Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Des États voyous au-dessus de tout!

Posted by sylvainguillemette sur 18 février, 2010

Le Mossad frappe encore et tue un cadre du Hamas, le parti élu démocratiquement au pouvoir en territoire palestinien.  Dans un palais de Dubaï, Mahmoud al-Mabhouh fut tué d’une décharge électrique à la tête par un commando composé de plus de 17 personnes, dont possiblement, certains palestiniens. Mais le Hamas clame que ces palestiniens sont plus issus d’une source du Fatah, qui tente de créer la bisbille au sein du Hamas.

Peu importe, une fois de plus, l’organisation terroriste israélienne tue, avec certes, un soutien occidental, dont celui possible, de l’Autriche, des États-Unis d’Amérique et d’autres acteurs demeurés incognitos.

Toutefois, cette fois, Interpol et les autorités de Dubaï émettent des cartes rouges, soit des mandats contre des individus, clairement identifiés et dont la rétine fut analysée par des scanners servant à la cause à l’Aéroport de Dubaï.

Israël, cet État voyou, disposant «secrètement» d’armes nucléaires, sans que cela ne fâche la communauté internationale, ne nie pas, mais jure que personne n’a de preuve contre son organisation terroriste.

Je termine la nouvelle en posant simplement la question suivante… Est-ce qu’Israël dispose, comme les États-Unis d’Amérique, de droit divin d’assassiner ses opposants, de posséder des armes nucléaires, d’utiliser des armes de destruction massive (qu’elle doit posséder pour ce!), d’utiliser la torture contre des prisonniers, politiques ou non?



12 Réponses to “Des États voyous au-dessus de tout!”

  1. americocorico said

    À quand votre conversion à momo et à toute sa bande?

    Et non, je ne prend pas plus pour les juifs.
    Je n’aime ni l’un, ni l’autre.

    islamo-gauchiste…
    Il me semblait que les communistes était contre la religion… mais si une religion est contre l’occident, alors là! on est près à tout!!!

  2. clusiau said

    Financé par les USA, l’État voyou a tous les droits dont l’Empire lui-même dispose. Seul sa destruction l’arrêtera.

  3. sylvainguillemette said

    Où voyez-vous dans ce texte, un appui à l’Islam?

  4. sylvainguillemette said

    Moi, ce que je vois plutôt, c’est un imbécile heureux, caché derrière un pseudonyme, qui appuie un meurtre,ou qui ne le condamne pas du moins. <

    C'est finalement, une fois de plus, l'aveuglement idéologique de Americocorico qui prend le dessus!

    Je ne crois pas aux sectes…, y compris au judaïsme, mais surtout, j'ai en horreur les sionistes et les catholiques qui font chier les autres, dans d'autres pays que le leur. Un meurtre, c'est un meurtre, ne vous en déplaise.

    Et pour vous renvoyer votre diatribe maladroite, vous vous offusquez de tout ce qui dénonce la participation de vos copains de Washington, à des crimes crapuleux, comme des meurtres. C'est pathétique.

  5. americocorico said

    Selon Janet Daley, la politique d’immigration massive du gouvernement a été menée pour remodeler le tissu social britannique.

    Alors maintenant nous connaissons le but réel de la politique d’immigration massive du parti travailliste. La ‘porte ouverte’ n’était pas juste une porte entr’ouverte pour accueillir de la main d’œuvre nouvelle qui nous aiderait à combler les manques dans l’économie en pleine croissance. Pas plus qu’un simple geste d’hospitalité et de bonté envers ceux qui fuyaient des régimes répressifs et inhospitaliers dans le but de trouver une vie meilleure. Ces deux versions auraient été crédibles même si elles étaient controversées et pas envisagées avec toutes leurs conséquences.
    Comme aurait pu l’être la vision à long terme que les sociétés cosmopolites dynamiques sont en général en meilleure santé et plus productives que la société isolées et enracinées (in-bred) ou que les immigrés qui sont censés être les plus ambitieux pour eux et pour leurs familles pourraient aider à lutter contre l’atonie (passivity) et le défaitisme qui tend à devenir endémique dans la société britannique de classe. Mais comme on le voit (as it turns out, litt: comme cela se révèle), cette politique était motivée par quelque chose de bien plus radical et fondamental que tous cela.
    Le texte entier d’un projet de politique écrit en 2000 par un bureau de recherche du Ministère de l’Intérieur -dont l’essentiel avait déjà été rendu publique par un ancien conseillers travailliste- a été révélé la semaine dernière au nom de la liberté d’information. Pour le dire clairement, c’est de la dynamite politique. Il révèle sans aucune ambiguïté que la politique d’immigration massive a été encouragée au moins autant pour satisfaire des « buts sociétaux » que pour des buts économiques. L’immigration a été délibérément pensée pour altérer les données démographiques et culturelles du pays: pour produire par force majeure (en français dans le texte) les changements de comportement dont le gouvernement travailliste se voulait le symbole. Le discours sur les « forces du conservatisme » de Tony Blair; son improbable vision de la Grande-Bretagne comme un « pays jeune »; la défense d’une société multiculturelle qui aurait à reconsidérer sa propre histoire, en remplaçant la fierté traditionnelle par une culpabilité héréditaire: tous ceci serait facilité par un immense afflue de migrants dont la préséance dans la population impliquerait une énorme déconstruction du patriotisme et de l’identité nationale.
    Cela peut semble un peu tiré par les cheveux maintenant, mais essayer de vous rappeler quelle arrogance la vague du Nouveau parti travailliste a apporté avec elle: le mépris pour l’histoire et l’arrogance de l’Année Zéro avec laquelle ils ont commencer à «moderniser » les institutions nationales. C’était, il faut leur reconnaître, un grand exemple de la nouvelle direction que les parties de gauche ont été forcé de prendre après l’effondrement de l’idéologie marxiste. Ayant perdu les grands combats économiques du 20ème siècle, la gauche a déplacé son action sur le sociétal lui-même: si l’humanité ne pouvait être transformé par la redistribution des biens et l’économie dirigée, alors elle le serait par l’altération des relations sociales. L’objet de préoccupation était toujours de produire, selon des termes des chansons protestataires de gauche, un « nouveau monde » basé sur un « homme nouveau ».
    Mais maintenant l’homme nouveau (pardon, l’individu) serait formé non plus par des bouleversements du pouvoir du capital ou de la possession des biens de production, dans ces habitudes et ces comportements culturels. L’expression « changement des consciences » qui avait autrefois signifié la prise de conscience par le prolétariat de sa propre servitude, signifie maintenant la conscience montante des injustices sociales, comme l’intolérance aux différences culturelles, les inégalités sociales ou la discrimination envers les minorités. Mais les sous-entendu étaient toujours d’autocritique et la culpabilité personnelle: l’indigène britannique doit être entrainer (littérairement, par le système scolaire) à remettre en cause l’acceptabilité de ces propres attitudes, à jeter le doute sur ces propres motivations, à condamner sa propre identité et histoire nationale, à supporter le blâme même pour les malheurs des nouveaux arrivants -dont la conduite ne saurait être qu’une conséquence de la manière horrible dont ils sont traités par la population d’accueil.
    Dans ce programme pour ce nouvellement crée esprit britannique, il y avait tout un paquet de présupposée subliminaux, qui ont été adapté de l’ancienne doctrine gauchiste: solidarité international plutôt que la souveraineté nationale, « égalité sociale » plutôt que l’accomplissement individuel. C’était une originalité de la vanité du nouveau parti travailliste d’avoir en fait essayé de persuader le pays que, sous la miraculeuse administration de Blair, il pourrait y avoir les deux cotés de ces choix en même temps. Mais la conséquence du nouveau pays qu’il construisait, et le rôle que l’immigration était appelée à jouer dans sa création, violaient toutes les règles les plus élémentaires du processus démocratique: on a jamais dit à l’électorat qu’il votait pour ce projet. Le but de la révolution sociétale encouragée par j’afflue d’une énorme variété de cultures diverses, qui apporterait à la fois le besoin et le prétexte pour remodeler la vie britannique.
    Cela a pu être relativement nouveau (au moins au Royaume-Uni) comme mouvement politique, mais ce fut bien dans l’objectif traditionnel des mouvements de gauche, qui est de transformer la nature humaine. Quand vous décider de soutenir soit un parti de droite soit un parti de gauche, vous faites en réalité un choix sur le but que doit avoir la politique. Si vous pensez que c’est la fonction du gouvernement de changer et de déterminer la perception et les réactions des gens -leurs sentiments les plus profond sur eux-mêmes et leur rapports aux autres- alors vous devrait probablement opter pour la gauche. Si vous adopter le point de vue selon lequel l’Etat ne devrait s’intéresser qu’au comportement – qu’aux actions des gens, surtout dans la manière ou cela affecte les autres, plutôt qu’à leur pensée ou leur sentiments- alors vous devrait plutôt soutenir la droite. Tout est donc question de savoir si vous voulez que les politiques s’occuper de ce qui se passe dans votre tête autant que des évènements dans le monde réel.
    Mais bien sur, depuis les années 1960, quand « l’élévation de la conscience » est devenue le refrain de tous les groupes qui voulait le changement dans n’importe quel milieu, presque tous les partis ont eu à adopter plus ou moins ce discours. C’est devenu une partie du bréviaire de base du politiciens de suggérer des manières dont la vie et l’attitude des électeurs devrait être influencé ou dirigé. Il n’y a guère de chef de parti qui oserait aujourd’hui dire que cela n’est en rien ses affaires ou celles de son gouvernement Presque personne ne semble prêt à traiter du danger évident: si la politique devient un substitut à la religion en prenant sur sois la responsabilité de transformer la nature humaine alors les politiques, pour tout le monde, deviendront des prophètes et des prêtres. Pour l’instant, je ne peux pas imaginer une idée plus absurde.

    http://www.telegraph.co.uk/comment/columnists/janetdaley/7231568/Immigration-a-plan-to-alter-the-nations-soul.html

  6. sylvainguillemette said

    «Cela peut semble un peu tiré par les cheveux maintenant, mais essayer de vous rappeler quelle arrogance la vague du Nouveau parti travailliste a apporté avec elle: le mépris pour l’histoire et l’arrogance de l’Année Zéro avec laquelle ils ont commencer à «moderniser » les institutions nationales. C’était, il faut leur reconnaître, un grand exemple de la nouvelle direction que les parties de gauche ont été forcé de prendre après l’effondrement de l’idéologie marxiste. Ayant perdu les grands combats économiques du 20ème siècle, la gauche a déplacé son action sur le sociétal lui-même: si l’humanité ne pouvait être transformé par la redistribution des biens et l’économie dirigée, alors elle le serait par l’altération des relations sociales. L’objet de préoccupation était toujours de produire, selon des termes des chansons protestataires de gauche, un « nouveau monde » basé sur un « homme nouveau ».»

    N’importe quoi… Le marxisme est toujours d’actualité, c’est tout simplement qu’on ne peut pas appliquer un modèle économique en un seul pays. C’en serait pareil d’un capitalisme isolé sur Cuba, imposé d’un embargo, et attaqué de toutes parts par un socialisme qui utiliserait les armes pour se légitimer. Dans l’art de dire n’importe quoi, vous excellez!

    Dans la fin du 20e siècle, vos copains états-uniens ont mis l’Amérique du sud à feu et à sang, pour s’assurer de l’inexistence possible du socialisme. Tous les pays d’Amérique latine ont été envahis, puis occupés, et gouvernés par la suite, par des dictatures militaires de droite économique. Osez le nier. On ne parle donc pas de défaite du marxisme, mais d’Impérialisme du capitalisme pauvre ignare. Et c’est ce, sans parler des 4 millions de morts qu’ils ont fait au Vietnam, pour s’assurer, sans victoire pourtant, de la mort du socialisme.

    Des bains de sang, voilà ce qu’a fait le capitalisme pour contrer son adversaire idéologique! C’est d’ailleurs, en plus de mentir, tout ce que sait faire ce modèle patent de parasitisme économique pour se donner victoire et bonne conscience. Ensuite viennent les tarés de votre espèce, pour minimiser les effusions de sang…

    «solidarité international plutôt que la souveraineté nationale, « égalité sociale » plutôt que l’accomplissement individuel.»

    Encore n’importe quoi. Les marxistes ne prônent à peu près jamais, la souveraineté nationale, ils ont en horreur le nationalisme d’ailleurs. Les communistes d’antan, ont soutenu les juifs, les arabes, ou peu importe qui ils étaient, dès qu’ils goûtaient au racisme des autres.

    «Cela a pu être relativement nouveau (au moins au Royaume-Uni) comme mouvement politique, mais ce fut bien dans l’objectif traditionnel des mouvements de gauche, qui est de transformer la nature humaine.»

    La nature humaine? La nature humaine, donc, selon vous, serait de nous entredéchirer, de nous faire compétition sans cesse, etc..? Vous avez étudié la nature humaine? Et pourtant, ma nature à moi, elle est humaine, et elle n’est pas d’accord avec votre nature… C’est peut-être, au fond, le darwinisme qui fait son œuvre. Il y a ceux qui veulent vivre ensembles, sans exploitation d’autrui, et les autres, comme vous, plus opportunistes, égoïstes, sans «âme» de partage, etc.. Peut-être est-il temps de faire la grande guerre de l’évolution après tout? Quel con…

    La nature humaine…., pas croyable!

    «Tout est donc question de savoir si vous voulez que les politiques s’occuper de ce qui se passe dans votre tête autant que des évènements dans le monde réel.»

    Question de simplifier les choses, la droite ne perd pas de temps ici, en coupant les coins ronds… Je crois, moi, que la droite est conservatrice, qu’elle ferme les yeux sur des faits pourtant observables, comme l’exploitation du labeur d’autrui, comme les crimes de guerre, comme les crimes contre l’humanité, etc.. Dans notre ère en tout cas, c’est le cas.

    «si la politique devient un substitut à la religion en prenant sur sois la responsabilité de transformer la nature humaine alors les politiques, pour tout le monde, deviendront des prophètes et des prêtres. Pour l’instant, je ne peux pas imaginer une idée plus absurde.»

    Et moi, je ne peux pas imaginer plus absurde que de fermer les yeux sur l’exploitation du travail d’autrui, l’enrichissement d’une minorité, et les crimes qui accompagnent ces faits, pour s’assurer de ces faits.

    Et la prochaine fois mon cher lecteur préféré, ne vous donnez pas la peine de copier le texte en entier, contentez-vous de nous donner l’adresse. Vous polluez notre blogue avec vos prétentions capitalistes. Je serai obligé, la prochaine fois, de couper le texte et de ne laisser que vos propos à vous.

  7. sylvainguillemette said

    Des coupures de journaux, je peux en copier des tas, et ils ne seraient pas reluisants à l’endroit de votre société mince, égoïste et individualiste. Nous sommes une humanité, non pas des groupes de financiers, toujours prompts à se faire du blé facile sur le dos d’autrui. Ce n’est pas dans la nature humaine, que de profiter des misères d’autrui, mais plutôt, et clairement, le reflet d’un conditionnement propre à cette idéologie.

    Si vous élevez vos enfants à votre façon de penser, il y a de fortes chances que vous prouviez mes dires. Et si j’élève les miens à ma façon, il y a de fortes chances que je puisse approuver mes dires. le conditionnement crée la nature humaine, autrement dit, la nature humaine n’existe que sous le conditionnement propre qu’un enfant obtient dans son épanouissement.

    Un cubain, par exemple, a le goût de partager, de faire des sacrifices pour que son peuple ait des services médicaux, éducationnels, etc.. D’autre part, le riche individu dont le cerveau fut lavé, aux États-Unis d’Amérique, se fiche éperdument des conditions dans lesquelles, son voisin se lasse.

    Vos conclusions sont obstinément fausses. Dommage.

  8. americocorico said

    Centre-droite jusqu’à l’extrême-droite, nous vous surveillerons jusqu’à votre pulvérisation totale de la province du Québec. Par la suite, ce sera au Canada. Puis, en Amérique et, finalement, de toute la planète Terre.

    Merci au capitaliste d’avoir arrêter le communisme! Imaginer la tuerie… c’était la guerre froide mister, l’occident et l’URSS… Vous ne pouvez vous permettre de les laisser gagner… et même vous, vous avez affirmer que Staline et toute sa bande étaient des fous aliés..

    Et bien, au lieu de critiquer la démocratie, pourquoi ne pas essayer de l’améliorer à la place?

  9. sylvainguillemette said

    Le capitalisme n’a rien arrêté, et l’anticommuniste a tué plus que le stalinisme, et le maoïsme réunis, ne vous en déplaisent. Le seul carnage du Vietnam, en a fait 4 millions, inutiles. Des sociétés privées, comme Monsanto, font partie de vos amis maintenant, puisqu’ils ont créé l’Agent Orange, qui aura constitué l’arme la plus redoutable des GI au Vietnam…, contre ce que vous nommez, des «communistes»*.

    Le communisme, de plus, n’a jamais existé sous la forme qu’il aurait dû revêtir, et ça, votre psychologue de pacotille ne l’a pas noté, c’est étrange. Le communisme, ce sont ces «soviets», qui n’ont jamais remplacé l’État, comme le demandait le projet d’Engels et de Marx. D’ailleurs, aucun pays, soit disant communiste, n’a pu se départir de son État. C’est signe qu’ils ne pouvaient être, qu’au maximum, au socialisme.

    Ensuite, le fait de désirer un monde sans exploitation de notre labeur, n’a rien là, d’extrémiste. Par contre, le contraire, que la minorité exploitant notre labeur, soit prête à prendre les armes et à renverser toutes démocraties, qui l’oseraient se débarrasser du parasitisme de ces mêmes, que sont les bourgeois, ça, c’est quelque chose!

    Cuba n’a pas renversé d’État. Elle n’a pas envahi un pays, pour y imposer sa «doctrine»… Elle n’a pas d’armes de destruction massive… Elle n’impose aucune sanction à quiconque… Elle ne fait pas assassiner des présidents, encore moins s’ils sont démocratiquement élus…

    Bref, des pays comme Cuba, ou le Venezuela, ne font pas les crimes ignobles que vos copains font…, à Washington, ou à Ottawa. Je ne soutiens pas de pays perpétrant des crimes de guerre, ou des crimes contre l’humanité, moi. Encore là, chacun sa spécialité.

    La guerre froide «mister»? Ben allons! L’«Union Soviétique» était aussi «soviet» que Staline était sans pilosité faciale! La Chine appliquait un nationalisme aveugle, prônant le culte de la personnalité, alors que le communisme en prônait tout à fait le contraire. N’importe quoi! C’était une chicane entre plusieurs Empires…, malheureusement! J’aurais préféré, sincèrement, cette dite effusion de sang.

    Oui, Staline était un fou à lier. Parce qu’il était un contrerévolutionnaire, oeuvrant finalement, peut-être même sans le savoir, pour la bourgeoisie réactionnaire. Je l’aurais lié, à un chemin de fer, si cela avait pu éviter les suites de la révolution de 1917. Mais cela ne remet aucunement en question, le communisme comme économie. Aucunement. Ce dernier n’a jamais existé. Malheureusement aussi, et aujourd’hui, ce sont les États-Unis d’Amérique, et leurs petites putes, dont le Canada, qui tuent des masses de gens. Ils le font pour assouvir les soifs interminables de la bourgeoisie, cette minorité parasitaire, qui pullule, sans raison apparente, autre que notre exploitation dans notre humanité. L’exploitation de mon labeur est dispensable, cela n’empêche en rien l’humanité d’avancer, admettez-le. Eh bien! C’est tout ce que demandent les communistes.

    Oui, on devrait améliorer la démocratie, mais non pas en appliquant à la lettre, un système économique qui la défavorise. Il n’est nullement possible de rendre justice, dans un système qui déjà, permet l’exploitation du labeur d’autrui. On débute déjà, dans le totalitarisme. Certes que je suis pour l’amélioration du système démocratique. Commençons par rendre révocable nos élus, et ce, en tout temps. Choisissons-les pour leurs compétences, et non parce que les conditions leur rendent la tâche plus facile pour ce.

    Je veux bien, moi, améliorer la démocratie, mais sans la possibilité égale pour tous, elle est impossible. Et d’y permettre un droit divin de s’enrichir sur le labeur d’autrui, cela affecte considérablement les chances de son existence.

    Et cessez, je vous prie, de nous attaquer sur le communisme, si vous êtes incapable de préciser ce qu’est, le communisme. Tenez, qu’est-ce que c’est, le communisme? Et où, une fois que vous saurez ce que c’est, en avez-vous vu des traces pour la dernière fois? Moi, je ne connais aucun pays communiste, car d’ailleurs, ce pays n’aurait plus été…, puisque son État se serait volatilisé, et que, l’ONU** ne reconnait que les États sur cette Terre, elle qui est si démocratique…
    *Y avait-il des soviets, comblant le pouvoir de l’État? Non. Ce n’était pas du communisme, et l’attaque du porte avion fut une histoire machinée par Washington, pour faire démonstration de sa monstruosité.

    ** Il y a à l’ONU, des droits de VÉTO, dont 5 membres permanents sont possesseurs. C’est déjà, l’absence de démocratie, au sein de la «démocratie elle-même»… Sans parler du fait que l’ONU condamne les ADM, surtout les armes nucléaires, mais ces mêmes États permanents, possèdent des ADM, dont ces dites armes nucléaires.

  10. sylvainguillemette said

    Mais… on s’écarte là. Israël, que l’on aime l’idée ou non, a utilisé la méthode terrorisante pour se débarrasser d’une menace. Elle a voulu donner un exemple par ce geste. Le Hamas pourrait donc, sans que vous ne les accusiez de quoique ce soit, assassiner un membre important du Conseil israélien. Ce serait de bonne guerre.

  11. americocorico said

    Projet immobilier de 2G$ à la Mecque par le groupe Ben Laden;
    50 m de plus que les tours jumelles du World Trade Center.

  12. sylvainguillemette said

    Euh? La famille Ben Laden n’a rien à voir avec le p’tit barbu…

    Et c’est quoi le rapport? Merci quandmême…

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :