Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

L’indépendance du Québec: Un projet révolutionnaire (déjà paru, mais d’actualité comme jamais…)

Posted by sylvainguillemette sur 8 novembre, 2008

Au Québec, la question nationale est un débat quotidien. Pour la majorité des Québécois, se positionner en politique est d’abord se dire souverainiste ou fédéraliste. La question est incontournable au Québec, c’est le cas de le dire. Pour tout parti politique, vouloir rester hors du débat équivaut à un suicide politique.

L’éclatement des organisations maoïstes en est un excellent exemple. D’En Lutte!, du PCO et du PCC-ML, le seul qui ait survécu est celui qui a choisi d’appuyer l’indépendance du Québec. Cela s’explique facilement : un parti qui ne sert pas l’histoire est éliminé par celle-ci.

Le Parti communiste du Québec est un parti indépendantiste. Mais pourquoi l’est-t-il? Seulement pour ne pas subir le sort du PCO et d’En Lutte? Bien sûr que non!! Le Parti communiste du Québec est un parti indépendantiste car l’indépendance du Québec est un projet révolutionnaire.

Le but d’un parti communiste est de renverser l’impérialisme, stade suprême du capitalisme. Mais l’impérialisme a son système “humanitaire” bien à lui pour contrer “la peste rouge”: l’état. La bourgeoisie se munit d’une machine d’état pour protéger le système économique qui répond à ses besoins, et on pourrait même dire, à sa propre survie. La machine d’état bourgeois est donc le mur que les communistes cherchent à abattre pour changer de système économique.

Chaque état bourgeois a sa stratégie pour protéger l’impérialisme sur le territoire qui lui est propre. Dans certains états c’est la théocratie. Dans d’autres c’est la monarchie absolue. Au Canada, la machine d’état bourgeoise a pour stratégie principale l’oppression nationale. Le fédéralisme est un système s’appuyant sur une ou plusieurs nations privilégiées pour opprimer les autres. La stratégie est simple : on donne des avantages à une ou plusieurs nations et on pousse cette ou ces dernières à écraser les autres pour protéger ses privilèges. C’est ni plus ni moins une forme de colonialisme. Au Canada, ce sont les “British Americans” ou Ontariens qui sont privilégiés par le système. Cette nation, descendante des loyalistes ayant quittés les États-Unis lors de la révolution américaine, centralise le pouvoir entre ses mains et pousse les autres nations anglo-saxonnes du Canada (Terre-neuviens, les anglophones des maritimes, ceux des Prairies et de la Colombie-Britannique) à faire un front commun pour protéger l’État fédéral contre les nations francophones (Québécois, Acadiens, Métis) et les nations autochtones (Micmac, Mohawk, Huron, etc.).

Diviser les travailleurs pour régner

On se retrouve donc avec un pays où il y a une hiérarchisation des nations. Mais pour cacher tout cela, on crée une nation artificielle du nom de “canadienne” pour maintenir la situation en place. Il en résulte donc des querelles nationales institutionnalisées dans lesquelles les classes ouvrières des diverses nations du Canada se confrontent entre elles, liguées derrière leurs bourgeoisies nationales respectives. On démontre tout cela comme étant des querelles sans importances n’ayant aucune conséquence sur l’unité de tous les Canadiens. L’union des prolétaires devenant donc impossible, la bourgeoisie a donc la belle vie. Diviser pour régner!

Mais le système a ses imperfections. Les bourgeois des nations dominantes en sont bien heureux. Les bourgeois qui ont des intérêts sur l’ensemble du territoire du Canada le sont tout autant, peu importe de quelle nation ils sont originaires. Mais dans certains secteurs du monde des affaires, les bourgeoisies des nations oppressées peuvent y être désavantagées. Les bourgeois de l’industrie du disque francophone ne veulent pas se faire manger tout cru par ceux de la musique anglophone. Quebecor fera tout pour protéger “Star Académie” de “American Idole”. L’oppression nationale peut menacer les marchés acquis par des bourgeoisies nationales francophones. Cela mène donc aussi à des disputes entre les diverses bourgeoisies.

Par contre, ces dernières ne remettent pas en question pour autant le système en place. Elles y sont bien en général, elles ne veulent que le réformer. L’autonomie provinciale leur suffirait parfaitement. La bourgeoisie nationale québécoise veut bien sûr protéger ses marchés dans l’industrie culturelle, mais n’a aucun problème à se livrer à une compétition impérialiste avec les bourgeois des autres nations du Canada dans d’autres domaines. Ces bourgeois sont représentés politiquement par le Parti québécois.

Mais pour réformer le système, les bourgeoisies nationales des nations oppressées doivent travailler selon les règles de ce dernier. Elles doivent utiliser le système parlementaire canadien et montrer qu’elles ont un soutien solide de leur classe ouvrière respective. De ce fait, les bourgeois nationaux doivent mobiliser les travailleurs de leur nation derrière eux avec de fausses promesses, questions d’obtenir ce qu’ils souhaitent. C’est là que le jeu commence à devenir risqué. Car pour mobiliser les travailleurs à un projet, il faut le faire leur. Mais les intérêts de classe étant contradictoires, la bourgeoisie marche sur des oeufs.

De plus, les bourgeois des nations opprimés ne pourront jamais obtenir quoi que ce soit sans menacer d’une sanction leurs collègues s’ils n’obtiennent pas gains de cause. Les menaces de sécessions deviennent donc la stratégie. Ces menaces son creuses, mais cela reste leur unique salut. Il se joue donc, entre les bourgeois réclamant l’autonomie provinciale et les bourgeois voulant le statu quo, un jeu de chantage continuel. Mais pour la bourgeoisie nationale, ce chantage doit avoir l’air d’un projet réel et ils doivent donc mobiliser leur classe ouvrière respective sur la base de cette menace et toujours en démontrant à cette dernière que tout cela est à l’avantage de ces même travailleurs même si les intérêts de classe sont contradictoires. Le jeu commence donc à être vraiment dangereux, et de ce fait, peu rapidement faire paniquer les bourgeois partisans du statu quo.

Et les travailleurs dans tout cela?

Les bourgeois jouent avec le feu, car les travailleurs prenant cette cause à coeur en font la leur. Ces derniers y voient une possibilité d’améliorer leurs conditions et d’avoir de l’influence dans la société. Les travailleurs finissent donc par désirer réellement le projet que les bourgeois nationaux utilisent pourtant comme un leurre.

Car au Québec, l’indépendance nationale n’a jamais eu réellement d’impact tant et aussi longtemps quelle ne fût pas aussi un projet de société. Le projet indépendantiste a été grandement popularisé par René Lévesque; un bourgeois issu du Parti libéral du Québec. Mais quel homme était René Lévesque avant de devenir le symbole du mouvement indépendantiste? René Lévesque avait premièrement été animateur d’une émission du nom de “Point de mire” où il se faisait pédagogue sur divers sujets politiques. Il avait été un des principaux meneurs de la grève contre Radio-Canada. En tant que ministre libéral, il avait été le père d’Hydro-Québec. Lors de la victoire de l’Union nationale, on l’avait même accusé d’avoir “fait peur à l’électorat avec ses mesures socialistes”! Lévesque était donc un symbole de mesures sociales et des sociétés d’État avant de se déclarer pour la souveraineté-association. Pour les travailleurs québécois, l’indépendance du Québec devenait donc un espoir réel pour la réalisation de nombreuses autres “Hydro-Québec” lorsque le mouvement avait pour chef René Lévesque.

Il est facile aussi de remarquer comment l’idée de l’indépendance du Québec a toujours connu ses pires reculs dans les sondages lors de mesures de type néo-libérales, appliquées par le Parti québécois. D’autre part, les mesures de type social du Parti québécois ont toujours moussé la popularité du projet indépendantiste. On est donc en droit de constater que c’est bel et bien pour ses intérêts de classe propre que les travailleurs québécois veulent faire l’indépendance et non pas par simples ferveurs nationalistes.

Mais pourquoi l’indépendance nationale est-il un projet révolutionnaire?

Tout cela est très intéressant, mais en quoi l’indépendance du Québec est-il un projet révolutionnaire? La raison est simple. La sécession du Québec provoque le démantèlement de l’état fédéral canadien : donc de l’État bourgeois canadien. Car si l’indépendance nationale québécoise se fait, plusieurs autres nations opprimées du Canada chercheront elles aussi à en faire de même. Les Acadiens n’auront aucune autre alternative que l’indépendance nationale pour ne pas subir l’assimilation totale. Les nations autochtones verront l’opportunité de réclamer leurs terres ancestrales pour en avoir le contrôle total réel. Il se peut même que certaines nations anglo-saxonnes du Canada finissent par elles-mêmes vouloir briser le carcan fédéral pour ne plus s’en laisser montrer par Ottawa. Cela créera un éclatement du territoire Canadien qui mettra les bourgeois “cul par-dessus tête”.

La machine qui protège les bourgeois du Canada, peu importe de quelle nation ils sont originaires, se retrouvera donc brisée. L’indépendance du Québec devient l’opportunité rêvée de désarmer la bourgeoisie du Canada. C’est pourquoi les bourgeois du Québec, regroupés dans le Parti québécois, ne cherchent pas à faire réellement l’indépendance. Eux aussi ils se retrouveront sans défense. Ils ne leur reste donc qu’une opportunité: le parti indépendantiste unique. De cette manière, ils peuvent s’assurer de ne pas voir le mouvement indépendantiste sortir des limites qu’ils lui ont attribuées.

Québec solidaire : un danger indépendantiste pour le PQ

Mais un problème se pose pour la bourgeoisie péquiste : Québec solidaire. Ce parti de gauche, dont la bourgeoisie est absente, s’est déclaré indépendantiste. Le Parti québécois voit donc un danger à son hégémonie, et la bourgeoisie québécoise partisane de l’autonomie provinciale voit un danger pour les limites qu’elle a imposées au mouvement indépendantiste : le simple chantage.

Québec solidaire est donc vu comme un danger par les bourgeois québécois, car les “cinglés de gauchistes” pourraient peut-être avoir dans l’idée de réellement faire l’indépendance!! Sans compter que si le mouvement syndical et les travailleurs s’organisent sur leur propre base pour faire eux-mêmes l’indépendance nationale, il n’y a qu’un pas pour qu’ils s’organisent sur leur propre base pour exercer le pouvoir!! Rien d’étonnant dans ce cas que le PQ bourgeois autonomiste soit aussi agressif envers Québec solidaire parti de travailleurs indépendantistes!

La stratégie et les tâches des communistes québécois.

Québec solidaire est donc un danger pour la bourgeoisie québécoise, car ce parti remet entre les mains des travailleurs le mouvement indépendantiste québécois. Permettant aux travailleurs québécois de construire eux-mêmes leur propre mouvement indépendantiste avec leur propre projet de société, Québec solidaire met en danger la collaboration de classe qui autorise les bourgeois à conserver le statu quo général.

Il est clair que c’est exactement ce que les communistes recherchent : l’indépendance de classe des travailleurs et la paralysie de l’État fédéral canadien!! Le Parti communiste du Québec doit donc à tout prix s’assurer que Québec solidaire continue dans la voie d’un mouvement indépendantiste des travailleurs. Un mouvement indépendantiste qui sur ses propres bases s’assure que l’indépendance nationale soit menée jusqu’au bout sans donner un seul instant l’opportunité à la bourgeoisie québécoise de saboter la marche vers l’indépendance du Québec et donc de la décomposition politique de l’État fédéral bourgeois canadien.

Il faut donc s’assurer que Québec solidaire ne se laisse pas tenter par une alliance avec le Parti québécois qui dans les faits serait, de redonner à ce dernier parti le leadership dans la lutte de libération nationale, lutte que ce dernier ne veut de toute façon pas mener. Bien sûr, si le Parti québécois enclenche un référendum, il sera essentiel de voter Oui. Une victoire d’un référendum péquiste mettrait le Parti québécois dans une situation très problématique pour se dernier, car il devra jongler avec des travailleurs marchant vers l’indépendance nationale et dont on ne pourra peut-être pas freiner la détermination. Mais notre dévouement à la victoire du “Oui” à un référendum péquiste devra se faire sur une base indépendante du Parti québécois et sur nos propres positions. Et nous devrons continuer de prévenir les travailleurs qu’une victoire du “Oui” à un référendum péquiste ne doit pas signifier que ce sera de leur part, donner carte blanche au Parti québécois durant le processus de sécession.

Sans référendum péquiste, comment faire l’indépendance?

Mais le référendum péquiste est-il la meilleure solution? Les deux échecs démontrent clairement que non. Premièrement, faire un référendum autour d’une indépendance nationale qui n’a aucun projet clair, fait peur à la majorité des Québécois et Québécoises. Il apparaît que les stratèges péquistes refusent obstinément de mettre un projet de société clair sur la table. La stratégie gagnante est donc de mettre carte sur table et présenter un projet de pays qui rassemblera les travailleurs.

La seule manière possible de le faire est donc de faire une constituante, où les travailleurs pourront construire eux-mêmes collectivement le projet de constitution Québécoise. De cette manière, ce qui sera soumis au référendum sera le reflet du projet d’indépendance qui proviendra de la constituante. Il serait très surprenant que les travailleurs votent contre un projet qu’ils auront construit eux-mêmes. De plus, y étant attachés dur comme fer, ils seront prêts le défendre jusqu’au bout et donc de mener l’indépendance nationale jusqu’à la victoire. Il est donc essentiel pour les communistes québécois de faire valoir comme stratégie, celle de la constituante pour réaliser l’indépendance nationale; sans compter que la constituante réduit à néant toute hégémonie péquiste sur le processus post-référendaire.

Pour conclure.

Donc le Parti Communiste du Québec fait valoir l’indépendance du Québec pour mener à bien l’effondrement politique et structurel de l’État fédéral canadien. Mais est ce que ce processus s’arrêtera aux frontières du Québec ou du Canada? Rien n’est moins sûr. Si les Mohawks décident de faire de leur territoire un pays, ils remettent ainsi en cause les frontières des États-Unis!! Ils ne sont pas la seule nation autochtone du Canada dans cette situation. Plusieurs États américains ont aussi des partis indépendantistes (au Vermont entre autres). Les États-Unis d’Amérique sont également un État fédéré basé sur l’oppression nationale, et ce dernier pourrait en être ébranlé et même plus. Il faut se rappeler qu’en 1995, les États du Sud croyaient pouvoir voter des lois pour faire de l’anglais leur langue officielle, car ils craignaient que les hispanophones, devenus majoritaires, se décident à faire l’indépendance!! Les états-uniens n’ont-ils pas de toute façon, fait eux-mêmes le coup au Mexique au XIXe siècle en s’installant au Texas? L’indépendance nationale des Québécois et des autres nations opprimées du Canada pourrait mettre en péril l’État fédéral américain. Et si l’État fédéral américain est en péril, c’est tout le système Économique impérialiste mondiale qui l’est. Qu’attendons-nous donc pour faire l’indépendance!!

Alexandre Pouliot-Roberge

Québec, 28 août 2006

(Cette publication n’engage que moi-même, Sylvain Guillemette, membre de l’équipe de RW, n’est pas une publicité faite à Québec-solidaire et n’est pas mandatée par celle-ci. Purement personnel…)

Advertisements

56 Réponses to “L’indépendance du Québec: Un projet révolutionnaire (déjà paru, mais d’actualité comme jamais…)”

  1. jv said

    une seule remarque sur le réferendum de 95.

    peu importe le moyen pris si lors d’une victoire du oui, comme en 95, les impréialistes TRICHENT et/ou refusent la volonté du peuple, rien ne bougera.

    95 et les révélations qu’y en sortit furent une insulte à la démocratie et rien ne bougea. Donc, je ne vois pas l’utilité de faire d’autre référendum si c,est pour s’aplaventrir quand ottawa le rejetera. (et ils le rejeteront)

    Donc tant qu’a faire un autre referendum, battons nous pour que celui de 95 soit appliquer.

    le peuple québecois a déja voté son indépendance, faisons la donc respecter.

  2. sylvainguillemette said

    Salut Jv, je tiens à vous informer du fait que le PCQ a adoptée une autre formule désormais. Nous, au PCQ, avons consenti à déclarer l’indépendance unilatéralement si nous sommes élus. Nous aimerions que Q-s en fasse autant, alors nous allons proposer ce genre de mesure, éventuellement.

  3. jv said

    @ sylvain guillemette

    tres bonne idée, le pq a ses début était comme ça et pour prendre le pouvoir ils ont enlever cette idée.

    Donc QS et PCQ auront moins de chance de gagner les votes des indécis mais au moins seront peut-etre plus conséquent donc gagneront peut-etre les votes des indépendantiste convaincus qui en ont assez de niaiser avec des conditions gagnantes (ah ce lucien bouchard qui pour moi est aussi indépendatistes que jean charest)

  4. pills39 said

    Après la sixième lecture du texte, je peux affirmer avec certitude et avec toute l’arrogance qui m’est caractéristique que c’est la pire pièce de torchon ordurière sur laquelle j’ai eu malchance de poser les yeux de ma courte vie. Je ne m’en tiendrai pas qu’à une insulte par contre, quand j’aurai quelque temps, j’émettrai une critique en bonne et due forme qui remettra finalement les supporters d’une telle abberation à l’heure juste.

    En définitive, d’user du camarade Pouliot-Roberge comme porte-parole est l’oeuvre d’une organisation faible et inconsciente du monde qui l’entoure. Sans blague… les gens qui contribuent à ce site sont vraiment d’accord avec cette analyse?

  5. sylvainguillemette said

    Pills39, seriez-vous pécérien par hasard? Seriez-vous membre de ce parti non-enregistré, anti-électoraliste qui soutient pourtant, l’élection d’Hugo Chavez?

    J’ai hâte de voir votre analyse!

    Quant à moi, votre réponse est le pire torchon qui m’ait été de lire aujourd’hui, avec votre autre commentaire sur un autre billet qui tout comme celui-ci, était dénué d’argumentaire!

  6. sylvainguillemette said

    Les pécériens détestent le trotskyste qu’est le camarde pouliot-Roberge, mais jamais votre parti n’a justement, émis quelconque argumentaire à l’endroit de ce dernier. C’est toujours la même chose, «bla bla bla, sale révisionniste, bla bla bla…, sale trotskyste…»

    Je n’ai jamais pu débattre avec quelconque membre de ce parti tellement secret, qu’il doit masq

  7. sylvainguillemette said

    Les pécériens détestent le trotskyste qu’est le camarde pouliot-Roberge, mais jamais votre parti n’a justement, émis quelconque argumentaire à l’endroit de ce dernier. C’est toujours la même chose, «bla bla bla, sale révisionniste, bla bla bla…, sale trotskyste…»

    Je n’ai jamais pu débattre avec quelconque membre de ce parti tellement secret, qu’il doit masquer ses membres et les appeler par d’autres noms que leur vrais noms! Alors Gilles? Ça va? Sinon Marc, ou Paul! Comment vous appelez-vous aujourd’hui?

    Avez-vous si honte de votre SOCIALISME? Nul ne devrait se masquer et/ou se cacher des forces de l’État, tout au contraire, vous devriez remonter le menton et afficher fièrement votre COMMUNISME ou SOCIALISME.

    Ça devient gênant et vous n’avez gagnée ainsi, aucune lutte de classe en Amérique du Nord… Même les partis socialistes et communistes d’Amérique du sud ont revu leurs plans d’action, et ils forment justement, des partis comme Q-S! Dois-je énumérer les exemples d’Amérique latine?

    Comme je dis, j’attends votre analyse, muni d’un argumentaire s’il vous plaît. Ça sent le PCR ici, quoique je n’ai rien contre de travailler avec le PCR sur les questions qui unissent, comme la lutte de classe. Mais je déteste débattre avec des gens qui, comme le doc Mailloux, ont des études à l’appui, mais dans leur voiture!

  8. internationaliste said

    Je dois te contredire sur un point Sylvain. Alexandre Pouliot-Roberge n’est aucunement un trotskyste. Je connais bien l’oeuvre de Trotsky et la ligne de votre parti ne va pas du tout dans ce sens. Pouliot-Roberge a déjà prôné la création d’un front populaire au niveau municipal à Québec alors que Trotsky n’a jamais cessé de dénoncer les fronts populaires comme étant une des dernières ressources de l’impérialisme contre la révolution prolétarienne. Ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres.

    Sur la question de la survie du PCCML depuis les années 80, l’auteur se trompe complètement. A l’époque le PCCML ne prônait pas l’indépendance du Québec, mais plutôt le droit à l’autodétermination et a même appelé à voter Non en 1980 car il ne voulait pas donner de mandat de négocier au gouvernement Lévesque.

  9. internationaliste said

    Un autre fait qui contredit l’analyse simpliste de Pouliot-Roberge est la disparition de l’Union Bolchevique en 1984 alors que cette organisation appuyait l’indépendance du Québec. Il est vrai que quelques-uns de ses anciens membres, dont Pierre Dubuc, ont lancé l’Aut’Journal peu après, mais cette publication ne s’est jamais voulue la continuité de l’UB. On pourrait mentionner aussi l’affaiblissement des organisations qui se revendiquaient du trotskysme comme la Ligue Ouvrière Révolutionnaire et Gauche Socialiste et même la disparition du Groupe Socialiste des Travailleurs en 1987, qui tous défendaient l’indépendance du Québec.

  10. sylvainguillemette said

    Internationaliste, le PCQ ne s’est jamais décrit comme trotskyste, Alexandre l’a déjà fait pour sa part, avec ses contradictions si tel est le cas… Pas mon problème en fait, sinon que le PCR est anti-électoraliste, et soutient Chavez… Tu sais aussi que plusieurs de ses membres sont staliniens, et que le PCQ a déjà eu sa part de staliniens, aujourd’hui, ils sont plutôt rares…

    Quant aux disparitions des mouvements révolutionnaires de cette époque, je crois pour ma part que l’effondrement de l’Union dite « soviétique » a joué un très grand rôle, comme tout ce qui s’est passé en Chine d’ailleurs.

    N’empêche Internationaliste que, c’est un texte de Alexandre, pas un texte endossé par le PCQ.

  11. sylvainguillemette said

    Internationaliste, le PCQ ne s’est jamais décrit comme trotskyste, Alexandre l’a déjà fait pour sa part, avec ses contradictions si tel est le cas… Pas mon problème en fait, sinon que le PCR est anti-électoraliste, et soutient Chavez… Tu sais aussi que plusieurs de ses membres sont staliniens, et que le PCQ a déjà eu sa part de staliniens, aujourd’hui, ils sont plutôt rares…

    Quant aux disparitions des mouvements révolutionnaires de cette époque, je crois pour ma part que l’effondrement de l’Union dite « soviétique » a joué un très grand rôle, comme tout ce qui s’est passé en Chine d’ailleurs.

    N’empêche Internationaliste que, c’est un texte de Alexandre, pas un texte endossé par le PCQ.

    J’ajouterais que l’idée demeure bonne quand même et que, le fédéralisme, avec l’indépendance du Québec, battrait de l’aile. Aussi, que jamais le Québec ne pourra satisfaire les idéaux socialistes ou communistes s’il reste emboîté dans la constitution canadienne, ce serait plus utopique que le capitalisme encore…

  12. sylvainguillemette said

    Désolé doublon….

  13. internationaliste said

    Tant mieux si vous le n’avez pas endossé, car ce texte est très faible. Franchement le Vermont n’est pas une nation. Il aurait pu parler de la Colombie-Britannique tant qu’a y être!

    Je trouve que cet individu se prend pour un grand théoricien marxiste alors que ses textes sont simplistes et plein de raccourcis. Il se dit trotskyste sans même comprendre l’essence de la pensée de Trotsky.

  14. rital said

    Quelques petites précisions à Hugo Pouliot.

    1. L’allusion au front populaire était pas scientifique dans le texte de l’époque. Je n’ai jamais appellé à faire alliance avec la « bourgeoisie progressiste » comme le font les staliniens. Je te l’ai déja expliqué, mais tu veux pas comprendre tu veux dénoncer.

    2. Le PCC-ML a défendu le oui au référendum de 1995. C’est de ça dont je parle dans mon texte. Prouve que le PCC-ML a appelé a voté non 1995 pour le fun.

    3. L’Union bolchevique n’a pas survécu, mais elle n’a jamais eu l’empleur des autres organisation cités plus. D’ailleurs ses membres actuellement sont en alliance avec la bourgeoisie nationale dans le SPQ libre. Ça fait très front populaire ça.

    4. Le Vermont est une nation. Tu demanderais aux Vermontois. Il a déja été indépendant. Les Vermontois ont leur propre culture même si ils parlent anglais. Si la nation ne se base sur la langue pour toi, ton analyse est très pauvre.

    Maintenant Hugo t’es dans le PCC. T’as fait combien d’organisations dans les deux dernieres années? À changer de place comme tu le fais à toutes les semaines, tu me fais penser au nouveau CHUM.

  15. internationaliste said

    @Alexandre

    Je ne suis plus dans le PCC pour ton information et je n’ai pas fait d’autres organisations au cours des dernières années. J’avais été en contact avec Socialist Alternative et Fightback mais je n’en ai jamais fait partie et j’ai rompu tout contact avec eux depuis des mois pour des raisons qui sont propres à moi.

    Le PCCML a voté Non en 1980 mon cher. Si tu avais lu comme du monde tu t’en serais rendu compte que je parlais de ce référendum et non celui de 1995.

    Le terme Front Populaire veut dire alliance entre la bourgeoisie et des organisations ouvrières point à la ligne. Il ne veut pas dire autre chose. Va relire Trotsky au lieu de dire des sornettes.

    Et maintenant le Vermont qui est une nation. Tant qu’a y être l’Alberta aussi est une nation! Plus pathétique que ça tu meurs! Il n’y a pas de nation vermontoise spécifique pas plus que qu’il n’y a de nation albertaine ou manitobaine. Le Vermont a fusionné avec le reste des USA depuis belle lurette.

    En passant voter pour le Bloc veut dire appuyer un secteur de la bourgeoisie nationale. Pas fort comme tactique pour quelqu’un qui se revendique du trotskysme.

  16. internationaliste said

    Le fait d’appuyer l’indépendance du Québec n’a pas empêché le GST de disparaître et les autres groupes se prétendant trotskystes de s’affaiblir. Ton explication est donc contredite par les faits. Il faudrait que tu refasses tes leçons cher « théoricien » du PCQ.

  17. internationaliste said

    Alexandre Pouliot-Roberge n’a pas de leçon à donner car tout en étant membre du PCQ il a courtisé différentes organisations comme le PCCML, Fightback et Socialist Alternative. Selon Andy Lehrer de SA il prétendait parler au nom du PCQ quand il traitait avec eux alors qu’en réalité il le faisait à titre personnel.

  18. sylvainguillemette said

    @ Internationaliste

    Je ne connais pas l’histoire du PCCML par coeur, mais je sais qu’il y a des groupes en Alberta qui se disent une nation, tout comme c’est le cas en Colombie-britannique, et qu’il y a des mouvements indépendantistes dans ces deux provinces.

    « En passant voter pour le Bloc veut dire appuyer un secteur de la bourgeoisie nationale. Pas fort comme tactique pour quelqu’un qui se revendique du trotskysme. »

    Alexandre n’a pas voté pour le Bloc et a dit préféré nourrir plusieurs fois avant de voter pour ce parti là. Tu lui prêtes des actions qu’il n’a pas commises.

    Quant aux contacts qu’Alexandre a entrepris avec ces organisations que tu cites, il en faisait suite à toutes les réunions de l’exécutif du PCQ lorsque j’étais encore dans ce dernier. J’ai quitté l’exécutif pour des raisons personnelles, mais du temps où j’y étais, Alexandre ne travaillait pas en secret.

    Maintenant Internationaliste, Hugo, je vois mal comment tu peux interpréter le texte d’Alexandre comme un appui au Bloc. Nulle part, je n’y vois une telle approche.

    Sinon, tu parles aussi d’abstention dans un autre billet, est-ce que ce serait mieux que de faire des théories comme le fait Alexandre, comme caractère révolutionnaire? J’en doute…

    Peu importe, je vais vous laisser vous chicaner tous seuls, ça semble plus une chicane personnelle qu’un débat de théorie.

  19. internationaliste said

    L’appui au Bloc était la position de votre parti aux dernières élections. Tant mieux si certains d’entre vous n’avez pas suivi.

    Andy Lehrer m’a dit que les contacts avec Alexandre, au début du moins, se faisaient en cachette du reste de l’exécutif.

    Je n’ai pas parlé d’abstention mais plutôt d’annuler mon vote car il n’y a pas de choix valable dans cette élection.

  20. internationaliste said

    Il existe un principe élémentaire pour les organisations qui se revendiquent du marxisme. C’est le centralisme démocratique, c’est-à-dire que les décisions adoptées par la majorité des membres, après un débat démocratique et entier, doivent être entérinées par toute l’organisation, même ceux et celles qui s’y sont opposés.

    Dans ce cas, Alexandre partage la responsabilité pour la décision de voter pour le Bloc, même si au départ il était en désaccord. D’autant plus qu’il est membre de l’exécutif du PCQ. Qu’il ait ou non voté personnellement pour le BQ n’y change rien.

    Je vous invite à lire ou relire Que Faire de Lénine.

  21. rital said

    Hugo est fort pour colporte des rumeurs et distribuer les accusations, mais pour la stabilité c’est pas son fort. Les liens entre le PCQ et CWI sont cordial, et ils sont venu a notre congrès et étaient bien heureux d’y être. Es-tu toujours le groupe Facebook « fanclub de Km Il Sung »?

  22. rital said

    Courtisé le PCC-ML, est bonne. Voir comme si coolaborer aux élections fédérales avec le PCC-ML se comparait a être membre du PCC. T’es un gars dérenger Hugo. Beugle tant que tu veux.

  23. internationaliste said

    Je n’ai jamais fait de groupe Facebook Kim Il Sung. Tu dis n’importe quoi pauvre taré. Je connais très bien Andy Lehrer et c’est lui qui m’a donné cette info sur tes tractations secrètes. Il s’interrogeait sur toi d’ailleurs à ce moment là.

    C’est un fait connu que tu as courtisé le PCCML avant que ton exécutif y mette le holà.

    Je n’ai fait qu’entretenir des relations avec les deux groupes mentionnés avant de rompre avec eux. Je pourrais te retourner tes accusations farfelues étant donné que tu as fait la même chose avec ces deux groupes, soit Fightback et Socialist Alternative.

    Votre parti est une véritable auberge espagnole.

  24. internationaliste said

    Et toi Alexandre es-tu toujours en relation avec le MLNQ?

  25. internationaliste said

    Le PCC et le PCQ sont plutôt équivalents comme organisation. La seule différence c’est que le PCC épouse le nationalisme canadien et le PCQ le nationalisme québécois. Le PCC a mis la feuille d’érable sur son logo et le PCQ la fleur de lys.

    Trotsky et Lénine doivent bien se retourner dans leur tombe de voir des soi-disant disciples se vautrer dans le nationalisme bourgeois.

    Ma rupture avec le PCC a été motivée en grande partie par cet appui sans failles au nationalisme canadien réactionnaire. Leur supposé anti-nationalisme est purement hypocrite. Il a fallu que je le voie de l’intérieur pour vraiment m’en rendre compte. D’ailleurs Alexandre a déjà été membre du PCC avant la scission de 2005. Encore une fois ses petites leçons à bon marché il peut les garder pour lui.

  26. internationaliste said

    Désolé pour toi mais je connais bien des gens dans QS à Montréal et la réputation d’Alexandre Pouliot-Roberge n’est pas à son meilleur loin de là. Ses tractations secrètes avec le PCCML sont d’ailleurs bien connues de ces gens là et ça les a fait bien rigoler.

  27. sylvainguillemette said

    Bon Alexandre est assez grand pour se défendre tout seul…

    Sinon, le PCQ n’est pas nationaliste. Et je n’ai pas participé au choix du logo, je ne connais d’ailleurs pas les alternatives qui étaient proposées.

    Ensuite, si notre parti est une auberge espagnole, je me demande quoi dire des autres organisations comme le PCR, duquel on puise beaucoup de membres déçus.

    Serait-ce donc, qu’il n’y a aucun parti digne de porter l’effigie marxiste au Québec? À toi de me le dire Hugo.

    Pour l’instant, pour ma part, je crois à Québec-solidaire, mais je sais m’ajuster quand c’est le moment.

  28. sylvainguillemette said

    Tu sais Hugo, ailleurs dans le monde, ça a été la même chose. Les luttes entre marxistes ont toujours pris plus de place que leur lutte contre la bourgeoisie.

  29. internationaliste said

    Je voudrais juste revenir sur la question de la Corée du Nord. Je ne suis pas un fan de Kim Il-Sung ou de son fils mais je suis pour la défense inconditionnelle de ce pays contre l’impérialisme et la contre-révolution interne en tant qu’État ouvrier bureaucratiquement déformé. Je n’ai pas peur d’afficher cette position même si ce n’est pas populaire auprès des médias bourgeois.

    Par contre contrairement au PCQ je ne suis pas un fan d’un politicien bourgeois comme Barack Obama, qui est maintenant le commandant en chef de l’impérialisme américain.

    Quant à la question du logo Sylvain, ce n’est pas innocent de choisir un symbole nationaliste comme le fleur de lys, qui représente aussi la monarchie française! Sur ce point vous avez le même travers que vos ennemis du PCC qui sont drapés dans la feuille d’érable.

  30. sylvainguillemette said

    Internationaliste, je suis aussi contre les interventions extérieures pour ce qui est de la Corée du Nord, cela dit, cet État n’a rien d’ouvrier au sens du terme socialiste. C’est une monarchie, pure et simple, malgré les croyances des sujets du roi.

    Ensuite, le PCQ n’appuie pas Barrack Obama, cesses de nous attribuer de telles inepties.

    J’ai récemment parlé aux membres de la direction, de laquelle je ne suis plus membre par choix, et personne, je dis bien PERSONNE, n’est en faveur d’Obama. D’ailleurs, tu connais ma position sur ce serviteur des bourgeois.

    Quant au logo, certes, on peut y voir des a liens avec la monarchie française, mais reviens-en! As-tu déjà vu quelqu’un au PCQ, en faveur de la monarchie, française, anglaise ou autre? Les québécois se reconnaissent dans la fleur de Lys, et je n’ai pas participé au choix du logo, comme tous les nouveaux membres d’ailleurs. Si tu avais été membre du PCQ au moment du choix du logo, tu aurais pu manifester ta rage contre la monarchie française Hugo, personne ne t’en aurait empêché, puisque notre parti est gouverné par la base, par le comité central et ses membres élus démocratiquement.

    Tu es passé en mode attaque-PCQ ces temps-ci, y a t-il une raison à cela? Tu passes plus de temps à attaquer le PCQ qu’à attaquer les impérialistes Hugo. Même le PCR a changé de cap et s’est remis à attaquer la bourgeoisie.

    Changes de lunette de tir Hugo, tu vas tirer sur des camarades là…

  31. sylvainguillemette said

    Je ne suis pas d’accord avec tout ce que fait le PCR et les autres mouvements, je ne passe pas mon temps ici à cracher sur eux. D’ailleurs, quand je suis entré au PCQ, on m’a drôlement regardé quand j’ai demandé (je ne connaissais pas encore les différences entre les deux mouvements à ce moment là) si nous pouvions entretenir des liens avec le PCR…

    J’ai toujours été, et je demeure, en faveur d’un rapprochement sur les causes qui nous sont communes. On peut bien s’envoyer promener sur la scène publique, comme le font encore certains membres de nos deux partis, mais au bout du compte, c’est la bourgeoisie qui s’amuse…

  32. internationaliste said

    Cher Sylvain je ne passe mon temps à attaquer le PCQ comme tu dis, mais je fais des critiques de vos positions. Relis les textes que vous avez publié sur Obama et c’était très clair que vous l’avez appuyé avec peut-être quelques réserves. Vous aviez la même position que vos confrères américains du CPUSA. Je n’en reviens pas qu’après coup vous disez ne pas soutenir ce politicien bourgeois alors que c’était votre position!

    Au sujet du fleur de lys, je regrette mais c’est un symbole nationaliste réactionnaire qui n’a pas sa place dans le logo d’un parti communiste au même titre que la feuille d’érable. Le fait que vous ayez fait ce choix pour votre logo démontre votre penchant nationaliste québécois tout comme le PCC en mettant la feuille d’érable dans son logo démontre son nationalisme canadien.

    Comme disait Trotsky il faut dire les choses carrément, telles qu’elles sont et ne pas faire de dissimulation.

  33. sylvainguillemette said

    « Cher Sylvain je ne passe mon temps à attaquer le PCQ comme tu dis, mais je fais des critiques de vos positions. Relis les textes que vous avez publié sur Obama et c’était très clair que vous l’avez appuyé avec peut-être quelques réserves. »

    Comme dans tout parti, j’ose espérer, la dissidence est un droit. Je n’adhère à aucun texte qui soutient Obama, qu’il vienne de mon parti ou de la sainte église du village. est-ce que c’est pour ça que tu n’es plus dans un parti? Parce que tu ne peux pas user de ta dissidence lorsque c’est le temps de le faire? Obama, je lui souhaite les mêmes cancers que je souhaitais à ses prédécesseurs.

    « Au sujet du fleur de lys, je regrette mais c’est un symbole nationaliste réactionnaire qui n’a pas sa place dans le logo d’un parti communiste au même titre que la feuille d’érable. »

    Je regrette cher Hugo, mais c’est une fleur de la flore avant tout! Cela dit, je n’ai pas participé au vote du logo, et cela ne m’empêche pas de joindre ce parti qui s’approche beaucoup plus de mes convictions que le PCR ou le PCC. Quant aux autres groupuscules présents au Québec, ils n’ont pas vraiment d’impact ou je ne les connais pas.

    « Comme disait Trotsky il faut dire les choses carrément, telles qu’elles sont et ne pas faire de dissimulation. »

    Parfait! Donc le lys est une fleur, point final!

  34. sylvainguillemette said

    Tu perds ton temps là Hugo, mon choix est fait, et j’ai droit à mes dissidences, tout en respectant le centralisme démocratique. C’est un droit bien réel dans le PCQ en tout cas.

    Et s’il te plaît, si t’as d’autres critiques à faire sur le PCQ, vas sur notre forum les faire. C’est la meilleure place pour ça et les autres membres vont pouvoir défendre leurs intérêts.

    Quant à moi, tu connais ma position, et sur la monarchie, et sur le Obama. Alors s’il te plaît, arrêtes de m’embêter avec ça. Tu perds ton temps. Je suis du même avis que toi sur ces deux points, alors…

  35. sylvainguillemette said

    Et en passant Hugo, je ne connais aucune parti qui n’ait pas commis ce genre de faute, aucun! Imagines!

    Les membres du PCR se tuent à dire qu’ils ne soutiennent pas Chavez, mais les faits sont que Chavez a passé quelques semaines sur leur site, sinon quelques jours, en récoltant leur appui. En fais-tu un plat? Non. Et pourtant, Trotsky s’applique là encore…

    Je peux certainement faire ce même constat sur tous les partis communistes du monde, on fait le test? Toi qui a lu beaucoup de livres, tu ne peux tout simplement pas nier ce que je dis ici. Pas vrai?

  36. internationaliste said

    Ce ne sont pas tes positions personnelles dont je veux discuter mais celles de ton parti.

    Effectivement il y a place pour la dissidence dans un parti. Mais le centralisme démocratique, inhérent à toute organisation qui se dit révolutionnaire, oblige les membres à respecter les décisions adoptées démocratiquement par la majorité suite à un débat plein et entier.

    Tu ne peux pas esquiver le débat en disant je ne suis pas d’accord avec telle ou telle position de mon parti. Que tu le veuilles ou non le fait que le PCQ ait soutenu Obama ou démontre un net penchant pour le nationalisme québécois engage tous ses membres. J’ai quitté le PCC parce que je ne pouvais pas accepter leur nationalisme canadien et leur programme électoral bidon.

  37. sylvainguillemette said

    « Relis les textes que vous avez publié sur Obama et c’était très clair que vous l’avez appuyé avec peut-être quelques réserves. Vous aviez la même position que vos confrères américains du CPUSA. Je n’en reviens pas qu’après coup vous disez ne pas soutenir ce politicien bourgeois alors que c’était votre position! »

    Hugo, je viens de faire le tour des textes du site du PCQ, il n’y a aucun appui à Barack Obama de notre part. J’ai beau lire, et relire les textes, rien, niet, quedal.

    Ensuite Hugo, quand tu parles de ce qui se passe aux États-Unis, bien que je sois du même avis que toi sur Obama, essais aussi de penser aux prolétaires, ceux que tu prétends défendre, dans un avenir immédiat. Le fait que Barack Obama donne plus de liberté aux syndicats n’est pas un fait divers ou de pacotille. Ça ne fait pas de lui un socialiste, certes… Ce n’est qu’un effet de soupape, comme on est habitué d’en voir, je sais bien, mais ça demeure un gain pour les syndicats, donc pour les prolétaires.

    André Parizeau n’a fait que souligner l’importance des syndicats dans une élection comme celle qu’ont vécu les états-uniens. Sinon, je ne vois pas de quel appui tu parles.

  38. sylvainguillemette said

    Quant au nationalisme, le seul membre que je connaissais comme « nationaliste québécois », a quitté le parti récemment. Je n’en connais aucun autre. Et tu sais très bien que je ne défendrai jamais le nationalisme, quel qu’il soit.

  39. internationaliste said

    Nous n’avons pas lu les mêmes textes évidemment. Les textes que j’ai lu parlait d’Obama en tant qu’espoir de changement et colportait les illusions véhiculées par les éléments libéraux de la bourgeoisie. Et j’ai remarqué que vous avez reproduit maintes déclarations du CPUSA qui soutenait Obama sans la moindre critique.

    Je comprends très bien que des gens aient mis leurs espoirs en Obama mais ils se trompent et rien n’indique qu’il respectera ses promesses. Clinton a fait la même chose dans les années 90.

  40. sylvainguillemette said

    Hugo, André P a mis LEURS positions sur notre site, mais nulle part tu peux voir que le PCQ soutienne OBAMA ou LEURS POSITIONS. Arrêtes ça là s’il te plaît.

    Le texte dont tu parles, c’est un de ceux que je parlais ce matin. Or, ce texte ne démontre pas d’appui du PCQ à Obama, mais parle des enjeux aux yeux des états-uniens au CPUSA. Nulle part le PCQ n’adhère au soutient d’Obama.

    Pour ma part, je n’ai aucun espoir envers Obama, c’est un capitaliste, un futur impérialiste, point final. Et là-dessus, tu es entièrement d’accord avec moi. Alors on perd du temps là.

    On va pas se taper le 41e commentaire là-dessus j’espère…

  41. internationaliste said

    Écoute Sylvain ce n’est pas une question de perte de temps, mais il aurait été judicieux, si vraiment le PCQ ne soutient pas Obama, de faire une critique systématique des textes du CPUSA qui étaient vraiment nuls et opportunistes. Il faut dire que ce parti soutient le parti Démocrate depuis des décennies. Dans les textes écrit par le PCQ sur Obama, y compris celui après les élections il n’y a pas la moindre critique envers Obama. Quand André demande si Obama va s’enfoncer en Afghanistan c’est une question superflue, car Obama a annoncé sans détour son intention de renforcer l’occupation de l’Afghanistan.

    Prends ce texte par exemple. Il colporte nombre d’illusions envers Obama et ne renferme aucune critique sérieuse de ce personnage. En le lisant on peut à juste titre en conclure que le PCQ soutient Obama:

    http://www.pcq.qc.ca/Dossiers/AmeriqueDuNord/USA/BarackObamaEtLaPolitiqueEtrangere.htm

    Encore une fois Sylvain je ne doute pas de ta sincérité, mais ce ne sont pas tes positions personnelles qui m’intéressent mais celles de ton parti.

  42. sylvainguillemette said

    Hugo, Hugo, « En le lisant on peut à juste titre en conclure que le PCQ soutient Obama: »

    Je viens de relire le texte et il pose clairement la vision du CPUSA, et non pas celle du PCQ. Mais attends Hugo, je vais demander à André Parizeau, sa propre version des faits, veux-tu?

    Sinon, le PCQ n’a signé aucun texte allant dans le sens que tu prétends.

  43. andreparizeau said

    J’aimerais intervenir ici puisque j’ai été interpellé. Bien heureux celui qui se pense assez bon (comme cele semble d’ailleurs le cas avec celui qui se fait appeler « Internationaliste ») pour prétendre détenir toute la vérité sur tout (et peut-être aussi sur rien … en même temps).

    Personne (sauf peut-être certaines personnes associées avec le parti républicain) n’a jamais pensé qu’Obama était un révolutionnaire et que son programme l’était également. Tout ce débat ne constitue quant à moi qu’une diversion par rapport au débat de fond à savoir : l’indépendance du Québec est-elle une bonne chose, oui ou non, pour tous ceux et celles qui recherchent un changement fondamental de société, ici au Québec.

    S’il y en a pour qui Obama et McCain étaient du pareil au même, tant mieux pour eux. Pour moi, c’est aussi stupide que ceux ou celles qui pourraient s’imaginer qu’Obama est un sauveur qui va nous débarraser de tous les maux du capitalisme tout en gardant le capitalisme intact.

    Jamais, le PCQ n’a voulu laisser entendre qu’il appuyait sans réserve Obama. J’ai molimême signé un papier sur le site Internet du PCQ pour soulever d’abord et avant tout ce qui m’apparaissait comme un élément central, soit le fait que les syndicats et l’ensemble du mouvement populaire aux États-Unis semblent à nouveau être en train de reprendre l’offensive et cela inclut, quoiqu’en dise cet « internationaliste » le fait d’élargir de plus en plus la critique anti-guerre à l’intervention en Afghanistan. Il suffit d’aller sur les sites Internet des différentes organisations anti-guerre pour s’en convaincre.

    À travers tout cela, le plus désolant continue à être ces relants d’ultra-gauchiste et de sectarisme dont cette personne semble toujours se délecter. Qu’elle est finit par quitter le PCC pour aller rejoindre le PCR ne fait que confirmer une chose : entre ultra-gauchistes, la marge n’est finalement pas très grande. Enfin !…

    Une dernière recommandation: nous sommes en pleine élection, ici au Québec et l’enjeu en sera crucial pour toute la gauche. Gardons donc le cap sur l’important !

  44. internationaliste said

    Je suis content de lire ta réponse André. Tout d’abord je ne suis pas membre du PCR.

    J’ai soulevé la question d’Obama car j’ai senti une grande complaisance de votre part envers ce politicien bourgeois. Je n’ai jamais dit que vous le considériez comme un révolutionnaire mais plutôt comme un « moindre mal ». Étant donné que vous avez reproduit sans la moindre critique les déclarations de vos confrères américains il était facile de présumer que vous aviez la même position qu’eux, soit un soutien envers Obama. Il faut rappeler que ce personnage veut renforcer l’occupation de l’Afghanistan, qu’il soutient Israël sans réserves et veut poursuivre la guerre contre-révolutionnaire contre Cuba.

    Tant mieux si ce n’est pas le cas, mais reconnais au moins que vous n’étiez pas très clair à ce sujet.

  45. andylehrer said

    Apologies for responding to this in English but I see I’m being cited here several times.

    Hugo, I *never* said that Alexandre was writing to me on behalf of the PCQ. I said I *did not know* whether he was inquiring on behalf of the PCQ or as an individual and because my French is not very good and there is a language barrier everything Alexandre was saying was not clear to me.

    Alexandre asked me if the CWI would be willing to meet the PCQ and, when I mentioned this to you I did not know whether he was formally speaking on behalf of the PCQ or was asking as an individual. Indeed, subsequent to this, the CWI did receive formal invitation from the PCQ to the CWI to attend their recent congress (as did several other organizations) so your suggestion that Alexandre was somehow acting improperly or secretly is completely wrong and does not reflect anything I have ever said. I’ll also add that the only reason I spoke to you about this is because you had been speaking to us previously and quite frequently and had expressed a strong interest in joining the CWI – although perhaps here there was also a misunderstanding on my part – and so when Alexandre contacted me I naturally asked you for your opinion.

    Anyway, for you to now turn around and make accusations against Alexandre based on half truths and distortions is quite disappointing, particularly as you have not made any attempt to talk to me about this before purporting to relay my comments.

  46. rital said

    Bon, Hugo viens de se faire fermé la boite par Andy Lerher solide. Vu les mensonges dit sur le CWI, ceux qui a propos de mon désir d’ëtre dans le PCC-ML doivent être aussi crédible. Je suggèere a tout le monde de le laisser beugler tout seul. On perd notre temps a répondre a ses délires schyzophrène. Anyway, il peut aussi bien se retrouver chez les nationaux-bolchviques demain matin stable comme il est.

  47. internationaliste said

    Va te faire foutre Alexandre. Il n’y a eu aucun mensonge de ma part mais plutôt de la tienne. Tu pourrais bien te retrouver dans le MLNQ avec ton style nationaleux.

    C’est pas mon problème si bien des gens dans votre parti sont incapables d’assumer leurs positions, comme sur Obama et le nationalisme québécois. Votre « communisme » est celui d’un radis, rouge à l’extérieur et blanc à l’intérieur.

    Je n’ai pas de leçon à recevoir du CWI qui a participé à la célèbre fraude ukrainienne en 2003 ou des membres de leur organisation ont soutiré de l’argent à d’autres groupes en leur faisant croire qu’ils étaient intéressés à en devenir membres. Et ces bandits politiques sont toujours du CWI en Ukraine malgré leurs crimes reconnus.

  48. internationaliste said

    Parlant de « national-bolchévisme » ce n’est pas moi qui diffuse des tracts à saveur ultranationaliste lors d’une manif le jour des Patriotes, comme l’a fait le PCQ cette année à Montréal.

    Étant donné la fâcheuse tendance à ne pas assumer ses positions et à nier la réalité qui existe dans ce parti je joint un extrait de leur déclaration:

     » La majorité des allophones se tournent vers l’anglais, bien qu’ils choisissent de vivre ici et ils ne s’intègrent pas tous au peuple qui les accueille. Ceci a pour conséquence, à moyen et long terme, de réduire le poids démographique et démocratique des francophones ».

    Le MLNQ n’aurait pas sûrement pas récusé de tels propos. On en est rendu maintenant à blâmer les immigrants parce qu’ils ne seraient pas assez nombreux à apprendre le français!

    Vive le « marxisme » à la sauce Alexandre Pouliot-Roberge et cie!

  49. andylehrer said

    « Je n’ai pas de leçon à recevoir du CWI qui a participé à la célèbre fraude ukrainienne en 2003 ou des membres de leur organisation ont soutiré de l’argent à d’autres groupes en leur faisant croire qu’ils étaient intéressés à en devenir membres. Et ces bandits politiques sont toujours du CWI en Ukraine malgré leurs crimes reconnus. »

    Hugo this is highly misleading. Seven individuals in Ukraine were acting in secret without the knowledge of the CWI and were expelled once we became aware of their activity (an eighth individual from Russia was expelled soon after. Unfortunately, there is a lot of political corruption in the former Soviet Union and leftists are not immune to it. See http://www.bolshevik.org/ukrscandal/ukrmaterial/CWI_statement.htm

  50. rital said

    Tant qu’on entend plus parlé de tes conneries Hugo, on va petre bien content. Va colporter tes rumeurs, tes ragots et tes ouie dire ailleurs. Nous on a du travail constructif a faire. On est pas comme toi puis tes chums du PCC.

  51. sylvainguillemette said

    « Votre “communisme” est celui d’un radis, rouge à l’extérieur et blanc à l’intérieur. »

    Et Hugo, permets-moi d’ajouter que tu fais des attaques disgracieuses envers un groupe de personnes non-monolithiques, en attaquant le PCQ comme tu le fais.

    C’est aussi dégradant que les pécériens qui traitent tout le monde de révisionnistes.

  52. internationaliste said

    Pourtant selon plusieurs organisations victimes de cette fraude, les responsables sont toujours dans le CWI et celui-ci n’a JAMAIS PRODUIT la moindre autocritique à ce sujet.

    Open Letter to the Committee for a Workers’ International (CWI)
    October 2, 2003

    From:
    League for the Revolutionary Party (LRP-U.S.) & Communist Organization for the Fourth International (COFI)
    New York

    To:
    The Committee for a Workers’ International (CWI)
    London

    Dear Comrades,

    On September 4 we wrote to you regarding the criminal fraud perpetrated by CWI members in the former USSR on several organizations, including our own. We noted that you had issued a statement on August 29 condemning the fraud and announcing the expulsion of several Ukrainian members, notably Oleg Vernik. You have not responded to our letter or to any of the requests and queries in it. We also note that you have not replied to similar requests from other defrauded organizations. This lack of response calls into question your stated willingness to exchange information and cooperate with all those victimized by your former members.

    We also note at this point that no statement on the fraud has yet appeared on your website. Yet articles by the charlatan Vernik continue to appear there without comment by you.

    Your statement of August 29 indicated that the fraud was limited to Ukrainian CWI members, some of whom you have expelled, notably Oleg Vernik. One of our queries concerned the fraudulent « Igor » or « Ivan, » who presented himself to us and to others as a resident of Moscow. We asked whether you recognized and could identify this individual from Moscow.

    Subsequently, photographs identified as that of your Moscow leader, Ilya Budraitskis, have appeared on the internet and in print (for example, in the Weekly Worker of September 4), and he is clearly the same person as « Igor » and « Ivan » who fraudulently misrepresented himself to our and other organizations. Yet as far as we know, you have not acknowledged that Budraitskis was part of the scam, nor taken any action against him, at least in public.

    Moreover, we have now have in our possession a photograph taken at the October 1999 International Conference in Moscow sponsored by the Committee for the Study of Leon Trotsky’s Legacy, where Budraitskis presented a research paper. This photo shows Budraitskis together with Rob Jones of the CWI. It is certain that Budraitskis is the same person as « Igor » and « Ivan, » and that he is as guilty as the Ukrainian perpetrators of participating in this scam. In the next few days we will place this photo on our website.

    Moreover, all the reports of the Ukrainian scam indicate that the Ukrainian « comrades » never directly asked their supposed Western counterparts for monetary aid. This is not true in the case of « Igor. » When we met him in April 2003, we were specifically asked to reimburse him for money that he claimed had been robbed from him by customs agents when he left Russia. There is no question that « Igor » — that is, Budraitskis — directly participated in robbery as well as in the political side of the criminal activity engaged in by the other perpetrators.

    The CWI has had ample time to identify Budraitskis and reply to the charges against him. Your failure to do so raises the question as to whether or not the CWI is engaging in covering up the extent of the fraud directed by Vernik, one of its leading members, but not certainly confined to him and his Ukrainian cohorts. It raises the question as to whether or not more CWI leaders outside of Kiev and Ukraine were aware of or directly involved in the fraud.

    Your former and current comrades have already done enough in this matter to drag the name of Trotskyism through the mud. We demand that you expel Budraitskis and condemn him in at least the same terms that you condemned Vernik and the others. Further, we demand that you do so in public: that you publish your statements of condemnation in your press and on your international website rather than just circulating them privately for others to distribute. If you are not covering for these filthy criminals, or seeking to downplay their acts, why won’t you openly do everything possible to warn the workers’ movement of the threat that they represent?

    With communist greetings,

    Sy Landy
    for LRP-U.S. & COFI

  53. internationaliste said

    Quant à moi c’est votre déclaration pour la Fête des Patriotes que je trouve dégoûtante avec son style à la MLNQ/PI. Si c’est ça votre travail « constructif »!

    Quant au PCC ils sont aussi opportunistes que votre parti.

  54. internationaliste said

    Et je ne vais pas sur poste de radio clairement de droite et très conservateur pour dénigrer une autre organisation qui se réclame du communisme. Je ne suis pas un adepte du PCR et j’ai de nombreux désaccords avec eux, mais le geste d’Alexandre Pouliot-Roberge de profiter d’une entrevue avec CHOI-FM pour les dénoncer s’apparente à du travail de flic.

  55. andylehrer said

    Yes Hugo, and the individuals who, without the knowledge of the CWI, perpetrated that fraud were expelled shortly after their actions became known to us. Anyway, you were emailing me for about two years and knew about this histoire ancien and never once raised it with me. Frankly, this tells me that you knew enough to know it did not reflect on the CWI as a whole then and are just bringing it up now for sectarian reasons.

  56. internationaliste said

    Pourtant la lettre écrite par le dirigeant de la LRP ne va pas du tout dans le même sens que tes affirmations Andy. Le CIO a protégé ces bandits, ce fait a été confirmé par d’autres organisations victimes de cette fraude. Tu n’es peut-être pas au courant de tout, mais ta tendance internationale n’a pas les mains propres dans cette affaire.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :