Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Archive for 1 octobre 2008

Tout un débat….zzzzzz……zzzzzz……zzzzz……..

Posted by sylvainguillemette sur 1 octobre, 2008

https://i2.wp.com/www.lcr-lagauche.be/cm/images/debat.jpg

Pour ceux et celles -habitués de nous lire- qui ont bravé l’interminable débat des chefs en français mercredi soir, il y a fort à parier que quelques fous rires ont traversés les salons du Québec, du Canada, ou même de l’étranger, allez savoir. Certes, la plupart des sujets sont restés bien totalitaires, n’effleurant la plupart du temps, que la mince couche de neige sur l’Everest.

De semblance effrontée, Stephen Harper a su mentir tout au long de la soirée, quant à plusieurs « faits » concernant les attaques de ses adversaires à son endroit.

Sur la question de la guerre en Afghanistan, il y est allé du « ce sont les libéraux qui nous ont amenés à Kandahar… », jusqu’au « il faut soutenir nos soldats.. ». Mais jamais la légitimité de la mission, ou même celle de monsieur Karzaï -jamais démocratiquement élu-(1) n’a été soulevée. Jamais il n’a remis en question le fait que cette mission avait été préparée par l’O.T.A.N., bien avant le 11 septembre 2001 (2), et que dans cette mission, tout était légitime –même la torture d’enfant-soldat, le terrorisme et les ADM- pour imposer cette dictature nommée Karzaï –et ses copains les seigneurs de guerre/et les talibans rasés-.

Sinon, côté santé, qui ne savait pas que les conservateurs prônaient le privé à fond, même si les résultats de nos voisins sont catastrophiques –imaginez quand le plan de sauvetage sera appliqué, le Sénat y a donné son aval!-?

Côté culture, les faits ont été rapportés par toutes et tous, Stephen Harper, même économiquement ici, est dans le champ. La culture rapporte, elle ne coûte donc rien en bout de ligne. Aussi, ses propos populistes généralisaient les conditions de vie des artistes, comme si toutes et tous se payaient les tables de casino de Vegas, barrées à 70 000 dollars la mise…

Je n’ai pas vu le moindre propos sur l’histoire des membres de l’Opus Dei, or, un camarade de RW vous fera bientôt part de ses recherches sur leurs activités qui, pour le moins qu’on puisse dire, semblent un tantinet douteuses.

D’un ton malade et timide, Stéphane Dion s’est mis à rabrouer ses adversaires, surtout monsieur Layton –il fera ensuite croire que ce dernier n’a aucune chance de devenir l’opposition officielle-. Dion en avait contre le socialisme ce soir, pour le comparer au Nouveau Parti Démocrate. Mais encore, cette critique fut faite à monsieur Layton, lors d’un débat sur la santé. Or, un pays socialiste des caraïbes saurait en apprendre à des capitalistes comme Dion dans ce domaine. Mais ces derniers n’oseront jamais, par orgueil sans doute, demander des trucs à des socialistes! Alors tant pis, mais les états-uniens peuvent par contre vous prédire l’avenir, chers lecteurs, lectrices, qui vous attend, avec ces politiques néo-libérales. Et l’aval du Sénat états-unien au plan de sauvetage du Congrès, saura sans doute vous convaincre si ce n’est pas fait, que le privé n’est tout simplement pas la solution.

Sinon, sur la question afghane, Dion n’était pas moins militariste et impérialiste que son rival extrémiste. Dion s’est offert le luxe de sermonner Jack Layton sur son manque de « coopération » avec les forces -impérialistes- de L’O.T.A.N., tout en omettant lui-même de considérer le tout comme un coup d’État, suivi d’une dictature. Et que dans cette mission impérialiste, ne visant ni plus, ni moins qu’à ouvrir un nouveau front pour l’O.T.A.N. et lui servir les ressources humaines et naturelles sur un plateau signé FMI/Banque Mondiale, le terrorisme fut une arme sur-utilisée par nos voisins du sud, les États-Unis. Et encore, que des soldats québécois basés à Kandahar, révèlent que des viols pratiquement quotidiens, ont été commis par les forces afghanes dites « démocratiques », sur des jeunes mineurs. Il a donc défendu l’indéfendable, aux côtés de ses confrères capitalistes unanimes.

Son plan libéral sonnait comme les autres plans libéraux, soit très creux aux oreilles des moins nantis. Des mesures visant les ménages faisant plus de 60 000, bref, rien d’une actualité partagée dans les régions touchées par les coupures, donc une bonne partie de la population, et encore plus prochainement si on se fie à la tendance.

D’un air vendeur d’aspirateur, Jack Layton a défendu un capitalisme sous l’égide de l’État, moins aliéné par le Ô Capitalisme. Loin du socialisme dont l’accusent les libéraux capitalistes, il n’en demeure pas moins qu’il s’est clairement affiché en faveur des services publics en santé.

Il a plaidé, non pas pour la première fois, en faveur d’un retrait immédiat des troupes d’Afghanistan, mais il ne s’est pas aventuré sur les attaques plus pointilleuses, comme la pertinence de la mission afghane par exemple, ou les raisons qui ont été données pour déclencher cette mission.

Côté chiffres, Layton était absent de la carte, mais dans le fond, qui de ces temps-ci, peut sans rire prétendre connaître l’avenir économique mondial? Cela fait déjà plus d’un an que les économistes « capitalistes » nous la ramènent avec la supposée fin de la crise financière.

Bien qu’il puisse y avoir des socialistes dans son parti, monsieur Layton ne prétend pas être socialiste ou défendre cette cause. Ce ne sont que des attaques anti-communistes crasses émises surtout par les purs et durs capitalistes, ici Dion et Harper. Mais encore, ces derniers, comme nos blogueurs capitalistes vétérans, ne sauraient même pas reconnaître le socialisme, même s’ils vivaient dedans.

Quant à madame May, elle semblait répétitive, pas vraiment préparée. Il n’y avait pas de grandes propositions révolutionnaires environnementales, ce à quoi on aurait pu s’attendre d’un parti se disant vert, non? Et bien, je dirais que le NPD et le Bloc à eux seuls, malgré leur rôle d’opposition, en proposaient d’avantage dans leur salade.

En fait, son parti est un parti libéral, qui propose des mesures libérales, dans un monde libéral.

Monsieur Duceppe m’a déçu lorsqu’il n’a pas su saisir la balle au bond, à quelques reprises.

Par exemple, il aurait bien pu rappeler que sans demande de reconnaître la « nation québécoise », personne n’aurait offert sur un plateau –encore faudrait-il que ce soit ajouté à la constitution- , un tel cadeau! Il a fallu que quelqu’un la demande, cette fameuse reconnaissance, et qui l’a fait? Le Bloc.

En fait, la plupart des gains faits pour le Québec à Ottawa, c’est sous la pression du Bloc qu’ils furent accordés.

Il a heureusement rappelé aux québécois que Harper, lui qui se dit sérieux dans le dossier environnemental, avait accusés les scientifiques du GIEC d’être à la solde d’un complot socialiste.

Certes, le débat est resté muet sur biens des domaines que j’aurais pour ma part, aimé qu’on aborde. Que ce soit sur la question des crimes de guerre, faisant partie pourtant, du « Canada à l’étranger ». Et j’aurais bien aimé également, que l’on parle plus amplement de la nationalisation du pétrole, tant qu’à l’exploiter et polluer. Cette richesse n’a pas à enrichir une minorité parasitaire, mais les lois du marché capitaliste ont fermées les trappes des 5 concédés ce soir.

Qui d’après vous, a gagné le débat?

1- « La firme californienne UNOCAL a porté deux vastes projets. Le premier (dit BTC) devait relier la Caspienne à la Mer noire en passant par l’Azerbaïdjan, la Géorgie et la Turquie, notamment avec l’aide du britannique BP ; le second devait relier la Caspienne à l’Océan indien via le Turkmenistan, l’Afghanistan et le Pakistan, principalement avec l’aide du saoudien Delta Oil.

Si le BTC a été construit sans grande difficulté, il n’en fut pas de même pour le pipe-line trans-afghan. UNOCAL se heurta au chaos régnant dans le pays et se rapprocha de la Maison-Blanche pour obtenir la stabilisation de cette région. La firme engagea Henry Kissinger comme consultant, et confia la direction du projet aux ambassadeurs John J. Maresca, Robert B. Oakley et à deux experts Zalmay Khalilzad et « *Hamid Karzaï *». Washington acheta l’aide des talibans… » http://www.voltairenet.org/article158100.html

2-https://reactionismwatch.wordpress.com/2008/05/02/un-livre-qui-ne-paraitra-malheureusement-pas/

Posted in Article | 5 Comments »

A modest proposal: How about a trickle-up bailout instead of trickle-down (En anglais seulement…)

Posted by sylvainguillemette sur 1 octobre, 2008

https://i2.wp.com/www.pww.org/ezimagecatalogue/catalogue/variations/1139-150x150.jpg

Perhaps the biggest fault of the bailout being debated (possibly passed by the time you read this) is that it is based on the idea that the relief given to Wall Street will trickle down to hard hit working class folks on Your Street.

Who knows? Given that the underlying problem of crazy predatory mortgages and lending practices, and the housing bubble are not fundamentally addressed, then the bailout could just as well not avert a meltdown. Most people you talk to don’t have much confidence that the bailout will slow foreclosures, unemployment or declining incomes.

But what if the bailout went the other way? What if taxpayers bail out themselves and then the benefit trickled up?

How could you do it? What if everyone who has lost a home to foreclosure in the last year, or is in foreclosure, or is behind on their house payments, got a bailout directly from the Treasury? This would be a direct injection of liquidity into the financial markets. Banks and lending institutions would receive an infusion of cold hard cash from their victims, er… customers. This would immediately stimulate consumer spending also. It would free up stressed incomes for working class families and right the injustice of the unfair and predatory lending practices used by the big finance boys on Wall Street. If this works then Congress might want to extend it to car loans and other big loans – this would inject liquidity into the auto industry instead of the $25 billion taxpayer bailout to auto already passed by Congress.

I can hear the rightwing now. How can you reward those who used poor judgment and borrowed over their ability to pay back? Well yeah…. Isn’t that the “principal” that is already enshrined in the Wall Street bailout? Not to mention that the housing bubble that got us into this mess began with risky, predatory loans. But now increasingly the crisis involves conventional loans, overwhelmingly by folks who have faithfully paid their mortgages. Wouldn’t millions of people getting a several thousand dollar bailout do more to free up spending and money circulation than a few dozen big lenders getting billions to put in their bank vaults?

This could even be extended to health care. Instead of a bailout of insurance vampires like AIG, or silly schemes to give tax credits for private purchase of insurance, why not pay the full premiums with no deductibles and no co-pays for every person in the US (Might be called single payer). Then, working class families (the overwhelming majority) again, would have more cash to circulate and consume – billions in liquidity. And corporations would shed billions in healthcare costs thus freeing up huge amounts of capital to invest in creating jobs and Greening their industries. Congress might then realize that the predatory “middlemen” of big financials, like private insurance companies, don’t really play any useful purpose anyway – and could be allowed to go out of the healthcare business.

Not only would $700,000,000,000 probably be enough for a trickle up bailout, it would probably also calm world markets faster, because it would get at the root of the current economic crisis. And it would promote goodwill and a better image of America. It would show that even under gigantic state owned capitalism with all its vast inequalities, it is still possible to fight and win humane, logical, people-helping solutions.

I can hear my conservative friends now, “This will only lead to even bigger public programs. People will start taking about nationalizing the big oil and energy companies, nationalizing the banking system, free education and child care, and on and on.”

Well yeah……

Scott Marshall

http://www.pww.org/article/articleview/13773/?disqus_reply=2785113#comment-2785113

Posted in Article | 3 Comments »

La défense des droits fondamentaux nécessite (CSN)

Posted by sylvainguillemette sur 1 octobre, 2008

Manifestation 5octobre  pour dénoncer les politiques des conservateurs

Une large coalition composée de groupes sociaux, culturels et syndicaux, représentant des centaines de milliers de membres, invite, le 5 octobre prochain, la population à venir manifester. « Tous ensemble, nous clamerons un oui retentissant à la paix, aux droits sociaux, à ceux des autochtones et des femmes, au respect de l’environnement, au développement de la culture, de l’emploi et de revenus décents pour tous », d’affirmer les porte-parole de la coalition.

Des enjeux préoccupants

En matière d’environnement, alors qu’un consensus se dégage dans la communauté scientifique quant aux dommages causés à la planète par les gaz à effet de serre, le gouvernement conservateur refuse d’appliquer les principes de Kyoto. Il privilégie et subventionne plutôt l’exploitation des sables bitumineux de l’Alberta. Nous, nous voulons léguer une planète en santé à nos enfants, en ce sens, il faut développer des politiques qui favorisent les énergies renouvelables et les programmes d’économie des énergies.

Bafouant les droits des femmes, le gouvernement conservateur s’est attelé à couper le financement de défense des droits des femmes et de la recherche. En outre, avec son projet de loi C-484, il veut, par la bande, recriminaliser l’avortement.

Depuis déjà sept ans, le Canada est engagé, sous de faux prétextes, dans une guerre injuste en Afghanistan, qu’il prolongera au moins jusqu’en 2011. Des milliers de civils afghans et des dizaines de soldats canadiens en payeront le prix sans que la démocratie soit établie ou que les droits des femmes afghanes soient respectés. De plus, alors que le financement alloué aux programmes sociaux et à l’aide au développement international est insuffisant, les dépenses militaires, elles, croissent à toute vitesse. Ce sont 490 milliards de dollars qui y seront consacrés pour les 20 prochaines années.

L’automne dernier, le Canada fut un des quatre pays s’opposant à l’adoption de la Déclaration des droits des peuples autochtones par l’Assemblée générale de l’ONU. D’ailleurs, le comité des droits humains de l’ONU a condamné le Canada à plusieurs reprises pour son attitude à l’égard des populations autochtones, notamment en ce qui concerne les droits humains et les inégalités en matière d’éducation, de santé et de logement.

La culture, ça rapporte à tout le monde ; économiquement, socialement et humainement. Mais pour ce faire, nous devons être libres de créer, de nous exprimer. Disons oui à un gouvernement qui investit en culture, qui s’engage à la liberté de création et qui nous permet de faire rêver.

Au lieu de profiter de la croissance économique des dernières années pour combattre la pauvreté, le gouvernement conservateur a continué de faire la sourde oreille aux recommandations répétées de l’ONU lui demandant de considérer l’itinérance et les problèmes de logements comme une urgence nationale et de réinvestir en logement social.

Malgré les ravages causés à l’emploi dans le secteur manufacturier, au cours des dernières années, et conséquemment aux travailleuses et aux travailleurs de ce secteur, le gouvernement refuse toujours de mettre en place un programme d’aide aux travailleurs âgés. Pendant ce temps, l’impasse persiste quant à l’utilisation des surplus de la caisse d’assurance emploi, qui s’élèvent aujourd’hui à 57 milliards de dollars, alors que seulement 46 % des travailleurs qui ont cotisé au régime peuvent y avoir accès. Le gouvernement conservateur est allé jusqu’à utiliser la sanction royale pour bloquer des améliorations dûment votées par une majorité à la Chambre des communes.

Le gouvernement conservateur refuse de protéger les ressortissants canadiens à l’étranger contre la peine de mort. Il laisse Omar Khadr, un enfant-soldat, croupir dans la base étasunienne de Guantanamo. Il se plie à la liste américaine de sécurité et renvoie certains des personnes vers des pays où se pratique la torture, il soumet des réfugiés à la pratique des certificats de sécurité.

« Nous voulons un gouvernement qui soit sensible aux droits fondamentaux et aux besoins de sa population, de déclarer les porte-parole de la coalition. Nous voulons notamment une planète en santé, que la maternité demeure un choix, que tous puissent vivre décemment, que les droits et l’égalité des peuples autochtones soient respectés, que notre pays soutienne la paix et le respect des droits et libertés. Finalement, nous souhaitons que le gouvernement permette aux artistes de créer de la richesse, d’innover et de participer au développement de la société », de conclure les représentants de la coalition.

La grande marche se déroulera le dimanche 5 octobre. Le rassemblement est prévu pour 12 h 30 au square Dorchester, à l’angle de la rue Peel et du boulevard René-Lévesque. La marche sera suivie d’un spectacle et de déclarations engagées, Emmanuel Bilodeau en assurera l’animation, alors que Richard Séguin, Mara Tremblay, Vincent Vallières, Alexandre Désilets et Stéphane Archambault y participeront comme artistes invités.


Sources : Coalition des groupes sociaux, environnementaux et syndicaux-
30 septembre 2008

Pour renseignements :
• ATTAC-Québec ;
• L’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA) ;
• Coalition des TROC ;
• Collectif échec à la guerre ;
• CSQ ;
• CSN ;
• Conseil central du Montréal métropolitain CSN ;
• Conseil national des chômeurs et chômeuses ;
• Conseil régional FTQ Montréal métropolitain ;
• D’Abord solidaires ;
• L’Entraide missionnaire ;
• Fédération des femmes du Québec ;
• FIQ ;
• Front commun des personnes assistées sociales du Québec ;
• FTQ ;
• Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) ;
• Greenpeace ;
• Ligue des droits et libertés
• L’R des centres de femmes du Québec ;
• Mouvement autonome et solidaire des sans-emploi ;
• Regroupement des organismes communautaires autonomes jeunesse du Québec ;
• Réseau québécois des groupes écologiques ;
• Table régionale des organismes commautaires et bénévoles de la Montérégie (TROC-M) ;
• Table des regroupements provinciaux d’organismes communautaires et bénévoles ;
• Union des artistes.

(Article fait par la CSN, si la CSN veut que j’efface ce message, je le ferai.)

http://www.csn.qc.ca/Communiques/CommSept08/Comm30-09-08.html

Posted in Article | 2 Comments »

Denis Coderre, le capitaliste impérialiste

Posted by sylvainguillemette sur 1 octobre, 2008

https://i2.wp.com/www.cbc.ca/gfx/images/news/photos/2008/03/28/coderre-denis-cp-690964-1.jpg

Denis Coderre, le capitaliste impérialiste, a dans un débat du 30 septembre (19h20), à RDI, accusé Thomas Mulcair et son camp de « socialisme ».

J’aimerais d’abord mettre une chose au point, il peut y avoir des  socialistes dans le NPD, mais de là qualifier ce parti de « socialiste », il y a tout de même des limites. Denis Coderre a encore une fois, il en a l’habitude, usé de mauvaise foi envers ses adversaires, ses spectateurs, ses électeurs et donc, la population canadienne, et québécoise au grand complet, pour ne pas dire le monde.

De plus, Denis Coderre est l’un de ces porcs qui, pour enrichir, encore les riches, a salué la décision d’envoyer de la chair fraîche se faire tuer en Afghanistan, qui dans les faits, n’allaient là-bas que pour maintenir un dictateur ultra-capitaliste en place et éventuellement, peut-être naïvement, permettre la torture d’enfant-soldat dans des prisons interdites états-uniennes…

Sinon, monsieur Coderre est-il conscient qu’il appuie, dans la mission en Afghanistan, la mise en place d’une dictature, suivant un coup d’État de l’OTAN? Et sait-il que cette mission avait été préparée bien avant le 11 septembre 2001?

Et en gros, qu’est-ce que proposent les libéraux de Coderre aux canadiens, autre qu’une copie conforme des autres partis politiques capitalistes à travers le monde? À part sabrer dans les services sociaux pour accommoder les riches, à part envoyer de la chair fraîche à l’abattoir dans une guerre illégitime impérialiste, à part appliquer les Ô lois du marché économique selon l’Évangile du Ô Capitalisme?

Absolument rien! C’est la même chose que des conservateurs, mais en moins caricatural. C’est le même plan capitaliste avantageux pour les bourgeois, CE SONT, des capitalistes!

Que reprochait donc Coderre aux « socialistes », qu’il n’avait pas fait lui-même? Rien, sauf d’être trop « partageux » de richesses peut-être? Puisque le modèle néo-libéral ne vise qu’à cartelliser les richesses dans les poches d’une minorité parasitaire non-méritante, non-élue, et totalement inutile à l’humanité, et que la bourse nous prouve ces observations, qu’est-ce que Coderre peut trouver à dire contre le socialisme? Alors que sons système capitaliste se retrouve encore, aux États-Unis, sur le respirateur artificiel, que peut-il sortir de son chapeau magique pour critiquer le socialisme et les socialistes? Sa servitude à la bourgeoisie minoritaire, parasitaire, non-élue, non-méritante, et totalement inutile lui serait-elle montée à la tête? Ce grand défenseur du Ô Capitalisme saurait-il défendre les pires crimes commis, au nom du libre marché? Dictatures imposées par l’oncle Sam, coups d’État, génocides, assassinats politiques, enlèvements, mercenariat, etc.,

Saurait-il seulement reconnaître le socialisme pour en parler ainsi, ou comme la plupart de nos blogueurs capitalistes, s’entêterait-il à nous pointer le roi de la Corée du Nord qui lègue ses pouvoirs à l’un de ses fils, le défunt génocidaire moustachu de l’ex-URSS ou même, Pol-Pot le castor? Je crois pour ma part que Denis Coderre n’y connait absolument rien et qu’il éviterait même le débat, s’il y était confronté. La preuve est qu’il a traité Mulcair et son parti de « socialistes », une ignorance patente du mouvement idéologique, et une gratuité verbale grossière envers un système qui prône le partage des richesses et la décentralisation du pouvoir, rien de plus, rien de moins.

Et ça se présente ensuite aux élections…

Posted in Article | 20 Comments »