 ans! Quand les sandinistes ont renversé cette dictature, avec Ortega à leur tête, Ronald Reagan a financé une armée de tueurs à gage, les Contras qui, eux, voulaient également le retour de la dictature des Somosa. Mais le comble, c’est que ces sales hypocrites de conservateurs et de républicains, comme JSP, ont parlé de « démocratie » et de « liberté », parlant de la dictature défunte. C’est dire à quel point JSP n’est qu’un sale hypocrite nostalgique de la dictature de Batista. JSP soutient aussi le massacre ayant été porté à des dizaines de milliers, le nombre de morts en Amérique latine et centrale. JSP est un pro-terrorisme, un pro-dictature et c’est ce qu’il nous vante ici comme solution de rechange à Cuba, soit le retour des bourgeois au pouvoir! C’est d’ailleurs ce que le plan Bush entend faire à Cuba.

    D’abord une invasion de mercenaires à l’instar de la mission ratée de la Baie des cochons, et le remplacement des « soviets », de ces conseils populaires qui existent bel et bien à Cuba, par des personnages déjà choisis et nommés dans le plan Bush, méchante démocratie! Et devinez qui sont ces gens! Les bourgeois retranchés à Miami, ces sales nostalgiques de la dictature, nostalgiques du temps où ils régnaient sur les cubains.

    Quiconque essayant de faire croire que Cuba était mieux avant 1959 se frappe le nez contre les faits, contre la réalité. Depuis 1959, tout a changé à Cuba, et ce, pour le mieux.

    À titre d’exemples;

    L’éducation:

    -En 1959, seulement 3 universités habitaient Cuba et ces dernières n’étaient accessibles qu’aux riches et aux fils de bourgeois. Aujourd’hui, plus de 39 universités couvrent le sol de Cuba et ces dernières sont toutes accessibles au peuple cubain. L’universalité de l’éducation, jusqu’aux études supérieures, fut amené par le « méchant communiste » qu’est Fidel Castro. Méchant Fidel, méchant!

    -De 1975 à 1980, Cuba a formé plus de 132 400 enseignants. En 1984, 4197 enseignants parcourent l’Amérique latine pour donner de l’éducation gratuite avec un beau gros sourire en bonus! Méchants communistes! Cuba compte plus de 212 678 en 1999. C’est seulement 9.4 fois plus qu’avant la révolution! Les faits parlent d’eux même! En moins d’un an, Cuba fait passer le taux d’illettrés de 24% à 3.9%!

    La santé, et là ça fesse comme chiffres (Vive les faits!):

    -Avant la révolution, les cubains n’avaient pas droit aux soins de santé, il fallait être riche, connaître quelqu’un d’influent, ou soudoyer un bourgeois ou promettre à quelconque candidat corrompu, un vote à son endroit.

    -Depuis, les choses o0nt changé, c’est même peu dire. En 1959, juste avant la révolution, Cuba ne comptait que 6000 médecins (50% partent vers les É-U après le début de la révolution), la plupart concentrés dans les villes où les bourgeois vivaient. Cuba en compte aujourd’hui près de 70 000. La santé est désormais offerte à toutes et tous à Cuba, mais également dans les régions du monde où il n’est pas offerte, comme en Afrique, comme dans certains pays de l’Amérique latine. Cuba offre également à quiconque se rendant sur l’île, ces même soins. Cuba a par exemple, envoyé près de 30 000 médecins dans les barios au Venezuela. Qui en fait autant sur Terre?

    -En 1958, Cuba ne possède aucune polyclinique. En 1999, près de 390. 1 seul hôpital rural en 1958, 56 hôpitaux ruraux en 1983! 20 résidences pour personnes âgées en 1959 contre 65 en 1982!

    -Cuba, en 1959, ne compte qu’une seule faculté de médecine. En 1999, Cuba en compte 11 et 20 217 personnes y étudient!

    -« Qu’on se le dise, les 11 millions de Cubains sont généralement en très bonne santé. Avec une espérance de vie de 77 ans (Canada, 78, 4) et un taux de mortalité infantile de 5, 8 par 1000 naissances vivantes (Canada, 5, 4), ce pays pauvre se démarque radicalement des autres. Les paramètres reflétant le niveau de santé à Cuba se comparent à ceux des pays riches et développés. On dit que les Cubains vivent comme des pauvres, mais meurent comme des riches, puisque les causes principales de mortalité sont les mêmes que celles prévalant dans les pays développés, soit les maladies cardio-vasculaires et les cancers.

    Mais, les temps n’ont pas toujours été aussi faciles. À la suite de la révolution, l’île a perdu la moitié de ses 6 000 médecins, la plupart s’étant exilés aux États-Unis. Aujourd’hui, on en compte près de 70 000, soit 60, 4 par 10 000 habitants (Canada, 18, 7), l’un des ratios d’habitants par médecin les plus élevés au monde. Pour y arriver, Cuba a dû reconstruire son système de santé de toutes pièces, tout comme celui de l’éducation. Trois principes ont alors servi de fondations au système de santé post-révolutionnaire : universalité, accès équitable et contrôle gouvernemental. »

    https://reactionismwatch.wordpress.com/2008/06/18/le-retour-delian-gonzales/

    Et là, nous ne parlons même pas de la décentralisation effectuée depuis le début de a révolution, depuis 1959. Le pouvoir ne cesse, dans les faits, de se décentraliser. Bref, regardez les acquis gagnés au prix d’une longue bataille, d’un blocus illégal et du terrorisme harcelant des État-Unis d’Amérique. Est-ce que ça valait la peine de faire une révolution socialiste? Certainement, toutes et tous y ont gagné, sauf les parasitaires et minoritaires exploitants bourgeois, nostalgiques de la dictature Batista soutenue par Washington. Leur retranchement à Miami n’a rien de hasardeux!

    Cré Saint-Pierre!

    « Vos discours moralisateurs, réservez les donc aux millions de Cubains qui n’ont pas trouvé le moyen de quitter cette “paradisiaque prison” que Fidel leur a préparé et dans laquelle Raùl leur jette quelques nannanes… Ce n’est pas en tentant de dénigrer l’Occident que vous allez me convaincre que les pays du tiers-monde sont meilleurs simplement parce qu’ils sont communistes et équipés d’un despote. »

    Alors voyez par vous même, cher(e)s lectrices et lecteurs, regardez où sont les priorités sanipierresques. Allez lire l’histoire de Cuba, jusqu’à Machado, revenez en arrière et voyez par vous même ce que défend ce pro-dictature qu’est Jacques Saint-Pierre.

    Cré Saint-Pierre! Je suis certain que les cubains ne rêvent pas un instant de revenir à l’époque très sombre précédant la révolution, sauf bien entendu, les parasites minoritaires qui exploitaient les masses, les mêmes retranchés à Miami, au pays du terrorisme hypocrite, au pays du support aux dictatures.

    Vive le socialisme et ses réussites! À bas le salariat!

  17. capitalismrulez said

    @internationaliste

    « Dans les pays de l’Est depuis la restauration du capitalisme c’est la catastrophe sur le plan social au point que l’espérance de vie a diminué en Russie. Et les gens sont de plus en plus nombreux a regretté les acquis sociaux qu’ils ont perdu. »

    J’imagine que tu base cette affirmation sur une étude crédible et de provenance neutre? Can I see it please?

  18. internationaliste said

    Sûrement plus crédibles que toi. Et maintenant tu te prétends neutre? Tu viens de reconnaître dans un autre commentaire que tu ne l’es pas.

    Même les médias bourgeois sont obligés de reconnaître l’ampleur de la catastrophe sociale dans les pays de l’Est depuis 1991.

  19. internationaliste said

    La neutralité n’existe pas. Je pourrais t’envoyer un paquet de sources mais je sais d’avance que tu les refuseras parce qu’elle ne corresponde pas à ton idéologie. Je suis habitué avec ce genre de débat.

  20. capitalismrulez said

    Bien au contraire. La neutralité d’opinion n’existe effectivement pas, à moins d’être un fromage sur une table, mais la neutralité d’information elle peut très bien exister pour autant que le rapporteur se donne un peu de discipline professionnelle. (Exemple à ne pas suivre : Bernard Derome)

    Mais le problème c’est qu’ils n’existe probablement PAS d’étude neutre sur ton affirmation et par conséquent le débat reste entier. Moi je vois des sources qui me disent que les pays d’ex-URSS sont beaucoup mieux qu’avant et toi tu vois le contraire. Qui a raison qui a tort? On le saura probablement jamais. C’est pourquoi à mon sens tu ne peux apporter cette affirmation comme argument valide sans tomber dans la démagogie.

  21. internationaliste said

    Il faut voir de quelle façon ces études prétendent que la situation est meilleure dans les pays de l’Est. Sur le plan social il y a eu énormément de recul avec les fermetures d’entreprises et la hausse fulgurante du chômage. La baisse de l’espérance de vie et la hausse du taux de mortalité en Russie sont des faits reconnus par a peu près tout le monde.

    Si je fais de la démagogie alors ceux qui disent le contraire en font aussi n’est-ce pas?

  22.  » Moi je vois des sources qui me disent que les pays d’ex-URSS sont beaucoup mieux qu’avant et toi tu vois le contraire. Qui a raison qui a tort? On le saura probablement jamais. »

    Cette affirmation est complètement loufoque. Bien sûr qu’on peut savoir qui a raison ou tort, il suffit de regarder les faits en face, sans essayer de les tourner à son avantage. L’un des meilleurs moyens d’obtenir des faits pas trop biaisés, c’est de parler, pour parler de l’exemple en question ici, à des Russes. Préférablement, à des Russes qui ont une influence sur l’économie. Ce que je fais. La vision de l’intérieure ment rarement, même si elle dépend de l’individu qui la rapporte, mais elle a au moins deux mérites: elle est rapportée en temps réel, et elle est rapportée par quelqu’un qui s’est fait une opinion par rapport à son expérience personnelle et son observation du terrain.

    Si vous leur dites qu’ils sont moins bien foutus aujourd’hui qu’à l’époque communiste (bon, je sais, vous allez me dire que c’était pas du communisme, c’était du.. je sais pas, pis je m’en crisse), vous aurez droit à une rasade de Vodka et une grosse tape sur l’épaule pour leur avoir racontée une aussi bonne blague.

    Je sais que vous voulez qu’ils retournent à la production de charbon en masse, mais ils passent à autre chose, alors au lieu de pleurer sur leur sort, qui s’améliore constamment, vous pourriez les féliciter de s’être joint à notre merveilleux monde capitaliste.

  23. internationaliste said

    Et bien moi je connais des travailleurs russes, qui tout en étant critiques de l’ancine régime, n’apprécient pas du tout le capitalisme sauvage qu’ils connaissent aujourd’hui. Quand l’espérance de vie diminue et que le taux de mortalité on est loin de l’amélioration du niveau de vie.

    Il y a bien sûr une petite élite très riche qui profite du capitalisme, mais à côté il y a une masse de gens qui crèvent de faim et qui est dépourvue de protection sociale.

  24. quebecsocialiste said

    « Il y a bien sûr une petite élite très riche qui profite du capitalisme, mais à côté il y a une masse de gens qui crèvent de faim et qui est dépourvue de protection sociale. »

    Le capitalisme à son meilleur.

  25. « Et bien moi je connais des travailleurs russes, qui tout en étant critiques de l’ancine régime, n’apprécient pas du tout le capitalisme sauvage qu’ils connaissent aujourd’hui »

    Comme ici, vous en êtes la preuve vivante. Ça ne veut pas dire que ça va mal au Canada, au contraire. Il y aura toujours des gens qui décident de regarder passer le train et de crier que le train, c’est mal. Mais le reste du monde continue d’avancer.

  26. internationaliste said

    Comme j’ai dit plus haut même les médias bourgeois sont obligés de reconnaître les reculs que le capitalisme a imposé à la Russie. Seule une petite élite s’est enrichie pendant que la masse s’est considérablement appauvrie. Quand tu ne reçois pas de salaire pendant des mois on est loin de l’amélioration du niveau de vie!

  27. internationaliste said

    En passant au Canada les écarts de revenus s’accroissent de plus en plus, les riches s’enrichissent et les pauvres s’appauvrissent. Les salaires réels diminuent et le coût de la vie augmente.

  28. internationaliste said

    Les travailleurs russes ne font pas que « regarder le train qui passe ». Ils y a des luttes importantes et des grèves combattives contre les politiques de démolition sociale des capitalistes russes.

  29. sylvainguillemette said

    « capitalismrulez a dit:
    25 juin, 2008 à 2:45 e

    @internationaliste

    “Dans les pays de l’Est depuis la restauration du capitalisme c’est la catastrophe sur le plan social au point que l’espérance de vie a diminué en Russie. Et les gens sont de plus en plus nombreux a regretté les acquis sociaux qu’ils ont perdu.”

    J’imagine que tu base cette affirmation sur une étude crédible et de provenance neutre? Can I see it please? »

    Pas besoin d’étude en République dominicaine, très beau résultat! Et que dire des antécédentes dictatures capitalistes en Amérique du sud? Bravo pour votre programme, comme on dit!

    « Moi je vois des sources qui me disent que les pays d’ex-URSS sont beaucoup mieux qu’avant et toi tu vois le contraire. »

    Même si la situation (les russes ont en moyenne le double de ce qu’ils avaient il y a 10 ans) s’est par exemple améliorée sous Vladimir Putin en Russie, doit-on appuyer ce régime pour autant, cette dictature qui tue les journalistes, qui corrompue à la moelle, réhabilite hypocritement le stalinisme en se prétendant communiste à nouveau? Je ne blague pas! Putin se dit communiste et a remis les marteau-faucille sur les drapeaux des forces de l’État. Si je suis votre logique, rien ne va plus. D’autant plus que je ne vois ni communisme, ni autre chose que du stalinisme dans cette région. Mais si vous prenez les années juste avant 1917 et les alentours, les communistes temporaires ont largement fait pour leurs camarades russes. Alphabétisation, etc.. vous réécrivez l’histoire? Encore?

    « il suffit de regarder les faits en face, sans essayer de les tourner à son avantage. »

    Ce serait utile pour le pro-terrorisme quant au terrorisme israélien et états-unien. Encore, dans ces faits, il y a la dictature russe, la corruption et tout ce qui vient avec comme crimes contre l’humanité. Comme absurdités à appuyer, Jacques ne fait pas dans la dentelle! La Russie capitaliste, pourquoi pas! Les nouveaux rois sont des militaristes issus des vautours qui pullulaient à la tête du KGB, le FSB maintenant, ils éliminent tout opposant, rien ne cloche! Jacques a enfin tout vrai! La fin justifie les moyens! Vive le capitalisme! 😛

    Mais comment donc, la Russie a t-elle rempli ses coffres? Avec Gazprom, et c’est pour contrer Gazprom que la guerre en Afghanistan a été déclenchée entre autre.

  30. internationaliste said

    Putin ne se prétend pas communiste à mon avis mais il utilise les symboles communistes pour se donner du crédit. Il réprime les organisations communistes authentiques comme le Parti communiste ouvrier de Russie, le PCUS et les autres.

  31. sylvainguillemette said

    Oui, je sais pour l’opposition, mais s’il ajoute les marteau-faucille sur les drapeaux, c’est assez pour que les médias, eux, parlent de communisme.
    Quel con ce Putin! Oups, voilà des tueurs qui cognent à ma porte! 😛

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :