Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

L’opinion du Venezuela sur le racisme

Posted by quebecsocialiste sur 2 mai, 2009

Conférence mondiale contre le racisme
Le document final de Genève ne répond pas aux aspirations des peuples
par Silvia Cattori, Sandro Cruz

Le lecteur européen à la recherche d’informations sur la Conférence de Genève contre le racisme ont été abreuvés de déclarations dénigrant le président iranien et saluant comme une victoire le vote du document final avant que les délégations du tiers-monde n’aient pu s’exprimer. Après avoir diffusé le texte intégral du discours censuré de Mahmoud Ahmadinejad, le Réseau Voltaire a interrogé le chef de la délégation vénézuélienne pour recueillir son point de vue.

Silvia Cattori : De nombreux États d’Amérique latine et d’autres continents se sont fortement engagés ces derniers mois dans les travaux préparatoires qui devaient redéfinir les critères et les normes en matière de lutte contre le racisme. Israël, de son côté, avait commencé tout de suite après la « Conférence mondiale contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l’intolérance qui y est associée » qui s’est tenue à Durban en 2001, à propager son hostilité à la « Conférence d’examen de Durban » [1] qui vient de se tenir à Genève, aidé en cela par des personnalités comme Bernard-Henri Lévy et Elie Wiesel et quantité d’organisations juives venues à Genève en force. La désinformation et les mensonges qui avaient entouré la première de ces deux conférences ont atteint ici à Genève des sommets.

Il convient de rappeler qu’Israël n’a jamais accepté qu’à Durban des ONG puissent stigmatiser ses politiques de « purification ethnique », « d’apartheid », « de génocide », « de crimes racistes » contre le peuple palestinien. Le lobby pro-israélien a donc tout tenté pour faire passer comme vraie la fable selon laquelle cette conférence avait été le théâtre de manifestations « antisémites », de slogans « antisémites », alors même que les politiques racistes menées par Israël sont parfaitement documentées par le Comité national palestinien [2]

Ici, à Genève, le comportement brutal de la diplomatie française, conduite par Bernard Kouchner, a passablement choqué [3]. La France n’a-t-elle pas manœuvré pour servir les intérêts des États-Unis et d’Israël absents ? Nul ne peut ignorer que la France, depuis l’arrivée de Nicolas Sarkozy au pouvoir, a tout mis en œuvre pour jeter la suspicion sur la « Conférence d’examen de Durban », agiter la menace du boycottage, et entraîner le plus possible de pays dans son sillage. C’est Jean-Baptiste Mattéi, l’ambassadeur de France auprès de l’ONU à Genève, qui a donné le signal du départ des représentants de l’Union européenne lors du discours du président iranien. Ceci pour la partie visible. Que s’est-il passé dans les coulisses lors de la préparation de cette conférence et comment les délégations qui sont restées dans la salle et ont applaudi au discours de M. Ahmadinejad ont-elles jugé tout ce tapage ?

Germán Mundaraín Hernández [4] : Vous avez donné la réponse en rappelant que la France et quelques pays européens ont travaillé depuis longtemps à saboter cette « Conférence d’examen de Durban » qui se tient ici à Genève. Mais en réalité, la « Conférence mondiale contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l’intolérance qui y est associée » avait déjà été sabotée à Durban même.

Cela dit, vous devez savoir qu’à Durban, en 2001, il n’y avait qu’Israël et les États-Unis qui avaient saboté et quitté la conférence. Ce qui a changé maintenant, est que ces deux pays ont trouvé quelques alliés. Mais ils ne représentent pas une majorité. C’est un groupe de pays que l’on pourrait définir comme d’anciens pays colonisateurs, de néo-colonialistes, avec ceux qui ont tiré profit du colonialisme sans avoir été eux-mêmes des pays colonisateurs.

C’est une constante, aux Nations Unies et dans les organisations internationales, que, lorsqu’il s’agit des grands crimes et des grandes violations des droits de l’Homme, commis par les grandes puissances, on les ignore, on ne leur donne pas l’importance qu’ils méritent. On ne veut pas admettre que la colonisation et l’esclavage étaient un crime contre l’humanité. Le racisme, la traite des esclaves, de tout cela il reste une idéologie : l’idéologie selon laquelle il y a une race supérieure et les faibles sont considérés comme une race inférieure.

Le racisme, la xénophobie, l’exclusion, sont des sujets dont les grandes puissances ne veulent pas discuter. De la même façon qu’elles ne veulent pas discuter de la crise économique. Et c’est la même chose. Les responsables de la colonisation, de la conquête, de la traite des esclaves, du racisme, de même que les responsables de la crise financière, ne veulent pas discuter de l’origine et des causes de ces phénomènes, ni de l’indemnisation de ceux qui sont les victimes des conséquences de ces deux grandes tragédies.

Silvia Cattori : La délégation palestinienne en accord avec l’Autorité palestinienne de Ramallah, a accepté que soit supprimée toute mention d’Israël et du sort fait au peuple palestinien vivant sous l’occupation étrangère. Cela n’est-il pas difficile à comprendre ?

Germán Mundaraín Hernández : Cette conférence a été conditionnée par le chantage, par la menace d’un groupe de pays de se retirer. Ces pays ont conditionné le texte final à leur présence. Dans l’esprit de trouver un consensus, les autres États ont fait des concessions sur le texte final, en fonction des pressions sur le thème : on ne veut pas parler de la Palestine. Parce que la Palestine, c’est une honte pour le monde : un territoire occupé, un peuple qui ne peut pas exercer son droit à l’autodétermination, et qui est victime d’exclusion et de discriminations. On ne veut pas parler de cela. On ne veut pas parler de la haine raciale et de la diffamation sous le prétexte de défendre la liberté d’expression.

La liberté d’expression est une chose importante, mais elle suppose la responsabilité, et on ne peut pas inciter à la haine, à la guerre, et à la haine religieuse. Et ainsi, comme à une époque on a diabolisé les juifs dans l’Allemagne nazie, aujourd’hui dans beaucoup de pays occidentaux on diabolise les musulmans. Je peux donner un exemple très clair : la presse dans le monde a souvent parlé du « terrorisme islamique » et, jamais que je me souvienne, elle n’a parlé de « terrorisme catholique » ou « protestant » en Irlande du Nord. Pourquoi ? Est-ce que par hasard les musulmans sont des terroristes ? Il peut y avoir des musulmans qui sont des terroristes ; il peut y avoir des catholiques qui sont des terroristes ; ou des athées ; mais cela ne découle pas de leur religion.

Silvia Cattori : Saviez-vous, en venant à cette conférence, qu’il allait y avoir cette sorte de confrontation entre deux forces ; que ceux qui ne veulent pas que l’on touche à Israël et à l’idéologie du monde unipolaire allaient peser de tout leur poids ?

Germán Mundaraín Hernández : Oui, je m’y attendais. Ce sont des choses qui se passent ici à l’ONU. On appelle à une unité contre le racisme, mais il n’y a pas d’unité, et il ne peut pas y en avoir. Dès le premier moment, il n’y a pas eu beaucoup d’unité. C’est très difficile de rassembler, parce que ces États que j’ai mentionnés persistent dans leur idéologie de la race supérieure et leur croyance qu’il y a des races inférieures. C’est pareil pour la conférence sur la tolérance. Ils ont donné des signes de leur intolérance. Un groupe de pays s’est retiré de cette conférence. [5]

Ils y ont participé au début pour obtenir leurs desideratas, puis ils se sont retirés. Ici, le monde a pu voir la chose en direct : quand le président Ahmadinejad a parlé, le premier jour de la conférence, les représentants d’un groupe de pays —un petit nombre de 23 États— ont quitté la salle. Par ce comportement, ils n’ont pas donné la meilleure démonstration de tolérance. Tout comme ces quelques personnes qui ont profité du manque de vigilance du service de sécurité de l’ONU pour protester contre le président iranien au nom de l’Holocauste. Ils ne veulent pas reconnaitre toutes les victimes. Et que, si les juifs ont été victimes de l’Holocauste, chez nous l’Holocauste vient comme une crise financière où ceux qui en souffrent ne sont pas ceux qui l’ont causée.

Aucun pays d’Amérique latine et des Caraïbes ne s’est retiré ; ni aucun pays d’Afrique et d’Asie. Ils ont applaudi M. Ahmadinejad et ils ont hué le groupe de ces intolérants qui avaient programmé le sabotage et qui n’ont pas voulu entendre la déclaration du président iranien. Celui-ci n’a d’ailleurs rien dit de déplacé [6]. Les pays occidentaux ont diabolisé Ahmadinejad. Il y a eu des discours plus forts ici, mais malgré tout, tous s’en sont pris à Ahmadinejad.

Il y a des pays, ici, qui nient que le racisme ait été un crime contre l’humanité. Cela nous rappelle que les grands crimes restent dans l’impunité totale. Ils ne s’en repentent pas, ils n’ont pas demandé pardon. Et ils sont encore moins prêts à toute forme d’indemnisation. Et parfois ils recourent à des subterfuges en disant « ne parlons pas du passé », comme l’a dit Obama à Trinidad. Nous aussi, pays en développement endettés, nous pourrions dire « ne parlons pas du passé » quand nous allons au Fonds monétaire ou à la Banque mondiale.

Silvia Cattori : La « ligne rouge » telle que définie comme indépassable par les diplomates français, a donc servi à empêcher que l’on qualifie l’État juif d’Israël d’exclusif, de raciste. Donc à faire triompher la politique des deux poids deux mesures en légitimant les actes criminels de cet État ?

Germán Mundaraín Hernández : Je crois que, dans cette conférence, le document final ne répond pas aux aspirations des peuples du monde.

Silvia Cattori : La « Conférence d’examen de Durban » est-elle devenue le lieu de l’échec pour les peuples qui aspirent à la multipolarité ?

Germán Mundaraín Hernández : Je ne dirais pas que c’est un échec. Je ne chercherais pas des qualificatifs comme échec ou succès. Mais je dis que le document ne répond pas aux aspirations des peuples du monde. Le sujet des indemnisations pour les peuples d’Afrique, les excuses, et le repentir, les pays que j’ai mentionnés ne veulent pas en parler. Ils ne veulent pas parler de la diffamation des religions, de l’islamophobie. Ils ne veulent pas parler de la Palestine. Je crois que cette conférence est conditionnée, comme beaucoup d’autres conférences des Nations Unies, par les pressions et par le chantage d’un groupe. Le même groupe qui a exercé des pressions pour que l’Assemblée générale ne se prononce pas sur la Palestine. Les mêmes pressions qui ont été exercées pour empêcher que l’Assemblée générale débatte et cherche des solutions à la crise financière. Les grandes puissances veulent toujours imposer leur agenda.

Silvia Cattori : Peut-on conclure en disant que le texte voté ici à Genève [7] est un recul par rapport à celui qui avait été voté à Durban en 2001 ?

Germán Mundaraín Hernández : Je ne dirais pas que l’on a reculé. Je dirais que les choses sont restées dans un douloureux équilibre qui maintient le chantage et le rapport de force imposés par les pays occidentaux. Je crois que l’on en est resté au même point. Avec la crainte que le racisme ne renaisse sous l’effet de l’augmentation de la pauvreté. De quelle couleur sont les millions d’enfants qui meurent chaque jour de faim ? Ils sont indigènes ou africains. Cette crise économique et financière va aggraver la pauvreté et va provoquer davantage d’exclusion et de racisme à l’encontre des migrants. L’islamophobie est essentiellement un processus qui s’est accentué dans la décennie allant des années 90 à ce jour. Et ma crainte est donc que ce document ne prépare pas les réponses à ce qui se profile.

Silvia Cattori : Pensez-vous que les partisans du monde unipolaire ont été si agressifs parce qu’ils commencent à éprouver des difficultés à imposer leur vision des choses et qu’ils sentent qu’un nouveau rapport de force est en train de se dessiner ?

Germán Mundaraín Hernández : Je crois qu’ils essaient des mécanismes pour éviter que la multipolarité ne devienne un catalyseur qui profite aux pays en développement.

Sandro Cruz : La fracture entre les deux blocs s’est-elle creusée ici à la « Conférence d’examen de Durban » ? Les peuples du sud vont-il se réveiller ?

Germán Mundaraín Hernández : Je ne me risquerais pas à dire que les peuples du monde se sont réveillés. Je dirais qu’ils sont en train de se réveiller. Ils sont sur le chemin du réveil. S’ils étaient déjà réveillés, nous aurions eu un autre document final.

Source

11 Réponses to “L’opinion du Venezuela sur le racisme”

  1. sylvainguillemette said

    Très intéressant camarade, merci d’avoir publier cela. Mais néanmoins, l’hégémonie de ces États puissants ne semble pas s’estomper, mais pas du tout. «Ne parlons pas du passé…» Pas fort.

  2. jv said

    « ne parlons pas du passé »

    Pierre Mailloux a tout le monde ne parle s’était fait lyncher pour avoir osé parler D’ÉTUDE sur l’intelligence des afro-américains.

    Moi ce que je vois dans ces études c’est que l’esclavage des afro-américains, qu’on dit enrayer, a peut-etre causé un tort plus grave en affectant la progéniture de ce peuple.

    Donc, le raciste c’est celui qui veut parler des effets de la sélection des esclaves sur la descendance ou ceux qui ne veulent pas voir les crimes commis.

    La séparation dans le monde selon moi, n’est pas causé par la pauvreté vs la richesse, mais par la responsabilité. Certains sont responsable de tous ce qu’il font et paye le plein pris, et d’autres font ce qu’il veulent et ne sont jamais responsable.

    Mais n’en parlons pas, c’est du passé, aujourd’hui tout le monde il est beau tout le monde il est gentil.

  3. sylvainguillemette said

    «aujourd’hui tout le monde il est beau tout le monde il est gentil.»

    Hé hé, ma fille de 5 ans me dit de temps en temps.

    Sinon, effectivement, les responsables ne le sont plus lorsque leurs responsabilités leur échappent, surtout s’ils sont bourgeois. Ne regardons que les faillites des grandes banques états-uniennes, sauvées par le re-capitalisme et les manifestations pour sa refonte.

  4. sylvainguillemette said

    Ailleurs dans le monde, les gens ont exigé le jour de l’anniversaire des travailleurs, la fin du régime capitaliste et la fin des capitalistes.

  5. krymz said

    cette article m’a donné le gout de voir qui était mr. Mahmoud parceque je savait rien de lui vraiment. ( je « savais » qu' »il voulait » faire des bombes atomic mais je pensait que sa devais etre pour de l’énergie comme tout les pays industrialisée ont des centrale nucléaire, et tout le reste)

    je suis tombé sur ce video en plusieurs parties… Mahmoud c’est tu un menteur ou un maudit bon gars?

  6. quebecsocialiste said

    Merci pour ton point de vu Krymz. C’est bon, pour une fois, de voir l’homme en entrevue directe, au lieu de devoir se contenter d’écouter les mass médias l’étiquetter « antisémite » par pur réflexe à chaque fois qu’il fait un discour pour éviter d’avoir à le réfuter réellement.

    Pour ma part, je dirais que ce type est un réactionnaire homophobe et obscurantiste, un homme que je ne supporte aucunement, mais que l’accusation « d’antisémite » à son égard est sans fondement. C’est pourtant simple: Les palestiniens, ainsi que beaucoup d’arabes dont ses alliés syriens et la population libanaise, sont sémites par leurs racines ancestrales dans la région. Aussi, le fait que la communauté juive ne soit pas persécutée dans son pays, contrairement au cas de « nos alliés pro-occidentaux » que sont l’Arabie-Saoudite et le Koweit, ainsi que les diverses images où on le voit en compagnie de leaders juifs persans, sont assez de preuves pour dire qu’il n’est pas un tenant ni de leur extermination, ni de leur asservissement ou conversion forcée, à l’opposé de ce qu’Israël fait subir en toute impunité au peuple palestinien sans défense. Pour tout dire, je ne suis même pas sûr qu’il soit « anti-juif ». Il est évident qu’il voue une haine réciproque au régime sioniste et au génocide censé « justifier » les massacres d’arabes par des dirigeants n’ayant jamais vécu l’holocauste, mais peut-on vraiment le blâmer? Après tout, il est le chef d’un état ayant déjà été menacé d’être bombardé à l’arme nucléaire par Israël… l’année dernière, entre autres occasions…

    P.S.: Comment as-tu fait pour mettre un vidéo directement dans ton commentaire?

  7. krymz said

    j’en ai aucune idée, je croyais que sa devait être une update du programme du blog… j’ai mis l’adresse comme je fais d’habitude et voila. j’ai été surprit aussi.

  8. sylvainguillemette said

    «Après tout, il est le chef d’un état ayant déjà été menacé d’être bombardé à l’arme nucléaire par Israël… l’année dernière, entre autres occasions…»

    C’est vrai camarade et qui ici croit que les États-Unis accepteraient de se faire menacer à l’arme nucléaire? Nos doubles-standardistes habituels parlent de défense, mais dès lors qu’on mentionne cette close pour légitimer les actions d’un débile comme Mahmoud, ça ne passe pas. Soit c’est correct, soit ça ne l’est pas.

    Tout comme en Corée du Sud, les États-Unis pointent plus de 1000 ogives nucléaires sur le régime de Kim-Jong-Il sans y subir la moindre critique internationale. Les pays capitalistes à la merci des États-Unis sont faibles, poltrons et complices.

  9. sylvainguillemette said

    Historiquement parlant, les États-Unis sont le pays ayant fait le plus de menace d’utiliser l’arme nucléaire. Il n’a jamais payé pour sa propagande de peur, pour être la menace nucléaire qu’il était, bref, les États-Unis peuvent faire tous les crimes de la planète, y compris du terrorisme (comme encore dernièrement en Afghanistan), sans être accusé de quoi que ce soit, sans subir la moindre sanctions économique qui soit.

  10. quebecsocialiste said

    Le dernier crime de guerre à date de l’OTAN en Afghanistan:

    Hier, mercredi le 6 mai 2009, des soldats « alliés » ont conduit des civils afghans dans « des endroits sûrs », soit dans des sous-sols de maisons en retrait d’un village, en prévision d’un bombardement sur ce dernier. Quelques instants plus tard, ce furent précisément ces maisons qui furent bombardées par l’aviation U.S. terroriste. On parle ici de plus d’une centaine de morts civils.
    Je crois que cet acte parle de lui-même. Comme crime de guerre dégueulasse, on peut difficilement trouver plus évident.

    Pendant ce temps, en Cisjordanie, les « courageux » soldat terroristes de Tsahal, sans doute fatigués de s’en prendre à des enfants et à leurs mères, ont décidé d’abattre froidement un défficient mental palestinien. Ça aussi, ça se passe de commentaires. Mais selon les néo-cons, c’est l’Iran, un pays qui n’a jamais attaqué une autre nation, qui constitu « une menace »…
    Pathétique.

  11. sylvainguillemette said

    Terrorisme…

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :