Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Fidel Castro sur le blocus

Posted by quebecsocialiste sur 18 avril, 2009

Réflexions de Fidel

« Du blocus, pas un mot… »

Le gouvernement des Etats-Unis a fait savoir à travers la CNN qu’Obama visiterait cette semaine le Mexique, point de départ de son voyage à Port-d’Espagne (Trinité-et-Tobago) où il arrivera dans quatre jours pour participer au Sommet des Amériques. Il a aussi annoncé la levée de certaines des restrictions odieuses imposées par Bush aux Cubains vivant aux Etats-Unis en ce qui concerne leur possibilité de rendre visite à leurs familles à Cuba. A la question : cette levée concerne-t-elle les Etasuniens ? la réponse a été non.

Du blocus, la plus cruelle des mesures, pas un mot. Ce qui est d’ailleurs un pieux euphémisme pour désigner ce qui constitue tout simplement une mesure génocidaire dont les dommages ne se mesurent pas seulement à ses retombées économiques : elle ne cesse de coûter des vies humaines et de causer de douloureuses souffrances à nos citoyens.

Nos malades n’ont pas accès à de nombreux équipements de diagnostic et médicaments cruciaux, proviendraient-ils d’Europe, du Japon ou d’autres pays, s’ils contiennent des composantes ou des programmes étasuniens.

Les sociétés étasuniennes qui produisent des biens ou prêtent des services n’importe où dans le monde doivent appliquer ces restrictions parce que celles-ci sont de nature extraterritoriale.

Richard Lugar, un sénateur républicain influent, plusieurs autres de son parti au Congrès et d’autres importants sénateurs démocrates sont partisans de l’élimination du blocus. Les conditions sont créées pour qu’Obama, jouant de son talent, s’engage dans une politique constructive qui mette fin à celle qui a fait fiasco depuis presque un demi-siècle.

Notre pays, qui a résisté et qui est prêt à résister autant qu’il le faudra, n’accuse pas Obama des atrocités commises par d’autres administrations. Il ne conteste pas non plus sa sincérité et son désir de changer la politique et l’image de marque des Etats-Unis. Il comprend qu’il a livré une bataille très difficile pour être élu, malgré des préjugés centenaires.

C’est en fonction de cette réalité que le président du Conseil d’Etat cubain a exprimé sa disposition à dialoguer avec Obama et, sur la base du respect le plus rigoureux de notre souveraineté, à normaliser les relations avec les Etats-Unis.

Le chef de la Section des intérêts de Cuba à Washington, Jorge Bolaños, a été cité à 14 h 30 au département d’Etat par le sous-secrétaire Thomas Shannon. Rien de ce qu’il a conversé ne diffère des informations de la CNN.

Une longue conférence de presse a débuté à 15 h 15. L’essence de ce qui s’y est dit est contenue dans cette déclaration textuelle de Dan Restrepo, assistant spécial du président aux affaires continentales :

  « Le président Obama a ordonné aujourd’hui une série de mesures en direction du peuple cubain afin de soutenir son souhait de jouir des droits de l’Homme fondamentaux et de déterminer librement l’avenir de son pays. Le président a donné pour instruction au secrétaire d’Etat, aux secrétaires au Trésor et au Commerce de faire le nécessaire pour que soient levées toutes les restrictions à la possibilité  des individus de rendre visite à des membres de leurs familles à Cuba et de leur envoyer de l’argent. Il a aussi donné des instructions pour que des mesures soient prises afin de faciliter le flux d’information le plus libre parmi le peuple cubain, et entre ceux qui vivent à Cuba et le reste du monde, ainsi que de faciliter l’envoi direct de ressources humanitaires au peuple cubain.

            « En prenant ces mesures pour contribuer à refermer la brèche entre des familles cubaines divisées et pour promouvoir l’accroissement du flux d’information et des ressources humanitaires au peuple cubain, le président Obama fait en sorte d’atteindre les objectifs qu’il a identifiés durant sa campagne présidentielle et depuis son entrée en fonction.

            « Tous ceux  qui font leurs les valeurs démocratiques essentielles rêvent d’une Cuba qui respecte les droits humains, politiques et économiques fondamentaux de tous ses citoyens. Le président Obama croit que la mesure qu’il a adoptée aujourd’hui contribuera à faire de cet objectif une réalité. Il encourage tous ceux qui le partagent à continuer d’appuyer indéfectiblement le peuple cubain.»

« Je vous remercie. »

A la fin de la conférence, l’assistant spécial a avoué franchement : « Tout se fait pour la liberté de Cuba. »

Cuba ne se félicite pas des prétendus Sommets des Amériques où nos pays ne discutent pas sur un pied d’égalité. S’ils devaient servir à quelque chose, ce serait à faire une analyse critique des politiques qui divisent nos peuples, saccagent nos ressources et entravent notre développement.

Il ne reste plus maintenant à Obama que d’y persuader tous les présidents latino-américains que le blocus est inoffensif.

Cuba a résisté et résistera. Elle ne tendra jamais la main en quête d’aumônes. Elle ira de l’avant le front haut, coopérant avec les peuples frères d’Amérique latine et des Caraïbes, qu’il y ait ou non des Sommets des Amériques, qu’un Obama préside les Etats-Unis ou non, ou un homme ou une femme, ou un Blanc ou un Noir.

 

Fidel Castro Ruz

Le 13 avril 2009

18 h 12

(Traduction ESTI)

Publicités

9 Réponses to “Fidel Castro sur le blocus”

  1. straightfromtheabove said

    Mais quel pute se Fidel. Quand le libre marché peut aidé ses insulaires, alors il s’agenout et ferme les yeux. Mais si le libre marché oprime quelque pauvre, alors là il faut craché son venin.

  2. quebecsocialiste said

    « Mais quel pute se Fidel. Quand le libre marché peut aidé ses insulaires, alors il s’agenout et ferme les yeux. Mais si le libre marché oprime quelque pauvre, alors là il faut craché son venin. »

    C’est quoi ce commentaire de merde!? On ne parle pas de libre marché ici, mais bien d’accès à du matériel de première nécessité! Relisez le texte COMME DU MONDE et APRÈS, vous pourrez commenter en ayant l’air le moindrement sérieux:

    « Nos malades n’ont pas accès à de nombreux équipements de diagnostic et médicaments cruciaux, proviendraient-ils d’Europe, du Japon ou d’autres pays, s’ils contiennent des composantes ou des programmes étasuniens. »

    « Cuba ne se félicite pas des prétendus Sommets des Amériques où nos pays ne discutent pas sur un pied d’égalité. S’ils devaient servir à quelque chose, ce serait à faire une analyse critique des politiques qui divisent nos peuples, saccagent nos ressources et entravent notre développement. »

    « Cuba a résisté et résistera. Elle ne tendra jamais la main en quête d’aumônes. Elle ira de l’avant le front haut, coopérant avec les peuples frères d’Amérique latine et des Caraïbes, qu’il y ait ou non des Sommets des Amériques, qu’un Obama préside les Etats-Unis ou non, ou un homme ou une femme, ou un Blanc ou un Noir. »

    Il me semble que c’est pourtant clair. Votre commentaire n’est que pure foutaise de quelqu’un qui n’a visiblement même pas pris le temps de lire le texte avec attention (ou avec neutralité peut-être…). Fidel et le peuple cubain ne s’agenouent devant personne et tout ce qu’ils recherchent, ce sont des discussions sur un pied d’égalité universel et l’accès à de meilleurs outils de travail, ce qui n’a rien à voir avec une ouverture au capitalisme!

    Vive la révolution!

  3. Quebecsocialiste, avec son aveuglement hystérique, n’a pas bien interprété le commentaire de sfta.

    Il est tout à fait exact de dire que Fidel n’a jamais hésité, une seconde, à faire la pute pour s’approprier (notez le s’, par opposition à son peuple) des dollars provenant de firmes étrangères venues exploiter les ressources de son île.

    Et là-dessus: « Nos malades n’ont pas accès à de nombreux équipements de diagnostic et médicaments cruciaux »

    Comment ça? Si le socialisme fonctionne, et si Cuba est si merveilleuse en terme de santé publique, pourquoi n’inventent-ils et ne fabriquent-ils pas eux-mêmes ces équipements? Simple: leur éducation ne vaut pas grand chose. Je n’irais jamais me faire traiter par un de leur médecin, c’est clair.

    Je le répète, enlevez les tout-inclus et les fabriques de cigares (vendus, essentiellement à l’étranger) et Cuba devient le Darfour. Le socialisme, associé comme le fait Fidel au nationalisme malsain, ça ne fonctionne pas.

    Heureusement, maintenant, je crois que les USA vont enfin pouvoir apporter un peu d’espoir à ce peuple depuis trop longtemps opprimé par les frères dictateurs.

    Même Chavez, qui sent la soupe chaude maintenant que son (notez le « son » par opposition à son peuple) pétrole vaut moins cher que l’an dernier, essaie d’être « l’ami » d’Obama. Comment ça se fait? Pourtant, il n’y a pas quelques mois, il ne cessait de répéter que les USA étaient l’antre de la Bête, et il veut être leur « ami »? Serait-il une bête lui-même?

  4. internationaliste said

    Le seul qui est aveuglé ici c’est St-Pierre. La médecine cubain est reconnue dans le monde entier et bien des gens vont se faire soigner à Cuba à cause de la bonne réputation des soins qui y sont prodigués.

    Maintenant il va nous faire croire que les USA vont apporter l’espoir aux Cubains! C’est n’importe quoi. Avant la Révolution Cubaine de 1959, les Cubains étaient traités comme des esclaves par les USA qui pillaient allègrement leurs ressources naturelles et qui maintenaient en place des dictateurs corrompus et brutaux comme Batista. Les politiques de ségrégation contre les Noirs en vigueur aux USA étaient vigoureusement appliquées à Cuba à tel point que la célèbre chanteuse noire Joséphine Baker s’est vue refuser systématiquement l’entrée dans les hôtels de La Havane dans les années 50.

    Depuis la Révolution les USA ont soutenu et financé toutes sortes de groupes d’extrême-droite qui n’ont jamais hésité à pratiquer le terrorisme contre leur peuple. Une jolie bande de truands qui sont copieusement détester par les Cubains. Tout cela est bien décrit dans le livre de Salim Lamrani « Cuba face à l’Empire » que je recommande à tous.

    Même s’il y a des problèmes à Cuba le sort de la population est bien meilleur que celui des habitants des bidonvilles qui pulullent dans la plupart des pays d’Amérique Latine, qui n’ont pas accès à l’éducation et la santé comme les Cubains.

  5. quebecsocialiste said

    @JSP le raciste condescendant

    « Quebecsocialiste, avec son aveuglement hystérique, n’a pas bien interprété le commentaire de sfta. »

    Demandez à n’importe qui de sérieux Saint-Pierre et ils vous répondront tous que mon commentaire n’avait vraiment rien « d’hystérique ». Vous divaguez encore.

    « Il est tout à fait exact de dire que Fidel n’a jamais hésité, une seconde, à faire la pute pour s’approprier (notez le s’, par opposition à son peuple) des dollars provenant de firmes étrangères venues exploiter les ressources de son île. »

    Fidel a marqué l’histoire du XXe siècle et est le père des indépendances de l’Angola et de la Namibie, en plus d’avoir grandement contribué à la chute du régime d’apartheid sud-africain, alors allié idéologique de votre Israël chéri. À côté de lui, vous n’êtes qu’un dégoûtant petit cafard pro-terrorisme et raciste qui prône la sauvegarde d’un système suicidaire et barbare (capitalisme) qui a à maintes reprises depuis les années ’30 prouvé qu’il n’était qu’un échec.
    Et il n’y a aucun « opposition » entre Fidel et le peuple cubain, ce ne sont encore que vos lubies pro-terrorisme qui refont surface.

    « Comment ça? Si le socialisme fonctionne, et si Cuba est si merveilleuse en terme de santé publique, pourquoi n’inventent-ils et ne fabriquent-ils pas eux-mêmes ces équipements? »

    JSP fait peut-être l’hypocrite ici, mais ça n’enlève rien au fait que les innovations médicales ne se font pas sur commande instantanée (l’argent n’achète pas tout cher bébé JSP) et que, étant dépourvue de ressources naturelles abondantes, Cuba n’a tout simplement pas la capacité de tout manufacturer elle-même. Encore une fois, un blocus inhumain qui est responsable de la perte de presque 100 MILLIARDS de dollars en budget direct en prêt d’un demi-siècle, ça fait très, TRÈS mal, surtout quand le pays visé fait partie du TIER-MONDE et qu’il a vraiment dû recommencer à zéro après le rêgne dévastateur de Fulgencio Batista, le héros de vos p’tits copains terroristes de Miami.

    « Simple: leur éducation ne vaut pas grand chose. Je n’irais jamais me faire traiter par un de leur médecin, c’est clair. »

    JSP se sent supérieur du haut de son ignorance peut-être? Un mot: Racisme.

    « Je le répète, enlevez les tout-inclus et les fabriques de cigares (vendus, essentiellement à l’étranger) et Cuba devient le Darfour. »

    La comparaison la plus boiteuse qu’il m’ait été donné de voir. Le Darfour est une région en ruines, ravagée par la guerre civile et un génocide, qui pourrait être comparée avec l’âge de pierre en fait de services disponibles à la population (lire: absents), alors que Cuba possède rien de moins que les meilleurs système de santé, d’éducation et de protection de la population contre les catastrophes naturelles de tout le tier-monde. Comme toujours, votre mauvaise fois est criante et semble plus tenir du mépris que d’une quelconque analyse sérieuse des FAITS sur le terrain.

    « Le socialisme, associé comme le fait Fidel au nationalisme malsain, ça ne fonctionne pas. »

    Le Canada, s’il avait été sujet aux mêmes mesures « punitives » que Cuba, tout en étant un pays débordant de ressources, mais avec un gouvernement de droite, serait un pays du tier-monde beaucoup moins efficace dans tous les domaines et serait frappé de famines à presque tous les hivers, malgré le fait que j’adore cette saison. De plus, ce n’est encore qu’une affirmation gratuite de votre part.

    « Heureusement, maintenant, je crois que les USA vont enfin pouvoir apporter un peu d’espoir à ce peuple depuis trop longtemps opprimé par les frères dictateurs. »

    Comme lors du vol de son indépendance par ce pays colonialiste peut-être? Comme pour « l’espoir » (lire: désespoir) que les USA ont apporté partout dans le tier-monde avec leur soutien constant au terrorisme et à des dictatures d’extrême droite, en plus de tout le mal qu’ils ont fait à l’Irak et à l’Afghanistan plus récemment? Sortez de votre tout d’îvoire JSP, il y a toute une réalité à découvrir à l’extérieur. Et les frères Castro n’oppriment pas leur peuple, ça ferait longtemps que le peuple bien armé et endurci de Cuba les aurait débarquer du pouvoir si tel était le cas.

    « Même Chavez, qui sent la soupe chaude maintenant que son (notez le “son” par opposition à son peuple) »

    Notez que JSP n’est qu’un minable démagogue raciste envers le tier-monde, surtout quand un peuple porte au pouvoir (par les urnes) des dirigeants qui ne plaisent pas à sa petite personne (notez le « sa » par opposition à tout ce qui n’est pas capitaliste et judéo-chrétien) en plus de soutenir les massacres systématiques des syndicalistes colombiens. Il soutient également le génocide calculé du peuple palestinien, en bon idiot utile qu’il est, à travers son support aveugle aux sionistes, ce qui fait de lui un anti-palestinien, un islamophobe et un antisémite.
    Bref, il n’a de leçon de morale à donner à personne, surtout pas à un dirigeant ÉLU comme Hugo Chavez, le chef d’état le plus démocratiquement légitime de la planète.

    « essaie d’être “l’ami” d’Obama. Comment ça se fait? Pourtant, il n’y a pas quelques mois, il ne cessait de répéter que les USA étaient l’antre de la Bête, et il veut être leur “ami”? »

    De la part de quelqu’un qui a déjà étaler à plusieurs reprises son manque flagrant de compréhension sur la diplomatie, cette réplique imbécile ne me surprend pas du tout. De plus, je sais que vous avez la mémoire courte, mais il y a seulement trois mois de cela, il y avait encore un impérialiste belliqueux et criminel de guerre international nommé George Walter Bush à la tête de ce pays, ce qui supprimait toute idée de rapprochement avec qui que ce soit n’étant pas en train de lui cirer ses bottes pleines de sang. Un nouveau président, plus sérieux, a pris sa place et Chavez, en bon démocrate qu’il est, ne fait que lui laisser une chance.

  6. sylvainguillemette said

    « Il est tout à fait exact de dire que Fidel n’a jamais hésité, une seconde, à faire la pute pour s’approprier (notez le s’, par opposition à son peuple) des dollars provenant de firmes étrangères venues exploiter les ressources de son île. »

    Des preuves? Non? C’est ce que je croyais. Et d’ailleurs, Jacques Saint-Pierre accuse également Chavez d’en faire autant quand pourtant, c’est l’opposition de DROITE qui est aujourd’hui au banc des accusés. Et encore, qu’est-ce que le socialisme aurait à voir avec la main mise d’un chef sur un quelconque butin qui de fait, n’est qu’une grossièreté mensongère répétée et répétée maintes fois par ces fumistes de capitalistes. Les crosseurs, on les connait sur le bout de nos doigts. Les États-Unis viennent d’effectuer le plus gros pillage de l’histoire de l’humanité et les gouvernements capitalistes du monde entier ont copié l’odieux. De fait, les contribuables états-uniens viennent de se faire dérober plus de 3000 milliards de dollars* U.S. –*lesquels ne valent plus grand chose à vrai dire…- , aux seules fins d’essuyer les dettes bourgeoises des grandes banques et des assureurs, sans parler de ces sales parasites ayant géré les concessionnaires comme des imbéciles, tout en se rendant coupable d’avoir exploité un labeur, celui d’autrui pendant des décennies. Ces porcs se sont engraissés sur le dos des travailleurs et tout ce qu’ils trouvent pour remercier leur prolétariat, c’est de les piller pour sauver leurs copains bourgeois.

    Ça, il y en des preuves! Des tonnes de preuves! Alors elles sont où ces preuves de vol? Sortez-les… Tous les crétins ayant viré de capot, ayant changé de camp, ayant « stoolé » le «régime cubain», se sont en fait virés vers les bourgeois putchistes de Miami, comme de sales petits opportunistes. Des sales opportunistes au service du ô capital. Voilà ce qu’ils sont!

    Fidel a porté toute sa vie son foutu uniforme «Verde olivo», où sont donc ses costards-cravates? Où sont ses piscines luxueuses ornées de diamant? Qu’aurait donc t-il fait de tous ses millions, puisqu’il ne sort pratiquement jamais de son pays? Il attend surement de mourir pour s’en servir! Crétin…, menteur. (Notez que ma question sur les preuves restera sans réponse.)

    « Comment ça? Si le socialisme fonctionne, et si Cuba est si merveilleuse en terme de santé publique, pourquoi n’inventent-ils et ne fabriquent-ils pas eux-mêmes ces équipements? Simple: leur éducation ne vaut pas grand chose. Je n’irais jamais me faire traiter par un de leur médecin, c’est clair. »

    N’y allez donc pas, ne vous faites même pas traiter, faites donc confiance à la nature. Mourrez donc. Et pauvre zouf, on dit en «termes », pas en « terme ». Vous ne savez pas écrire? Le type ne sait pas écrire et se marre des autres, quel nul! Ça me fait penser à sa première remarque sur ce blogue! Il avait parlé de l’orthographe d’Antho alors que dans sa critique se trouvait une erreur d’orthographe! Quel nul! Incroyable!

    Et parce que Saint-Pierre dit que les médecins cubains sont nuls, on devrait le croire. C’est vrai! J’oubliais! Saint-Pierre est l’omniscience réincarnée!

    « Je le répète, enlevez les tout-inclus et les fabriques de cigares (vendus, essentiellement à l’étranger) et Cuba devient le Darfour. Le socialisme, associé comme le fait Fidel au nationalisme malsain, ça ne fonctionne pas. »

    Ces entreprises sont nationalisées et Cuba tire ses profits principalement de la canne à sucre, elle en produit des milliers de millions de tonnes annuellement. Elle a sinon du zinc, mais très peu d’offre énergétique, donc très peu de moyens de promettre des outils énergivores. Ensuite, cuba demeure une île du tiers-monde, c’est un fait. Comparer Cuba aux pays développés comme le fait Saint-Pierre n’est qu’une tactique de mauvaise foi. Un peu de lecture sur Cuba permet à quiconque de comparer l’évidente progression du pays, depuis exactement l’année 1959. Surtout à partir de 1961, lorsque l’analphabétisme fut éradiqué. Mais encore faudrait-il rappeler que les hôtels cubains les plus populaires sont en fait étrangers, jusqu’à que passent les trois années de liberté d’exploiter, pour ensuite se faire nationaliser par l’État cubain. Cette remarque anodine, est en fait une révélation des mensonges de sieur Saint-Pierre.

    Les États-Unis, sans leur tricherie, sans imprimer des billets de banque quand ils en ont besoin, sans leur protectionnisme, sans leur impérialisme, sans leur remise à zéro du compteur des dettes bourgeoises ne seraient pas grand chose d’autre qu’un pays comme les autres, tentant de survivre à un autre empire, ou tentant séduire cet autre empire. Les États-Unis ne sont rien d’autre que le bastion principal des bourgeois, il aurait pu se retrouver n’importe où. Et les États-Unis ne seront pas leur dernier repère. Les États-Unis sont un ensemble d’État terroristes qui depuis leur impérialisme international, impose aux autres nations leur vision du monde idéal, le capitalisme, le salariat, l’exploitation des majoritaires par les minorités parasitaires bourgeoises.

    « Heureusement, maintenant, je crois que les USA vont enfin pouvoir apporter un peu d’espoir à ce peuple depuis trop longtemps opprimé par les frères dictateurs. »

    Qu’ils se mêlent de leurs affaires, va-t-on leur dire quoi faire, nous? Le capitalisme est un échec patent, il vient de subir sa ènième défaite, vous n’êtes qu’un nécrophile.

    « Même Chavez, qui sent la soupe chaude maintenant que son (notez le “son” par opposition à son peuple) pétrole vaut moins cher que l’an dernier, essaie d’être “l’ami” d’Obama. Comment ça se fait? Pourtant, il n’y a pas quelques mois, il ne cessait de répéter que les USA étaient l’antre de la Bête, et il veut être leur “ami”? Serait-il une bête lui-même? »

    Quel crétin ce Saint-Pierre, Bush a tout fait pour titiller le Venezuela souverain, il a jusqu’à appuyé ce coup d’État de 2002, allant jusqu’à armer les opposants de la démocratie. Il a jusqu’à amené une flotte aux portes d’un pays souverain, parce qu’il n’aimait pas les décisions prises par cette démocratie. La démocratie est un bien beau et grand mot, quand un jour il est défendu par les uns, puis attaqué par ces mêmes qui n’aiment pas la direction qu’elle peut prendre. Bref, une démocratie capitaliste, ou rien pantoute. N’importe quoi comme concept, c’est du totalitarisme, tout simplement.

    Obama n’est toutefois qu’une suite plus douce de Bush, les aspirations finales des deux sont les mêmes, le capitalisme à tout prix, coûte que coûte et c’est ce qui tuera ce modèle qui se met en échec tout seul.

    Et comment les États-Unis peuvent-ils apporter ce qu’ils n’ont même pas eux même? Allez donc parler d’espoir aux milliers d’états-uniens qui perdent leur maison quotidiennement, pauvre crétin. Sans parler du fait que ces nouveaux sans-abri n’ont plus aucune couverture médicale, faute qu’elle soit privatisée! Pas étonnant que l’ADQ se soit planté ici!

    Et pendant ce temps, Washington continue de boycotter les assises contre le racisme, de peur de faire de la pei-peine aux terroristes que sont les sionistes de merde.

  7. Veuillez noter que Guillemette a encore, ici, souhaité ma mort publiquement. Un jour, il faudra bien que les vrais gestionnaires de ce site fassent quelque chose pour que ça cesse.

  8. internationaliste said

    Tu fais tellement pitié St-Pierre! Tu récoltes ce que tu sèmes mon pauvre type!

  9. sylvainguillemette said

    @ Saint-Pierre

    J’ai ce droit d’exprimer mes souhaits. Certains, comme vous, souhaitent la mort de leurs opposants par l’intermédiaire d’une guerre idéologique, telles que celles que vous avez soutenu via Bush, Sharon, Olmert et cie. Autrement dit, j’ai le droit de souhaiter la mort d’un individu qui souhaite celle des autres. Je n’y vois rien de mal et de plus, vous ne m’accuserez pas d’hypocrisie. Votre mort serait un grand bénéfice pour l’humanité.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :