Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Archive for the ‘Cinéma’ Category

Che: L’Argentin (nouveau film)

Posted by quebecsocialiste sur 16 janvier, 2009

 Un nouveau film sur la vie d’Ernesto « Che » Guevara sortira en ce mois de Janvier. Pour la bande-annonce, cliquez ici. Ça me semble être un excellent film, assez précis sur son histoire. Un rendez-vous à ne pas manquer.

En prime, un article sur les impressions de Benicio Del Toro, celui qui y incarne le Che:

Benicio Del Toro est devenu un véritable fan d’Ernesto ‘Che’ Guevara après avoir incarné le révolutionnaire dans le film de quatre heures de Steven Soderbergh. Il est donc prêt à défendre Guevara des critiques qu’il reçoit.

L’acteur a passé des mois à lire sur la vie de Guevara et il est maintenant convaincu que Che était un «guerrier» entaché d’une très mauvaise réputation.

Il affirme: «Je me souviens qu’une émission de télé avait montré la photo de Che parmi celles de terroristes. Je me suis demandé pourquoi on n’avait pas mis le président Nixon pour la guerre du Vietnam. Il faudrait mettre la photo de beaucoup de monde avant d’y inclure celle de Che.

Del Toro a confié au magazine Latina que le révolutionnaire était un peu comme Batman: «On raconte des histoires sur Batman, et c’était un genre de Batman. On ne peut pas nier qu’il essayait de mettre fin à l’exploitation de l’homme par l’homme. Qu’il ait réussi ou non…

 

«Deux personnes que j’ai rencontrées ont appris à lire et à écrire grâce à lui. Il était inspirant… Et ce qu’on apprend surtout, c’est que Guevera était un être humain.»

Source

Posted in Amérique du Sud, Cinéma, Cuba, Culture, Histoire | 2 Comments »

Judaïsme et sionisme: Deux pensées opposées

Posted by quebecsocialiste sur 14 janvier, 2009

 Un texte à lire absolument pour ceux qui se demandent si leur opposition à l’agression brutale sioniste, ou au sionisme lui-même, fait d’eux des « anti-sémites ». Un texte écrit par Yakov Rabkin, un juif courageux et impliqué dans la résistance intellectuelle juive à la machine de propagande sioniste, dont font partie les extrémistes menteurs du « Comité Québec-Israël », machine de propagande qui n’hésite jamais à user de la répression contre ses critiques juives gênantes, poussant souvent le ridicule jusqu’à les qualifier de « juifs qui se haïssent ». Un portait de la lutte menée par les juifs modérés contre le nationalisme fasciste autodestructeur prôné par des idéologues sionistes déconnectés de la réalité et une « presse libre » occidentale tellement lâche dans sa crainte de choquer, qu’elle joue en fait parfaitement le jeu des sionistes, particulièrement en qualifiant à longueur de journée Israël, dont le cinquième de la population à l’intérieur des frontières « officielles » est arabe (sans compter les palestiniens vivants dans « leurs territoires » qui ne sont en fait que d’énormes camps de réfugiés avec les colons juifs fanatiques qui les harcèlent sans cesse), « d’état hébreu » et « d’état juif », tout en ne critiquant que rarement les crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis par l’armée terroriste Tsahal, armée de gens « brainwashés » dès l’école primaire à haïr les arabes, armée au service de l’establishment impérialiste sioniste. Bref, chers lecteurs et lectrices, voici le texte en question:

Bande de Gaza: Les juifs sont déchirés

L’attaque israélienne contre les Palestiniens de Gaza a creusé davantage le fossé parmi les juifs au sujet d’Israël et du sionisme. Nombreux sont les juifs qui tentent d’aborder la question des contradictions existant entre le judaïsme tel qu’ils le professent et l’idéologie sioniste qui s’est emparée d’eux. Et ceci au moment où de profondes préoccupations sur ce que fait l’État d’Israël soulève l’ire des peuples à travers la planète, dont les juifs constituent à peine deux millièmes de la population.

Ce rappel est important vu l’ampleur des problèmes que soulève le comportement de l’État d’Israël qui prétend d’agir au nom de tous les juifs. Cette prétention est d’autant plus dangereuse que les médias à travers le monde associent automatiquement cet État avec les juifs en le surnommant «l’État juif» ou «l’État hébreu». Les juifs de différents pays se trouvent donc otages des actes d’un État étranger dont ils n’ont aucun contrôle.

Certains juifs demandent maintenant publiquement si l’État nation ethnique, source de la violence incessante au Moyen-Orient, est «bon pour les juifs». Beaucoup parmi eux sont perturbés par le fait que le sionisme militant détruit les valeurs morales juives et met en danger les juifs en Israël et ailleurs. Cette discussion est également entrée dans le champ de la culture populaire: le dernier film israélien Valse avec Bachir se focalise sur le coût moral pour Israël qu’entraîne l’utilisation permanente de la force.

Or, certains juifs, tant en Israël qu’ailleurs ont depuis longtemps échangé leurs valeurs morales contre un nationalisme débridé. Ce sont eux qui se positionnent comme «les» représentants de «la» communauté juive. En fait, ils agissent comme agents de l’État d’Israël et, en le faisant, mettent en danger les juifs qu’ils prétendent représenter.

Le lobby israélien aligné sur les positions des nationalistes de la droite israélienne vilipende toute critique d’Israël, dont plusieurs livres édités lors des dernières années – Prophets Outcast, Wrestling With Zion, The Question of Zion, The Myths of Zionism – tous écrits par des juifs qui sont préoccupés par ce même conflit entre le sionisme et les valeurs juives. Le lobby israélien dénonce tout juif qui proteste comme «traître» ou bien comme «juif qui se haït». Mais l’ampleur de la protestation ne cesse d’augmenter. Elle couvre tout un spectre de juifs, des rabbins hassidiques d’un côté, en passant par l’ancien président de la Knesset, jusqu’aux anarchistes israéliens de l’autre.

Il y a quelques jours, à Londres, le rabbin Avraham Greenberg, barbu et en chapeau noir, brûle son passeport israélien devant une foule manifestant contre l’attaque israélienne. Dans une entrevue après la manifestation, il explique que, selon la tradition juive, il est impérieux de parler ouvertement lorsque la réputation du judaïsme est profanée. Il n’offre aucune analyse politique de la réalité au Moyen-Orient, mais souligne que l’idée même d’un État réservé aux juifs, et le prix humain et moral qu’il exige, va a l’encontre de tout ce que le judaïsme enseigne, en particulier les valeurs clés de l’humilité, de la compassion et de la bonté. Il conclut que l’État d’Israël constitue «le plus grand danger pour les juifs».

En Israël même, nombreux sont ceux qui s’opposent fermement à l’idée même d’attaquer Gaza. Le vétéran de la presse et de la politique israélienne Uri Avnery compare l’attaque au siège de Leningrad et le bombardement de Londres par les forces nazies lors de la Seconde guerre mondiale. Ce genre de comparaison – que peu de journaux occidentaux auraient osé publier de peur d’être accusé «d’antisémitisme» – est monnaie courante en Israël. En fait, les dénonciations les plus fermes de la politique israélienne proviennent des juifs israéliens qui sont autant divisés que leurs coreligionnaires ailleurs.

À Montréal, la succursale locale du groupement international Voix juives indépendantes/Independent Jewish Voices monte un piquet devant une synagogue qui sert de lieu d’un rassemblement sioniste pour appuyer – sans broncher – les actions d’Israël. Ils portent une pancarte «Juifs pour Gaza» et soulignent que «ce pays voyou» n’agit pas à leur nom.

Plus de six cents juifs ont signé un appel aux soldats israéliens de désobéir et de déserter. Cet appel est également signé par une brochette d’organisations juives, toutes opposées à ce que fait, voire ce qu’est l’État d’Israël. Car la dernière attaque israélienne souligne de nouveau un fait essentiel mais souvent occulté: c’est la vision sioniste de l’État d’Israël comme une ethnocratie exclusive qui est à la racine des violences qui secouent la Terre sainte depuis six décennies. Tandis que partout au monde, de l’Iran au Canada, les juifs vivent en paix parmi d’autres groupes, ce n’est qu’en Israël qu’ils se sont ségrégués dans un ghetto armé qui ne leur pourvoie guère la sécurité et menace tous les autres autour.

Il reste à voir si la rupture entre ceux qui s’en remettent a la tradition morale juive et les convertis au nationalisme juif peut un jour être réduite. Tous ceux qui perpétuent l’association automatique des juifs à l’État d’Israël ne font pas seulement une grave erreur ils contribuent ainsi à la cause sioniste.

L’auteur (Yakov Rabkin) est professeur d’histoire à l’Université de Montréal; son dernier ouvrage est Au nom de la Torah: une histoire de l’opposition juive au sionisme (PUL).

Source

Posted in Actualité, Anarchisme, Église, Canada, Cinéma, Crime contre l'humanité, Crime de guerre, Fascisme, Guerre, Histoire, Impérialisme, Israël, Lutte anti-fasciste, Militarisme, Nazi, Palestine, Préjugés, Propagande, Répression, Résistance, Secte, Sionisme, Terrorisme, Terrorisme étatique | 13 Comments »

W, le nouveau film d’Oliver Stone

Posted by Libertad ! sur 31 juillet, 2008

Ce nouveau film du réalisateur américain Oliver Stone met en vedette Josh Brolin dans le rôle du président Georges W. Bush. Le film, qui avait été annoncé il y a quelques années sortira enfin le 17 octobre. Selon certaines personnes, ce film risque de mettre le dernier clou dans le cercueil de Bush, qui compte un taux d’impopularité historique de plus de 75%. Vous pouvez désormais voir la bande-annonce de ce film qui s’annonce déjà controversé en ligne.

Dans cette bande-annonce, on y voit un étudiant (Bush) qui joue aux cartes, qui perd le contrôle de sa voiture et qui a du mal à se contrôler. Le film raconte l’ascension improbable de cet étudiant médiocre et alcoolique, pour finalement devenir l’homme le plus puissant de la planète.

Oliver Stone est connu pour ses films politiques. En 1986, cet ancien militaire qui a fait la guerre du Vietnam à réalisé Platoon, reconnu comme étant l’un des meilleurs films de guerres de tout les temps. En 1991, il réalisa cette fois-ci film controversé autour de l’assassinat de John F. Kennedy, JFK. En 1994 sortit le film Natural Born Killers, un film assez étrange qui montre la cavale d’un couple de meurtriers qui souhaite se servir des caméras de télévision pour devenir célèbre. Le film fit scandale à l’époque à cause de sa violence, mais la violence de ce film est là pour critiquer comment les médias peuvent traiter l’information et par le fait même transformer des meurtriers en véritables vedettes. Il réalisera par la suite des films qui portent directement sur l’actualité, comme en témoigne son documentaire Comandante, qui porte sur Fidel Castro. Oliver Stone l’a par ailleurs interviewé durant 3 jours à La Havane durant l’été 2002.

Posted in Bush, Cinéma, Culture | 9 Comments »

Révolution cinéma, nouveau blogue relié à RW

Posted by Libertad ! sur 25 mai, 2008

Sur ce nouveau blogue sans prétention, relié à Reactionism Watch, le cinéma y est abordé selon une perspective toujours révolutionnaire et anti-impérialiste. Parce qu’il y a la politique, mais également l’art, j’ai cru qu’il serait pertinent de créer quelque chose de nouveau, pour y développer des idées sur la culture. Je vois Révolution cinéma comme étant un espace de liberté, dans lequel il n’existe aucune contrainte. Bien sûr, il faut prendre certaines critiques de films avec humour. Les classiques révolutionnaires et communistes, tout comme les films d’actualités seront à l’honneur sur ce site. Même si les ajouts ne seront pas fréquents, je vous invite à visiter ce site, en plus de Reactionism Watch. Pour des suggestions, des questions ou si vous êtes intéressés à collaborer, vous pouvez communiquer avec la même adresse courriel que pour RW : reactionismwatch(a)gmail.com .

http://revolutioncinema.blogspot.com/

Merci.

Posted in Cinéma, Culture, Liens, Reactionism Watch | 16 Comments »

Festoyons, il n’est plus

Posted by sylvainguillemette sur 7 avril, 2008

Je ne me mettrai pas à raconter sa vie, il ne mérite pas tel honneur. Charlton Heston est mort. Certains le connaissent pour ses rôles au cinéma, d’autres le connaissent pour ses positions radicales et surtout, racistes. Il fut président de la NRA, un mouvement de fanatiques d’armes à feu, où se sont également retranchés sous des branches devenues  légales, certains mouvement nazis et xénophobes, comme le KKK.

Il a d’ailleurs fait parler de lui, tout de suite après le massacre de Columbine,  ayant fait l’éloge des armes dans la même région, moins d’une semaine après le drame.

Ce monstre était aussi très nostalgique de l’époque où Reagan faisait la chasse aux sorcières, aux rouges, aux communistes. Il idolâtrait ce dernier comme certains capitalistes idolâtrent l’IEDM.

Donc, bonne nouvelle camarades, il est enfin mort!

 

Posted in Article, Cinéma, Droite, Réactionnaire | 33 Comments »

Persepolis

Posted by Libertad ! sur 21 janvier, 2008

persepolis.jpg

Persepolis est un film autobiographique de la réalisatrice franco-iranienne Marjane Satrapi qui a fait beaucoup parler ces derniers temps. C’est peut-être parce que le thème du film est plus que jamais d’actualité aujourd’hui, avec toutes les menaces du gouvernement américain d’envahir la république islamique mais aussi parce que le film à gagner le prix du jury à Cannes et qu’il représente désormais la France dans la course de l’Academy Award du meilleur film étranger.

Le film s’ouvre sur la contestation du régime du Shah, dictateur installé au pouvoir grâce à l’aide de la CIA et des compagnies pétrolières. Les iraniens souhaitent le changement, dont la famille de Marjane, une famille qui défend des principes de gauche. Cette petite fille de 8 ans recherche des réponses à ses questions sur le monde des adultes et c’est de cette manière qu’elle suivra avec excitation les évènements qui vont mener à l’instauration de la république islamique d’Iran.

Peu à après une période de relative liberté, le nouveau gouvernement prodigue de nouveaux interdits et des obligations particulièrement contraignante envers la population. Le port du voile est obligatoire pour les femmes et il est interdit aux femmes et aux hommes de se rassembler dans le même endroit. C’est dans ce contexte que la jeune Marjane se rebelle contre l’autorité des islamistes en écoutant du Iron Maiden et en critiquant les affirmations de son enseignante de religion.

Dans un pays dans lequel les jeunes gardiens de la révolution islamique font la loi, les parents de Marjane l’envoie étudié dans un lycée français en Autriche. C’est alors que la jeune femme va connaître l’amour, mais aussi la différence et le désespoir.

Adapté d’une bande dessinée, Persepolis à l’intérêt de nous présenter l’histoire méconnue d’un pays qui pourtant devient de plus en plus important sur la scène internationale. À travers les témoignages des proches de Marjane, mais aussi de son vécu, nous voyons la proclamation de la république d’Azerbaïdjan, l’instauration de la monarchie avec l’aide des impérialistes britanniques, la révolution islamique de 1979 ainsi que les exécutions d’opposants politiques par le régime iranien dans le pire de la guerre Irak-Iran.

Côté technique, Persepolis est une véritable trouvaille. Les dessins, noirs avec des contours blancs, sont magnifiques. Les voix de Danielle Darrieux, Catherine Deneuve et Chiara Mastroianni sont transpirantes d’authenticité.

Ceux qui s’intéressent de près à la politique vont être également servis avec les nombreux clins d’oeil qu’on y fait. On y parle de Bakounine, de Karl Marx, de Lénine et de la lutte des classes. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une œuvre politique à proprement parler, le film est très teinté d’un point de vue très politisé, chose qui devrait plaire aux camarades.

En conclusion, la réalisatrice de Persepolis à réussi à faire ressortir de ses bandes dessinées une très belle œuvre, teinté de militantisme, mais aussi d’humanité et de tendresse. On rit et on est touché par moment, tout en se rendant compte de la gravité de la répression en Iran.

Un film à voir absolument.

copie-de-redblackstar_icon_med.gif

(Note sur 5 étoiles, 5 étoiles signifie que le film est un chef d’oeuvre et une étoile et moins signifie que le film est médiocre. 3 étoiles étant le minimum pour passer.)

Posted in Article, Cinéma, Culture, Histoire, Iran | 9 Comments »