Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Archive for the ‘Société’ Category

Toronto la grande

Posted by Jean-Sébastien Vézina-Girard sur 19 juillet, 2010

Après plus de 1000 arrestations les forces policières de Toronto n’ont pas encore arrêtés tous les suspects qu’ils voulaient. Beaucoup de monde sont furieux de voir le travail effectué par les  »agents de la paix ». Pourquoi un budget de plus de 1 Milliard de dollars et encore du monde à rechercher ? La réponse est fort simple, la police de Toronto veut attirer l’attention ailleurs que sur eux-même, ils jouent la victime et tente d’y mêler la population. Car faire appel à la population fait partie de quelques techniques policières, en temps normal cela est fait lorsqu’il y a de dangereux criminels qui courent les rues telles que des tueurs en série, des voleurs de banques etc., tandis qu’ici nous parlons bien de gens qui étaient à une manifestation de tout ce qui avait de plus légitime et qui sont accusés d’avoir organisé celle-ci et d’avoir incité au grabuge et à la casse.

Les dix personnes qui sont les plus recherchés devrait être les policiers agents provocateurs qui ont incité à cette violence et fait du vandalisme. Quelques médias nous ont montré des voitures en feu dans la rue à quelques mètres des policiers, or beaucoup de manifestant témoigne le fait que ces voitures étaient là sans surveillance depuis au moins six heures à travers la foule qui n’a pas touché les voitures d’un poil. Jusqu’à ce qu’un agent provocateur saute sur une première voiture qui en fait était destinée à la casse selon de no d’identification. Mais voyant très bien que cela n’en valais pas la peine les manifestants l’on laissé faire le clown seul.

Les agents provocateurs sont utiles au travail des policiers pour justifier la répression et ainsi justifier les dépenses faramineuses de ce sommet-cirque, les dépenses augmentent sans cesse lorsqu’il s’agit de la sécurité surtout de leur sécurité. L’argent payer en grande partie par les classes moyenne et pauvre par l’entremise de taxes sur un peu tout sert défendre pour les plus riches et sert aussi à ceux qui vont décider de l’avenir de nos sociétés et ce sans notre consentement. La répression que nous avons été témoins de voir et d’entendre ces dernières semaines nous donne un bref aperçu de l’avenir quand aux conflits sociaux-politiques dans lesquels la ou les populations en général vont faire face. Car les décisions prisent dans ce sommet-cirque ne sont que des mesures impopulaires qui ne vont qu’agrandir les inégalités et les frustrations de la par de la population et justifier les répressions qui en fait était un terrain d’essai. Car les policiers ont vraiment agi comme s’ils étaient en temps de crise, ils s’y préparent et font face aux groupes les plus radicaux de la société pour être en mesure de bien identifier les comportements de ceux-ci.

Les événements de Toronto ne sont qu’un prélude de l’avenir d’un État avec de moins en moins de pouvoir quand au services publics mais augmentant sans cesse les dépences injustifiées d’une sécurité de plus en plus répressive qui demande à sa population de l’aider dans ses démarches, bref un État policier quoi!

Posted in Actualité, Article, Brutalité policière, Canada, Capitalisme, Conservateurs, Controverse, Corruption, Coup d'état, Crime contre l'humanité, Dictature, Extrême-droite, Fascisme, G-20, Manifestation, Manipulation, Médias, Réactionnaire, Répression, Résistance, Société, Terrorisme, Toronto, Violence | 16 Comments »

L’utilité du patronat, versus celle des syndicats

Posted by sylvainguillemette sur 22 janvier, 2010

http://fonzibrain.files.wordpress.com/2009/10/la_pyramide_du_capitalisme1.jpg

Cette semaine, Pierre Karl Péladeau fit une sortie en grande pompe, contre les syndicats. C’est de bonne guerre. Mais analysons donc, tout simplement, les pours et les contres des syndicats, versus les pours et les contres du patronat, et des gens comme Pierre Karl Péladeau, qui s’enrichissent sur le labeur d’autrui, celui du prolétariat en l’occurrence, qu’il critique lorsque assemblé.

D’abord, constatons que le patronat, lui, est tout aussi bien regroupé, sous la bannière du Conseil du Patronat. Ensuite, constatons de plus que, les principaux médias sont concertés de façon à promouvoir le plein pouvoir aux patrons, et critiquent ardemment les groupes syndiqués, à commencer, justement, par les propriétés de monsieur Péladeau lui-même. Cette fenêtre, les syndicats ne l’ont pas, pour critiquer les excès de parasites tel monsieur Péladeau. Également, quelques instituts privés, abondamment financés par les bourgeois de la trempe de Péladeau, offrent une simpliste couverture des régularités économiques d’un rouage capitaliste. Ils normalisent, pour ne pas les banaliser, dans leur jargon, les inégalités sociales, elles, découlant directement des inégalités économiques, donc relatives au système en place. Nous avons par exemple vu, depuis plus d’une décennie, des mercenaires telle qu’Elgrably, excuser le parasitisme des bourgeois, vis-à-vis leur exploités, les prolétaires. Cette même charlatane malhonnête, ne s’est jamais retenue pour prôner la privatisation de la totalité de l’économie,  des services même, tel que l’accès à l’eau par exemple, ou l’accès aux soins de santé, etc..

