Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Le régime communiste aux U.S.A. par Léon Trotsky

Posted by sylvainguillemette sur 29 juillet, 2010

En relisant le texte de Léon Trotsky sur ce qu’aurait l’air une révolution communiste en sol états-unien, je me suis aperçu, pour une troisième fois sur ce site, que ce texte était pleinement d’actualité en ce qui concerne les choix difficiles que pourraient prendre les prolétaires états-uniens pour palier aux ratées du capitalisme. Et, étant donné que le système capitaliste est encore mort en 2008, et qu’il a repris vie à nos frais, sans notre consentement, j’imagine assez facilement le prolétariat états-unien, suivre ce pas plutôt que celui du Tea Party.

Bonne lecture!

—————————————————————————————————————————————————————————————————————————————

Si le régime communiste est instauré aux Etats-Unis, comme une conséquence de l’incapacité de votre ordre social capitaliste à résoudre ses difficultés et ses problèmes, vous découvrirez que ce régime bien loin de signifier une tyrannie bureaucratique intolérable et l’enrégimentement des individus, sera à l’origine d’un développement des libertés individuelles et donnera l’abondance pour tous.

A l’heure actuelle, la plupart des Américains ne considèrent le régime communiste que d’après l’expérience de l’Union Soviétique. Ils craignent que ce régime n’engendre en Amérique les mêmes résultats matériels que chez les peuples culturellement arriérés de l’Union Soviétique.

Ils craignent que l’on ne veuille les coucher sur un lit de Procuste, et considèrent, par ailleurs, le conservatisme anglo-saxon comme un obstacle insurmontable même pour des réformes éventuellement souhaitables. Ils soutiennent que la Grande-Bretagne et le Japon interviendraient par la force armée contre les Soviets américains. Ils redoutent de s’entendre dicter quels vêtements ils doivent mettre, quels aliments ils doivent consommer; d’être contraints à se contenter de rations de famine; à ne trouver dans la presse qu’une propagande officielle stéréotypée; à entériner des décisions prises sans leur participation active; à garder leurs pensées pour eux, et à chanter bruyamment en public les louanges de leurs dirigeants soviétiques pour échapper à la prison ou à l’exil.

Ils ont peur d’être la proie de l’inflation monétaire, de la tyrannie bureaucratique, d’une paperasserie intolérable dans toutes les démarches de l’existence quotidienne. Ils craignent d’assister à une standardisation mécanique des arts et des sciences, comme de la vie de tous les jours; à la destruction, par la dictature d’une monstrueuse bureaucratie, de toute spontanéité politique et de la liberté de la presse. Et ils tremblent à l’idée d’être obligés à parler un incompréhensible jargon de dialectique marxiste et à professer une philosophie sociale obligatoire. Ils craignent, en un mot, que l’Amérique soviétique ne devienne la contre-partie de la Russie soviétique telle qu’on la leur a dépeinte.

En réalité, le régime. soviétique américain diffèrera autant du régime soviétique russe que les Etats-Unis du Président Roosevelt différent de l’empire russe du tsar Nicolas II. Cependant, le régime communiste ne peut être instauré en Amérique que par une révolution, comme l’y furent l’indépendance et la démocratie. Le tempérament américain est énergique et violent, et il exigera pas mal de vaisselle cassée avant que le régime communiste ne soit solidement établi. Les Américains sont des enthousiastes et des sportifs avant d’être des spécialistes ou des hommes d’état, et il serait contraire à la tradition américaine d’opérer un changement majeur sans se diviser, tout d’abord, en camps opposés et fendre des crânes.

Néanmoins, si élevé qu’il puisse être, le coût de la révolution communiste aux Etats-Unis sera insignifiant, rapporté à votre richesse nationale et à votre population, en comparaison de celui de la révolution bolcheviste en Russie.

Cela tient à ce que, dans une guerre civile révolutionnaire, ce n’est pas la poignée d’hommes qui se trouve au sommet de l’échelle sociale qui se bat –les 5% ou 10% qui possèdent les neuf dixièmes de la fortune américaine: ils ne peuvent recruter les armées de la contre-révolution que dans les couches inférieures des classes moyennes. Or la révolution pourrait facilement amener ces dernières sous son drapeau en leur démontrant que le soutien des soviets leur ouvrirait seul une perspective de salut.

En dessous de ce groupe social, tout le monde, au point de vue économique, est préparé au communisme. La crise a ravagé votre classe ouvrière, et a porté un coup terrible à vos agriculteurs, déjà atteints par le long déclin agricole de la décade d’après guerre. Il n’y a aucune raison pour que ces groupes opposent une ferme résistance à la révolution; ils n’ont rien à y perdre, en admettant, bien entendu, que les dirigeants de la révolution adoptent une politique modérées et clairvoyante à leur égard.

Quels autres hommes voudront se battre contre le communisme? Vos milliardaires et multimillionnaires? Vos Mellon, Morgan, Ford, Rockefeller? Ils cesseront la lutte dès qu’ils ne pourront plus trouver d’autres gens pour se battre à leur place.

Le gouvernement soviétique américain prendra fermement possession des leviers de commande de votre système économique: les banques, les industries-clés et les moyens de transport et de communication. Il donnera alors aux agriculteurs, aux petits commerçants et négociants, un temps de réflexion suffisamment long pour que ceux-ci aient la possibilité de constater comme le secteur nationalisé de l’industrie fonctionne bien.

C’est ici que les soviets américains pourront faire de véritables miracles. La « technocratie » ne pourra devenir une réalité que sous le régime communiste, une fois votre système industriel affranchi des entraves de la propriété privée et du profit privé. Les plus audacieuses propositions de la commission Hoover sur la standardisation et la nationalisation ne sont que jeux d’enfants auprès des possibilités nouvelles que libérera le régime communiste.

L’industrie nationale sera organisée sur le modèle de la chaîne de montage dans vos usines automatiques modernes à production continue. La planification scientifique pourra sortir du cadre de l’usine individuelle pour être appliquée à votre système économique tout entier. Les résultats seront stupéfiants.

Les coûts de production tomberont à 20%, ou moins, de leur valeur actuelle. De ce fait, le pouvoir d’achat des agriculteurs s’élèverait rapidement.

Bien entendu, les soviets américains institueraient leurs propres entreprises agricoles géantes, en guise d’écoles de collectivisation volontaire. Vos agriculteurs pourraient facilement calculer s’il est de leur intérêt de demeurer des anneaux isolés, ou de se joindre à la chaîne publique.

La même méthode serait employée pour amener le petit commerce et la petite industrie à entrer dans l’organisation nationale de l’industrie. Grâce au contrôle soviétique des matières premières, du crédit et des commandes, ces industries secondaires pourraient être maintenues solvables jusqu’à leur intégration graduelle et sans contrainte dans le système économique socialisé.

Sans contrainte! Les soviets américains n’auraient pas à recourir aux mesures draconiennes que les circonstances ont souvent imposées aux soviets russes. Aux Etats-Unis, la science de la publicité et de la réclame vous offre, pour gagner le soutien de votre classe moyenne, des ressources qui manquaient aux soviets de la Russie arriérée, où les paysans misérables et illettrés constituaient la grande majorité. Ceci, en plus de votre équipement technique et de votre richesse, est le principal atout de votre future révolution communiste. Votre révolution sera, par nature, plus aisée que la nôtre; une fois les questions essentielles tranchées, vous ne gaspillerez pas vos énergies et vos ressources en de coûteux conflits sociaux; et cela vous permettra d’aller de l’avant plus vite.

Même l’intensité des sentiments religieux aux Etats-Unis ne constituera pas un obstacle à la révolution. Si l’on admet la perspective des Soviets en Amérique, aucun frein psychologique ne sera assez puissant pour diminuer la pression de la crise sociale. Cela, l’histoire l’a prouvé plus d’une fois. De plus, il ne faudrait pas oublier que les Evangiles contiennent quelques aphorismes passablement explosifs.

Quant à la manière de traiter les opposants, relativement peu nombreux, à la révolution soviétique, on peut faire confiance au génie inventif américain. Peut-être expédierez-vous vos millionnaires impénitents, dispensés de loyer leur vie durant, dans quelque île pittoresque, où ils pourront faire ce qui leur plaira.

Vous pourrez le faire en toute sécurité, car vous n’aurez pas à redouter d’intervention étrangère. Le Japon, la Grande-Bretagne, et les autres pays capitalistes qui sont intervenus en Russie ne pourraient rien faire d’autre que s’incliner devant le fait accompli aux Etats-Unis. A la vérité, la victoire du communisme en Amérique –dans la forteresse du capitalisme– provoquerait son extension à d’autres pays. Le Japon aura probablement rejoint les rangs communistes avant même l’établissement du régime soviétique aux Etats-Unis. La même chose est vraie de la Grande-Bretagne.

En tout cas, ce serait une idée folle d’envoyer la flotte de sa Majesté Britannique contre une Amérique Soviétique, même pour une expédition contre la moitié sud, la plus conservatrice, de votre continent. Ce serait là un acte sans espoir, qui n’irait jamais plus loin qu’une escapade militaire de deuxième classe.

Quelques semaines ou quelques mois après l’instauration du régime soviétique aux Etats-Unis, le panaméricanisme deviendrait une réalité politique.

Votre fédération attirerait dans son sein les gouvernements de l’Amérique Centrale et de l’Amérique du Sud, comme l’aimant attire la limaille de fer. Il en serait de même du Canada. Les mouvements populaires dans ces pays seraient si puissants, que ce grand procès d’unification s’accomplirait rapidement et à peu de frais. Je suis prêt à parier que les Soviets américains trouveraient à leur premier anniversaire, l’hémisphère occidental transformé en Etats-Unis Soviétiques de l’Amérique du Nord, du Centre et du Sud avec Panama pour capitale. Ainsi, la doctrine de Monroë prendrait pour la première fois une signification complète et positive dans les affaires mondiales, bien que différente de celle prévue par son auteur.

En dépit des accusations portées contre lui par certains de vos archi-conservateurs, Roosevelt ne prépare pas les Etats-Unis à une transformation soviétique. La N.R.A. ne se propose pas de détruire, mais de consolider les fondements du capitalisme américain, en surmontant vos difficultés économiques. Ce n’est pas l’Aigle Bleu qui apportera le communisme en Amérique, mais bien les difficultés que l’Aigle Bleu est impuissant à surmonter. Les professeurs « radicaux » de votre Brain Trust ne sont pas des révolutionnaires; ce sont seulement des conservateurs effrayés. Votre président déteste les « systèmes » et les « généralisations ». Mais un gouvernement soviétique est le plus grand de tous les systèmes possibles, une généralisation gigantesque en action.

L’homme moyen n’aime ni les systèmes ni les généralisations. Ce sera la tâche de vos hommes d’état communistes de faire en sorte que le système fournisse à l’homme moyen ces biens concrets auxquels il aspire: sa nourriture, ses cigares, ses distractions, la liberté de choisir ses cravates, son logement et son auto. Il sera aisé de lui donner ces avantages dans une Amérique soviétique.

La plupart des Américains ont été induits en erreur par le fait qu’en U.R.S.S. nous avons eu à édifier de nouvelles industries de base de fond en comble. Pareille chose ne pourrait pas se produire en Amérique, où vous êtes déjà contraints de diminuer votre surface cultivée et de réduire votre production industrielle. En fait, votre formidable équipement technique a été paralysé par la crise, et demande déjà à être employé. Vous serez en état d’élever considérablement le niveau de consommation de votre peuple, dès le début de votre renouveau économique. Vous y êtes préparés comme nul autre pays. Nulle part ailleurs, l’étude du marché intérieur n’a atteint un niveau aussi élevé qu’aux Etats-Unis. Cette étude a été faite par vos banques, vos trusts, vos hommes d’affaires individuels, vos négociants, vos représentants de commerce et vos agriculteurs. Votre gouvernement soviétique abolira simplement tous les secrets commerciaux, fera la synthèse de toutes les découvertes faites pour le profit privé, les transformera en un système scientifique de planification économique. Votre gouvernement trouvera à cette fin un appui dans l’existence de larges couches de consommateurs éduqués, capables d’esprit critique. Par la combinaison des industries-clés nationalisées, des entreprises privées, et de la coopération démocratique des consommateurs, vous développerez rapidement un système d’une extrême souplesse pour la satisfaction des besoins de votre population. Ce système ne sera régi ni par la bureaucratie, ni par la police, mais par le dur paiement au comptant. Votre tout-puissant dollar jouera un rôle essentiel dans le fonctionnement de votre système soviétique. C’est une grande erreur de confondre « économie planifiée » et « monnaie dirigée ». Votre monnaie doit agir comme un régulateur qui mesurera le succès ou l’échec de votre planification.

Vos professeurs « radicaux » commettent une erreur mortelle avec leur dévotion à la « monnaie dirigée ». Cette idée académique pourrait facilement ruiner votre système de distribution et de production tout entier. Telle est la grande leçon qu’enseigne l’expérience de l’Union Soviétique, où, dans le domaine monétaire, une amère nécessite a été convertie en vertu officielle. Là-bas, l’absence d’un rouble-or a été l’une des causes principales de nos nombreuses difficultés et catastrophes économiques. Utiliser un rouble instable dans un système soviétique, c’est comme se servir de calibres variables dans une chaîne de montage: cela ne peut pas marcher.

C’est seulement lorsque le socialisme réussira a remplacer l’argent par le contrôle administratif que l’on pourra abandonner une monnaie or stable. L’argent ne consistera plus alors qu’en des morceaux de papier ordinaire, comme des billets de tramway ou de théâtre. Avec le développement du socialisme, ces morceaux de papier disparaîtront à leur tour; et le contrôle de la consommation individuelle –qu’il soit monétaire ou administratif– cessera d’être nécessaire, lorsqu’il y aura abondance de tout pour tous!

Ce temps n’est pas encore venu, bien que l’Amérique doive certainement l’atteindre avant tout autre pays. Jusque-là, le seul moyen de parvenir à ce stade de développement est de conserver un régulateur et un étalon efficaces pour le fonctionnement de votre système. En fait, pendant les quelques premières années de son existence, une économie planifiée, encore plus que le capitalisme à l’ancienne mode, a besoin d’une monnaie saine. Le professeur qui prétend régir tout le système économique en agissant sur l’unité monétaire est comme un homme qui veut lever de terre les deux pieds à la fois.

L’Amérique soviétique possèdera des ressources suffisantes pour stabiliser le dollar –avantage inappréciable. En Russie nous avons accru à la capacité de notre industrie de 20 à 30% par an; mais la faiblesse de notre monnaie ne nous a pas permis de répartir efficacement cet accroissement. Cela tient en partie à ce que nous avons permis à notre bureaucratie de soumettre notre monnaie à la partialité administrative. Ces maux vous seront épargnés. Aussi nous dépasserez-vous rapidement pour l’accroissement de la production et de la distribution, et obtiendrez-vous une élévation rapide du confort et du bien-être de votre population.

En tout ceci vous n’aurez pas à imiter notre production standardisée destinée à notre déplorable consommation de masse. Nous avons reçu de la Russie tsariste un héritage de pauvres, une paysannerie culturellement non développée avec un bas niveau de vie. Nous avons dû construire nos usines et nos barrages aux dépens de nos consommateurs.

Nous avons subi une inflation monétaire continuelle et une monstrueuse bureaucratie.

L’Amérique soviétique n’aura pas à imiter nos méthodes bureaucratique. Chez nous, la disette d’objets de première nécessité a engendré une lutte acharnée pour la possession d’un morceau de pain ou d’une aune d’étoffe supplémentaire. Notre bureaucratie émergea de cette lutte comme un conciliateur, une toute-puissante cour d’arbitrage. Vous, de votre côté, vous êtes beaucoup plus riches et vous n’auriez pas grand-peine à fournir à votre peuple tout ce qui est nécessaire à la vie. En outre, vos besoins, vos goûts et vos habitudes ne souffriraient jamais que le revenu national soit réparti par votre bureaucratie. Au lieu de cela, lorsque vous aurez organisé la société de manière à produire pour la satisfaction des besoins et non pour le profit privé, votre population tout entière se distribuera en de nouvelles formations qui lutteront entre-elles et empêcheront une bureaucratie outrecuidante de leur imposer sa domination.

Vous pourrez ainsi éviter la croissance du bureaucratisme par la pratique des soviets –c’est à dire de la démocratie– de la forme la plus souple de gouvernement qui ait jamais existé. L’organisation soviétique ne peut faire de miracles, mais doit simplement refléter la volonté du peuple. Chez nous, le monopole politique d’un seul parti qui s’est lui-même transformé en bureaucratie, a engendré la bureaucratisation des soviets. Cette situation a résulté des difficultés exceptionnelles du défrichage socialiste dans un pays pauvre et arriéré.

Les Soviets américains seront vigoureux et pleins de sang; le besoin de mesures analogues à celles que les circonstances imposèrent en Russie ne se fera pas sentir, et l’occasion ne s’en présentera pas. Vos capitalistes non régénérés ne trouveront pas de place dans le nouvel édifice. Il est difficile d’imaginer Henry Ford à la tête du Soviet de Détroit. Néanmoins, une ample lutte d’intérêts, de groupements et d’idées est non seulement concevable –elle est inévitable. Un plan de développement économique d’un an, de cinq ans ou de dix ans; un projet pour l’éducation nationale; la construction d’un nouveau réseau de transports; la transformation de l’agriculture, un programme pour l’amélioration de l’équipement technique et culturel de l’Amérique latine; un programme pour les communications stratosphériques; l’eugénique –voilà autant de sujets pour les controverses, pour de vigoureuses luttes électorales, et des débats passionnés dans la presse et dans les réunions publiques.

Car l’Amérique soviétique n’imitera pas le monopole de la presse tel que l’exercent les chefs de la bureaucratie de l’U.R.S.S. La nationalisation par les Soviets américains de toutes les imprimeries, fabriques de papier et moyens de distribution sera une mesure purement négative. Elle signifiera simplement qu’il ne sera plus permis au capital de décider quelles publications doivent paraître, si elles doivent être progressives ou réactionnaires, « sèches » ou « humides », puritaines ou pornographiques. L’Amérique soviétique aura à trouver une nouvelle solution au problème du fonctionnement de l’imprimerie dans un régime socialiste. Elle pourrait consister en une représentation proportionnelle des tendances exprimées dans chaque élection de soviets. De la sorte, le droit pour chaque groupe de citoyens d’user des presses dépendrait de leur importance numérique –le même principe étant appliqué à l’utilisation des lieux de réunion, de la radio, etc.

La gestion et la politique des publications périodiques ne seraient plus ainsi soumises aux carnets de chèques individuels, mais aux groupements d’idées. Il se peut que cette méthode tienne peu de compte de groupements numériquement faibles et néanmoins importants, mais cela signifie simplement que toute idée nouvelle devra faire la preuve, comme ce fut le cas tout au long de l’histoire, de son droit à l’existence.

La riche Amérique soviétique pourra réserver des fonds importants à la recherche et à l’invention, à la découverte et à l’expérimentation dans tous les domaines. Vous donnerez la place qui leur revient à vos architectes et à vos sculpteurs les plus téméraires, à vos poètes les plus originaux et à vos philosophes les plus audacieux.

En fait, les futurs Soviets Yankees montreront la voie à l’Europe dans ces domaines précisément où l’Europe a jusqu’à présent été votre maître. Les Européens n’ont qu’une faible notion du pouvoir de la technique pour influencer la destinée humaine, et ont adopté une attitude de supériorité méprisante envers l’ »américanisme » constitue la véritable marque distinctive du monde moderne par rapport au moyen âge.

Jusqu’à présent, la conquête de la nature a été poursuivie en Amérique avec tant de violence et de passion que vous n’avez pas eu le temps de moderniser votre philosophie et de développer vos propres formes d’expression artistique. De là votre hostilité aux doctrines de Hegel, de Marx et de Darwin. La mise au bûcher des oeuvres de Darwin par les Baptistes du Tennessee n’est qu’une expression grossière de l’aversion américaine pour la doctrine de l’évolution. Cette attitude n’est pas seulement le fait des prêtres. Elle est encore une part intégrante de toute votre architecture intellectuelle.

Vos athées comme vos quakers sont des rationalistes déterminés. Et votre rationalisme lui-même est affaibli par l’empirisme et le moralisme. Il n’a rien de l’impitoyable vitalité des grands rationalistes européens. C’est que votre méthode philosophique est encore plus surannée que votre système économique et que vos institutions politiques.

Vous êtes obligés aujourd’hui, sans aucune préparation, de faire face à ces contradictions sociales qui croissent insoupçonnées au sein de toute société. Vous n’avez conquis la nature, grâce aux outils engendrés par votre génie inventif, que pour constater que ces outils vous ont presque détruits vous-mêmes. Contrairement à tous vos espoirs et à tous vos voeux votre richesse sans précédent a été la source de maux sans précédents. Vous avez découvert que le développement social n’obéit pas à une formule simple. Par là vous avez dû vous mettre à l’école de la dialectique et vous y resterez.

Il n’y a plus de retour possible au mode de pensée et d’agir qui prévalait aux dix-septième et dix-huitième siècles.

Tandis que les crétins romantiques de l’Allemagne nazie rêvent de restaurer la race de la Forêt Noire dans sa pureté originelle, ou plutôt dans son impureté originelle, vous autres Américains, après avoir saisi fermement le contrôle de votre mécanisme économique et de votre culture, appliquerez des méthodes authentiquement scientifiques aux problèmes de l’eugénique. D’ici un siècle, de ce creuset où se fondront les races, sortira une nouvelle souche d’hommes — la première digne du nom d’homme.

Une prophétie pour terminer: dans la troisième année du régime soviétique aux Etats-Unis, vous cesserez de mâcher du chewing-gum.

Léon Trotsky

23 mars 1935.

27 Réponses to “Le régime communiste aux U.S.A. par Léon Trotsky”

  1. krymz said

    t’as trouvé sa où? je voulais le partager avec des anglophones, mais google ne mas rien donné. j’ai cherché quelque site sur trotsky aussi, sans résultats.

    à part de sa, texte très interessant. penser vous que le communisme peux rentrer au étas-unis malgré le stigmatisme de la guerre froide?

    anyway, on continue le strugle!

  2. sylvainguillemette said

    Marxist.org?

  3. sylvainguillemette said

    Je pense qu’en 1959, personne ne s’attendait à Cuba, à ce que Fidel Castro prenne le pouvoir pour en faire un pouvoir socialiste.

  4. Jean-Sébastien Vézina-Girard said

    Cela fait pas mal de sens pour la date dans 25 ans je crois que les conditions serons amplement sufissantes pour qu’une possible révolution socialiste se fasse. D’ici là je pense que les États-Unis vont traverser des périodes d’instabilités sociales et économiques, et cela a déjà commencé. Les injustices que les états-uniens vivent en se moment ne démontre que le capitalisme sauvage ateint le coeur même de l’empire.

    Par compte une réalité qui n’était pas quand Trotsky à écrit ce texte est que le capitalisme actuel est financier et spéculatif, donc les espits scientifiques ont déjà intégré l’économie mais pour la complexifier et la rendre plus rentable. D’après moi cette  »révolution » capitaliste des années 70 causera l’échec de ce système, les conditions sont bien différentes en surface mais pas dans le fond des choses aux États-Unis entre ces deux époques.

  5. sylvainguillemette said

    Aucune idée de ce qui va se passer, on verra. Ce serait tant mieux, mais on verra.

    D’ici là pour sûr, il y aura certes des instabilités. De grosses. Qui dépasseront probablement les frontières états-uniennes.

  6. jogo said

    des instabilités. De grosses. Qui dépasseront probablement les frontières états-uniennes.

    Mummm… il faudrais ce préparer alors!

  7. Jean-Sébastien Vézina-Girard said

    Il est bien entendu qu’un gouvernement socialiste qui commence à établire des mesures transitoires pour aller vers un système communiste est enclin à confronter les contradictions évidentes du capitalisme, tels que la bourgeoisie. Qui elle ne verra pas les mesures prisent dans leur intérêts de classe et qui vont par tout les moyens essayer d’étouffer la révolution dans le sang.

    Donc il est impératif, pour ces mouvements sociaux et politiques, que la police et l’armée aient leur place dans ce système. Il est vrai aussi que ces étapes peuvent se dérouler avec plus ou moins de difficulté et de résistance de la part de ses élites déjà établis.

    Seulement la situation au États-Unis est particulière, historiquement deux grand partis de bourgeois tirant chacun sur la couette pour avoir le pouvoir, socialement des prolétaires qui sont victimes et qui doivent payer pour une crise crée par ce système qui les exploite, mais politiquement il manque un parti pour organiser les masses de travailleurs qui goutent au chômage. Ce parti n’est pas nécessairement obligé d’être électorale mais il doit être populaire et doit saisir l’ocassion pour commencer à agir.

    D’après moi les travailleurs eux même vont se représenter dans un tel parti, nous avons déjà des exemple de coops qui fonctionnent extrèmement bien sans bourgeois et qui fournissent de bien meilleurs salaires que tout autre entreprise capitaliste. Regardez seulement l’exemple de cette fabrique de pain dans le film de Micael Moore, les employés sont payer plus cher que les pilotes d’avion de ligne!

  8. sylvainguillemette said

    On pourrait leur destiner notre propagande en la traduisant en anglais.

  9. Vous concluez, en présentant le texte:

    « j’imagine assez facilement le prolétariat états-unien, suivre ce pas plutôt que celui du Tea Party. »

    On voit bien que vous connaissez très mal les Américains. Il n’y a absolument aucune chance qu’un parti de type « prolétaire » puisse avoir une quelconque influence sur la vie politique des USA. Le « rêve américain » est encore fortement ancré dans les moeurs des gens là-bas, qu’ils soient au bas ou au haut de l’échelle économique.

    De plus, vous et l’auteur du texte occultez un fait important: le patriotisme. Celui-ci empêchera toujours les membres des armées et le peuple lui-même de s’engager dans une lutte ouverte avec leur gouvernement.

    Donc, bien de bonnes années encore pour le capitalisme.

    Meilleure chance la prochaine fois…

  10. krymz said

    je me porte volontaire pour vous traduire si vous en avez besoin.

  11. Jean-Sébastien Vézina-Girard said

    Vous vous trompez M.St-Pierre

    Pourquoi d’après vous les états-uniens sont devenu hystériques quand Obama c’est présenté? Tout simplement parce qu’il proposait du changement et pour eux les changements proposés était de gauche, je dit bien pour eux, bref un homme qui c’est dit plus près du peuple et qui tendait vers des mesures sociales plutôt que conservatrices. Pour ce qui ce passe en cemoment c’est une autre histoire mais les dernières élections démontre bien la volonté de changement de ce pays en crise et qui veut en sortir.

    Le patriotisme pour une grande partie de la population réflète la fièrté d’être un  »Americain » et non pas comme le gouvernement et les médias prétendent nous le démontrer qu’il suffit d’avoir un drapeau des États-Unis chanter l’hymne nationale et être pour la guerre en Irak. Il y a ce qui est véhiculé et ce qui est pensé en réalité. Je pense même que ce sera ce patriotisme qui tiendra solide les liens entre eux durant cette phase transitoire.

    Si les états-uniens était des vrais patriotes, ils suivraient la constitution qui dit qu’un gouvernement illégitime doit être renversé, donc pour que cela ce réalise les mentalités doivent être changés et ce sont les conditions qui petit à petit ces changements. Et les conditions en ce moment sont radicalement en train de ce changer. Les premiers moyens seront des actes de désobéissence civile car ils feront ce qu’ils croient juste même si l’acte est illégale.

    Ceci dit je suis d’accord qu’avec toute la propagande anti-communiste des 70 dernières années les états-uniens ne voudront jamais s’appeler socialiste et encore moins communiste mais ils le seront un jour. De plus les obstacles sont et seront nombreux mais l’histoire nous démontre bien que les mouvements populaires ont souvent été réprimendés dans le sang, ce qui contribu à crée des martyrs plus qu’autre chose et renforce donc le mouvements.

    Un excelent livre à ce sujet ; La mentalité américaine au-delà de Barrack Obama de Howard Zinn.

  12. sylvainguillemette said

    La population états-unienne n’a jamais été aussi divisée qu’aujourd’hui. JSP prend ses désirs pour des réalités.

    Il va se réveiller en plein régime communiste et va continuer de nous dire que le capitalisme partage les richesse…

  13. sylvainguillemette said

    JSP vivrait en Israël détruite par la ligue arabe qu’il continuerait de clamer son «droit de défense»…

  14. congo18 said

    Bah,

    De toute façon c’était une pourriture qui vivait sous un faux nom (Bronstein son vrai nom) et qui se faisait financer par un banquier new-yorkais du non de Jacob Schiff. Un malade qui avait inventé la chambre à gaz mobile et toute autres horreurs de tarés névrosés . Tout comme ses 85% d’autres coreligionères. Et puis le mec s’est enfui au mexique « Pour préparer la révolution » qu’il disait ..

  15. americocorico said

    Si le peuple américain n’a jamais été si divisé, c’est aussi en grande parti parce qu’ils sont plus de 300 millions représentant toutes les ethnies, religions, mentalité et modes de vies.

    Trotsky vante au fil de son texte la technologie américain, et leur puissance… jamais lui est venu à l’esprit que peut-être, l’ordre et la propriété privé, le profit pouvaient en être la cause.

    Le texte est une oeuvre de propagande utopiste, rien de la réalité n’est expliqué à part le fait que les américains seraient mieux à être des soviets. Exactement comme lorsque ben Laden dit régler les problèmes de l’occident par l’islam…

  16. sylvainguillemette said

    @ Congo18

    Congo18, Trotsky s’est poussé au Mexique parce que Staline le pourchassait. Il a finalement réussi à l’assassiner au Mexique, avec l’aide d’un de ses gardes du corps, à la solde de Moscou. Trotsky dénonçait le stalinisme et les dérivées de la dictature du prolétariat, en dictature sur le prolétariat. Vous faites donc fausse route et vous semblez mal connaître l’histoire soviétique. Dommage, nous n’aurons donc pas d’échange intéressant.

    @ Americocorico

    D’abord, ils ont toujours été divisés, et non pas ce, parce qu’ils étaient beaucoup, mais parce qu’ils formaient distinctement deux clans très divisés, bien avant qu’ils soient 300 000 000.

    Quant aux moyens de production et à la richesse de la technologie états-unienne, Trotsky ne peut que répertorier ceux-ci, parce que l’état actuel de l’Empire permet aux États-Unis d’alors, d’aller en ce sens. Pendant ce temps, les Russes, pour vous donner un exemple, inventent le laser. Ce n’est pas rien. Et ils vont dans le Cosmos avant les États-Unis… La technologie n’a rien à voir avec le système, mais tout avec les capitaux, qui même dans un système socialiste, existent. Sans parler du savoir humain, mis en commun dans des projets collectifs. Trotsky n’est donc pas bête, et comprend que, parce que les États-Unis d’Amérique sont loin des conflits potentiels, et qu’ils mènent un Impérialisme déjà apparent, ceux-ci peuvent élaborer de merveilleux moyens de production.

    Et cela n’empêche pas un fait mon cher Americocorico! Ce sont les prolétaires qui construisent ces moyens de production merveilleux! Et non pas le fait qu’il y existe une exploitation du labeur d’autrui! Que le capital soit concentré chez une personne, et qu’il serve tel ou tel intérêt, cela ne rend pas la chose impossible dans un projet commun, dans un coopérative par exemple. Le capitalisme n’y est donc pas pour grand chose… Dommage et meilleure chance la prochaine fois.

    Quant à Ben Laden, s’il dit, lui, régler les problèmes par l’Islam, je ne vois aucun lien là, entre lui et Trotsky. Trotsky dit que les travailleurs gagneraient beaucoup à cesser de se faire exploiter par des parasites minoritaires -non-élus et totalement inutiles en soi- qui cumulent sur eux, la richesse crée, précisément, par le prolétariat. Je ne vois donc pas en quoi il a tort, ou en quoi il est utopique. Sa seule utopie, peut-être, ce serait sa certitude que les États-Unis d’Amérique passeraient inévitablement par là. On verra, il est encore trop tôt pour démentir ses prétentions.

  17. eberhardt1972 said

    Congo18 a dit: « De toute façon c’était une pourriture qui vivait sous un faux nom (Bronstein son vrai nom) et qui se faisait financer par un banquier new-yorkais du non de Jacob Schiff. Un malade qui avait inventé la chambre à gaz mobile et toute autres horreurs de tarés névrosés. »

    Des sources sérieuses S.V.P, sinon abstenez-vous de dire n’importe-quoi.

  18. Putain, malgré le gouffre idéologique qui me sépare de lui, je suis obligé d’être d’accord avec Saint-Pierre, fais chier!

  19. Pourtant, je souhaiterais tellement qu’il ait tort!

  20. sylvainguillemette said

    D’être d’accord sur quoi? Le patriotisme? Ouf…, n’avez-vous pas vu, en 20008, les marxistes sortir dans la rue, sur WallStreet? Ah non, c’est vrai, les médias de masse ont évité de les montrer. En fait, les marxistes états-uniens, ils sont un peu comme les homosexuels iraniens vous savez? Ils n’existent que lorsque l’on admet leur existence.

  21. sylvainguillemette said

    Jacques Saint-Pierre prend ses désirs pour des réalités. Le patriotisme n’est pas immuable.

    Le nationalisme est une maladie infantile dont il faut certes se méfier. Mais ce même nationalisme peut se transformer et mobiliser une nation complète, quand le temps vient. La Russie, en 1917, était pourtant très patriotique…, on ne devrait pas oublier ce fait. Les Chinois étaient très nationalistes, et Mao a su user de ce nationalisme.

    Bon, cela dit, je ne suis pas nationaliste. Et je n’ai donc pas l’intention d’en tirer profit en ce sens, mais cela peut toujours servir. On verra.

    Ce qui manque aux États-uniens, c’est un «Trotsky». Un mobilisateur. Un orateur. Mais en même temps, n’oublions pas que les médias états-uniens sont sacrément contrôlés, et indisposés à mettre en évidence de tels symboles, qui j’en suis sûr, existent bel et bien aux États-Unis d’Amérique. Les États-uniens sont comme les autres humains, des «suiveux». Ils ne sont pas différents et sont modelés, conditionnés par les conditionnements en place.

    Le patriotisme dont parle JSP en ce sens, n’est pas figé dans le temps, et n’est pas immuable. On peut le modeler à notre image et en user aussi.

    Et en ce moment, la population se divise, à nouveau, en sudistes/nordistes. Alors le patriotisme…

  22. Oui, le marxisme y est fort présent et le patriotisme n’est pas immuable, mais à moyen terme, celui-ci sera difficile à déloger, malheureusement.

    Tant mieux si vous êtes plus optimistes que moi…

  23. sylvainguillemette said

    Le destin…., les conditionnements changent tellement. Admettons qu’Obama soit tué, admettons aussi que même s’il ne sert pas nécessairement leurs intérêts, les afro-états-uniens en seront fâchés…, etc.. Il est facile d’imaginer toutes sortes d’histoires. De chute du système états-unien, aux luttes intestines qui pourraient s’y dérouler, etc..

    Trop facile de dire, bah, t’sé, le patriotisme là-bas, les drapeaux partout, tout le tralala… Dans les faits, bien des choses peuvent arriver. Et tous les Empires finissent par tomber, de l’interne ou de l’externe.

  24. sylvainguillemette said

    Prenez par exemple les groupes extrémistes, ceux plus près des idées de monsieur Saint-Pierre, la droite extrême par exemple. Les groupes racistes se sont multipliés aux États-Unis d’Amérique. Si demain, une guerre civile devait survenir, comment est-ce que l’État pourrait y survivre?

    De toute façon. Il n’y a pas que les aspects internes à regarder. Une chose est certaine, Washington a perdu sa place au sommet de l’économie. Les Chinois désormais, consomment plus d’énergie que les États-uniens. Les Indiens s’en viennent. Etc.. Fini le party. Le ton sur lequel les Chinois ou les Russes parlent aux États-uniens a changé, ne l’avez-vous pas remarqué?

    La Géorgie. Le Tibet. L’Afrique. L’Asie. Ils sont partout! Partout où Washington se retire, faute de moyen!

  25. Oui, mais ces événements sont peu probables dans la réalité. Tout de même, on verra bien…

    « Les groupes racistes se sont multipliés aux États-Unis d’Amérique »

    Les groupes, oui, mais pas le racisme en général dans la population. Donnons ça aux Américains, ils sont moins racistes que partout ailleurs en Occident.

    Ceci dit, j’ai espoir que son impérialisme prenne moins de place à long terme, ça oui!

  26. krymz said

    « Si demain, une guerre civile devait survenir, comment est-ce que l’État pourrait y survivre? »

    probablement avec la loi martiale. et si sa ne fonctionerais pas, elle surviverais comme le phoenix et comme le capitalisme. l’état renaitrerait de ses cendre, sous le controle des « gagnants » de la guerre, a leur image, donc raciste et/ou fachiste, capitaliste d’état ou capitaliste pur, ect., à moin que le socialisme perce l’épais brouillard de la propagande américaine…

    [quote] cette ligne ci est un tests pour voir si les codes fonctionnent [/quote]

  27. gosselinjohn said

    Votre gouvernement soviétique abolira simplement tous les secrets commerciaux, fera la synthèse de toutes les découvertes faites pour le profit privé, les transformera en un système scientifique de planification économique.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :