Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Archive for février 2010

Un organisme qui devrait surveiller le gouvernement de Stephen Harper

Posted by sylvainguillemette sur 24 février, 2010

https://i1.wp.com/www.davidmcguinty.com/uploaded/tiny_mce/Image/senate.jpgUn organisme sensé promouvoir la démocratie avec un grand «D», sera dirigé, semble t-il jusqu’ici, par un président dont la démocratie n’est pas de ses soucis. Entre autre, l’homme partisan des conservateurs, un ancien lieutenant québécois au chef de l’Alliance canadienne de l’époque, soit donc la branche extrémiste de cette saveur, aura durant son œuvre, comme se plaît à le dire le chef du Bloc Québécois, contré les dires du Parlement, entre autre sur les mariages gais, sur la peine de mort, etc..

Et nous le savons, ces organismes, prétendus bâtisseurs de démocratie, sont en fait des paravents qui servent aux attaques économiques, aux propagandes capitalistes, au sabotage, et aux Coups d’État orchestrés contre des pays comme le Venezuela, ou Cuba, là où le socialisme fait ses avancées, démocratiquement pourtant. Les États-Unis d’Amérique ont des dizaines de ces organismes, et le Canada de même. D’ailleurs, en ce moment même, Gérard Latulippe, l’homme en question, travaille pour le National Democratic Institute, un organisme états-unien qui donne un appui considérable aux gouvernements du Congo, de l’Irak ou même, de la Géorgie.

Déjà, l’énumération de ces trois pays soulève de vifs questionnements sur les agissements de monsieur Latulippe et de l’organisme pour lequel il travaille, quand on sait que dans ces trois pays, la corruption est de mise, et que Washington soutient ces gouvernements malgré ces faits. L’Irak fut envahi, puis un gouvernement y fut installé de suite, suivi par un travail des nouveaux escadrons de la mort. Le Congo, d’ailleurs, abrite des sociétés minières d’envergure, de provenance canadienne, ou états-unienne. Celles-ci ont maintes fois appuyé, même financé, indirectement et directement, des conflits armés, dont certains étaient menés par des enfants-soldats. La Géorgie a comme président, un homme d’extrême droite, asservi aux États-Unis d’Amérique. Il a d’ailleurs procédé à un accord avec Washington, pour bâtir un bouclier antimissile, aux portes de la Fédération de Russie, cela contrevenant aux accords sur la cessation de la course aux armements entre la Russie et les États-Unis.

«Selon un document secret, obtenu par Radio-Canada, les membres du conseil d’administration, nommés par le gouvernement fédéral, militaient pour un changement de cap de l’organisme, afin qu’il soit plus favorable à Israël.» Et monsieur Latulippe est de cette trempe, plus favorable, lui aussi, à un appui idéologique à l’État d’Israël, pour s’assurer qu’on ne critique pas ses crimes de guerre, ou ses crimes commis à l’endroit de l’humanité, ici des palestiniens ou des libanais on l’occurrence. Rappelons que dans la dernière décennie, Israël avait attaqué le Liban et la Bande de Gaza, y faisant, respectivement, 1100 morts chez les civils, et 1400 morts chez les civils. Elle avait utilisé des Armes de Destruction Massive, dont du phosphore blanc et des armes à sous-munitions.

Droit et Démocratie, comme le nouvel organisme gouvernemental que Stephen Harper voulait créer récemment, au coût de 70 millions annuellement, ne sert en fait qu’à perpétrer les volontés de la bourgeoisie, passant par les États des pays capitalistes. Mais tout de même, monsieur Beauregard, aujourd’hui décédé, avait osé financer des organismes qui osaient eux, critiquer les crimes graves d’Israël. Ce que l’on perçoit aujourd’hui, c’est que Droit et Démocratie mériterait plus lui-même, une observation d’un organisme indépendant, qui n’est pas teinté de l’idéologie vouée, du gouvernement conservateur. D’ailleurs, même ce gouvernement conservateur mériterait également l’observation d’autres organismes, étant donné qu’il brime lui-même la démocratie, en prorogeant le parlement canadien.

Posted in Article | Tagué: , , , , , | 14 Comments »

Crimes répugnants en Afghanistan

Posted by sylvainguillemette sur 24 février, 2010

https://i1.wp.com/olivier.quenechdu.free.fr/spip/local/cache-vignettes/L500xH375/OTAN-NATO-Flag-23053.jpgIl semble qu’en Afghanistan, l’Organisation Terroriste Nord-Américaine, devenue mondiale, ait encore commis des crimes contre l’humanité. Certains diront que ces tirs furent des dommages collatéraux, mais il n’y  pas d’erreur militaire, seulement des choix, et des ordres découlant directement d’officiers, sur et hors le terrain.

Il est certain que l’OTAN savait qu’il y a avait de potentielles victimes civiles au sol, mais elles ont tout de même tiré, jugeant bon de le faire, néanmoins la potentialité des victimes collatérales. Ils ont ainsi tué 27 civils, en bombardant une cible, dont ils savaient près de ces civils. C’est donc un choix, un ordre, qui a pavé la mort de ces individus au sol, tout comme l’ordre fut donné, par des dirigeants rebelles (Il existe plus qu’un groupe se battant contre l’occupation de leur pays en Afghanistan), de faire exploser des charges, malgré la présence de civils.

Justement, si les opposants à l’occupation afghane peuvent se faire accuser de terrorisme parce qu’ils ne tiennent pas compte de la présence de civils près de leurs cibles lors d’attaques, il serait admissible d’en accuser autant les forces occupantes, pour les mêmes actes. Il y a de ces chimères, qui servent de commentaires à nos journalistes de pacotille, comme par exemple, «Tipi Livni, l’ancienne ministre israélienne sous Olmert, défend l’élimination des «terroristes»», alors que madame a fait ses débuts de carrière en posant des bombes dans Gaza.

L’OTAN est donc une organisation terroriste, parce qu’elle use du terrorisme pour arriver à ses fins. C’est indéniable!

Posted in Article | Tagué: , , , , , | 18 Comments »

Harper et le Venezuela

Posted by Jean-Sébastien Vézina-Girard sur 23 février, 2010

Le ministre des Affaires étrangères du Canada a prononcé des propos diffamatoires à l’égard du gouvernement de la République bolivarienne du Venezuela. Peter Kent a dit: « Le Canada est préoccupé de la récente mesure prise par le gouvernement vénézuélien de suspendre la diffusion de six stations de télévision, de même que du décès de deux étudiants au cours des manifestations qui ont suivi. Ces événements démontrent une fois de plus une réduction de l’espace démocratique au Venezuela. »

Il est du devoir de la Société Bolivarienne/Hands Off Venezuela et de la société québécoise et canadienne de répliquer à ces allégations et prendre la rue afin d’exprimer notre mécontentement et surtout de dire que les peuples du Canada et du Québec n’appuient pas les propos de Peter Kent. De tels propos encouragent la campagne menée présentement par le gouvernement des États-Unis en Amérique latine afin d’y endiguer la montée de la gauche, et ce par tous les moyens nécessaires.

La Révolution bolivarienne, appuyée et effectuée par le peuple vénézuélien, est présentement sous tension. Une manifestation pan-canadienne s’organise présentement afin de faire ravaler les propos du gouvernement fédéral conservateur et demander réparations. Elle aura lieu le 25 février un peu partout dans le monde, notamment à Toronto, Caracas et Montréal. Rendez-vous à 17h devant le Complexe Guy-Favreau sur René-Lévesque. (Ci-joint communiqué contre les propos diffamatoires de Peter Kent à l’égard du Venezuela)

Pour plus d’informations: Société Bolivarienne du Québec

Cette déclaration survient peu de temps après que le Parlement canadien aie été prorogé pour la troisième fois depuis l’arrivée au pouvoir du gouvernement conservateur de Stephen Harper. Le gouvernement bolivarien du Venezuela a récemment appliqué la loi de responsabilité sociale de radio et télévision (RESORTE) visant à réglementer la diffusion radio et télévisée au sein du pays. Cette loi prohibe des contenus adultes pour les enfants, racistes, sexistes, les propos diffamatoires, la provocation à la violence, limite l’espace publicitaire et oblige les médias qualifiés par la loi comme nationaux à diffuser les messages du gouvernement en simultané. Cette dernière ne diffère aucunement des règles mises de l’avant par le CRTC au Canada. Or, malgré l’implantation de cette loi, divers médias privés vénézuéliens sont venus à son encontre et ont donc dû être fermées temporairement par le gouvernement. Trois des six chaînes télévisées fermées ont pu être ré-ouvertes en raison de leur conformité avec la loi RESORTE. Rappelons que la chaîne Radio Caracas Television Internacional (RCTV internacional), dont la diffusion a été suspendue en janvier dernier, avait soutenu explicitement le coup d’État en 2002 contre le gouvernement du président Chavez élu démocratiquement par la majorité de la population vénézuélienne et a depuis tenu plusieurs propos diffamatoires à l’égard de ce gouvernement tout en suscitant l’insurrection du peuple.

Le 13 janvier 2010, Noel Alvarez, président du syndicat du patronat FEDECAMARAS, a dit, en ondes, que la solution face au gouvernement bolivarien est « militaire ». Cette déclaration porte donc à l’insurrection et à la violence. En ajout, le RCTV internacional a refusé de se joindre à la diffusion radio et télévisée simultanée. Elle a donc contrevenue à la loi RESORTE votée majoritairement en Assemblée par les représentants et représentantes, élu-e-s démocratiquement, du peuple vénézuélien à Caracas. De plus, depuis environ une semaine plusieurs manifestations/démonstrations ont éclaté à Caracas des deux côtés de l’échiquier politique afin de supporter ou discréditer le gouvernement bolivarien. Plusieurs événements ont eu lieu, dont un sabotage électrique, un rationnement électrique et en eau, l’explosion d’une usine d’épuration des eaux, l’inflation du Bolivar, la fermeture temporaire de chaînes télévisées, etc. Une montée de la violence s’en est donc suivie. Du côté de l’opposition, des manifestants et mercenaires armés tirent dans les foules et ont mené à la mort de deux manifestants bolivariens. La situation a bien sûr été utilisée par les médias privée afin de culpabiliser Hugo Chavez et ainsi augmenter les tensions au sein du pays.

De l’autre côté, le gouvernement a appelé l’armée afin de contenir les foules de manifestants qui troublent l’ordre publique et posent des gestes violents. Face à cette situation, le ministre des Affaires étrangères et Commerce international s’insurge et déclare qu’au Venezuela la démocratie et la liberté d’expression est en danger. Ces propos font suite à une série d’actions et déclarations du gouvernement canadien, suivant les pas étasuniens, afin d’endiguer la gauche latino-américaine et ainsi protéger leurs intérêts financiers au sein de ces pays.

Le Canada a d’ailleurs été pris à financer à deux reprises les groupes d’oppositions au Venezuela en plus d’avoir appuyé militairement et politiquement le régime putschiste au Honduras de Roberto Mitcheletti et Pepe Lobo. Notons qu’au Canada plusieurs mesures anti-démocratiques ont été mises en branle depuis la montée au pouvoir du gouvernement conservateur, notamment par la prorogation à trois reprises du Parlement canadien afin de freiner une coalition de partis politiques (représentant la majorité de la population) et, en janvier 2010, d’étouffer toutes discussions à propos des cas de tortures de prisonniers afghans par l’armée canadienne. De plus, le gouvernement du Canada a refusé de signer la Déclarations des droits peuples autochtones à l’ONU, a empêché la chaîne Al-Jazeera de diffuser au Canada, a mis aux rencarts Kyoto et à jouer à Copenhague, tout en organisant des Jeux Olympiques illégitimes, continue une guerre illégitime et sanglante en Afghanistan, coupe les fonds dirigés à des organismes tels que Kairos et Alternatives, fait des intrusions au sein des domiciles de militants et militantes, opte pour une politique pro-Israël en changeant et coupant les politiques aidant le peuple palestinien, tente de criminaliser sournoisement l’avortement et bien plus encore!

Comment un tel pays peut-il faire une déclaration de la sorte à l’égard d’un gouvernement élu majoritairement par sa population et qui investit massivement dans les services sociaux, dans la santé et dans l’éducation et qui construit avec son peuple les bases solides d’un développement sain et pour tous et toutes? Il est du devoir du ministre des Affaires étrangères et Commerce international, Peter Kent, de bien représenter son peuple et d’approfondir ses recherches avant de divulguer de telles déclarations sur la scène internationale. De tels propos ternissent l’image des peuples vivant au Canada et au Québec et contreviennent à la souveraineté des peuples de la République Bolivarienne du Venezuela. Le Canada se doit également d’être un exemple en termes de démocratie avant de critiquer tout autre gouvernement pour ses agissements.

 Plusieurs manifestations auront lieu à Montréal, Toronto et Caracas le 25 février prochain, afin de manifester notre désaccord face à cette déclaration publique du ministre des Affaires étrangères et Commerce international, Peter Kent, et le mener à formuler des excuses publiques ainsi qu’à changer l’orientation de son gouvernement à l’égard du peuple de la République bolivarienne du Venezuela qui mène depuis plus de dix ans une lutte d’émancipation. Toronto : 365, rue Bloor East (coin Sherbourne) Face au Consulat du Venezuela 25 février 2010 – 17h Montréal : Complexe Guy-Favreau 200, boul. René-Lévesque 25 février 2010 – 17h

Ces organisations endossent le présent communiqué : Société Bolivarienne du Québec/Hands Off Venezuela, Base de Paix Montréal, Barrio Nuevo, Frente Norman Bethune, Front contre le coup d’État au Honduras, Palestiniens et Juifs Unis (PAJU), Défense de l’Humanité (chapitre Montréal), Association de campus de Québec Solidaire à l’UQÀM, Forum des Femmes de Montréal, Table de concertation et de solidarité Québec-Cuba (TQSC), Arnold August, James Cockcroft, Action Créative, Association Étudiante du Module de Science Politique (AEMSP-UQAM)

source: www.sbqc.org

Posted in Actualité, Afghanistan, Amérique du Sud, Article, États-Unis, Canada, Capitalisme, Chavez, Conservateur, Crime contre l'humanité, Droite, Gauche, Guerre, Impérialisme, Ingérence, Internationale, Manifestation, Média, Militaire, ONU, Politique, Socialisme, Terrorisme, Vénézuéla | 17 Comments »

Des États voyous au-dessus de tout!

Posted by sylvainguillemette sur 18 février, 2010

Le Mossad frappe encore et tue un cadre du Hamas, le parti élu démocratiquement au pouvoir en territoire palestinien.  Dans un palais de Dubaï, Mahmoud al-Mabhouh fut tué d’une décharge électrique à la tête par un commando composé de plus de 17 personnes, dont possiblement, certains palestiniens. Mais le Hamas clame que ces palestiniens sont plus issus d’une source du Fatah, qui tente de créer la bisbille au sein du Hamas.

Peu importe, une fois de plus, l’organisation terroriste israélienne tue, avec certes, un soutien occidental, dont celui possible, de l’Autriche, des États-Unis d’Amérique et d’autres acteurs demeurés incognitos.

Toutefois, cette fois, Interpol et les autorités de Dubaï émettent des cartes rouges, soit des mandats contre des individus, clairement identifiés et dont la rétine fut analysée par des scanners servant à la cause à l’Aéroport de Dubaï.

Israël, cet État voyou, disposant «secrètement» d’armes nucléaires, sans que cela ne fâche la communauté internationale, ne nie pas, mais jure que personne n’a de preuve contre son organisation terroriste.

Je termine la nouvelle en posant simplement la question suivante… Est-ce qu’Israël dispose, comme les États-Unis d’Amérique, de droit divin d’assassiner ses opposants, de posséder des armes nucléaires, d’utiliser des armes de destruction massive (qu’elle doit posséder pour ce!), d’utiliser la torture contre des prisonniers, politiques ou non?



Posted in Article | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 12 Comments »

Propagande populiste et promotion d’une économie inefficace, le capitalisme

Posted by sylvainguillemette sur 17 février, 2010

https://i0.wp.com/mai68.org/tracts/patrons/patrons.bmpHier, à Québec, Lucien Bouchard, cet ancien premier ministre au service de la bourgeoisie, s’en est pris ardemment contre les nouveaux intérêts, volés aux adéquistes, des péquistes. Certainement populistes, les péquistes ont adopté une ligne plus dure sur ce qu’ils nomment, leur identité nationale. Je ne m’y attarderai pas. Je ne voudrais surtout pas perdre de temps à m’embarrasser à discuter de ces sujets sans intérêt pour moi.

Ce que Bouchard passait dans son discours quant aux finances publiques, par contre, m’intéresse d’avantage, vous comprendrez. Celui-ci nous prie d’intervenir auprès des finances publiques, auprès de l’éducation et de la santé, et cela, il faut qu’on s’y attarde. D’abord parce que la position de Bouchard, ce gros paresseux quant à la pratique de la «productivité» qu’il prône, est intenable, autant moralement que dans les faits, et cela est aisément vérifiable.

D’abord, nous ne sommes pas sans savoir que Bouchard prône un capitalisme sauvage et qu’il est cosignataire du manifeste des soit disant lucides –ils se disent lucides-. Il prône ainsi, une privatisation de la santé, une participation plus mince, pour ne pas dire maigre de l’État, dans les affaires publiques, autant économiquement, que socialement, puisque l’un ne va pas sans l’autre.

Nous n’aurons pas besoin de chiffres, ceux-ci parcourent déjà les nombreux blogues et sites officiels gouvernementaux,  sinon toutes et tous savent déjà que les États-Unis d’Amérique, dont se régalent certains fanatiques aveuglés par leur idéologie, et fermant les yeux sur ses dérives criminelles ou ses ratées quant à la pratique du capitalisme, comptent plus de 55 millions (1/6 de la population) de non-couverts médicalement, sinon, plus de 49 millions de mendiants de la fameuse soupe populaire. Ce pays affiche pourtant une privatisation, non totale, mais partielle de sons système de santé, et des services en général. Il a également fait faillite, mais s’est imprimé des milliers de milliards de billets de banque pour palier à celle-ci, en sauvant ses banques et en priant les autres pays capitalistes de ce monde, d’en faire autant. Ce pays a également du faire la guerre à des dizaines de pays pour étaler son Empire, plus loin que ses propres frontières. Ce pays a renversé plus de 45 États pour s’assurer un capitalisme bien étendu, et totalitaire. Ce pays a fait assassiner des centaines d’opposants, tant militaristes que pacifistes, pour faire durer son régime. Cela, en laissant de côté ses moins nantis, ses immigrants, et ceux qui s’opposaient, même démocratiquement, à leur doctrine arbitraire et totalitaire.

André Pratte et Michel C. Auger en rajoutent, disant de Bouchard, de ce prophète apocalyptique, «que les québécois lui font confiance»… Qui s’en surprend? Pratte  est lui-même également, cosignataire du manifeste des soit disant lucides. Et de quels québécois Pratte et Auger parlent t-ils? De ceux qui ont eu pitié de sa souffrante mise à l’épreuve par la  bactérie mangeuse de chair? Ou plus sarcastiquement, des employés d’Olymel, qui l’ont affronté dans le débat qui coûta 47% de leur salaire? Le populisme n’est pas la compréhension de son auditoire.

Rappelez-vous comment Bouchard parlait de la productivité des québécois, la comparant à celle des chinois ou des mexicains, sinon même, de ces états-uniens qui sont laissés pour contre par leur propre État, utile aux seuls intérêts des riches et de la bourgeoisie. Donc, après avoir voulu mondialiser les mauvaises conditions des travailleurs de ces autres pays capitalistes, le voilà qu’il veut mondialiser le capitalisme sauvage, qui ne fonctionne pas dans ces mêmes pays capitalistes.

Ce qu’il faut comprendre, c’est que, les finances publiques, si elles semblent fragiles, elles ne seraient pas mieux sous un capitalisme plus sauvage. Pourquoi? Parce que le capital qui paie ces finances ou ces services, peu importe l’intensité du capitalisme, vient de la même poche! Si ce n’est pas l’État qui paie vos soins de santé, ce sera vous qui les paierez, à plus haut coût, parce que toutes les études le prouvent, le privé, per capita, coûte plus cher que le public, que cet effort collectif qui en vaut la peine. Et c’en sera de même avec les autres services, cela, sans même aborder le fait que de plus, certaines personnes pourraient désormais profiter de vos besoins, autant que de vos maladies, donc de ces besoins essentiels.

Bref, en bout de ligne, même si l’assainissement des finances publiques semble urgente, elle ne vous rendra pas plus riche, vous, qui payez de toute façon, pour ces services qui vous sont chers. Vos soins de santé seront plus coûteux et plus accessibles donc. Ils ne seront pas meilleurs non plus. Vos services en général seront plus coûteux, et profiteront surtout, à ceux et celles qui prônent ouvertement cette voie capitaliste, plus sauvage. Aux bourgeois, qui possèderont ces moyens de production permettant l’offre à votre demande. Ils y exploiteront également, le labeur d’autrui, comme ils le font déjà, dans d’autres domaines.

Les prolétaires se plaignent souvent que les riches ont le pouvoir, et que la politique ne sert que leur intérêt. Ils devraient plutôt se demander, ces salariés, quels sont leurs intérêts, et qui pourraient les servir, mieux qu’eux-mêmes. Les prolétaires doivent s’unir, tant au Québec que partout dans le monde, pour contrer la propagande populiste de ses adversaires de classe, qui n’ont pas les mêmes intérêts.

Mise à part la conscience du prolétariat de son appartenance à cette classe, mise à part sa conscience sur ses intérêts de classe, pour le reste, le temps travaille pour nous.

Posted in Actualité | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 9 Comments »

D’ex-militaires de l’Est envoyés par la CIA en Bolivie pour assassiner Evo Morales

Posted by sylvainguillemette sur 15 février, 2010

Le 16 avril 2009, l’unité tactique de crise de la police bolivienne donne l’assaut de l’hôtel Amérique de Santa Cruz, surprenant un groupe paramilitaire. Trois mercenaires meurent durant l’opération : le chef du commando, le Croate Eduardo Rózsa Flores (photo) ; l’Irlandais Michael Dwyer ; et le double national roumano-hongrois Árpád Magyarosi. Deux mercenaires sont arrêtés et incarcérés à la prison centrale de La Paz : le Bolivien disposant d’un passeport croate Mario Francisco Tadic Astorga ; et le Hongrois Elod Tóásó.

A l’issue de neuf mois d’instruction, le procureur Marcelo Soza a indiqué que les e-mails découverts dans l’ordinateur de Rózsa Flores ont permis d’établir que le commando préparait une opération dénommée « Tree House » (la Maison de l’arbre). Il s’agissait d’assassiner le président de la Bolivie, Evo Morales.

Le commando recevait ses instructions de l’agent Scorpion-B, qui a été identifié comme étant l’ex-colonel hongrois Istvan Belovai, décédé le 6 novembre 2009. Belovai avait été un des patrons des services secrets hongrois durant la Guerre froide. En 1984, il avait été retourné par l’OTAN qu’il avait aidée à arrêter Clyde Lee Conrad, une taupe soviétique infiltrée dans les bureaux allemands de l’Alliance atlantique. Belovai avait été découvert à son tour et condamné dans son pays à la prison à vie pour espionnage. Il avait été libéré après l’effondrement de l’URSS et se revendiquait comme le « premier soldat hongrois de l’OTAN » depuis que son pays avait rejoint l’Organisation.

Dans son pays, Rózsa Flores était un militant du parti néonazi Jobbik. Il s’était lié à Scorpion-B au cours des guerres d’ex-Yougoslavie.

Les mercenaires étaient en relation en Bolivie avec un mystérieux « Conseil suprême » qui préparait la sécession de la province de Santa Cruz et la reconnaissance de son indépendance par les États-Unis d’Amérique.

Le procureur général de Bolivie a également mis en examen un entrepreneur de Santa Cruz, Branko Marinkovic, pour avoir financé le commando de Rosza Flores à hauteur d’au moins 200 000 dollars. L’homme s’est enfui aux Etats-Unis le 26 juin. Marinkovic est un des plus importants propriétaires terriens de Bolivie, il est le fils d’un criminel oustachi ayant fuit la Yougoslavie à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Toujours selon le procureur, l’ex-président du « Comité civique de Santa Cruz » aurait été membre du « Conseil suprême ».

Source : http://www.voltairenet.org/article164023.html

Aussi à lire :

Expansion de l’OTAN, déploiements de missiles et nouvelle doctrine militaire de la Russie

Régis Debray en Bolivie et en Haïti

Washington prévoit un nouveau 11-Septembre d’ici six mois

Escroquerie anti-terroriste

L’Irak porte plainte contre les Anglo-Saxons pour pollution radioactive

Posted in Actualité, Armes, États-Unis, États-Unis d'Amérique, Bourgeoisie, Capitalisme, CIA, Conservateur, Conservateurs, Corruption, Coup d'état, Crime contre l'humanité, Crime de guerre, Croatie, Dictature, Droite, Extrême-droite, Fascisme, Guerre, Hongrie, Impérialisme, Ingérence, Lutte anti-fasciste, Militaire, Militarisme, Nazi, Néo-libéralisme, O.T.A.N., Obama, OTAN, Racisme, Réactionnaire, Républicains, Roumanie, Secte, Socialisme, Terrorisme, Terrorisme étatique, Trou du cul, USA, Violence, Washington | Leave a Comment »

Provocation?

Posted by sylvainguillemette sur 11 février, 2010

The Atlas V rocket: "19 consecutive successful launches"

J’aurais pu, ici, copier l’absurdité de la communauté internationale, et condamner ce tir de «missile»… Je ne le ferai point. J’aurais pu crier à tout vent qu’il faille sanctionner Washington, pour son inconduite provocatrice… Je ne le ferai point. J’aurais sinon pu, accuser la même capitale de ne pas avoir suivi à la règle, les règles des traités qu’elle a signés avec Moscou, il y a de cela des décennies, concernant la course aux armements, mais là encore, je ne serais pas honnête avec moi-même.

En fait, tout en félicitant ce tir réussi, j’aimerais que ne m’en prendre aux doubles mesures. J’aimerais condamner l’attitude hypocrite de cette dite communauté internationale.

Par exemple, je ne soutiens pas le régime iranien, tout au contraire, et je suis également de ceux qui voudraient qu’il tombe. Mais cela dit, est-ce que l’Iran fait quelque chose de différent de cette dite communauté internationale? La Grande Bretagne a envahi des pays, puis l’y a tenu des colonies. La France également. La Chine n’a rien à dire, bien qu’elle ne dise rien non plus. L’Allemagne… La Russie… Et les États-Unis d’Amérique, qui aujourd’hui encore, à notre époque, continuent d’envahir des pays pour y installer ses dictatures capitalistes, parfois même, en renversant des démocraties.

Si l’Iran semble effectivement provoquer les pays puissants, se permettant ce qu’ils ne permettent pas aux autres, elle a justement, non pas passé par les crimes abominables commis par ses interlocuteurs, sinon, à moindre échelle. C’est tout de même déplorable, et je condamne son attitude, comme presque tout le monde, mais comme presque tout le monde, j’aimerais bien aussi, que les États-Unis d’Amérique, et leurs semblables, paient pour leurs crimes, alors qu’ils en commettent toujours, et qu’ils ne se contentent pas de provoquer qui que ce soit. Facta Non Verba.

L’Iran est accusé de vouloir se doter d’armes nucléaires…, par des pays en possédant. L’Iran est accusé de ne pas respecter les droits humains, alors que les États-Unis d’Amérique, et leurs alliés, ne les respectent guère. L’Iran est accusé d’être totalitaire, je vous défie de passer les douanes états-uniennes, avec un chandail de Karl Marx, un tatoo du Marteau-Faucille et une casquette anti-guerre, cela, sans vous faire questionner sur ces items.

Sinon, bien, excellent lancement! Et je crois sincèrement, que c’est un pas technologique de plus, qui devrait, bien évidemment, primer sur le budget militaire que se donne Washington.

Posted in Actualité, États-Unis d'Amérique, Iran, Téhéran, Washington | 21 Comments »

La privatisation de la santé : pas question !

Posted by Reactionism Watch sur 9 février, 2010

Nous vivons dans un contexte où le gouvernement tente de trouver des solutions à la crise des finances publiques. Une des solutions proposées par les «lucides»[1] est d’imposer des tickets modérateurs et de privatiser partiellement la santé. Est-ce vraiment une solution à envisager pour redresser les finances de l’État ? NON ! S’il ne faut pas nier les problèmes de notre système de santé actuel, il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain en croyant que privatiser est une solution. Ce texte tente d’expliquer pourquoi que la privatisation partielle du système de santé au Québec est seulement non pas souhaitable, mais que cela pourrait même s’avérer problématique.

L’échec du «modèle» américain

Au Canada, nous avons la chance de pouvoir nous faire soigner «gratuitement» (c’est un grand mot cela dit) et les soins sont quand même de qualité, si nous nous comparons à la majorité des pays dans le monde. Mais de plus en plus, nos institutions sont tentées par le «modèle» américain, qui consiste à couper dans les dépenses publiques et à compter davantage sur l’entreprise privé. Même si ce modèle à failli.

Les américains sont plus que jamais conscients que leur système est très inégal pour des millions de personnes. Si cela est connu depuis longtemps, il est bon de rappeler qu’entre 45 et 50 millions de personnes n’ont aucune assurance médicale. Le prix d’une assurance pour une famille américaine de 4 personnes est d’environ 12 700$ par an, ce qui est un handicap majeur pour de nombreuses familles[2].

Et sans, sans compter que le «modèle» américain coûte beaucoup plus cher aux contribuables que le système de santé canadien. En effet, plus de 17% du PIB est accaparé par la santé aux États-Unis tandis que le pourcentage était de 9,6% au Canada en 2008.

Un système de santé privé coûte en réalité plus cher à l’État que s’il est uniquement public. Non seulement le système privé défavorise ceux qui n’ont pas les moyens d’avoir une assurance privée, il est aussi plus coûteux à l’État. Il semble même que le gouvernement américain souhaite se distancer de cette approche. Et nous ne pouvons pas accuser le gouvernement américain d’avoir des bolchéviques en son sein…

Des intérêts financiers occultes

La promotion d’un système de santé à deux vitesses est en bonne partie l’œuvre de l’Institut économique de Montréal (IEDM), qui rassemble des économistes favorables au néo-libéralisme. L’Institut croit qu’il faut ouvrir la porte à l’entreprise privée dans le domaine de la santé. Des éditoriaux au sujet de la santé paraissent régulièrement dans les journaux, et ils sont pour la plupart l’œuvre de collaborateurs de l’IEDM (Michel Kelly-Ganon, Nathalie Elgrably…). Cependant, si nous regardons de plus près, nous pouvons voir qu’il y a des raisons pour lesquelles l’IEDM appuie la privatisation partielle de notre système de santé. Sur son site, nous pouvons voir que la présidente de cet institut est nulle autre qu’Hélène Desmarais, la belle fille de Paul Desmarais.

Qui est Paul Desmarais ? Il est l’homme d’affaire le plus influent du Canada. Il possède de nombreux journaux (dont le journal La Presse) qui publient ces éditoriaux et des compagnies d’assurances. Il est fort probable que celui qui va le plus profiter d’un système de santé à deux vitesses est Paul Desmarais, qui va voir les profits de ses compagnies d’assurances monter très rapidement.

Les coûts réels du privé : l’exemple des cataractes

On nous dit souvent que le privé est supposé coûter moins cher et être plus efficace que le système public. En réalité, c’est loin d’être le cas. En regardant l’exemple d’une opération de la cataracte, les hôpitaux sont capables de faire cette chirurgie pour environ 450$. Mais, à cause du manque de médecins, plusieurs clients doivent être référés à des cliniques privées. Il en coûte 1000$ au gouvernement pour chacune des opérations faites dans le privé…

Un début de conclusion…

Beaucoup de médecins et d’infirmières affirment que la source du problème de notre système de santé vient du manque de professionnels dans le milieu hospitalier. Nos universités ne forment pas assez de médecins pour répondre à la demande, et les infirmières sont à bout de souffle de devoir faire constamment des heures supplémentaires pour palier à la pénurie de personnel. Beaucoup trop de médecins formés à McGill et dans les autres universités Québécoises s’en vont travailler aux États-Unis ou dans d’autres provinces, alors que ce sont les contribuables du Québec qui paient en bonne partie leurs études.

Il ne faut pas oublier non plus que les cliniques privées travaillent pour le profit, et non pour rendre un service essentiel à la population. Suivant cette logique capitaliste, il n’est pas surprenant de constater que les opérations et consultations faites du côté du privé coûtent beaucoup plus cher à l’État que le système public, qui ne travaille pas pour faire du profit.

Même si tout n’est pas parfait, il y a néanmoins des pistes de solutions à envisager. Comme par exemple reconnaître davantage les diplômes universitaires de l’étranger et faire des formations d’appoints sur le lieu de travail pour ceux et celles dont les qualifications sont plus «basses» qu’au Canada. De plus, nous devrions davantage investir dans la prévention.


[1] Les «lucides» sont des économistes et des politiciens associés à la droite économique. En 2005, ils ont signés un manifeste qui prônait entre autre le dégel des frais de scolarité, des privatisations et des hausses des tarifs afin de répondre au déclin démographique du Québec. Leurs propositions ont été très critiquées par ceux que l’on appelle les «solidaires».

[2] National coalition on health care, «Health insurance costs», http://www.nchc.org/facts/cost.shtml

Posted in Santé | 8 Comments »

Tragédie au Connecticut

Posted by sylvainguillemette sur 7 février, 2010

Many are feared dead after an explosion at a Middletown, Conn., power plant.

Ce billet sera bien différent des autres, auxquels vous êtes habitué de ma part. Mais j’insiste…

Je tiens à souligner la tragédie ayant coûté la vie de nombreux prolétaires états-uniens, ce matin, au Connecticut. Possiblement 5 travailleurs d’une centrale électrique, alimentée au gaz, aurait péri dans ce qui semble être une explosion d’un conduit gazoduc.

Je tiens donc à préciser, qu’il s’agit là d’une grande perte, pour le prolétariat. Oublions un instant nos différents avec cet État voyou, et ne tenons ici compte que du fait qu’il s’agit là, de travailleurs salariés, comme vous et moi chers prolétaires.

J’offre donc aux familles de ces travailleurs, mes sincères condoléances, tout en soulignant, qu’encore une fois, les véritables risques sont toujours pris par le prolétariat, et non par cette minorité parasitaire qui ne fait qu’investir un capital, pour s’autoproclamer méritante du labeur de ceux qui s’investissent véritablement pour créer la richesse.

Mes sincères pensées sont donc avec vous, chers travailleurs et familles états-uniens, éprouvés par cette épouvantable tragédie.

Posted in Actualité, États-Unis, Bourgeoisie, Connecticut, Lutte de classe, prolétariat, Tragédie, USA | 17 Comments »

Call of Duty Modern Warfare 2 – propagande anticommuniste

Posted by sylvainguillemette sur 7 février, 2010

https://i0.wp.com/files.fluctuat.net/IMG/jpg/mw-1.jpgMa critique aujourd’hui, s’arrête sur un jeu, pour faire changement. Étant moi-même un «gamer», jargon qu’utilisent les joueurs pour se décrire, j’essaie régulièrement des jeux vidéo, de guerre préférablement. Je ne suis pas pour autant militariste, et je sais discerner la réalité de la fiction. Malheureusement pour eux…

Récemment, Activision sortait sa célèbre suite de «Call of Duty –Modern Warfare 2», une suite bien attendue chez les «gamers». Ce jeu défie certes, l’ensemble des jeux vidéo de la sorte. On nomme ce type de jeu «first person shooter», soit tireur à la première personne. On y joue donc un rôle plutôt militaire, et on bute tout ce qui bouge. Graphiquement, et autant dans les scénarios, et l’activité superficielle qui entoure l’action du rôle principal, on ne peut qu’en dire qu’il est époustouflant.

Or, ce jeu a soulevé un tollé dans les parties du monde, où le socialisme fait ses avancées, et pour cause. Certains médias de jeux vidéo rapportent, incorrectement, les propos d’Hugo Chavez, président démocratiquement élu du Venezuela, sur les jeux vidéos. Par exemple, «Gamepro», «Hardgamers», «pspgen», «generation-nt», «gamalive», «gamefocus», «ign» et bien d’autres, rapportent que Chavez dit des jeux vidéo qu’ils sont un poison capitaliste. Mais est-ce que les accusations de président démocratiquement élu du Venezuela sont exactes? Malheureusement oui, dans le cas du jeu dont nous parlerons.

Dès le début du jeu, la propagande est omniprésente, le narrateur banalise la mission illégale et illégitime en Afghanistan, prétextant les «bonnes raisons» pour lesquelles l’OTAN et l’ONU s’y trouvent, mais ne rapportant pourtant pas les contradictions évidentes de cette présence in désirée par les afghans. Le narrateur n’aborde par exemple pas, la dictature de monsieur Karzaï, qui ne fut jamais élu par le peuple dans toute l’histoire de l’occupation par l’OTAN. Le narrateur se contente de dire que la démocratie passe par la victoire, et les armes, et que seuls les vainqueurs écrivent l’histoire. Que l’Afghanistan est une mission juste… On n’en vante pas les crimes de guerre qui y sont pourtant perpétrés par les forces de l’OTAN et de l’ONU, on n’y dit pas non plus, que les forces occupantes utilisent des Armes de Destruction Massive, ou des armes chimiques, dont le phosphore blanc. On ne dit pas dans le jeu, qu’il y a meurtre quotidien, des occupés. Sinon, que les prisonniers afghans sont systématiquement torturés, et encore, on ne pourrait qu’autoproclamer cette torture juste, bien entendu. Il n’y est pas dit non plus, que la mission en Afghanistan avait débuté en 1998, soit donc avant le 11 septembre 2001, avant les supposés attentats du World Trade Centre. Tout est en accord avec les forces de l’OTAN, à croire que l’OTAN elle-même a écrit le scénario du jeu.

Plus loin, après les premières missions, le chat sort du sac. Le nouvel ennemi mondial revient d’entre les morts, comme une répétition de la vieille propagande de Ronald Reagan. Les communistes sont à notre porte!

Vous interprétez, comme si de rien n’était, un agent de la C.I.A., et aussi banalement que cela puisse paraître, vous êtes un héros sans contestation, selon le narrateur et le concept du jeu. Or, on connait aujourd’hui la CIA pour ses nombreux crimes de guerres, ses crimes contre l’humanité, les écoles de torture qu’elle a fait ériger dans l’Amérique latine toute entière -voire le monde-, ses enlèvements, ses séquestrations d’opposants idéologiques, ses meurtres politiques, ses tueries de masse, bref, son terrorisme. De plus, l’organisation terroriste la mieux financée du monde, joue un rôle clé dans ce jeu, comme si elle sauvait le monde d’un avènement dangereux, le communisme.

Plus loin, cet agent de la CIA, en opération en Russie, se fait passer pour un membre d’une organisation terroriste «communiste» et doit, pour passer pour l’un des leurs, buter le plus de civils possibles dans un aéroport du pays. Gratuitement, on vous invite à buter des civils, qui vous implorent, mais cela, tout en faisant croire que les communistes auraient de ces intentions. Pourtant. Qu’est-ce qu’un mouvement communiste, sinon justement, un mouvement populaire, bourré de civils simplement salariés, qui en ont marre de l’exploitation de leur labeur? Cette mission m’a moi-même, levé le coeur.

En quoi est-ce que le fait de remettre en question le capitalisme, vient se lier avec les machinations des concepteurs de ce «jeu poison»? Le joueur moderne ne connait pas grand-chose du communisme, et tout ce qu’il connaîtra, à la fin de ce jeu, sera manifestement faux, et pourtant, propagé directement des bureaux de l’Organisation terroriste la mieux financée du monde, la CIA. Il dira des communistes, que ce sont des terroristes, «chummys» des islamistes radicaux… Or, il n’y a aucun lien entre ces mouvements, et je mets au défi les concepteurs du jeu de prouver le contraire, ainsi que les défenseurs de ce scnéario monstrueux.

Les communistes n’ont d’abord aucun avec les islamistes extrémistes et radicaux, auxquels dans ce jeu, on prête cette amitié distincte. Mais justement, ces radicaux «terroristes», dans la vraie vie, furent financés, armés et entraîné par cette même CIA qui incarne le patriotisme et l’héroïsme états-unien dans «Call of Duty Modern Warfare 2». Dans les années 1980, la CIA a financé Al-Qeada à coups de milliards. Aujourd’hui encore, la CIA orchestre des attentats terroristes, que ce soit en Iran, ou dans les pays d’Amérique latine tentés par le socialisme. Le Coup d’État raté de 2002 contre Hugo Chavez, fut l’une de ses œuvres. Le Coup d’État réussi contre Zelaya au Honduras, est l’une de leurs œuvres aussi. Les meurtres de personnages historiques, comme Patrice Lumumba de l’Angola, sont aussi de leurs belles œuvres humanitaires. La CIA se vante également d’avoir tué bon nombre de vietkongs, et de vietnamiens de toutes sortes, sans aucun remord, ni regret. La CIA a fomenté plus de 45 Coups d’État, et au moins autant de renversements d emouvements populaires, cela mon cher lectorat, avec les armes, ni plus, ni moins. Elle a fait tué des dizaines de milliers de personnes au Nicaragua, en finançant illégalement, les Contras. Elle a importé de la drogue dans ses propres frontières, elle dispose d’ailleurs de sa propre ligne aérienne pour ce, «Air America». La CIA est incontestablement l’oragnisation terrroiste la mieux financée du monde, et demeure impunie, même vénérée, comme on peut le voir dans cet ouvrage bâclé, ou destiné à réécrire l’histoire et les faits.

Cette organisation terroriste joue pourtant, dans «Call of Duty Modern Warfare 2», un rôle de héros, mais les faits historiques réels rendent ce jeu purement imaginaire, mais là n’est pas le souhait des concepteurs du jeu. Il s’agit de pure propagande, destinée à éveiller la haine des jeunes amateurs de jeux vidéos, envers les socialistes, qui pourtant, n’ont aucune intention d’aller buter la galerie de civils qui attendent leur avion à l’aéroport. Les communistes se battent pour l’abolition du salariat, point final. Ils n’ont pas de haine pour les occidentaux, il y a des occidentaux communistes… Ils ne détestent pas les états-uniens, il y a des communistes états-uniens… Ils ne haïssent pas, non plus, la liberté, ou la démocratie, ils se battent pour qu’elle soit véritable, et non fictive, comme dans le système capitaliste, où le capital, finalement, est le véritable dictat. Les communistes se battent pour la liberté de ne plus se faire exploiter par cette minorité parasitaire bourgeoise, non-élue, non-méritante, et totalement inutile à notre existence -sauf dans un système qui excuse son parasitisme-.

Le système capitaliste, quoiqu’un disent les compagnies de jeu vidéo, est la plaie de cette humanité. Les guerres des 50 dernières années sont le résultat d’un Empire étendant ses frontières. L’Afghanistan en est un exemple patent. Et pourtant, ces mêmes concepteurs bénissent cette guerre, et font un effort hors du commun pour la banaliser tout au long de l’introduction du jeu. Le capitalisme mène à l’Impérialisme, indéniablement. Les jeux vidéos, jusqu’ici, font le jeu des capitalistes, de cet impérialisme. Ils étendent entre autre, la propagande dictée par le dictat actuel international.

Est-ce que «Gamepro», «Hardgamers», «pspgen», «generation-nt», «gamalive», «gamefocus», «ign», seraient prêts à vanter un jeu où, on bute du ricain, et où on définit ce ricain comme un gros porc antidémocratique, ne voulant que tout buter sur son passage? Est-ce que ces façades capitalistes oseraient, par exemple, critiquer l’impérialisme de Washington? Oseraient-ils féliciter un jeu où les États-Unis sont l’ennemi mondial, et le terrorisme d’État par excellence? Laissez-moi en douter!

Call of Duty Moderne Warfare 2, est un «hit» à ne pas rater en ce qui attrait à ses graphiques, bref, aux efforts mis par l’équipe qui l’a conçu, mais c’est aussi un poison, conditionnant les joueurs à détester tout ce qui serait communiste, ou islamiste. C’est un jeu qui banalise le meurtre des communistes, l’invasion de pays souverains pour des raisons économiques et idéologiques, et c’est un jeu qui prépare la nouvelle génération de chair à canon à tuer du communiste.

Call of Duty 6 est véritablement un poison hors du commun, je vais dans le même sens que Chavez. Toutefois, plutôt que de répandre son fiel anti-états-unien, Chavez devrait plutôt s’acharner à créer ses propres jeux vidéos, j’en achèterai pour sûr!

Posted in Actualité, Afghanistan, Armée, États-Unis, Bolivie, Bourgeoisie, Call of Duty, Capitalisme, Chavez, CIA, Communisme, Contras, Coup d'état, Crime contre l'humanité, Crime de guerre, Démocratie, Dictature, Drogue, Droite, El Salvador, Extrême-droite, Gauche, Guerre, Impérialisme, Internationale, Lutte de classe, Malinformation, Manipulation, Militaire, Militarisme, Mouvement ouvrier, Néo-libéralisme, Nicaragua, Obama, Occupation, Omar Ahmed Khadr, Populisme, Propagande, Racisme, Réactionnaire, Ronald Reagan, Socialisme, Téhéran, Terrorisme, Terrorisme étatique, Trou du cul, USA, Vénézuéla, Violence, Washington | 9 Comments »