Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Archive for the ‘URSS’ Category

Le Discours

Posted by sylvainguillemette sur 2 décembre, 2009

https://i2.wp.com/www.indybay.org/uploads/2009/08/01/640_obama_afghanistan.jpgÇa y est, Barack Hussein Obama se branche, c’est un militariste, comme son prédécesseur, et il met, lui aussi, la vérité de côté dans ses discours à saveur impérialiste, pour avantager la propagande officielle du Pentagone.

B. Obama enverra 30 000 troupes supplémentaires, dès le début de Janvier 2010. Ainsi, il espère pouvoir «casser le dos» d’Al-Qeada et des talibans. Mais durant ce discours, une tonne de mensonges s’y sont glissés, afin surement, de rendre le tout plus crédible, plus vrai de vrai.

Obama a par exemple parlé des insurgés de l’Afghanistan, disant d’eux qu’ils «tuaient, sans regarder la race».  Or, Washington a elle aussi, tué sans regarder les races, du début à la fin des deux derniers conflits qui l’ont occupé durant ces dernières années. Elle a massacré des dizaines de milliers de personnes, sans égard pour leur sexe, leur âge et leur camp. En bombardant l’Irak de ses missiles de croisière, Washington a tué bon nombre d’innocents, et elle en fait autant en Afghanistan, ne fussent que les divers «bavures» décrites par les médias. Washington ne s’est jamais retenu de lancer des bombes, là où elle pouvait toucher même une seule cible, sans égard pour les innocents aux alentours.

Obama s’en est également pris aux talibans, qu’ils disaient protecteurs d’Al-Qeada. Or, Al-Qeada n’est que le produit final d’années d’entraînement, d’années de financement, d’années d’armement, que les États-Unis surent combler, pour leurs besoins à l’époque, de renverser la mission russe, semblable à celle-ci. -Car contrairement aux propos mensongers du lieutenant colonel  Rémy Landry sur les ondes de Radio-Canada, les russes ne se battaient pas contre le peuple, mais contre les moudjahidines, que les services secrets US finançaient, armaient et entraînaient. Et encore, aujourd’hui également, l’insurrection n’a plus rien de talibane, ou d’Al-Queadienne. On trouve dans ses rangs, des fermiers, et bref, des gens qui n’apprécient pas l’occupation, et l’imposition d’une façon unique de voir les choses.- Et là fut créée Al-Qeada, MADE IN USA! Alors que les russes tentaient de donner aux femmes, les droits des hommes, Washington fournissait des missiles sol-air «Stingers» aux afghans, et aux étrangers déplacés pour la cause, aux seules fins d’affaiblir la mission russe et de lui donner son «Vietnam».  À cette époque, nul ne s’outrageait des liens avec les «terroristes islamistes» à Washington, c’était le bon temps…

Obama poursuit ensuite en disant de la mission afghane, qu’elle est légitime, puisque l’OTAN la soutient! Mais, l’OTAN, n’est elle que le fruit du travail des bourgeois, une alliance bourgeoise, le bras armé de ceux-ci. Quand l’ONU dit non, l’OTAN dit oui. Mais l’OTAN, en réalité, ne regroupe que quelques pays capables de se battre, les autres étant des nations de pacotille quant à leur poids politique. C’est bref, une façon d’éviter les débats entre nations, pour finalement, aboutir au bon vouloir des dirigeants, peu populaires soient-ils. La mission afghane n’est non seulement pas légitime, mais elle fut déclenchée sur un argumentaire mensonger, et bien avant le 11 septembre 2001 était-elle préparée!  Dans les années 1999-2000, la Joint Task Force canadienne est sur le terrain, et prépare celui-ci, pour la future mission afghane. Denis Morissette explique dans son livre, très bien les préparatifs de cette mission, supposée venger des évènements qui ne se sont pas encore produits. Mais quand même, aider un peuple à se débarrasser de la gangrène talibane, c’est peut-être légitime. Mais faire semblant de l’aider, quand on a financé cette gangrène par exemple, et que l’on impose par la suite, un dictateur qui privatise à tous vents les ressources, et humaines, et naturelles du pays, et que ce dictateur cohabite avec les seigneurs de guerre et les talibans rasés, ça n’a plus rien de légitime. Hamid Karzaï, nous le savons, était un consultant pour UNOCAL à l’époque de Bush, au tout début de son mandat. Il fut envoyé par UNOCAL, une filiale créée par Chevron spécifiquement pour la cause –Voir Noir Canada de Alain Denault-, pour négocier avec les «méchants talibans», que le gouvernement Bush appelait à l’époque «gouvernement taliban», pour que passe à travers le pays de l’Opium, un oléoduc. Des discussions, s’en suivi un «Non» des talibans, et on connait la suite. D’ailleurs, comme premier acte de son mandat, dès le début de sa dictature –En 2004, Karzaï est élu  par 55% des voix, sur 14% de participation. Ailleurs, dans les autres provinces, on ne vote pas, le territoire n’est même pas sécurisé. On peut donc conclure à la dictature.- , Hamid Karzaï privatise les ressources humaines et naturelles, et fait installer des industries étrangères, comme Coca-Cola -qui videra peu à peu, la nappe phréatique de sa région-…  Le but véritable alors, est de faire passer un oléoduc à travers le pays, pour contrer le marché russe, installé en Europe. GAZPROM tient alors par les couilles, l’Europe entière avec son monopole énergétique. Washington veut y mettre fin… D’où le lien avec la guerre de Géorgie cet été, avec la Fédération de Russie.

Obama en a également profité pour dénoncer la production grandissante de drogue en Afghanistan, or, celle-ci a grimpé depuis l’accession des terres afghanes par les services secrets US, et le beau-frère du dictateur est le principal fournisseur d’opium au pays. C’était de toute façon, le même discours qui amena Reagan en Amérique du sud, et qui pava certains pays d’Amérique du sud de cocaïne, destinée aux ghettos des États-Unis. En Colombie par exemple, la DEA est de concert avec les paramilitaires –aussi utilisés par Alvaro Uribe pour assassiner des syndicalistes et des militants socialistes-, et fournit Washington en drogue. Si Manuel Noriega , par le passé, remplissait la tâche, il a fallu pour Bush père, un jour s’en départir, dans un coup d’État appelé «Just Cause», où là encore, des gens, sans distinction de race, furent massacrés par des bombardements de destruction de masse états-uniens. Comme si seuls les talibans étaient capables de telles abominations.

Obama en a également profité pour y mettre un peu de piquant, et rappeler comment l’«Union Soviétique» avait ravagé le pays. Or, là encore, et d’abord aurait-il fallu que l’union soit réellement soviétique, les États-Unis n’ont personne à envier question ravage! Ils en ont même à montrer! L’Amérique latine s’est vue ravagée par les conflits qu’entretenait Washington contre le communisme. Tant au Nicaragua, au Salvador, en Colombie, à Cuba, au Chili, au Honduras, au Pérou, au Guatemala, au Brésil, en Jamaïque, en République dominicaine, au Costa Rica, en Argentine, au Venezuela, au Paraguay, en Uruguay, en Bolivie, et dans plusieurs pays d’Afrique, dont le Congo, les États-Unis ont ravagé les terres, mis à feu les villes et villages, et réduit en bouillie toute résistance, pour imposer leur dictat capitaliste, voire impérialiste. Que dire de l’Indonésie, ou des Philippines? Au Vietnam, ils y ont largué plus de bombes qu’il en a explosé durant toute la seconde guerre mondiale! Ils ont déversé des tonnes et des tonnes d’agents chimique, dont le fameux Agent Orange –Que Mosanto fabriquait sans scrupule, en connaissant pourtant l’usage qu’en ferait l’armée états-unienne.-, et y ont ainsi, pollué, pour des années encore, les nappes phréatiques servant aux vietnamiens pour se laver, se nourrir, et boire. Les États-Unis d’Amérique ont ravagé des tas de pays, sur pratiquement tous les continents, et n’ont rien à montrer en exemple aux russes, aux chinois ou à quelconque autre nation qui n’était pas d’accord avec leur mission impérialiste en Afghanistan.

Obama invite ensuite les autres nations à y prendre part, disant qu’il ne s’agit pas, que de leur fardeau. Mais encore là, le mensonge ne passe pas. Car nous savons désormais qu’ils finançaient Al-Qeada à coups de milliards, qu’ils ont également aidé les talibans à cette même époque, et qu’ils ont déversé tellement de haine à travers le monde, pour nourrir des complots tel celui du 11 septembre 2001, s’il en est véritablement un –une enquête indépendante de l’administration mensongère Bush aurait grandement aidé…-. Et, en quelques sortes, Al-Qeada est l’enfant lâché lousse de Washington. C’est, oui, leur fardeau, et j’irais plus loin! Ils sont responsables d’avoir financé Al-Qeada, qui en a fait voir de toutes les couleurs aux afghans. Si Al-Qeada avait été une conception russe, ou soviétique comme ils aiment le dire à Washington, la Russie aurait été accusée de complicité de ces atrocités, commises contre les afghans durant toutes ces années. Or, puisqu’il s’agit de Washington, même cette accusation sérieuse ne passerait pas le VÉTO que détient Washington à l’ONU.

Obama précise que le retrait des forces débuterait dès l’année 2011, en même temps que nous, du Canada. Ici, nous ne pouvons que constater l’échec patent de l’OTAN, et c’est un échec, car en 2011, il y aura toujours des talibans en Afghanistan. En moins de 18 mois, Washington ne fera certainement pas le ménage complet des montagnes afghanes…

Il dit également que le Pakistan recevra une aide, tant financière que militaire pour palier à son manque d’effectifs. Nous savons donc déjà que, comme le fut Saddam Hussein en Irak, et comme l’Iran a pu également en jouir également, Washington armera le pays, d’armes certes conventionnelles, mais de destruction de masse pour autant. Une bombe ou un missile n’épargne pas les innocents… son effet de souffle n’est pas intelligent et guidé, ni ses «shrapnels»! À quand l’inspection du Pakistan, pour que cela s’en suive d’une invasion? On se revoit dans quelques années, cher Pakistan…

Obama dit également que 43 nations le suivent dans son exercice. Mais là encore, il s’agit de nations capitalistes, ayant leurs propres intérêts à y participer. Pour les autres, les plus petites, c’est surtout pour éviter les contraintes économiques, promises à l’époque, par le sanguinaire Bush.

Obama parle même, et oui, de la Banque mondiale! Et de l’aide qu’elle aurait apportée aux pays en voie de développement! Mais en fait, la Banque mondiale, comme le FMI en fait, n’a jamais offert d’aide, sauf contre la privatisation des ressources humaines et naturelles des pays pauvres. Le Ghana, de cette façon, est passé de société qui tentait de se libérer de la tutelle britannique à, un paradis fiscal! L’Argentine, sous la tutelle de la BM et du FMI, a fait faillite, et ce, au détriment des prolétaires de ce pays. La Banque mondiale, de fait, n’a surtout pas aidé la race humaine. Tout au contraire. Elle l’a asservie, quand c’était possible, au capitalisme, et à la dictature bourgeoise par conséquent, tout en la dépouillant de ses richesses.

Mais le comble vient vers la fin de son discours, où il parle de 60 ans de sacrifices ultimes, de dons de vies états-uniennes à travers le monde, pour le sauver et le rendre libre. Or, là encore, le mensonge pue au nez. Plus de 45 coups d’État se sont déroulés en 60 ans, et plus de 35 renversements de mouvements populaires également, ont pris part à ce soit disant sacrifice. Des dizaines de dictateurs, tortionnaires de leur régime -à la retraite en Floride-, ont pris le pouvoir grâce aux États-Unis. En Amérique latine seulement, pratiquement tous les pays ont connu une dictature, installée par Washington, ou soutenue financièrement et militairement par elle. À titre d’exemple, en ce moment même, Washington envoie des milliers de soldats en Colombie, dans des bases près des frontières vénézuéliennes. En 2002, un coup d’État a tenté de renverser Hugo Chavez, président démocratiquement élu du Venezuela, par le Venezuela. En 48 heures, Washington faisait assermenter Carmona, le dictateur non-élu du peuple, pour éviter que le socialisme ne se développe en ce sol. La réalité, c’est que Washington a commis 60 ans de crimes de guerre, 60 ans de crimes contre l’humanité, 60 ans de coups d’État, suivis de dictatures sanguinaires, de torture et de disparitions de masse, des militants socialistes. Le Sha, Suharto, Pinochet, Batista n’en sont quelques uns… Ils ont même aidé Pol-Pot et son régime des Khmers rouges! Ils ont même aidé Saddam Hussein! Ils sont même aidés le régime d’Appartheid d’Afrique du Sud et fait mettre en prison, Nelson Mandela! Ils ont fait assassiner Lumumba! Ils ont simulé une attaque contre un porte-avion US, pour déclarer la guerre au Vietnam et y massacrer près de 4 millions de vietnamiens! De quel sacrifice nous parle donc Obama? De celui des autres, qui passèrent sous les chenilles de l’Empire?

Et si les attentats du 11 septembre 2001 étaient horribles, et qu’ils ont tué des innocents, les attentats terroristes des États-Unis d’Amérique l’étaient également et ce, à travers le monde, pendant près de 150 ans! Et parlant d’attentats, saviez-vous que Washington, durant les années 1990 en Irak, a perpétré des attentats à la voiture piégée?

Et il conclut ainsi, en disant que l’Amérique sera plus sûre, et non pas fondée sur la peur des autres, mais sur l’espoir…  Eh bien!

(Rémy Landry, lieutenant colonel de l’armée canadienne, dit également que la mission irakienne est un succès. Mais pour qui donc? L’Irak a subi des pertes énormes, incomparables au règne entier de Saddam Hussein et même, à l’embargo meurtrier de Washington à son endroit. On parle de près d’un million de morts irakiens, et de bien plus de blessés… La seule réussite de Washington, ici, c’est l’enrichissement du complex-militaro-industriel et l’endettement des contribuables états-uniens. Dès lors que que les troupes états-uniennes sortiront d’Irak… Et Washington pille les ressources irakiennes, qu’elle a fait privatiser à partir du Congrès états-unien. Comédie…)

God Bless America!

Publicités

Posted in Actualité, Afghanistan, Afrique, Amérique du Sud, Angleterre, Armée, Armée canadienne, Armes, Élection, États-Unis, Évémement, Événement, Bourgeoisie, Bush, Canada, Capitalisme, Chavez, Chine, CIA, Colombie, Communisme, Compagnie, Coup d'état, Crime contre l'humanité, Crime de guerre, Cuba, Démocratie, Dictature, Drogue, Droite, Droits de la femme, Fascisme, Guerre, Impérialisme, Ingérence, Irak, Iran, Malinformation, Militaire, Militarisme, Néo-libéralisme, Obama, Occupation, Pakistan, Politique, Populisme, Privé, Propagande, Réactionnaire, Répression, Résistance, Russie, Terrorisme, Terrorisme étatique, Trou du cul, URSS, USA, Vénézuéla, Violence | 1 Comment »

Il y a 64 ans: La chute du nazisme

Posted by quebecsocialiste sur 30 avril, 2009

Il y a 64 ans: Le nazisme était vaincu!

 

 

 

 

Le drapeau soviétique est hissé sur le reichstag allemand, le 30 avril 1945, à Berlin. Deux jours plus tard, le 2 mai, Berlin tombe et le célèbre photographe Evgueni Khaldei immortalise cette image qui est encore aujourd’hui considérée comme le symbole de la défaite du nazisme. Je me suis permis la version retouchée en couleurs pour le blogue.

 

 

Le 22 juin 1941, c’est à la faveur d’une attaque nocturne massive et de l’indécision de Staline, qui ne voulait rien entendre de ses services de renseignements, que 5,4 millions de fascistes se lancent dans une campagne de destruction et d’asservissement de l’URSS. Les généraux « soviétiques* » étant pris d’une grande panique face au blitzkrieg allemand (*rien à voir avec les idéaux de Lénine, qui craignait plus que tout de voir Staline prendre le pouvoir et détruire son rêve de démocratie populaire, ce qu’il fit), ce fut les simples soldats et les citoyens russes, ukrainiens et biélorusses, qui durent prendre sur eux seuls la lourde tâche des résister à la machine de guerre nazie, la plus imposante jamais assemblée à cette époque. De Brest-Litovsk à Stalingrad, en passant par Leningrad, Minsk, Kiev, Sébastopol, Novgorod et Smolensk, pour ne nommer que ces villes, l’armée rouge, composée de soldats courageux qui se battaient afin de défendre leurs familles et le rêve révolutionnaire, appuyés par les « partisans » soviétiques, des civils sous occupation qui sabotaient la machine nazie par l’arrière, prirent part à la guerre la plus sanglante de l’histoire, jusqu’à ce qu’ils repoussent enfin les troupes nazies hors d’URSS et continuent leur chemin victorieux de libération des nations occupées jusqu’à entrer en Hongrie, dont le gouvernement était un allié de l’axe fasciste, puis finalement, ce fut l’entrée sur le territoire du 3e Reich nazi en 1945, jusqu’à la capitulation totale du Reich aux troupes alliées (le 8 mai) qui firent jonction à Berlin.

Le nazisme était à terre!

 

Durant cette partie cruciale de la 2e Guerre Mondiale, l’armée rouge détruisit 607 des 734 divisions allemandes et, à grâce aux sacrifices surhumains de la population et de l’armée d’URSS (20 millions, ce qui en fait la nation la plus touchée de la guerre au niveau démographique), la libération des pays occupés d’Europe de l’ouest fut couronnée de succès, une libération qui se serait avérée impossible sans la contribution de l’armée rouge à l’est et des résistants communistes à l’ouest. Malheureusement, aujourd’hui encore, la contribution de l’URSS n’est toujours pas reconnue par bon nombre d’intervenants en occident, trop occupés à baigner dans un patriotisme des plus primaires pour prendre en considération que sans l’aide de leurs ennemis de la guerre froide, le fascisme aurait probablement triomphé…

 

Aujourd’hui, 64 ans plus tard, certains états, dont nul n’est besoin de nommer, tentent encore d’imposer leur volonté aux autres en supportant, notamment, des états totalitaires et fascistes qui tiennent leurs peuples sous le joug de la violence, comme en Colombie où la situation est critique pour les travailleurs et travailleuses voulant se syndiquer, qui se font régulièrement assassiner par des groupes paramilitaires soutenus par le gouvernement d’Alvaro Uribe, avec lequel le Canada a signé un accord commercial, en toute connaissance de cause. Il y a un nom pour désigner pareil support au nom du seul commerce et du gain personnel: L’impérialisme. Le stade suprême du capitalisme sous sa forme la plus sauvage.

 

Les élites capitalistes ne comprendront-elles donc jamais? Il est évident que pour nous, travailleurs et travailleuses, la seule solution qui puisse permettre d’en arriver un jour à un monde fondé sur les principes de la paix, la justice sociale, l’égalité et la solidarité, c’est de mettre au pouvoir des gouvernements de gauche responsables qui ont véritablement à cœur le bien-être de leurs population et le rejet total du racisme sous toutes ses formes. Sur ce terrain, l’Amérique du Sud connaît une période exceptionnelle de changements et d’espoirs, fondés sur l’arrivée massive de gouvernements de gauche par la voix démocratique.

 

64 ans après la chute du nazisme en Europe, continuons de croire en la paix, en l’idéal socialiste, afin que de tels monstres ne se retrouvent jamais aussi près de mettre les mains sur le pouvoir d’une grande puissance. Ça, plus jamais. Déjà que le monde a grandement souffert de l’ère Bush… restons vigilants pour les générations futures.

 

Un monde forgé dans le sang et les conquêtes ne peut que mener à plus de guerres.

 

 

G. P.

 

Posted in Commémoration, Fascisme, Histoire, Lutte anti-fasciste, Nazi, URSS | 15 Comments »

Chuck Norris organise la première réunion de milices pour la sécession du Texas

Posted by sylvainguillemette sur 22 mars, 2009

Chuck Norris organise la première réunion de milices pour la sécession du Texas

Lors du Glenn Beck Show (3 mars), puis dans une tribune publiée par WorldNetDaily (9 mars), l’acteur et militant politique Chuck Norris déclare envisager de se présenter comme « président » du Texas.

L’auteur de Black Belt Patriotism : How to Reawaken America (Le patriotisme de la ceinture noire : comment réveiller l’Amérique), s’insurge pèle-mêle contre le plan de relance économique mondiale d’Obama et le financement de la reconstruction de Gaza qui sont autant de charges pour le contribuable US. Citant les pères fondateurs de la Constitution états-unienne, il appelle ses concitoyens à se révolter.

M. Norris, qui rappelle être l’auteur d’un téléfilm « prémonitoire », Ground Zéro (2000) dans lequel Oussama Ben Laden tentait d’attaquer le territoire américain, a organisé le 13 mars une rencontre de délégués de centaines de groupes armés texans pour discuter d’une éventuelle sécession. Chuck Norris a évoqué l’époque bénie où le Texas était une république indépendante (1836-1846), avant qu’il ne rejoigne les États-Unis.

Depuis 1998, le professeur Igor Panarin (ancien directeur adjoint du KGB puis porte-parole de l’Agence spatiale russe, actuel doyen de la faculté de Relations internationales de l’Académie diplomatique de Moscou, auteur d’un ouvrage sur l’œuvre de Thierry Meyssan) étudie la possible dislocation des USA sur le modèle de l’effondrement de l’Union soviétique. Selon lui, elle devrait débuter en 2010, pour aboutir à une fragmentation en pays distincts :
la côte Pacifique (dominée par la population d’origine chinoise),
le Sud (dominé par la population d’origine mexicaine),
le Texas (comme république autonome),
la côte Atlantique (dominée par la population d’origine européenne, susceptible de se scinder en deux avec les anglo-saxons et latins),
les grandes plaines (qui reviendraient alors aux Indiens).
en outre, l’Alaska pourrait retourner à la Russie et Hawaï au Japon.

Ce scénario a fait l’objet d’une présentation détaillée, le 3 mars 2009 à l’Académie diplomatique de Moscou, et est aujourd’hui l’hypothèse de travail privilégiée du Kremlin.

http://www.voltairenet.org/article159312.html

Posted in Actualité, Armée, Armes, Économie, États-Unis, Évémement, Événement, Bourgeoisie, Capitalisme, Coup d'état, Guerre, Indépendance, indépendantisme, Internationale, Militarisme, Politique, Populisme, Révolution, Russie, Tension diplomatique, Terrorisme, Terrorisme étatique, URSS, USA, Violence | 18 Comments »

Le livre noir du capitalisme

Posted by sylvainguillemette sur 9 décembre, 2008

(Je ne suis pas l’auteur, la source est au bas de la page.)

https://i0.wp.com/www.memo.fr/Media/Symbole_communisme.jpg

En 1996, le « Livre Noir du Communisme » fit un tabac en établissant le bilan de la soit disant plus grande utopie du XXème siècle: 100 millions de mort-es. Pour faire bonne mesure, que dirait la comptabilité des mort-es du capitalisme ? La voici donc, par ordre chronologique de la Traite des Noir-es à la guerre du Golfe.

– Traite des Noir-es aux XVII ème et XVIII ème siècle: 10 000 000 mort-es


– Liquidation des Indien-nes d’Amérique de 1500 à 1860: 70 000 000 mort-es


– Guerre de Crimée: 252 000 mort-es


– Guerre de Sécession américaine 1860-1865: 617 000 mort-es


– Guerre de 1870 (France contre Allemagne) : 220 000 mort-es


– Ecrasement de la Commune de Paris en 1871: 20 000 mort-es


– colonisation de l’Algérie par la France en 1840: 10 000 mort-es


– Colonisation de l’Afrique par la France au XIX ème siècle: 112 000 mort-es


– Colonisation du Congo par la Belgique au XIX ème siècle: 1 000 000 mort-es


– Guerre USA-Espagne en 1898: 100 000 mort-es


– par les Boers en Afrique du Sud en 1900: 57 000 mort-es


– Guerre 1914-1918: 10 000 000 mort-es


– Guerre d’Espagne 1936-1939: 410 000 mort-es


– Guerre 1939-1945: 50 000 000 mort-es


– Répression de l’armée française à Madagascar en 1948 : 80 000 mort-es


– Guerre d’Algérie: 380 000 mort-es


– Guerre d’indépendance du Vietnam: 3 107 000 mort-es


– Répression anti-communiste en Indonésie en 1965: 500 000 mort-es


– Répression mai 68 en France: 4 mort-es


– Massacre d’étudiant-es à Mexico: 400 mort-es


– Guerre du Biafra 1966-1969: 1 000 000 mort-es


– Dictature du Chili 1973-1990: 3 167 mort-es


– Dictature en Argentine 1976-1982: 30 000 mort-es


– Escadrons de la Mort au Guatemala, Brésil et au Salvador 1975-2000: 50 000 mort-es


– Guerre des Malouines: 1 005 mort-es


– Usine explosée à Bhopal (Inde) en 1984: 2 900 mort-es


– Guerre du Golfe en 1991: 160 022 mort-es

TOTAL: 147 387 051 personnes mort-es du capitalisme !

Nous pouvons également ajouter les 100 000 000 de mort-es du communisme, et ce, pour deux raisons;


1) Le communisme est directement issu de la guerre 14-18, guerre capitaliste par excellence.


2) Le communisme n’a jamais existé: ce qui s’est produit-e en URSS et en Chine fut en
réalité du capitalisme d’Etat.

Ce qui ferait donc un total de:

147 387 051 + 100 000 000
=
247 387 051 mort-es !!!

Merci le capitalisme !

… Et nous ne parlons là que de personnes dont le capitalisme est responsable de leur mort.
Les crimes du capitalisme ne se limitent bien sûr-e pas au nombre de mirt-es mais aussi à la quantité et à la gravité des conséquences dramatiques en terme social, psychologique, éthique, sanitaire, etc…

Le nombre de personnes physiquement ou psychologiquement mutilées par le capitalisme additionné au nombre de personnes tuées par celui-ci vous donne une idée de ce qu’est le capitalisme.


ET ENCORE ! Cette comptabilité n’inclut pas les millions de mort-es de faim du Tiers-monde
(même si la Communauté Européenne détruit des stocks de nourriture !!)


– Les mort-es des maladies et la criminalité -dans le Tiers-monde encore- induites par les « mesures de redressement » du Front Monétaire International (FMI) et dont le chiffre est étrangement rendu inconsultable (!!!)


– Les mort-es explosé-es sur les mines antipersonnelles fabriquées par des industries occidentales


– Les 100 000 mort-es et plus de la guerre civile colombienne qui perdure depuis 1948 (même si, bien entendu-e, ellil s’agît d’affrontements locaux et que le capitalisme n’a rien à y voir, ce qui reste d’ailleurs à démontrer)


– Les millions de mort-es des guerres de Napoléon (même si, là encore, ces guerres résultant
de la folie mégalomaniaque d’un Corse dérangé n’ayant, c’est bien connu-e, rien à voir avec le capitalisme (ce qui reste encore à démontrer)


– Les millions de mort-es de la partition de l’Inde en 1947, en admettant qu’ellil s’agisse d’une affaire religieuse (hindouistes contre musulmans) et non pas d’une manip’ une manip’ de l’Empire britannique, ce qui reste toujours à démontrer


– Les 8 000 000 mort-es de la guerre Irak-Iran de 1980 à 1988, guerre religieuse et nationaliste, en admettant que les intérets pétroliers n’y soient pour rien (ce qui reste à démontrer)


– Les milliers de mort-es de la guerre Israélo-Arabe, guerre religieuse et nationaliste en
admettant que le capitalisme n’y soit pour rien (ce qui reste à démontrer)


– Les milliers de mort-es de la guerre civile en Irlande de 1920 à nos jours, guerre religieuse et nationaliste, en admettant que le capitalisme n’y soit pour rien (ce qui reste à démontrer)


– Les millions de mort-es (chaque année ) du paludisme, de la maladie du sommeil et du sida
en Afrique et ailleurs, évitables si les laboratoires pharmaceutiques occidentaux distribuaient gratuitement les vaccins et traitements au lieu de les vendre à des prix inaccessibles à des malades qui n’ont même pas les moyens de vivre décemment


– les centaines de millions de mort-es (dans le monde et par an) en bagnole à cause de moteurs non bridés par des industriels irresponsables, parce que les accidents de voiture ont, nous dit-on, souvent plusieurs causes inextricablement mêlées


– Les centaines de milliers de mort-es de la guerre russo-japonaise de 1905 parce que les chiffres manquent


– Les millions de mort-es par suicide chaque année dans le monde dûs au désespoir et à la violence sordide du capitalisme,


– les millions de mort-es par overdoses alors que celles-ci pourrait être évitée si les drogues et leurs usager-es étaient mieux entouré-es, moins plongé-es dans l’isolement, le
tabou et la répression, que de véritables structures d’aide gratuites soient à la disposition des toxicomanes pour leur permettre de décrocher en douceur et sans risque sanitaire


– les centaines de millions de femmes dans le monde violées, battues, prostitué-es et/ou tuées, violences causées par le système capitaliste qui promeut l’image de la femme objet via le porno et les publicités et films sexistes, et par l’exploitation de la misère des femmes qui crée le profit et la domination, schéma perpétué, plébiscité, encouragé, martelé et défendu par le capitalisme, ou par l’entente complice de celui-ci afin de ne pas perdre une part de marché dans les pays arabes qui détiennent le pétrole


– les centaines de millions de personnes tué-es par des armes vendues par le capitalisme occidental et la perpétuation du marché des armes si rentable au capitalisme


– la destruction de la faune et la flore – et certainement à moyen ou long terme des 6 000 000 000 de personnes vivant sur Terre- dûe aux marées noires, au bouleversement climatique lié à la déterioration de l’éco-système qui implique directement le capitalisme dans ses ventes effreinées de produits toxiques et polluants (des produits complètement écologiques rapporterait bien moins)

La liste est bien trop longue pour mesurer le nombre de crimes imputable au capitalisme.


LE CAPITALISME TUE PREMATUREMENT !

LE CAPITALISME NUIT GRAVEMENT A LA SANTE !

LE CAPITALISME NUIT A VOTRE ENTOURAGE !

POUR ETRE EN BONNE SANTE, NE CAPITALISEZ PAS (et ne capitulez pas non plus)!

http://lesfuries.chez-alice.fr/crimes.htm

Posted in Actualité, Amérique du Sud, Analyse, Anarchisme, Armée, Armes, États-Unis, Bourgeoisie, Brutalité policière, Capitalisme, Chine, Communisme, Compagnie, Conservateurs, Coup d'état, Crime contre l'humanité, Crime de guerre, Cuba, Démocratie, Dictature, Droite, Exploitation, Extrême-droite, Gauche, Guerre, Histoire, Homophobie, Impérialisme, Internationale, Lutte de classe, Militarisme, Mouvement ouvrier, Nazi, Néo-libéralisme, Pauvreté, Racisme, Réactionnaire, Répression, Résistance, Révolution, Russie, Terrorisme, Terrorisme étatique, URSS, USA, Violence | 18 Comments »

L’auteur de l’Archipel du goulag est mort

Posted by Libertad ! sur 4 août, 2008

L’écrivain russe Alexandre Solzhenitsyn est mort dimanche en soirée, à l’âge de 89 ans. Il a passé une partie dans les camps de prisonniers staliniens (ou goulag). Il est auteur d’une série de livres, dont son plus connue, l’Archipel du Goulag, qui décrivait l’enfer de ces camps. Par contre, l’auteur était également un réactionnaire de droite qui a conclu ceci dans son livre :

« Oh, Western freedom-loving “left-wing” thinkers! Oh, left-wing labourists! Oh, American, German and French progressive students! All of this is still not enough for you. The whole book has been useless for you. You will understand everything immediately, when you yourself — “hands behind the back” — toddle into our Archipelago. »

Comment est-ce que l’on peut arriver à écrire une fin aussi nulle à son livre ? Il prétend que la soi-disant  »gauche » travailliste (qui sont en réalité des capitalistes corrompus) est communiste ! Un réactionnaire de plus de décédé !

Posted in Dictature, Littérature, Réactionnaire, URSS | 59 Comments »