Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Archive for septembre 2008

Référendum en Équateur: Victoire!

Posted by quebecsocialiste sur 30 septembre, 2008

C’est fait: Le peuple équatorien a voté majoritairement en faveur du « Oui » lors du référendum constitutionel de Raphael Correa! Ce que ça signifi? Le président équatorien aura plus de pouvoir pour réformer l’économie, les politiques sociales et la justice dans une optique socialiste. Aussi, les multinationales qui exploitent le peuple équatorien et polluent les rivières et les terres des indigènes ne seront plus à l’abris de la justice. Les bourgeois de la « classe financière » du pays ont beau crier au scandal, mais ils ne peuvent rien faire contre la volonté du peuple! C’est une grande victoire pour le peuple équatorien, pour l’ALBA et pour la révolution bolivarienne en Amérique du Sud. Nos félicitation les plus sincères vont au président Correa et à tous ceux qui ont rendu cette victoire prolétarienne possible.

Hasta la victoria siempre!

Publicités

Posted in Article | 11 Comments »

Citation de la semaine

Posted by Jean-Sébastien Vézina-Girard sur 28 septembre, 2008

Je ne peux accepter une religion qui lave plus blanc que blanc… la couleur des sépulcres ! Car, au bout du chemin, on trouve toujours l’exclusion, le racisme. En ces temps de montée de l’extrême droite, on ne se prémunit peut-être pas assez contre les dictatures spirituelles.

Père Gabriel Ringlet , vice recteur de l’Université de Louvain , fesant référence à L’Opus Dei

Posted in Citation | Tagué: , | 2 Comments »

Le régime communiste aux U.S.A. (déjà publié, mais vraiment d’actualité)

Posted by sylvainguillemette sur 26 septembre, 2008

https://i0.wp.com/seanabc.blogs.ie/images/trotsky.jpg
Si le régime communiste est instauré aux Etats-Unis, comme une conséquence de l’incapacité de votre ordre social capitaliste à résoudre ses difficultés et ses problèmes, vous découvrirez que ce régime bien loin de signifier une tyrannie bureaucratique intolérable et l’enrégimentement des individus, sera à l’origine d’un développement des libertés individuelles et donnera l’abondance pour tous.

A l’heure actuelle, la plupart des Américains ne considèrent le régime communiste que d’après l’expérience de l’Union Soviétique. Ils craignent que ce régime n’engendre en Amérique les mêmes résultats matériels que chez les peuples culturellement arriérés de l’Union Soviétique.

Ils craignent que l’on ne veuille les coucher sur un lit de Procuste, et considèrent, par ailleurs, le conservatisme anglo-saxon comme un obstacle insurmontable même pour des réformes éventuellement souhaitables. Ils soutiennent que la Grande-Bretagne et le Japon interviendraient par la force armée contre les Soviets américains. Ils redoutent de s’entendre dicter quels vêtements ils doivent mettre, quels aliments ils doivent consommer; d’être contraints à se contenter de rations de famine; à ne trouver dans la presse qu’une propagande officielle stéréotypée; à entériner des décisions prises sans leur participation active; à garder leurs pensées pour eux, et à chanter bruyamment en public les louanges de leurs dirigeants soviétiques pour échapper à la prison ou à l’exil.

Ils ont peur d’être la proie de l’inflation monétaire, de la tyrannie bureaucratique, d’une paperasserie intolérable dans toutes les démarches de l’existence quotidienne. Ils craignent d’assister à une standardisation mécanique des arts et des sciences, comme de la vie de tous les jours; à la destruction, par la dictature d’une monstrueuse bureaucratie, de toute spontanéité politique et de la liberté de la presse. Et ils tremblent à l’idée d’être obligés à parler un incompréhensible jargon de dialectique marxiste et à professer une philosophie sociale obligatoire. Ils craignent, en un mot, que l’Amérique soviétique ne devienne la contre-partie de la Russie soviétique telle qu’on la leur a dépeinte.

En réalité, le régime. soviétique américain diffèrera autant du régime soviétique russe que les Etats-Unis du Président Roosevelt différent de l’empire russe du tsar Nicolas II. Cependant, le régime communiste ne peut être instauré en Amérique que par une révolution, comme l’y furent l’indépendance et la démocratie. Le tempérament américain est énergique et violent, et il exigera pas mal de vaisselle cassée avant que le régime communiste ne soit solidement établi. Les Américains sont des enthousiastes et des sportifs avant d’être des spécialistes ou des hommes d’état, et il serait contraire à la tradition américaine d’opérer un changement majeur sans se diviser, tout d’abord, en camps opposés et fendre des crânes.

Néanmoins, si élevé qu’il puisse être, le coût de la révolution communiste aux Etats-Unis sera insignifiant, rapporté à votre richesse nationale et à votre population, en comparaison de celui de la révolution bolcheviste en Russie.

Cela tient à ce que, dans une guerre civile révolutionnaire, ce n’est pas la poignée d’hommes qui se trouve au sommet de l’échelle sociale qui se bat –les 5% ou 10% qui possèdent les neuf dixièmes de la fortune américaine: ils ne peuvent recruter les armées de la contre-révolution que dans les couches inférieures des classes moyennes. Or la révolution pourrait facilement amener ces dernières sous son drapeau en leur démontrant que le soutien des soviets leur ouvrirait seul une perspective de salut.

En dessous de ce groupe social, tout le monde, au point de vue économique, est préparé au communisme. La crise a ravagé votre classe ouvrière, et a porté un coup terrible à vos agriculteurs, déjà atteints par le long déclin agricole de la décade d’après guerre. Il n’y a aucune raison pour que ces groupes opposent une ferme résistance à la révolution; ils n’ont rien à y perdre, en admettant, bien entendu, que les dirigeants de la révolution adoptent une politique modérées et clairvoyante à leur égard.

Quels autres hommes voudront se battre contre le communisme? Vos milliardaires et multimillionnaires? Vos Mellon, Morgan, Ford, Rockefeller? Ils cesseront la lutte dès qu’ils ne pourront plus trouver d’autres gens pour se battre à leur place.

Le gouvernement soviétique américain prendra fermement possession des leviers de commande de votre système économique: les banques, les industries-clés et les moyens de transport et de communication. Il donnera alors aux agriculteurs, aux petits commerçants et négociants, un temps de réflexion suffisamment long pour que ceux-ci aient la possibilité de constater comme le secteur nationalisé de l’industrie fonctionne bien.

C’est ici que les soviets américains pourront faire de véritables miracles. La « technocratie » ne pourra devenir une réalité que sous le régime communiste, une fois votre système industriel affranchi des entraves de la propriété privée et du profit privé. Les plus audacieuses propositions de la commission Hoover sur la standardisation et la nationalisation ne sont que jeux d’enfants auprès des possibilités nouvelles que libérera le régime communiste.

L’industrie nationale sera organisée sur le modèle de la chaîne de montage dans vos usines automatiques modernes à production continue. La planification scientifique pourra sortir du cadre de l’usine individuelle pour être appliquée à votre système économique tout entier. Les résultats seront stupéfiants.

Les coûts de production tomberont à 20%, ou moins, de leur valeur actuelle. De ce fait, le pouvoir d’achat des agriculteurs s’élèverait rapidement.

Bien entendu, les soviets américains institueraient leurs propres entreprises agricoles géantes, en guise d’écoles de collectivisation volontaire. Vos agriculteurs pourraient facilement calculer s’il est de leur intérêt de demeurer des anneaux isolés, ou de se joindre à la chaîne publique.

La même méthode serait employée pour amener le petit commerce et la petite industrie à entrer dans l’organisation nationale de l’industrie. Grâce au contrôle soviétique des matières premières, du crédit et des commandes, ces industries secondaires pourraient être maintenues solvables jusqu’à leur intégration graduelle et sans contrainte dans le système économique socialisé.

Sans contrainte! Les soviets américains n’auraient pas à recourir aux mesures draconiennes que les circonstances ont souvent imposées aux soviets russes. Aux Etats-Unis, la science de la publicité et de la réclame vous offre, pour gagner le soutien de votre classe moyenne, des ressources qui manquaient aux soviets de la Russie arriérée, où les paysans misérables et illettrés constituaient la grande majorité. Ceci, en plus de votre équipement technique et de votre richesse, est le principal atout de votre future révolution communiste. Votre révolution sera, par nature, plus aisée que la nôtre; une fois les questions essentielles tranchées, vous ne gaspillerez pas vos énergies et vos ressources en de coûteux conflits sociaux; et cela vous permettra d’aller de l’avant plus vite.

Même l’intensité des sentiments religieux aux Etats-Unis ne constituera pas un obstacle à la révolution. Si l’on admet la perspective des Soviets en Amérique, aucun frein psychologique ne sera assez puissant pour diminuer la pression de la crise sociale. Cela, l’histoire l’a prouvé plus d’une fois. De plus, il ne faudrait pas oublier que les Evangiles contiennent quelques aphorismes passablement explosifs.

Quant à la manière de traiter les opposants, relativement peu nombreux, à la révolution soviétique, on peut faire confiance au génie inventif américain. Peut-être expédierez-vous vos millionnaires impénitents, dispensés de loyer leur vie durant, dans quelque île pittoresque, où ils pourront faire ce qui leur plaira.

Vous pourrez le faire en toute sécurité, car vous n’aurez pas à redouter d’intervention étrangère. Le Japon, la Grande-Bretagne, et les autres pays capitalistes qui sont intervenus en Russie ne pourraient rien faire d’autre que s’incliner devant le fait accompli aux Etats-Unis. A la vérité, la victoire du communisme en Amérique –dans la forteresse du capitalisme– provoquerait son extension à d’autres pays. Le Japon aura probablement rejoint les rangs communistes avant même l’établissement du régime soviétique aux Etats-Unis. La même chose est vraie de la Grande-Bretagne.

En tout cas, ce serait une idée folle d’envoyer la flotte de sa Majesté Britannique contre une Amérique Soviétique, même pour une expédition contre la moitié sud, la plus conservatrice, de votre continent. Ce serait là un acte sans espoir, qui n’irait jamais plus loin qu’une escapade militaire de deuxième classe.

Quelques semaines ou quelques mois après l’instauration du régime soviétique aux Etats-Unis, le panaméricanisme deviendrait une réalité politique.

Votre fédération attirerait dans son sein les gouvernements de l’Amérique Centrale et de l’Amérique du Sud, comme l’aimant attire la limaille de fer. Il en serait de même du Canada. Les mouvements populaires dans ces pays seraient si puissants, que ce grand procès d’unification s’accomplirait rapidement et à peu de frais. Je suis prêt à parier que les Soviets américains trouveraient à leur premier anniversaire, l’hémisphère occidental transformé en Etats-Unis Soviétiques de l’Amérique du Nord, du Centre et du Sud avec Panama pour capitale. Ainsi, la doctrine de Monroë prendrait pour la première fois une signification complète et positive dans les affaires mondiales, bien que différente de celle prévue par son auteur.

En dépit des accusations portées contre lui par certains de vos archi-conservateurs, Roosevelt ne prépare pas les Etats-Unis à une transformation soviétique. La N.R.A. ne se propose pas de détruire, mais de consolider les fondements du capitalisme américain, en surmontant vos difficultés économiques. Ce n’est pas l’Aigle Bleu qui apportera le communisme en Amérique, mais bien les difficultés que l’Aigle Bleu est impuissant à surmonter. Les professeurs « radicaux » de votre Brain Trust ne sont pas des révolutionnaires; ce sont seulement des conservateurs effrayés. Votre président déteste les « systèmes » et les « généralisations ». Mais un gouvernement soviétique est le plus grand de tous les systèmes possibles, une généralisation gigantesque en action.

L’homme moyen n’aime ni les systèmes ni les généralisations. Ce sera la tâche de vos hommes d’état communistes de faire en sorte que le système fournisse à l’homme moyen ces biens concrets auxquels il aspire: sa nourriture, ses cigares, ses distractions, la liberté de choisir ses cravates, son logement et son auto. Il sera aisé de lui donner ces avantages dans une Amérique soviétique.

La plupart des Américains ont été induits en erreur par le fait qu’en U.R.S.S. nous avons eu à édifier de nouvelles industries de base de fond en comble. Pareille chose ne pourrait pas se produire en Amérique, où vous êtes déjà contraints de diminuer votre surface cultivée et de réduire votre production industrielle. En fait, votre formidable équipement technique a été paralysé par la crise, et demande déjà à être employé. Vous serez en état d’élever considérablement le niveau de consommation de votre peuple, dès le début de votre renouveau économique. Vous y êtes préparés comme nul autre pays. Nulle part ailleurs, l’étude du marché intérieur n’a atteint un niveau aussi élevé qu’aux Etats-Unis. Cette étude a été faite par vos banques, vos trusts, vos hommes d’affaires individuels, vos négociants, vos représentants de commerce et vos agriculteurs. Votre gouvernement soviétique abolira simplement tous les secrets commerciaux, fera la synthèse de toutes les découvertes faites pour le profit privé, les transformera en un système scientifique de planification économique. Votre gouvernement trouvera à cette fin un appui dans l’existence de larges couches de consommateurs éduqués, capables d’esprit critique. Par la combinaison des industries-clés nationalisées, des entreprises privées, et de la coopération démocratique des consommateurs, vous développerez rapidement un système d’une extrême souplesse pour la satisfaction des besoins de votre population. Ce système ne sera régi ni par la bureaucratie, ni par la police, mais par le dur paiement au comptant. Votre tout-puissant dollar jouera un rôle essentiel dans le fonctionnement de votre système soviétique. C’est une grande erreur de confondre « économie planifiée » et « monnaie dirigée ». Votre monnaie doit agir comme un régulateur qui mesurera le succès ou l’échec de votre planification.

Vos professeurs « radicaux » commettent une erreur mortelle avec leur dévotion à la « monnaie dirigée ». Cette idée académique pourrait facilement ruiner votre système de distribution et de production tout entier. Telle est la grande leçon qu’enseigne l’expérience de l’Union Soviétique, où, dans le domaine monétaire, une amère nécessite a été convertie en vertu officielle. Là-bas, l’absence d’un rouble-or a été l’une des causes principales de nos nombreuses difficultés et catastrophes économiques. Utiliser un rouble instable dans un système soviétique, c’est comme se servir de calibres variables dans une chaîne de montage: cela ne peut pas marcher.

C’est seulement lorsque le socialisme réussira a remplacer l’argent par le contrôle administratif que l’on pourra abandonner une monnaie or stable. L’argent ne consistera plus alors qu’en des morceaux de papier ordinaire, comme des billets de tramway ou de théâtre. Avec le développement du socialisme, ces morceaux de papier disparaîtront à leur tour; et le contrôle de la consommation individuelle –qu’il soit monétaire ou administratif– cessera d’être nécessaire, lorsqu’il y aura abondance de tout pour tous!

Ce temps n’est pas encore venu, bien que l’Amérique doive certainement l’atteindre avant tout autre pays. Jusque-là, le seul moyen de parvenir à ce stade de développement est de conserver un régulateur et un étalon efficaces pour le fonctionnement de votre système. En fait, pendant les quelques premières années de son existence, une économie planifiée, encore plus que le capitalisme à l’ancienne mode, a besoin d’une monnaie saine. Le professeur qui prétend régir tout le système économique en agissant sur l’unité monétaire est comme un homme qui veut lever de terre les deux pieds à la fois.

L’Amérique soviétique possèdera des ressources suffisantes pour stabiliser le dollar –avantage inappréciable. En Russie nous avons accru à la capacité de notre industrie de 20 à 30% par an; mais la faiblesse de notre monnaie ne nous a pas permis de répartir efficacement cet accroissement. Cela tient en partie à ce que nous avons permis à notre bureaucratie de soumettre notre monnaie à la partialité administrative. Ces maux vous seront épargnés. Aussi nous dépasserez-vous rapidement pour l’accroissement de la production et de la distribution, et obtiendrez-vous une élévation rapide du confort et du bien-être de votre population.

En tout ceci vous n’aurez pas à imiter notre production standardisée destinée à notre déplorable consommation de masse. Nous avons reçu de la Russie tsariste un héritage de pauvres, une paysannerie culturellement non développée avec un bas niveau de vie. Nous avons dû construire nos usines et nos barrages aux dépens de nos consommateurs.

Nous avons subi une inflation monétaire continuelle et une monstrueuse bureaucratie.

L’Amérique soviétique n’aura pas à imiter nos méthodes bureaucratique. Chez nous, la disette d’objets de première nécessité a engendré une lutte acharnée pour la possession d’un morceau de pain ou d’une aune d’étoffe supplémentaire. Notre bureaucratie émergea de cette lutte comme un conciliateur, une toute-puissante cour d’arbitrage. Vous, de votre côté, vous êtes beaucoup plus riches et vous n’auriez pas grand-peine à fournir à votre peuple tout ce qui est nécessaire à la vie. En outre, vos besoins, vos goûts et vos habitudes ne souffriraient jamais que le revenu national soit réparti par votre bureaucratie. Au lieu de cela, lorsque vous aurez organisé la société de manière à produire pour la satisfaction des besoins et non pour le profit privé, votre population tout entière se distribuera en de nouvelles formations qui lutteront entre-elles et empêcheront une bureaucratie outrecuidante de leur imposer sa domination.

Vous pourrez ainsi éviter la croissance du bureaucratisme par la pratique des soviets –c’est à dire de la démocratie– de la forme la plus souple de gouvernement qui ait jamais existé. L’organisation soviétique ne peut faire de miracles, mais doit simplement refléter la volonté du peuple. Chez nous, le monopole politique d’un seul parti qui s’est lui-même transformé en bureaucratie, a engendré la bureaucratisation des soviets. Cette situation a résulté des difficultés exceptionnelles du défrichage socialiste dans un pays pauvre et arriéré.

Les Soviets américains seront vigoureux et pleins de sang; le besoin de mesures analogues à celles que les circonstances imposèrent en Russie ne se fera pas sentir, et l’occasion ne s’en présentera pas. Vos capitalistes non régénérés ne trouveront pas de place dans le nouvel édifice. Il est difficile d’imaginer Henry Ford à la tête du Soviet de Détroit. Néanmoins, une ample lutte d’intérêts, de groupements et d’idées est non seulement concevable –elle est inévitable. Un plan de développement économique d’un an, de cinq ans ou de dix ans; un projet pour l’éducation nationale; la construction d’un nouveau réseau de transports; la transformation de l’agriculture, un programme pour l’amélioration de l’équipement technique et culturel de l’Amérique latine; un programme pour les communications stratosphériques; l’eugénique –voilà autant de sujets pour les controverses, pour de vigoureuses luttes électorales, et des débats passionnés dans la presse et dans les réunions publiques.

Car l’Amérique soviétique n’imitera pas le monopole de la presse tel que l’exercent les chefs de la bureaucratie de l’U.R.S.S. La nationalisation par les Soviets américains de toutes les imprimeries, fabriques de papier et moyens de distribution sera une mesure purement négative. Elle signifiera simplement qu’il ne sera plus permis au capital de décider quelles publications doivent paraître, si elles doivent être progressives ou réactionnaires, « sèches » ou « humides », puritaines ou pornographiques. L’Amérique soviétique aura à trouver une nouvelle solution au problème du fonctionnement de l’imprimerie dans un régime socialiste. Elle pourrait consister en une représentation proportionnelle des tendances exprimées dans chaque élection de soviets. De la sorte, le droit pour chaque groupe de citoyens d’user des presses dépendrait de leur importance numérique –le même principe étant appliqué à l’utilisation des lieux de réunion, de la radio, etc.

La gestion et la politique des publications périodiques ne seraient plus ainsi soumises aux carnets de chèques individuels, mais aux groupements d’idées. Il se peut que cette méthode tienne peu de compte de groupements numériquement faibles et néanmoins importants, mais cela signifie simplement que toute idée nouvelle devra faire la preuve, comme ce fut le cas tout au long de l’histoire, de son droit à l’existence.

La riche Amérique soviétique pourra réserver des fonds importants à la recherche et à l’invention, à la découverte et à l’expérimentation dans tous les domaines. Vous donnerez la place qui leur revient à vos architectes et à vos sculpteurs les plus téméraires, à vos poètes les plus originaux et à vos philosophes les plus audacieux.

En fait, les futurs Soviets Yankees montreront la voie à l’Europe dans ces domaines précisément où l’Europe a jusqu’à présent été votre maître. Les Européens n’ont qu’une faible notion du pouvoir de la technique pour influencer la destinée humaine, et ont adopté une attitude de supériorité méprisante envers l' »américanisme » constitue la véritable marque distinctive du monde moderne par rapport au moyen âge.

Jusqu’à présent, la conquête de la nature a été poursuivie en Amérique avec tant de violence et de passion que vous n’avez pas eu le temps de moderniser votre philosophie et de développer vos propres formes d’expression artistique. De là votre hostilité aux doctrines de Hegel, de Marx et de Darwin. La mise au bûcher des oeuvres de Darwin par les Baptistes du Tennessee n’est qu’une expression grossière de l’aversion américaine pour la doctrine de l’évolution. Cette attitude n’est pas seulement le fait des prêtres. Elle est encore une part intégrante de toute votre architecture intellectuelle.

Vos athées comme vos quakers sont des rationalistes déterminés. Et votre rationalisme lui-même est affaibli par l’empirisme et le moralisme. Il n’a rien de l’impitoyable vitalité des grands rationalistes européens. C’est que votre méthode philosophique est encore plus surannée que votre système économique et que vos institutions politiques.

Vous êtes obligés aujourd’hui, sans aucune préparation, de faire face à ces contradictions sociales qui croissent insoupçonnées au sein de toute société. Vous n’avez conquis la nature, grâce aux outils engendrés par votre génie inventif, que pour constater que ces outils vous ont presque détruits vous-mêmes. Contrairement à tous vos espoirs et à tous vos voeux votre richesse sans précédent a été la source de maux sans précédents. Vous avez découvert que le développement social n’obéit pas à une formule simple. Par là vous avez dû vous mettre à l’école de la dialectique et vous y resterez.

Il n’y a plus de retour possible au mode de pensée et d’agir qui prévalait aux dix-septième et dix-huitième siècles.

Tandis que les crétins romantiques de l’Allemagne nazie rêvent de restaurer la race de la Forêt Noire dans sa pureté originelle, ou plutôt dans son impureté originelle, vous autres Américains, après avoir saisi fermement le contrôle de votre mécanisme économique et de votre culture, appliquerez des méthodes authentiquement scientifiques aux problèmes de l’eugénique. D’ici un siècle, de ce creuset où se fondront les races, sortira une nouvelle souche d’hommes — la première digne du nom d’homme.

Une prophétie pour terminer: dans la troisième année du régime soviétique aux Etats-Unis, vous cesserez de mâcher du chewing-gum.

Léon Trotsky 23 mars 1935.

Posted in Article | 9 Comments »

Citation de la semaine

Posted by quebecsocialiste sur 26 septembre, 2008

« Ce que recevra le prochain président des États-Unis est un bateau en train de couler et cela ne nous réjouit pas. (…) Le modèle Nord-américain du capitalisme et du néo-libéralisme s’effondre. » -Hugo Chavez, président élu du Vénézuela, à propos de la crise financière mondiale.

Posted in Article | 8 Comments »

Des « journalistes » qui tuent l’intelligence

Posted by quebecsocialiste sur 25 septembre, 2008

Note aux lecteurs: Cet article cet article n’est qu’une réponse à l’arrogance injustifiée de deux « journalistes » (propagandistes) du JDM. Je vais rappeller à nos lecteurs certains des « faits d’armes » de nos chers propagandistes de droite « préférés » et démontrer qu’ils n’ont vraiment aucune leçon de morale à donner à qui que ce soit, que ce soit aux artistes (harcelés sans arrêt par le JDM), aux partis politiques (particulièrement le Bloc (leur cible par excellence) et le NPD) ou à la population elle-même.

Richard Martineau:

Nous en avons déjà parlé ici, mais actualisons quand même un peu le statut de ses délires: Richard Martineau est connu pour son « franc-parler » arrogant, ses sautes d’humeur incotrôlables (voir le duel « Martineau vs Dieudonné » dans un épisode à l’émission « Le 3950 » de l’année dernière) et ses diverses croisades contre tous ceux qui le dérangent. Énumérons d’abord ses croisades: Anti-islam, anti-gauche, anti-Dieudonné, Anti-Cuba, anti-intellectuels québécois, anti-Bloc Québécois, anti-syndicat, anti-protestation de la population, anti-environnement et sa toute dernières, la croisade anti-artiste. En effet, au moment où il a eu vent de l’opposition grandissante des artistes à Harper (depuis ce fameux gala où ils ont clairement pris position), Martineau le croisé s’est précipité sur son cheval blanc afin d’apporter la « lumière » aux « masses ignares » qui auraient pu se poser des questions. Depuis deux semaines, sur ses quatres chroniques par semaine, Martineau en a consacré les 3/4 à « blaster » les artistes. « La population les méprise » disait-il, e-mail d’une de ses quelques fans à l’appui. « Les artistes devraient se la fermer avant de se caler » nous dit l’homme qui n’a plus aucune crédibilité auprès de la population québécoise. Il en menait large sur son blogue, à coups de « Les artistes et le Bloc sont des démagogues finis » nous a-t-il dit, tout en se regardant dans le mirroir. lol.

Parlons-en de son blogue. Il y a fait les pires démagogies: Il a déjà pété une crise parce qu’il avait vu une mère musulmane et sa fille qui portait le foulard islamique au biodome et il se demandait « ce que la DPJ fait pendant ce temps là »… justement! Elle a des cas pas mal pire à gérer qu’une petite fille qui porte un foulard scintillant, môsieur le démagogue en chef! Il y a déjà fait de la publicité pour deux objets de propagande de la mafia de Miami, soit un film, produit et financé par cette même mafia, qui avait eu le culot de mettre les actes terroristes de Luis Posada Carilles (en particulier l’attentat contre un avion de ligne cubain qui avait tué 73 personnes innocentes) sur le dos du gouvernement cubain! Martineau semble vraiment croire à ce ramassis de Bullshit, puisqu’il leur a fait de la pub sur son blogue démagogue. L’autre était un livre anti-Che écrit par un homme… qui supporte l’usage du terrorisme contre Cuba! En fait de double-mesure grotesque, j’ai rarement vu pire. Aussi, il ne faut surtout pas manquer de souligner son support au site « point de bascule », un site raciste anti-musulman friand du « complot islamique mondial » dont Martineau et David G. rafollent tant! Il faut aussi rajouter que Martineau est une vrai girouette! En effet, il y a environ un mois, Martineau critiquait « l’attitude de cowboy » d’Harper en matière de culture. Il a suffit que les « méprisables artistes » revendiquent la même chose pour que Martineau se mette soudainement à dire totalement le contraire! Cré Martineau! Je me souviendrai également toujours de la fois où, à cause des remarques extrêmes de DEUX militants environnementalistes sur l’affaire de la mort des chasseurs de phoques, Martineau en a conclu que « L’intelligence de la masse, c’est un mythe. La population ne connaît rien à rien. » Quel constat intelligent… on remarquera aussi que ses copains populistes comme Patrice Lagacé ont droit au tître de « collègues », mais que Jacques Lanctôt, qui est fortement opposé au populisme de droite dont Martineau est friand, est relégué au rang de « stupide gauchiste aveugle » dans un de ses billets. Je pourrais continuer pendant longtemps, mais j’en ai assez des frasques de sir Martineau pour aujourd’hui.

Marco Fortier:

Dans un récent billet sur son blogue intitulé « Le NPD tue l’intelligence », ce journaliste de commérage et pseudo-expert politique blâme le NPD pour sa publicité « ConservaTUEUR de culture ». Bien entendu, les conservateurs n’ont nullement courru après… lui et son collègue Benoît Aubin viennent tout juste de se rendre compte en 2008 que les élections nord-américaines son « sales, sales, sales ». Bien-sûr, les deux y vont de leur petit commentaire démagogique: Fortier s’est empressé de minimiser et de ridiculiser la fameuse vidéo des artistes contre Harper et nous avouer que « la politique américaine (lire états-uniennes) est bien plus intéressante », alors qu’Aubin, expert en critique non constructive, a écrit que la présente campagne était « dégueulasse et dépourvue d’intérêt pour la population » et que « Harper, c’est pas Bush », avant de se caler en nous sortant les noms « des notre » qui ont accéder au poste de premier ministre du Cadenas. Cette liste incluait sir Wilfrid Laurier, Trudeau, Mulroney et Chrétien. Pas vraiment des fiertés si vous voyez ce que je veux dire… en tout cas, depuis quelques temps, monsieur Fortier s’en est donné à coeur joie pour « blaster » tous les anti-Harper (il a même citer la coalition de Lutopium sur son blogue, merci pour la pub), ainsi que les artistes, sans apporter d’arguments qui pourraient justifier ces attaques, si ce n’est son omniscience de « journaliste »…

Lire aussi mon article sur Marco Fortier datant du 8 septembre dernier.

J’aurais aussi pu parler de Facal et Elgrably, mais j’en ai assez d’éplucher les vidanges du JDM (ça pu le mépris), alors bonne journée à tous.

Posted in Article | 17 Comments »

Une autre réforme capitaliste, un pansement de plus sur le Titanic…

Posted by sylvainguillemette sur 25 septembre, 2008

https://i1.wp.com/www.memo.fr/Media/Symbole_communisme.jpg

S’il y a bien une pertinence qui doit d’être discutée aujourd’hui, n’est-ce pas celle du capitalisme? Une fois encore, le capitalisme sera réformé, tout en persistant à légitimer l’exploitation des prolétaires majoritaires, par ces bourgeois minoritaires, parasitaires, coûteux et inutiles.

Même si les banques, des entreprises pourtant privées dans ce cas-ci, ont dans les faits* connus mal gérées leurs affaires, il semble que l’État –les contribuables ici, donc les prolétaires-, paiera donc ainsi le fameux «RISQUE» cité par nos adversaires capitalistes, qui se servent de ce terme pour légitimer cette même exploitation citée ci-haut. Oui, le risque est partagé, mais toutes et tous n’en paient pas le tribut et la souffrance.

Les deux partis capitalistes états-uniens, démocrates et républicains, se seraient entendus pour nationaliser la dette, donc la faire payer par le peuple, c’est déjà inacceptable. Mais qu’en plus les fautifs responsables de la « crise** » soient en liberté, riches et récompensés pour leurs mauvaise gestion, c’est le « boute»!

Et si vous voyez les présentateurs des médias de masse sourire ce soir, tout en pointant le graphique coloré avec des flèches vers le haut, comme le font certains blogueurs maniaques de la censure dont je ne citerai ici aucun nom, repensez aux travailleurs états-uniens, à vos camarades prolétaires qui, pas si loin que ça, vont torcher une fois de plus les milliardaires bourgeois de Wall Street et du monde entier. Repensez à la masse de prolétaires états-uniens qui ont perdu leur logis cette année et qui pour en ajouter, vont éponger la dette d’entreprises privées qui leur ont repris leur même logis perdu précédemment cité.

Accepteriez-vous de payer la bagnole luxueuse d’un riche qui se plante sur la route avec cette dernière parce qu’il roulait trop vite, plus vite que la vitesse permise?

Oui, le capitalisme survivra et encore, le prolétariat subira le salariat, sans broncher, tel un mouton que l’on tond, si vous restez muets.

Notes au lecteur:

-Certains spécialistes, dont Pascal Gauthier, disent qu’il ne faut pas traiter la nationalisation de la dette des entreprises privées à Wall Street comme une nationalisation de la dette des entreprises privées à Wall Street. Or, c’est que c’est une nationalisation de la dette des entreprises privées à Wall Street!

-L’interventionnisme de nos adversaires idéologiques, nous démontre que ce dernier est dans une impasse. D’ailleurs, nos adversaires habituels du blogue, sont plutôt muets ces temps-ci. La droite se retrouve en contradiction.

-Le chiffre avancé de 700 milliards n’a pas été étudié et précisé comme étant la solution pour remédier à la crise. Ensuite, c’est en tenant compte des chiffres de l’administration Bush sur la guerre en Irak, évaluée par d’autres spécialistes à 3000 milliards (près de 3x le chiffre avancé par Bush).

Posted in Article, Bourgeoisie, Impérialisme, Réactionnaire, USA | 18 Comments »

Le Bloc n’aurait-il pas, plutôt, trouver sa pertinence

Posted by sylvainguillemette sur 25 septembre, 2008

https://i1.wp.com/www.mtqsignalisation.mtq.gouv.qc.ca/mid/mid-P-040.jpg

Voyant le faisceau de vapeur changer de cap, quant à la «pertinence» du Bloc, je me suis vite mis à la recherche d’une quelconque utilité -visant bien sûr les intérêts du prolétariat- de ce parti politique, bien encré dans le réseau fédéral. Il ne m’a pas fallu plus de 4 minutes pour voir l’échiquier se dessiner…

Bien sûr, nous pourrions suivre les idées de certains camarades, et prôner l’abstinence «électoraliste». Mais dans les faits, je ne trouve absolument rien à citer pour défendre cette idée, qui de plus, donnerait à coup sûr une majorité à mon ennemi capitaliste actuel, Stephen Harper.

Est-ce qu’une majorité conservatrice, aussi répressive qu’elle puisse être, réveillerait un peuple aliéné? Certains l’ont cru, mais j’en doute sincèrement et l’histoire elle, confirme et confirmera mes doutes. Il ne faut surtout pas sous-estimer la bêtise humaine.

Puisque l’abstinence n’est ici pas de mise, pourquoi ne pas utiliser, une prochaine fois peut-être, un outil comme le Bloc québécois afin de répandre le socialisme à travers les nations prises en étau dans le fédéralisme canadien? Le Bloc ne s’est-il pas vidé, récemment, de ses éléments les plus atteints, des aspirants bourgeois et des concédés à la bourgeoisie?

Puisque la branche ultra-capitaliste est sortie de ce parti, ne serait-il pas plus le temps de combler les trous, de former une sorte de « SPQ » dans les rangs du parti contre-fédéralisme qu’est le Bloc? Sinon, d’en créer un tout nouveau, un « Bloc socialiste » ?

Peu importe où se dirigerait un tel débat, une chose est certaine, le « Bloc », suite aux récentes bavures conservatrices, suite à ses idées réactionnaires et dégradantes vis-à-vis les jeunes criminels et les femmes, vis-à-vis la culture, vis-à-vis les pollueurs, vis-à-vis les tueurs de masse, a regagnée toute sa pertinence à Ottawa, et celle de son nom, et les récents sondages ne font que confirmer celle-ci.

J’aime autant « payer » un parti qui ne prendra jamais le pouvoir que de « payer » un parti qui fait régresser, socialement, un ramassis de nations prises dans le fédéralisme canadien. Alors Bernard Lord et les seins peuvent ravaler leur propagande idéologique. Leur parti n’a fait que régresser les conditions des travailleurs, des femmes, des enfants-soldats et de la population canadienne en général, et ils en promettent d’avantage advenant une majorité!

Grâce aux conservateurs, le « Bloc » est plus pertinent que jamais!

Tout sauf les conservateurs et les libéraux!

Posted in Article, Bourgeoisie, Canada, Impérialisme, Réactionnaire | 4 Comments »

McCain le menteur

Posted by quebecsocialiste sur 24 septembre, 2008

Jacques Lanctôt - Deux politiciens à fuir comme la peste (suite)

Jacques Lanctôt, le seul progressiste du JDM, nous en a appri une bien bonne sur ce bon vieux McCain. En bonus, il informe les gens sur la souffrance extrême qu’a dû vivre (et vit encore) le peuple viet-namien à cause de la follie impérialiste et destructrice des USA. Jacques Saint-Pierre me dira sans doute encore que je cite « un méchant ex-felquiste » (qui a vécu à Cuba en plus!)… eh bien, je voudrais qu’il sache à l’avance que je n’en ai rien à foutre!

Quant à l’autre politicien, il se trouve, lui aussi, en pleine campagne électorale, mais à la présidence des États-Unis. John McCain a toujours prétendu avoir été torturé pendant les cinq ans et demi qu’il a passés en détention au Vietnam. Or tout cela serait faux et aurait été inventé à des fins personnelles afin de se bâtir un profil de héros comme les États-Unis les aiment, une sorte de Rambo qui sonne tout aussi faux que l’original.

Le directeur de la prison vietnamienne où McCain a été détenu, Tran Trong Duyet, s’est récemment manifesté pour démentir ces affirmations. Cette prison était d’ailleurs baptisée par les Américains eux-mêmes le «Hilton de Hanoi». C’est tout dire. Le directeur de la prison affirme même qu’il s’était lié d’amitié avec ce militaire américain.

Blessé lorsque son avion a été abattu par la défense anti-aérienne du Nord-Vietnam, en 1971, et récupéré en mauvais état par le Vietcong, McCain a été soigné dans un hôpital du Nord-Vietnam. Même si les Vietnamiens avaient toutes les raisons du monde de se venger sur leurs prisonniers coupables des pires cruautés et de génocide, ils ne l’ont jamais fait, respectant toujours les conventions de Genève au sujet des prisonniers de guerre.

Aucun n’aurait été torturé, aucun n’aurait été fusillé. Ils ont même soigné et guéri leurs prisonniers qu’ils ont remis ensuite aux autorités américaines, une fois la paix et la souveraineté retrouvées.

Un bref rappel s’impose. Les pilotes américains ont largué sur le Vietnam un véritable tapis de bombes. De 1965 à 1973, 14 millions de tonnes de roquettes et de bombes diverses, à sous-munitions (qui n’explosent pas directement au sol et constituent autant de mines antipersonnelles pouvant exploser des années plus tard), à effet de souffle, à fragmentation, bombes de sept tonnes dites «faucheuses de marguerites», bombes au napalm, soit trois ou quatre fois plus de bombes que durant la Deuxième Guerre mondiale, l’équivalent de 450 bombes atomiques d’Hiroshima.

Ils ont répandu plus de 84 millions de litres de défoliants et autres produits chimiques sur des centaines de kilomètres de zones forestières, dont l’Agent Orange, la dioxine TCDD, ce terrible défoliant dont la population vietnamienne subit encore les effets, trente-trois ans plus tard. Cette opération-massacre, connue sous le nom de «Ranch Hand», empoisonna, dès 1965, récoltes, populations et autres espèces vivantes, dont certaines disparaîtront à jamais de la surface du Vietnam.

On estime que plus de 4 800 000 personnes ont été victimes de cette arme de destruction massive, sans compter celles qui seront empoisonnées durant les 40 années suivantes par la chaîne alimentaire. Le gouvernement américain a toujours refusé de réparer les torts immenses qu’il a causés.

C’est aussi la CIA qui a mis au point l’Opération Phoenix au Vietnam, où des milliers de Vietnamiens du Sud ont été torturés et assassinés entre 1967 et 1971. Affaiblis, affamés et assoiffés, les prisonniers étaient enchaînés à cinq ou à six dans les fameuses cages à tigre et exposés au soleil. Des seaux, remplis de chaux, étaient suspendus au-dessus des cages et on les vidait sur eux pendant les interrogatoires.

«Au cours de toutes ces opérations, je n’ai jamais connu de prisonniers qui aient survécu à ces interrogatoires, raconta, devant le Congrès, en 1971, Bart Osborn, un ancien agent de la CIA. Ils mouraient tous. En fait, il n’y avait jamais de preuves valables que ces individus avaient coopéré avec les communistes, mais la majorité était soit torturée à mort, soit jetée des hélicoptères.»

Alors, John McCain ment effrontément, comme son mentor George W. Bush. Voteriez-vous pour «ça»?

Source: Canoë.

Funny McCain pic

« Plus de questions SVP. »

Posted in Article | 5 Comments »

Propagande de haine aux USA

Posted by quebecsocialiste sur 23 septembre, 2008

Voici une nouvelle troublante émanant du Réseau Voltaire (Voltaire network) sur les incitations à la haine faites en toute impunité par le lobby sioniste des USA (AIPAC) en pleine campagne électorale états-unienne. Le bon vieux « complot islamique mondial » sous forme de « docu-film » douteux distribué gratuitement dans des foyers états-uniens:

En deux semaines, 28 millions de foyers états-uniens ont reçu gratuitement un DVD du film de propagande Obsession : Radical Islam’s War Against the West.

Les destinataires résident dans les États où les résultats électoraux sont les plus incertains (notamment l’Ohio, le Michigan, la Florida, le Colorado, la Caroline du Nord, la Pennsylvanie et le Missouri). Il s’agit de les convaincre de l’existence d’un péril islamique et de les inciter à voter pour le candidat républicain, John McCain.

L’opération, dont le coût est estimé à plus de 50 millions de dollars, a été financée par le producteur du film, le rabbin Ephraim Shore.

Source: http://www.voltairenet.org/article158101.html

Posted in Article | 11 Comments »

Les dix types de républicains

Posted by quebecsocialiste sur 23 septembre, 2008

Une petite vidéo humoristique qui nous énumère les 10 types de personnes qui donnent leurs votes aux dinosaures républicains des USA (c’est aussi valable pour ceux qui votent CON-servateurs au Canada):

Posted in Article | 12 Comments »