Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Archive for 4 septembre 2008

Les Macheteros, selon le Canal-D et Washington

Posted by sylvainguillemette sur 4 septembre, 2008

https://i0.wp.com/farm2.static.flickr.com/1018/1393553920_e22c948f90.jpg

Hier, en manque de désinformation abrutissante, je syntonise le canal-D et tombe par hasard sur « dossier FBI ». Sujet du jour, les « Macheteros », une organisation de gauche ayant prôné la voie armée, afin de déloger l’occupant états-unien impérialiste fascisant de Porto Rico.

Mais tout au long de la séance de putréfaction de mon cerveau, le terme « terroriste » est employé et vite, même très vite, on lie le groupe à Cuba, disant que le chef des « Macheteros » y avait suivi un entraînement d’AGENT COMMUNISTE!?! Oui, oui!

Pour renchérir, le narrateur, d’un air très sérieux, nous explique que les cubains, ces socialistes pacifistes exportateurs de médecins par milliers, fournissent des entraînements à l’explosif « terroriste » aux agents « TERRORISTES »! Or, Luis Posada Cariles, lui, a bel et bien été entraîné par la C.I.A. (organisation terroriste), donc par Washington, à faire exactement ce que décrit le narrateur sérieux, mais pour renverser un socialisme appuyé par contre.

Je ne blague pas, le mot terroriste a été employé plus de 30 fois dans une émission de 50 quelques minutes, et le soin a été pris quant à l’associer au communisme.

Alors je vais me forcer pour leur remettre la pareille!

Le canal-D et ses détenteurs soutiennent les États-Unis d’Amérique et donc ainsi, le terrorisme et les mensonges d’un État voyou, d’un État terroriste! Oui, oui! Et quiconque répète les mensonges de Washington et soutient cet État voyou et terroriste, soutient le terrorisme!

Les États-Unis d’Amérique utilisent le terrorisme, fabriquent des terroristes et en exportent. Luis Posada Cariles a tué au moins 73 civils cubains en faisant exploser un avion en plein vol, discothèques et hôtels. Ce terroriste a été entraîné par la C.I.A. (une organisation terroriste), financé par Washington, et armé par cette même capitale du terrorisme!

Le terrorisme n’a rien de socialiste, mais l’impérialisme états-unien lui, n’a que le terrorisme pour étendre son empire fascisant. L’émission dit pourtant, que les « Macheteros » voulaient installer une « dictature communiste »! Le concept même, est une contradiction.

Le lavage de cerveau se termine en disant que « grâce au FBI, l’île de Porto Rico peut choisir elle-même son destin  et éviter de devenir une dictature communiste comme Cuba». Ouf! Vive le Candal-D!

Honte aux médias québécois!

Honte aux prétentions états-uniennes!

Honte aux organisations terroristes états-uniennes!

Honte au terrorisme états-unien!

Publicités

Posted in Article | 12 Comments »

Totalitarisme aux États-Unis

Posted by quebecsocialiste sur 4 septembre, 2008

Voici un texte paru aujourd’hui sur « Le Grand Soir » et qui relate les attaques anti-démocratiques flagrantes de la police fédérale états-unienne contre des groupes de gauche et des journalistes dissidants à St-Paul à l’occasion du congrès républicain 2008, écrit par Marjorie Cohn :

Raids sur la démocratie à St Paul
Frappes préventives contre les mouvements de protestation à la Convention Républicaine
 
Au cours des mois précédant la Convention républicaine, les forces d’intervention contre le terrorisme de Minneapolis sous les ordres du FBI ont recruté activement des gens pour infiltrer des organisations de végétaliens et d’autres associations de gauche afin de recueillir des renseignements sur leurs activités. Le 21 mai, le bulletin de Minneapolis racontait une histoire de recrutement intitulée : « On recherche taupes ». La police cherchait à contrecarrer les manifestations légales contre la politique du gouvernement Bush pendant la Convention.

Depuis vendredi dernier, la police et les sheriffs locaux qui travaillent pour le FBI, procèdent à des fouilles, des saisies et des arrestations à titre préventif.

Glenn Greenwald (*) raconte que les contestataires sont traqués par « des équipes de 20-30 policiers en tenue antiémeutes, des semi-automatiques à la main, qui pénètrent chez ceux qu’ils soupçonnent de vouloir organiser des manifestations, leur passent les menottes et les obligent à s’allonger par terre pendant que d’autres fouillent les logements, saisissent les ordinateurs, les journaux, et les tracts politiques« .

Les journalistes sont détenus sous la menace d’une arme et les avocats qui défendent les prévenus sont menottés.

« J’étais moi-même sur place et j’ai vu des policiers en tenue antiémeutes avec des fusils d’assaut et des fusils à pompe« , raconte Bruce Nestor, président de la section du Minnesota de la National Lawyers Guild (l’association nationale des avocats), et qui représente plusieurs de ces opposants. « La personne qui habite à côté d’une des maisons s’est retrouvée avec un pistolet braqué contre le visage quand elle est sortie sur le perron pour voir ce qui se passait. Il y avait des enfants dans toutes ces maisons, et les enfants étaient tenus sous la menace d’une arme« .

Les rafles visaient des militants de « De la nourriture pas des bombes », un organisme qui milite contre la guerre et contre l’autoritarisme, et qui fournit des repas végétariens gratuits toutes les semaines dans des centaines de villes du monde entier. Ils ont servi des repas aux équipes de secours au World Trade Center après le 11 septembre et dans près de 20 localités dans la région touchée par l’ouragan Katrina.

Egalement visés : les membres de I-Witness Video, une organisation qui filme les opérations policières pour veiller à ce que les libertés civiles soient respectées. Ce groupe a collaboré avec la National Lawyers Guild pour obtenir le non-lieu ou l’acquittement pour environ 400 manifestants sur les 1800 qui avaient été arrêtés lors de la convention républicaine de 2004 à New York. Cette année-là, des opérations de police à titre préventif avaient également été menées. La police avait infiltré les groupes contestataires en prévision de la convention.

Nestor explique qu’il n’y a eu ni violence ni infractions permettant de justifier ces arrestations. « Le fait d’avoir saisi des cartons de tracts montre bien que le motif de ces descentes de police était politique« .

Une preuve supplémentaire de la nature politique de ces opérations de police : le « Convergence Center », où se retrouvaient les militants, a été barricadé avec des planches pour une violation du règlement non spécifiée.

David Thune, membre élu de la mairie de St. Paul explique : « normalement ce sont les immeubles inoccupés et délabrés qui sont barricadés avec des planches « . Thune et Elizabeth Glidden, sa collègue au conseil municipal, ont vivement critiqué ces « actes qui paraissent abusifs et qui créent un climat de peur et d’intimidation pour ceux qui souhaitent exercer leurs droits fondamentaux à la liberté d’expression« .

« Nous avons, donc, affaire ici à une attaque violente menée par les forces de police du gouvernement fédéral à l’encontre de dissidents et de militants de gauche qui n’ont commis ni acte de violence ni infraction de quelque ordre que ce soit, et qui vient s’ajouter aux mois d’espionnage destiné à recueillir des informations sur leurs activités« , écrit Greenwald dans « Salon ».

La détention préventive viole le 4° Amendement de la Constitution, qui stipule que les mandats doivent comporter un motif vraisemblable. Les contestataires étaient accusés d’avoir « prémédité de provoquer des émeutes », motif rarement utilisé et qui est si vague qu’il est probablement anticonstitutionnel. « Il criminalise la contestation politique« , fait remarquer Nestor.

Dimanche dernier, la National Lawyers Guild et l’association « Communities United Against Police Brutality » ont déposé une motion demandant qu’un décret interdise à la police de saisir du matériel vidéo et des téléphones portables pour recueillir des informations qu’ils utiliseront pour justifier leur conduite.

Lors de la manifestation de lundi dernier, les forces de police ont utilisé contre les manifestants des bombes lacrymogènes, des balles en caoutchouc, des grenades à concussion et ont eu recours à la force brutale. Il y a eu au moins 284 arrestations, dont celle d’Amy Goodman, la célèbre journaliste du programme radiophonique Democracy Now !, et celles d’Abdel Kouddous et Nicole Salazar, producteurs de l’émission.

« St Paul est la ville américaine la plus militarisée qu’il m’ait été donné de voir », écrit Greenwald, « les forces de police fédérale, locale et de l’état circulaient dans la ville en tenue antiémeutes, équipées de mitraillettes et de bombes lacrymogènes, hurlant des chants militaires et défilant au pas comme à l’armée« .

Bruce Nestor explique que le moment choisi pour les arrestations était destiné à faire cesser les manifestations, « afin de donner une image terrifiante des manifestations mais également pour dissuader les gens d’y participer« .

Malgré cela, il y a eu 10.0000 manifestants, dont beaucoup protestaient contre la guerre en Irak.

Une équipe d’avocats de la National Lawyers Guild veille à ce que les droits constitutionnels des manifestants soient respectés.

Marjorie Cohn est présidente de la National Lawyers Guild et professeur à la faculté de droit Thomas Jefferson. Elle a publié « Cowboy Republic ».

*Glenn Greenwald, ancient avocat, écrit dans Salon Magazine. Il a également publié : « How Would a Patriot Act ? » et « A Tragic Legacy ».

Amy Goodman arrêtée par la police à St Paul
http://libertesinternets.wordpress.com/2008/09/02/amy-goodman-arretee-par-la-police-a-stpaul/

Lien vers l’article original: http://www.legrandsoir.info/spip.php?article7085

Posted in Article, Manifestation, USA | 7 Comments »

Lorsque le loup-Garou entre dans la bergerie…

Posted by sylvainguillemette sur 4 septembre, 2008

https://i1.wp.com/www.dvdrama.com/menus2/l/a/_/la_nuit_du_loup_garou_5.jpg

Certains l’ont sans doute appris bien avant moi, mais c’est sans surprise que j’ai su que Garou allait investir une grosse somme de Ô Capital dans la santé, non pas la nôtre, mais bien celle de son porte-feuilles, tout prochainement.

L’opportunisme crasse dont fait preuve Garou n’est pas un symptôme si répandu, malgré le conditionnement capitaliste invitant à le devenir, parmi la population québécoise. Mais plus nous avancerons vers le privé, plus vous le verrez se manifester. Les parasites chercheront toujours dans recoins à exploiter, c’est purement capitaliste comme principe et c’est le modèle économique dans lequel nous vivons.

Dans une logique tordue allant à l’encontre des constats scientifiques (IRIS et bien d’autres..), le privé fut admis dans notre système, sans pourtant avoir été débattu devant quelconque conseil populaire que ce soit, sans qu’aucun argument ne nous ait été livré pour légitimer l’exploitation de la misère humaine et l’exploitation des masses laborieuses du secteur de la santé, par la minoritaire et parasitaire élite non-élue et totalement inutile à l’humanité (bourgeoisie). Le jugement Chaouli ayant été adopté, malgré les mensongers arguments utilisés pour la cause, devrait donc être renversé immédiatement, puisque l’on sait aujourd’hui que d’ajouter un parasite inutile à notre système de santé, n’en coûtera que plus cher et qu’il n’améliorera aucunement l’accessibilité des souffrants, bien au contraire!

Dans un contexte de pénurie de main d’oeuvre, dans pratiquement tous les domaines, dont la santé, il est plus que difficile d’imaginer que Garou puisse trouver le personnel nécessaire à son exploitation de la misère humaine pour riches. Oui, oui, pour riches! Garou parle d’une clinique luxueuse! Imaginez le reste de ses priorités! Quant au personnel manquant, la bête en soif de viande fraîche n’aura qu’à demander au gouvernement à la solde des bourgeois, soit les libéraux actuellement, d’abaisser encore plus les quotas du personnel soignant et de fermer donc, d’autres salles de chirurgies dans nos hôpitaux publics! Tant qu’à le faire couler le sous-marin, aussi bien lancer toutes les torpilles restantes. Couillard s’y connaissait certainement en sabordage!

Bref, un autre chapitre d’horreur pour les québécois divisés sur la question, suite aux multiples mensonges proférés par la parasitaire et minoritaire bourgeoisie, non-élue, non-méritante, et ses mercenaires propagandistes (Elgrably, Facal, Dumont et cie). Mais détrompez-vous ceux et celles qui croient au privé! Regardez vos voisins du sud, ils vous envient! Les états-uniens sans moyen de se faire soigner en sont rendus à se faire soigner en cachette à Cuba. Hillary Clinton a reçu le support de la moitié des démocrates en proposant un système de santé universel, puisque le système actuel, privé, ne fonctionne visiblement pas. En tout cas, il ne fonctionne pas pour près de 55 millions d’états-uniens! C’est près du double du canada en population!

Mais sinon, tout simplement, faites le calcul vous-même.

Prenez votre système de base public, ajoutez-lui un parasite qui ne sert à rien, et voilà le travail! La facture augmente, sauf si l’on abaisse les conditions des travailleurs, des prolétaires, et oui, encore les prolétaires qui paient au bout du compte. Sinon, le client (Vous n’êtes plus patient, mais bien un client!) qui assume! Dites-vous que vous avez au moins, en tant que client, toujours raison! Ensuite n’oubliez pas de calculer les arbres coupés pour faire de la publicité, le coût de cette publicité, etc..

Mais surtout, la question de l’accessibilité est remise en question ici. Alors quand Garou dit «Il y a une harmonie à créer entre le public et le privé, mais il ne faut pas que ça brime le public», il omet de dire qu’il brime justement, en ce moment même, le public! Il est impossible de faire fonctionner le système public, sans personnel. Et d’ailleurs, si le jugement Chaouli n’avait jamais été accepté, comme il aurait dû être (constat scientifique VS l’appétit des bourgeois), nous n’en serions pas là. Ce jugement, apporté par un vendu de l’État, a déjà changé la donne quant au personnel dans les hôpitaux, puisque les nouveaux diplômés ont désormais le choix entre les deux.

La meilleure solution, d’après moi, reste de créer un fond pour renverser le jugement Chaouli par la voie judiciaire. La loi fut adoptée sur une base mensongère, démentie, par les études de l’IRIS et d’autres firmes dans le monde.

Le système de santé états-unien, peu performant soit-il, peu accessible soit-il, est-il devenu un modèle pour nous, québécois? Sommes-nous si pauvres d’idée lorsque vient le temps de soigner les nôtres? Et pour ceux qui me chanteront encore «ça coûte cher le public», il est à noter que l’étude de l’IRIS confirme que le privé coûte plus cher. Et j’aimerais ajouter, que le système de santé de Cuba, un pays du tiers monde, pourrait nous en apprendre énormément sur la question, bien plus que les celui des États-Unis.

Notre santé n’est pas une marchandise!

Non à la privatisation!

Non aux parasites!

Sylvain Guillemette

Parti communiste du Québec

Québec-solidaire

Posted in Article | 4 Comments »

Pourquoi les gouvernements ne pourraient pas s’attaquer au problème de fond

Posted by sylvainguillemette sur 4 septembre, 2008

À l’occasion du long congé de la fin de semaine du travail, et alors que celui-ci n’était même pas encore fini, on dénombrait déjà neuf (9) morts sur les routes du Québec. L’hécatombe se poursuit.  On resserre les règlements ainsi que les amendes pour ceux et celles qui vont trop vite ou qui conduisent en état d’ébriété, sans que cela ne semble, au moins pour le moment, avoir véritablement d’impacts… et on laisse en même temps les fabricants de voitures nous vendre des voitures qui peuvent rouler … bien au delà des limites permises.

N’est-ce pas là faire preuve d’incohérence flagrante ?  Au strict minimum, on devrait exiger de nos différents paliers de gouvernements que de nouveaux règlements soient mis en place exigeant de la part des constructeurs automobile qui désirent vendre des véhicules ici que la vitesse maximum sur leurs nouveaux modèles soient bloqués à un niveau raisonnable.  Cela pourrait ainsi correspondre à la vitesse maximum permise, plus une marge additionnelle de 20 km/l’heure, ce qui est habituellement du reste le seuil à partir duquel vous pouvez vous faire coller une contravention quand vous êtes pris en défaut.

Un telle resserrement des règles devrait en même temps s’appliquer tout autant aux voitures qu’aux motocyclettes.  Il n’y a aucune raison pouvant justifier que des autos puissent monter jusqu’à 180 km/heure ou encore que des motos puissent, de leur côté, monter jusqu’à plus de 200 ou même atteindre des vitesses folles de 300 km/heure.  Cela revient tout simplement à encourager la déliquescence.

À défaut de se plier à une telle exigence, les constructeurs se verraient alors interdire le droit de vendre leurs produits.  Cela reviendra à agir de la même manière qu’à l’époque où les règles quant aux émissions de gaz furent resserrés de manière à réduire les effets des voitures sur l’environnement.  À défaut d’avoir des voitures électriques roulant partout sur nos routes (ce qui devrait par contre être un de nos objectifs), il serait en même temps grandement temps de resserrer également ces fameuses règles portant sur les émissions de gaz; cela fait en effet déjà longtemps qu’on n’y a pas touché.  Si le candidat démocrate à la prochaine présidence des États-Unis, Barack Obama, est lui-même capable de promettre un tel resserrement, alors nos propres gouvernements pourraient très certainement faire de même …

Dans le cas où Ottawa ne voudrait pas bouger, alors Québec devrait envisager l’idée d’aller de l’avant de manière unilatérale.  Il est en même temps à noter que dans un Québec indépendant, on aurait même pas besoin de se préoccuper de cela.

Posted in Article | 2 Comments »