Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Archive for 26 mai 2010

Que reste-t-il du référendum de 1980 ?

Posted by Libertad ! sur 26 mai, 2010

Il y a de ça quelques jours, nous avons marqués le 30e anniversaire de l’échec référendaire de 1980. Les analystes, qu’il s’agisse de Michel C. Auger ou de Jean-François Lisée y sont allés de leur analyse pour expliquer l’échec référendaire et la grande dépression post-référendaire que nous avons connus jusqu’en 1990, année de l’échec du Lac Meech. De 1980 à 1990, le Québec n’avait plus la cote. Nous écoutions presque exclusivement de la musique anglaise, la qualité du cinéma québécois déclinait (par contre, nous avons connus une remontée spectaculaire au milieu des années 80). Paul Piché ni Michel Rivard ne pouvaient faire quoique ce soit contre cette léthargie sociale et politique d’une société qui a pourtant connue des épisodes révolutionnaires dans son histoire.

Pour expliquer cette deuxième période de grande noirceur pour le Québec, il faut revenir en 1976. 1976 est l’année où un parti «indépendantiste» est élu pour la première fois à l’Assemblée nationale. Tous les espoirs étaient permis, et les gens rêvaient d’une vie meilleure. Par contre, au lieu d’y aller d’ambitieuses réformes sociales comme le PQ l’avait promis, ils ont préférés couper dans les programmes sociaux et mettre au pas le mouvement ouvrier. Pourtant, n’est-ce pas René Lévesque qui avait dit qu’il avait un préjugé favorable aux travailleurs ? De plus, le projet de pays, cher à une bonne partie du mouvement ouvrier était constamment remis sur les tablettes par le PQ. Finalement, il y aura référendum le 20 mai 1980. Les résultats sont décevants pour les forces indépendantistes : plus de 60% des électeurs ont votés non. Plusieurs raisons ont été évoquées depuis pour expliquer cet échec :

– La question n’était pas claire. On demandait à l’électeur s’il voulait donner un mandat au gouvernement québécois pour négocier, ce qui est plutôt vague. De plus, il est spécifié dans la question que l’on doit tenir un autre référendum sur la nouvelle entente Québec-Canada, si le OUI l’emportait. De quoi s’y perdre !

– La campagne de peur du fédéral était épouvantable : Jean Chrétien disait devant les personnes âgées qu’elles allaient perdre leurs chèques de pension. Selon les fédéralistes, le Québec indépendant ne pourrait plus jamais s’approvisionner en produits importés, comme des oranges, des bananes, du cacao. Ensuite, on publiait des «études» pour affirmer qu’un Québec indépendant serait de facto en faillite, qu’il se viderait de sa population, que le territoire du Québec serait partitionné par les anglophones du west island. Bref, de quoi terrifier l’électeur avec de la démagogie et des peurs irrationnelles.

– Finalement, un programme péquiste controversé auprès de la classe ouvrière. Le PQ n’a pas fait attention à la clientèle cible de la souveraineté-association.

En 1995, certaines des erreurs du référendum de 1980 n’ont pas été répétées. Par exemple, il n’était plus question d’une association, mais d’un partenariat avec le reste du Canada, ce qui élimine le veto que le fédéral pouvait imposer pour empêcher la souveraineté du Québec en 1980 (pas d’association sans entente entre les deux parties). Avec l’aide du Bloc Québécois au fédéral, il était plus facile pour les souverainistes de faire valoir leur option, ce qui a nuit aux traîtres et collabos québécois du Parti libéral du Canada.

30 ans plus tard, il ne reste plus grand chose de ce premier référendum, sinon les années sombres qui l’ont suivi. Les indépendantistes et la gauche québécoise doivent dé-péquiciser le projet d’indépendance et en faire un véritable projet de société laïc, égalitaire et populaire. Nous voulons l’indépendance pour le peuple, et non les classes dirigeantes du Québec. Nous devons nous inspirer de l’esprit républicain des patriotes de 1837-1838 qui se sont battus pour la démocratie et les droits des francophones en Amérique du nord.

Posted in Article, Canada, Commémoration, Histoire, Indépendance, PQ | 1 Comment »

Le fascisme est-il possible au Canada?

Posted by sylvainguillemette sur 26 mai, 2010

Le gouvernement Harper n’en finit plus de museler ses opposants ou ceux que ceux-là voudraient entendre en commission, de les discréditer via des formules simplistes et rétrogrades, et de dépenser les finances publiques pour des intérêts qui n’ont rien de public.

Nous avons appris cette semaine que le gouvernement des conservateurs allait espionner les conversations électroniques, afin dit-il, de voir à ce que tout soit «vrai» dans les affirmations le concernant. Cela n’est pas sans rappeler le «Patriot Act» états-unien, adopté sous le règne de George W. Bush, qui a permis au gouvernement de ce tueur de masse impuni d’espionner des millions de ses concitoyens dans leurs conversations privées, tant téléphoniques qu’électroniques ou autres. Ainsi, les conservateurs veulent mettre fin aux discussions le concernant sur les places publiques. Cela vise également à faire fermer certains blogues ou sites internet, qui pourraient proférer de telles informations, ce qui le dérangerait. Le site FACEBOOK serait parmi les préoccupations du gouvernement de Stephen Harper, ce qui pourtant, représente d’avantage la démocratie que le peu de soutien populaire qu’il a pu retenir pour tenir le pouvoir à Ottawa.

Aussi, nous avons appris que le gouvernement de Stephen Harper interdira désormais, toute convocation de quelconque bureaucrate  d’Ottawa. Ainsi, fini les interrogations déplaisantes des «Richard Colvin», qui mettaient pourtant à nues les prétentions mensongères du gouvernement conservateur sur les allégations de torture systématique des prisonniers afghans en Afghanistan. Il n’est donc plus possible de faire la lumière sur des dossiers jugés sensibles, autant par l’opposition que par le gouvernement.

Nous apprenons, en même temps, que les conservateurs de Stephen Harper vont dépenser près d’un milliard de dollars pour la sécurité d’un évènement de seulement 3 jours! En effet, le G20 et le G8 réunis coûteront à eux-seuls plus cher que les 17 jours olympiques à Vancouver en termes de sécurité! Pourtant, les discussions entreprises par nos élus minoritaires, n’ont rien d’opportun pour le public, si ce n’est qu’on prend des décisions qui les concerne, à leur insu et sans leur consentement. On y discutera de partenariat contre ce que l’on nomme le «terrorisme» –tout en ignorant les actes terroristes qu’ils commettent ou appuient eux-mêmes…- , de sanctions contre les régimes détestés par les États capitalistes –qui ne commettent comme crime, que ce que se permettent ces mêmes États hypocrites qui participent à ces sommets du G20 et du G8…-, de privatisation des marchés globaux –de gré ou de force…-, de plans d’austérité –qui ne visent qu’à mettre en place le Nouvel Ordre Mondial-, bref, rien qui n’ait un quelconque lien avec l’intérêt collectif des travailleurs canadiens, sauf si ce n’est que celui de les appauvrir d’avantage, au profit de cette bourgeoisie minoritaire et parasitaire. L’hypocrisie de ces sommets est inégalable. Et ces sommets ne sont obligation, que pour les économies totalitaires capitalistes, voulant continuer sur cette voie, malgré les patents échecs de celle-ci sur plus d’un siècle. Il s’agit bel et bien d’une réunion de parasites, tentant de nous faire croire qu’ils prennent ces cocktails de princiers, pour nos intérêts de travailleurs du bas de cette pyramide sociale! D’une part, Ottawa et les capitalistes nous demandent de concéder à leur chantage économique quant aux plans d’austérité et d’une autre, ces mêmes parasites se la coulent douce, au coût de près d’un milliard de dollars canadiens, pendant que le prolétariat international encaisse toujours aujourd’hui, la débâcle boursière états-unienne et bourgeoise! C’est le monde à l’envers!

Nous notons aussi qu’à partir de maintenant, certaines organisations comme celles des anarchistes toutes confondues –Le porte-parole de la police d’Ottawa parle d’une idéologie d’abord terrorisante…- seront jugées, sans preuve, de terrorisantes, au même titre qu’Al-Qeada. Pourtant, ce gouvernement conservateur a toujours fermé ses yeux sur le financement d’Al-Qeada ou des Talibans, qui nous le savons, relève du passé et du présent états-unien, donc issu des poches de son partenaire économique principal! Ainsi, le gouvernement conservateur adopte deux poids, deux mesures! Il est de toute façon vrai aussi, qu’Ottawa, sous Harper et ses sectaires, n’a jamais condamné le terrorisme d’autres belligérants, comme celui des israéliens par exemple, qui ont en deux ans, massacrés plus de 3000 civils impunément et avec le soutien des conservateurs! Rappelons qu’Israël avait utilisé des armes de destruction massive  – Sans doute celles que Saddam Hussein ne détenait finalement pas! Les conservateurs ont pourtant appuyé idéologiquement la guerre illégale de George W. Bush en Irak, qui a fait jusqu’ici, plus d’un million de morts chez les civils irakiens!– pour ce et que cela n’a aucunement titillé ni Ottawa, ni Washington! Au contraire! Cette dernière avait même, durant le massacre, envoyé des tonnes de munitions en signe d’approbation du massacre! Ottawa n’a pas condamné le geste de soutien au terrorisme de Washington et pourtant, notre capitale fédérale condamne aujourd’hui la dictature de Kim-Jong-Il, qui s’il est vrai que son pays ait coulé un bateau, n’aura tués que 46 marins… Cohérence…

Voilà que nous avons devant nous, un gouvernement fascisant, qui nous rappelle une certaine époque où les socialistes et tous les opposants au capitalisme, étaient des ennemis et des traîtres à jeter en prison ou à abattre. Certes aux États-Unis, cela a toujours demeuré une réalité. Mais ici… Le Canada sous les conservateurs est peut-être entrain de franchir le seuil qui le sépare du fascisme. Pour sûr, son sectarisme n’est plus une simple supposition, ni quant à son aveuglement volontaire vis-à-vis les crimes de guerre, ni vis-à-vis les crimes commis contre l’humanité ou la torture, ni son soutien aux pétrolières, etc..

Le Canada sous les conservateurs, se dirige tout droit vers le fascisme.

Posted in Article | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 26 Comments »