Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Au royaume des imbéciles

Posted by jimmystgelais sur 17 avril, 2009


Il y a un royaume que vous connaissez où les habitants n’ont aucune conscience des répercussions de leurs gestes. Comme un idiot sciant la branche sur laquelle il se maintient, leurs actions menacent de plus en plus leur survivance.

Le Roi de cette contrée en péril clame à ses sujets de jouir de la vie sans penser au lendemain tandis qu’on empile d’indécentes richesses dans le palais royal. Les champs de blé se vident, l’eau des puits commence à se tarir et les forêts meurent à petit feu.

Contre toute attente, on ne fait rien. On se cache la tête sous le sable. Les conseillers du Roi le rassurent en lui disant que tout va bien.

Et les paysans, dont la pensée est totalement atrophiée par les beaux discours du Roi et de sa cour, offrent stupidement toujours et encore leurs services à l’élite monarchique qui s’enrichit excessivement.

Malgré l’évidence d’un futur incertain ainsi que problématique, rien ne bouge sur ces terres autrefois prospères. Les ressources commencent à manquer, la pauvreté s’installe pernicieusement et le peuple accepte le tout sans quémander de changements cruciaux à la pérennité de son existence.

À croire qu’au royaume des imbéciles, rien n’est impossible…

Homo Politicus

Advertisements

7 Réponses to “Au royaume des imbéciles”

  1. straightfromtheabove said

    Et c’est pourquoi il faut réduire au maximum la taille du gouvernement.

  2. Tu as raison! Laissons encore plus de latitude à l’élite monarchique moderne (les capitalistes) afin qu’elle finisse le travail qu’elle a si bien commencé: épuiser toutes les ressources du monde afin de s’enrichir indécemment et mettre fin une fois pour toute à la pérennité du genre humain.

    Vraiment génial comme commentaire! Merci!!!

  3. sylvainguillemette said

    Ha ha! Trop drôle! Excellent petit texte Jimmy!

    @ SFTA

    C’est vrai, l’État doit rapetisser, mais sous un gouvernement socialiste, afin que les conseils populaires s’empreignent d’une idéologie respectant l’environnement. Le tout ne doit surtout pas être géré par l’entreprise privée, au contraire, il faut faire disparaître, lentement mais surement, l’entreprise privée.

    Le capitalisme a échoué et s’il n’y avait pas eu de gouvernement pour sauver les meubles des bourgeois, des millions d’êtres humains se seraient retrouvés sur le pavé. En fait, c’est le capitalisme qui est le mal qui nous tient dans ce mauvais partage des richesses, dans ce chaos social. Il est temps de se débarrasser du capitalisme en laissant justement plus de place à l’État, temporairement, le temps d’une révolution.

    Sinon, expliquez-nous en quoi le capitalisme a de quoi de cohérent, surtout ces temps-ci. Bien que vous n’en parliez point, j’ai comme l’impression que vous n’estimez pas une économie planifiée comme une solution, et pourtant, c’est ce qui a sauvé Cuba pendant près de 50 ans, des griffes des capitalistes. Vous me direz qu’ils sont pauvres à mourir, je vous dirai qu’ils sont riches à en rire. Santé, éducation, le reste n’est qu’un maquillage, il ne procure que des satisfactions temporaires. Le principal, les cubains l’ont. Et sans le blocus états-unien, cela serait on ne peut plus facile pour ce peuple socialiste.

    Laisser place au privé, c’est justement faire le contraire de ce qu’appelle Jimmy à faire. Sans gouvernement pour leur taper sur les doigts, les entreprises privées pollueraient d’avantage et déjà, elles polluent énormément. Et s’il fallait qu’on apprenne tout ce que peuvent faire les entreprises privées, nous en pleurions! Les plus sensibles à l’environnement en tout cas, eux, pleureraient.

    La réduction de l’État, certes, mais pas tout de suite, après la révolution.

  4. @Guillemette,

    Cuba, sans l’apport de fonds privés extérieurs ressemblerait au Darfour.

  5. straightfromtheabove said

    @ Sylvainguillemette

    «C’est vrai, l’État doit rapetisser, mais sous un gouvernement socialiste […]»

    Est-ce que tu crois vraiment que c’est possible?

  6. darksid1 said

    Cuba sans le socialisme, serait encore la maison close des États-Unis

  7. sylvainguillemette said

    Effectivement Darkisid1!

    Ensuite, SFTA, oui, dès que la bourgeoisie aura cesser d’exister. Le vivrai-je? Surement pas, mais tout est possible! Je n’aurais jamais cru que le capitalisme puisse tomber aussi vite que ce fut le cas l’an dernier. Le capitalisme est mort, il ne survit que grâce au pillage des prolétaires et des divers contribuables états-uniens.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :