Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Cuba et les sanctions de l’Union européenne

Posted by sylvainguillemette sur 28 juin, 2008

(Par Salim Lamrani)

Le 23 juin 2008, après d’âpres discussions, l’Union européenne a décidé de supprimer définitivement les sanctions politiques et diplomatiques contre Cuba en vigueur depuis 2003 et suspendues depuis 2005. Imposées à La Havane suite aux pressions exercées par Washington, ces sanctions se justifiaient officiellement en raison de la « situation des droits de l’homme ». En réalité, l’Union européenne (UE) était surtout préoccupée par le système politique, économique et social de la nation caribéenne et s’alignait docilement sur la position d’ingérence étasunienne. En adoptant cette décision rationnelle et constructive, l’Europe des 27 s’est démarquée de la politique obsessionnelle et anachronique des Etats-Unis et a fait preuve, pour la première fois depuis 1996, d’indépendance à l’égard de Washington dans ses relations avec Cuba1.

Les débats se sont avérés houleux notamment en raison des positions de la Suède, des Pays-Bas et surtout de la République tchèque, tous trois favorables à un alignement continu sur la position de Washington et au maintien des sanctions contre Cuba. Isolés par les autres nations de l’UE, ils ont finalement accepté de suivre la majorité à la condition que la situation soit réexaminée chaque année2. L’Europe a malheureusement réaffirmé son « engagement renouvelé3 » à l’égard de la Position commune de 1996, élaborée par Washington, discriminatoire et inique, qui ternit quelque peu la décision d’annuler les sanctions4.

Les sanctions de 2003, qui obligeaient les nations européennes à limiter les visites gouvernementales bilatérales, à réduire la participation des Etats européens aux évènements culturels cubains et à inviter les dissidents aux célébrations de fêtes nationales dans les ambassades, se sont surtout caractérisées par le caractère à la fois illégitime et contre-productif.

En effet, il suffit de jeter un œil au rapport d’Amnesty International (AI) de 2008 pour se rendre compte que Cuba présente l’une des situations des droits de l’homme les moins graves du continent américain, malgré le fait que l’organisation y dénonce certaines violations. Pourtant, Cuba est le seul pays du continent américain à avoir été victime de telles sanctions de la part de Bruxelles. Cette contradiction confirme ainsi le caractère arbitraire du traitement réservé à La Havane5.

Par ailleurs, les sanctions se sont avérées inutiles car Cuba n’est pas sensible au langage de la force et de la menace comme le montre le refus du gouvernement cubain de se plier aux exigences de Washington depuis un demi-siècle malgré l’imposition de sanctions économiques inhumaines et obsolètes. Cuba ne courbera pas l’échine devant l’Europe.

Les droits de l’homme au sein de l’Union européenne

De la même manière, il suffit de consulter le rapport d’AI de 2008 sur la situation des droits de l’homme au sein de l’Europe des 27 pour conclure que Bruxelles ne dispose d’aucune autorité morale pour s’ériger en donneur de leçons. En effet, AI y fait état de cas de tortures et de mauvais traitements par les forces de sécurité (Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Danemark, Espagne, Estonie, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Portugal, Royaume-Uni, Slovaquie), de crimes commis par les forces de l’Etat (Allemagne, Autriche, Espagne, Grèce, Italie, Roumanie, Royaume-Uni), d’impunité pour les responsables de crimes (Espagne, Royaume-Uni), de violations des droits fondamentaux pour les demandeurs d’asile et réfugiés (Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Italie, Malte, Pologne, Portugal, Royaume-Uni, Slovaquie) et de collaboration avec les disparitions forcées orchestrées par la CIA (Danemark, Irlande, Italie, Pologne, Portugal, Roumanie, Royaume-Uni)6.

AI évoque également des cas d’exportations d’armes vers des pays où persistent « de graves atteintes aux droits humains » (Autriche), de manque d’impartialité de la justice (Belgique), de discrimination contre les minorités (Bulgarie, Danemark, Espagne, Estonie, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Lettonie, Lituanie, Roumanie, Slovaquie, Slovénie), de manque de soins adaptés pour les handicapés mentaux (Bulgarie, Roumanie), de traitements inhumains et dégradants à l’égard des détenus (Estonie, Grèce, Irlande, Malte), d’objecteurs de conscience emprisonnés (Finlande), d’utilisation par la justice de confessions obtenues sous la torture (France), de trafic d’êtres humains (Grèce, Royaume-Uni), de violences à l’égard des minorités sexuelles (Hongrie, Lettonie, Lituanie, Pologne, Roumanie), de crimes de guerre (Royaume-Uni), de ségrégation raciale (Slovaquie), d’enfants non scolarisés en raison de leur origine ethnique (Slovaquie), de stérilisation forcée de femmes issues de minorités (Slovaquie), d’expulsions forcées de personnes issues de minorités (Slovaquie) ou de personnes radiées illégalement du registre des résidents permanents (Slovénie)7.

Il convient maintenant de s’arrêter plus précisément sur la situation des droits de l’homme aux Pays-Bas, en Suède et en République tchèque, qui se sont tous prononcés contre la levée des sanctions.

Les Pays-Bas

Selon AI, la discrimination est l’un des grands fléaux qui frappent le pays. « Les autorités locales n’ont pas adopté de mesures suffisantes afin de lutter contre la discrimination ». L’organisation internationale a également souligné « la persistance du racisme aux Pays-Bas ». AI accuse également Amsterdam de « crimes de guerre ». En effet, « des agents des services de renseignement militaires néerlandais auraient torturé des détenus en Irak en 20038 ».

La Suède

A l’égard de la Suède, AI note que le Comité contre la torture et le Comité des droits de l’homme des Nations unies « ont conclu que les autorités suédoises étaient responsables des multiples violations des droits fondamentaux endurées » par deux hommes envoyés en Egypte.

L’organisation a également dénoncé « les renvois forcés » des demandeurs d’asile en Erythrée « malgré les recommandations faites à tous les pays par le Haut-Commissariat des Nations unies9 ».

La République tchèque

La République tchèque présente la pire situation des droits de l’homme d’Europe. Selon AI, « les Roms continuaient d’être victimes de discrimination et d’intolérance […] en particulier dans le domaine du logement, de l’éducation, de la santé et de l’emploi ». Un sondage d’opinion a montré que les préjugés à l’égard des Roms étaient très répandus. En effet, 90% des personnes interrogées ont estimé que le fait « d’avoir des voisins roms pouvait constituer un ‘problème’ ». Le Comité des droits de l’homme des Nations unies a stigmatisé les autorités tchèques pour ne pas avoir adopté de loi contre la discrimination.

AI a également dénoncé les « appels à la haine » lancé par le dirigeant chrétien-démocrate Jiri Cunek, alors vice-Premier ministre du pays et maire de la ville de Vsetín, « d’où plusieurs familles roms avaient été expulsées en 2006 ». Cunek a déclaré que « pour avoir droit à des subventions de l’Etat, comme les Roms, les autres devraient se faire bronzer la peau, se comporter n’importe comment et faire des feux sur les places publiques, pour que les responsables politiques les considèrent enfin comme étant dans le besoin ». La police a refusé d’enregistrer la plainte déposée par des associations des droits de l’homme à son encontre.

Le commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe, Thomas Hammarberg, et le rapporteur spécial des Nations unies sur le logement convenable, Miloon Kothari, ont publié une déclaration commune dans laquelle ils accusaient la République tchèque « de violer le droit au logement de la population rom ». Ils reprochaient également aux autorités « d’encourager la montée de l’intolérance vis-à-vis des Roms », soulignant que les pouvoirs publics avaient désormais « comme politique d’expulser les Roms du centre des villes pour les envoyer dans des zones loin de tout ».

Le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale des Nations unies a fait part de sa préoccupation au sujet de « l’absence de prohibition claire, dans la loi tchèque, de toute discrimination en matière de droit au logement. Le Comité des droits de l’homme des Nations unies a quant à lui condamné « la poursuite des expulsions et la survivance de véritables ‘ghettos’ roms ».

La Grande Chambre de la Cour européenne des droits de l’homme a pris un arrêt en novembre 2007 confirmant « que la République tchèque avait fait preuve de discrimination à l’égard d’enfants roms, en les plaçant dans des écoles spéciales pour les élèves souffrant de problèmes d’apprentissage, uniquement en raison de leurs origines ». Le Comité des droits de l’homme et le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale ont noté qu’un « nombre disproportionné de petits Roms restaient séparés des autres enfants, dans des classes à part mises en place dans des établissements classiques et appliquant un programme différent de celui des autres classes ». Le Comité des droits de l’homme s’est également inquiété du « nombre élevé d’enfants roms retirés à leurs familles pour être placés dans des foyers d’accueil ».

Le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale et le Comité européen pour la prévention de la torture (CPT) ont fait part de leur inquiétude au sujet des « brutalités et de mauvais traitements commis par la police, en particulier contre des Roms et des mineurs ».

Le Comité des droits de l’homme et le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale ont souligné « qu’un certain nombre de femmes, la plupart d’origine rom, avaient été stérilisées sans leur consentement ». Le Comité des droits de l’homme a également noté que la prise en charge des personnes atteintes de maladies mentales était « inhumaine et dégradante », déplorant que les « lits-cages » continuent à être utilisés dans les hôpitaux psychiatriques.

Toujours selon le Comité des droits de l’homme des Nations unies, la République tchèque a activement participé aux disparitions forcées orchestrées par la CIA, notant que les aéroports tchèques ont été utilisés par Washington à cet effet, alors que « ces personnes risquaient d’être soumises à la torture ou à des mauvais traitements ».

Enfin, AI constate que la République tchèque est « le seul pays membre de l’Union européenne à ne pas avoir ratifié le Statut de la Cour pénale internationale10 ».

Légitimité morale inexistante

Comme cela est aisément constatable, aucune nation européenne ne dispose d’autorité morale pour ergoter sur le respect des droits de l’homme à Cuba. En effet, AI, qui est une organisation extrêmement critique à l’égard de Cuba, n’a jamais rapporté de faits similaires à l’égard de l’île des Caraïbes. L’immense majorité des pays européens présentent une situation bien plus déplorable que celle de Cuba.

AI a été implacable à l’égard du Vieux continent :

« Il faut malheureusement reconnaître que l’Europe, si prompte à se présenter comme un modèle en matière de droits humains, continue de s’accommoder du gouffre qui sépare les discours de la réalité, les normes de leur application et les principes de la pratique. Des États qui avaient adhéré de manière déterminée aux engagements pris par les institutions régionales ont lancé des attaques tout aussi déterminées contre les droits humains. Ils ont affaibli ces droits, se sont soustraits à leurs obligations et n’ont pas témoigné de la volonté politique nécessaire pour combattre les abus les plus graves11 ».

La réaction de Washington

Du côté de Washington, on a évidemment regretté cette démonstration d’autonomie de la part de l’Union européenne. En effet, depuis le mois d’avril, la Maison-Blanche n’a cessé de faire du lobbying auprès des capitales du vieux continent dans l’espoir de maintenir les sanctions contre La Havane. Le porte-parole du Département d’Etat Tom Casey a fait part du mécontentement des Etats-Unis à ce sujet12.

La réaction de l’opposition cubaine

Les opposants cubains, fidèles à la ligne promue par Washington dans la mesure où il s’agit là de leur principal mécène, ont également condamné la décision de l’Union européenne, ce qui ne fait que démontrer l’instrumentalisation dont ils sont objets. Il n’y a rien de surprenant à cela car ils sont complètement coupés de toute base populaire et dépendent intégralement du soutien financier et logistique des Etats-Unis13.

L’élimination de la Position commune de 1996 est indispensable

Bruxelles a fait montre d’indépendance en supprimant les sanctions de 2003. Il s’agit là d’une décision constructive et rationnelle. Cependant, il est indispensable que l’Union européenne élimine, sans plus attendre, la Position commune de 1996 qui est injuste et illégitime, qui jette une ombre sur sa crédibilité et qui est un obstacle à une normalisation totale des relations avec Cuba.

Notes

1 Agence France-Presse, « L’Union européenne lève officiellement ses sanctions contre Cuba », 24 juin 2008.

2 EFE, « La República Checa insiste en mantener las ‘sanciones’ », 10 juin 2008.

3 El Nuevo Herald, « La UE levanta sanciones diplomáticas contra Cuba », 19 juin 2008.

4 Salim Lamrani, Double Morale. Cuba, l’Union européenne et les droits de l’homme (Paris : Editions Estrella, 2008).

5 Amnesty International, « Rapport 2008 ».

6 Ibid.

7 Ibid.

8 Ibid.

9 Ibid.

10 Ibid.

11 Ibid., p. 49.

12 El Nuevo Herald, « EEUU y disidentes cubanos contrariados por levantamiento de sanciones », 19 juin 2008.

13 Agence France-Presse, « Levée des sanctions de l’UE contre Cuba : les dissidents déçus et inquiets », 20 juin 2008 ; Maité Rico, « La oposición teme quedar fuera del diálogo », El País, 21 juin 2008.

(Cet article est publié avec la permission de monsieur Lamrani. N’y voyez pas de plagiat, il insiste pour que ce soit publié et cet article soulève pertinemment l’incohérence des actes commis par la dictature bourgeoise états-unienne. Ces vautours impérialistes se vouent à recréer le monde à leur image, coûte que coûte et peu importe les moyens devant être pris pour atteindre le but.

Outre l’absurdité du blocus états-unien contre les cubains, outre les liens qui lient étroitement la dictature batistienne et les prochaine du genre, « ouvertement » préparée (plan Bush/2000), outre le terrorisme pratiqué par le même État voyou, outre les multiples doubles-mesures commises par l’U-E, bref, outre le tas de doubles-mesures, Washington ne plie pas, persiste et signe. Et comptez sur la minorité québécoise conservatrice/adéquiste anti-gauche primaire pauvre d’argument pour appuyer telle ineptie.)

18 Réponses to “Cuba et les sanctions de l’Union européenne”

  1. elcommunist said

    en effet l’union eurpéenne n’apas de lecon a donner en matiere de droite de l’homme..
    Pour ce qui concerne Cuba , Amnesty International n’a pas rapporté :

    – Pas un seul cas d’assassinat politique contrairement au Royaume-Uni.

    – Pas un seul cas de torture ou traitement inhumain contrairement à la Belgique, Chypre, l’Estonie, la France, la Grèce, l’Italie, la Lettonie, Malte, la République tchèque et le Royaume-Uni.

    – Pas un seul cas de d’utilisation de preuves obtenues sous la torture contrairement à l’Allemagne et à Chypre.

    – Pas un seul cas de disparition contrairement à l’Estonie.

    – Pas un seul cas d’enlèvement de personnes par les autorités contrairement à l’Italie.

    – Pas un seul cas de violation du droit à la vie contrairement à la Suède.

    – Pas un seul cas de d’impunité suite à un crime commis par des agents de l’Etat contrairement à l’Autriche, l’Espagne, la France, la Grèce, l’Irlande, l’Italie, le Portugal, la République tchèque et le Royaume-Uni.

    – Pas un seul cas de trafic d’êtres humains contrairement à la Grèce et à la Lituanie.

    – Pas un seul cas de violence contre les mineurs commis par des agents de l’Etat contrairement à l’Espagne, l’Estonie, la République tchèque et la Slovaquie.

    – Pas un seul cas de violence contre les minorités contrairement à l’Allemagne, l’Estonie, la France, la Grèce, la République tchèque, le Royaume-Uni et la Slovaquie.

    – Pas un seul cas d’enfants privés d’accès à l’éducation en raison de leur origine ethnique contrairement à la Grèce, la Hongrie, la République tchèque, la Slovaquie, la Lettonie et la Slovénie.

    – Pas un seul cas d’enfants internés contrairement à la République tchèque et à la Slovaquie.

    – Pas un seul cas de stérilisation forcée de femmes issues de minorités contrairement à la République tchèque et Slovaquie.

    – Pas un seul cas de citoyens déchus de leur nationalité contrairement à la Grèce et à la Slovénie.

    – Pas un seul cas d’utilisation de lits-cages pour enfermer les handicapés mentaux contrairement à la République tchèque.

    – Pas un seul cas de répression de manifestants contrairement à Chypre et à Malte.

    – Pas un seul cas de familles expulsées de leur logement contrairement à la Hongrie.

    – Pas un seul cas de violences sur les handicapés contrairement à l’Irlande.

    – Pas un seul cas de malades mentaux mis en prison contrairement à l’Autriche, l’Irlande et l’Italie.

    – Pas un seul cas de manque d’attention médicale contrairement à l’Estonie, l’Italie et le Royaume-Uni.

    – Pas un seul cas de violences policières contrairement à la plupart des pays européens.

    – Pas un seul cas de suspension des garanties constitutionnelles contrairement à la France.

    – Pas un seul cas d’incitation à la haine raciale et à la discrimination par les autorités contrairement à la Hongrie et à la Lettonie.

    – Pas un seul cas d’expulsion de demandeurs d’asile contrairement à l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, Chypre, la France et à la Grèce.

    Les rapports d’Amnesty International sur la situation des droits de l’homme au sein de l’Union européenne sont accablants. Par conséquent, l’Union européenne n’a aucune autorité morale pour s’ériger en donneur de leçons. En effet, l’Europe des 25 présente une situation bien plus désastreuse que celle de Cuba.

    Mais bien sur les médias démagogiques ont oublié de nous en informer, et préferent nous radoter le contraire…
    je serais curieux de voir une comparaison des droits humains entre cuba et les US

  2. Guillemette cite toujours cet hurluberlu qu’est Lamrani.

    Cuba s’est enfermée elle-même dans cette position intenable. Qu’elle ouvre ses livres, qu’elle permette qu’on visite ses prisons immondes, qu’elle cesse de traiter son peuple en mauvais père de famille et peut-être pourra-t-elle aspirer à de meilleures relations internationales.

    En attendant, voyons voir ce que seront les prochains mouvements de Raùl. Peut-être que si son frère s’éteint, il pourra enfin enlever toutes les vieilles taches communistes qui restent dans ce régime. Je suis sûr qu’il en rêve.

  3. Elcommunist:

    Vous êtes si naïf. Croyez-vous qu’au plus fort du règne de Hitler, on rapportait des atrocités au sein du Reich?

    Croyez-vous que les dictateurs de Cuba laissent l’information circuler librement?

    Soyez sérieux. Défendre une dictature… vous n’avez pas honte?

  4. elcommunist said

    «  »qu’elle cesse de traiter son peuple en mauvais père de famille et peut-être pourra-t-elle aspirer à de meilleures relations internationales. » »

    ça se peut tu etre bouché de même, le texte prouve jutement le contraire.
    Lamrani est un expert dans les relations de cuba et je doute que ce soit le cas de St-pier

    -Marc-

  5. elcommunist said

    c’est à votre place que j’aurais honte…. l’ignorance ça se soigne, il faut juste avoir un peu de volonté

  6. sylvainguillemette said

    Cuba s’est refermée!?! 176 pays sur 182 qui condamnent le blocus états-unien et c’est Cuba qui se ferme…

  7. sylvainguillemette said

    Déconnecté…

  8. Monsieur Guillemette:

    Je n’ai pas écrit que Cuba s’est récemment renfermée, mais qu’elle s’est placée, sous le règne de Fidel surtout, dans un rôle de pays ostracisé. C’est entièrement de la faute à Fidel. Il n’avait qu’à tenter de calmer le jeu. S’il avait vraiment aimé son peuple, il aurait agit autrement.

  9. « Lamrani est un expert dans les relations de cuba »

    Ça me fait rire ce genre de titre auto-proclamé. Comment devient-on « expert dans les relations » d’un pays sans faire partie de l’appareil d’état? En étudiant des traités et autres cossins?

    Ben voyons.

  10. elcommunist said

    C’est une source beaucoup plus crédible que les médias démagogiques qui nous racontent en boucle les mêmes saloperies…c’est a croire qu’ils voudraient s’en convaincre eux-mêmes.

    Reporters sans frontieres est très financé par le gouvernment américain, si c’est pas de la corruption ça…

    C’est à croire que les medias bourgeois nous donnent l’information la plus biaisée possible.

  11. sylvainguillemette said

    D’abord monsieur Saint-Pierre, monsieur Lamrani connait très bien la situation de Cuba vis-à-vis les États-Unis d’Amérique et les double-mesures concernant ce dernier qu’est l’empire états-unien.

    Vous dites que Cuba devrait ouvrir ses livres, que Washington en fasse autant! Mais déjà, depuis les avoeux de la C.I.A. quant aux nombreux crimes contre l’humanité commis, quant au terrorisme commis par cette organisation terroriste, Cuba se retrouve loin derrière quant aux crimes commis. Quant au respect de l’humanité bafoué, Washington n’est certes pas si loin de la République « démocratique » du Congo, de par ses agissements impérialistes du moins.

    Washington, depuis seulement 2003, est responsable de plus d’un million de morts, Cuba n’a rien à envier à cet État voyou.

    Une simple visite des prisons états-uniennes nous permettrait d’abord de voir les prisonniers jetant le catholicisme au profit de l’Islam, ensuite nous pourrions calculer ensemble le nombre de prisonniers exécutés à tort sous de fausses preuves racistes, sous de faux témoignages racistes, etc..

    Et encore faut-il que Washington nous déclare TOUTES ses prisons, y compris les secrètes de la C.I.A. où la torture est pratiquée en toute impunité, où la convention de Genève est piétinée par Washington et SA cour suprême qui, au-dessus des lois internationales, bafoue les lois de bases les plus élémentaires du monde. Comme si Washington était vraiment la police du monde, un empire quoi.

    Ensuite, les relations de Cuba sont parfaites avec les pays non-alignés et La Havane ne doit surtout pas plier au chantage impérialiste états-unien et celui des autres putes au service des bourgeois minoritaires et parasitaires. Des gens comme Nelson Mandela, par exemple, considèrent Cuba comme un frère, une soeur, pour les sacrifices faits pour les africains par les cubains. Mandela est d’ailleurs allé visiter Cuba avant toute autre nation après sa sortir de prison, il est allé remercier Fidel Castro et l’a invité en Afrique du Sud. Est-ce que pour moi l’opinion d’un bourgeois conservateur pro-terrorisme comme JSP est plus valable que celui de Nelson Mandela? Aucunement! Autant regarder une colonie de fourmis se tirailler pour le papillon du jour.

    Raùl est le militariste de Cuba, JSP rêve en couleur et démontre son ignorance crasse de l’île socialiste.

    « Vous êtes si naïf. Croyez-vous qu’au plus fort du règne de Hitler, on rapportait des atrocités au sein du Reich? »

    Comme par exemple George W. Bush a pu massacrer près d’un million de personne en basant son intervention sur des mensonges répétés maladivement et fana-tata-tiquement suivis par les imbéciles incapables de se faire leur propre opinion quant aux faits pourtant flagrants des contradictions états-uniennes. Comme par exemple, les ADM! Comme par exemple, le terrorisme! Comme par exemple, les dictatures installées par Washington! Comme par exemple, les assassinats politiques commis par l’organisation terroriste C.I.A.! Comme par exemple, les enlèvements et la torture états-unienne! Comme par exemple, le fait que Bush ait triché à son premier mandat en supprimant le vote de dizaines de milliers de votes afro-états-uniens! Comme par exemple un tas d’autres inepties entretenues par Washington et les bourgeois dépendants des privilèges impitoyablement volés au fruit du labeur d’autrui, du prolétariat, etc..

    « Croyez-vous que les dictateurs de Cuba laissent l’information circuler librement? »

    Cuba est démocratique et Bush est un dictateur du monde. Croyez-vous que le génocidaire tueur de masse dictateur du monde « Bush » laisse circuler l’information librement? Moi non. Il a répété plus de 900 mensonges pour aller massacrer des irakiens, ce que vous avez soutenu, est-il donc franc? Non.

    « Soyez sérieux. Défendre une dictature… vous n’avez pas honte? »

    Raùl Castro a été élu démocratiquement par l’Assemblée nationale cubaine, elle même élue par d’autres élus, etc.. Vous défendez vous par contre, la dictature afghane, le premier mandat volé par Bush aux États-Unis, le mandat volé par Calderon au Mexique, l’ex-dictature Somoza(45 ans de dictature violente et répressive!), l’ex-dictature Batista, l’ex-dictature Pinochet, l’ex-dictature du Sha, l’ex-dictature de Suharto, la dictature militaire de El Salvador, et j’en passe. Regardez-vous donc le nombril avant de pointer les autres. Vous puez la dictature à des kilomètres à la ronde.

    « Monsieur Guillemette:

    Je n’ai pas écrit que Cuba s’est récemment renfermée, mais qu’elle s’est placée, sous le règne de Fidel surtout, dans un rôle de pays ostracisé. C’est entièrement de la faute à Fidel. Il n’avait qu’à tenter de calmer le jeu. S’il avait vraiment aimé son peuple, il aurait agit autrement. »

    Les dissidents dont vous parlez monsieur Saint-Pierrre, n’étaient rien d’autre que des mercenaires à la solde de Washington et nous savons comment Washington, elle, aurait usé de force illégale pour punir ces terroristes à la solde d’un autre pays. JSP est encore à la défense de la double-mesure états-unienne. Plus double-standardiste que JSP, y a tout le lot de conservateurs canadiens, les adéquistes québécois et les républicains états-uniens. Bref, un gros tas de marde en contradiction.

  12. Guillemette:

    Une simple visite des prisons états-uniennes nous permettrait d’abord de voir les prisonniers jetant le catholicisme au profit de l’Islam, ensuite nous pourrions calculer ensemble le nombre de prisonniers exécutés à tort sous de fausses preuves racistes, sous de faux témoignages racistes

    J’aimerais que vous élaboriez un peu ici. Êtes-vous en train d’affirmer que le fait que des prisonniers se convertissent à l’Islam est un signe de déchéance? Seriez-vous Islamophobe à ce point?

    Ensuite, j’aimerais que vous produisiez les preuves de ces exécutions « racistes », comme vous dites.

    Washington n’est certes pas si loin de la République “démocratique” du Congo

    Monsieur Guillemette, j’en appelle à votre bon sens, qui doit se cacher là, quelque part au fond de vous. Une telle affirmation est une ineptie impardonnable. Je crois que vous ne faites plus la différence entre les pays qui ont besoin d’aide et l’image que vous vous faites des USA, biaisée par une haine qui commence à ressembler, sans blague, à une maladie mentale sévère.

  13. sylvainguillemette said

    Jacques Saint-Pierre et ses procès d’intention… Je ne suis pas islamophobe, ni catholiphobe, ni anti-religieux. Je signalais tout simplement la désertion intérieure des États-Unis d’Amérique. Ils sont justement, tellement islamophobes que la situation se vire contre eux. Vous, si ça ne vous touche pas, tant mieux, mais Durandal doit être en train de paniquer pour sa part.

    « Ensuite, j’aimerais que vous produisiez les preuves de ces exécutions “racistes”, comme vous dites. »

    Vous êtes en train de nier que des exécutions d’afro-états-uniens innocents ont été commises? Réécrivez-donc l’histoire un cou parti. C’est sûr, toutes les pendaisons de noirs aux États-Unis étaient strictement liées à des crimes, le racisme n’a même jamais existé aux États-Unis!?! Un coup parti… Les noirs sont bien traités depuis bien avant l’indépendance des États-Unis! Et même qu’aujourd’hui, aucune bavure raciste policière n’a lieu aux États-Unis. J’irais jusqu’à dire que le traitement des « naufragés » de la Louisianne ont été traités comme nulle part ailleurs, quel exemple à suivre! (Cuba avait même offert son aide, mais Washington a refusé les 1500 médecins!)

    Si on suit la logique de JSP, tout ce que font les États-Unis c’est correct, mais tout ce que fait n’importe laquelle des nations socialistes, c’est mal. Pour JSP, le terrorisme des États-Unis d’Amérique c’est l’épandage de la bonne nouvelle, tout simplement.

    « Monsieur Guillemette, j’en appelle à votre bon sens, qui doit se cacher là, quelque part au fond de vous. Une telle affirmation est une ineptie impardonnable. Je crois que vous ne faites plus la différence entre les pays qui ont besoin d’aide et l’image que vous vous faites des USA, biaisée par une haine qui commence à ressembler, sans blague, à une maladie mentale sévère. »

    Monsieur Saint-Pierre, votre aveuglement volontaire des crimes états-uniens n’est rien de moins que du fanatisme. Des pilules sont vendues au CLSC du coin pour ce genre de maladie. Nul besoin de consulter. Il est évident que votre cas est sévère.

    Quant à ma comparaison, elle est juste, même imprécise sur ce point. Le Congo n’est pas responsable d’autant de morts que les États-Unis. Mais de toute façon, toutes les compagnies « capitalistes » fabricant des cellulaires s’en fichent éperdument et achètent leur Coltan au Congo, directement des mains des milices tenant également les mines de diamants si réputées pour le « sang » qui est versé en leur nom.

    Refuser de reconnaître que Washington détient illégalement des armes de destruction massive et les utilise contre des populations civiles à des fins terroristes, c’est soit de l’hypocrisie, soit une maladie mentale rare, mais partagée chez les conservateurs double-standardistes comme vous monsieur Saint-Pierre.

    Refuser de reconnaître que Washington met en place des dictatures dans le monde, c’est soit de l’hypocrisie, soit une maladie mentale rare, mais partagée chez les conservateurs double-standardistes comme vous monsieur Saint-Pierre.

    Refuser de considérer le réchauffement climatique comme étant une responsabilité partagée entre l’homme et le cycle naturel, c’est soit de l’hypocrisie, soit une maladie mentale rare, mais partagée chez les conservateurs double-standardistes comme vous monsieur Saint-Pierre.

    Et j’en passe…

    Je ne suis pas anti-états-uniens, je suis anti-bourgeois états-uniens comme canadiens et comme n’importe quelle autre nation. Je ne suis pas anti-états-unien, près de 300 millions de camarades aliénés attendent qu’on leur apprenne tout sur les bourgeois, l’exploitation du prolétariat majoritaire sur Terre par la minorité parasitaire bourgeoise, etc. Bref, je suis pro-prolétariat-états-unien, je soutiens donc la majorité états-unienne alors que vous, vous ne soutenez que les bourgeois états-uniens, plutôt minoritaires, comme les bourgeois dans le monde dans le fond. vous êtes de plus en plus seul, plus les prolétaires s’éveillent. Profitez-en!

  14. sylvainguillemette said

    Et vous avez toujours aussi tort sur Cuba et sur le blocus illégal des États-Unis. Commencez donc à lire un peu sur Cuba, question que vous puissiez enfin découvrir quel genre de despote vous soutenez par le biais de Washington.

    Que connaissez-vous de l’époque Batista? Vous en êtes nostalgique? Et pourtant, je termine à l’instant mon 2e livre sur Cuba et rien n’est plus sombre que cette époque pour les cubains, et y a de quoi! Que vous puissiez soutenir Washington aujourd’hui, malgré les faits qui s’y rattachent, c’est incroyable! Plus débile que vous, il reste l’ADQ-/Équipe Mario Dumont.

  15. quebecsocialiste said

    @Sylvain

    Excellent article camarade! L’europe n’a absolument aucune crédibilité morale pour condamner qui que ce soit et surtout pas Cuba! Il ne reste que le classique duo USA/Israël pour continuer à voter « NON » aux résolutions de l’ONU condamnant ce blocus inhumain (Avec toujours un ou deux pays suiveux des USA. Cette année, c’était les Îles Marshall et Palau, deux micro-républiques du Pacifique.)

    Vive la révolution!
    HASTA LA VICTORIA SIEMPRE!

  16. quebecsocialiste said

    @JSP

    Je te trouve gonflé d’inventer des raisons de traiter Sylvain « d’islamophobe » alors que tu n’as même pas condamné le site « point de bascule » (pourtant au top de l’islamophobie) lorsque j’ai écrit un article le condamnant. Je vais te laisser le bénéfice du doute…

  17. quebecsocialiste said

    En passant, j’aimerais remercier l’auteur Salim Lamrani pour ses textes éclairés.

  18. sylvainguillemette said

    C’est lui qui nous remercie de publier largement ses textes précis et justes sur la question cubaine.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :