Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Archive for the ‘Opinion’ Category

Liberté de choix…

Posted by sylvainguillemette sur 26 avril, 2009

https://i1.wp.com/2.bp.blogspot.com/_ejcQ9Zy-wbA/SPvMAAuwjeI/AAAAAAAAAJM/DLCpvco5aeg/s320/programme.jpg

Hier, pas loin de 2000 québécois ont manifesté dans le but de critiquer la position du gouvernement Charest quant à son cours d’«éthique et culture religieuse». Ces parents exigent ni plus, ni moins l’exemption de leurs enfants de ce cours ajouté au programme depuis septembre 2008. Pourquoi donc?

Parce qu’ils exigent le droit d’abrutir à leur image, leurs enfants et les empêcher de savoir la vérité sur ce qu’est une religion, plus communément appelé, une secte –parce qu’elles en sont toutes-. Par exemple, il n’est pas question pour ces parents d’apprendre à leurs enfants que la totalité des histoires religieuses ne sont que pure fiction, pure invention des prophètes nombreux à prétendre détenir la vérité. Il existe des milliers de «détenteurs de vérité», exprimant chacun une omniscience sans pareil, mais qui dit vrai? Ainsi exemptés, les enfants seraient à l’abri de la vérité, de celle connue du moins.

Nous savons désormais que l’histoire de Jésus s’adapte à tous les siècles, comme quoi elle n’est pas coulée dans le béton, mais accommodante aux diverses découvertes à son sujet, ou à ses prétendus miracles. Comme par exemple, la présence de Marie-Madeleine dans son lit, sinon comme la possibilité qu’il ait eu des enfants avec elle, etc.. Également, le raélien voit ses prophéties déconcertés, voire détruites par les faits et la soucoupe n’est pas au rendez-vous. Et encore, l’ensemble des religions et sectes n’ont rien d’autre à l’appui de leur message que des oui dires ou des affirmations de la sorte. Rien n’appuie leur thèse, puisqu’on ne parle pas ici de théorie, mais bien d’affirmations gratuites.

Pourquoi les religieux sont-ils frustrés de voir l’État détruire leur propagande? Parce que justement, leur emprise sur l’avenir de leurs proches se retrouve maintenant entre les mains d’un autre, sinon des sujets visés par ces propagandistes. Un curé présent à la manifestation va même jusqu’à traiter les soutenants du cours de fascistes, mais que connait-il donc du fascisme celui-là? Le fascisme était une description au sens strict, décrivant le régime dictatorial et totalitaire établi par Benito Mussolini en Italie entre 1922 et 1945*. De dire qu’un gouvernement capitaliste est totalitaire, soit, mais dictatorial, passons…, le peuple est toujours libre de voter pour un parti autre que celui des capitalistes, si un parti du genre se présente. Aucun des professeurs donnant ce cours n’a le droit de dicter à un élève une quelconque façon de penser ou de croire. Le cours n’est qu’un supplément, tout comme on avertit quelqu’un de ne pas utiliser son séchoir dans la douche. La personne lisant la mise en garde est tout en droit de prendre sa douche avec son séchoir et sa télévision si elle le désire, mais elle sera du moins avertie. Sans quoi, chez les Tremblay la Terre serait ronde, chez les Maheux plate, chez les Richer triangulaire, etc..

Bref, beaucoup de bruit pour pas grand-chose. D’ailleurs, la majorité québécoise soutient ce cours et applaudit sa venue. Seule une minorité ultra religieuse se manifeste aux barricades, et nous parlons ici de près de 2000 manifestants. Les médias capitalistes en font un plat, mais de fait, lorsque nous manifestons contre la guerre et que nous réunissons des dizaines de milliers de «frustrés», quel média nous donne autant de couverture? Je crois qu’il y a lieu de se questionner également sur l’impartialité des médias, mais là, qui ne se questionnait déjà pas sur leur dite impartialité?

Le cours d’«éthique et culture religieuse» est une bonne chose! Les enfants ont le droit de savoir, indépendamment de leurs parents, ce qu’est une secte, une religion ou une affirmation sans preuve destinée à abrutir une population visée aux seules fins d’enrichir quelques gourous ici et là. Pendant que les travailleurs suent, se blessent et se tuent, les curés vivent sur la dîme, au dépend des autres, tout en affirmant des imbécilités comme le «déluge de Noé», détruisant l’explication de l’érosion du Grand Canyon au passage, ou la théorie de l’évolution, sans même argumenter ces affirmations. Soit, les croyants ont le droit de croire ce qu’ils veulent, mais si les gourous ont le droit d’ainsi mentir, le gouvernement est en droit d’éclairer les innocents qui eux, ont le droit de savoir la vérité, ou l’inexistence de vérité dans les affirmations parentales.

Autrement dit, ces manifestants nous en voudraient de dire à leurs enfants que la Terre est ronde, tant qu’ils leur diraient eux, qu’elle est plate! Les parents crient libre-choix, bien, qu’ils laissent leurs enfants choisir leur destinée alors!

Vive le cours d’éthique et culture religieuse! Vive l’éducation! Vive la liberté de choix!

*Notons que ce curé accusant les autres de dictateurs, voudrait bien dicter «LA vérité» aux enfants, comme quoi l’arroseur s’arrose parfois lui-même.

Posted in Actualité, Éducation, Église, Culture, Démocratie, Droite, Fascisme, Ingérence, Malinformation, Manifestation, Manipulation, Média, Médias, Opinion, Propagande, Pseudo science, Réactionnaire, Religion | 17 Comments »

Les raisons de l’occupation à l’UQÀM

Posted by Reactionism Watch sur 11 avril, 2009

Dans la nuit du 6 au 7 avril 2009, 45 étudiantEs de l’UQAM et d’ailleurs, ont investi l’emblématique pavillon Hubert-Aquin et comptaient occuper les lieux jusqu’à ce que leurs revendications soient acceptées. Le Comité du 6 avril s’est formé suite à l’arrestation des 45 étudiantEs.
Rest of the text:

Les revendications des occupantEs étaient: un réinvestissement massif à l’UQAM, immédiatement et sans condition de la part du gouvernement du Québec, l’embauche immédiate de 300 nouveauxELLES professeurEs et la démocratisation des instances administratives de l’UQAM dans une perspective d’autogestion.

En ce sens, nous exigons que le futur « plan stratégique » de l’UQAM ne contienne aucune close sur l’autonomie financière des facultés et/ou des départements et que les directeurs, doyens ou tout autre membre du conseil d’administration, incluant le recteur et les vice-recteursTRICES, soient démocratiquement éluEs par l’ensemble de la communauté uquamienne. C’est cette dernière qui devrait être en contrôle de l’université et non des PDG d’entreprises à but lucratif. ChacunE devrait avoir le droit de se prononcer sur toutes les décisions. C’est en ce sens que nous avons tenté de prendre posession collectivement de notre milieu d’étude. Malheureusement, l’administration actuelle de l’UQAM nous l’a refusé.

Nous croyons que la gouvernance de l’université ne devrait pas être guidée par une perspective de rentabilisation à tout prix, mais que, conformément à la mission originaire de l’UQAM, l’objectif premier devrait rester la qualité et l’accessibilité de l’éducation post-secondaire. L’emphase doit être mis sur la mission académique avant les impératifs financiers.

L’occupation du 6 avril s’est faite dans un contexte de grève générale. Tous les professeurEs et plus de 15 000 étudiantEs de l’UQAM étaient en grève au moment de l’occupation. Nous tenons à préciser que la grève des étudiantEs n’est pas seulement une grève d’appui aux professeurEs, mais un plaidoyer pour une réhabilitation de l’éducation post-secondaire comme enjeu social fondamental méritant des investissements publics massifs.

Nous croyons que l’université, et plus particulièrement l’UQAM, doit demeurer un lieu de réflexion critique sur la société et le politique. Historiquement, l’Université est un espace de liberté, un sanctuaire pour libres-penseurs et, depuis des décennies, le foyer de contestations contre l’injustice sociale. Encore aujourd’hui, les étudiantEs se retrouvent à l’avant-plan des luttes pour l’égalité et le progrès social. L’administration de l’UQAM ne reconnaît pas ces propriétés universelles de l’université. En faisant impunément appel aux forces policières, l’UQAM s’est révélée être un « État policier » digne des régimes totalitaires. Nos intentions n’étaient pas violentes, mais politiques. Aucun bureau n’a été volontairement brisé durant l’occupation, ils n’ont été déplacés que pour notre protection. Aucune résistance n’a été utilisée lors de l’arrestation, nous étions piégés de toute façon. En restant à l’intérieur de l’université, nous voulions symboliser qu’elle doit appartenir à chacunE y faisant partie.

Nous regrettons d’avoir à subir les conséquences de nos idéaux, mais nous les acceptons, sans résignation. Notre combat ne fait que commencer, nous ne nous arrêterons que lorsque l’UQAM nous appartiendra vraiment. À nous, ainsi qu’à tout ceux qui y étudient, y enseignent, y travaillent et y militent.

Vous n’avez encore rien vu de ce dont la colère légitime est capable!

– Le Comité du 6 avril

Groupe de soutien sur Facebook : http://www.facebook.com/group.php?gid=30027909943

Posted in Article, Éducation, Bourgeoisie, Charest, Militantisme étudiant, Opinion, Répression | 27 Comments »

La politique par d’autres moyens

Posted by sylvainguillemette sur 28 mars, 2009

https://i0.wp.com/baetlanguedoc.blog50.com/images/medium_Surveillance_Internet.jpg

On a suspecté les 30,000 surveillants chinois de la Toile dans ce pays. On annonce maintenant que l’Université de Montréal forme des cyberenquêteurs. Quelle différence ? La politique ? Le respect des droits humains ?

Quand les journalistes exigeaient la libéralisation de la Toile en Chine durant les Olympiques, un dirigeant chinois demandait s’il fallait aller jusqu’à l’autorisation de la pornographie sur la Toile de son pays. Personne n’a osé faire la réflexion que le Chine cherchait ainsi à faire respecter ses lois, fussent-elles différentes des nôtres à cause du régime qu’elles impliquent.

Quels grands bruits on a fait sur les censeurs chinois. Et quels grands bruits on fait encore. Pourtant Big Brother s’installe ici aussi. Jusqu’où iront les contrôles occidentaux sur la Toile nationale ? En cas de menaces aux ordinateurs militaires, quelles intrusions seront réprimées ? Une université ontarienne se vente d’avoir produit un logiciel qui permet l’utilisation de votre ordinateur par un citoyen chinois. Acte de guerre ? Menace à la souveraineté nationale de la Chine ? La question relève d’un droit international encore flou sur le sujet.

Une lutte cybernétique est déjà engagée à l’échelle de la planète. Pourquoi se le cacher ? Les puissants moyens de communications des armées du monde se préoccupent de sécurité. Le Journal de Québec virtuel se disait consulté par les insurgés afghans et acceptait la censure de guerre par l’armée pour ne pas informer les Talibans internautes des secrets de l’occupant canadien.

Alors, comme on sait, « la guerre étant la continuation de la politique par d’autres moyens », qui s’occupera de pacifier la Toile ? De la réguler et d’y voir à l’application des lois encadrant les droits humains dans tous les pays ? Les Chinois n’auraient-ils que précéder l’Occident dans une forme de surveillance que s’autorisent maintenant publiquement nos pays ? À moins que l’on nous ait caché à nous aussi ce que révélait une enquête européenne sur l’espionnage industriel par les États-Unis des compagnies d’aviation de cette région du monde.

Quelle naïveté nous fait penser que la Toile au Canada n’est pas l’objet de surveillance ou qu’elle ne le deviendra pas, ne serait-ce que pour le respect de l’État de droit … comme prétend le faire la Chine ? La différence entre les deux : la prétention d’être un pays « libre » alors que la Chine revendique le statut de pays socialiste … à surveiller pour les surprises que le régime communiste nous réserve dans la nouvelle compétition globale. Souhaitons-la le plus pacifique possible.

Guy Roy

Posted in Actualité, Armes, Controverse, Insolite, Internationale, Jeux Olympiques, Opinion, Police, Réactionnaire, Répression | 3 Comments »

Mario Dumont quitte enfin la politique !

Posted by Libertad ! sur 24 février, 2009

20081103-134742-g1Ceci n’a rien de vraiment surprenant, mais Mario Dumont va quitter la politique le 6 mars prochain, après avoir été député et chef de l’Action Démocratique depuis plus de 14 ans. Nous nous souviendrons de lui comme celui qui adopta un discours de peur durant la controverse sur les accommodements raisonnables. C’est aussi le parti de Mario Dumont qui souhaite abolir les commissions scolaires, abolir le cours d’éthique et culture religieuse et casser du sucre sur le dos des immigrants.

Son succès de 2007, avec l’élection de 41 députés, à été en partie causé par une campagne populiste portant sur les «valeurs québécoises» et aussi par ce qu’on appelle aujourd’hui les blogues «poubelles» conservateurs. La plupart d’entre eux sont depuis disparus de la toile et quant aux autres, ils accusent maintenant l’ADQ d’être un repaire de dangereux socialistes interventionnistes.

L’élection de décembre 2008 aura marquée la politique québécoise, bien que les gens ne s’y soient pas vraiment intéressés. La déroute de l’Action Démocratique et l’élection d’un premier député de Québec solidaire ont marqués cette campagne électorale opportuniste demandée par Jean Charest pour s’accaparer encore plus de pouvoir.

Dumont dit n’avoir aucun regret et vient d’obtenir un poste dans le secteur privé. Comme Phillipe Couillard, nous pouvons nous inquiéter de possibles conflits d’intérêts, puisqu’un politicien quand même haut placé peut fournir des informations privilégiées à une firme privée. De plus, il n’exclut pas un retour en politique, mais pas avant plusieurs années.

Il nous reste maintenant à voir ce que va devenir l’ADQ. Le parti se nommant encore officiellement «Action démocratique du Québec – Équipe Mario Dumont», nous pouvons nous demander si ce parti va survivre à la démission de son fondateur. Il est fort peu probable que le parti d’un seul homme puisse survivre dans un tel climat politique, surtout avec juste 7 députés. Il ne serait pas très surprenant de voir de nouveaux «transfuges» qui iraient à la fois au PQ et chez les libéraux.

Posted in ADQ, Conservateur, Néo-libéralisme, Opinion, Politique, Populisme | 20 Comments »

L’illusioniste Kapital

Posted by sylvainguillemette sur 2 janvier, 2009

https://i1.wp.com/blog.dalipas.fr/wp-content/uploads/2008/01/la_pyramide_du_capitalisme1.jpg

Comment peut-on distraire le prolétaire moyen de ses principales tâches visant à se défaire de ses chaînes capitalistes et des bourgeois exploitant son labeur, tout en amusant ce dernier? Pourquoi ne pas simplement lui mentir? Parce que c’est plus payant de mentir ET de faire du profit sur ce même mensonge.

Par exemple, pour que le prolétaire ne réalise pas qu’on lui dérobe du Kapital pour payer la dette de son exploitant, le bourgeois, on lui indique le désastre humanitaire frappant une île des caraïbes faisant partie des pays du tiers monde et se disant socialiste, non communiste comme certains médias capitalistes le prétendent. Mais encore faudrait-il que ce désastre dépasse ceux des pays dotés de systèmes capitalistes, où l’exploitation de l’être humain par ses semblables demeure d’actualité. Ces pays où les régimes universels de santé et d’éducation dont s’est dotée Cuba font encore l’envie de ces peuples rêveurs, ne résistent pas longtemps contre le bilan de cette petite île socialiste, très débrouillarde pour avoir été frappé d’un blocus économique abominable qui fut instauré par l’impérialiste états-unienne à son nord, depuis déjà près de 50 ans!

Mais en au lieu de nous parler des gains indéniables que l’île socialiste s’est donnée par des moyens révolutionnaires, l’emphase des médias capitalistes se tourne elle, vers la pauvreté de cette île qui présente la même longévité que le Canada et le même taux de mortalité infantile que ce dernier. Et c’est ce, sans rappeler que Cuba fut touchée par 3 ouragans qui possiblement, lui coûteront son budget annuel pour quelques années. On note en effet, des dégâts qui vont de l’ordre des dizaines de milliards de dollars. Ce qui n’a rien à voir avec le déluge du Saguenay…

Le bilan à étaler sur la table, comme nous le soulignions récemment dans un autre billet, n’est pas celui des socialistes qui ne forment qu’une part des pays sur Terre, et ce, depuis peu! Mais bien celui des capitalistes qui, comme à tous les 30 ans, pillent les poches des prolétaires afin d’éponger la dette que les bourgeois ont pu s’accumuler, malgré qu’ils aient allègrement pu profiter du labeur de ce même prolétariat pendant ces mêmes décennies!

Et pendant qu’Israël massacre impunément des gens et que l’économie s’écroule, certains y voient encore l’occasion de ridiculiser ce qu’ils ne comprennent même pas -le socialisme- alors que dans les faits, c’est peut-être le seul pansement qui pourrait venir à bout des problèmes que s’est infligés l’humanité, par naïveté quelque fois, mais par insouciance et opportunisme d’autres fois.

Et pour nous éviter, encore une fois, de constater l’échec patent de ce modèle exploitant et ses dérives majeures vers l’impérialisme inévitable dont nous parlait jadis Lénine, on nous présente un sacro-saint sauveur, un messie en quelque sorte. Barak Obama serait selon les uns, les mêmes en fait, puisqu’il s’agit bien évidemment des capitalistes encore une fois, que ce dernier serait la lueur d’espoir, mais les faits parlent d’eux même et détruisent ces volatiles paroles désuètes. Barack Obama ne condamne aucunement le terrorisme d’Israël, ce qui fait de lui, sans aucun doute possible, un supporteur du terrorisme et donc, un complice d’actes terroristes. Mais encore, ce même sauveur aurait déjà avoué qu’il serait prêt à utiliser l’arme nucléaire, donc une Arme de Destruction Massive, à des fins agressives plutôt que défensives. Et cela encore, ne soulève aucunement le tollé chez la communauté internationale* de savoir que Washington possède de telles armes, pourtant interdites chez leurs ennemis idéologiques!

En attendant que le sauveur attire l’attention populaire et que les malheurs des victimes de Cuba se délaissent de l’emprise états-unienne illégale, nos poches, elles, se voient bel et bien vidées par les mêmes vautours qui, dans les années, et les suivantes crises, ont pillé les poches de vos parents, de vos grands-parents et de vos arrière grands parents. Et tout cela chers camarades, afin d’éponger la mauvaise gestion de gestionnaires privés qui revendiquaient pourtant, le droit d’exploiter votre labeur sans votre consentement majoritaire, car ce modèle n’a jamais été démocratiquement élu, comme ce fut le cas pour le socialisme au Venezuela par exemple.

Mais sur une note plus grave, ce modèle est en plus, non-viable, puisqu’il propose un système où les ressources terriennes ne répondent pas à la demande du dit système exploitant capitaliste. Pourquoi ne pas dire que tout ça, n’est qu’un complot socialiste? Oh! C’est vrai! Ils le font déjà, ça aussi!

Alors ne laissez-vous pas berner camarades, on pige bien dans vos poches, quand on parle d’un plan de sauvetage. Encore ici, on use de double-mesure inacceptable, puisque l’on vous dit d’un côté, «Si vous faites faillite, c’est votre problème» et d’un autre, «Si les grandes entreprises font faillite, c’est aussi votre problème!». Avez-vous déjà vu des banques se cotiser et payer les dettes de particuliers? C’est un peu ce qu’elles font en ce moment, mais aussi parce qu’elles ont mal gérées leurs s affaires et prévu leurs finances sur de l’argent fictif, le crédit. Se faisant, les banques ne visaient qu’à jouer le rôle d’une soupape qui elle, évitait les révoltes populaires. Comme les cadeaux fiscaux empoisonnés des libéraux et des conservateurs en fait qui dans le fond, sont nécessaires à la nation canadienne et la nation québécoise.

Des solutions existent,  le socialisme en est une. Car il ne s’agit pas ici de constater les échecs du système capitaliste à survivre sans le prolétariat, il s’agit aussi de juger le partage des richesses qui selon moi, ne s’est jamais pointé au rendez-vous fixé par les capitalistes. 10 000 000 de millionnaires habitent cette Terre, cela peut paraître d’une grande importance, mais il ne s’agit en fait que d’un maigre 0.15% de l’humanité. La cartellisation annoncée par monsieur Marx, elle, était bien au rendez-vous à chacune des crises qu’a pu connaître le système parasitaire des minoritaires bourgeois qui ne furent jamais élus. Et ce qu’on nous dit aujourd’hui, alors que le système s’écroule  et que l’on sent cette main baladeuse bourgeoise vider fonds publics , c’est de regarder ailleurs, comme vers Cuba qui en fait, ne peut que subir les attaques économiques et idéologiques du pays le plus puissant de la planète.«Regardez ce qu’il vous arrivera si vous suivez les exemples de Cuba!». «Sinon, regardez-moi ce messie sauveur!»


Il n’est pas de sauveurs suprêmes,

Ni Dieu, ni César, ni tribun.

Producteurs sauvons-nous nous-mêmes!

Décrétons le salut commun,

Pour que le voleur rende gorge,

Pour tirer l’esprit du cachot.

Soufflons nous-mêmes notre forge!

Battons le fer quand il est chaud!

Jusqu’à la victoire, toujours!

*Ce sont les pays membres permanents du conseil de sécurité des nations unies, lesquels possèdent le droit de VETO antidémocratique dans les instances donc, antidémocratiques de l’O.N.U..

Posted in Actualité, Économie, Éducation, États-Unis, Bourgeoisie, Canada, Capitalisme, Communisme, Conservateur, Conservateurs, Corruption, Crime contre l'humanité, Crime de guerre, Cuba, Démocratie, Dictature, Droite, Environnement, Exploitation, Fonds publics, Gauche, Guerre, Impérialisme, Internationale, Lutte de classe, Malinformation, Manifestation, Manipulation, Média, Médias, Mouvement ouvrier, Néo-libéralisme, Obama, Opinion, Pauvreté, Politique, Privé, Propagande, Québec, Réactionnaire, Révolution, Santé, USA, Vénézuéla | Leave a Comment »

Combien d’émeutes est-ce que ça va prendre ?

Posted by L'Agitateur sur 28 août, 2008

Voici un texte d’Alexandre Popovic publié sur le site web du Centre des médias alternatifs du Québec concernant l’affaire autour de la récente émeute de Montréal-Nord. Ce texte est très lourd en terme de longueur étant donné le nombre de références utilisées. En voici un extrait :

Une bavure d’une ampleur jamais vu, suivie d’une émeute sans précédent. Voilà comment on pourrait résumer les événements à la fois tragiques et mouvementés qui se déroulèrent à Montréal-Nord, à environ vingt-quatre heures d’intervalle, les 9 et 10 août dernier.

Bien entendu, le Service de police de la ville de Montréal (SPVM) n’en n’est pas à sa première bavure, tout comme le territoire métropolitain n’en n’est pas à sa première émeute. Cela étant, c’est la première fois qu’une bavure policière est immédiatement suivie d’une émeute.

De même, si les bavures policières sont toutes choquantes à leur façon, il reste que celle qui coûta la vie au jeune Fredy Villanueva est particulièrement scandaleuse.

Après tout, nous avons affaire à un policier qui s’est permis d’ouvrir le feu sur des jeunes gens, dont Fredy, qui se trouvaient à côté d’un parc bondé de monde. Des jeunes gens désarmés qui ne faisait rien d’autre que de jouer aux dés.

Il ne fait aucun doute que la plupart des jeunes vivant dans ce secteur malfamé de la ville ont vécu au moins une mésaventure avec la police. En apprenant la mort violente de Fredy, une bonne partie d’entre eux se sont sûrement dit: « Ça aurait pu être moi. »

Pour lire la suite, veuillez cliquer ici.

Posted in Bourgeoisie, Canada, Manifestation, Montréal, Opinion, Pauvreté, Police, Répression, Violence | 27 Comments »

Profession : chroniqueur réactionnaire

Posted by Libertad ! sur 15 juin, 2008

Ancien péquiste aujourd’hui devenu néo-conservateur

Nathalie Elgrably est une partisane pure et dure du néo-libéralisme sauvage. Richard Martineau quant à lui fait plus penser à une poule sans tête qu’à un journaliste. Mais par contre, tout les Martineau, Lagacé et Elgrably de ce monde sont des enfants d’écoles face à Jacques Brassard, l’ancien ministre péquiste devenu chroniqueur pour le journal Le Quotidien au Saguenay.

Auparavent dans un parti qui se prétend «social-démocrate», il est maintenant le défenseur le plus à droite du terrorisme et de l’exploitation des gouvernements occidentaux dans les pays du tiers-monde. Se décrivant lui-même comme un pro-Bush, il écrit régulièrement dans Le Quotidien des articles à saveur néo-conservatrice qui ont essentiellement pour thème la soi-disant menace de l’Islam en Occident, l’approbation de la guerre en Irak, le nucléaire iranien et j’en passe.

Dans un récent article, ce démagogue écrivait dans un article portant sur Barack Obama qu’il était de gauche, défaitiste et qu’il représentait une «menace» pour l’Occident. Non seulement Obama n’est pas de gauche (vous n’avez qu’à aller voir les propositions qu’il fait sur son site web) mais il se révèle même plus agressif que Bush lorsqu’il vient le temps de parler du conflit israélo-palestinien devant un puissant lobby sioniste. Donc, ne comptez pas sur le sénateur de l’Illinois pour changer la politique étrangère impérialiste des États-Unis… Il joue sur les clichés et vient raconter une série de mensonges que ce soit sur le moyen-orient ou encore sur le parti démocrate (qu’il dit être d’extrême gauche quand il est de centre-droit en réalité).

Dans cet article publié le 11 juin, il parle de la guerre en Irak, comme toujours. Possiblement le plus grand défenseur Québécois de cette vaste opération terroriste (ensuite vient l’Antagoniste, David Gagnon), il dit que ce sont les américains qui ont amenés la sécurité en Irak. Il serait bon de lui rappeller que les irakiens ne connaissaient pas ça les attentats suicides avant l’invasion américaine en 2003 et que cette baisse relative des attaques contre des civils est due à la trêve de la milice chiite de Moqtada al-Sadr et non au général David Patraeus.

Il fait également mention du fameux «programme nucléaire» iranien, arrêté depuis 2003 (confirmé par la CIA). Encore une fois, il se fait le mécène de la propagande de guerre, qui prône le bombardement de l’Iran.  Même si ce programme était vraiment en marche comme ils le disent, les iraniens sont alliés des russes et des chinois, et si les américains, par volonté suicidaire, attaquaient l’Iran, ces deux pays répondraient sûrement par la force et nous nous retrouverions avec un conflit d’envergure mondiale ou sinon, à des barils de pétrole à 300$. 

Brassard semble ici ne pas comprendre qu’il est devenu supporter d’un groupe de gens, particulièrement dangereux, qui oeuvrent pour le compte des entreprises multinationales et qui représentent le plus grand danger pour la paix dans le monde ! Quand je pense que certaines personnes puissent accorder du crédit face à de tels tarés !

Je t’en prie, prend ta retraite Brassard !

Pour voir l’article en question, il a été repris sur plusieurs blogues réactionnaires, mais je l’ai lu sur Majorité silencieuse. http://www.majoritesilencieuse.net/index.php?option=com_myblog&show=Et-si-Barack-Obama-etait-elu-president-.html&Itemid=60

Posted in Article, Impérialisme, Irak, Iran, Journal, Malinformation, Médias, Militarisme, Néo-libéralisme, Obama, Opinion, Réactionnaire, Terrorisme étatique, USA, Violence | 10 Comments »

Les deux côtés de la médaille

Posted by Libertad ! sur 23 mars, 2008

tibet-flag.gif

Ce billet est simplement pour clarifier celui écrit précédemment sur le Tibet. En ayant pris du recul, je me suis rendu compte que le billet était très incomplet et pouvait laisser croire un appui au régime chinois.  J’ai essentiellement fait ressortir les casseurs tibétains qui s’en sont pris à des chinois et à leurs commerces, sans pour autant montrer l’autre côté de la médaille. Merci de votre compréhension.

Antho

La Chine à comme on le sait, envahi le Tibet dès 1950, essentiellement pour des raisons stratégiques. Certains affirment que le Tibet fut toujours une part de la Chine. Jusqu’à un certain niveau, c’était vrai. Mais par contre, depuis près de 60 ans, les tibétains sont contraints de laisser de côté une bonne partie de leur héritage culturel, ce qui est très malheureux. Le gouvernement chinois ne fait pas dans la dantelle : ils interdisent les écoles de langue tibétaine (l’enseignement général se faisant en mandarin, en se basant sur le programme d’éducation nationale de la RPC), ce qui signifie une grande défavorisation de la culture tibétaine, au profit de la culture de l’occupant.

Il ne faut pas l’oublier, la Chine est une dictature. Les tibétains sont particulièrement exposés aux moindres caprices du régime. Le gouvernement chinois applique une politique de colonisation, non officielle, pour noyer ce qui reste de la culture tibétaine, mais aussi pour stimuler une croissance économique favorable aux colons, toujours au détriment des tibétains.

Devant un tel constat, est-ce qu’un retour au régime du Dalai-Lama serait souhaitable ? Sûrement pas !

Le Dalai Lama actuel, Tenzin Gyatso, est vu par une majorité de gens dans le monde comme étant un symbole de la non-violence, de la paix et de la compréhension entre les peuples. Mais est-ce vraiment la réalité ?

Tout d’abord, son régime au Tibet n’était pas démocratique, il était théocratique. Les tibétains de l’époque devaient donner de leurs récoltes aux moines, et étaient exploités. Il y avait des castes, allant des seigneurs jusqu’aux esclaves, qui pouvaient être vendus comme n’importe quelle marchandise.

Le culte religieux était fanatique. Une personne qui parlait en mal du régime avait les lèvres coupés. L’autre qui regardait de travers des moines pouvait avoir les yeux crevés. Les gens devaient donner des offrandes dont ils ne pouvaient se permettre aux dieux, profitant ainsi aux quelques familles qui dirigeaient le Tibet. Pays de paix et de lumière, vous dites ?

Le sort des femmes n’était guère plus reluisant de celui des femmes afghanes sous les fondamentalistes. Le mot femme en tibétain,  »kiemen », signifie naissance inférieure. Au delà des droits économiques et sociaux dont elles étaient privés, les femmes n’avaient pas le droit de regarder un homme au-dessus des genoux.

Même si ils se sont débarassés de la vieille classe dirigeante religieuse et féodale, les tibétains sont maintenant opprimés par une puissance étrangère hostile à leurs intérêts nationaux. Par contre, ce n’est pas une raison pour autant d’appuyer l’hypocrite Dalai Lama, qui n’était en réalité qu’un dictateur religieux.

Quelle position prendre alors ? Il faut soutenir les tibétains dans leur lutte pour l’autodétermination, mais ne pas appuyer le Dalai Lama, qui est possiblement le pire hypocrite religieux du XXe siècle.

À bas la clique du Dalai Lama ! À bas l’impérialisme américain dans sa quête d’instabilité ! À bas la dictature de la RPC sur le Tibet ! À bas le fondamentalisme religieux !

Posted in Chine, Opinion, Répression, Tibet, Violence | 23 Comments »

Pauvre Jeff !

Posted by sylvainguillemette sur 26 janvier, 2008

jeff2481.jpg

Fillion et son ancien employeur, Genex Communications, continuent leur guerre à la grande joie de la gauche. Jeff est désormais frappé par la saisie, demandée par Genex Communications. Les huissiers sont venus chez Jeff Fillion vendredi dernier, afin de mettre en liste, ce qui pouvait être saisi au nom de Genex communications. L’inventaire gelé, comprend ses biens personnels, les actifs financiers de sa compagnie, ses actifs bancaires personnels et sa caisse de retraite. Sa maison pourrait aussi faire l’objet d’une saisie. Jeff se retrouverait sur la paille, comme nombres de ses victimes l’étaient alors qu’il était au sommet de sa gloire.

Genex réclame 90 000 $ à son ancien animateur populiste crasse, ce qui fait beaucoup de chèques d’aide sociale, si Jeff ne se retrouve pas, un « vrai » boulot!

L’auditoire de ce dernier, facilement repérable, appelait à la « libArté » d’expression lors de la chute du réseau populiste crasse, après les multiples contraintes mises sur le chemin de Genex Communications.

Je termine en proposant un petit texte qu’avait écrit Étienne Hallé, lors du début de la chute du démagogue populiste crasse qu' »était », Jeff Fillion.

Pauvre Jeff !

Je ne comprends plus rien! Y a-t-il quelqu’un pour éclairer ma lanterne? Jeff Fillion qui se dit victime d’un méchant patron? Lui qui les a tant louangé, qui a tant craché sur tous les « syndicaleux », comme il se plaisait à dire avec son ami le prof Breton. Le même individu qui se dressait devant les contraintes imposées par la « gaugauche » Québécoise contre les gentils patrons qui faisaient tant pour la société. Eh bien mon Jeff, maintenant que c’est ton tour de t’être fait presser comme un citron et jeté à la poubelle par un boss, là c’est plus pareil…

Bien oui, ton boss a fait du profit sur ton dos. Ben oui, c’est toi qui emmenais les cotes d’écoute. Oui, il faisais plus d’argent que toi, puis il s’achetait des plus gros joujoux que toi… Tu sais, c’est ça le système social que tu vénères tant : les plus forts qui bouffent les plus faibles. Il me semble que tu était d’accord avec tout ça il n’y a pas si longtemps! Bien mon Jeff, console-toi; ton cas ressemble à la majorité de tes ex-auditeurs.

As-tu pris le temps de réaliser toutefois, que toi aussi, tu as passé quelques personnes dans le presse-citron? Je devrais plutôt dire quelques caisses de personnes. Réalises-tu que ton salaire de 300 000$ était en majeure partie composé de ce jus? C’est bizarre, mais j’en doute… Je crois plutôt à l’histoire d’un gars frustré d’avoir été éjecté de ses idées de grandeur, qui tente de tirer ce qui reste de la couverture de son côté du lit froid et vide.

Je termine en te souhaitant la bienvenue sur terre; j’espère que le retour de ton monde parallèle s’est bien passé malgré l’atterrissage un peu brutal. En passant, savais-tu que « Liberté, je crie ton nom partout! » viens de Paul Eluard, un intellectuel, poète, résistant anti-fasciste (ceux qui veulent plus que le jus des citrons…)lors de l’occupation Française, et militant communiste! Profites-en pour prendre le temps de lire un peu mon Jeff…

Étienne Hallé

Posted in Opinion, Radio, Réactionnaire | 61 Comments »

Dumont consolide son électorat

Posted by Libertad ! sur 15 décembre, 2007

Aux confins des méandres du débat sur les accommodements raisonnables, notre perpétuel défenseur des droits du « monde ordinaire », Mario Dumont, a encore une fois joué malhabilement la carte de la démagogie.  Après avoir tenter de faire tomber le gouvernement sur dossier des Commissions scolaires, il s’attaque tel un Don Quichotte frénétique aux cours d’éthique et de culture religieuse. 

D’abord, posons nous la question « mais sur quelle planète vit Mario? » Alors que les églises sont vides, que les mariages institutionnels sont chose rare, que les couples québécois qui font baptiser leurs enfants le font davantage par « tradition » ou par souci de na pas déplaire à la famille, il affirme parler au nom de la majorité catholique et demande que l’enseignement catholique ait préséance sur les autres religions. Mario, es-tu là? Même les catholiques « sur papier » ne croient plus au dogme chrétien! Il serait peut-être temps que quelqu’un lui dise qu’on n’est plus dans les années cinquante. L’autonomisme, la disparition des commissions scolaires et la réduction au minimum des lois du travail sont toutes des idées qui trouvent leur fondement sur une idéalisation du passé duplessiste.  

Mais revenons à la question du cours Éthique et culture religieuse. Si nous voulons que le Québec progresse et se dote de valeurs universelles qui vont interpeller tant un supposé catholique qu’un musulman, un Juif ou encore un sikh, il faut d’abord établir un pont entre les différentes cultures. Ce pont commence par l’éducation. Avec le cours Éthique et culture religieuse, les jeunes seront en contact avec les autres religions, ce qui brisera à long terme les préjugés, qui reposent sur l’ignorance et l’incompréhension.  

Je doute bien, par contre, que Mario Dumont ait intérêt à contribuer à lever les préjugés et à doter les futurs électeurs d’une vision large de la société. Comme il va chercher une part de son électorat chez les émules d’André Drouin conseiller municipal d’Hérouxville, il n’a pas réellement intérêt à ce que les Québécois dits de souche comprennent les chose et réfléchissent davantage. Son intérêt réside surtout dans la consolidation de son électorat de traditionaliste franco catholique « quétaines » peu cultivés, accrochées à des dogmes dépassées. Mario Dumont c’est le nationalisme étroit à la Duplessis; c’est le simplisme étiré au maximum de sa capacité. À quand ça va « péter » et lui revenir au visage? Le jour où les gens élargiront leur vision périphérique. 

Étienne Hallé

Posted in ADQ, Article, Opinion, Québec, Religion | 12 Comments »