Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

« Bonne » fête Canada

Posted by Libertad ! sur 1 juillet, 2008

 »Votre » pays a 141 ans en ce premier juillet 2008…

Publicités

35 Réponses to “« Bonne » fête Canada”

  1. quebecsocialiste said

    Une partie intéressante d’un article du site canoe:

    « Quatre-cents Canadiens, provenant de 54 pays différents, avaient doublement raison de se réjouir en ce premier juillet. Leur assermentation au Centre des Congrès de Québec coïncidait avec la Fête du Canada, mais aussi avec le 400e anniversaire de la fondation de la Ville de Québec.

    L’événement s’est déroulé de façon solennelle, avec la Musique du Royal 22e Régiment et la présence du juge Michel C. Simard. Ce dernier a d’ailleurs rappelé aux Canadiens en devenir leurs devoirs inhérents à l’acquisition de leur citoyenneté canadienne: loyauté, fidélité et sincère allégeance à la Reine d’Angleterre, pratique d’une des deux langues officielles et harmonie avec les autres citoyens canadiens. »

    Laissez-moi répéter la partie qui cause problème: « Ce dernier a d’ailleurs rappelé aux Canadiens en devenir leurs devoirs inhérents à l’acquisition de leur citoyenneté canadienne: loyauté, fidélité et sincère allégeance à la Reine d’Angleterre »

    Voulez-vous bien me dire qu’est-ce que le serment à la foutue reine d’ANGLETERRE a à faire avec l’obtention de la citoyenneté CANADIENNE???? Oh oui c’est vrai: Le Canada EST une colonie brittanique et « fier de l’être » avec sa royauté qui lui coûte presque dix fois plus cher que celle de l’Angleterre! Ça me dépasse…

    Le pire, c’est que d’un certain sens, la fête nationale du Québec, la Saint-Jean, est pas mal plus légitime que celle du Canada, vu que cette fédération de pacotille doit non seulement son allégence à la reine d’Angleterre (ce qui en fait une véritable farce de démocratie), mais que sont présent gouvernement (conservateur) obéit aussi aux ordres du 3e Reich de Bushler! Je vous l’assure, il n’y a absolument aucune raison de célébrer quoi que ce soit en ce 1er juillet.

  2. J’ai célébré la fête du Canada en installant des rideaux aujourd’hui et en allant manger une poutine italienne bien grasse à la belle province !

    Plus sérieusement, est-ce que vous avez remarqué le fait que le gouvernement fédéral met LA gomme pour ce qui est des fêtes qui se déroulent au Québec ? Regardez les fêtes régionales de la St-Jean et comparez les avec le Canada day. Vous allez voir que les fêtes pour le Canada ont des moyens considérables, comparés aux St-Jean.

    Même dans les régions, ils invitent des artistes connus pour chanter à la fête fédé-rat-liste. Et aussi et non la moindre, la distribution d’articles promotionnels (drapeaux, pins du Canada).

  3. quebecsocialiste said

    Tu as tout à fait raison Antho. En plus, rappellons que Harper a fait retirer jusqu’à la moindre parcelle d’histoire « sensible » du spectacle supposé « souligner » les 400 ans de la ville de Québec. D’après ce que je me rappelle, des artistes comme Luck Mervil, Loco Locass et Pierre Falardeau vont participer à un spectacle plus politisé soulignant l’histoire du Québec. Le genre de truc qui fait vomir les fédé-rats-listes colonisés.

  4. quebecsocialiste said

    Pierre Falardeau a déjà dit que les artistes qui participent le sourire aux lèvres à la fête du Canada sont soit des traîtres, soit des incultes qui ne connaissent pas l’histoire du Québec au complet. Je suis totalement d’accord avec lui.

  5. Falardeau, ne l’oublions pas, est tout de même un réactionnaire malgré qu’il a raison sur ce point…

  6. anonymement said

    Vous ne remarquez pas que soit le drapeau du canada est à l’envers, soit celui du Québec est du mauvais bord sur votre post de la Saint-jean à moin que cela démontre une fois pour toute que RW à des positions nationalistes

  7. quebecsocialiste said

    @Anonymement

    Je te l’ai justement dit sur le billet de la Saint-Jean:
    Nous ne sommes pas nationalistes, mais indépendantistes. Pour être des nationalistes « purs et durs », il faudrait qu’on haïsse les anglophones, ce qui n’est pas le cas.

  8. pills39 said

    @Quebecsocialiste

    Je comprends le raisonnement qui motive votre organisation à mettre de l’avant cette nuance, mais au delà de cette façade, la réalité objective n’en reste pas moins qu’indépendantistes et nationalistes ont un seul et même impact en plus de faire lutte commune.

    La haine raciale est loin d’être nécessaire pour se réclâmer du nationalisme. Menant croisade contre l’étiquette aggravante, le racisme n’étant pas culturellement encouragé, la plupart des nationalistes évoquent plutôt la fierté en rapport à leur pays et compatriotes. N’en tienne qu’à cela, la fierté ne peux se dissocier d’une forme de favoritisme, elle-même une hiérachisation de l’appréciation sur bases nationales.

    Dans l’absolu, l’indépendance du Québec sur le plan administratif ne sert en aucun cas la classe laborieuse qui, elle, doit faire face à la même dichotomie sociale. Cette juxtaposition législative, même dans un idéal protectionniste, ne fait que déplacer les masses travaillantes québecoises hors de portée de la bourgeoisie canadienne pour les servir sur un plateau d’argent à la bourgeoisie québecoise, artisane du projet d’indépendance du Québec.

    À la question sociale, inutile de répondre de façon nationale, toutes les majorités du monde doivent s’unir sous la même bannière symbolisant la résistance contre le capitalisme et embrassant le progrès des sciences sociales: le drapeau rouge.

  9. quebecsocialiste said

    @Antho

    Hmmmm… à part son racisme anti-anglophone flagrant que je condamne autant que vous et son nationalisme un peu trop extrême à mon goût, je ne crois pas qu’il puisse être associé aux Martineau, Elgrably et autres malades que nous condamnons ici. Après tout, Falardeau est farouchement anti-impérialiste et il est détesté par les mass médias fédé-rats-listes pas seulement pour son « souverainisme à tout prix », mais également pour le language cru qu’il n’hésite pas à utiliser pour répondre à leurs inepties. Parlez-en à ce crétin de Denis Lévesque et sa démagogie hautaine d’inculte à deux cennes! Falardeau l’avait humilié en direct à sa propre émission en 2006 en lien avec l’agression israélienne du Liban. C’était tout simplement jouissif!

    Une vidéo prouvant l’anti-impérialisme de Pierre Falardeau et son soutien aux mouvements de résistences à travers le monde, dont la Palestine:

  10. sylvainguillemette said

    Anonymement, je ne suis aucunement nationaliste, je ne me sens même pas attaché au Québec, vraiment rien à cirer même. Je suis indépendantiste, car je veux faire péter la bulle de fédéralisme, laquelle se transmettra aux autres nations. Ainsi, les États-Unis, une autre fédération, pourra jouir des mêmes éclatements, car le pays de l’oncle Sam regroupe plusieurs nations, certaines décimées, d’autres mises dans des réserves, à l’instar de notre glorieux cacanada.

  11. sylvainguillemette said

    « Dans l’absolu, l’indépendance du Québec sur le plan administratif ne sert en aucun cas la classe laborieuse qui, elle, doit faire face à la même dichotomie sociale. »

    C’est faux. Votre jugement est basé sur le fait que ce serait le PQ qui déclarerait l’indépendance, voyez au-delà de ce parti bourgeois qui certes, ne changerait rien à la vie de la classe laborieuse. Le projet d’indépendance dont vous parlez est exactement celui dont je ne parle pas. Vous parlez du PQ, or, Q-S offre de vrais changements pour la classe laborieuse. Et encore, si les travailleurs investissent les partis politiques comme il se devrait, il y aura des changements.

    « À la question sociale, inutile de répondre de façon nationale, toutes les majorités du monde doivent s’unir sous la même bannière symbolisant la résistance contre le capitalisme et embrassant le progrès des sciences sociales: le drapeau rouge. »

    Certes, mais le drapeau rouge ne flotte pas en Alberta, ni à Ottawa. Refaites vos devoirs… Si nous attendons après le Canada pour lancer la révolution, alors à dans 500 ans mon ami… L’Alberta commence tout juste à faire du fric avec ses sables bitumineux, croyez-vous qu’ils en ont quelque chose à faire de notre révolution? Les idées continuent, oui, d’avancer, mais certainement pas au même rythme que dans les années 40. Harper gagne en popularité malgré son évidente affection pour le terrorisme et l’impérialisme états-unien, le militarisme gagne en popularité dans l’ouest, etc.. Bref, je préfère faire péter le fédéralisme, ce sera moins long et tout aussi efficace, à condition de considérer mon camarade prolétaire canadien comme un camarade et non comme un « conservateur » ou d’une autre nation. Je l’ai dit plus haut, je ne suis pas nationaliste, aucunement.

    Je suis d’accord avec toi Quebecsocialiste sur Falardeau, mais il est quand même un peu réactionnaire et ultra-nationaliste. Sinon, je suis allé voir une conférence du barbu il y a quelques années et le sentiment « ultra-nationaliste » y était présent, certes, mais également, il y avait un lot d’embourgeoisés. Une jeune femme disait, après l’une de mes interventions, qu’elle, elle avait pris le choix de faire autre chose que de travailler « comme un robot » à l’usine, bref, que c’était la faute des travailleurs, ils n’avaient qu’à faire autre chose. Je lui ai demandé: « Qui va donc travailler à l’usine s’ils décident tous de faire autre chose? Et croyez-vous qu’ils ont tous les mêmes moyens que vous? » Falardeau a parti à rire d’elle, mais je ne l’ai pas senti plus éveillé que cea sur la question laborieuse, sur le socialisme ou le communisme.

    Pour Falardeau, un Québec indépendant socialiste, communiste, fasciste ou autre, peu importe, tant qu’il est indépendant! Dommage…

  12. sylvainguillemette said

    https://reactionismwatch.wordpress.com/2008/03/13/lindependance-du-quebec-un-projet-revolutionnaire/

  13. D’une certaine manière Phill, je suis d’accord avec toi. Il est vrai qu’une optique nationaliste ne peut pas amener de bonnes choses pour le prolétariat comme tu le dis si bien. Ton exemple avec les premières nations est très pertinent (le nationalisme de survivance).

    Par contre, il y a plus d’un hic. Je crois qu’il serait pertinent de faire l’indépendance du Québec pour défaire le Canada fédé-rat-liste et impérialiste. Si le Québec se sépare, il va sûrement y avoir Terre-Neuve, l’Alberta et les territoires du grand nord qui vont vouloir se séparer également. Le Canada n’existe plus. Après, il va être plus facile à long terme d’abolir les frontières étant donné que ça serait de plus petits pays.

    Également, je crois au principe socialiste de l’autodétermination. Même si les Québécois ne sont pas victime d’une oppression nationale aussi forte que les premières nations, ils ont le droit, je crois, de se séparer de l’État canadien.

    En tout cas, ce n’est que mon avis et libre à toi d’en faire ce que tu veux.

  14. Pour reprendre un extrait du texte d’Alexandre Roberge-Pouliot :

     »Tout cela est très intéressant, mais en quoi l’indépendance du Québec est-il un projet révolutionnaire? La raison est simple. La sécession du Québec provoque le démantèlement de l’état fédéral canadien : donc de l’État bourgeois canadien. Car si l’indépendance nationale québécoise se fait, plusieurs autres nations opprimées du Canada chercheront elles aussi à en faire de même. Les Acadiens n’auront aucune autre alternative que l’indépendance nationale pour ne pas subir l’assimilation totale. Les nations autochtones verront l’opportunité de réclamer leurs terres ancestrales pour en avoir le contrôle total réel. Il se peut même que certaines nations anglo-saxonnes du Canada finissent par elles-mêmes vouloir briser le carcan fédéral pour ne plus s’en laisser montrer par Ottawa. Cela créera un éclatement du territoire Canadien qui mettra les bourgeois “cul par-dessus tête”. »

  15. quebecsocialiste said

    @Pills39

    Je comprends ce que tu veux dire. Par contre, en plus des arguments déjà assez convaincants des autres camarades, j’ajouterai que tant que nos autres camarades prolétaires devront faire un choix politique se résumant à « séparatisme ou fédéralisme », la cause socialiste avancera au ralenti. Une fois que le Québec sera séparé et que la fédération canadienne aura éclaté, alors les gens pourront se réveiller (ce débat étant derrière eux) et faire un véritable choix vers la gauche pour faire avancer la cause du prolétariat.

  16. De toute manière, il faudra un jour ou l’autre trancher dans le débat sur le Québec et le Canada

  17. anonymement said

    Pourquoi dans un contexte d’internationalisme prolétarien et d’abolition des frontières devrit ont nous trancher sur la question du québec et du Canada ?

  18. Tout simplement parce qu’il s’agit d’un débat sans fin…

  19. simongibran said

    Bonjour tout le monde, comme vous le savez la question nationale au Québec m,intéresse beaucoup, alors je vais faire quelques commentaires

    De toute manière, il faudra un jour ou l’autre trancher dans le débat sur le Québec et le Canada

    Moi ma réponse c’est ni un ni l,autre, ce sont deux États réactionnaires et impérialistes (l’un est souverain et l’autre pas quoique qu’il dirige plus sa destinée que beaucoup de pays dans le monde).

    [J]’ajouterai que tant que nos autres camarades prolétaires devront faire un choix politique se résumant à “séparatisme ou fédéralisme”, la cause socialiste avancera au ralenti

    Qs, toi et moi on fait exactement le même constat, à savoir que le débat sur la question nationale au Québec est un frein au développement du socialisme. Toutefois, toi et moi on n’envisage pas la même solution à ce problème. Toi tu dis séparons-nous pour qu’on arrête de parler de cette question (as-tu envisagé que dans un Québec souverains, il pourrait y avoir des «unionistes» et que le débat continue…). Moi je dis arrêtons de jouer le jeu de la bourgeosie qui essaie de nous diviser. Mes vrais frères et soeurs ce sont bien plus les chomeurs/chomeuses de Kitchener et les prolétaires esploité-e-s dans les chantiers du nord de l’Alberta plutôt que les bourgeois-es d’Outremont ou de Sillery. La devise de la reine Victoria était divisé pour régner…

    Le Canada EST une colonie brittanique

    Ceci est rigoureusement inexacte. De manière ambigue, la déclaration Balfour de 1926 et de manière explicite le statut de Westinster de 1931 ont fait des Dominions britanniques des Royaumes souverains et indépendants du Royaume-Unis. La reine que l’on voit sur nos pièces de monnaie, celle qui accuse à la cours à la cours, etc., c’est la reine du Canada (sa couronne de reine du canada est juridiquement distinctes de ses autres couronnes y compris celle du royaume-Uni). Cela étant dit, bien que le canmada ne soit pas une colonnie britannique comme le prétend de manière erronée Québecsocialiste, la monarchie devrait abolie.

    Car si l’indépendance nationale québécoise se fait, plusieurs autres nations opprimées du Canada chercheront elles aussi à en faire de même. Les Acadiens n’auront aucune autre alternative que l’indépendance nationale pour ne pas subir l’assimilation totale. Les nations autochtones verront l’opportunité de réclamer leurs terres ancestrales pour en avoir le contrôle total réel

    Je trouve ces conclusions un peu hâtives. Les québecois-e-s ont un État qui leur est propre (même s’il n’est pas complètement souverain) le Québec. Hormis le cas du Nunavut sur lequel on pourrait discuter longtemps, ni les acadien-ne-s, ni aucune des nations autochnones n’ont leur État. Le cadre juridique d’un Canada amputé du québec ne permettera vraisemblablement pas plus à ces nations de faire valoir leur droits qu’actuellement (d’ailleurs beaucoup d’entre-vous vous répétez sans cesse que le Canada est plus à droite que le Québec – la situation des acadien-ne-s et des autochnones risque donc d’empirer dans un canada amputé du Québec). Par ailleurs, mon premier échange sur RW, certains d’entre-vous sembliez plutôt réticent à ce que les autochnones du nord du québec et du labardor soit maître chez-eux. Si pour assurer la pérennité d’un Québec souverain il faut renforcer le colinialisme dans les territoires du nord, je suis pas sur que ce soit bien mieux pour les autochtones.

    La solution à tous ça. Mener la bataille pour la révolution socialiste

  20. sylvainguillemette said

    « Moi ma réponse c’est ni un ni l,autre, ce sont deux États réactionnaires et impérialistes (l’un est souverain et l’autre pas quoique qu’il dirige plus sa destinée que beaucoup de pays dans le monde). »

    Il dirige quoi comme destinée? Nous avons une place de spectateur à l’UNESCO et tout ce que nous pouvons diriger, encore là, ce sont les bourgeois, ce sont les affaires économiques et encore, n’allez surtout pas conclure de marché avec l' »ennemi » socialiste! Je ne vois pas le rapport entre notre but, soit de briser le fédéralisme. N’oubliez pas que l’indépendance du Québec dont nous parlons serait de tendance socialiste, ou du moins, le plus à gauche possible.

    « Toi tu dis séparons-nous pour qu’on arrête de parler de cette question (as-tu envisagé que dans un Québec souverains, il pourrait y avoir des «unionistes» et que le débat continue…). Moi je dis arrêtons de jouer le jeu de la bourgeosie qui essaie de nous diviser. Mes vrais frères et soeurs ce sont bien plus les chomeurs/chomeuses de Kitchener et les prolétaires esploité-e-s dans les chantiers du nord de l’Alberta plutôt que les bourgeois-es d’Outremont ou de Sillery. La devise de la reine Victoria était divisé pour régner… »

    Ils nous divisent déjà, c’est quoi alors la différence? N’avez-vous pas vu la division? Québec+Beauce/Reste du Québec…
    Sinon, notre but ultime est le même, soit l’abolition de toutes les frontières. Seulement, nous passons par un autre chemin, seulement, ne nous donnez point le monopole du « divisionisme ». Comme je le dis, ils nous divisent déjà les bourgeois. Ça fait déjà plusieurs années que les syndicats stagnent à 40% au Québec, sans parler de l’aliénation et du manque de connaissance de certains syndiqués ou même, des syndicats de pacotille contrôlés par les fils de patron. Bref, l’indépendance du Québec n’apporterait rien au niveau de la division que nous n’avons déjà.

    Mais prenant votre choix, nous devrons convaincre, en même temps, tout l’Ouest canadien, de plus en plus enclin à suivre les pas de nos voisins du sud. L’empire états-unien ne fait que se renforcer. Notre solution, le bris du fédéralisme, vient mettre un arrêt à ce fédéralisme impérialiste. C’est théorique tout ça, mais autant que vos « dominions ».

    Nous sommes Simon, tous internationalistes. Ne nous mettez pas dans un panier nationaliste, je n’ai sincèrement rien à foutre des limites du Québec. Tout ce qui compte, c’est d’avoir une vraie « autodétermination » et de faire tomber le fédéralisme. L’Alberta risque de toute façon de faire le pas avant nous, nos contraintes environnementales pourraient la faire fuir.

    Ce que j’en pense moi? Même après l’indépendance, il y aura des débats, des « dominions » ou tout ça. Peu importe, les dés seront lancés. Le fédéralisme survivra quelques années, le temps de laisser les autres provinces se sortir de telle union. Mais la sphère fédéraliste sera néanmoins brisée. Nous ne visons pas la division des prolétaires, ils sont déjà divisés. Est-ce que la frontière entre le Mexique, le Venezuela ou Cuba nous empêche de soutenir nos camarades prolétaires ailleurs? Non.

    Quant à la colonie britannique, je crois, en tout cas pour ma part, que Q-S le disait en farce face à l »aplatventrisme » du Canada face à la reine; soit dans ses discours, soit dans l’allégeance faite à celle-ci en entrant dans la défense nationale, soit le rôle que représente la gouverneur générale, bref, on jurerait qu’il y a une colonie britannique ici. Les faits disent le contraire, mais… (Pour entrer dans l’Armée, il faut jurer sur la bible et dire quelques mots en faveur de la Reine Élisabeth II.)

    « Je trouve ces conclusions un peu hâtives.  »

    Et pourtant! Kosovo, Tibet, Ukraine, Géorgie, mais certes me direz-vous que ces exemples sont en fait des plans machiavéliques de l’O.T.A.N., mais qu’est-ce que ça change? Rien du tout, les principes de l’autodétermination s’appliquent à un? Ils s’appliquent donc à tous. Qui n’en voudra pas de cette autodétermination, parmi ceux que nous nommons entre autre, si la possibilité de l’obtenir existe? Je serais bien curieux de voir ce qu’en penseraient les premières nations.

    Vous oubliez que dans notre programme, nous offrons aux autochtones cette autodétermination, ils n’ont pas à la demander ou à posséder un État pour la demander. La situation ne pourrait pas empirer, commet le pourrait-elle? Juridiquement, ces nations; acadiens, autochtones et autres, n’auraient qu’à suivre les traces des autres nations l’ayant fait. Ce n’est en fait qu’une question de temps avant qu’ils le fassent, même sans l’indépendance du Québec.

    « Par ailleurs, mon premier échange sur RW, certains d’entre-vous sembliez plutôt réticent à ce que les autochnones du nord du québec et du labardor soit maître chez-eux. Si pour assurer la pérennité d’un Québec souverain il faut renforcer le colinialisme dans les territoires du nord, je suis pas sur que ce soit bien mieux pour les autochtones. »

    Vous généralisez, c’est d’un débat avec Q-S que vous parlez. Nous n’avons pas défendu cette limite, encore moins au PCQ ou chez Québec-solidaire. C’est ce que je dis depuis le tout début. Nous offrons sur un plateau d’argent l’autodétermination aux peuples habitant le même territoire que nous. Y aura t-il consensus sur le don d’un territoire à d’autres nations? Jamais, mais on s’en fiche, la majorité décide. Le Québec n’a certainement pas besoin de tout son territoire, sauf dans une perspective capitaliste, ce que nous ne sommes pas.

    Vos conclusions sont aussi hâtives que les nôtres en fait.

    Ma solution, briser le fédéralisme, ainsi, l’impérialisme états-unien du même coup, et cela fait avancer le socialisme à travers le monde. Et comme partenaire temporaire, avant d’atteindre le communisme, les pays de l’Amérique du sud et nos autres camarades à travers le monde. Mais le tout passe par les urnes.

  21. quebecsocialiste said

    @Simon

    « Ceci est rigoureusement inexacte. De manière ambigue, la déclaration Balfour de 1926 et de manière explicite le statut de Westinster de 1931 ont fait des Dominions britanniques des Royaumes souverains et indépendants du Royaume-Unis. »

    Franchement Simon! Crois-tu réellement que j’affirmais ça au sens propre du terme? Je connais mon histoire tu sauras! J’ai dit ça parce que symboliquement, il faut avouer que l’alignement méchanique et automatique du gouvernement canadien sur la ligne d’action de l’impérialisme anglo-saxon est pathétique et digne d’une colonie docile et sans volonté propre.

  22. quebecsocialiste said

    @Simon

    « Qs, toi et moi on fait exactement le même constat, à savoir que le débat sur la question nationale au Québec est un frein au développement du socialisme. Toutefois, toi et moi on n’envisage pas la même solution à ce problème. Toi tu dis séparons-nous pour qu’on arrête de parler de cette question (as-tu envisagé que dans un Québec souverains, il pourrait y avoir des «unionistes» et que le débat continue…). Moi je dis arrêtons de jouer le jeu de la bourgeosie qui essaie de nous diviser. Mes vrais frères et soeurs ce sont bien plus les chomeurs/chomeuses de Kitchener et les prolétaires esploité-e-s dans les chantiers du nord de l’Alberta plutôt que les bourgeois-es d’Outremont ou de Sillery. »

    Je n’ai jamais dis que je considérais les bourgeois québécois comme « des frères ». Tu sautes trop vite aux conclusions camarade. Je suis un internationaliste autant que toi, mais comme tu l’as si bien dit, nos idées sur la « solution » au problème de blocage du débat gauche/droite diffèrent. C’est bien (d’un sens) parce que ça prouve une fois de plus que le débat est bien vivant à l’intérieur de la gauche contrairement au monolithisme moribond de la droite néo-conne. Par contre, laisse moi te dire que la solution au problème présent est bel et bien l’indépendance du Québec. Comme Sylvain le dit si bien: La destruction de la bulle fédéraliste canadienne aurait des conséquences énormes et pas seulement ici. Les USA, une fédération de la vieille école et notre voisin du sud, seraient peut-être ébranlés par un tel événement. Tu imagines une seconde ce que ça veux dire? Le socialisme pourrait se propager à travers le monde en répendant la justice sociale et l’égalité SANS l’ingérence des USA. C’est peut-être idéaliste, mais c’est quand même bien meilleurs que ton idée de « Faisons comme si le souverainisme n’existait pas et continuons de parler des notions de gauche/droite à une population qui s’en fiche pour l’instant. » (désolé, mais c’est comme ça que je vois ta position)
    De plus, les « unionistes » ne sont qu’un énième mythe fédéraliste essayant de faire peur à la population québécoise pour empêcher qu’elle se sépare, alors arrête de le propager SVP.

    « La devise de la reine Victoria était divisé pour régner… »

    Peut-être, mais je te rappelle qu’elle l’a volé à Machiavel. Victoria n’était rien d’autre qu’une enfant gâtée génocidaire et l’admiration que lui porte les « intelectuels » fédéralistes pro-monarchie ne fait que prouver mon point selon lequel le Canada est (symboliquement) une colonie brittanique, ce qui justifi notre lutte pour l’indépendance du Québec et de toute personne souhaitant claquer la porte à cette fédération totalitaire et impérialiste.

  23. sylvainguillemette said

    Je te suis camarade. Je claque la porte, tout en supportant moralement, même physiquement, mes confrères et mes consoeurs canadiens et canadiennes. Je tiens à cette auto-détermination…

    « Oh! Grosse nouvelle! Ingrid a été acheté! Ça doit être la France! Ha ha! »

  24. sylvainguillemette said

    Attendons les confirmations…

  25. sylvainguillemette said

    http://www.france-info.com/spip.php?article156502&theme=14&sous_theme=308

    http://www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=200002&sid=9296597&cKey=1215170473000

  26. Au moins, à la fête du Canada, il n’y a pas des blancs ivrognes, drogués et désuets en ne sachant pas la raison pour laquelle ils fêtent.

  27. simongibran said

    Bonjour QS et Sylvain,

    Si je comprends bien les interventions de Sylvain, l’appui à l’indépendance du Québec serait une question d’odrdre tactique et non pas une question d’ordre stratégique. QS semble appuyer cette position dans ce billet, mais contrairement à Sylvain, je trouve que ses interventions dans d’anciens billets n’étainet pas toujours cohérentes avec cette position. Quoiqu’il en soit, présenté comme une question d’ordre tactique, le projet d’indépendance du Québec pourrait gagner mon appuie, mais pour cela votre tâche est de me convaincre que celle-ci entrainenarait bien l’éclatement des États bourgeois canadien et québecois.

    Pour ma part, après avoir sommairement analysé la question (j’insiste sur le fait que mon analyse n’est que sommaire et donc incomplète) j’en étais arrivé à la conclusion qu’on aurait droit suite à une éventuelle sécession du Québec, à deux Étas bourgeois parfaitement viables et parafaitement aptes à nier les droits d’autodéterminations de leur minorités nationales (autochtones, anglo-québécoise, acadienne, brayonne, franco-ontarienne, etc.). Sylvain, tient toutefois à me rappeller que le projet d’indépendance qu’il préconise est de type socialiste, ou du moins le plus à gauche possible. Le «plus à gauche possible» me pose un problème, si le plus à gauche possible c’est la gauche dans le sens péquiste du terme, est-ce qu’on serait bien avancé? mais passons cela. Dans le cas où il faudrait tactiquement s’encombrer d’un pojet indépendentiste pour arriver au socialisme, je suis prêt à m’en accomoder. Toutefois, je le répète, je vois difficlement comment cette voie sera plus rapide(mais si elle l’est prenons-là) que de s’unir avec nos frères et soeurs d’ici des maritimes, de l’ontario de l’ouest et de faire tomber notre oppressuer commun l’État Canadien. Je comprends que dans des pays colonniaux, il faille parfaois faire la révolution «par étapes», mais ici, cela m’apparait plutôt être un long détours. QS insiste souvent pour dire (en termes moins élogieux) que les masses albertaines sont plus aliénés qu’ici. Peut-être, mais est-ce que la séparations du québec va variemnt favoriser leur désaliénation? J’en doute…

  28. simongibran said

    Il dirige quoi comme destinée? Nous avons une place de spectateur à l’UNESCO et tout ce que nous pouvons diriger, encore là, ce sont les bourgeois, ce sont les affaires économiques et encore, n’allez surtout pas conclure de marché avec l’”ennemi” socialiste! Je ne vois pas le rapport entre notre but, soit de briser le fédéralisme.

    Sylvain, habituelleemnt tu es plus claire que ça, mais veux-tu briser le fédéralisme ou le capitalisme? Les mots ici ont un poid très grands.

    Sur la question que dirige l’État québecois. Ô il dirige beaucoup de choses. C’est triste à dire, mais l’état québecois (qui est effectivement un État bourgeois) est un État impérialiste. Pour s,en convaincre on n’a qu’à consulter les chiffres que sort le PQ à tours de bras, si le Québec État indépendant, il aurait la x-ième économie dans le monde, il se classerait à tel rang pour tel type d’entrepise, etc…

    Des exemples concrets peuvent aider à clarifier la situation. par exemple quand le gouvernement du Québec pour soutenir bombardier (un des fleurons de l’impérilisme québecois) a décidé de verser des subventions à son secteur aéronotique et que cela à suciter des plaintes de la part du Brésil à l’OMC, il faut pas croire que parce que le Québec n’était pas un État souverainq ue sa voix ne s’est pas fait entendre dans les intances arbitrales de l,Organisation (évidemment cette voix était présenté comme celle du canada, mais n’empêche que dans les fait, le Québec se faisait entendre).

    Sur le plan local, je peux donner comme exemple le secteur de l’éducation. Certain pays du tiers-monde ont contariant d,apporter certaines réforme à leur système d’éducation pour obéir aux diktats du FMI ou de la banque mondiale. Contrôler ce que sa jeunesse apprend n’est pas peux de chose, vous en conviendrez.

    Bon évidemment, dans tous les exemples que j,ai donnés, c’est l’intérêt de la bourgeoisie qui est d,abord et avant tout servi. Il ne faut pas s’en surprendre car le Québec est un état bourgrois. C’est une contardiction de classe qui s’exprime ici et non pas une contradiction nationale.

  29. simongibran said

    Ils nous divisent déjà, c’est quoi alors la différence?

    C’est précisément ce que je dis, il nous divisent déj« a. Il faut être plus fin-e-s qu’eux et arr^terde jouer leur petit jeu et s’unir immédiatement ( prolétaires hommes et femmes, prolétaires jeunes et vieux, prolétaires citadins et camapagnard, prolétairs québecois et canadiens). C,est pas en traitant les opprimées d’alberta de redneck que ça va faire avancer les choses

  30. simongibran said

    C’est théorique tout ça, mais autant que vos “dominions”.

    e comprends pas la références à «mes» dominions. Dominions était le mot utilisé pour parler du Canada, de l’Australie, de la jama¸ique, etc avant qu’il ne deviennent formelelemt indépendenat du Royaume-Unis?

  31. simongibran said

    Vous généralisez, c’est d’un débat avec Q-S que vous parlez. Nous n’avons pas défendu cette limite, encore moins au PCQ ou chez Québec-solidaire

    Je n’ai jamais dit que Québec solidaire ou le PCQ défendait cette ligne. Pour ce qui est de la généralisation, mon but n’était pas que mon commentaire passe pour une généralisation, mais c’est vrai que je n’ai pas été clair. En fait je voulais illustrer que quand bien qu’elle est le fait d’une minorité, cette ligne trouve même un certian un écho dans la gauche. Donc, si ici dans RW on retrouve ce genre de ligne politique alors qu’il n’y a même pas de crise autochtone présentement, je crois que cela est un mauvais présage pour ce qui se passera dans certaines frange plus à droite dans la population (imaginer Ghyslain Lebel, Mathieu Bock-Côté, Gilles proulx ou Jean-luc Mongrain monter la population contre les autochtones…)

  32. simongibran said

    le sourire n’tait pas voulu dans le dernier message

    il faut avouer que l’alignement méchanique et automatique du gouvernement canadien sur la ligne d’action de l’impérialisme anglo-saxon est pathétique et digne d’une colonie docile et sans volonté propre.

    Si l’impérialisme canadien s’aligne sur les positions américaines ou britanniques, ce n’est pas par aplatventrime, mais bel et bien parceque cela sert ses intérêts

  33. jeanlucproulx said

    En fait, le Canada a 475 ans aujourd’hui et non 141 ans, car, dès ses premiers voyages au Québec, Jacques Cartier a désigné la région de Québec comme étant le Canada. C’est la CONfédération canadienne de 1867 (qui est en fait une Fédération) qui a 141 ans. Harper et Charest soutiennent sans vergogne que le 400e anniversaire de Québec est également la fondation du Canada, mais il n’y a rien de plus faux. Le Québec était une colonie qu’on appelait alors Canada et ce n’était qu’une petite portion de la Nouvelle-France (qui comprenait le Canada, l’Acadie et la Louisiane) et l’État était la France jusqu’à la violente Conquête du Canada en 1763. Comme quoi, les politiciens et les journalistes disent souvent n’importe quoi seulement pour vendre de la nouvelle!

  34. jeanlucproulx said

    Je voulais, bien évidemment, écrire que le Canada a 475 ans cette année et non pas aujourd’hui 5 juillet 2008. Vous comprendrez qu’il s’agissait là d’une grossière erreur.

  35. sylvainguillemette said

    Simongibran, vous m’avez donné au commentaire #28 une suite de faits qui concernent l’État québécois actuel. Je ne vois pas le rapport avec ce que je prône et Henri Gagnon, un défunt ancien membre du PCQ, parlait déjà de « l’assistance sociale pour qui? » dans un livre sur l’État québécois. Rien de nouveau, je sais très bien que les entreprises privées au Québec reçoivent plus que les assistés sociaux et qu’elles dépendent donc, plus de l’État que ces mêmes assistés sociaux. Pareil au Canada avec GM. Je connais le tout. Dégueulasse, en effet. Mais ce n’est pas ce que nous visons, vraiment pas. Je vous propose d’aller faire un tour sur notre site afin de mieux déceler l’idée derrière l’indépendance.

    « C,est pas en traitant les opprimées d’alberta de redneck que ça va faire avancer les choses »

    Je ne les traite pas de Redneck camarade. Je dis tout simplement que mes camarades prolétaires sont bien cachés sous un tas de réactionnaires beaucoup plus voraces et nombreux qu’ici au Québec. Les albertains par exemple, bénéficient directement des sables bitumineux, puis-je m’attendre à un discours objectif de leur part sur la question de l’environnement?

    On s’organise ici, on est déjà pas mal organisés et le consensus sera moins long à amener que dans l’ouest. Aussi, l’éclatement du fédéralisme canadien fera domino. ? pour 1 (on dit parfois « 2 pour 1 », mais ici ce serait bien plus encore).

    « Si l’impérialisme canadien s’aligne sur les positions américaines ou britanniques, ce n’est pas par aplatventrime, mais bel et bien parceque cela sert ses intérêts »

    Je suis d’accord aussi.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :