Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Des « bombes vertes » pour l’armée

Posted by Libertad ! sur 25 octobre, 2008

23 octobre 2008
André Bouthillier
La nouvelle est tombée comme ça, au détour d’une page de mon journal du matin. Bon prince, je me disais que voilà un titre incroyable qui témoigne de la créativité des titreurs de texte, profession mal connue, qui a le mérite de nous dérider en nous apprenant la pire des nouvelles. Et Photo Mathieu Roy/AC-Pressec’était le cas, ni jeu de mots, ni allégorie, ni boutade. C’était vrai, bête et méchant.

photo Mathieu Roy/AC-Presse

Une bombe verte! Et pas d’éditorialiste pour commenter la nouvelle, pas de questions à Stéphane Dion, à Josée Verner, à André Arthur, à Maxime Bernier ou à Justin Trudeau… non, rien. Je vous le dis, la nouvelle m’a fait l’effet d’une bombe à neutron, savez celle qui détruit les corps, mais pas les bâtiments. Bombarder sans polluer, évidemment comme « Tournant vert » en voilà un qui donne le tournicoti!

Le journal expliquait que « des scientifiques mettent actuellement au point des projectiles qui réduisent l’impact des militaires sur l’environnement » (1). Les chercheurs visent à remplacer les poudres explosives utilisées par les Forces canadiennes. Actuellement, le RDX est toxique pour l’environnement et extrêmement mobile dans le sol, en plus d’être cancérigène.

Pour l’instant, aucun explosif propre n’a été trouvé. Marc Brassard, ingénieur mécanique spécialisé dans le domaine des munitions de Valcartier, explique que c’est le seul projet au monde qui tente de mettre au point des munitions vertes. «On est des pionniers dans ce domaine, affirme-t-il. Ce serait une première mondiale. »

Lorsque les soldats de l’armée canadienne tirent un obus, que ce soit en Afghanistan ou à Valcartier, il y a une possibilité sur 20 que le projectile n’explose pas. Les chercheurs veulent réduire l’impact de ces munitions non détonées sur l’environnement.

«Un jour ou l’autre, une munition non explosée va rouiller ou fendre, affirme Sylvie Brochu, chimiste à Valcartier. Tout le contenu explosif peut alors s’infiltrer dans le sol. Le vrai danger, c’est que ces munitions gagnent la nappe phréatique.»

Des obus qui n’éclatent pas? Il y en a plus de 8 000 au fond du lac Saint-Pierre. Explosés ou pas, ces obus ont tous été tirés dans le fleuve Saint-Laurent pour tester leur parcours et leur capacité d’explosion, nous explique Philippe Giroul, du Comité de citoyens pour la restauration du lac Saint-Pierre (2).

« C’est le premier ministre du Québec en 1952, Maurice Duplessis, qui accorda l’autorisation au fédéral de faire des essais de munitions. Dès lors, les agriculteurs de Nicolet et de Baie-du-Fèvre furent expropriés, manu militari, de leurs riches terres agricoles. Ainsi, la plaine inondable de la rive du lac devint un des lieux privilégiés des exercices militaires canadiens. En 1982, un accident mortel réveilla la population : un obus non explosé se retrouva sur la plage à l’embouchure de la rivière Nicolet.

« Un feu de camp organisé par des résidents vira à la catastrophe. Une explosion épouvantable : Pierre Gentès meurt et 9 blessés se retrouvent victimes de l’innocence militaire. Le lendemain, la Défense nationale eut l’outrecuidance de poursuivre ses essais. Cela prit 5 ans de débats juridiques pour qu’enfin le Ministère de la Défense reconnaisse sa responsabilité dans ce malheur.
« Un projet pilote pour l’enlèvement des obus devait être effectué à l’été 2005. Mais l’armée a prétexté le trop haut niveau d’eau appréhendé et sa trop grande turbidité pour les plongeurs afin de reporter ce projet aux calendes grecques. Au cours de 16 ans de combat très patient mené par le Comité de citoyens pour la restauration du lac Saint-Pierre, 17 honorables ministres fédéraux différents (9 à la Défense nationale et 8 à l’Environnement) ont été interpellés et n’ont pas bougé ».

On ignore trop que le ministère de la Défense nationale opère une série de sites contaminés au Québec et qu’il résiste de toutes ses forces «canadiennes» à corriger la situation.

Il est de notoriété publique que les activités à la base de Valcartier ont pollué la réserve d’eau souterraine des citoyens de Shannon. L’attitude de l’Armée dans ce dossier est pathétique, cynique. Elle a tout fait pour s’en laver les mains et éviter les procès des citoyens, sans grands moyens contre l’État canadien. Il est plus louable d’utiliser les taxes des contribuables pour sauver les pipelines à l’étranger que d’affecter une faction à rétablir un chaos chez soi.

Il s’agit donc maintenant de détourner l’attention, de tordre les mots, d’inventer de nouvelles images pour échapper aux responsabilités qui incombent à un pollueur comme la Défense nationale.

Des bombes vertes! Fallait y penser. Enfin, le Canada arrive au stade sublime du politiquement correct. Depuis la dernière Grande Guerre mondiale, le langage a changé. Aujourd’hui, grâce à la technologie, nous menons des « guerres propres avec des frappes sélectives » et lorsque nous bombardons des habitations qui n’étaient pas nécessairement nos cibles et tuons des personnes, on appelle ça des « dommages collatéraux ».

Le mot guerre a été remplacé par « conflit armé ». Quant à l’appellation « ministère de la Défense », il serait plus juste d’évoquer « ministère de la Guerre ou des Armées », puisque les Afghans ne nous ont pas attaqués, nous ne sommes pas en défense, nous sommes en guerre par filiation.

D’armée de défense démocratique ou de protection civile, nous parlons dorénavant des « Forces canadiennes », unité soldatesque où nos enfants peuvent apprendre un métier, visiter le monde, manipuler des armes sophistiquées ou se faire mettre du plomb dans la tête, ce qui leur arrive de plus en plus souvent. Les nouveaux mots font disparaître des réalités crues qui nous choquent, mais bien enveloppés dans la langue de coton, c’est plus acceptable… semble-t-il!

Maintenant, avec la langue qui lave plus blanc que blanc, nous pourrons tuer des gens sans polluer l’eau de la nappe phréatique.

C’eut été trop beau et simple que le ministre Mackay collabore à assainir le lac Saint-Pierre et la réserve d’eau souterraine de Shannon. Aussi qu’il mandate les gens de ses laboratoires pour aider le ministre de la Santé à faire la guerre au cancer, voilà une occasion où le mot guerre pourrait vraiment gagner ses galons de noblesse.

Alors des bombes propres! C’est le cas d’écoblanchiment le plus patent à ce jour. Le ridicule ne tue pas, malheureusement!

André Bouthillier
Saint-Anselme, comté de Bellechasse

(1) RIGHTRAC (Revolutionary Insensitive, Green and Healthier Training Technology with Reduced Adverse Contamination)
(2) GAR Groupe d’action pour la restauration du lac Saint-Pierre, membre de la Coalition Eau Secours!.

==> Source

Publicités

3 Réponses to “Des « bombes vertes » pour l’armée”

  1. jv said

    Pour ce qui est des guerres du canada, vous me permettrez une opinion crue.

    Tout en respectant l’individu, je trouve ridicule la glorification de la mort de nos soldats

    les familles ont bien sûr le droit d’avoir de la peine, mais de voir le gouvernement jouer la vierge offensé, me dégoute.

    C’est le probleme de l’amérique du nord. Quelle est la derniere armée ennemi a avoir pénétrer en sol américain (usa + canada). Je crois qu’il faut remonter au 19e siecle avec la guerre de secession.

    La guerre pour nos soldats, ce n’est pas la meme réalité que pour d’autre armée du monde. ça braille pour une centaine de mort en 5 ans.

    ca mets les drapeaux en berne et ca crie au massacre (oui je trouve tout aussi ridiule les anti-guerre qui pronent le retrait par le nombre de mort canadien. il y a plein de raison mais pas celle là.)

    cent mort dans une guerre de 5 ans, ca ferait rire n,importe quel soldat des siecles passé a voir les gouvernements déprimé ainsi.

