Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Archive for the ‘Éducation’ Category

Liberté de choix…

Posted by sylvainguillemette sur 26 avril, 2009

https://i1.wp.com/2.bp.blogspot.com/_ejcQ9Zy-wbA/SPvMAAuwjeI/AAAAAAAAAJM/DLCpvco5aeg/s320/programme.jpg

Hier, pas loin de 2000 québécois ont manifesté dans le but de critiquer la position du gouvernement Charest quant à son cours d’«éthique et culture religieuse». Ces parents exigent ni plus, ni moins l’exemption de leurs enfants de ce cours ajouté au programme depuis septembre 2008. Pourquoi donc?

Parce qu’ils exigent le droit d’abrutir à leur image, leurs enfants et les empêcher de savoir la vérité sur ce qu’est une religion, plus communément appelé, une secte –parce qu’elles en sont toutes-. Par exemple, il n’est pas question pour ces parents d’apprendre à leurs enfants que la totalité des histoires religieuses ne sont que pure fiction, pure invention des prophètes nombreux à prétendre détenir la vérité. Il existe des milliers de «détenteurs de vérité», exprimant chacun une omniscience sans pareil, mais qui dit vrai? Ainsi exemptés, les enfants seraient à l’abri de la vérité, de celle connue du moins.

Nous savons désormais que l’histoire de Jésus s’adapte à tous les siècles, comme quoi elle n’est pas coulée dans le béton, mais accommodante aux diverses découvertes à son sujet, ou à ses prétendus miracles. Comme par exemple, la présence de Marie-Madeleine dans son lit, sinon comme la possibilité qu’il ait eu des enfants avec elle, etc.. Également, le raélien voit ses prophéties déconcertés, voire détruites par les faits et la soucoupe n’est pas au rendez-vous. Et encore, l’ensemble des religions et sectes n’ont rien d’autre à l’appui de leur message que des oui dires ou des affirmations de la sorte. Rien n’appuie leur thèse, puisqu’on ne parle pas ici de théorie, mais bien d’affirmations gratuites.

Pourquoi les religieux sont-ils frustrés de voir l’État détruire leur propagande? Parce que justement, leur emprise sur l’avenir de leurs proches se retrouve maintenant entre les mains d’un autre, sinon des sujets visés par ces propagandistes. Un curé présent à la manifestation va même jusqu’à traiter les soutenants du cours de fascistes, mais que connait-il donc du fascisme celui-là? Le fascisme était une description au sens strict, décrivant le régime dictatorial et totalitaire établi par Benito Mussolini en Italie entre 1922 et 1945*. De dire qu’un gouvernement capitaliste est totalitaire, soit, mais dictatorial, passons…, le peuple est toujours libre de voter pour un parti autre que celui des capitalistes, si un parti du genre se présente. Aucun des professeurs donnant ce cours n’a le droit de dicter à un élève une quelconque façon de penser ou de croire. Le cours n’est qu’un supplément, tout comme on avertit quelqu’un de ne pas utiliser son séchoir dans la douche. La personne lisant la mise en garde est tout en droit de prendre sa douche avec son séchoir et sa télévision si elle le désire, mais elle sera du moins avertie. Sans quoi, chez les Tremblay la Terre serait ronde, chez les Maheux plate, chez les Richer triangulaire, etc..

Bref, beaucoup de bruit pour pas grand-chose. D’ailleurs, la majorité québécoise soutient ce cours et applaudit sa venue. Seule une minorité ultra religieuse se manifeste aux barricades, et nous parlons ici de près de 2000 manifestants. Les médias capitalistes en font un plat, mais de fait, lorsque nous manifestons contre la guerre et que nous réunissons des dizaines de milliers de «frustrés», quel média nous donne autant de couverture? Je crois qu’il y a lieu de se questionner également sur l’impartialité des médias, mais là, qui ne se questionnait déjà pas sur leur dite impartialité?

Le cours d’«éthique et culture religieuse» est une bonne chose! Les enfants ont le droit de savoir, indépendamment de leurs parents, ce qu’est une secte, une religion ou une affirmation sans preuve destinée à abrutir une population visée aux seules fins d’enrichir quelques gourous ici et là. Pendant que les travailleurs suent, se blessent et se tuent, les curés vivent sur la dîme, au dépend des autres, tout en affirmant des imbécilités comme le «déluge de Noé», détruisant l’explication de l’érosion du Grand Canyon au passage, ou la théorie de l’évolution, sans même argumenter ces affirmations. Soit, les croyants ont le droit de croire ce qu’ils veulent, mais si les gourous ont le droit d’ainsi mentir, le gouvernement est en droit d’éclairer les innocents qui eux, ont le droit de savoir la vérité, ou l’inexistence de vérité dans les affirmations parentales.

Autrement dit, ces manifestants nous en voudraient de dire à leurs enfants que la Terre est ronde, tant qu’ils leur diraient eux, qu’elle est plate! Les parents crient libre-choix, bien, qu’ils laissent leurs enfants choisir leur destinée alors!

Vive le cours d’éthique et culture religieuse! Vive l’éducation! Vive la liberté de choix!

*Notons que ce curé accusant les autres de dictateurs, voudrait bien dicter «LA vérité» aux enfants, comme quoi l’arroseur s’arrose parfois lui-même.

Posted in Actualité, Éducation, Église, Culture, Démocratie, Droite, Fascisme, Ingérence, Malinformation, Manifestation, Manipulation, Média, Médias, Opinion, Propagande, Pseudo science, Réactionnaire, Religion | 17 Comments »

Les raisons de l’occupation à l’UQÀM

Posted by Reactionism Watch sur 11 avril, 2009

Dans la nuit du 6 au 7 avril 2009, 45 étudiantEs de l’UQAM et d’ailleurs, ont investi l’emblématique pavillon Hubert-Aquin et comptaient occuper les lieux jusqu’à ce que leurs revendications soient acceptées. Le Comité du 6 avril s’est formé suite à l’arrestation des 45 étudiantEs.
Rest of the text:

Les revendications des occupantEs étaient: un réinvestissement massif à l’UQAM, immédiatement et sans condition de la part du gouvernement du Québec, l’embauche immédiate de 300 nouveauxELLES professeurEs et la démocratisation des instances administratives de l’UQAM dans une perspective d’autogestion.

En ce sens, nous exigons que le futur « plan stratégique » de l’UQAM ne contienne aucune close sur l’autonomie financière des facultés et/ou des départements et que les directeurs, doyens ou tout autre membre du conseil d’administration, incluant le recteur et les vice-recteursTRICES, soient démocratiquement éluEs par l’ensemble de la communauté uquamienne. C’est cette dernière qui devrait être en contrôle de l’université et non des PDG d’entreprises à but lucratif. ChacunE devrait avoir le droit de se prononcer sur toutes les décisions. C’est en ce sens que nous avons tenté de prendre posession collectivement de notre milieu d’étude. Malheureusement, l’administration actuelle de l’UQAM nous l’a refusé.

Nous croyons que la gouvernance de l’université ne devrait pas être guidée par une perspective de rentabilisation à tout prix, mais que, conformément à la mission originaire de l’UQAM, l’objectif premier devrait rester la qualité et l’accessibilité de l’éducation post-secondaire. L’emphase doit être mis sur la mission académique avant les impératifs financiers.

L’occupation du 6 avril s’est faite dans un contexte de grève générale. Tous les professeurEs et plus de 15 000 étudiantEs de l’UQAM étaient en grève au moment de l’occupation. Nous tenons à préciser que la grève des étudiantEs n’est pas seulement une grève d’appui aux professeurEs, mais un plaidoyer pour une réhabilitation de l’éducation post-secondaire comme enjeu social fondamental méritant des investissements publics massifs.

Nous croyons que l’université, et plus particulièrement l’UQAM, doit demeurer un lieu de réflexion critique sur la société et le politique. Historiquement, l’Université est un espace de liberté, un sanctuaire pour libres-penseurs et, depuis des décennies, le foyer de contestations contre l’injustice sociale. Encore aujourd’hui, les étudiantEs se retrouvent à l’avant-plan des luttes pour l’égalité et le progrès social. L’administration de l’UQAM ne reconnaît pas ces propriétés universelles de l’université. En faisant impunément appel aux forces policières, l’UQAM s’est révélée être un « État policier » digne des régimes totalitaires. Nos intentions n’étaient pas violentes, mais politiques. Aucun bureau n’a été volontairement brisé durant l’occupation, ils n’ont été déplacés que pour notre protection. Aucune résistance n’a été utilisée lors de l’arrestation, nous étions piégés de toute façon. En restant à l’intérieur de l’université, nous voulions symboliser qu’elle doit appartenir à chacunE y faisant partie.

Nous regrettons d’avoir à subir les conséquences de nos idéaux, mais nous les acceptons, sans résignation. Notre combat ne fait que commencer, nous ne nous arrêterons que lorsque l’UQAM nous appartiendra vraiment. À nous, ainsi qu’à tout ceux qui y étudient, y enseignent, y travaillent et y militent.

Vous n’avez encore rien vu de ce dont la colère légitime est capable!

– Le Comité du 6 avril

Groupe de soutien sur Facebook : http://www.facebook.com/group.php?gid=30027909943

Posted in Article, Éducation, Bourgeoisie, Charest, Militantisme étudiant, Opinion, Répression | 27 Comments »

Québec solidaire propose les cercles citoyens 3/4

Posted by Jean-Sébastien Vézina-Girard sur 29 mars, 2009

Voici en troisième partie une série de questions qui selon moi est primordiale à une société qui se veut d’évoluer. Je vous invite encore une foi a y répondre publiquement.

Comment concevoir l’intégration des personnes issues de l’imigration?

L’augmentation de la population par l’immigration a entraîné une grande diversification culturelle.  Ainsi, l’intégration citoyenne est devenue une question centrale dans la société québécoise et le ralliment autour d’un projet commun de société devient de plus en plus complexe. Pour Québec solidaire, le Québec doit être moderne, diversifié, pluraliste et inclusif.

1 Quel modèle d’intégration voulons-nous défendre?

2 Comment peut-on devenir Québécois-e ?

3 Comment définir la citoyenneté québécoise et quand l’accorder?

4 Quelles sont les différentes dimentions de l’Intégration citoyenne ?

Au niveau économique:

  • Que veut dire l’intégration économique ?
  • Comment lutter contre la discrimination économique, celle des femmes et des personnes issus de l’immigration en particulier ?
  • Quels est le rôle des organisations collectives (syndicats, organisations populaires, féministes…) à cet égard?

Au niveau politique:

  • Faut-il être citoyen-ne canadien-ne pour devenir citoyen-ne québécois-e ?
  • Comment assurer la participation des néo-québécois-es à la vie politique ?
  • Quel type de laïcité peut favoriser l’intégration citoyenne ? Comment se définit la laïcité et comment s’applique-t-elle au Québec en particulier ?
  • Comment s’applique la laïcité complète de l’État et des services publics, du système judiciaire et du système d’éducation, telque stipulé dans la Déclaration de principes ? Est-ce que le concept de laïcité interculturelle , tel que défendu par Québec solidaire dans son mémoire à la Commission Bouchard-Taylor, constitue la perspective retenue ?
  • Comment le système d’éducation peut-il participer à l’intégration citoyenne interculturelle ?

Au niveau culturel:

  • Faut-il modifier la Charte de la langue française pour favoriser l’intégration citoyenne et dans quelsens faut-il le faire ?
  • Comment dévlopper la lutte contre le racisme et la xénophobie ?
  • Comment les personnes immigrantes et issus des minorités ethnoculturelle peuvent-elle promouvoir leur intégration ?
  • Quels sont les droits historiques des anglophones ? Comment reconnaîtreces droits et favoriser leur respect dans une perspective d’intégration citoyenne ?

En lien avec Thème 1 et Thème 2

Posted in Article, Économie, Éducation, Culture, Démocratie, Québec solidaire | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Voici pourquoi Amir Khadir a été élu

Posted by quebecsocialiste sur 20 mars, 2009

(Je ne suis pas l’auteur de ce vidéo)

Posted in Amir Khadir, Économie, Éducation, Élection, Démocratie, Droits de la femme, Environnement, Gauche, Gratuité scolaire, Indépendance, Québec, Québec solidaire | 32 Comments »

Album photo M.-À.-J.

Posted by L'Agitateur sur 20 mars, 2009

==> Voir la suite

Posted in Article, Éducation, Image, Manifestation | 9 Comments »

Un remplaçant pour Jeff Fillion

Posted by sylvainguillemette sur 1 février, 2009

https://i2.wp.com/www.cjmf.com/images/animateurs/8.jpg

Dans un torchon-poubelle comme seuls savent le faire les drètistes en manque de sensations fortes, Sylvain Bouchard, l’animateur de 93,3 FM, a attaqué et diffamé Françoise David, l’une des co-porte-parole de Québec-solidaire.

Qualifiant cette dernière de soviétique, sans pour autant mesurer le poids de ses propos et l’in-justesse de ces derniers, Sylvain bouchard, un populiste à la sauce conservatrice, a démontré toute l’incohérence et l’ignorance crasse qui repose sous le couvercle de la fermeture idéologique de ces capitalistes, disjonctés et désuets si l’on tient compte du récent krach boursier et de la défaite de leurs derniers bastions en Amérique du Nord et en Australie.

Parce qu’elle figurait dans un cahier d’exercices scolaire qui choque les drètistes, Madame David a froissé les intérêts idéologiques de ces conservateurs qui, voyant le catholicisme décrit égalitairement aux diverses sectes du monde, dont celles du Moyen-Orient, se sont senti offusqués. Pourtant, madame David n’y apparaît qu’à titre d’ex-présidente de la Fédération des femmes et y représente des intérêts féministes. Mais c’était une parution dans le cahier Dialogue 2, ce cahier portant sur le cours «éthique et culture religieuse». Ce fameux cours qui dérange tout au plus, quelque millier de familles croyantes sur des millions qui ne croient et pratiquent pas.

Le bourgeois Michel Lorrain a défendu son chevalier du populisme sans retenue, qualifiant cette affaire, d’affaire publique. «Fort heureusement, notre système démocratique protège la liberté d’expression et son corollaire, la liberté de presse, qui jouent un rôle essentiel et inestimable dans notre société. D’ailleurs, il ne peut y avoir de démocratie sans la liberté d’exprimer des idées et des opinions sur le fonctionnement des institutions publiques.» Sauf qu’en se faisant, l’animateur capitaliste extrémiste et conservateur Bouchard a démontré une haine affichée contre les valeurs de gauche, tout en omettant de démontrer la liaison existante avec le sujet dont il parlait. Il n’a en fait, qu’exprimer son intolérance vis-à-vis la gauche qui, pourtant, est plus crédible aujourd’hui qu’il y a quelques mois, et plus viable que le système capitaliste qui le privilégie.

Après une chute inévitable du système capitaliste débutée ces derniers mois, ce système économique a démontré ses limites et sa dépendance de la poche du prolétariat et des divers contribuables. C’est une défaite, une défaite qui devrait, en principe, faire reculer les abcès que sont les capitalistes, sur leurs prétentions. Leur modèle, ne leur en déplaise, est un système parasitaire qui légitime et défend le droit d’exploitation des travailleurs par une poignée d’individus, a bourgeoisie. Ce modèle parasitaire est récemment tombé et depuis, les pillages se succèdent, se faisant par contre appeler «plans de sauvetage» par nos serviles du jour. Mais de fait, ils consistent en un vol systématique des contribuables, dont les prolétaires, ceux-ci produisant la PLUS-VALUE dont se régalent les voraces appétits bourgeois. Il est un fait que sans l’aide apportée par ces plans de pacotille, le système aurait déjà sombré dans une crise bien plus grave et que donc, ce n’est plus un système viable, c’est un système économique sur l’assistance sociale. En fait, il ne l’a jamais été puisque ces crises se sont déjà produites avant et que là encore, les «plans de sauvetage» se succédaient.

Bref, Bouchard, ce chevalier populiste crasse par excellence, a vogué sur une vague populaire auprès de quelque millier de familles, alors que des millions d’autres voient d’un bon œil ce cours d’éthique et des religions. Son bourgeois, monsieur Lorrain, n’a pu que prouver ses véritables intérêts, soit les cotes d’écoute de sa radio poubelle transfusant la haine et l’ignorance à travers l’ouïe des auditeurs, dont la plupart sont des adéquistes frustrés de leur défaite bien méritée.

Dans son plaidoyer, Bouchard a attaqué le socialisme, alors qu’il ne s’agissait que d’un cahier d’exercice portant sur les sectes du monde. Ne reconnaissant pas le catholicisme comme une secte, cette branche populiste du monde de la radio a confirmé l’absence de neutralité et donc, de journalisme dans ses articles.

«N’acceptez pas le « brainwashage » socialiste de vos profs syndiqués en faveur d’un parti qui s’appelle Québec solidaire» clamait Bouchard, alors que lui même capitaliste, il «brainwashait» ses auditeurs consentants ou endormis. Malgré l’évidence de la non-viabilité du modèle qu’il défend, il trouve le moyen d’attaquer un modèle qu’il ne saurait expliquer, même avec un dessin. Aurait été intéressant que Bouchard ajoute POURQUOI, le socialisme doit être balayé sous le tapis. Mais je ne compte pas sur lui pour argumenter ses coups de tête populistes.

Et lorsqu’il ajoute «Dans un cours où on se vante de mettre toutes les sorcières, les sectes et les chamans sur un même pied d’égalité, quand vient le temps de parler de politique, les masques tombent. Les profs gauchistes syndicalistes du Québec s’affichent»…, Bouchard le populiste crasse démontre son incompréhension du sujet et de la popularité de ce cours. Il tente également de lier la gauche syndicaliste au tout, arguant que nous nous masquons. Il n’en n’est point le cas, toutes et tous au Québec, savent où logent les socialistes en matière de religion. Quant aux faits qu’il évoque, soit que la religion catholique en est une comme les autres, il est impossible de savoir si le populiste crasse qu’il est dément ou réfute cette affirmation. J’aimerais, là encore, obtenir un argumentaire soutenant sa position, s’il se positionne clairement. Et peu importe si la gauche portait un masque ou non, la religion catholique demeure une secte comme les autres, ne leur en déplaise.

Heureusement, ce cours sera bel et bien tenu et enfin, nos enfants apprendront les rudiments de la manipulation intellectuelle, laquelle est un outil avantageant les privilèges de l’Église et de la bourgeoisie. Bouchard et Lorrain pourront s’ils le veulent, s’inscrire au cours et voir qu’en aucun cas, les syndicats et les socialistes ne jouent quelconque rôle de manipulation intellectuelle. Ils ne pourront, qu’au contraire, se rendre compte qu’ils en sont, eux, les complices avantagés.

Honte aux capitalistes!

Honte aux manipulateurs intellectuels!

Note

CJMF a invité madame David à débattre à sa station, mais quiconque connait la station sait que le débat n’y existe point, que tout comme sur les blogues ou les radios de droite, lesquels nous censurent, nos dires sont transformés et manipulés par ces défenseurs du capitalisme. Démagogie s’en suit, laissant place à la discorde et aux insultes émanant des cordes vocales capitalistes. Quiconque a déjà entendu cet imbécile parler à la radio, sait également qu’il ne saurait pas reconnaître un système socialiste, même s’il vivait dedans et que jamais au cours de sa carrière, le populiste Bouchard n’a argumenté la moindre de ses diatribes à l’endroit de ses adversaires idéologiques. Madame David devrait refuser le débat et l’inviter lui, à débattre dans nos instances DÉMOCRATIQUES, qui lui laisseront un temps suffisant, et égal à celui de son interlocuteur. Ainsi, paraîtra toute la lucidité de cet imbécile de service, au service de la bourgeoisie (Lorrain).

Posted in Actualité, ADQ, Économie, Éducation, Église, Bourgeoisie, Capitalisme, Citations, Controverse, Culture, Démocratie, Droits de la femme, Exploitation, Extrême-droite, Féminisme, Gauche, Lutte de classe, Malinformation, Manipulation, Média, Médias, Populisme, Propagande, QS, Québec (ville), Québec solidaire, Radio, Réactionnaire, Religion, Secte, Trou du cul | 57 Comments »

50 ans de révolution à Cuba, tout est près pour se rendre à un siècle

Posted by quebecsocialiste sur 3 janvier, 2009

« Solidarité mondiale avec la révolution cubaine »

Le premier janvier 2009, c’était le cinquantième anniversaire de la victoire de la révolution cubaine, ni plus ni moins que la véritable indépendance de Cuba, celle de 1898 ayant été volé par les USA qui transformèrent l’île en colonie fantoche et facilement exploitable, plus tard surnommée « le bordel de l’Amérique ». Cuba toucha le fond durant la dictature sanguinaire de Fulgencio Batista, issue d’un coup d’état supporté par les États-Unis, qui avaient horreur de « perdre le contrôle pour des détails de volonté démocratique ». La révolution cubaine, c’est avant tout le triomphe commun d’un peuple sur l’impérialisme et sa propulsion vers la dignité humaine. L’histoire se rappelle et se rappellera de ce jour comme le début de la route des cubains vers le succès en matière de santé, d’éducation et de sécurité civile. En effet, les chiffres sur ces départements vitaux de la vie quotidienne d’une société parlent d’eux-mêmes:

En santé: Avant la révolution, le système de santé cubain était privatisé et les meilleurs soins n’étaient accessibles qu’aux quelques riches exploitants agricoles cubains et aux mafieux états-uniens en visite sur l’île « pour affaires ». L’élite batistienne, quant à elle, préférait se faire soigner aux USA. La situation pour la classe ouvrière était plus que déplorable, affichant les statistiques habituelles d’un état du tiers-monde en grande difficulté. Depuis le début des mesures révolutionnaires, en revanche, le système de santé cubain affiche ces statistiques: Selon les chiffres de l’ONU, l’espérance de vie des Cubains est de 77,9 ans (elle est de 78 ans aux États-Unis)… des statistiques de pays développés. Rappelons que la ressource naturelle nationale des cubains n’est autre que le sucre. Pas vraiment le gros lot naturel disons… et ils ont réussi à bâtir un système de santé universel avec çà, pendant qu’au Québec, avec notre multitude de ressources naturelles plus que suffisantes et une population inférieure en nombre à celle de Cuba, nous ne sommes même pas foutus d’atteindre les standards canadiens… merci au privé et au laisser-faire gouvernementale des 15 dernières années pour ce fiasco complet! Déficit ZÉRO qu’il disait… pendant ce temps, « l’île communiste » a découvert rien de moins qu’une solution pour guérir le cancer du poumon cette année. En passant, mes félicitations à ces brillants médecins! Pour finir sur ce sujet, notons que Cuba est le plus grand exportateur de médecins au monde. Pas pire pour un « méchant régime communiste », n’est-ce pas Éric Caire?

En éducation: Avant la prise de pouvoir légitime des révolutionnaires, seulement un cubain sur dix savait lire… aujourd’hui, l’analphabétisme a été éradiqué, le pays affichant un taux d’alphabétisation (extraordinaire pour un pays du tiers-monde) de 99,8%. À ce qu’on dit, un dictateur a tout intérêt à garder sa population dans l’ignorance, parce qu’un peuple instruit ne peut être vaincu. Il semblerait que le peuple cultivé de Cuba a eu tout le loisir d’analyser sa situation et qu’il préfère de loin son gouvernement national responsable à un pantin pro-empire qui s’empresserait de réduire ses droits au niveau de 1958. Finalement, la révolution a fait beaucoup pour faire avancer les droits des femmes sur son territoire, à travers une éducation moderne, ce qui était loin d’être une tâche facile dans ce pays à la culture machiste.

La sécurité civile: En matière de sécurité nationale, Cuba n’a aucune leçon à recevoir de personne. En plus de faire régulièrement face à des actes terroristes de la part des expatriés mafieux de Miami (terrorisme justifié par Washington et ses éternelles double-mesures qui lui donnent le droit divin d’abriter des terroristes faisant face à un mandat d’arrêt international sur son sol) et d’en avoir fait avorter une bonne partie (pas tous malheureusement), les forces de sécurité de Cuba sont passées maîtres dans le domaine de la protection contre les ouragans. Un des exemples les plus frappants est celui de l’année dernière, 2008: Dans la période des ouragans de 2008, pas moins de trois ouragans destructeurs ont fait des ravages sur l’île, pour un montant total d’environ dix milliards de dollars. Ce qu’il faut retenir dans cette tragédie, c’est que dans toute cette destruction de la part de la nature (la plus puissante armée du monde), une seule personne a trouvé la mort. Ça aurait pu être bien pire sans les mesures de sécurité civiles exemplaires dont s’est prévalu l’état cubain. Les responsables de la sécurité intérieure de l’empire yankee devraient définitivement aller suivre des cours de protection civile à Cuba. C’est justement à cause des ouragans de l’automne dernier que les autorités cubaines ont décidé de s’en tenir à de tranquilles célébrations pour le cinquantième, en solidarité avec les personnes dont les domiciles sont toujours en reconstruction.

Le devoir internationaliste: Il ne faudrait surtout pas oublier de souligner les résultats du devoir internationaliste de Cuba. L’aide militaire cubaine en Afrique, dont l’idée était dû au regretté guérilleros et héros du tiers-monde, Ernesto « Che » Guevara, aura mené, sur une période de trente ans de durs combats, à l’indépendance de la Guinée-Bissau, de l’Angola et de la Namibie, ainsi qu’à la chute du régime d’apartheid raciste sud-africain, pays qui pourrait bien élire un gouvernement à orientation communiste sous peu. La fin de l’aide militaire ne signifia nullement la fin du mandat internationaliste de Cuba qui, comme je l’ai mentionné plus haut, est aujourd’hui le principal exportateur de médecins de la planète. Ce que Cuba a retiré de tout ça: En premier lieu, il n’y avait que la satisfaction du devoir accompli, mais aujourd’hui, Cuba constate avec encore plus de force les résultats de ses efforts solidaires, assistant aujourd’hui à la naissance de toute une nouvelle génération de gouvernements de gauche en Amérique du Sud ayant à coeur le bien-être de leurs peuples respectifs, plutôt que les intérêts de la maison blanche et des multinationales exploitantes et criminelles, de par le vol de ressources qu’elles effectuaient encore en toute impunité sur ce continent il n’y a pas si longtemps que ça. Les seuls pays encore sous le joug de valets locaux de Washington en Amérique du Sud sont en fait la Colombie narcotrafiquante, fasciste et agressive d’Alvaro Uribe l’exterminateur de syndicalistes et de paysans, ainsi que le Pérou totalitaire (voter dans des boîtes transparentes sous les yeux de soldats armés, ce n’est pas démocratique, peu importe l’avis positif borné de Washington là-dessus). Cuba a de plus enfin pu profiter d’un retour d’ascenseur lorsque le Venezuela et l’Angola lui ont apporté leur aide après les ouragans de l’automne dernier.

Nous souhaitons une excellente fête nationale à tout le peuple cubain, ainsi que toujours plus de succès dans l’avenir!

Hasta la victoria siempre!

Posted in Actualité, Amérique du Sud, Analyse, Éducation, Bourgeoisie, Capitalisme, CIA, Commémoration, Communisme, Cuba, Démocratie, Féminisme, Gauche, Gratuité scolaire, Guerre, Histoire, Hommage, Impérialisme, Indépendance, Ingérence, Révolution, USA | 28 Comments »

L’illusioniste Kapital

Posted by sylvainguillemette sur 2 janvier, 2009

https://i1.wp.com/blog.dalipas.fr/wp-content/uploads/2008/01/la_pyramide_du_capitalisme1.jpg

Comment peut-on distraire le prolétaire moyen de ses principales tâches visant à se défaire de ses chaînes capitalistes et des bourgeois exploitant son labeur, tout en amusant ce dernier? Pourquoi ne pas simplement lui mentir? Parce que c’est plus payant de mentir ET de faire du profit sur ce même mensonge.

Par exemple, pour que le prolétaire ne réalise pas qu’on lui dérobe du Kapital pour payer la dette de son exploitant, le bourgeois, on lui indique le désastre humanitaire frappant une île des caraïbes faisant partie des pays du tiers monde et se disant socialiste, non communiste comme certains médias capitalistes le prétendent. Mais encore faudrait-il que ce désastre dépasse ceux des pays dotés de systèmes capitalistes, où l’exploitation de l’être humain par ses semblables demeure d’actualité. Ces pays où les régimes universels de santé et d’éducation dont s’est dotée Cuba font encore l’envie de ces peuples rêveurs, ne résistent pas longtemps contre le bilan de cette petite île socialiste, très débrouillarde pour avoir été frappé d’un blocus économique abominable qui fut instauré par l’impérialiste états-unienne à son nord, depuis déjà près de 50 ans!

Mais en au lieu de nous parler des gains indéniables que l’île socialiste s’est donnée par des moyens révolutionnaires, l’emphase des médias capitalistes se tourne elle, vers la pauvreté de cette île qui présente la même longévité que le Canada et le même taux de mortalité infantile que ce dernier. Et c’est ce, sans rappeler que Cuba fut touchée par 3 ouragans qui possiblement, lui coûteront son budget annuel pour quelques années. On note en effet, des dégâts qui vont de l’ordre des dizaines de milliards de dollars. Ce qui n’a rien à voir avec le déluge du Saguenay…

Le bilan à étaler sur la table, comme nous le soulignions récemment dans un autre billet, n’est pas celui des socialistes qui ne forment qu’une part des pays sur Terre, et ce, depuis peu! Mais bien celui des capitalistes qui, comme à tous les 30 ans, pillent les poches des prolétaires afin d’éponger la dette que les bourgeois ont pu s’accumuler, malgré qu’ils aient allègrement pu profiter du labeur de ce même prolétariat pendant ces mêmes décennies!

Et pendant qu’Israël massacre impunément des gens et que l’économie s’écroule, certains y voient encore l’occasion de ridiculiser ce qu’ils ne comprennent même pas -le socialisme- alors que dans les faits, c’est peut-être le seul pansement qui pourrait venir à bout des problèmes que s’est infligés l’humanité, par naïveté quelque fois, mais par insouciance et opportunisme d’autres fois.

Et pour nous éviter, encore une fois, de constater l’échec patent de ce modèle exploitant et ses dérives majeures vers l’impérialisme inévitable dont nous parlait jadis Lénine, on nous présente un sacro-saint sauveur, un messie en quelque sorte. Barak Obama serait selon les uns, les mêmes en fait, puisqu’il s’agit bien évidemment des capitalistes encore une fois, que ce dernier serait la lueur d’espoir, mais les faits parlent d’eux même et détruisent ces volatiles paroles désuètes. Barack Obama ne condamne aucunement le terrorisme d’Israël, ce qui fait de lui, sans aucun doute possible, un supporteur du terrorisme et donc, un complice d’actes terroristes. Mais encore, ce même sauveur aurait déjà avoué qu’il serait prêt à utiliser l’arme nucléaire, donc une Arme de Destruction Massive, à des fins agressives plutôt que défensives. Et cela encore, ne soulève aucunement le tollé chez la communauté internationale* de savoir que Washington possède de telles armes, pourtant interdites chez leurs ennemis idéologiques!

En attendant que le sauveur attire l’attention populaire et que les malheurs des victimes de Cuba se délaissent de l’emprise états-unienne illégale, nos poches, elles, se voient bel et bien vidées par les mêmes vautours qui, dans les années, et les suivantes crises, ont pillé les poches de vos parents, de vos grands-parents et de vos arrière grands parents. Et tout cela chers camarades, afin d’éponger la mauvaise gestion de gestionnaires privés qui revendiquaient pourtant, le droit d’exploiter votre labeur sans votre consentement majoritaire, car ce modèle n’a jamais été démocratiquement élu, comme ce fut le cas pour le socialisme au Venezuela par exemple.

Mais sur une note plus grave, ce modèle est en plus, non-viable, puisqu’il propose un système où les ressources terriennes ne répondent pas à la demande du dit système exploitant capitaliste. Pourquoi ne pas dire que tout ça, n’est qu’un complot socialiste? Oh! C’est vrai! Ils le font déjà, ça aussi!

Alors ne laissez-vous pas berner camarades, on pige bien dans vos poches, quand on parle d’un plan de sauvetage. Encore ici, on use de double-mesure inacceptable, puisque l’on vous dit d’un côté, «Si vous faites faillite, c’est votre problème» et d’un autre, «Si les grandes entreprises font faillite, c’est aussi votre problème!». Avez-vous déjà vu des banques se cotiser et payer les dettes de particuliers? C’est un peu ce qu’elles font en ce moment, mais aussi parce qu’elles ont mal gérées leurs s affaires et prévu leurs finances sur de l’argent fictif, le crédit. Se faisant, les banques ne visaient qu’à jouer le rôle d’une soupape qui elle, évitait les révoltes populaires. Comme les cadeaux fiscaux empoisonnés des libéraux et des conservateurs en fait qui dans le fond, sont nécessaires à la nation canadienne et la nation québécoise.

Des solutions existent,  le socialisme en est une. Car il ne s’agit pas ici de constater les échecs du système capitaliste à survivre sans le prolétariat, il s’agit aussi de juger le partage des richesses qui selon moi, ne s’est jamais pointé au rendez-vous fixé par les capitalistes. 10 000 000 de millionnaires habitent cette Terre, cela peut paraître d’une grande importance, mais il ne s’agit en fait que d’un maigre 0.15% de l’humanité. La cartellisation annoncée par monsieur Marx, elle, était bien au rendez-vous à chacune des crises qu’a pu connaître le système parasitaire des minoritaires bourgeois qui ne furent jamais élus. Et ce qu’on nous dit aujourd’hui, alors que le système s’écroule  et que l’on sent cette main baladeuse bourgeoise vider fonds publics , c’est de regarder ailleurs, comme vers Cuba qui en fait, ne peut que subir les attaques économiques et idéologiques du pays le plus puissant de la planète.«Regardez ce qu’il vous arrivera si vous suivez les exemples de Cuba!». «Sinon, regardez-moi ce messie sauveur!»


Il n’est pas de sauveurs suprêmes,

Ni Dieu, ni César, ni tribun.

Producteurs sauvons-nous nous-mêmes!

Décrétons le salut commun,

Pour que le voleur rende gorge,

Pour tirer l’esprit du cachot.

Soufflons nous-mêmes notre forge!

Battons le fer quand il est chaud!

Jusqu’à la victoire, toujours!

*Ce sont les pays membres permanents du conseil de sécurité des nations unies, lesquels possèdent le droit de VETO antidémocratique dans les instances donc, antidémocratiques de l’O.N.U..

Posted in Actualité, Économie, Éducation, États-Unis, Bourgeoisie, Canada, Capitalisme, Communisme, Conservateur, Conservateurs, Corruption, Crime contre l'humanité, Crime de guerre, Cuba, Démocratie, Dictature, Droite, Environnement, Exploitation, Fonds publics, Gauche, Guerre, Impérialisme, Internationale, Lutte de classe, Malinformation, Manifestation, Manipulation, Média, Médias, Mouvement ouvrier, Néo-libéralisme, Obama, Opinion, Pauvreté, Politique, Privé, Propagande, Québec, Réactionnaire, Révolution, Santé, USA, Vénézuéla | Leave a Comment »

Crise à la chefferie ou problème de pertinence?

Posted by sylvainguillemette sur 10 décembre, 2008

//danielattias.blog.lemonde.fr/files/2007/12/cul-de-sac.1197321963.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Aux dernières nouvelles, l’équipe Mario Dumont perdait son chef, celle-ci portant le nom de ce dernier. Depuis, les manifestations d’intérêt envers la direction de cette équipe de défense des intérêts bourgeois se sont multipliées. Du très respecté -chez la droite- Éric Caire au maire Gendron, aucun n’a pris le temps de mesurer la pertinence d’un tel parti au Québec.

Le problème, ce n’est pas tant le chef que les intérêts que défend ce parti populiste crasse et menteur à souhait. Que l’on parle de la santé, de l’éducation ou de tout autre intérêt populaire, il en va de la privatisation, alors qu’ailleurs, jusqu’en Europe, on remet en question le libéralisme et même, le capitalisme. Les livres de Karl Marx n’ont jamais été aussi populaires depuis les années ’60… De plus, les mesures prônées antérieurement par le chef de cette secte et ses moutons, sont demeurées inefficaces à travers le monde.

Prenez par exemple le rôle du privé en santé aux États-Unis, où maintenant plus de 55 millions de personnes n’ont aucune couverture médicale, il serait difficile pour le pays de la liberté de vanter l’accessibilité de son réseau, lequel est particulièrement plus efficace à Cuba, l’île socialiste tourmentée depuis près de 50 ans par un blocus illégal et laquelle fait aussi partie des pays du tiers-monde. Sinon, que de permettre le parasitisme et l’installation de cette minorité dans les instances publiques n’a pu que faire exploser le coût de ce service essentiel, lequel les pays socialistes ou plein de bons sens n’ont pas hésité à socialiser universellement. Encore faudrait-il que le cadre financier états-unien permette au système publique sous-financé de survivre, mais la vague de nouveaux pauvres -dû à la crise économique sans précédent- qui se chiffrent à 2700 par jour (2700 états-uniens perdent leur maison chaque jour!), aura vite fait de chambarder les prévisions de budget en ce sens! Et pour finir, il s’agit tout simplement d’une permission accordée aux mieux nantis, qui sont minoritaires, d’exploiter la misère humaine souvent hasardeuse et généralement attribuée à d’autres classes que cette minorité parasitaire, sinon la plus pauvre. Il est également un fait qu’au Québec, le problème réside surtout dans l’absence de médecins, d’infirmières et d’autres professionnels du domaine. Sinon, me faire croire que le privé multipliera cette offre en carence, revient à me répéter que Jésus multipliait les pains… Mettre un prix sur la santé, cela relève je crois, des plus bas fonds du capitalisme sauvage et des plus bas instincts primaires de l’humanité. C’est le singe qui parle ici…

Pareil pour l’éducation, l’ADQ/Équipe Mario Dumont proposait ni plus, ni moins de privatiser le réseau, en faisant sauter la barrière protectrice de la commission scolaire. Or, dans les faits, chaque ville et village se retrouveraient pris avec ses propres moyens financiers, frappés ou non par cette crise économique! Le bon sens n’était encore pas au rendez-vous! Certes, des mesures s’imposent en éducation, comme par exemple l’abaissement du nombre d’élève par classe, de la gestion ou des méthodes de travail, mais voilà tout ce qui presse! Il n’est certainement pas pressant d’accorder un autre poste de parasitisme, aux parasites intéressés, qui sont les mêmes en fait, qui investissent dans les cliniques privées ou les autres entreprises exploitantes du labeur du prolétariat.

Et encore, ce parti plus répressif que les autres envisage une formule à l’états-unienne, c’est-à-dire plus répressive envers les criminels, laquelle est loin d’avoir portées ses preuves quant à l’efficacité de la lutte à la criminalité ailleurs dans le monde. Même les associations de policiers aux États-Unis l’affirment! Sinon, il suffit de regarder les statistiques qu’adorent nos copains de droite pour s’en convaincre. C’est l’horreur!

Que dire des politiques visant les assistés sociaux en besoin, alors que les autres assistés sociaux, les vrais, les PME et les grandes entreprises, sont eux épargnés?

Le maire Gendron se dit intéressé à prendre les reines de ce parti, tout en parlant de certaines des mesures qu’il mettrait en place si tel était le cas. Comme de remettre en vigueur les 40 heures/semaine et il s’explique en disant que ce sera difficile de faire concurrence sinon, aux autres puissances mondiales… Or, monsieur Gendron, s’il voudrait démontrer un grain de sérieux dans ses propos, s’en remettrait aux instances scientifiques qui répètent et martèlent que nous n’avons plus les ressources naturelles nécessaires sur Terre, pour permettre la continuité du massacre de celle-ci, en rapport avec la population mondiale sans cesse grandissante. Serait-il donc, plus viable de faire confiance à Gendron qu’à Dumont? J’en doute!

Gendron s’est également dit très intéressé par la privatisation des réseaux scolaires, mais on connait également l’ambition du pouvoir de cet homme, lequel se dit lui-même, assez charismatique pour prendre le pouvoir du Québec. Il s’est d’ailleurs dit intéressé à prendre le pouvoir de quelconque parti, sauf le PLQ! Toute une allégeance!

Et Caire?!? Celui qui crachait sur le système de santé de Cuba, en le comparant à celui de la Corée du Nord, tout en vantant la privatisation du système malgré les études scientifiques qui démontrent que le coût serait exorbitant et que l’accessibilité n’en serait nullement améliorée… C’est tout dire le sérieux que peut offrir un tel parti, malgré les compétences des principaux intéressés. Caire aurait dû faire son enquête personnelle et il aurait vite fait de voir que Cuba offre la même longévité que le Canada et qu’il affiche un identique taux de mortalité infantile, tout en offrant pour 10 000 habitants, près de 60 médecins alors que le Canada, pour autant de monde, en offre 16! Si Caire avait été on ne peut plus sérieux, il aurait également constaté que l’île « socialiste », non « communiste », pouvait également offrir à ses voisins la présence de ses médecins, ainsi que leurs services, à moindre coût, parfois gratuitement (30 000 médecins oeuvrent au Venezuela! Je mets au défi Éric Caire de me trouver un seul autre pays au monde capable d’en faire autant!). Je rappellerais au démagogue par excellence que Cuba est un pays du tiers-monde…

Bref, le problème de l’ADQ/Équipe Mario Dumont n’est pas tant sa chefferie que sa propre pertinence. Partout dans le monde, le modèle capitaliste a fait ses dégâts. On n’a qu’à prendre la crise actuelle, que le prolétariat paie de sa poche à coups de milliers de milliards de dollars, ce dont les médias ne parlent que trop brièvement, sans parler de vol pur et simple des contribuables!

L’ADQ/Équipe Mario Dumont doit mourir, elle n’a plus sa place en 2008, encore moins en 2009!

Posted in Actualité, ADQ, Amérique du Sud, Économie, Éducation, Élection, États-Unis, Bourgeoisie, Brutalité policière, Capitalisme, Communisme, Compagnie, Conservateurs, Corée, Cuba, Démocratie, Dictature, Droite, Environnement, France, Gauche, Impérialisme, Internationale, Lutte de classe, Néo-libéralisme, Pauvreté, Police, Politique, Pseudo science, Québec, Réactionnaire, Répression, Révolution, Santé, Secte, USA, Vénézuéla, Violence | 9 Comments »

Une autre excellente politique de Québec Solidaire

Posted by quebecsocialiste sur 18 novembre, 2008

Une nouvelle raison pour moi de voter pour Québec Solidaire, paru dans la « Presse Canadienne » en passant:

Québec solidaire propose la fin du financement gouvernemental de l’école privée afin de mieux financer le réseau public.

Le parti estime que le secteur public souffre d’un sous-financement chronique.

Québec solidaire propose de réinvestir dans le secteur public, du préscolaire à l’université, et de transférer les subventions gouvernementales actuelles aux écoles privées vers les écoles du secteur public.

De plus, le parti de gauche vise également, à terme, l’élimination des frais de scolarité et des frais afférents, se basant sur les expériences vécues en Allemagne, au Mexique et en Suède.

Par ailleurs, le parti veut améliorer la réussite des élèves du primaire et pour donner du répit aux enseignants, Québec solidaire réduira la taille des classes et embauchera davantage d’orthopédagogues et de spécialistes en soutien pédagogique.

Enfin, le parti critique le projet de loi sur la gouvernance des universités présenté par la ministre de l’Education, Michelle Courchedne, qui propose de «privatiser» le conseil d’administration des universités, prétextant qu’elles seraient mieux gérées ainsi.

Selon Amir Khadir, contrairement au PQ et au PLQ dont les programmes en éducation sont des copies conformes sans imagination, et contrairement à l’ADQ qui s’enfonce davantage dans la privatisation tous azimuts, Québec solidaire propose une école de qualité, véritablement accessible pour tous les élèves, peu importe leur origine, peu importe l’épaisseur du porte-monnaie de leurs parents.

Source

On se revoit à la manif pour la gratuité scolaire demain (mercredi 19 novembre) qui aura une grande signification en lien avec cette politique de Q-S.

(Cet article n’engage que moi et n’est que la retransmission de l’article de la « PC » cité plus haut.)

Posted in Éducation | 32 Comments »