Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Saint-Pierre et l’éclopé (par Étienne Hallé)

Posted by sylvainguillemette sur 23 janvier, 2009

http://ldf3fg.blu.livefilestore.com/y1p2itV8N4Kq6KnGcS92VzxN7ehWo723ZnRJltzj7L-M9C3wYwuFQwd9eb4HwJPw1CnwDWkrZlXlc0

Saint-Pierre était dans sa tente en train de compter ses pièces d’or, lorsqu’arriva son grand scribe:

Maître, maître! Un esclave a perdu son pied à la mine numéro 7!

Ah le petit maladroit, l’a-t-il au moins retrouvé afin qu’il continue son travail?

Justement, Maître. Il refuse de travailler.

Quoi?! Allez faire porter ce scélérat à la décharge et mettez-en un autre à sa place.

Il y a un problème, Maître… C’est lui qui tirait le chariot à ordures et personne ne veut prendre sa place: nous frisons la révolte.

Encore?! Quelle bande d’ingrats! Ces imbéciles ont l’étourderie de perdre leurs propres membres et ils ont le culot de refuser de travailler! Mais moi, pendant ce temps, je n’en finis plus de les remplacer! Ils sont de plus en plus rares sur le marché ces temps-ci! C’est le combientième?

Cinquante-troisième, Maître.

Et le mois n’est pas terminé… si ça continue ainsi, je devrai fermer une mine, privant ainsi bon nombre d’esclaves honnêtes de travail.

Le cinquante-troisième de la semaine, Maître. Nous en sommes à deux-cent huit ce mois-ci. Mais Maître, il y a autre chose… il exige une compensation pour son pied…

Quoi?! Bon, clouons le bec à ce brigand. Envoyez-le rencontrer le grand mage Medcindbosse qui saura certainement le guérir.

On transporta l’esclave chez le grand mage qui, après avoir empoché le sac de pièces qui constituait ses honoraires, l’ausculta. Il rédigea ensuite son rapport sur un rouleau de parchemin qu’il fit immédiatement retourner à Saint-Pierre et à son grand scribe.

Quel grand mage! dit Saint-Pierre, il lui a fait repousser son pied! Vois! Dans son rapport, dans la section « description », il est inscrit « cinq pieds, mais moins que six ». Il a non seulement ses deux pieds, mais en a maintenant plus de trois en rechange. Assurez-vous qu’il se remette immédiatement au travail!

Bien Maître.

Le grand scribe retrouva l’esclave miraculé et l’enjoint de se remettre immédiatement au travail.

Comment veux-tu que je me remette au travail alors qu’il me manque un pied? dit l’esclave.

Il est écrit dans le rapport du grand mage Medcindbosse que tu as tes deux pieds en plus d’en avoir au moins trois autres de rechange, alors tu dois travailler!

Tu vois bien que je n’ai qu’un pied, regarde!

Écoute, je dois me fier à ce qui est écrit, et selon le rapport du grand mage, tu es apte.

Je ne me lèverai pas d’ici sans avoir reçu la garantie que je recevrai une rente pour mon pied.

Le grand scribe retourna chez son maître pour lui faire part de la doléance de l’esclave récalcitrant.

Ce filou veut m’arnaquer? Soit, je vais donc l’envoyer voir le grand mage du Bême. Ainsi, je saurai ce qu’il en est.

Qu’est-ce que le Bême, Maître?

C’est une confrérie de mages omniscients. Ils savent tout et leur avis est celui de Dieu.

On transporta donc l’esclave éclopé chez le grand Mage du Bême. À son arrivée, le mage le regarda brièvement et refusa de l’ausculter, arguant que tout était écrit dans les urines des brebis sacrées. Après avoir empoché ses honoraires, il rédigea son rapport sur un rouleau de parchemin qu’il fit parvenir à Saint-Pierre et à son grand scribe.

– Ah! dit Saint-Pierre, voyez! Son subterfuge n’a pas fonctionné! Le grand mage du Bême a écrit: « l’esclave éclopé, ici nommé 131634354, s’est séparé de son pied par négligence. Notez qu’il ne souffre d’aucune limitation. Il peut se déplacer soit en sautant sur son pied restant ou encore s’aider de son moignon. » Tu vois, scribe, toute la grande sagesse du mage du Bême? Remets-moi immédiatement ce misérable fainéant au travail.

Lorsque le grand scribe arriva au campement des esclaves, il fut témoin d’un soulèvement. Les serviles s’en prenaient aux installations de la mine. Il rebroussa chemin afin d’en avertir son maître.

Étienne Hallé

Note: Je remercie l’auteur, car tout sauf les noms utilisés, représentent assez bien la réalité et ce qui m’arrive en ce moment. Je remercie à l’avance l’Assistance Sociale et ‘Emploi-Québec qui, je l’espère, sauront m’aider dans mes démarches afin de reprendre le marché du travail au plus vite, tout en constatant les torts qui me sont causés par l’existence même du Bureau d’Évaluation Médicale parce que tout simplement, cet oracle ne peut détenir la seule et unique vérité et prétendre «ressentir la douleur» à ma place.

Et aujourd’hui, en 2009, des milliers de travailleurs continuent d’être victimes d’accidents de travail, près 200 en meurent. Ensuite, ces derniers doivent affronter la machine à rendement qu’est le B.E.M, le capitalisme à son état pur, sur son 31 quoi.

La C.S.S.T. (Khalil Masri (Bême)) m’a renvoyé au travail, allant même jusqu’à prétendre que je n’avais pas mal, puisqu’e Khalil Masri affirme que je n’ai aucune limitation fonctionnelle. Or, je ne peux pas marcher plus de 10 ou 15 minutes sans que la douleur intolérante ne s’installe.

C’était d’ailleurs, l’avis du docteur Paradis. Le Medcindbosse qui ne recule devant rien, tel un mercenaire touche sa paie d’une drôle de façon en Irak ou ailleurs dans les zones de conflit.  Malgré l’enregistrement de ce mercenaire incompétent, qu’il connaissait d’ailleurs puis que je lui en avais fait part -posant mon enregistreuse sur son bureau en lui disant-, il a prétendu dans son rapport, que je n’avais pas mal du tout. Qui peut le savoir mieux que moi? D’ailleurs, lorsqu’il m’a posé la question, je lui ai répondu un bon 9.5 sur 10, sinon 9 au moindre. Comment a t-il pu glisser une pareille démesure? C’est simple, c’est ça aussi ça, le système capitaliste.

Le B.E.M. n’est qu’un outil de bourgeois de plus qui embarrasse l’engrenage de l’évolution humaine. Il est temps que cet outil bourgeois disparaisse, avec un taux de 70% de décisoins renversées en Commission des Lésions Professionnelles.

Merci encore d’avoir chasser pour un instant, grâce à ton humour, cette profonde blessure que m’afflige cet accident de travail. Depuis mon accident de travail, au Québec, trois autres camarades n’ont pas eu ma chance et sont passés sous les bennes à ordures lorsqu’elles reculaient. Ils sont morts. Le B.E.M. n’aura pas pour eux, à faire sa sale besogne.

Sylvain Guillemette

Advertisements

25 Réponses to “Saint-Pierre et l’éclopé (par Étienne Hallé)”

  1. Jacques said

    Cher monsieur Guillemette,

    Le texte, et sa modification pour y inclure mon nom, me font quelque peine. Car je ne sais franchement pas où vous avez pris cette idée que je souhaitais que vous n’ayiez pas compensation ou que je sois content de votre situation. J’ai déjà mentionné, par ailleurs, que si une levée de fonds avait eu lieu pour vous, j’y aurais participé avec plaisir.

    De plus, sachez que la CSST ne fait pas suer que les travailleurs, mais que ce n’est pas plus facile pour les employeurs. Le fait est que, pour ce qui est de mes affaires, en ce qui a trait à la prévention et l’appui aux travailleurs qui pourraient souffrir de lésions diverses (Dieu merci, nous en avons été épargnés), elles représentent des priorités pour moi. Tous les patrons ne sont pas comme ceux que vous semblez avoir eu. Les personnes, chez-moi, passent avant l’argent.

    Par contre, et là vous avez raison de le souligner, c’est que tous ces organismes et ministères qui sont supposés régler ces cas sont inefficaces et inhumains. L’État, dans tous les cas, fera pire que le privé. La preuve: si une entreprise souscrit à une assurance collective et a l’option de congé de maladie court ou long-terme, l’employé affecté en bénéficiera, point à la ligne, car l’entreprise a payée ses primes. Mais un accident de travail est obligatoirement géré par la CSST, organisme gouvernemental. Il y a donc dérapage assuré. Pourquoi ne pas privatiser le tout et laisser le soin aux entreprises de magasiner l’assurance-travail la plus adaptée à son entreprise? Par exemple, les primes pourraient être minimales pour un bureau, et maximales pour une entreprise de foresterie (je sais, c’est déjà un peu comme ça, mais le problème est que les entreprises de bureau, par exemple, paient beaucoup trop pour leur niveau de risque).

    Ainsi, la CSST pourrait se concentrer sur le seul rôle qu’elle devrait jouer: la surveillance du respect des réglements, chose qu’elle fait d’ailleurs déjà mal.

    L’État est une bête inhumaine et qui se nourrit de ses propres procédures. Il est temps de revoir ces fonctionnements et opter pour un État minimaliste.

  2. sylvainguillemette said

    Je n’ai pas demandé à ce qu’on mette votre nom monsieur Saint-Pierre, si vous avez des questions, posez-les à l’auteur.

    Sinon, dans les faits, la CSST remplie pleinement ses fonctions, celles pour lesquelles elle est mandatée, suivre le protocole. Le problème n’est pas tant la CSST que ses intérêts ou surtout, ses outils, comme le B.E.M..

    Au lieu de brandir encore cette solution magique qu’est le privé, une forme de parasitisme des malheurs humains, laissons plutôt les médecins user des compétences qu’ils ont gagnées aux études. Un médecin sérieux, par exemple, aurait tenu compte du fait que je dise avoir mal et se serait contenté de m’aider à trouver une solution. Khalil Masri du B.E.M. a abusé de ses pouvoirs, les vendant au plus offrant, et c’est ce que peut amener le privé également.

    Un État plus minimal, certes, mais après la répression de la bourgeoisie, donc après la révolution socialiste monsieur Saint-Pierre. Je suis parfaitement d’accord avec vous.

  3. sylvainguillemette said

    Et je le répète, je ne vous attribue pas, sans preuve, ce genre d’attitude. Seulement, je n’en serais guère surpris.

  4. krymz said

    Pourquoi ne pas privatiser le tout et laisser le soin aux entreprises de magasiner l’assurance-travail la plus adaptée à son entreprise?

    et bien parceque le seul but du privé est le capital. si il n’y avait pas de public pour alternative et seulement le privé, sa ferait comme les station services, ils controleraient les prix et les augmenteraient/baisseraient comme ils veulent… au moin la csst est gouvernementale, donc doit obéhir au peuple et ces besoin.(peut-être pas le cas en ce moment …?)

    maleureusement ils y’a des bons gens (bonnes? bonnes gens c’est tu un joual ou le bon accord?)comme mr. guillemette qui se font retourné de bors, qui dans un sens se font traité de menteur en même temps, a cause justement des services privées qui écoute le capital d’abors.

    dans ma petite vie de 22 années, j’ai vue du monde qui crossaient la csst, qui n’avais pas asser ou le stricte minimum pour survivre ou encore n’étaient pas diagnostiqués de la bonne façon (« temps off » et autre) mais je ne me souviens pas de gens qui était sur la csst et qui chiallaient pas contre elle(csst).

    ya tellement de chose a refaire, revoir, reconstruire, démolir et batir… rien ne change depuis tellement longtemps que j’èspère que le « nouveau » parti QS au prochaine élection vas se ramasser un beau gros paquet de siège pour faire une vrai réforme pour le peuple « normal » ou « majoritaire » (sois de ceux qui vive a partir de rien/presque rien tel les enfants, les sans-abris,les vieux et les malades, à ceux qui peuvent se permetre un peu de luxe, comme une grosse tv, des vins un peux chers, du linge griffés (même si il sont également fait en chine), et ceci n’est qu’un exemple…) qui votaient PL ou PQ et qui se demandait pourquoi que sa n’allait toujours pas mieux, malgré les réforme qui était suposé etre super bénifique et simpifier la vie qui finalement en fin de compte font chier un paquet de gens et seulement une minorité en profite….

    il ne faut pas attendre le jour ou les hommes vivront d’amour (l’anarchie!) mais bien le construire pour que notre dessendence ne connaisse pas la guerre, le systeme de consomation et du culte de sois meme et la famine (malgré que sa c’est pas juste sous le controle humain, mais en grande partit ce l’est)….

    bon jvais finir sa la. et sur une petite note j’aimerais remercier Jaques (!) de faire un post qui est idéologique, avec des suggestion et des comentaires qui laisse a l’argumentation au lieu de la réfutation. je sais pas si c’est sa cammaraderie (« J’ai déjà mentionné, par ailleurs, que si une levée de fonds avait eu lieu pour vous, j’y aurais participé avec plaisir. ») qui me ramolisse mais sa change pas que si tu continue sur ce chemins et bien je m’esxcuse en avance des propos inflamatoire et gratuits que j’ai posé a votre égars. en espérant pouvoir continuer a argumenter et esseiller de trouver des solution au lieu de se tirer des « mon char est plus meilleur que le tien ».

  5. eberhardt1972 said

    En tant que digne mascotte de la bourgeoisie conservatrice, je crois que le personnage de Saint-Pierre personnifie très bien bêtise patronale et qu’il est tout à fait normal qu’il se retrouve dans cette histoire.

    Ce roi du sophisme et des procès d’intention mérite amplement d’y être cité et sa « peine » est loin de m’émouvoir. De toute façon, il a tellement l’habitude d’endosser des horreurs que je me dit qu’une petite histoire ne doit pas trop le « chagriner ».

  6. Jacques said

    Pourquoi ne pas privatiser le tout et laisser le soin aux entreprises de magasiner l’assurance-travail la plus adaptée à son entreprise?

    et bien parceque le seul but du privé est le capital. si il n’y avait pas de public pour alternative et seulement le privé, sa ferait comme les station services, ils controleraient les prix et les augmenteraient/baisseraient comme ils veulent… au moin la csst est gouvernementale, donc doit obéhir au peuple et ces besoin.

    Pas tout à fait d’accord avec vous. Si vous en convenez, la Santé n’est pas bien gérée au Québec, et était jusqu’à tout récemment sous l’emprise totale du public. Je dois donc conclure que le gouvernement ne fait pas qu’obéir au peuple et à ses besoins, sinon, les hôpitaux fonctionneraient un peu mieux que présentement. D’ailleurs, plus le privé s’y glisse, plus les listes d’attente diminuent.

    Prenons un exemple d’effort privé/public qui a un succès retentissant, mais dont on parle rarement: le recyclage des bouteilles. En imposant un principe de consigne, voilà, par miracle, que tous en bénéficient: les embouteilleurs voient leurs coûts diminuer, les consommateurs ont l’impression de faire un geste écologiquement responsable, les plus pauvres y voient une source de revenu alternative, etc…

    Il y a moyen, pour peu qu’on cesse la confrontation et qu’on cherche ensemble les solutions, d’innover et de dépasser les dogmes.

  7. sylvainguillemette said

    Je ne suis pas d’accord avec vous non plus. La santé est bien gérée, il y a un manque flagrant, voire indéniable, de main d’oeuvre dans notre réseau, rien de plus. Et de le privatiser, ne fera pas apparaître des moyens et des médecins, quelle ineptie!

    Comme si de priver le réseau public de ses médecins, pour les consacrer aux milieux proférant un service aux malades PAYANT, serait la solution. Ce que vous avez le don de passer pour des cons à droite… Paf! Magie! Des médecins en canne!

    Selon les capitalistes, privatiser signifie plus de médecins… Et pourtant, cet insensé modèle a péri aux États-Unis et désormais, le peuple états-unien exige un modèle fonctionnel, universel! Ce que vous êtes clown à la fin! Comme Caire qui crachait sur Cuba, faut le faire… Vous faites pitié.

    « Il y a moyen, pour peu qu’on cesse la confrontation et qu’on cherche ensemble les solutions, d’innover et de dépasser les dogmes. »

    Effectivement, et par exemple, le fait que le privé améliorerait les soins, la qualité de ces soins, ou la l’accessibilité à ces soins, même son coût, ne sont que purement dogmatiques et répétés par les forces de droite qui pourtant, en regardant ce qui se passe aux États-Unis, seraient plutôt forcés d’admettre que le système privé fonctionne aussi bien que le système capitaliste lui-même.

    Et moralement parlant, en quoi est-ce que de donner aux bourgeois la chance de parasiter la misère humaine, pourrait améliorer la santé des gens, leur porte-feuille et bref, l’ensemble de leur vie? En quoi est-ce qu’en donnant aux riches le droit d’exploiter les malheurs humains, aiderais-je mon peuple? C’est d’une absurdité des plus débiles quand on pense que les bourgeois sont remplaçables par un panier d’oseille et un conseil ouvrier.

    Quant aux listes d’attente, les études de IRIS et d’autres firmes démontrent que de privatiser les profits, n’améliore en aucun cas, les chances de passer plus vite. C’est purement lié à la gestion, qui ma foi, n’a rien à voir avec le financement. Vous relancez un débat que vous avez perdu maints fois. C’est triste d’être aussi marteau que vous.

    LE PRIVÉ COÛTE PLUS CHER ET N’AMÉLIORE PAS L’ACCESSIBILITÉ EN SANTÉ. DE PLUS, C’EST PERMETTRE, NI PLUS NI MOINS, AUX RICHES D’EXPLOITER LA MISÈRE HUMAINE HASARDEUSE.

  8. sylvainguillemette said

    C’est un peu comme prétendre qu’en ajoutant une roue carrée à une voiture, cette dernière irait plus vite.

  9. Jacques said

    « C’est purement lié à la gestion, qui ma foi, n’a rien à voir avec le financement. »

    Justement!!! Vous prouvez mon point!!!

    Un gestionnaire qui gère de l’argent qui n’est pas sien et dont la performance ne changera rien à ses bénéfices sera presqu’à tout coup un incompétent blasé, trou-du-cul, et mal habillé (lire: fonctionnaire).

    Un gestionnaire qui gère de l’argent qui est le sien ou dont la performance modifiera ses bénéfices sera presqu’à tout coup un gestionnaire compétent, motivé, efficace et super gentil (lire: patron du privé).

  10. internationaliste said

    Je travaille dans le domaine de l’assurance collective et les compagnies privées fonctionnent comme la CSST avec les mêmes méthodes de harcèlement et de persécution des travailleurs sans compter les primes qui augmentent constamment. De plus, il y a beaucoup de travailleurs qui n’ont pas d’assurances collectives, et c’est pourquoi s’en remettre au privé pour remplacer la CSST n’est aucunement une solution.

  11. sylvainguillemette said

    « Un gestionnaire qui gère de l’argent qui n’est pas sien et dont la performance ne changera rien à ses bénéfices sera presqu’à tout coup un incompétent blasé, trou-du-cul, et mal habillé (lire: fonctionnaire). »

    Un gestionnaire qui quoi? Si l’argent est le NÔTRE, comment peut-il ne pas l’être en même temps? C’est une conception qui vous échappe ou quoi? La fin de la propriété ne règlera rien du jour au lendemain de plus, c’est un cheminement qui passe par le conditionnement. Si quelqu’un vous fait croire que le socialisme et le communisme s’installent en moins de deux, envoyez-le paître.

  12. sylvainguillemette said

    Oh! Et monsieur Saint-Pierre, peu importe le gestionnaire qui gère, votre modèle est un modèle de jungle, où tous les gestionnaires sont des sortes d’ennemis qui forcément, ne passeront pas tous au travers du capitalisme. C’est une pyramide qui ne tient compte que d’une forme d’économie, mais en fait, nous connaissons aujourd’hui les mauvais côtés de ce modèle parasitaire et suicidaire.

    Sinon, vous êtes en train de me parler d’un modèle qui ne fonctionne pas aux États-Unis, tellement, que même Obama, un capitaliste, va tenter d’instaurer un modèle universel, après des décennies d’échecs patents. Pathétique…

  13. sylvainguillemette said

    Imaginez! Le pays le plus capitaliste du monde veut changer son mauvais modèle de santé privé, pour un système universel et y a encore des singes parlants qui font croire que c’est la solution à nos maux, alors que tout indique qu’il y a une pénurie au Québec et au Canada. C’est franchement pitoyable et digne des plus débiles des charlatans qui m’ait été de lire.

  14. Jacques said

    « Imaginez! Le pays le plus capitaliste du monde veut changer son mauvais modèle de santé privé, pour un système universel »

    Ça, c’est vous qui le dites. Seuls ceux qui ont voté pour Obama le voulait, et seulement « peut-être ». Car on peut voter pour un parti sans vouloir tout ce qu’il promet. Le fait est que bien des gens ont voté pour Obama afin de se débarasser des Républicains, mais qu’ils ne souhaitent absolument pas un virage socialiste aussi drastique que celui proposé.

    Une chose dont les Américains, même plusieurs Démocrates, ne veulent absolument pas: donner plus de la moitié de leur argent au gouvernement, comme nous, pauvres cloches que nous sommes. Car ils savent, et la présente tempête économique le prouve, que l’interventionnisme gouvernemental est un grand mal. De plus, saviez-vous que le gouvernement des USA dépensent plus que nous en santé, même en laissant une grande place au privé?

    Et à Internationaliste, qui désinforme allègrement:

    Je travaille dans le domaine de l’assurance collective et les compagnies privées fonctionnent comme la CSST avec les mêmes méthodes de harcèlement et de persécution des travailleurs sans compter les primes qui augmentent constamment.

    Vous ne mentionnez pas, bien sûr, que ce « harcèlement » finit, dans presque tous les cas, par débusquer des profiteurs, des « crosseurs ». Et pour ce qui est des primes qui augmentent, elles sont le résultat direct d’une politique d’entreprise déficiente. J’explique. Vos employés seront plus malades si vous fournissez le café au lieu de l’eau. Vos employés seront plus malades si vous ne donnez pas des moyens de faire du sport à moindre coût. Vos employés seront plus malades si vous les faites travailler comme des boeufs sans jamais vous préoccuper de leur santé.

    « De plus, il y a beaucoup de travailleurs qui n’ont pas d’assurances collectives »

    Mais justement, ce que je proposais forcerait alors les employeurs à fournir une telle assurance-risque, au lieu d’être forcés à obéir à un organisme déshumanisé et inefficace.

    Bizarre, après tout ce que Guillemette a subit, vous défendez encore un tel organisme. Ne voyez-vous donc pas que le gouvernement n’est qu’une machine à broyer les humains?

  15. sylvainguillemette said

    Oh! J’oubliais encore quelque chose monsieur Saint-Pierre! C’est le système privé qui m’a d’abord mis sur la sellette! C’est le docteur Paradis, du domaine privé, le «Medecind’Boss», qui a été le premier à prétendre que je n’avais aucune douleur et aucune limitation fonctionnelle. Grâce à ce mercenaire et cet imbécile de service, au service des bourgeois justement, je vais demain -puisqu’aucun employeur ne m’a encore appelé- devoir aller demander des prestations d’assistance sociale, moi qui d’ailleurs, insiste auprès d’Emploi-Québec pour TRAVAILLER. Mais je dois êtes sur le chômage, impossible, puisque je n’ai pas d’heure ramassée, depuis mon accident survenu le 11 juillet 2007.

    Bref, grâce au secteur privé et aux instances qui défendent ses intérêts, comme le Bureau d’évaluation médicale, ma vie a pris une tournure qui ne devrait jamais arriver à d’honnêtes travailleurs, ni à quiconque d’ailleurs. Imaginez, j’avais des pieds en pleine forme avant ce 11 juillet 2007, je ne suis plus en forme comme j’étais, mais le BEM, et le docteur Paradis, affirment tous deux que je n’ai aucune limitation fonctionnelle. Selon eux, je prends certainement des vacances…

    Le privé m’a démontré son pire visage lorsque j’ai rencontré le vendu de mercenaire Paradis, le médecin du Boss, du DOMAINE PRIVÉ. Il m’est apparu clair que ce type n’était qu’un mercenaire, dès lors que j’avais posée mon enregistreuse sur son bureau. C’était écrit dans son visage… Il m’a tâté le pied, et cela, selon lui, a suffit pour qu’il puisse ensuite affirmer que je n’avais rien. Que de professionnalisme! Même Jojo Savard n’irait pas jusqu’à prétendre qu’elle peut sentir la douleur à la place des autres.

  16. sylvainguillemette said

    «Une chose dont les Américains, même plusieurs Démocrates, ne veulent absolument pas: donner plus de la moitié de leur argent au gouvernement, comme nous, pauvres cloches que nous sommes. Car ils savent, et la présente tempête économique le prouve, que l’interventionnisme gouvernemental est un grand mal. De plus, saviez-vous que le gouvernement des USA dépensent plus que nous en santé, même en laissant une grande place au privé?»

    Justement! Oui! Je le savais! J’allais vous le dire! C’est le système de santé le plus coûteux du monde, per capita, à cause du privé. C’est aussi un des moins accessibles au monde et puisque vous parlez de la crise, sans le savoir, vous allez me donner raison, encore une fois…

    Maintenant, à l’heure actuelle, on parle de 3000 états-uniens par jour, qui perdent leur maison. Ces derniers, se rajoutent aux autres, déjà plusieurs dizaines de millions, qui ne peuvent plus se payer les services de santé au privé, via une assurance. Ce faisant, ils multiplient le budget de la santé au public, alors que ce dernier était prévu pour un nombre X. Cela démolit l’argumentaire adéquiste sur la mixité du système de santé, puisque le budget est impossible à déterminer.

    De plus, plusieurs études rapportent que le privé coûte plus cher, et cela ne peut que faire bon sens, puisqu’en ajoutant un parasite inutile à l’équation, on ne peut faire autrement qu’augmenter les coûts de ce système, à moins d’abaisser les conditions de travail des méritants devenus exploités. Et là encore, j’oublie de parler de la publicité, qui dois-je vous le rappeler, est un coût additionnel à l’équation. Alors à quoi bon donner un poste de parasite à un bourgeois non-méritant et totalement inutile à l’évolution humaine?

    Vous vous répétez, ça devient lassant.

  17. sylvainguillemette said

    C’est l’âge peut-être…

  18. internationaliste said

    Je ne désinforme aucunement Jacques contrairement à toi. Tu n’as aucune preuve que ce sont des « profiteurs » ou des « abuseurs » qui sont visés par le harcèlement. Ce sont des travailleurs qui sont victimes du fait que les compagnies d’assurances sont là uniquement pour faire de l’argent et non pour assurer un service. Je connais très bien le dossier car je travaille dans ce domaine. Les compagnies d’assurances cherchent à payer le moins possible de réclamations et font tout pour parvenir à leurs fins.

    Je ne défends pas la CSST, je dis simplement que les compagnies agissent de la même manière inhumaine et cruelle.

    Pour ton info on ne peut obliger les employeurs à souscrire à des assurances collectives, car les compagnies d’assurances ont le droit de sélectionner leurs clients et d’en refuser, comme les entreprises considérées à risque par exemple. C’est la même chose qu’en assurance individuelle. Ta proposition ne tient pas la route.

  19. sylvainguillemette said

    D’autant plus que les dossiers chocs se succèdent aux États-Unis, où les assureurs privés tentent de refuser le plus de cas possible, à des fins de rendement. On donne même des primes aux employés des assureurs qui réussissent à bloquer des indemnisations. C’est pathétique, mais j’y vois là, un intérêt certes, qui concorde avec ceux de Jacques Saint-Pierre, un bourgeois.

  20. krymz said

    sans compter que ces meme compagnies d’assurances font un « complete background check » et font sur qu’il ne se sont jamais écorché la peau des mains ou des jenous ou n’on jamais eu la grippe (exagération mais les faits sont que si t’as quelque chose qui pourrais faire en sorte que tu pourais retombé malade y te prenne pas, et que si tu tombe malade, il vont envoyé un agent pour trouvé le moindre petit détail inutile et qui n’est pas un facteur et te canceler l’assurence pour les soin que tu as besoin).

  21. Jacques said

    Donc, selon Krymz, Internationaliste et Guillemette, le monde de l’assurance collective est un vaste complot, alors que les organismes gouvernementaux comme la CSST sont au-dessus de tout soupçon.

    Wow, on nage en plein délire ici….

  22. krymz said

    alors que les organismes gouvernementaux comme la CSST sont au-dessus de tout soupçon.

    j’ai (on a)dis sa??

    les organismes sont commander par le parti souverain, et le PL est prouvé qu’il fait des deal a ses amis les grosse « corporation » plein de cash et que les pinotes qui reste sont pour nous (pouplation)

  23. krymz said

    comon jaques ,lets go. sois un peu plus vite avant de faire des accusation.

  24. internationaliste said

    Pauvre Jacques. Si tu lisais mes commentaires comme du monde, tu aurais compris que je dénonce la CSST. Ce que je dis c’est que les compagnies d’assurances agissent de la même manière. Point à la ligne. C’est pas dur à comprendre il me semble!

  25. Jean Azzur said

    En France il est difficile de trouver du travail, alors quand on l’as on essaye de le garder, ainsi on peut inscrire des assurances pour pouvoir compenser la perte d’emploi quand il arrive.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :