Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Archive for mai 2009

Fidel donne une leçon à Cheney sur les droits humains

Posted by quebecsocialiste sur 30 mai, 2009

REFLEXIONS DE FIDEL

Rien ne peut jamais justifier la torture

DIMANCHE dernier, tout en mettant la dernière main à mes Réflexions sur Haïti, j’écoutais à la télévision la commémoration de la bataille de Pichincha qui se déroula en Equateur, voilà cent quatre-vingt-sept ans, le 24 mai 1822. La musique d’ambiance était belle et attirante.

Je me suis arrêté un instant pour observer les brillants uniformes de l’époque et d’autres détails de la commémoration.

Que de souvenirs émouvants au sujet de la bataille héroïque qui décida de l’indépendance de l’Equateur ! Les idéaux et les rêves de l’époque étaient présents à cette cérémonie. Aux côtés du président équatorien, Rafael Correa, deux invités d’honneur : Hugo Chavez et Evo Morales qui font revivre aujourd’hui les aspirations à l’indépendance et à la justice pour lesquelles les patriotes latino-américains luttèrent et moururent. Sucre fut le protagoniste principal de cette prouesse immortelle inspirée par les rêves de Bolívar.

Cette lutte-là n’est pas finie. Elle repart de nouveau dans des conditions très différentes, que personne ne pouvait supposer sans doute à l’époque.

J’ai repensé à un discours sur la sécurité nationale que Dick Cheney a prononcé jeudi dernier à 11 h 20 à l’Institut des sociétés étasuniennes et qui a été transmis par CNN en espagnol et en anglais. J’en ai lu la version samedi. Il s’agissait d’une réponse au discours que le président des USA, Barack Obama, avait prononcé ce même jour, à 10 h 27, sur le même thème et auquel il avait ajouté une explication sur la fermeture de la prison de Guantánamo. Je l’avais écouté aussi ce jour-là.

La mention de ce morceau de territoire national occupé de force m’a interpellé, en plus de mon intérêt logique pour ce thème. Je ne savais même pas que Cheney parlerait aussitôt après, ce qui n’est pas courant.

J’ai pensé au départ qu’il pouvait s’agir d’un défi déclaré au nouveau président, mais, après avoir lu la version officielle, j’ai compris que la réponse rapide avait été concertée au préalable.

L’ancien vice-président avait élaboré son discours avec soin sur un ton respectueux et parfois doucereux.

Mais ce qui a caractérisé son discours, c’est la défense de la torture comme méthode valable pour obtenir des informations en des circonstances données.

Notre voisin du Nord est un centre de pouvoir planétaire, la nation la plus riche et la plus puissante, détentrice de cinq à dix mille ogives nucléaires, qu’elle peut faire exploser à n’importe quel endroit du monde avec une précision millimétrique. À quoi il faudrait ajouter le reste de son équipement militaire : armes chimiques, armes biologiques, armes électromagnétiques, un immense arsenal de moyens de combat terrestres, navals et aériens. Des armes aux mains de ceux qui réclament le droit de recourir à la torture !

Notre peuple possède une culture politique suffisante pour analyser des arguments de ce genre. Beaucoup par le monde comprennent aussi ce que signifient les paroles de Cheney. J’en ferai une rapide synthèse en utilisant ses propres mots, que j’accompagnerai de brefs commentaires et opinions.

Il a commencé par critiquer le discours d’Obama : « Il est évident que le Président serait sanctionné par notre Chambre de représentants, où la prise de parole dure normalement quelques minutes. » Ça se voulait une plaisanterie. Il n’empêche que lui aussi a longuement pris la parole : la traduction de la version officielle fait trente et une pages de vingt-deux lignes chacune.

« …j’ai été le premier vice-président à avoir aussi occupé le poste de secrétaire à la Défense… logiquement, mon devoir était de m’occuper de la défense nationale, et ce sont ces défis-là que je me suis attaché à relever en majorité… Je suis maintenant quelqu’un de plus libre. Je n’ai aucune élection à gagner ou à perdre, et je ne cherche aucune faveur. »

« Je ne parle pas ici au nom de George W. Bush. Personne plus que nous ne souhaite le succès de l’administration actuelle. »

« Je veux parler aujourd’hui de la philosophie stratégique qui a sous-tendu nos politiques. Je parle comme quelqu’un qui a été au gouvernement Bush tous les jours, qui a soutenu ces politiques quand les décisions ont été prises et qui le referait sans aucun doute dans les mêmes circonstances. »

« Le président Obama mérite que nous l’appuyions quand il prend des décisions sages, comme je le crois qu’il l’a fait sur certains points relatifs à l’Afghanistan ou quand il renonce à publier des photos incendiaires. Quand il nous accuse pour les décisions de sécurité nationale que nous avons prises ou quand il les dénature, il mérite que nous lui répondions. »

« Notre administration a toujours dû faire face aux critiques qui ont été toujours fortes dans certains milieux, surtout durant les dernières années de mandat, quand les dangers étaient aussi graves ou plus graves que jamais, mais quand le sens de l’alarme ayant suivi le 11 septembre était en train de s’évanouir dans les mémoires. »

Cheney a passé ensuite en revue les attaques terroristes perpétrées contre les Etats-Unis ces seize dernières années, dans le pays ou à l’étranger, et il en a énumérées une demi-douzaine.

Le hic pour Cheney était d’entrer dans le vif du sujet, la question épineuse des tortures, que les Etats-Unis ont tant de fois condamnées officiellement comme politique.

« Le 11 septembre nous a contraints forcément de modifier notre politique, pour faire face à une menace stratégique que le Congrès a qualifiée de menace inhabituelle et extraordinaire à la sécurité nationale des  USA… Nous avons décidé dès le premier moment d’éviter des attaques », a-t-il assuré.

Il a signalé la quantité de personnes ayant perdu la vie le 11 septembre. Il l’a comparé à l’attaque de Pearl Harbour. Il n’a pas expliqué pourquoi cette action complexe a pu s’organiser d’une manière relativement facile, il n’a pas dit quels renseignements Bush possédait au préalable, ce qu’on aurait pu faire pour l’éviter. Bush était à la présidence depuis presque huit mois. On savait qu’il travaillait peu et prenait beaucoup de congés. Il partait constamment dans son ranch texan.

« Al Qaeda cherchait à se doter de la technologique nucléaire – affirma-t-il – et A.Q.Khan la vendait au marché noir », s’exclama-t-il. Et d’ajouter : « Nous avions les attaques à l’anthrax provenant de source inconnue, les camps d’entraînement en Afghanistan et des dictateurs comme Saddam Hussein dont les liens avec des terroristes au Moyen-Orient étaient notoires. »

« Comme vous vous en souvenez, j’étais dans mon bureau à ces premières heures, quand le radar a repéré un avion qui se dirigeait vers la Maison-Blanche à 800 km/h, le vol 77, qui a fini par se précipiter sur le Pentagone. Alors que l’avion était encore en vol, les agents des services secrets sont entrés dans mon bureau pour me dire que je devais partir aussitôt. Quelques moments après, j’étais dans un poste de commandement fortifié quelque part sous la Maison-Blanche. »

Le récit de Cheney, qui prouve que personne n’avait prévu une situation de ce genre, écorne fortement la fierté des Etasuniens en laissant supposer que quelqu’un d’enfermé dans une caverne à quinze ou vingt mille kilomètres de distance pouvait obliger le président des Etats-Unis à occuper son poste de commandement dans les sous-sols de la Maison-Blanche !

« Depuis – a raconté Cheney – j’ai entendu dire à l’occasion que j’avais changé après le 11 septembre. Je ne dirai pas ça, mais je dois admettre qu’observer une attaque coordonnée et dévastatrice contre notre pays depuis un bunker souterrain à la Maison-Blanche peut modifier la vision que vous avez de vos responsabilités. »

« Comme vous ne pouvez pas gagner les guerres en restant sur la défensive, nous avons opéré directement contre les terroristes, leurs tanières et leurs sanctuaires. »

« Nous avons appliqué nos politiques avec l’appui des deux partis. »

« Ce n’est pas nous qui avons inventé l’autorité. Elle apparaît à l’article 2 de notre Constitution. »

« Après le 11 septembre, le Congrès et une résolution conjointe ont autorisé à faire tout le nécessaire pour protéger les USA. »

« Cette initiative nous a permis d’intercepter des appels et de suivre des contacts entre des opérateurs d’Al Qaeda et des gens aux USA. »

« Le programme est resté top secret et avec force raison, jusqu’à ce que les rédacteurs en chef du New York Times l’aient obtenu et publié en manchette. Après le 11 septembre, ce journal avait publié pendant des mois des photos de morts causés ce jour-là par Al Qaeda. »

« Ça a impressionné le comité qui décerne le Prix Pulitzer, mais bien entendu, ça n’a pas servi les intérêts du pays ni sauvegardé la population. »

« Des années après, notre administration a compris que la sécurité du pays exigeait de réunir des informations qui ne pouvaient être obtenues dans certains cas que par des interrogatoires musclés. »

« J’ai été fortement partisan et je le reste du programme d’interrogatoires »

Il veut parler des interrogatoires assortis de tortures.

« Cette méthode a été utilisée contre des terroristes une fois constaté l’échec d’autres techniques. »

« Cette méthode était légale, essentielle, bien justifiée, elle réussissait, c’était la manière correcte d’agir. »

« Mais nos successeurs ont leur propre vision des choses. »

« Nous avons vu, le mois dernier, comment des documents en rapport avec cette pratique d’interrogatoires ont été divulgués sur décision présidentielle. L’administration l’a fait de son plein gré pour respecter le droit du peuple de connaître la vérité. »

« Le public a connu moins de la moitié de la vérité. »

« On a du mal à imaginer un précédent pire que celui d’une administration entrante critiquant les décisions politiques de ses prédécesseurs. »

« Le directeur de l’Agence centrale de renseignements, Leon Panetta, a fait partie des gens qui se sont opposés à la divulgation des mémos sur les techniques d’interrogatoire. »

Cheney, arrivé à ce point, se devait d’expliquer toutefois ce qu’il s’était passé dans la prison d’Abu Ghraib, qui a horrifié le monde :

« Là, régnait le sadisme. Ça n’avait rien à voir avec les interrogatoires à la recherche de renseignements. »

«  À Abu Ghraib, des gardiens sadiques ont abusé des prisonniers, violant les lois des USA, les règlements militaires et la décence. »

« Nous connaissons la différence entre justice et vengeance. Nous ne tentions pas de nous venger des auteurs du 11 septembre. »

« Depuis le début du programme, nous étions axés uniquement sur la priorité la plus importante : obtenir des informations concernant des plans terroristes. »

« Pour le mal qu’ils ont causés aux prisonniers iraquiens et à la cause des Etats-Unis, ils méritaient d’être punis par la justice. »

Indépendamment des milliers de jeunes Etasuniens morts, mutilés ou blessés dans la guerre d’Iraq et des sommes fabuleuses dépensées là, des centaines de milliers d’enfants, de jeunes et de vieux, d’hommes et de femmes n’ayant absolument rien à voir avec l’attaque des tours jumelles sont morts depuis l’invasion ordonnée par Bush. Cette énorme quantité de victimes innocentes n’a pas fait l’objet de la moindre mention de la part de Cheney dans son discours.

Les ayant oubliées, il a poursuivi :

« Si les libéraux ne sont pas d’accord avec certaines décisions et les conservateurs avec d’autres, il semblerait que le président s’engage sur la voie d’une solution sensée.

« Mais dans la lutte contre le terrorisme, il n’y a pas de points intermédiaires, et des demi-mesures vous exposent à moitié. »

« Quand vous laissez une seule piste inexplorée, ça peut vous conduire à la catastrophe. »

« Au deuxième jour de son administration, le président Obama a annoncé la fermeture de la prison de Guantánamo, une mesure prise sans beaucoup de réflexions et sans plan. »

« Il a été facile à cette administration de recevoir des applaudissements en Europe pour la fermeture de Guantanamo, mais il lui est difficile de trouver une autre solution qui serve les intérêts de la justice et de la sécurité nationale des USA. »

« En matière d’euphémisme, le prix revient à un éditorial récent d’un journal connu qui qualifie de « séquestrés » les terroristes que nous avons capturés. »

« Ainsi donc, un journal qualifie les ennemis de notre pays comme des victimes d’une séquestration.

« Les interrogatoires et les Programme de surveillance ont rendu sans aucun doute notre pays plus sûr.

“Quand Obama et son administration parlent d’interrogatoires, ils le font comme s’il avaient réglé le dilemme moral concernant la façon de soutirer des informations vitales de la bouche des terroristes. »

« En fait, ils renoncent à prendre des décisions tout en présumant d’une supériorité morale.

« Déclassifier ces mémorandums est contraire aux intérêts de la sécurité nationale.

« Le dommage commence quand des terroristes ont en mains des informations top secret. »

« Des gouvernements du monde qui nous ont appuyés dans des manœuvres conjointes redoutent maintenant, car ils voient d’autres opérations compromises. »

« Le président Obama a utilisé son pouvoir pour révéler ce qu’il se passe dans les interrogatoires. »

« Le directeur des renseignements national en personne du président Obama, Denis C. Blair, l’a dit à sa manière : « L’information de grande valeur est provenue des interrogatoires durant lesquels ces méthodes ont été utilisés et elle nous a permis de mieux comprendre l’organisation d’Al Qaeda qui attaquait notre pays. » »

« L’amiral Blair a donné cette conclusion par écrit, mais elle a disparu dans une version postérieure divulguée par le gouvernement. »

« Ces vingt-six mots manquants disaient une vérité qui ne convenait pas, mais on n’a pas pu modifier les mots du directeur de la CIA sous les administrations Clinton et Bush, George Tenet, qui a dit clairement : « Je sais que ce programme a sauvé des vies. Je sais que nous avons démantelé des plans. Je sais que ce programme vaut à lui seul plus que ce que le FBI, la CIA et l’Agence de sécurité nationale ensemble ont pu nous donner ». »

« Si les Étasuniens ont l’occasion de savoir ce qui a été évité au pays, ils verront l’urgence et la justification des interrogatoires menés dans les années postérieures au 11 septembre. »

« Nous nous sommes attachés à leur soutirer des secrets au lieu de partager les nôtres avec eux. »

« C’est quelque chose qui doit se continuer jusqu’à que ce le danger soit passé. En route, il a fallu prendre des décisions difficiles. »

« Aucune décision de sécurité nationale n’a été prise à la légère ni à la hâte. »

« Comme dans n’importe quel conflit, il y a un coût à payer. Aucun n’a été plus lourd que les sacrifices de ceux qui sont morts ou ont été blessés au service de leur pays. »

« Comme beaucoup d’autres qui prêtent service aux Etats-Unis, ils ne demandent pas de remerciements. Mais moi, je les en remercie. »

Cheney a attaqué très durement l’administration Obama, mais je ne tiens pas à me prononcer à ce sujet.

Je tiens en revanche à rappeler que le terrorisme n’est pas tombé des nues : ce sont les Etats-Unis qui ont inventé cette méthode pour combattre la Révolution cubaine.

Le général Dwight Eisenhower, président des Etats-Unis, – rien moins que lui – a été le premier à recourir au terrorisme contre notre patrie. Et il ne s’est pas agi d’un groupe d’actions meurtrières contre notre peuple, mais de dizaines de faits qui, initiés dès 1959, se sont multipliés ensuite pour totaliser des centaines d’actes terroristes tous les ans : substances inflammables ; explosifs à forte puissance ; armements perfectionnés de précision à rayons infrarouges ; poisons comme le cyanure ; parasites ; dengue hémorragique ; fièvre porcine ; anthrax ; virus et bactéries attaquant des cultures, des plantes, des animaux et des êtres humains.

Ce ne furent pas seulement les actions contre l’économie et le peuple, mais les tentatives d’élimination des dirigeants de la Révolution.

Des milliers de personnes ont été touchés, et notre économie, dont l’objectif est de soutenir l’alimentation, la santé et les services les plus élémentaires du peuple, a été soumise à un blocus implacable à portée extraterritoriale.

Je n’invente pas ces faits. Ils apparaissent dans les documents déclassifiés par le gouvernement des Etats-Unis. Dans notre pays, malgré les périls gravissimes qui nous ont menacés des dizaines d’années durant, on n’a jamais torturé qui que ce soit pour lui soutirer des informations.

Si douloureuses qu’aient été les actions commises contre le peuple étasunien le 11 septembre 2001, que le monde entier a condamnées énergiquement, la torture est quelque chose de lâche et d’ignoble que rien ne peut jamais justifier.

Fidel Castro Ruz

Le 27 mai 2009

12 h 54

(Traduction ESTI)

Source

Publicités

Posted in États-Unis, Cuba, Impérialisme, Lettre ouverte, Obama, Terrorisme, Terrorisme étatique, USA | 9 Comments »

Mobilisation contre le Forum économique international des Amériques

Posted by Libertad ! sur 30 mai, 2009

bernard-kouchner

Colombian President Alvaro Uribe-Velez mtg SD Rumsfeld Mar. 22,

v-7-1027493-1211095523

Dans le cadre du Forum économique international des Amériques

Un grand rendez-vous annuel d’osties d’crosseurs à Montréal

SERONT PRÉSENTS :

DESMARAIS, Paul Junior : Président du conseil et co-chef de la direction de Power Corporation. Grand parrain de cette rencontre d’osties d’crosseurs

ALBRIGHT, Madeleine : Ancienne Secrétaire d’État des États-Unis

ZOELLICK, Robert B. : Président Groupe de la Banque mondiale

STRAUSS-KAHN, Dominique : Directeur général du Fond monétaire international (FMI)

GURRIA, Angel : Secrétaire général Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE)

URIBE-VÉLEZ, Alvaro : Président de la République de Colombie. Cet invité de marque est à la tête du régime de répression politique le plus sanglant des Amériques Rassemblement : lundi le 8 juin 2009 De 11h30 à 13h30 Devant l’hôtel Hilton Bonaventure (900, rue de la Gauchetière Ouest – Métro Bonaventure)

Une invitation du Comité des sans-emploi Montréal-centre (CSE) : cse.mtl.centre@gmail.com et du Projet Accompagnement Solidarité Colombie (PASC) : http://www.pasc.ca

Pour consulter le tract cliquez ici.

On ne payera pas pour leur crise !

Des centaines de dirigeants politiques et économiques, parmi les plus influents de la planète, se réunissent du 8 au 11 juin prochain. C’est en plein cœur du centre-ville, ici même à Montréal, que ces osties d’crosseurs se sont donnés rendez-vous. Sous le thème « s’adapter au nouvel ordre mondial », ils discuteront autour d’un peu de caviar sur les meilleures façons d’affamer un peu plus le monde, de téter des subventions, de prolonger l’acharnement thérapeutique des États sur le cadavre du système économique qui les a enrichis et achever un peu plus de vider la caisse.

Alors que des milliards d’êtres humains subissent, avec violence et désoeuvrement, une crise économique, sociale et environnementale sans précédent, ces osties d’crosseurs organisent des rencontres afin de maintenir leur pouvoir. Pendant que des millions de maisons sont saisies par des banques sauvées de la faillite par les impôts du petit monde, que des millions d’autres travailleurs-euses perdent leur boulot ou leur fond de pension de multinationales « restructurées » sous les bons conseils de nos élus, ces donneurs de leçons en veston-cravate s’assurent de ne pas perdre un iota de leur richesse, de leurs privilège, de leur confort et de leur sécurité.

Sous les bons offices de la famille Desmarais, des multimilliardaires bien de chez nous qui disent au peuple quoi faire et quoi penser depuis des générations alors que le pedigree de leur « corporation du pouvoir » est un véritable roman d’horreur, les organisateurs de l’événement se vantent « d’accueillir le plus important forum économique des Amériques ».

Parmi l’impressionnante brochette d’osties d’crosseurs, notons la présence d’un criminel de guerre notoire, Alvaro Uribe Velez, Président de la Colombie. À la tête du plus sanglant régime de répression politique des Amériques, il est reconnu pour ses liens avec les paramilitaires. Ceux et celles qui élèvent la voix pour critiquer les politiques du gouvernement d’Uribe et les intérêts économiques derrière la répression sont fréquemment accuséEs de « rébellion » ou de « terrorisme », injustement détenuEs ou assassinéEs. C’est ce qui est arrivé aux plus de 1000 civils que les Forces armées colombiennes ont tué depuis 2003. Alors que le Canada s’apprête à voter sur la ratification d’un Accord de Libre Échange avec la Colombie, on invite ce criminel pour légitimer son régime de terreur au service de l’économie. En ratifiant cet accord les députés canadiens se feront complices d’un gouvernement, d’ailleurs dénoncé à l’échelle internationale, qui ne montre aucune volonté d’en finir avec les violations de droits humains. Ces messieurs-là ne sont jamais dérangés dans ces petites réunions où ils affament les populations et perpétuent l’exploitation.

Nous ne dénoncerons pas leur impunité les deux pieds sur le canapé.

Allons battre le pavé !

Posted in Article | 4 Comments »

Vidéo intéressante sur les alliances de Power Corporation

Posted by quebecsocialiste sur 30 mai, 2009

Aussi paru sur mon nouveau blogue: Vision socialiste

Posted in Bourgeoisie, Fascisme, Fédéralisme, Impérialisme, Militarisme, Vidéo | Leave a Comment »

Image de la semaine

Posted by quebecsocialiste sur 28 mai, 2009

Allez, une dernière « image de la semaine », pour boucler la boucle:

Un cas classique de bouclier humain.

Mais rappellez-vous: C’est seulement quand c’est fait par « les autres » que c’est condamnable…

« Israël, une démocratie »… Quelle farce cruelle quand même.

Posted in Crime de guerre, Fascisme, Image, Impérialisme, Israël, Palestine, Préjugés, Secte, Sionisme, Terrorisme étatique | Leave a Comment »

Ma réplique au « bananier républicain »

Posted by quebecsocialiste sur 28 mai, 2009

Mais de qui j’afflige ce ridicule surnom me demandez-vous? À nul autre que notre « cher » Jean-Luc P. bien-sûr! Pourquoi un billet sur lui, à l’approche de la fin de Rwatch? Demandez donc au principal intéressé, qui a écrit dans un billet lourd de déficience graphique et de problèmes de mise en page et de structure de texte le 22 avril dernier, sur le sujet de notre réponse commune à son billet de diffamation à notre endroit. Cette fois, ce comique de Jean-Luc a avoué au grand jour, dans une réponse qui s’adressait particulièrement à la mes affirmations, pourquoi il supporte l’industrialisation forcée, à grands coups de massacres de paysans innocents, de la Colombie terroriste du narco-trafiquant Alvaro Uribe: « je préfère largement ça plutôt qu’une « médiévalisation » forcée »… wow… Revenons sur terre maintenant: À part les les vieux fous fumeux d’opium à la tête de la monarchie gérontocratique d’Arabie-Saoudite (alliée de l’occident), je ne vois vraiment pas où s’opère en ce moment une « médiévalisation » de la société, forcée en plus. Le « Ô grand sage » Jean-Luc semble attribuer cette lubie aux progressistes, mais c’est franchement ridicule. Vraiment n’importe quoi pour justifier son appui à un régime reconnu mondialement comme grand bafoueur des droits humains et des droits universels des travailleurs et des travailleuses, encore pire, au massacre systématique des paysans et des syndicalistes qui s’opposent, même pacifiquement, au gouvernement criminel au pouvoir à Bogota! Décidément, une petite recherche sur la Colombie dans les dossiers de Human Right Watch et même de l’ONU ne lui ferait pas de mal.

À part de ça, qu’a écrit cet illuminé sur son billet qui sort dans la recherche « google » de reactionism watch? Pour être franc, pas grand chose. À part se plaindre, sortir une quinzaine de citations de Rwatch en y répondant à peine (ce qui rend leur étalage absolument inutile) et nous faire jouer encore et toujours son vieux disque grinçant et usé de propagande haineuse selon laquelle nous, à gauche, ne serions tous qu’une bande de hyènes détraquées assoiffées de sang (venant du même Jean-Luc qui a déjà appelé à larguer une bombe atomique sur l’Afghanistan…), il s’est vanté d’avoir pris au sérieux nos allusions de poursuite en diffamation pour sa comparaison lunatique entre nous et une série de tueurs reconnus, continuant à cette occasion de nous lancer de la boue sur des bases imaginaires, et il a affirmé que « Quant à l’armée israélienne, il s’agit d’une armée des plus morales. » JLP, JLP, JLP… me sortir deux fois le même texte déjà démenti sur une période de quatre mois est une chose (risible) que seul toi peut faire (vous savez tous de quoi je parle, voir le récent billet sur la fête nationale des patriotes où Jean-Luc s’est ridiculisé). Maintenant, voici un texte (en anglais) où on voit les soldats et même le haut commandement de Tsahal, l’armée israélienne, laisser libre cours à leur « moralité » sauce SS:

http://attendingtheworld.wordpress.com/2009/04/05/snipers-trained-in-israel/

Le gros zouf de service nous dit aussi que « Pour ce qui est du colonialisme, je tiens à leur rappeler que le temps des colonies est terminé depuis bien longtemps et que personne ne tient à revenir à cette époque raciste qui coûtait les yeux de la tête à la métropole. » … Ah bon… le néo-colonialisme, tu connais? Tu sais, ce que pratiquent Israël, le Canada, les États-Unis et pratiquement toutes les anciennes nations colonisatrices de nos jours, sous couvert de « mondialisation néo-libérale ». Ce n’est que la version actuelle plus subtile (démo-crassie à l’occidentale) du vieux colonialisme. Rien de plus. Toujours autant de pillage des ressources du tier-monde, sauf que maintenant, ils enrobent le tout dans un joli papier-cadeau pour les âmes sensibles des métropoles. Comme ils disent en anglais: « Same bullshit. Different asshole. »

Enfin, dans son interminable billet qui empeste la réponse frustrée d’un homme (un bien grand mot) qui a perdu sur toute la ligne en débat « face-à-face », Jean-Luc, tel Richard Martineau, nous dit tout en nous accusant de tous les maux du monde qu’il « ne censure pas ». À la fin de ce supplice visuel (une bonne partie du texte est en italique et les espaces entre paragraphes sont rares), tout en bas de la page, on peut lire: « Les commentaires sont fermé. » … Ça se passe de commentaire… surtout qu’il n’a jamais répondu, malgré l’avoir cité, au fait qu’il insultait la mémoire des victimes des tueurs de masse qu’il énumère, sur de simples bases partisanes, en réponse à des gens qui ne pensent pas comme lui, en bout de ligne.

J’imagine que l’enragé diffamateur de service va se présenter dans les commentaires pour « une dernière valse ». Au moins ici, les commentaires resteront encore ouvert jusqu’au 1er juin, comme ils l’ont toujours été.

Posted in Afghanistan, Colombie, Crime contre l'humanité, Crime de guerre, Extrême-droite, Impérialisme, Néo-libéralisme, Réactionnaire, Secte, Sionisme, Terrorisme étatique, Trou du cul | 17 Comments »

Grande marche vers l’indépendance du Québec

Posted by quebecsocialiste sur 23 mai, 2009

La grande marche vers l’indépendance du Québec du 24 mai 2009

MONTRÉAL
Départ : 14h00 au Parc Lafontaine
à la statue Félix Leclerc
Suivie d’un grand rassemblement à la Place du Canada (la Place de l’Indépendance)

Nous marcherons également dans les villes de: Québec, Rimouski, Jonquière, Gatineau, Sherbrooke, Cowansville et Terrebonne!

Venez en grand nombre!

 

L’indépendance : Un droit collectif indiscutable 

Tout comme nos courageux ancêtres patriotes, des hommes qui, comme nous aujourd’hui, étaient épris de liberté, d’égalité et de justice, nous cherchons toujours notre indépendance… et nous l’aurons, croyez-moi! Le problème présentement, ce sont toutes ces roches qui bouchent notre accès vers la route d’autodétermination tant désirée : Power Corporation, Quebecor, le gouvernement fédéraliste libéral de Jean Charest et la grande bourgeoisie en général. La Power Corporation du sinistre Desmarais (qui est également l’homme derrière l’attitude sectaire scandaleuse du président français Sarkozy à notre endroit), à travers son agent Henri-Paul Rousseau, a pillé nos économies à la CDPQ et Rousseau s’en lave publiquement les mains. Le Parti Libéral défend Rousseau et nous a imposé Michael Sabia, un autre proche de Power Corp, pendant que les mass médias de Pierre-Karl Péladeau, chef totalitaire de l’empire Quebecor, répandent à travers ses scabs l’idée que nous ne pouvons rien y faire et que nous, simple populace, devons accepter ce pillage sans broncher. Rien ne saurait être plus faux! Ils veulent nous enlever notre droit à l’autodétermination? Eh bien qu’ils sachent que ce droit est indiscutable et garanti dans la charte universelle des droits de l’homme! Pendant que le PQ, qui a naïvement nommé Rousseau à son poste en 2003, semble avoir abandonné toute combativité à défendre le peuple québécois et son droit indéniable à l’indépendance, s’assoit sur ses lauriers, il est grand temps que le peuple québécois aillent chercher les réponses à ses demandes ailleurs. Québec solidaire et le PCQ ont déjà répondu présents, il ne leur manque plus que le pouvoir de faire appliquer la volonté du peuple québécois en quête, encore en 2009, de liberté, d’égalité et de justice sociale. Amir Khadir a déjà prouvé sa volonté en allant dire ses quatre vérités à Rousseau à l’Assemblée nationale et en s’opposant à la prise en charge de nos affaires économiques par les mafieux de l’OMC, qui n’ont que mépris pour la volonté des peuples du monde. Soyons clairs dans ce que nous voulons: Un Québec libre et égalitaire où les travailleurs et travailleuses seront indépendants de la bourgeoisie exploitante et aujourd’hui pilleuse de notre économie! Alors criez avec nous : Au nom de nos ancêtres patriotes, mais aussi pour chaque individu, soit-il un nouvel arrivant dans notre société. Vive le Québec libre et socialiste!

Posted in Bourgeoisie, Communiqué, Gauche, Indépendance, indépendantisme, Lutte de classe, Manifestation, Québec, Québec (ville), Québec solidaire | 18 Comments »

Amir Khadir sur la « mission » afghane

Posted by quebecsocialiste sur 21 mai, 2009

« La propagande fauche des vies », par Amir Khadir

J’ai voté aujourd’hui en faveur d’une motion déchirante présentée à l’Assemblée nationale par Carole Poirier, la nouvelle députée d’Hochelaga-Maisonneuve.  La motion demande :

 

«Que l’Assemblée nationale transmette aux soldats du 22e régiment de Valcartier en Afghanistan notre reconnaissance pour le travail effectué auprès de la population afghane.»

Je l’ai fait, car sans mon consentement, aucun débat n’aurait pu y avoir lieu sur une propagande répandue par l’Armée canadienne pour enrôler de jeunes québécoises et québécois- moins souvent de gré que par la force de leur condition sociale qui les entraîne à faire la guerre pour réaliser des rêves aussi légitime que de trouver du financement pour leur études!  Cette propagande consiste à prétendre que si l’Armée canadienne se trouve en Afghanistan, c’est pour aider le peuple Afghan, c’est pour sauver les femmes afghanes.  Des soldats animés souvent de meilleures intentions peuvent le croire. Comme Karine  Blais, victime d’une bombe artisanale en Afghanistan et dont la famille réclame le retrait des troupes. Mais la meilleure reconnaissance que l’on puisse démontrer aux soldats du 22ème régiment c’est de leur faire voir la réalité.

Voici ce que j’ai eu le temps de dire à ce sujet en Assemblée pour commenter la motion :

« M. le Président. J’ai accepté de donner mon consentement à cette motion par respect d’abord pour des jeunes et des moins jeunes qui sont à l’œuvre pour ce qu’ils et elles pensent être au service de la population afghane, au service sans doute de la population canadienne et québécoise, au service de la paix. J’ai donné mon consentement par respect pour ma collègue
d’Hochelaga-Maisonneuve, pour l’intime conviction que son fils comme des milliers d’autres Québécois et Québécoises qui ont été là, qui ont été dans différentes interventions, soit humanitaires soit de nature plus offensive du Canada, au cours des ces dernières années, y ont été impliqués dans l’idée qu’ils rendaient un service à la démocratie.

 

Cependant, lorsqu’on regarde le résultat, lorsqu’on regarde sur le terrain ce qui se passe, malheureusement je suis obligé de souligner ici qu’il est très difficile de reconnaître, pour moi, que l’intervention de l’armée canadienne en Afghanistan est effectivement au service du peuple afghan. Il est très difficile pour moi de me convaincre que l’intervention de l’armée canadienne en Afghanistan est au service des femmes afghanes. Ça fait partie d’une propagande véhiculée par l’armée américaine qui contrôle l’intervention. Les généraux cinq étoiles américaines qui contrôlent, depuis sa fondation, les forces armées de l’OTAN dont le commandement, depuis 2003, aussi a été relégué d’office au commandement militaire américain et que le Canada et la communauté internationale ont été obligés devant les faits d’accepter comme intervention militaire en Afghanistan.»

J’ai aussi affirmé que: «Depuis 30 ans, les femmes afghanes, depuis le renversement d’un régime démocratique par les forces alimentées par l’intervention américaine…» lorsque j’ai été interrompu alors que je m’apprêtais à enchaîner pour dire : avant l’invasion Russe, un régime relativement démocratique envers les femmes, a été déstabilisé par des seigneurs féodaux financés et équipés par la CIA américaine, qui ont par la suite mis l’Afghanistan à feu et à sang. La guerre entre Russe et Américains sur le dos du peuple afghan, a débouché sur l’horrible régime théocratique des Talibans, financés eux aussi au Pakistan par les alliés des États-Unis et sur la montée en puissance de Ben Laden. Prétendre dans ces circonstances que l’OTAN sous commandement américain intervient en Afghanistan dans le but de sauver les femmes afghanes, est une fiction au service d’une propagande meurtrière. Une propagande qui bénéficie à l’industrie militaire et aux intérêts pétroliers et fauche la vie de milliers d’Afghans et de centaines de soldats bien intentionnés.

Amir Khadir

20 mai 2009

Source

Posted in Afghanistan, Amir Khadir, Canada, Gauche, Guerre, Impérialisme, Québec, Québec solidaire | 4 Comments »

Journée nationale des patriotes

Posted by Libertad ! sur 18 mai, 2009

Je meurs sans remords. Je ne désirais que le bien de mon pays dans l’insurrection et l’indépendance. Mes vues et mes actions étaient sincères et n’ont été entachées d’aucun des crimes qui déshonorent l’humanité et qui ne sont que trop communs dans l’effervescence des passions déchaînées […]. Malgré tant d’infortune, mon cœur entretient encore du courage et des espérances pour l’avenir. Mes amis et mes enfants verront de meilleurs jours, ils seront libres. Un pressentiment certain, ma conscience tranquille me l’assurent […] je meurs en m’écriant : Vive la Liberté, Vive l’indépendance!– François-Marie-Thomas (dit Chevalier) de Lorimier

==> Un peu d’histoire

Posted in Commémoration, Histoire, Québec | 49 Comments »

De la démagogie crasse sur le foulard islamique

Posted by Libertad ! sur 16 mai, 2009

hijab Avec la récente décision de la Fédération des femmes du Québec d’appuyer les femmes qui souhaitent porter le voile dans la fonction publique, certains réactionnaires tentent de réanimer le «débat» sur les accommodements raisonnables. Ce «débat», que l’on aurait souhaité enterré, est en train de ressortir grâce à la malhabile propagande du Journal de Montréal, ce journal illégal écrit par des scabs.

Richard Martineau à attaqué pendant plusieurs jours les femmes musulmanes qui portent le voile islamique. Toujours en nous citant des sites ou personnalités ouvertement sionistes, il tente de diviser la population entre «bons» et «méchants». Pour lui, les bons, ce sont les petits québécois blancs, catholiques et francophones. Les méchants, toujours selon lui, ce sont les musulmans et les immigrants en général. En plus des traditionnels appuis venant des fascistes du site Point de bascule et de l’Action démocratique du Québec (dont nous attendons toujours la disparition), Christine Saint-Pierre, la ministre de la culture et de la condition féminine, à ajoutée un grain de sel inutile dans la plaie.

Pendant une attaque contre le PQ (cet autre parti démagogue), elle affirme qu’ils «ont refusé d’appuyer nos soldats en Afghanistan qui sont là pour sortir les femmes d’un régime dictatorial.»Donc pour elle, «nos» soldats (qui sont ceux de la bourgeoisie en fait) sont là pour libérer les pauvres femmes afghanes. Cet argument réchauffé à été amplement démoli depuis des années. Est-ce qu’elle se souvient du projet de loi de Karzai qui autorise le viol des femmes hazaras (minorité chiite) ? Est-ce qu’elle connaît la situation réelle des femmes afghanes depuis que «nos» soldats  sont dans le pays ? Non seulement leur situation ne s’est pas améliorée, mais elles doivent faire face à une insécurité grandissante et à un taux d’agression alarmant.

« Voulons-nous vraiment qu’un catholique arborant une croix visible, une femme musulmane portant un voile ou un juif, une kippa, soient exclus des milliers d’emplois disponibles dans la fonction publique et les services publics?» répliqua Amir Khadir dans une intervention assez juste. Si il ne faut pas exclure une personne en fonction de sa religion, il faut néanmoins appuyer ceux et celles qui refusent d’être contraints à porter un symbole ou un voile. Cependant, interdire carrément le voile empêcherait sûrement plusieurs femmes musulmanes à s’intégrer dans la société québécoise.

Posted in Coup de gueule, Droits de la femme, Immigration, PQ, Préjugés, QS, Racisme, Réactionnaire, Religion | 9 Comments »

La fin d’une histoire

Posted by Libertad ! sur 14 mai, 2009

Toute bonne chose a une fin, c’est ce qu’on nous dit souvent. Cela est vrai pour notre blogue Reactionism Watch. Depuis quelques mois, des camarades nous ont quittés, d’autres s’essoufflent ou n’ont tout simplement plus d’idées. Il faut se rendre à l’évidence : le blogue est en train de mourir. Cela est triste pour nous de l’annoncer, mais Reactionism Watch fermera dès le 1er juin. Nous croyons que la qualité du site baisse constamment, puisque nous sommes tous très occupés, que ce soit par les études ou le travail.

Pour faire une histoire courte, Reactionism Watch est la création à l’origine de deux étudiants : Antho et Tovarichtch. Ceux-ci, qui se sont rencontrés sur un forum de discussion (le dépotoir) en avaient marre de la propagande droitiste propagée par certains membres du forum. De plus, il manquait cruellement d’une présence de gauche sur le web, puisque les blogueurs adéquistes monopolisaient l’espace. Heureusement,  ce n’est plus le cas aujourd’hui cependant.

Avant Reactionism Watch, il y a avait Utopie, aujourd’hui disparu. Ce blogue n’avait qu’une dizaine de billets à la fin. Avec Reactionism Watch, des gens ont développé une passion pour le journalisme amateur, et cela a apporté beaucoup aux membres de l’équipe.

Nous avons rapportés des photos de nombreuses manifestations, des comptes-rendus ainsi que des réponses à la désinformation des grands médias capitalistes. Des camarades se sont joints à nous, comme Hugo et Janie du collectif anarchiste de Québec. Ensuite, Sylvain Guillemette est devenu le ‘’meneur’’ du blogue en dénonçant corps et âme les doubles-standards dans notre société capitaliste. Plus récemment, c’est Gabriel, alias Québec socialiste qui s’est joint à nous.  Cependant, ne nommer qu’eux serait injuste pour tous ceux qui nous ont aidés. Qu’il s’agisse d’Hugo l’Internationaliste ou bien de Krymz par exemple, d’autres ont apporté une contribution en écrivant des commentaires, des suggestions ou même des billets. Nous voudrions remercier également les frères Vézina ainsi que tous ceux qui ont donné de leur temps pour écrire des messages sur le site.

Nous ne croyons pas que l’on devrait tout laisser tomber cependant, et c’est pour cette raison que nous reviendrons cet été sous une nouvelle : nouveau nom, nouveau contenu, nouveau style. Nous avons eu beaucoup de plaisir à écrire sur le site, ainsi qu’à rire de ridicules droitistes, mais après 2 ans, il est temps de passer à autre chose…

J’en profite au final pour remercier nos lecteurs, vous avez été notre raison pendant plus de deux ans pour continuer, même dans les moments les plus difficiles.

Merci !

Anthony

Posted in Article | 97 Comments »