Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Archive for the ‘Controverse’ Category

Toronto la grande

Posted by Jean-Sébastien Vézina-Girard sur 19 juillet, 2010

Après plus de 1000 arrestations les forces policières de Toronto n’ont pas encore arrêtés tous les suspects qu’ils voulaient. Beaucoup de monde sont furieux de voir le travail effectué par les  »agents de la paix ». Pourquoi un budget de plus de 1 Milliard de dollars et encore du monde à rechercher ? La réponse est fort simple, la police de Toronto veut attirer l’attention ailleurs que sur eux-même, ils jouent la victime et tente d’y mêler la population. Car faire appel à la population fait partie de quelques techniques policières, en temps normal cela est fait lorsqu’il y a de dangereux criminels qui courent les rues telles que des tueurs en série, des voleurs de banques etc., tandis qu’ici nous parlons bien de gens qui étaient à une manifestation de tout ce qui avait de plus légitime et qui sont accusés d’avoir organisé celle-ci et d’avoir incité au grabuge et à la casse.

Les dix personnes qui sont les plus recherchés devrait être les policiers agents provocateurs qui ont incité à cette violence et fait du vandalisme. Quelques médias nous ont montré des voitures en feu dans la rue à quelques mètres des policiers, or beaucoup de manifestant témoigne le fait que ces voitures étaient là sans surveillance depuis au moins six heures à travers la foule qui n’a pas touché les voitures d’un poil. Jusqu’à ce qu’un agent provocateur saute sur une première voiture qui en fait était destinée à la casse selon de no d’identification. Mais voyant très bien que cela n’en valais pas la peine les manifestants l’on laissé faire le clown seul.

Les agents provocateurs sont utiles au travail des policiers pour justifier la répression et ainsi justifier les dépenses faramineuses de ce sommet-cirque, les dépenses augmentent sans cesse lorsqu’il s’agit de la sécurité surtout de leur sécurité. L’argent payer en grande partie par les classes moyenne et pauvre par l’entremise de taxes sur un peu tout sert défendre pour les plus riches et sert aussi à ceux qui vont décider de l’avenir de nos sociétés et ce sans notre consentement. La répression que nous avons été témoins de voir et d’entendre ces dernières semaines nous donne un bref aperçu de l’avenir quand aux conflits sociaux-politiques dans lesquels la ou les populations en général vont faire face. Car les décisions prisent dans ce sommet-cirque ne sont que des mesures impopulaires qui ne vont qu’agrandir les inégalités et les frustrations de la par de la population et justifier les répressions qui en fait était un terrain d’essai. Car les policiers ont vraiment agi comme s’ils étaient en temps de crise, ils s’y préparent et font face aux groupes les plus radicaux de la société pour être en mesure de bien identifier les comportements de ceux-ci.

Les événements de Toronto ne sont qu’un prélude de l’avenir d’un État avec de moins en moins de pouvoir quand au services publics mais augmentant sans cesse les dépences injustifiées d’une sécurité de plus en plus répressive qui demande à sa population de l’aider dans ses démarches, bref un État policier quoi!

Publicités

Posted in Actualité, Article, Brutalité policière, Canada, Capitalisme, Conservateurs, Controverse, Corruption, Coup d'état, Crime contre l'humanité, Dictature, Extrême-droite, Fascisme, G-20, Manifestation, Manipulation, Médias, Réactionnaire, Répression, Résistance, Société, Terrorisme, Toronto, Violence | 16 Comments »

Tony Blair, un menteur et un tueur de masse sans regret

Posted by sylvainguillemette sur 29 janvier, 2010

https://i0.wp.com/scrapetv.com/News/News%20Pages/Everyone%20Else/images-4/tony-blair.jpgAprès être passé sous commission en Grande-Bretagne, l’ancien premier ministre Tony Blair affirme ne rien regretter de sa décision d’avoir envoyé ses troupes en Irak, pour déloger Saddam Hussein du trône qu’il s’était octroyé. Il dit du monde, qu’il est plus sûr depuis la chute du défunt Saddam Hussein.

Or, les armées états-uniennes continuent de faire des morts, d’armer des terroristes, de commettre des actes terroristes, de financer le terrorisme, de combler les manques en école de torture dans certains pays d’Amérique latine, d’Afrique, ou européens, de préparer des conflits d’intérêts majeurs pour l’humanité, etc.. Ma question, doit-on envahir les États-Unis d’Amérique,  pour palier à ces dangers?

Depuis l’avènement de la puissance reconnue de ce pays, nul ne peut remettre ce dernier en question, sur ses crimes de guerres évidents, sur ses crimes commis contre l’humanité évidents. Comme pour Israël, les États-Unis d’Amérique semblent intouchables, inaptes à subir des procès, sinon, comme tant d’autres, moins voyous pourtant, des sanctions économiques bien méritées.

Parce que disons-le, si quelconque pays ose remettre en question les politiques étrangères de Washington, il se verra frappé des dites sanctions économiques, pourtant méritées par Washington, bien plus que par quelconque autre pays.

Prenons l’un des pires de ceux-là, à mes propres yeux, la Coré du Nord. Elle est soumise à la junte militaire en place, dictée, ou dictant à Kim-Jong-Il, la voie à suivre. Ce pays a certes, un long éventail de raisons à citer, pour lui soumettre des sanctions internationales, mais ces mêmes raisons, pourtant, ne semblent pas en incriminer autant les États-Unis d’Amérique qui, justement, commettent les mêmes crimes, mais sur autrui.

La Coré du Nord possède des armes nucléaires, qu’elle menace de lancer sur la Coré du Sud et sur le Japon. Washington en possède plus de 1000, en Corée du sud, qu’elle menace, et menaçait avant que la Corée du Nord n’obtienne ses propres ogives nucléaires, de lancer sur Pyongyang. Une autre question! Est-ce que Washington a le droit de faire ce que Pyongyang n’a pas le droit de faire? De posséder des armes nucléaires, et de menacer des pays souverains de lancer ses armes nucléaires contre eux?

Rappelons-nous qu’à Cuba, lors de la crise des missiles, il y avait des ogives nucléaires russes, mais qu’en même temps, même avant, des ogives nucléaires états-uniennes étaient basées en Turquie, pointant toutes sur Moscou! Une autre question? Allons-y! Est-ce que Washington a le droit exclusif de baser des armes nucléaires tout près de ses ennemis idéologiques? Et a-t-elle le droit de recourir à celles-ci, plus que les autres pays tout autant souverains?