    Tout ca a pour raison que la guerre ici on ne connait plus ca, (l’occupation, la terreur), alors il est facile pour les gouvernment d’aller se battre ailleurs, il est facile pour les G.i. de voir la guerre comme une partie de nintendo où c’est l,ennemi qui meurt et non le joueur.

    Le jour où un commando afghan ou irakien envahira quebec ou montreal ( et ce sera légitime, car la guerre peut se passer dans les 2 pays, malgré la propagande « nous on est bon eux sont des terroriste »), peut-etre que la population se réveillera et comprendra qu’on ne peut pas faire la guerre n’importe où comme un fait divers juste parce qu’on ne voit pas les horreurs.

  2. vivreagauche said

    Mais dans d’autre cas les gouvernements ne ce gêne surtout pas pour démoniser certain terme!

    Un bon exemple est le mot insurgé…

    Utilisé très souvent par notre cher ministère de la défense, qui qualifie d’insurgé tout groupe armée ou non, majoritaire ou non, qui sont contraire a l’opinion du leadership en place…

    Mais au fond La Déclaration des droits de l’homme de 1793 dit textuellement que lorsque le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

    Dans ce cas, moi aussi je suis un insurgé!

    Mais l’insurrection et le terrorisme reste la seul arme qui donne une certaine visibilité aux pauvres, qui l’utilise souvent en cas de désespoir total face aux grande armée étrangères contre lesquelles ils n’ont aucun pouvoir!

  3. sylvainguillemette said

    @ Jv

    « les familles ont bien sûr le droit d’avoir de la peine, mais de voir le gouvernement jouer la vierge offensé, me dégoute. »

    C’est vrai, sauf qu’elles doivent aussi mettre le doigt sur le vrai bobo, soit sur le fait que leurs enfants participent à une mission impérialiste, déclenchée sur une base mensongère et les ennemis de leurs enfants sont entre autre, les outils désuets de Washington.

    « (oui je trouve tout aussi ridiule les anti-guerre qui pronent le retrait par le nombre de mort canadien. il y a plein de raison mais pas celle là.) »

    Entièrement d’accord, et dans une guerre, n’est-ce pas le but, de tuer, ou d’être tué? C’est le fond historique et la base mensongère dont on doit parler, pas des risques reliés à leur métier. Ensuite, il est flagrant que c’est une guerre impérialiste et que les pions (Karzaï) ont été choisis et nommés par Washington et ses alliés impérialistes.

    @ Vivreagauche

    « Mais l’insurrection et le terrorisme reste la seul arme qui donne une certaine visibilité aux pauvres, qui l’utilise souvent en cas de désespoir total face aux grande armée étrangères contre lesquelles ils n’ont aucun pouvoir! »

    Et voilà! Bienvenue dans le bateau! Mais le mot terrorisme est vague, il n’existe aucune définition définitive dans le dictionnaire. Une chose est certaine, il s’agit de terroriser les civils, donc, on peut dire que les armées impérialistes des États-Unis et de leurs alliés, sont des terroristes, puisqu’ils terrorisent…

    Pareil pour les ADM, les récents bombardements ont démontré qu’il y avait destruction massive, et des vies, et du matériel, et des maisons. Pas plus ADM que ça!

    Sinon, comment peut-on juger un palestinien qui se se fait sauter, puisque personne ici n’a perdu sa famille dans un bombardement israélien. Je pose souvent cette question aux aliénés qui comprennent mal l’histoire palestinienne et leur cause, et leurs outils: «Vous, que feriez-vous si vos enfants et votre femme étaient tués dans des bombardements d’un quelconque pays? Seriez-vous prêt à porter LA ceinture?» C’est plus souvent OUI que NON.

    Et soit dit en passant, vous savez comme moi que si les palestiniens, pour ne prendre qu’eux, ne pourraient jamais posséder des armes conventionnelles comme des chars blindés, etc., ils peinent déjà à préserver leurs terres et leurs puits d’eau potable! Alors à quand la fin du « terrorisme »?

    Je condamne le terrorisme, mais je trouve ma condamnation déplacée lorsque je regarde le fait que je ne me mets pas à leur place, aux soit disant terroristes…

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :