Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Posts Tagged ‘Chavez’

Bush veut éliminer Chavez

Posted by Hugo Jolly sur 29 juillet, 2007

Selon le ministre des Affaires étrangères vénézuélien, Nicolas Maduro, la vie du président Hugo Chavez serait en danger. M. Maduro a affirmé mercredi que le président étasunien «avait donné des ordres contre» le «comadante» Chavez.

Lors de la cérémonie de célébration du 440e anniversaire de la fondation de Caracas, le ministre a précisé que «chaque jour qui passe, les menaces contre la vie du « comandante » Hugo Chavez se font plus dangereuses […] Nous savons de bonnes sources, de sources directes que Bush a donné des ordres contre le président Chavez et contre la paix des Vénézuéliens».

Hugo Chavez entretient des liens très serrés avec Fidel Castro, son mentor, et tout comme celui-ci, il confronte verbalement le gouvernement Bush régulièrement. Il soutient d’ailleurs que la CIA oeuvre à son élimination… comme ils l’ont fait déjà à plusieurs reprises.

Le Vénézuela est bien sur une menace pour la paix mondiale puisque selon Bush «Chavez est pire qu’Hitler»… Je crois que ce cher George aurait peut-être besoin d’une leçon d’histoire…

==> Cette nouvelle sur Cyberpresse

Publicités

Posted in Article | Tagué: , , , , , | 40 Comments »

Harper veut contrer la montée bolivarienne du Vénézuéla !

Posted by L'Agitateur sur 11 juillet, 2007

Selon un haut responsable, Stephen Harper, Premier ministre du Canada envisage de faire allusion au modèle canadien dès sa première visite dans les Caraïbes et en Amérique latine ce dimanche. Voici ce qu’il a dit :

« Les pays de cette région sont confrontés à plusieurs défis. Nous pensons qu’il y a des secteurs où le Canada peut aider. Nous pensons que le modèle canadien et la façon dont nous abordons certains enjeux, auxquels ils sont aussi confrontés, peut leur être utile. Nous souhaiterions que le modèle canadien soit une alternative viable au modèle vénézuélien »

Quel est ce modèle canadien ? Nul ne le sait, sauf l’Élite canadienne même qui en a fait référence. Par contre, ce que l’on peut présumer, c’est un modèle qui se base sur les valeurs néoconservatrices canadiennes se rapportant tous au conservatisme mélangé au libéralisme. Or, un modèle de la Droite canadienne dans le but de freiner le projet bolivarien d’Hugo Chavez à travers l’Amérique latine. Ce projet regroupe le socialisme et le bolivarisme en un seul tout.

Certes, la question qui se pose est la suivante : est-ce que le Canada tenterai d’épandre son impérialisme vers l’Amérique du Sud ?

==> Lire la suite
==> Le bolivarisme (en anglais)
==> Société Bolivarienne du Québec

Posted in Non classé | Tagué: , , , , , | 20 Comments »

Critiques douteuses à l’endroit de Chavez (Article paru dans La Presse)

Posted by L'Agitateur sur 19 juin, 2007

Ceci est un texte d’opinion à lire pour tous et toutes concernant l’affaire RCTV et les oligarchistes de la Droite. Voici le texte d’opinion en question :

Le 28 mai dernier, la société vénézuélienne était le théâtre d’un autre séisme sociopolitique. Cette fois, le sujet de la polémique qui laissera plusieurs policiers et des dizaines de manifestants blessés, est le non-renouvellement du permis d’émission sur fréquence publique de la cinquantenaire Radio Caracas Télévision (RCTV).

La censure, la persécution des journalistes ou la pression exercée sur les médias sont des gestes condamnables peu importe où et quand ils se produisent. Nonobstant, la liberté d’expression reste un principe passablement délicat dont l’exercice ne signifie rien si sa critique ne vise plus à éclairer la population tout en favorisant l’exercice de la démocratie. Avec raison, on qualifie souvent les médias de «quatrième pouvoir»: leur responsabilité, immense, peut facilement se confondre avec la politique. Dans cette optique, la liberté d’expression doit être envisagée comme un droit public et non privé; ce que reconnaissent d’ailleurs l’ensemble des régimes démocratiques.

Voilà pourquoi le Canada s’est doté d’un Conseil de la Radiodiffusion et des Télécommunications (CRTC) tout comme le Venezuela compte sur sa Commission Nationale des Télécommunications. De fait, c’est cette commission, et non pas Hugo Chavez (comme trop de médias le laissent tendancieusement croire), qui a refusé de renouveler le permis de la RCTV.

Les événements qui marquent en ce moment la scène politique et sociale du Venezuela doivent s’inscrire dans le cadre de ces considérations. Or c’est loin d’être le cas; une grande partie de la couverture que l’on fait de l’affaire RCTV, en Occident ou en Amérique latine, est non seulement douteuse mais frise carrément la mauvaise foi.

Le débat soulève des passions qui dépassent largement la simple question de la fermeture partielle d’une chaîne de télévision: c’est l’État de Chavez qui est visé, et surtout, son projet d’édifier ce qu’il qualifie de «socialisme du XXIe siècle».

Au nom de cette liberté d’expression, semble-t-il si chère aux pourfendeurs de Chavez, il est donc nécessaire de rectifier le tir. Radio Caracas Télévision n’a rien du média informatif et critique: il s’agit d’un véritable mouvement politique utilisant frauduleusement la liberté d’expression pour se livrer à des actions littéralement subversives. La chaîne se vouait depuis 2001 à une véritable campagne politique anti-gouvernementale et anticonstitutionnelle.

En 2002, elle jouait un rôle actif dans un coup d’État contre un gouvernement démocratiquement élu et un an plus tard, elle coordonnait une grève pétrolière organisée par les forces de l’opposition. Deux exemples de ces efforts répétés de la RCTV pour forcer le gouvernement à démissionner.

Paradoxalement, les médias vénézuéliens, prétendument soumis à un régime totalitaire, ont réussi à faire croire à une grande partie du globe que Hugo Chavez est un véritable dictateur. Pourtant, il y a eu sept consultations populaires en neuf ans au Venezuela, toutes sanctionnées par les observateurs internationaux, qu’il s’agisse de l’ONU ou de l’ex-président étasunien Jimmy Carter. Bien que les urnes ne soient pas les seules garantes de la souveraineté populaire, elles demeurent un indice probant pour mesurer l’état d’une démocratie. Hugo Chavez a non seulement été élu directement au suffrage universel à trois reprises, mais il a aussi remporté un référendum sur sa propre révocation.

Tout comme faire de Chavez un despote est pour le moins contestable, on peut légitimement douter de la bonne foi de ces médias s’indignant librement contre la censure. En outre, ce doute devrait germer en une sérieuse réflexion lorsque l’on apprend qu’une méga-chaîne telle que CNN présente malhonnêtement les dernières manifestations à Caracas sur fond d’images prises au Mexique, question de mousser le scandale.

Environ 903 médias privés sont toujours actifs au Venezuela (sur un total de 908, incluant radio, télévision et presse écrite) et ceux-ci ont pu vilipender à leur guise le gouvernement en place pendant près d’une décennie. L’opposition vénézuélienne, représentée actuellement par une poignée d’étudiants aisés manifestant dans les quartiers riches de Caracas, est parfaitement consciente de la cause qu’elle sert. Et répétons-le, malgré des nobles habits qu’elle revêt frauduleusement, cette cause n’a rien à voir avec la liberté d’expression.

ALEX BOISSONNEAULT

L’auteur est professeur de relations internationales et de commerce à l’Université de San Martin de Porres, au Pérou.

==> Source

Posted in Non classé | Tagué: , , , , , | 1 Comment »

Album photo M.-À.-J.

Posted by L'Agitateur sur 10 juin, 2007

Posted in Non classé | Tagué: , , , , | 10 Comments »

Venezuela – Réponse aux mensonges concernant RCTV

Posted by L'Agitateur sur 28 mai, 2007

Encore une fois, la Droite vénézuélienne tente de se rendre victime d’une agression du gouvernement Chavez qui tente de rendre le pays bien socialiste. Fort heureusement, il a le soutient de millions de personnes contrairement aux droitistes qui n’ont le soutient que des gouvernements riches tels que les États-Unis, la France et le Canada.

Ainsi donc, cette même Droite a crée des tonnes de mensonges dans le but de désinformer la population et la ramener, par la voie démagogique, à sa cause. Voici donc un article très intéressant qui répond à tout ces mensonges véhiculés à l’instant même où nous écrivons ces lignes. Le voici :

Depuis que le Président du Venezuela a annoncé que son gouvernement ne renouvellerait pas la licence de la chaîne de télévision RCTV, une campagne hystérique a été lancée, dans la presse capitaliste internationale, accusant Hugo Chavez de s’en prendre à la liberté d’expression dans le but de « museler l’opposition ».

Il n’est pas difficile de réfuter les arguments de tous ceux qui font mine de s’inquiéter pour la « liberté de la presse » au Venezuela, car ces arguments reposent sur une montagne d’hypocrisie et de mensonges – purs ou par omission. Voici nos réponses à quatre des allégations les plus courantes, concernant cette affaire.

« Hugo Chavez a fermé RCTV »

Hugo Chavez n’a pas fermé RCTV. RCTV avait l’autorisation de diffuser ses programmes par le biais de fréquences TV qui sont propriété publique, et que le gouvernement ouvre à des chaînes pour une période donnée. Le 28 mai, date de l’expiration de la licence de RCTV, celle-ci ne sera pas renouvelée. La loi vénézuélienne – qui prévaut également dans la plupart des pays – ne dit pas qu’un gouvernement accorde des droits de diffusion à telle ou telle chaîne pour une durée indéfinie.

« RCTV est l’une des rares chaînes de TV privées »

C’est évidemment faux. D’après un rapport de juin 2006, la vaste majorité des grands médias vénézuéliens (Chaînes TV, stations de radio et journaux) sont entre les mains de propriétaires privés. En ce qui concerne la télévision, 90% du marché est contrôlé par quatre compagnies : RCTV, Globovision, Televen et Venevision. Le propriétaire de RCTV, Marcel Garnier, possède également 40 chaînes de télévisions locales à travers le pays. 79 des 81 chaînes de télévisions sont privées. La situation est sensiblement la même en ce qui concerne les autres médias : 706 des 709 radios et tous les journaux sont privés.

« RCTV était un obstacle au projet populiste de Chavez »

Le projet politique de Chavez n’est pas l’objet de cet article. Ceci-dit, il faut quand même souligner que les médias bourgeois ont tendance à qualifier de « populiste » tout projet politique qui ne repose pas sur le principe de l’exploitation capitaliste.

Dans quelle mesure RCTV était-elle un obstacle au projet politique du gouvernement bolivarien ? De fait, RCTV était directement et ouvertement impliquée dans le coup d’Etat du 11 avril 2002 contre le gouvernement démocratiquement élu d’Hugo Chavez. Cette implication de RCTV était tellement flagrante qu’un membre de la direction de la chaîne, Andres Izarra, qui était opposé au coup d’Etat, démissionna en toute hâte de façon à ne pas être partie prenante de ce crime. Dans un témoignage officiel adressé à l’Assemblée Nationale vénézuélienne, Izzara a raconté que le jour même du coup d’Etat, le patron de RCTV lui avait demandé de ne pas diffuser la moindre information, pendant plusieurs jours, sur Chavez, son personnel, ses ministres et l’ensemble de l’entourage du président.

C’est exactement ce qui s’est passé. Le jour du coup d’Etat, RCTV a diffusé l’information – mensongère – selon laquelle Chavez avait démissionné. Et lorsque, deux jours plus tard, des millions de Vénézuéliens descendaient dans la rue pour réclamer le retour de Chavez à la tête du pays, RCTV ne programma que des dessins animés ! Il existe un excellent documentaire sur les journées du coup d’Etat, réalisé par deux journalistes irlandais qui ont filmé chaque heure de ces journées décisives, y compris à l’intérieur du palais présidentiel. Son titre est significatif : La révolution ne sera pas télévisée.

« Fermer RCTV, c’est réduire au silence l’une des seules sources d’informations qui ne dépendent pas directement de l’Etat »

Comme nous l’avons déjà montré, ceci est absolument faux. La plupart des médias, au Venezuela, soutiennent ouvertement l’opposition au gouvernement de Chavez. C’est d’ailleurs l’une des contradictions flagrante de la situation, au Venezuela : alors que les deux-tiers de la population soutiennent le gouvernement (d’après le résultat des élections de décembre 2006), la vaste majorité des médias, eux, mènent une campagne active et systématique contre Chavez.

En 2002, même l’organisation Human Rights Watch, qui fait campagne contre le gouvernement vénézuélien, avait dû admettre que « loin de diffuser des informations précises et justes, les médias cherchent à provoquer le mécontentement populaire et une opposition radicale au gouvernement ». (Human Rights News, le 9 octobre 2002)

Malgré cela, le gouvernement vénézuélien a fait preuve d’une grande tolérance – trop grande, à notre avis –, en ne fermant aucune chaîne TV, aucune radio et aucun journal de l’opposition. Ce n’est qu’aujourd’hui, cinq ans après le coup d’Etat soutenu par RCTV, que le gouvernement décide de ne pas renouveler sa licence. Nous posons la question : quel autre régime « démocratique » tolèrerait qu’une chaîne de télévision ayant ouvertement soutenu un coup d’Etat poursuive son activité au lendemain de l’échec du coup ? Dans quel autre pays le propriétaire de la chaîne ne serait pas poursuivi par la justice pour son implication dans le coup d’Etat ?

Non seulement le patron de RCTV n’a pas été poursuivi, mais sa chaîne n’a pas cessé de se livrer à la propagande la plus outrancière à l’encontre de Chavez – y compris en le qualifiant de « fou » et en soutenant les appels à son assassinat. Elle a systématiquement appelé à son renversement par la force.

Simon Bolivar disait qu’une peuple ne serait jamais libre sans liberté d’expression. C’est parfaitement exact. Mais la liberté d’expression n’est pas assurée dans un système où les grands médias sont contrôlés par une poignée de multi-millionnaires qui s’en servent pour promouvoir leurs intérêts – contre ceux de la grande majorité de la population.

Alessandro Villari

****

Voici par ailleurs le texte d’une résolution, signée par des responsables de notre campagne internationale « Pas touche au Venezuela ! » (PTAV), qui approuve le non-renouvellement de la licence de la chaîne putschiste RCTV.

« Nous considérons que le non-renouvellement de la licence de RCTV est une décision légitime et démocratique du gouvernement vénézuélien. Cette mesure n’est pas due à l’opposition de RCTV au gouvernement d’Hugo Chavez, mais au fait que cette chaîne a directement participé à l’organisation du coup d’Etat d’avril 2002 contre le gouvernement démocratiquement élu. Nous approuvons la décision d’ouvrir une nouvelle chaîne publique, TVes. Le problème des médias, au Venezuela, ne réside pas dans une limitation de la liberté d’expression par le gouvernement, mais plutôt dans la nécessité de démocratiser l’accès aux médias, lesquels sont dominés par une poignée de grands groupes privés qui utilisent leur position pour saboter les aspirations de la majorité du peuple vénézuélien. »

Signataires :

Manzoor Ahmed (Député de l’Assemblée Nationale pakistanaise, président du PTUDC et de PTAV au Pakistan)
John McDonnell (Député du Parlement britannique, Président de PTAV en Grande Bretagne)
Alan Woods (Fondateur de PTAV et éditeur d’In Defence of Marxism (www.marxist.com)
Fernando Buen Abad Domínguez (Philosophe des médias, membre du comité de conseil de Telesur).
Claudio Belloti (Membre de l’exécutif national du PRC, Italie)
Juanjo López (Secrétaire Général du Syndicat des Etudiants, Espagne)
Juan Ignacio Ramos (Président de la Fondation Frédérico Engels, Espagne)
David Rey (Coordinateur national de PTAV Argentine)
Emanuel Tomaselli (Coordinateur national de PTAV Autriche)
Erik Demeester (Coordinateur national de PTAV Belgique)
PTAV Brésil
Jorge Martin (Secrétaire international de PTAV)
Alex Grant (Coordinateur national de PTAV Canada)
Patrick Larsen (Coordinateur national de PTAV Danemark)
Jérôme Métellus (Coordinateur de PTAV France)
Hans-Gerd Offinger (Coordinateur national de PTAV Allemagne)
Stamatis Karayannopoulos (Coordinateur national de PTAV Grèce)
Roberto Sarti (Coordinateur national de PTAV Italie)
PTAV Mexique
PTAV Pérou
Rui Faustino (PTAV Portugal)
Jordi Rosich (Coordinateur national de PTAV Espagne)
Egil Karlow (Coordinateur national de PTAV Suède)
John Peterson et Cort Greene (PTAV Etats-Unis)

==> Source

Posted in Article | Tagué: , , , , , , , , | 5 Comments »

"Constitution Bolivarienne"

Posted by L'Agitateur sur 28 mai, 2007

Un camarade nous a fait parvenir son avis sur la fermeture de la RCTV au Vénézuéla tout en ayant rapport avec le gouvernement Chavez. Voici son article :

Simon Bolivar—Unité et participation active du peuple a la démocratisation

Simon Rodriguez—Éducation pour participation active a la démocratisation du systeme, décentralisation des pouvoirs.

Ezequiel Zamora—Le bien commun

Voici quelques valeurs prônées par le gouvernement Chavez. Vous ne trouverez aucune ambition impérialiste, colonialiste ou répressive, donc la droite n’y portera certe aucun intérêt!

Radio-Canada nous informe aujourd’hui que des milliers de manifestants, ont marché contre la fermeture de RCTV, Reporters sans frontière, un organisme paravan de la C.I.A., qui a oeuvré dans le coup d’état de 2002 visant à renverser par un putch, un président élu démocratiquement. Ce que Radio-Canada ne dit pas sur son site, c’est que RCTV a encouragé le peuple à prendre les armes afin d’assassiner Chavez, un président élu démocratiquement. La maison blanche est derrière le coup et Radio-Canada sous le bras de Harper, soutient le complot. Depuis 7 années consécutives, cette station encourage le meurtre, chose qui ne saurait durer plus d’une journée, ici, au Québec! RCTV a multiplié les accusations faussées, allant jusqu’à encourager l’iréparable, le péché, l’assassinat. Comme le pasteur Pat Robertson l’avait fait en onde et ce en direct, RCTV a défié le peuple en encourageant ce dernier à agir contre ses propres intérêts, en demandant rien de moins qu’une prise d’armes, allant jusqu’à demander un soulèvement populaire armé contre Chavez, démocratiquement élu plus d’une fois! Radio-Canada, par ce geste, vient confirmer les soupçons qu’ont plusieurs d’entre nous, qu’elle est impartiale, donc indigne du nom de journalisme, car le journalisme, c’est le rapport de fait, sans parti pris! Radio-Canada nous prouve ainsi qu’elle n’est qu’un instrument de propagande du premier ministre Harper.

Pendant ce coup d’état, des civils ont été assassinés par cette opposition qui refuse les faits, qui refuse que le peuple puisse enfin se partager les ressources, que ce peuple puisse avoir accès à la santé et l’éducation gratuite. Durant le règne précédent de l’opposition, car c’est ainsi que nous pouvons décrire leur gouvernement, elle a multiplié les répressions, inexistantes sous Chavez, contre un peuple affâmé! Cette opposition s’étant présentée contre Chavez en décembre 2006, avait même été jusqu’à menacer les militants chavistes. Deux années de suite, des complots de son oeuvre, ont été déjoués! Il y a deux ans, des para-militaires colombiens avaient été apréhendés sur le territoire vénézuélien et tout semblait confirmer qu’il s’agissait de mercenaires, ayant pour but l’assassinat de Chavez. RCTV soutenait cette opposition criminelle et détestée de la majorité du peuple, en inventant toutes sortes d’histoires, allant même jusqu’à inventer des aventures sexuelles du président. Tout est bon pour une opposition ooportuniste qui perd tout ses droits d’exploiter un peuple!

Chavez aura donc attendu 7 ans, chose que le peuple québécois n’aurait jamais soutenu, avant de ne pas renouveler le contrat de RCTV, donc ce n’est pas une fermeture, mais un non-renouvellement de contrat! Il est important de regarder les manifestants blêmes de paraisse, qui ne sont pas issus du peuple pauvre qui est majoritaire et qui soutient Chavez. Ils sont en fait des millions à soutenir le président contre quelques milliers de non-contents, car ces derniers ont perdu leur plein pouvoir sur des pétrolières et d’autres secteurs commela communication, contrôllés à majorité par le secteur privé au Vénézuéla. Radio-Canada soutient que le peuple est contre cette fermeture, alors qu’il en est totatlement faux! La joie dans les rues, les fêtes prouvent le contraire!

Il s’agit tout simplement de sortir hors des quartiers riches! Pendant ce coup d’état, Chavez avait été amené au loin par les putchistes, mais avait été libéré par une manifestation monstre qui montrait sans aucun doute, le soutiens du peuyple envers Chavez! Depuis que Chavez est arrivé au pouvoir, le pétrole sert désormais à financer d’abord la santé et l’éducation universelle. Comment peut-on accuser quelqu’un de ça Chavez est détesté des américains, qui veulent l’assassiner, comme ils ont tenté plus d’une fois avec Castro, parce qu’il a nationalisé des secteurs comme l’énergie et la communication, bientôt la nourriture. L’oligarchie minoritaire et parasitaire du Vénézuéla, immigrant d’ailleurs ici au Canada, a même été jusqu’à grimper les prix de denrées indispensables de 200%, comme la viande et le lait, les céréales, les fruits et les légumes et j’en passe…à seule fin de mettre des bâtons dans la roue du progrès, que l’on peut nommer socialisme! Ils ont tout essayé, sauf l’invasion, mais ce n’est pas fini! Les américains ont même été jusqu’à mettre le Vénézuéla de Chavez, sur la liste de l’axe du mal, avec Cuba. Ils ont même été jusqu’à dire que Chavez entretenait des liens avec Al-Qeada! Les américains sont prêts à tout pour préserver leur privilèges, même à tuer! Ils l’ont d’ailleurs fait plus d’une fois, rappellez-vous les Contras! Ses complices en font autant, j’inclue ici RCTV et Radio-Canada, qui n’ont à mes yeux, aucune crédibilité médiatique.

Cuba peut envoyer 15 000 médecins à l’étranger (Vénézuéla), ce même sous embargo ilégal, alors que nous parlons de privatiser de notre côté, nos cerveaux lavés par les médias tels que Radio-Canada et ses accolytes. Le Vénézuéla pourra en faire autant, dans quelques années, car il suit la même ligne! RCTV se contente de commander des assassinats, commandités par la C.I.A., elle-même commanditée par Bush, et soutenue par nos médias nationaux, Radio-Canada! Il est important de comprendre que la bourgeoisie vénézuélienne ne représente même pas 7% du peuple et que cette dernière, possède presque entièrement le pays. 65% des terres agricoles leur appartiennent, ils vivent dans des palaces, pendant que le peuple vit dans le plus gros bidon ville du monde, à Carracas. Cette misère installée par la même opposition, est l’héritage qu’ils ont laissé et veulent renouveler, avec le support de RCTV et de Radio-Canada!

Posted in Article | Tagué: , , , | Leave a Comment »