Sinon, que dire d’Israël, qui commet des meurtres à peu près tous les jours, de parfaits innocents? Saviez-vous qu’Israël possède l’arme nucléaire, sans faire partie de la liste sélective des possédants de ces ADM, et qu’elle déclare toujours ne pas posséder d’ADM? Ma question! Est-ce que Tel-Aviv a un droit divin de posséder des armes nucléaires, sans faire partie du club sélect de l’AIEA, et un droit divin aussi, de passer incognito vis-à-vis cette même structure, pourtant appelée en 2003, à voir si Saddam Hussein possédait des ADM, dont des armes nucléaires? Rappelons qu’Israël, en 2006, et en 2007, a tué des milliers de palestiniens, ou de libanais, sans là, se faire taxer de terroriste, sans se faire couvrir de sanctions internationales! Elle l’a fait avec des ADM, dont le phosphore blanc, le NAPALM et les armes à sous-munitions. Israël a visé les ponts, les écoles, les hôpitaux, les bâtisses gouvernementales, les centrales électriques et les points d’eau potable, ma question! Est-ce qu’Israël se trouve au-dessus des lois internationales, comme les États-Unis et la Grande-Bretagne? Est-ce qu’Israël a le droit de posséder des ADM, dont des armes nucléaires, même si elle démontre un visage terroriste à l’année longue et qu’elle ne respecte pas les droits humains des palestiniens, ou des libanais?

Si Tony Blair a raison de dire que le monde est mieux sans Saddam Hussein, qui ne représentait visiblement aucun danger autre, pour la Grande Bretagne et pour les États-Unis d’Amérique, qu’un exemple en matière de politique des ressources naturelles, soit la nationalisation de celles-ci, ais-je raison d’affirmer que nous devrions désormais, penser à renverser la dictature bourgeoise par  les armes, puisqu’elle nous mène à notre perte certaine, ne serait-ce qu’en matière environnementale?

Si la logique de Tony Blair doit s’appliquer, celle-ci aura vite fait de légitimer les pires exactions commises au sein de l’humanité. Bref, le jugement de ce patent incompétent, ou de ce complice d’une tuerie qu’il n’a toujours pas évalué justement, est aussi contradictoire que ses prétentions du monde plus sûr, qu’est le nôtre sans Saddam Hussein!

Posted in Actualité, Afghanistan, Angleterre, Année 2007, Armée, États-Unis, Bourgeoisie, Bush, Conservateur, Conservateurs, Controverse, Coup d'état, Crime contre l'humanité, Crime de guerre, Démocratie, Dictature, Droite, Environnement, Extrême-droite, Grande-Bretagne, Guerre, Impérialisme, Ingérence, Internationale, Irak, Israël, Japon, Liban, Malinformation, Manipulation, Militaire, Militarisme, Occupation, Palestine, Pétrole, Politique, Populisme, Préjugés, Propagande, Réactionnaire, Répression, Républicains, Terrorisme, Terrorisme étatique, Tony Blair, Trou du cul, USA, Violence, Washington | Leave a Comment »

Colvin contre Hillier

Posted by sylvainguillemette sur 26 novembre, 2009

http://peacerebelgirl.files.wordpress.com/2009/02/cgr_eng_iraq_afghanistan1.jpg

 

 

Les médias sont ainsi, ils laissent planer un doute, un suspense, question de mousser un tantinet leurs reportages. Depuis hier, ceux-ci abordent à nouveau la question des prisonniers afghans, que nous savons désormais, possiblement systématiquement torturés, et cela, alors que le Canada serait au courant, lorsqu’il transfert les prisonniers aux «autorités» afghanes. Mais deux versions s’affrontent ici, laissant planer ce dit doute, alors que pourtant, les choses semblent claires pour la majorité populaire, ce que confirme d’ailleurs un sondage d’autant plus que la crédibilité d’un militaire, voulant «exterminer de la vermine», vient changer la donne dans l’opinion publique si l’on s’y attarde.

 

Rick Hillier, ancien général, à la retraite désormais, affirme que durant son temps affecté au commandement, Colvin ne l’a pas averti des possibilités de torture. À l’époque, McKay était le ministre de la défense du Canada, responsable de rendre ces «mémos» (rendus confidentiels par les conservateurs de Harper) aux généraux. Richard Colvin, lui, affirme que le Canada a toujours été  au courant, et qu’il a mis au courant Hillier et ses collègues du danger potentiel de torture. Mais qui donc, des deux, a quelque chose à gagner, ou à cacher, bref,  à vendre sa version à l’opinion publique?

 

Hillier, jadis au commandement de nos troupes impérialistes en Afghanistan, rappelons-le, dans une mission déclenchée sur un tas de mensonges répétés à maintes reprises par l’administration Bush , illégale et institutrice d’un «gouvernement» de talibans rasés et de seigneurs de guerre, ainsi que d’un dictateur non élu par le peuple, affirme pour sa part, n’avoir jamais été mis au courant par Colvin de telles possibilités, attribuant donc à ce dernier, le mensonge éhonté. Mais qu’a à gagner Colvin à mentir sur cette situation désespérée en Afghanistan? Rien, il met d’ailleurs, et c’est maintenant évident, sa propre carrière en jeu, ainsi que sa réputation et sa crédibilité. Mais qu’a Rick Hillier à gagner, si Colvin n’y a, lui, rien du tout, sauf tout à perdre? Eh bien! Il commandait les troupes, il se trouverait donc, en partie, responsable du sort des prisonniers afghans, selon les ententes qu’aurait signées le Canada, internationalement, et auprès du «gouvernement» afghan. Il aurait donc, tout à gagner, à mentir sur la situation réelle, et le contraire n’est pas une observation possible, ni plausible. Il serait sinon, passible d’accusations criminelles de guerre, voire de complicité dans la torture systématique des prisonniers afghans –Les États-Unis ont toujours, dans leurs nombreux conflits étalés sur 150 ans, usé de torture vis-à-vis leurs prisonniers. La CIA, et la DEA désormais, ont construit des écoles de torture à travers toute l’Amérique latine, et à travers l’Europe et l’Afrique. C’est une tradition états-unienne, ou capitaliste et bourgeoise devrais-je dire.-.

 

Aussi, il serait peut-être bien de rappeler au lectorat que Rick Hillier fut partisan de la ligne dure, et des conservateurs, qui eux-mêmes, ont participé à la torture d’un enfant-soldat (Omar Khadr) via leur SCRS (Affilié à la plus financée des organisations terroristes, la CIA.), selon encore une fois, les traités qu’a signés le Canada par le passé. Que cela plaise ou non aux conservateurs, ou aux militaires, la détention d’un enfant-soldat était et demeure illégale, et sa torture évidemment, l’est tout autant! De plus, cet enfant-soldat est détenu dans un endroit peu commun, une prison –Guantanamo- jugée elle-même illégale, et construite sur un territoire occupé par les États-Unis d’Amérique sur l’île de Cuba, territoire que revendique bien sûr, La Havane. Rick Hillier avait affirmé, devant les caméras des médias -dont Radio-Canada-, qu’il allait tout faire pour «exterminer cette vermine talibane». Or, cette seule remarque partisane et radicale déterminait à l’avance, la culpabilité des combattants afghans, qu’ils soient ou non, talibans, et d’origine verminale. Bref, un partisan pur et dur de l’occupation de l’Afghanistan, un partisan pur et dur de l’OTAN, ce bras armé de la bourgeoisie. Hillier n’a donc pas la notoriété de Colvin, ni son prestige, pour affirmer que ce dernier ment. Le seul prestige qu’il a, c’est d’avoir monté les échelons dans une organisation impérialiste, une armée officielle, certes, mais également, une armée perpétrant des crimes de guerre à l’étranger (bombardements en Yougoslavie de cibles civiles, invasion de pays souverains, mise en place de dictature dans des pays souverains, participation à des coups d’État avec leurs alliés, utilisation de phosphore blanc offensivement, etc..). Et c’est un militaire, sachant très bien garder un secret… Et nous observons, justement, un secret bien gardé à Ottawa. Car Stephen Harper, si vous ne le saviez pas, a tout fait pour bloquer et rendre confidentiels, les mémos de Colvin rendus à MacKay.

 

Bref, les conservateurs nous disent que Colvin ne raconte que des bobards, mais ils font taire ces bobards, question d’être certain que personne n’en apprenne sur ceux-là…

 

 

Qui donc doit-on croire? Hillier, le militariste assoiffé par l’envie d’«exterminer de la vermine talibane», ou un parfait innocent, ne rapportant que des faits qui, aujourd’hui, mettent sa carrière en péril? Et qui s’étonne de voir Hillier et ses collègues démentir Colvin, car après tout, Hillier n’est pas contre cette torture, faite vis-à-vis ceux qu’il désire exterminer…, tout au contraire. Et en voulant exterminer cette dite vermine, sans par exemple tenir compte du fait qu’elle a été financée par Washington cette «vermine», il le démontre bien…

 

Il y a donc eu torture, et le Canada le savait, et y a participé, en complice. De toute façon, le Canada est complice de ses alliés, quant à l’invasion de ce pays qu’est l’Afghanistan, quant à la mise en place d’une dictature militairement soutenue, et du maintien au pouvoir, des factions de guerres, elles, dirigées par les seigneurs de guerre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posted in Actualité, Afghanistan, Afrique, Amérique du Sud, Angleterre, Armée, Armée canadienne, Armes, États-Unis, Bourgeoisie, Bush, Canada, Capitalisme, CIA, Conservateur, Conservateurs, Controverse, Coup d'état, Crime contre l'humanité, Crime de guerre, Cuba, Démocratie, Dictature, Droite, Ex-Yougoslavie, Extrême-droite, Fascisme, France, Guerre, Impérialisme, Ingérence, Internationale, Malinformation, Manipulation, Média, Médias, Militaire, Militarisme, Néo-libéralisme, Occupation, Politique, Propagande, Réactionnaire, Résistance, Terrorisme, Terrorisme étatique, Trou du cul, USA | Leave a Comment »

Durban II: Racisme VS. Racisme

Posted by quebecsocialiste sur 22 avril, 2009

 À la fin de l’été 2001, la conférence internationale contre le racisme « Durban 1 » (nommée ainsi en l’honneur de la ville sud-africaine du même nom) avait créé la controverse par sa volonté de remettre le sionisme sur la liste des idéologies racistes, d’où il avait été retiré il y a environ vingt ans pour favoriser le « processus de paix » (l’apartheid sud-africain a été sanctionné, alors qu’Israël a reçu des bonbons pour les mêmes crimes), processus qui avait déjà clairement échoué en 2001 avec un Ariel Sharon fou furieux en pleine campagne de destruction massive et une intifada (révolte) palestinienne au plus fort de sa colère. Les USA de Bush, à la demande d’Israël, claquèrent la porte de la conférence, qui s’acheva abruptement, et n’y revinrent jamais. Deux jours plus tard, c’était le 9/11…

L’année dernière, la conférence Durban II (toujours dans la même ville) s’était terminée avec l’intention d’aller de l’avant avec son projet, surtout que les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité commis en toute impunité par le régime d’apartheid sioniste au nom de la suprématie du « Grand Israël » avaient choqué le monde par ses agissements au Liban et en Palestine, où les civils avaient été massacrés par milliers. La décision de la conférence fit que les représentants des lobbys sionistes au près de nos chers gouvernements corrompus d’occident déchirèrent leurs chemises et se mirent à crier au « racisme » à tous vents. La « suite » de cette conférence parrainée par l’ONU se tient cette semaine à Genève, en Suisse. Déjà, la conférence onusienne contre le racisme était menacée de boycott par à peu près tous les pays de poids en occident. Fait à noter: La première « nation » à annoncer son refus de participer à la conférence après l’appel d’Israël, ce qui constitue un appui au racisme, a été le Canada, décision prise au plus fort de l’agression brutale et terroriste de Tsahal contre la population sans défense de Gaza, agression qui coûta la vie à 410 enfants et plusieurs centaines de civils innocents, au milieu du mois de janvier dernier. Rappelons que le Canada avait supporté cette barbarie en condamnant les palestiniens… parce qu’ils se défendaient. La décision avait été annoncé par nul autre que… (soupir)… le ministre de l’immigration Jason Kenney. Il me semble qu’il se surpasse cette année celui-là. Parions que ses copains terroristes de la « Jewish Defence League » (lire: Zionist Racist Enforcers) lui ont encore fourni le tuyau, tout comme pour sa « Ô brillante idée » de tenter en vain de censurer le député britannique élu George Galloway pour son « crime odieux » qui consista, dans les faits, à oser apporter de l’aide humanitaire à la population meurtrie et affamée de Gaza, que les pays occidentaux « moralement supérieurs » ont décider de lâchement abandonner à son sort tragique. D’autres pays, comme les Pays-Bas, l’Allemagne, l’Autriche, l’Italie, le Danemark, l’Australie et la Nouvelle Zélande, ont aussi signifié leur soutien au racisme en annonçant un à un leur « boycott » de la conférence onusienne. Mais ne vous inquiétez pas, car il y avait une « raison » pour toute cette hypocrisie: La conférence est présidée par une libyenne et la vice-présidence est assumée par Cuba. Où est le problème au juste? Rien en fait. L’absence marquée de justification montre clairement un racisme non avoué à l’égard de ces deux peuples « voyous » barrés par les USA. Une autre « raison » (à part le lèse-majesté d’Israël) a par contre fait surface: Un projet de texte voulant assimiler à du racisme la critique gratuite des religions en général, mais l’islam était cité en particulier pour l’acharnement dont cette religion fait l’objet depuis les attentats du 9/11. Je suis tout à fait d’accord pour dire que cette clause n’avait pas sa place, et comme de fait, elle a été retirée à la dernière minute lors de « négociations » musclées, avec la Russie comme arbitre, qui eurent lieu à la dernière minute, négociations (lire: concessions) qui virent aussi toute référence directe à Israël ou aux discriminations systématiques qui affligent les palestiniens, retirées des discussions qui étaient censées avoir lieu. Comment l’occident a-t-elle réagit à ces concessions gratuites, faites dans le but que ses bonzes viennent prendre la parole contre le racisme? En faisant un gros bras d’honneur aux pays participants. De plus, la veille de la conférence, les États-Unis du « sauveur Obama » ont décidé d’annoncer « avec regret » leur boycott de la conférence, entraînant la Suède ainsi que leur chien de poche qu’est la Pologne avec eux. Le naufrage s’annonçait…

Avec autant d’absences de taille (la France, la Belgique, l’Espagne et la Grande-Bretagne ayant décidées d’envoyer des délégations de faible rang, soit leurs ambassadeurs en Suisse), il fallait bien que quelqu’un de moindrement important (lire: un chef d’état) prenne la parole pour ouvrir la conférence… et c’est là que le président Amhadinejad (conservateur) de l’Iran obscurantiste est entré en scène. Rien qu’à savoir qu’il allait fouler la tribune, « les carottes étaient cuites » comme on dit. Les stratèges sionistes anticipaient déjà la résurrection du « choc des civilisations », relégué aux oubliettes depuis la montée d’Obama sur le trône de l’empire. L’extrémiste allait semer la controverse et les pseudo moralisateurs de l’occident en ont profité pour l’encourager en le mettant en garde contre « tout débordement anti-sémite », une véritable invitation à faire tout le contraire pour ce fameux « franc parleur ».

Voici ce qu’il a dit de « pas correct »: « Après la fin de la seconde guerre mondiale, ils [les Alliés] ont eu recours à l’agression militaire pour priver de terres une nation entière sous le prétexte de la souffrance juive », a-t-il expliqué à la tribune. « Ils ont envoyé des migrants d’Europe, des Etats-Unis et du monde de l’Holocauste pour établir un gouvernement raciste en Palestine occupée (…) Des efforts doivent être faits pour mettre un terme aux abus des sionistes et de (leurs) partisans. » Comme « sortie antisémite », j’ai déjà vu bien pire, comme en France par exemple, où Jean-Marie Le Pen, la version « vieux débris » de Sarkozy le sectaire anti-jeunes, anti-syndicats et anti-immigrants, sévit toujours jusqu’à nouvel ordre.

Que l’on mette les choses au point maintenant:

 

Je ne supporte nullement Amhadinejad, ce sombre obscurantiste #2 (derrière l’ayatollah) d’un régime moyen-âgeux hostile aux femmes, aux homosexuels et aux communistes.

 

Personnellement, vu qu’il était le seul intervenant d’importance à cette conférence antiraciste (bravo aux « champions des droits de l’homme » qui n’ont pas été foutus de se déplacer pour lui faire de l’ombre et peut-être même, carrément rendre son intervention inutile), je m’attendais à bien pire de sa part… ce qui ne fut pas le cas.

 

Je n’ai que du mépris pour cet homme et je crois que l’inviter fut une erreur, mais franchement, j’aurais parfaitement pu tenir le même discours et je connais beaucoup de personnes qui le détestent et qui auraient pourtant pu tenir les même propos sur l’apartheid israélien. Question de mettre les pendules à l’heure, vous saviez que même au temps de l’apartheid en Afrique du Sud, les BLANCS élisaient leur gouvernement fasciste? Vous saviez qu’à la fin de leur régime raciste, leur dernier allié n’était nul autre qu’Israël? Vous saviez que Nelson Mandela lui-même a décrit l’apartheid sioniste comme étant « beaucoup plus brutal et dangereux que l’apartheid sud-africain »?

 

Israël est un état basé sur la suprématie religieuse avec un fort côté militariste et colonialiste. Le présent ministre des affaires étrangères d’Israël, Avigdor Lieberman, a déjà parlé à la Knesset de « faire pendre les députés arabes », ainsi que d’envoyer les palestiniens « dans des autobus jusqu’à la mer et tous les noyer ». Il se développe en ce moment, sous nos yeux, un gouvernement d’extrême droite hautement dangereux pour la sécurité régionale, dont bon nombre de ses membres parlent ouvertement de faire un nettoyage ethnique en Palestine… Ça ne vous allume pas des lumières, chers champions des droits de l’homme? Quel genre de « démocratie » à besoin de massacrer des centaines d’enfants (palestiniens) rien que pour faire mousser sa « campagne électorale » dans laquelle les insultes contre « les chiens arabes » fusent de toutes parts? La « démocratie  » israélienne n’est qu’une vulgaire farce et l’histoire se rappellera que les gouvernements occidentaux l’ont appuyé dans sa démarche de nettoyage ethnique.

 

Je suis d’accord sur une chose avec la propagande sioniste par contre: Il n’y a qu’une seule démocratie digne de ce nom au Moyen-Orient… et non, ce n’est certainement pas Israël. C’est le Liban, où tous les groupes culturels sont représentés au parlement et où les prochaines élections générales auront lieu en juin.

 

Bref, je m’attendais à ce que Amhadinejad nous fassent un freak show dégueulasse et au lieu de ça, c’est à l’écoute de faits vérifiables et confirmés par d’éminents intellectuels JUIFS antisionistes que les quelques représentants européens ont quitté la salle. Pathétique.

 

L’occident verse dans le « deux poids, deux mesure », comme d’habitude.

 

J’aimerais souligner que ce douloureux rappel à la réalité fait par un personnage qui ne devrait pas normalement avoir à faire une telle chose n’aurait peut-être pas eu lieu d’être si quelqu’un d’autre avait décidé de participer sérieusement à la conférence internationale contre le racisme. Le chef d’état du Japon, du Viet-Nam, du Népal, de Chypre, de la Macédoine ou de la Norvège par simple exemple… Où étaient-ils? On sait que le gouvernement iranien, négationniste comme il ne s’en fait plus de si débiles, est loin d’être un exemple mondial dans le domaine des droits humains, tout comme Israël. Un « choc des civilisations »? Non, ce n’est qu’une compétition verbale entre deux états racistes et l’occident, trop stupide pour rester neutre, a décider d’appuyer celui qu’elle a contribué à créer.

 

Si ça continu comme ça, le monde finira par être séparé entre deux camps qui refusent de s’accepter d’un côté comme de l’autre, avec seulement une poignée de nations non alignées entre les deux pour appeler au calme. Est-ce vraiment l’avenir que nous souhaitons laisser en héritage à nos enfants? Nos gouvernements, eux en tout cas, ont bien l’air de s’en foutre.

 

Je terminerai avec cet excellent commentaire qui résume tout, trouvé sur le blogue poubelle de Martineau (ce n’était que trop évident qu’il allait écrire là-dessus dans la journée), comme quoi en cherchant bien, un peu toujours trouver du bon.

 

Commentaire de Rick Deckard:

 

L’Iran fait une ‘déclaration’ et c’est la consternation, ont déchire sa chemise, le boycott, l’emportement et on cris au scandale.

Israël commet des crimes de guerres, tues des observateurs de l’ONU, tir sur des camions d’aide humanitaire, bombarde des écoles et lance des bombes au phosphore(crime de guerre) dans des zones peuplées en plein jour, et? Boycott? non.
On donne a Israël un cheque en blanc pour poursuivre ses crimes de guerre parce qu’on est des lavettes qui ont peur d’être accusés d’anti-semitisme, étiquette lancée dès que quelqu’un ose critiquer les meurtres, crimes de guerre et l’arrogant mépris du droit international dont fait preuve cet état d’Apartheid (Si les Africaners avait d’aussi bon PR et avait lancer gratuitement des accusation d’anti-africaners a tour de bras l’Apartheid sévirait encore aujourd’hui).

Défier le droit international et commettre des crimes de guerre sont des actes qui méritent d’être critiqué.

Posted in États-Unis, Canada, Conservateurs, Controverse, Crime contre l'humanité, Crime de guerre, Droits de la femme, Homophobie, Immigration, Impérialisme, Iran, Israël, Obama, Palestine, Propagande, Racisme, Religion, Secte, Sionisme | 6 Comments »

La politique par d’autres moyens

Posted by sylvainguillemette sur 28 mars, 2009

https://i0.wp.com/baetlanguedoc.blog50.com/images/medium_Surveillance_Internet.jpg

On a suspecté les 30,000 surveillants chinois de la Toile dans ce pays. On annonce maintenant que l’Université de Montréal forme des cyberenquêteurs. Quelle différence ? La politique ? Le respect des droits humains ?

Quand les journalistes exigeaient la libéralisation de la Toile en Chine durant les Olympiques, un dirigeant chinois demandait s’il fallait aller jusqu’à l’autorisation de la pornographie sur la Toile de son pays. Personne n’a osé faire la réflexion que le Chine cherchait ainsi à faire respecter ses lois, fussent-elles différentes des nôtres à cause du régime qu’elles impliquent.

Quels grands bruits on a fait sur les censeurs chinois. Et quels grands bruits on fait encore. Pourtant Big Brother s’installe ici aussi. Jusqu’où iront les contrôles occidentaux sur la Toile nationale ? En cas de menaces aux ordinateurs militaires, quelles intrusions seront réprimées ? Une université ontarienne se vente d’avoir produit un logiciel qui permet l’utilisation de votre ordinateur par un citoyen chinois. Acte de guerre ? Menace à la souveraineté nationale de la Chine ? La question relève d’un droit international encore flou sur le sujet.

Une lutte cybernétique est déjà engagée à l’échelle de la planète. Pourquoi se le cacher ? Les puissants moyens de communications des armées du monde se préoccupent de sécurité. Le Journal de Québec virtuel se disait consulté par les insurgés afghans et acceptait la censure de guerre par l’armée pour ne pas informer les Talibans internautes des secrets de l’occupant canadien.

Alors, comme on sait, « la guerre étant la continuation de la politique par d’autres moyens », qui s’occupera de pacifier la Toile ? De la réguler et d’y voir à l’application des lois encadrant les droits humains dans tous les pays ? Les Chinois n’auraient-ils que précéder l’Occident dans une forme de surveillance que s’autorisent maintenant publiquement nos pays ? À moins que l’on nous ait caché à nous aussi ce que révélait une enquête européenne sur l’espionnage industriel par les États-Unis des compagnies d’aviation de cette région du monde.

Quelle naïveté nous fait penser que la Toile au Canada n’est pas l’objet de surveillance ou qu’elle ne le deviendra pas, ne serait-ce que pour le respect de l’État de droit … comme prétend le faire la Chine ? La différence entre les deux : la prétention d’être un pays « libre » alors que la Chine revendique le statut de pays socialiste … à surveiller pour les surprises que le régime communiste nous réserve dans la nouvelle compétition globale. Souhaitons-la le plus pacifique possible.

Guy Roy

Posted in Actualité, Armes, Controverse, Insolite, Internationale, Jeux Olympiques, Opinion, Police, Réactionnaire, Répression | 3 Comments »

Agents de la SQ pris en «flagrant délit» (Article du Devoir)

Posted by L'Agitateur sur 14 mars, 2009

Deux agents provocateurs

Deux agents provocateurs

Voici une autre raison pourquoi le port de masque est nécessaire, et que la répression policière est permanente.

Des document internes de la Sûreté du Québec (SQ) obtenus en vertu de la Loi d’accès à l’information lèvent le voile sur l’étendue de l’opération de surveillance des manifestants lors du Sommet de Montebello, en 2007: 26 agents civils étaient sur place, jour et nuit, dans le cadre de cette opération baptisée «Flagrant délit».

Ces renseignements ont été obtenus par Francis Dupuis-Déri, un professeur en science politique à l’UQAM dont l’un des objets de recherche est la répression des mouvements sociaux par les forces policières. M. Dupuis-Déri a été surpris par l’ampleur de l’opération menée lors du Sommet de Montebello, les 20 et 21 août 2007.

L’organigramme de «Flagrant délit» comprend une équipe de jour, pour encadrer les manifestations, et une équipe de nuit, pour surveiller les militants qui avaient érigé des campements de fortune sur le site du Sommet. Il comprend les noms de 35 policiers de la SQ imbriqués dans la hiérarchie: deux responsables, deux chefs de groupe, cinq chefs de section et 26 agents, parmi lesquels figurent au moins trois agents qualifiés de «provocateurs», et qui avaient été démasqués lors des manifestations en marge du Sommet.

En effet, la SQ avait été plongée dans l’embarras et forcée de reconnaître l’utilisation d’agents d’infiltration au lendemain des manifestations. Des militants avaient pris en grippe trois hommes assez costauds, vêtus de noir et le visage recouvert d’un foulard. L’un d’entre eux portait un t-shirt d’appui à la station CHOI-FM, un accoutrement plutôt rare dans les milieux d’extrême gauche. Un autre tenait une pierre dans ses mains. «Les déguisements n’étaient pas super « tight », ils étaient vaguement habillés en noir», dit Francis Dupuis-Déri.

Une vidéo diffusée sur YouTube (et vue plus de 437 000 fois) illustre à merveille cette situation rocambolesque. Pris à partie par des jeunes vêtus de noir et masqués également, les trois agents d’infiltration semblent déroutés. «Policiers! Policiers!», crient les jeunes militants. Un des agents d’infiltration, excédé, pousse même le président du Syndicat canadien des communications, de l’énergie et du papier (SCEP-FTQ), Dave Coles, qui essaie de lui arracher son foulard. Coles demande à plusieurs reprises à l’agent de «lâcher sa roche» en anglais, mais il se fait envoyer paître en termes typiquement québécois. Invectivés de toutes parts, les trois agents finissent par se ranger derrière l’escouade anti-émeute, qui «procède» à leur arrestation. «On va les voir se faire tabasser! Vive la police!», crie un manifestant.

Dans les jours suivant l’incident, la SQ avait fait savoir que les agents en civil avaient le mandat «de repérer et d’identifier les manifestants non pacifiques pour ainsi éviter les débordements». La SQ niait par le fait même que les trois policiers aient pu faire des gestes de provocation ou commettre des actes criminels. Aucune sanction disciplinaire n’a été prise contre eux.

«Mais qu’est-ce qu’un policier fait avec une roche dans les mains et un foulard sur le visage, si ce n’est pas de la provocation?, s’interroge Francis Dupuis-Déri. Il y a quelque chose là-dedans qui me met mal à l’aise. Quand tu te promènes avec un caillou dans la main, c’est sûr que t’as la possibilité d’encourager d’autres à le faire.»

Le chercheur et militant pacifiste mesure trop bien l’utilité des agents provocateurs dans les manifestations. «Il y a des situations où les policiers vont tirer avantage à ce qu’une manifestation dégénère. Ça peut détourner l’attention des arguments critiques du mouvement de contestation, puisqu’on va juste parler des gestes de turbulence dans les médias. Ça peut également faciliter les arrestations, et c’est certain que tant que la manifestation n’a pas dégénéré, les policiers ne peuvent pas faire ces arrestations», explique Francis Dupuis-Déri.

La SQ a tiré des leçons de l’incident, selon les documents internes obtenus par M. Dupuis-Déri. Un compte rendu de réunion suggère de «modifier le profil des personnes sélectionnées afin qu’elles puissent fonctionner de façon efficiente». Il y est question de la «grosseur» des agents et de l’absence de femmes dans les équipes d’infiltration. «Une bonification de la formation et des renseignements concernant les us et coutumes des manifestants serait appropriée. [Il est] plus ardu de se fondre dans la foule avec peu de connaissances», ajoute le document.

Le Sommet du partenariat pour la sécurité et la prospérité (PSP) s’est soldé par quatre arrestations, cinq blessés mineurs parmi les policiers et des dizaines de blessés mineurs parmi les manifestants incommodés par les balles de plastique et les gaz lacrymogènes. Environ 1200 personnes étaient descendues dans les rues du petit village de Montebello (996 habitants) pour protester contre le voile de secret entourant la rencontre entre les trois dirigeants nord-américains, le président mexicain Felipe Calderón, le président américain George W. Bush et le premier ministre canadien Stephen Harper.

Les partis d’opposition à Ottawa, la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ) et des groupes de militants avaient exigé une enquête publique sur l’utilisation d’agents d’infiltration. Le ministre provincial de la Sécurité publique, Jacques Dupuis, et son homologue fédéral à l’époque, Stockwell Day, sont demeurés sourds à ces doléances.

On se demande maintenant qui commence les « violences » lors de la manifestation annuelle du 15 mars : la police ou les manifestant-e-s ? À lire…

Merci beaucoup Francis Dupuis-Déri pour son travail ! Je l’encourage à obtenir d’autres informations sur les activités douteuses et illégales de nos chers policiers dont on ne peut se protéger contre en cas d’abus. Merci encore !

Source : Le Devoir

Posted in Actualité, Article, Bourgeoisie, Brutalité policière, Controverse, Droite, Fascisme, Journal, Malinformation, Manifestation, Manipulation, Réactionnaire, Répression | 8 Comments »

Accusez Jean-Loup Lapointe et Stéphanie Pilotte !

Posted by L'Agitateur sur 14 mars, 2009

Jean-Loup Lapointe et Stéphanie Pilotte : recherchéEs pour meutre et complicité !

Jean-Loup Lapointe et Stéphanie Pilotte : recherchéEs pour meutre et complicité !

Posted in Article, Brutalité policière, Controverse, Image, Québec, Répression | 33 Comments »

Le crime des uns n’en est pas un pour les autres

Posted by quebecsocialiste sur 9 mars, 2009

Un excellent texte de William Blum traduit sur Le Grand Soir et intitulé « Prendre la torture au sérieux, ou pas. » qui fait la lumière de manière éloquente sur les double mesures exercées par Washington dans les cas de la torture, de la « justice », des crimes de guerre et des droits humains. Le texte aborde également le soutien des USA à Pol Pot et les maniaques dangereux dont « Saint Obama » s’est entouré. Bonne lecture:

Au Cambodge ils sont de nouveau en train d’organiser le procès d’un ancien haut-dirigeant des Khmers Rouges pour ses crimes de guerre commis entre 1975-1979 et pour crimes contre l’humanité. L’actuel accusé de ce procès organisé sous l’égide des Nations Unies, Kaing Guek Eav, qui dirigeait un centre de torture Khmer Rouge, a avoué les atrocités commises mais insiste qu’il ne faisait qu’obéir aux ordres. (1)

Comme chacun le sait, le Tribunal de Nuremberg a rejeté cette ligne de défense pour les accusés nazis. Tout le monde le sait, non ? Personne n’accorde plus le moindre crédit à une telle excuse, pas vrai ? On fait même des blagues sur les Nazis en les faisant dire « je ne faisais qu’obéir aux ordres ! » (« Ich habe nur den Befehlen gehorcht ! »)

Le problème est que c’est ce même argument qui a été avancé sous les deux administrations, Bush et Obama. Comme le nouveau chef de la CIA, Leon Panetta : « j’ai dit, ainsi que le président, que ceux qui ont agi selon le réglement établi par le Ministre de la Justice sur l’interprétation de la loi (sur la torture) ne seront pas poursuivis. Il est évident que je ne soutiendrai pas une enquête contre eux. Je pense qu’ils ont simplement fait leur travail. » (2) « Agir selon le réglement »… « faire son travail »… sont, bien-sûr, synonymes d’« obéir aux ordres ».

La Convention des Nations Unies contre la Torture (adoptée initialement en 1984), ratifiée par les Etats-Unis, stipule clairement : « aucun ordre d’un officier supérieur ou d’une autorité publique ne pourra être invoqué pour justifier la torture. » La Convention sur la Torture établit l’interdiction de la torture comme un des piliers du droit international, au même titre que l’interdiction de l’esclavage et du génocide.

Bien-sûr, ceux qui « donnent » ces ordres ne sont pas moins coupables. Le jour même de l’investiture d’Obama, le rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture a invoqué la Convention en demandant aux Etats-Unis d’inculper l’ancien président George W. Bush ainsi que le Ministre de la Défense Donald Rumsfeld, pour torture et mauvais traitements infligés aux prisonniers de Guantanamo. (3)

A plusieurs reprises, le Président Obama a exprimé ses réticences quant à faire poursuivre les officiels de Bush pour crimes de guerre, en des termes tels que : « Je crois que personne n’est au-dessus des lois. D’un autre côté, je crois aussi que nous devons aller de l’avant au lieu de ressasser le passé. » Le premier Ministre Cambodgien, Hun Sen, avance le même excuse pour ne pas punir les dirigeants Khmers Rouges. En décembre 1998, il affirmait : « Nous devrions creuser un grand trou et enterrer le passé et regarder vers le 21eme siècle et remettre les compteurs à zéro. » (4) Hun Sen est au pouvoir depuis toutes ces années et aucun dirigeant Khmer Rouge n’a été condamné pour ce massacre d’une ampleur historique.

En s’abstenant d’enquêter sur les officiels de l’administration Bush, Obama les place de fait au-dessus des lois. Comme les officiels Khmers Rouges. Michael Ratner, professeur de droit à l’université de Colombia et président du Centre pour les Droits Constitutionnels, a déclaré qu’une inculpation des officiels était indispensable pour définir les politiques futures. « La seule manière d’empêcher qu’une telle chose ne se reproduise est de faire en sorte que les responsables soient punis. Je ne vois pas comment nous pourrions retrouver notre autorité morale si nous permettons à ceux qui étaient étroitement impliqués dans le programme de torture de s’en aller comme s’il ne s’était rien passé, pour mener leurs petites vies tranquilles. » (5)

Une des raisons qui expliquerait ces réticences à engager des poursuites pourrait être qu’un procès révélerait différentes formes de complaisance ou de collaboration de la part du Parti Démocrate.

Il faut aussi souligner que les Etats-Unis ont soutenu Pol Pot (mort en avril 1998) et les Khmers Rouges pendant plusieurs années après leur renversement par les Vietnamiens en 1979. Ce soutien a commencé sous la présidence de Jimmy Carter et du Conseiller à la Sécurité Nationale, Zbigniew Brzezinski, et s’est poursuivi sous Ronald Reagan. (6) Les seules explications possibles pour une telle politique semblent être le ressentiment des autorités US à l’égard du Vietnam (un petit pays que la puissance monumentale US n’a pas réussi à vaincre) et ses liens d’amitié avec l’Union Soviétique. L’Humiliation peut vous ronger lorsque vous êtes une superpuissance.

Sans oublier non plus que les Khmers Rouges n’auraient probablement jamais pris le pouvoir, ou n’auraient jamais tenté sérieusement de le prendre, si les Etats-Unis n’avaient pas méthodiquement bombardé le Cambodge entre 1969 et 1970 et soutenu le renversement du prince Sihanouk en 1970 pour le remplacer par un homme de paille. (7) Merci à Richard Nixon et Henry Kissinger. Bon travail, les gars.

Au fait, ceux qui ne sont pas encore dégoutés par les nominations d’Obama, voici comment James Jones a débuté son intervention à la Conférence sur la Sécurité à Munich, le 8 février (2009) : « Merci pour ce magnifique hommage à Henry Kissinger, hier. Félicitations. Comme Conseiller à la Sécurité Nationale des Etats-Unis, je vais chaque jour chercher mes instructions auprès du Dr Kissinger. » (8)

Enfin, la Cour Suprême espagnole a annoncé qu’une enquête pour crimes de guerre serait lancée contre l’ancien ministre de la défense israélien et six autres hauts officiels pour l’attaque en 2002 qui couté la vie à un dirigeant du Hamas et 14 civils, à Gaza. (9) L’Espagne, depuis quelques temps, est le pays le plus actif sur le plan de la « juridiction universelle » relative aux violations des droits de l’homme, comme pour l’inculpation du dictateur chilien Augusto Pinochet, il y a 10 ans. Dans le cas des Israéliens, une bombe avait été larguée sur la maison du dirigeant du Hamas ; la plupart des victimes étaient des enfants. Les Etats-Unis font exactement la même chose tous les jours en Afghanistan ou au Pakistan. Etant donné que les présidents américains refusent d’invoquer ne serait-ce que leur propre « juridiction nationale » pour poursuivre des officiels américains pour (toux gêné) crimes de guerres, notre seul espoir est que quelqu’un rappelle aux autorités espagnoles quelques noms, comme « Bush », « Cheney », « Rumsfeld », « Powell », « Rice », « Feith », « Perle », « Yoo » et quelques autres à qui il manque une case, une case en forme de conscience.

Mais nous n’avons pas besoin de faire appel au droit international, car il existe une loi américaine contre les crimes de guerre, une loi votée par un Congrès à majorité républicaine, en 1996. (10)

Le commentateur israélien Uri Avnery a tenté de saisir l’état d’esprit de cette société israélienne qui produit de tels crimes de guerre et de tels criminels de guerre. Il a écrit : « ce système inculque à ses enfants un violent culte tribal, totalement ethnocentrique, qui interprète toute l’histoire du monde comme une répression sans fin des juifs. C’est la religion d’un Peuple Elu, indifférent aux autres, une religion sans compassion pour le non-juif, qui glorifie un génocide décrété par Dieu et décrit dans le livre de Joshua. » (11)

Il ne faut pas grand chose pour adapter cette affirmation aux Etats-Unis. Remplacez « juif » par « américain » et « peuple élu » par « exception américaine ».

[…]

William Blum

traduction partielle VD pour le Grand Soir http://www.legrandsoir.info

Texte original et complet en anglais :
http://www.killinghope.org/bblum6/aer67.html

Notes

(1) Associated Press, August 1, 2007
(2) Press conference, February 25, 2009, transcript by Federal News Service
(3) Agence France Presse (AFP), January 20, 2009
(4) New York Times, December 29, 1998
(5) Associated Press, November 17, 2008
(6) See William Blum, « Rogue State », chapter 10 (« Supporting Pol Pot »)
(7) See William Blum, « Killing Hope », chapter 20 (« Cambodia, 1955-1973 »)
(8) http://www.realclearpolitics.com/articles/2009/02/jones_munich_conference.html
(9) Reuters news agency, January 30, 2009
(10) The War Crimes Act (18 U.S.C. 2441)
(11) Haaretz, leading Israeli newspaper, January 30, 2009

Source

Posted in États-Unis, Bush, Controverse, Crime contre l'humanité, Crime de guerre, Extrême-droite, Fascisme, Guerre, Histoire, Impérialisme, Ingérence, Israël, Malinformation, Manipulation, Médias, Obama, Préjugés, Propagande, Réactionnaire, Secte, Sionisme, Terrorisme étatique | 2 Comments »

L’Angleterre de plus en plus vers l’autoritarisme

Posted by Jean-Sébastien Vézina-Girard sur 19 février, 2009

Depuis le 16 Février 2009, toute personne prisent en train de prendre une photo d’un agent de police peut être considéré comme ayant commis une infraction pénale.

Grâce a cette nouvelle loi, l’article 76 de la Loi sur la lutte contre le terrorisme (Section 76 of the Counter Terrorism Act) qui permet l’arrestation de toute personne trouvée coupable de « recueillir, de publier ou de communiquer des informations » relatives à des membres des forces armées, les services de renseignement et les agents de police, qui est «susceptible d’être utile à une personne commettant ou préparant un acte de terrorisme ».

Cela signifie que toute personne prenant une photo de l’une de ces personnes pourraient faire face à une amende ou une peine de prison allant jusqu’à 10 ans, si un lien est établi avec le terrorisme.

La loi a irrité les photographes, professionnels et amateurs, qui craignent que les forces de l’ordre pourrait accroître le harcèlement qu’il sont habitué de faire.

Une manifestation est attendu Lundi prochain devant le New Scotland Yard à Westminster en Angleterre pour une session de prise de photo en masse en signe de protestation.

L’événement est organisé par le Syndicat national des journalistes qui insiste sur le droit de prendre des photos dans les lieux publics considérant que c’est une précieuse liberté qui doit être sauvegardée.

«Les agents de police sont dans les photos journalistiques à toutes sortes d’événements –  matches de football, carnavals, processions État –  a déclaré John Toner l’orgasnisateur de la NUJ (National Union of Journalists) afin que le syndicat fasse comprendre que le fait de prendre leurs photos ne constitue pas un crime. »

L’état policier anglais qui prend de plus en plus de pouvoir commence a inquéter certains .

Posted in Actualité, Angleterre, Controverse, Droite, Terrorisme | Tagué: , , | 39 Comments »

Défaite du camp fédéraliste

Posted by quebecsocialiste sur 17 février, 2009

Aujourd’hui, à LCN (la cousine québécoise galeuse de FAUX NEWS), Richard Martineau recevait en interview Patrick Bourgeois, du RRQ (Réseau de Résistance du Québécois), en lien avec l’abandon (au Québec du moins) du projet festif, irrespectueux et humiliant de reconstitution de la défaite des plaines d’Abraham. Monsieur Bourgeois s’est bien défendu tout au long de l’entrevue contre les procès d’intention de Martineau, qui n’en démordait pas avec ses accusations de « menaces » à l’endroit des souverainistes, ce à quoi Patrick a bien répondu que non seulement le RRQ ne supportait pas les actes de violences, mais en plus, il avait lui-même reçu, parmi les milliers de lettres d’appuis de québécois concernés, plusieurs menaces de morts, principalement écrites par des fédéralistes enragés de Québec City, preuve parmi tant d’autres que la violence vient autant d’un bord que de l’autre dans cette histoire directement liée à la lutte légitime et démocratique d’émancipation nationale de la nation québécoise. Après avoir sorti quelques versets de la propagande haineuse des fédéralistes sectaires de la blogosphère de Quebecor, Martineau arriva à son plat de résistance : Un texte écrit par Patrick Bourgeois sur sa publication électronique, le Québécois, où il tient des propos… disons assez durs sur la plante verte de service de Harper… je veux dire la «ministre» conservatrice Josée Verner, ainsi que sur le gros minable militariste qui ne prend pas ses médicaments… je veux dire le «maire» de Québec City, Régis Labeaume, deux fédéralistes nostalgiques du génocidaire que fut le médiocre (mais chanceux) James Wolfe, qui mérite bien un monument dans notre «démocratie» selon le fédéraliste pro-Bush qu’est Jean-Jacques Samson, du populiste Journal de Québec, sans fournir le moindre argument pour appuyer sa thèse, bien-sûr, tout comme pour ses accusations de «terrorisme» à l’endroit de pratiquement tout le mouvement indépendantiste québécois. De la pure propagande.

Bref, arrivons tout de suite au but : Martineau avait ceci à dire à Patrick Bourgeois et au RRQ (représenté par Pierre Falardeau) : « Est-il possible de ne pas être d’accord avec vous sans que vous nous insultiez? »…

Citation de Martineau datant de février 2008 sur son «collègue» Jacques Lanctôt : «Ce stupide gauchiste aveugle qui considère Fidel Castro comme un héros.»

La première date de longtemps et n’était présente que sur son blogue de pacotilles, mais l’auditeur critique se rappellera sans doute de l’épisode de rage de Martineau contre la gauche durant la dernière période du nouvel an, quand il s’était déchaîné en matière d’insultes gratuites, de sous-entendus racistes et de calomnies envers Amir Khadir (ou «Godasse» comme le surnomme Riri le clown), le député démocratiquement élu de Mercier.

Deux poids, deux mesures, comme toujours.

En tout cas, malgré tout, nous pouvons nous féliciter, en tant que peuple s’étant tenu debout, de notre victoire d’aujourd’hui sur les plaines, victoire obtenue sans la moindre effusion de sang, une chose que l’extrême droite militariste fédéraleuse (ce qui inclut la clique d’Antagoniste) ne semble pas comprendre, ce qui explique leurs accusations hystériques de «terrorisme» contre les indépendantistes québécois. Le projet indépendantiste doit bien être passé de 43 à 45% après tout ça, de quoi donner des ulcères au fédéral! Hé hé! Il serait plus que surprenant de voir le pontife PLC, qui a prouvé ses mensonges honteux à la population dès le début de son troisième mandat, être réélu dans quatre ans. Il y a une limite à se moquer du prolétariat et Charest, ainsi que sa «dame de fer» Forget, l’ont clairement franchi.

Chers ancêtres patriotes démocrates, encore quelques années et ça y est! Vive le Québec libre, pluraliste et solidaire!

Posted in Conservateurs, Controverse, Coup de gueule, Fédéralisme, Histoire, Hommage, Indépendance, indépendantisme, Lutte de classe, Médias, Militarisme, Monarchie, Propagande, Québec, Québec (ville), Résistance, Television | 26 Comments »