C’est simple, selon les capitalistes, les syndicats sont jaloux de la réussite des patrons, c’est ce que recopient dans leurs textes, les nombreux militants du capitalisme absolu. Mais pourtant, nous sommes à même de constater que, ce sont les travailleurs salariés, donc les prolétaires, qui créent la richesse, et que donc, le mérite devrait leur revenir. Il n’en n’est rien. Chez le patronat, et sa servitude, le mérite ne revient qu’au propriétaire des moyens de production, et cela, sans la moindre possibilité d’en débattre avec eux. Et pourtant, qui fait rouler la machine à l’usine? Le patron, ou l’ouvrier? Qui s’y blesse? Qui s’y brûle de fatigue? Le patron, ou le travailleur salarié, ce prolétaire exploité? Et qui, dans des exemples plus extrêmes, se blesse, ou se tue même? Des gens comme monsieur Péladeau, ou leurs exploités, que ce patron préfèrerait divisés et dépourvus de moyens de défense?

Monsieur Péladeau rêve d’un monde où il dicterait, sans scrupule, le travail à accomplir, et cela, sans que quiconque ne puisse lui rouspéter. Il se prend pour un général, à qui on ne peut que dire, «Oui missieur». Mais abordons donc, tant qu’à en parler, l’utilité de ces patrons sans scrupule, qui osent critiquer l’existence des syndicats, et faisons-le d’un point de vue marxiste, pour rappeler à monsieur, son lointain passé.

Qui au Journal de Montréal, crée la richesse, qui écrit le journal, qui le met en page, qui le corrige, qui fait les recherches, qui prend les photos, qui expédie ce journal, qui bref, participe vraiment à sa création, de toutes parts? Le travailleur, ici, syndiqué. Pas monsieur Péladeau. Bref, à quoi sert ici, sauf à palier au manque de capitaux, monsieur Péladeau? À rien! À rien du tout même! La seule raison pour laquelle monsieur Péladeau, ici, se trouve utile à quelque chose, c’est qu’il investi ses capitaux, qu’il n’a point mérité, puisqu’il les a amassés sur le labeur d’autrui, et par un héritage. Le plus inutile de la compagnie elle-même, est  son propriétaire. S’il ne s’agissait pas de capital dans ce système, l’inutilité de ce «vaut rien» serait apparente, et même, flagrante. Il n’apporte pas d’eau au moulin, autre que son capital. La gestion d’une entreprise peut également passer sous la gouverne des travailleurs, lesquels sauraient, conditionnement à l’appui, gérer cette entreprise. Les travailleurs peuvent gérer, d’ailleurs, certaines compagnies sont déjà pourvues d’un conseil d’administration, lorsque plusieurs bourgeois en sont propriétaires ou mêmes, parfois constitués de cadres, donc de salariés. Il n’est pas impossible de copier le conseil, mais de remplacer les propriétaires inutiles, ces bourgeois, par des travailleurs qui font leur part dans la société, et non pas là,  en exploitant le labeur d’autrui, comme le font les parasites tel Péladeau.

Maintenant, à quoi servent les syndicats? À se défendre? Certes, mais pas seulement à cela. Les syndicats, d’origine, servaient la cause des travailleurs, pris à la gorge par les nombreuses menaces bourgeoises, mises à exécution, comme des lock-out par exemple. Les syndicats servaient également à promouvoir l’occupation des usines, suite à des faillites par exemple. Le syndicat était non seulement nécessaire pour que les employés soient respectés, et encore, mais nécessaires pour donner une voix à ceux qui créaient, et qui créent toujours, la richesse. Les patrons, eux, ont toujours eu, soit l’appui de groupes privés, de mercenaires, de polices privées, ou de l’État même, qui défend depuis longtemps, leur dictature. Les syndicats, certes en manifestant la colère des travailleurs, nous ont obtenus des moindres maux, de meilleurs horaires, plus flexibles,  de meilleurs avantages, un si peu soit-il, respect des patrons, l’apport de sécurité pour les travailleurs, des hausses de salaire considérables, et j’en passe… Sans syndicat, nous ne serions même pas reconnus comme créateurs de richesses, nous n’aurions pas de droits bien à nous, nous n’aurions pas d’équité salariale, nous n’aurions pas le respect de nos exploitants, ces bourgeois minoritaires et parasitaires, totalement inutiles finalement, à notre société, sauf dans un dessein capitaliste.

En fait, je vais aller plus loin ici. Le véritable problème, ce ne sont pas les syndicats, mais bien, la bourgeoisie, soit le patronat. Il est je crois, temps de se débarrasser de ce patronat, qui ne sert visiblement à rien d’autre qu’à injecter son capital, puis à en retirer des bénéfices, que nous leurs créons. Autrement dit, pourquoi ne pas décapiter l’intermédiaire entre la demande et l’offre, et ne pas offrir nous-mêmes, sans le patronat, l’offre demandée. Certes, en ce moment, cela semble impossible, puisque force est de constater que nous vivons dans un modèle capitaliste, qui ne vit que par l’afflux de capitaux. Alors bon, commençons par créer des entreprises sociales, gérées et financées par un réseau social, appelé à grandir, pour qu’il remplace peu à peu, les parasites de ce système, totalement inutiles à l’évolution de l’humanité.

Contrairement à ce que certains prétendent, le capitalisme, un système économique, ne crée pas la richesse, ce sont les humains qui la créent. Le capitalisme n’invente pas Windows, ce sont des humains qui travaillent, qui se creusent les méninges derrière un écran, donc derrière un capital autrement dit, dans ce système capitaliste –il faut donc préalablement, que le chercheur ait un soupçon de capital, d’où le totalitarisme observé-. Le système lui-même, n’est que l’excuse dont ont besoin ces charlatans, tels Péladeau, pour s’auto-pardonner l’exploitation du labeur d’autrui, et là, tout en le critiquant, en le malmenant, et en disant des unions syndicales, qu’elles sont compromettantes pour leur enrichissement personnel.

En terminant, j’aimerais vous faire prendre conscience d’une seule chose. Enlevez les patrons du réseau, la demande demeurera, les travailleurs y répondront, d’une façon ou d’une autre. Maintenant, enlevez le prolétariat, ce travailleur salarié, et voyez si les bourgeois comme Péladeau, pourront continuer de créer la richesse, dont ils revendiquent la totalité des dus.

Encore une fois, mon mot d’ordre est, «seule solution, révolution!»

Posted in Actualité, ADQ, Analyse, Bourgeoisie, Capitalisme, Communisme, Compagnie, Démocratie, Dictature, Droite, Gauche, Journal, Lutte de classe, Média, Médias, Mouvement ouvrier, Néo-libéralisme, Pierre Karl Péladeau, Populisme, Privé, Propagande, Pseudo science, Réactionnaire, Résistance, Révolution, Religion, Socialisme, Société, Trou du cul | 8 Comments »

Embargo sur les produits du phoque: Enfin!

Posted by quebecsocialiste sur 7 mai, 2009

 Je sais que le parlement européen est bourré d’anticommunistes primaires et contient même une bonne poignée de fascistes qui votent souvent contre le peuple, mais ici, je dois l’avouer: Je supporte leur décision. Il s’agit ici d’une victoire pour la justice et les droits des animaux, particulièrement bafoués dans cette conne-fédération illégitime qu’est le Canada. De quoi je parle? Simplement du progrès de la semaine, j’ai nommé l’interdiction de la vente des produits de l’industrie immorale du phoque sur le territoire européen. Un petit pas pour la cause environnementale, une grande avancée pour les phoques sans défense qui se font massacrer par dizaines de milliers chaque année au Canada pour fournir fourrures et produits de beauté au marché capitaliste de « la mode ». Mais attention! Nos élus qui se foutent de l’opinion publique une fois élus, n’ont pas l’intention de laisser cette « industrie lucrative » de quelques milliers de dollars insignifiants subir une défaite, noooon! La ministre canadienne des Pêches, Gail Shea, a souligné que le Canada étudiait tous les recours juridiques et diplomatiques afin d’empêcher une interdiction. On parle ici de cette vulgaire farce anti-démocratique nommée « Organisation Mondiale du (capitalisme) Commerce » (OMC), l’outil par excellence de la grande bourgeoisie internationale pour combattre les politiques de dignité humaine que certains gouvernements du tier-monde tentent de mettre en place pour préserver leurs populations du capitalisme sauvage qui ravage leurs pays. Mais bon, revenons au Canada: Je voudrais juste souligner, pendant qu’on y est, que la déshonorable Gail Shea est favorable à la censure, dont elle a allègrement fait usage dans son coin de pays contre la presse locale. C’est aussi une francophobe farouchement opposée à l’implantation d’hôpitaux strictement francophones au Nouveau-Brunswick bilingue alors que les hôpitaux unilingues anglais, incapables de servir leurs nombreux clients francophones, sont légions dans cette province. Ça par contre, ça ne lui pose pas problème. Allez-y: Tapez son nom sur google, vous allez en trouver des pas pires sur la dame en question en charge du dossier. C’est donc possiblement une raciste qui va aller faire rire de nous devant l’OMC… que de plaisir en vue…

Pendant ce temps, chez les mass médias…

Mesdames et messieurs, hier plus que d’habitude, c’était le délire à LCN! Entre autres bijoux de propagande bâclée que j’ai trouvé, il y a l’entrevue de la blondasse de service du canal de désinformation continu de Quebecor avec Mac Harb, un sénateur libéral opposé à la chasse aux phoques. La blondasse commence sur un air hautain en lui annonçant qu’il est « seul dans son coin ». Monsieur Harb, qui présentait à l’appui une étude démontrant que 65% des canadiens sont opposés à la chasse aux phoques (la tendance est à peu près la même au Québec), ne l’a pas convaincu et elle a continué sur la note de « vous êtes seul aux communes et bla bla bla » comme si cela avait la moindre valeur informative. La seule chose que j’ai appris en visionnant cette vidéo, c’est que TOUS les partis présents aux communes ont condamné le boycott en coeur. Bravo au Bloc et au NPD, qui nous rappellent qu’ils sont loin de la gauche. Peut-être qu’un jour, ça rentrera dans la tête des droitistes qui pourront enfin arrêter de parler du « Bloc marxiste » et du « socialisme à outrance du NPD »… Quoi qu’il en soit, ça en dit long sur la volonté de ces partis qui disent « représenter la population » alors qu’ils votent à l’unisson contre les demandes de la majorité de ce dernier.

J’ai également eu l’occasion de me brûler quelques cellules en regardant les entrevues de Jean-Luc Mongrain sur le sujet. Dans son entrevue avec Germain Chevarie, le député libéral des Îles-de-la-Madeleine, qui n’avait lui-même pas grand chose d’intelligent ou d’informatif à dire, « le grand Jean-Luc » y est allé de cette affirmation, que j’écris comme il a prononcé: « Nous, urbains et gens de villes, qui savont même pas qu’une poule doit êt’ tuée pour qu’à s’eu’trouve dans l’plastic dans nos comptoirs… » Ce n’est presque pas insultant pour « les urbains », absolument pas! Une banalisation inutile et purement provocative de l’acte de tuer un écureuil sans aucune raison avec ça? Il l’a fait. Il a ensuite affirmé, sans même en nommer des exemples et donc sans la démentir publiquement, que la documentation sur la barbarie de cette chasse n’est que de la « propagande, parce que c’est bien ce dont on parle ici, de la propagande »… Vous savez quoi monsieur Mongrain? Ce que vous faites là, tout comme ce que fait l’empire médiatique criminel (et insultant pour la profession de journaliste) dans lequel vous déblatérez maintenant, c’est de la propagande!

Il y a également une autre entrevue tout aussi vide de contenu informatif dans le cadre de laquelle « le grand Jean-Luc » est allé chercher nul autre député européen que… Peter Stastny, l’ancien joueur vedette des nordiques de Québec, pour défendre « nos » positions anti-faune en Europe (il était parmi la mince poignée qui a voté contre le projet de loi). Sérieusement, il n’y a pas grand chose à dire sinon que « j’aime le Québec et j’aime la chasse et bla bla bla », alors ce n’était que pour mentionner à quel point il est difficile de trouver des députés européens prêts à appuyer la « cause » de la destruction de la magnifique faune nordique. Niveau « propagande », on soulignera l’utilisation d’un ancien joueur de hockey dans une tentative stérile de toucher la corde sensible des québécois. Peter Stastny est, en passant, un anticommuniste primaire et même pour son groupe, il est dans le champs, alors c’est tout dire sur la crédibilité de ce personnage…

Pour finir cette promenade au parc de la folie démagogique, qui de mieux que Riri Martineau, dit « le clown ». C’est difficile à expliquer, mais il a réussi à être encore plus prévisible que ce à quoi je m’attendais. Il ne s’est pas contenté d’écrire un billet pour s’en prendre aux défenseurs de la cause des phoques (et des animaux en général), il est allé jusqu’à littéralement nous servir le même article qu’il y a quelques mois, et ce malgré le fait que la situation soit totalement différente qu’à cette occasion. Son article d’aujourd’hui (mercredi) était intitulé « What the phoque », un titre qu’il a déjà utilisé dans des chroniques antérieures sur le même sujet, ainsi que sur sa critique de la publicité anticonservatrice « la complainte du phoque ». C’était également le titre d’un ancien billet, ce fameux torchon où il avait insulté l’intelligence de « la masse » du Québec au grand complet pour les propos déplacés d’UN individu. Bref, rien de bien original, on voit que Richard se fait vieux. Pour résumer, sa chronique n’est qu’un plat, infecte à la base, qui a été réchauffé, puis surgelé, puis re-réchauffé, puis re-surgeler… En un mot: Martineau nous sert du périmé.

 Ce que je reproche à la chasse aux phoques:

La chasse aux phoques, telle que nous la connaissons, qui consiste à se jeter sur des bêtes à peine capables de se déplacer sur la glace et à les frapper à coup de gourdin jusqu’à ce que mort s’en suive, est une pratique barbare qui n’a plus sa raison d’être en 2009. Certains, comme le propagandiste Germain Chevarie, aiment nous sortir l’étude bidon des « vétérinaires indépendants » qui affirmeraient que d’assomer les phoques à coups « d’aquapik » (un beau ti-nom inuit qui n’enlève rien au fait qu’on parle d’un vulgaire morceau de bois avec un pic au bout), ce serait « la façon la plus humaine possible » (lire: la moins coûteuse) de mettre fin à leurs jours. Connaissant le cas du camarade Sylvain, dont le « médecin indépendant » (payé par son patron) a déclaré que son pied blessé et douloureux ne lui faisait en fait ressentir aucune douleure rien qu’en passant sa main dessus, laissez-moi douter de la crédibilité de ces « indépendants » sortis de nulle part. Ensuite, il y en a dans les médias qui aiment bien nous sortir « le cas inuit » pour tenter de nous accuser de « double mesure ». Laissez-moi vous expliquer pourquoi il ne s’agit pas d’une double mesure. Tout d’abord, la manière qu’ont les inuits de tuer les phoques est exactement la même, donc je condamne avec autant d’énergie. Ensuite, et c’est bien là le point de différence le plus important, les inuits chassent le phoque pour leur viande, ce qui en fait une chasse de subsistance, ou de survie si vous préférez. Ils mangent la viande, puis vendent les surplus, fin de l’histoire (jusqu’à ce qu’ils ne soient plus dépendants de ce moyen de subsistance, ou qu’ils changent leur manière de chasser). Du côté des Îles-de-le-Madeleine et de Terre-Neuve, nous savons que la majorité des phoques tués le sont pour leur fourrure et pour leur graisse, qui est utilisée dans des produits de beauté. Utilité: ZÉRO. Je ne considère donc pas la chasse aux phoques comme un travail honnête et vous comprendrez que j’appui l’interdiction pure et simple de cette chasse barbare pratiquée comme à l’âge de pierre, sauf qu’aujourd’hui, c’est en mode « production de masse » que ces bêtes innocentes sont massacrées au nom de l’industrie de la mode du Ô capital! Qu’avez-vous dit monsieur Chevarie? 30% de l’économie des Îles-de-le-Madeleine provient de cette industrie du massacre? Si, avec ses maigres recettes pour les chasseurs eux-même, vous n’êtes pas capable de trouver un autre moyen plus honnête de gagner vos vies, vous n’avez qu’à demander au gouvernement de créer une industrie respectable et des emplois convenables pour les travailleurs dans votre région. En parlant du gouvernement…

Le gouvernement corrompu du Québec appui la chasse aux phoques contre la volonté de la majorité des québécois!

À l’exception d’Amir Khadir, tous les députés de l’Assemblée nationale ont appelé mardi le Canada à contester, devant l’Organisation mondiale du commerce, l’embargo européen sur les produits du phoques. J’aimerais profiter de cette nouvelle pour féliciter le député solidaire Amir Khadir pour son leadership, car disons le carrément, il est le seul député du Québec à avoir voté dans le sens de ce que désirait 65% de la population québécoise. Quant aux autres opportunistes des partis bourgeois, la honte est sur eux et je leur interdit de parler en mon nom. Ni moi, ni monsieur Khadir, ni Québec Solidaire ne reconnaissons l’OMC mafieuse et anti-peuple de toute façon.

Pour plus d’information:

Pour finir, si vous voulez plus de documentation en la matière, je vous conseillerais le site de l’IFAW (International Fund for Animal Welfare), ainsi qu’une autre page que j’ai trouvé et qui contient des informations fiables sur le sujet. Attention: Cette prochaine page contient des images qui peuvent choquer. Si vous êtes prêts, cliquez ici.

Posted in Actualité, Amir Khadir, Canada, Capitalisme, Environnement, Manipulation, Médias, Néo-libéralisme, Pauvreté, Société, Violence | 31 Comments »

Assemblées citoyennes à travers le Québec

Posted by Jean-Sébastien Vézina-Girard sur 14 février, 2009

Amir Khadir rencontre les gens du Québec pour parler de la crise financière et des solutions pour en sortir. Venez le rencontrer et discuter avec lui.

Québec solidaire a 20 propositions à présenter pour atténuer les effets de cette crise sur les travailleuses et les travailleurs et mettre le Québec à l’écart d’une économie casino qui joue avec nos retraites et nos emplois. Notre plan est crédible et solide : nous sommes le seul parti à chiffrer autant les dépenses et les investissements que les sources de financement de notre plan. Au cours des deux prochaines années, nous estimons que c’est possible de s’en sortir.

Venez en parler avec le député de Québec solidaire, bienvenue à toutes et à tous.

Dates de la tournée

15 février : Montréal

18 février : Rouyn-Noranda

  • Assemblée citoyenne — 19 h
  • Bistro Chez Bob : 143 rue Principale.
  • Rencontres de groupes sociaux et de syndicats

[mise à jour] 24 février : Laval

  • rencontres de groupes sociaux le jour (détail à confirmer)

25 février : St-Jérôme

  • Assemblée citoyenne — 19 h 30 (précédé d’un point de presse à 19h)
  • Ici par les Arts : 712 rue St-Georges, à St-Jérôme.

3 mars : Gatineau

4 mars : Sherbrooke

[mise à jour] 14 mars : Joliette

  • Assemblée citoyenne
  • Salle Lamontagne, 1131 route 343 à St-Ambroise-de-Kildare à 18h30

Pour voir les propositions de Québec solidaire au sujet de la crise économique.

Posted in Actualité, Amir Khadir, Économie, Fonds publics, Gauche, Québec solidaire, Société | Tagué: , , | 37 Comments »

Le boycott international fait son chemin…

Posted by quebecsocialiste sur 4 février, 2009

 Après celles de la Norvège, de la Belgique, de la France et des membres de l’ALBA, c’est autour de la population responsable d’Irlande d’appeller à un boycott des produits en provenance de l’apartheid israélien. La Turquie, l’un des principaux alliés de l’apartheid dans la région avant la guerre d’agression de l’apartheid contre Gaza de janvier dernier, pourrait bientôt suivre. Tout cela ajouté au fait que les hauts dirigeants sionistes ne peuvent plus se rendre dans divers pays membres de l’UE par crainte d’être arrêtés et jugés pour leurs crimes de guerre odieux, crimes sans noms dont ils sont parfaitement conscient, j’en suis sûr. Je n’ai eu qu’à faire le tour de la blogosphère québécoise pour me rendre que les fanatiques pro-sionistes, les vrais, pas les « Israel lovers » aveugles auxquels nous sommes habitués et qui se cachent derrière un voile de vertu à sens unique, sont parfaitements conscients des crimes de guerre perpétrés par l’état sioniste et appuient les massacres d’enfants liés à cette sale guerre de nettoyage ethnique avec comme seul argument… (soupir) l’ancien testament.

Pendant que la campagne internationale de boycott de l’apartheid israélien va bon train, les divers peuples doivent composer avec le je-m’en-foutisme de « leaders » hypocrites comme Stephen Harper (un idéologue d’extrême droite qui a perdu sa base au Québec à cause de son opportunisme trop crasse au goût de certains), Nicholas Sarkozy (un fasciste sectaire franco-hongrois qui n’irait nul part aujourd’hui sans l’aide d’amis riches et puissants comme Paul Desmarais ici ou la gang de sectaires du CRIF en France), Silvio Berlusconi (un admirateur du « Duce » Benito Mussolini, père idéologique du fascisme) ou encore Barack Obama, qui n’a manifesté aucune intention de remettre en question les privilèges accordés à l’apartheid israélien par les USA et qui en est rendu à son troisième ministre républicain alors qu’il possède la pleine majorité. Il y en a d’autres, comme les « leaders » arabes « modérés » de l’Égypte, de la Jordanie, du Koweit et de l’Arabie-Saoudite (de grandes démocraties…), mais je n’y passerai pas l’après-midi.

Bref, en attendant un appel de masse similaire au Québec et au Canada, voici le texte, tel que paru dans le « Irish Times » et retransmis sur Le Grand Soir:

Les Irlandais lancent un appel au boycott d’Israël

mardi 3 février 2009

Les lecteurs de l’Irish Times du 31 janvier ont pu voir, en page 5, un « appel irlandais pour une justice en Palestine » lancé par environ 300 signataires, dont des députés, des sénateurs, des leaders politiques (dont Gerry Adams), des dirigeants de syndicats, des professeurs, des musiciens connus, des célébrités culturelles…

Cet appel ne figure pas sur la version internet de l’I.T. mais l’édition du samedi est celle qui est la plus lue en Irlande. Il est d’ailleurs demandé, au bas de la page, de relayer le plus possible cet appel dans le monde, et de faire en sorte qu’il soit reproduit avec la mention « paru dans le Irish Times le 31 janvier 2009 ».

En voici le texte :

« Les bombardements sur Gaza ont tué plus de 1300 Palestiniens, dont un tiers d’enfants. Des milliers d’autres ont été blessés, certains s’étant réfugiés dans des bâtiments de l’ONU.

Cet assaut est survenu après un an de blocus économique organisé par Israël. Le blocus, interdit par les lois humanitaires internationales, a détruit l’économie de la bande de Gaza et condamné sa population à la pauvreté. Selon un rapport de la Banque Mondiale, « 98% de l’activité industrielle est à l’arrêt ». Les dernières attaques d’Israël sur Gaza ont été le plus récent volet de l’oppression du peuple palestinien par Israël, et sa volonté de s’approprier leur terre.

Israël n’a jamais déclaré ses frontières. Au contraire, il s’est continuellement étendu aux dépenss des Palestiniens. En 48, Israël s’était déjà emparé de 78% de la Palestine, beaucoup plus que ce que l’Assemblée Générale de l’ONU avait octroyé à l’état juif en 47. Au mépris de toutes les lois internationales, Israël a expulsé plus de sept cent mille Palestiniens de leurs maisons. Ces réfugiés et leurs descendants, qui maintenant approchent du million, sont dispersés un peu partout dans la région. Ils ont le droit au retour, d’après la juridiction internationale. Ce droit a été confirmé plusieurs fois à l’ONU, à commencer par la résolution 194 en 1948.

En 1967, Israël a occupé les 22% qu’il restait de la Palestine : la Cisjordanie et Gaza. Ne respectant aucunement l’article 49 de la Convention de Genève, Israël a construit et continue de le faire, des colonies d’occupation sur ces territoires occupés. Aujourd’hui, on peut trouver environ 500 000 colons israéliens vivant dans les colonies de Cisjordanie (Jerusalem-Est inclus), et leur nombre croît quotidiennement au fur et à mesure qu’Israël étend ses programmes d’implantations.

Israël a résisté à la pression de la Communauté Internationale en continuant à ne pas respecter les lois internationales :

Non à la demande internationale d’arrêter les implantations et de détruire celles déjà construites (Résolutions 446, 452 et 465 du Conseil de Sécurité),

refus de rendre ses annexions illégales à Jérusalem Est (Résol. 252, 267, 271, 298, 476, 478).

Depuis septembre 2000, plus de 5 mille Palestiniens, dont mille mineurs, ont été tués par l’armée israélienne.

Onze mille Palestiniens, parmi eux des mineurs, sont internés dans des prisons israéliennes. Des centaines sans même avoir été jugés. De plus, Israël ne respecte pas, ici non plus, la loi internationale en les emprisonnant en dehors des territoires occupés, compliquant ainsi la vie de leurs familles, en rendant les visites quasi-impossibles.

Chaque année, des centaines de maisons palestiniennes sont détruites.

La population palestinienne de Cisjordanie et de Gaza vit emprisonnée derrière des murs, des barrières de défense et des checkpoints, qui les empêchent d’avoir accès aux commerces, aux écoles, à leur travail, aux hopitaux et aux lieux de culte. Ils sont soumis aux restrictions de toutes sortes et à des rituels d’humiliation quotidiens par les soldats de l’armée d’occupation et les gardes des check-points.

Invasion, occupation, privation de leur terre est la réalité à laquelle doivent faire face les Palestiniens depuis de nombreuses années, de façon quotidienne, pendant que leur pays est déchiqueté sans remords.

Sans un arrêt de ces agressions d’Israël, et si des droits démocratiques ne sont pas reconnus au peuple palestinien, il n’y aura ni justice ni paix au Moyen Orient. Il doit être mis fin à l’occupation vieille de 40 ans de la Cisjordanie et de Gaza par Israël.

L’occupation peut se terminer si une pression politique et économique est exercée sur Israël par la communauté internationale. C’est d’ailleurs ce que réclament les Palestiniens : que la communauté internationale intervienne.

Nous, signataires, lançons l’appel suivant :

que le gouvernement irlandais cesse ses achats de produits et de services militaires à Israël et appelle publiquement à un embargo militaire contre Israël

que le gouvernement irlandais demande publiquement que l’accord Euro-Med qui permet à Israël d’avoir un accès privilétié au marché de l’Union Européenne soit suspendu tant qu’Israël ne respectera pas la Loi Internationale.

que le gouvernement irlandais s’oppose à toute nouvelle proposition de relations entre l’U.E. et Israël,

que le peuple irlandais boycotte les marchandises et services israéliens tant qu’Israël ne respectera pas la loi internationale.

Source Irish Times du 31 janvier

(Traduit par Claudine LUSCHER pour CAPJPO-EuroPalestine)

CAPJPO-EuroPalestine

Source

Posted in Communiqué, Crime contre l'humanité, Crime de guerre, Israël, Sarkozy, Secte, Sionisme, Société | 19 Comments »

Quelle soirée!

Posted by sylvainguillemette sur 9 décembre, 2008

https://i0.wp.com/www.ledevoir.com/2008/12/09/images/kha_jg_091208.jpg

Non mais quelle soirée! D’abord, la victoire d’un candidat de Québec-solidaire, qui fera enfin dévier les débats vers la gauche sur les diverses tribunes… Mais qui allait croire que la Tsunami ayant porté l’ADQ/Équipe Mario Dumont à l’opposition officielle allait de sa vague réversible, ramener au large les détritus tout aussi loin, sinon plus, qu’en 2007?

Quel revirement de situation! Après un acharnement à prôner la privatisation dans toutes les instances, Mario a certes su nous garder la meilleure surprise pour la fin. C’est qu’il nous avait averti que nous aurions des surprises, mais à ce point…

C’est sinon, une excellente nouvelle pour les québécoises et les québécois que de savoir qu’à peu près toute son équipe retourne d’où elle venait, et que le discours de gauche puisse enfin faire son entrée à l’Assemblée Nationale!

Éric Caire par exemple, qui nous a martelé le contraire de la vérité toute la dernière année sur la santé et la divinité du privé, a semblé plutôt surpris, triste même, sinon embarrassé d’apprendre le départ de la vie politique de Mario Dumont. J’ai d’ailleurs moi-même réécouté la reprise et les propos endormants de Derome pour m’en assurer, je n’y croyais pas!

L’ADQ paraît même sur le point de se dissoudre et de toute façon, elle devra changer de nom, à moins de faire hommage au propriétaire et dirigeant de ce parti démagogique et plus populiste que tout autre jusqu’à la fin des temps. Bon, assez de pleurnicheries! Québec-solidaire a fait tout un gain, bien mérité! Mais connaissant l’opportunisme de Mario, il ne serait pas étonnant de le voir prendre la barque conservatrice à Ottawa, avec son copain conservateur!

Sinon chers lectrices et lecteurs, nous revoilà dans un gouvernement libéral majoritaire, donc un retour aux baillons, à l’antidémocratie. Retour également aux projets de loi qui sabreront dans les secteurs publiques ou syndicaux, que d’antidémocratisme et encore, Charest nous fera regretter ces gouvernements minoritaires qui l’empêchaient de jouer l’empereur tout puissant…

Avions-nous d’abord besoin de Charest pour comprendre que la majorité pour Harper, signifiait la fin de la démocratie au Canada, un retour en arrière de 50 ans sur les droits syndicaux ou même, de la femme? Absolument pas, ce mal ne m’était d’aucune nécessité…

Mais encore une fois, on peut en remercier les abstentionnistes (57% de participation)… on pourrait presque, au même titre que pour le fuyard d’un accident ou du témoin muet d’un crime du moins, les accuser de mutisme volontaire.

Ici, la phrase de ce pauvre type (Edmund Burk) est de mise!

«All that is necessary for the triumph of evil is that good men do nothing. …»

Quant à Mario, espérons qu’il ne s’agisse pas d’un simple au-revoir, mais bien d’un adieu!

Je lance bien entendu pour terminer, un gros BRAVO à Québec-solidaire, spécialement à Amir Khadir! Quelle victoire Amir, quelle victoire!

Posted in Actualité, Élection, Évémement, Charest, Démocratie, Droits de la femme, Gauche, Lutte de classe, Mouvement ouvrier, QS, Québec, Reactionism Watch, Santé, Secte, Société | 20 Comments »

Les Cadets Royaux de l’armée canadienne

Posted by Libertad ! sur 29 juillet, 2008

Nous avons reçus par courriel un texte très intéressants qui porte sur le mouvement des cadets. Vous-même ou vos enfants ont déjà sûrement été dans les cadets. Cette institution, vantée comme une opportunité de se faire de l’argent l’été ou de connaître de nouveaux amis est en réalité assez différente de l’image que l’Armée canadienne tente de faire miroiter autant entre les murs des écoles secondaires que dans les centres commerciaux. C’est pour ces raisons que nous vous proposons un texte de la campagne d’opposition au recrutement militaire qui explique les buts réels de cette organisation. Nous vons invitons également à consulter leur site web et de faire imprimer des affiches et tracts (parce qu’on est qu’à quelques semaines de la rentrée…).

Les Cadets Royaux de l’armée canadienne

Le Bureau des cadets refuse obstinément de reconnaître son mouvement comme un organe de recrutement des Forces canadiennes. Il souligne que ce « Mouvement jeunesse VOLONTAIRE » n’est pas un mécanisme de recrutement, mais un outil CIVIL permettant aux jeunes « de se familiariser avec les Forces Canadiennes », et qu’il y a là une importante nuance. A ce jour, les informations recueillies par notre équipe de travail ne permettent pas de reconnaître cette nuance:

– L’armée finance ce « Mouvement d’intéressement à l’armée » à coup de près de 200 millions de $ par année. Pour peu dire que l’intérêt des Forces pour ce « mécanisme d’intéressement » est manifeste.

– L’armée finance les diverses Ligues de cadets, ces fondations qui rendent prétendument le mouvement civil. Revenu Canada considère les Ligues de cadets comme étant des organismes de charité, et les autorise à émettre de reçus pour exemption d’impôts. Cette réalité permet aux Corps de cadets de ramasser des fonds qui servent souvent à financer des activités de sensibilisation aux Forces Canadiennes (participation à des spectacles aériens, événements naval, visite de musés militaires, parades militaires, compétitions de fanfares, compétitions de tir, etc….).

– L’armée fournit et finance toute une gamme d’infrastructures et d’équipements, tant pour l’entraînement régulier des cadets dans les écoles pendant l’année scolaire, que pour les camps d’été.

– L’armée fournit les infrastructures administratives pour les « Bureaux des cadets », qui gèrent souvent le mouvement à partir de bases militaires. Les commandants régionaux des cadets sont des militaires de carrière qui relèvent de l’autorité du Quartier Général de la Défense Nationale.

– Les activités de plusieurs Corps de cadets dépendent d’un soutien et d’un lien étroit avec leur unité de réserve régionale et en porte aussi leurs couleurs, badges et nom de régiment.

– L’armée fournit les uniformes, calqués sur chacune des uniformes des trois forces: Cadets de l’air, de la Marine et de l’armée de terre.

– La structure hiérarchique des cadets provient de celle de l’armée, tant pour les cadets eux même, que pour leurs instructeurs.

– Les forces de réserve de l’armée inspirent le fonctionnement des Corps de cadet au cours de l’année scolaire: l’horaire et le contenu des formation sont similaires, à l’exception des notions de combat.

– Les forces régulières de l’armée inspirent le fonctionnement des camps estivaux des cadets qui se font sur des bases militaires. On reproduit le quotidien des  » vrais de vrais militaires » grâce aux infrastructures et à une gamme d’équipements mis à la disponibilité des jeunes. Les jeunes en camp de vacance, s’acclimatent au quotidien de la vie sur une base.

– Comme pour les militaires, le cadet se familiarisent avec les armes à feu, apprennent à en prendre soin, à la monter, à la démonter, il y a même des compétitions du genre. Certains cadets participent à des compétitions de tir et, deviennent « tireurs d’élite », comme c’est le cas pour les « snipers » de l’armée. Ultimement, comme le militaire, l’enfant intègre l’idée que sa vie peut dépendre de son arme.

– Les entraîneurs des cadets, qui font parti du Cadres des instructeurs cadets, étaient considérés comme membres de la réserve jusqu’en 2006. Dorénavant, ils sont considérés comme faisant partie de « la cinquième branche des Forces Canadiennes ». C’est une question de sémantique, ils sont toujours rémunérés par les Forces Canadiennes, en fonction d’échelles salariales similaires, bénéficient des mêmes gammes de bénéfices et on réfère aux mêmes mécanismes d’ancienneté et de hiérarchie que dans l’armée régulière.

En somme, tout comme les militaires, les cadets portent l’uniforme militaire, sont soumis à la hiérarchie militaire en étant conditionnés à obéir au doigt et à l’œil (drill), simulent les missions armées que mènent les véritables soldats (scheme), sont en contact avec une panoplie d’équipements de combat (TTB, Tanks, fusils d’assaut) et apprennent même de façon limité, le maniement des armes. Plusieurs cadets soulignent l’importance de cette discipline prétendument volontaire.

Pour la majorité de la population, tout comme pour nous, malgré les centaines de protestations reçues, il est très difficile de voir en quoi cet organisme jeunesse peut être indépendant de l’armée. Pour ce qui est de la différence, qui selon les membres du mouvement est ÉNORME entre un « mécanisme d’intéressement » et un « mécanisme de recrutement » de l’armée, nous vous laissons le soin de porter vos propres conclusions.

Les prétendues nuances relèvent beaucoup plus de la novlangue Orwellienne utilisée par l’armée, que d’une réalité factuelle.

Campagne d’opposition au recrutement militaire

www.antirecrutement.info

Posted in Armée canadienne, Jeunes, Militarisme, Propagande, Société | 4 Comments »