Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Posts Tagged ‘Espionnage’

Un Patriot Act Québécois

Posted by sylvainguillemette sur 8 juin, 2010

https://i1.wp.com/www.grenouille888.org/dyn/IMG/jpg_CameraSurveillance.jpgCertains ont peut-être eu vent de la nouvelle? Le Québec va se doter d’un organisme dit antiterroriste. C’est ce que prétendent Québec et Ottawa. Mais les faits réclament eux-mêmes des preuves, puisque cette organisation, visiblement, fermera les yeux sur l’«autre terrorisme», celui de ses alliés.

Comme jadis il avait été le cas pour l’ancêtre de cette organisation meurtrie par ses propres insalubrités historiques, la disposition d’une telle organisation sera contradictoire en soi. Il faut comprendre que pour arriver à leurs fins, ces organisations repoussent les limites du droit humain jusqu’à brimer ceux-là de ceux qu’ils  visent. À l’instar de ce qui existe ailleurs, comme aux États-Unis d’Amérique, cette organisation brimera pour sûr l’intimité des citoyens du Québec. Elle ira même plus loin encore et démontrera son illégitimité par l’acceptation de doubles-mesures.

Aux États-Unis d’Amérique, la torture d’individus seulement soupçonnés est devenue réalité depuis longtemps, et routinière par conséquent. On ne s’offusque plus des tribunaux d’exception, qui briment les droits de soit disant terroristes même si la majorité de ces suspects sont finalement relâchés pour absence de preuve. Cela se produit, sans même que le peuple états-unien ne s’attarde au terrorisme que perpètre sa propre nation à l’étranger. On en vient à accepter ce fait, qui pour d’autres, n’est point acceptable et qui par l’État, sera traité comme un acte héroïque, voire patriotique.

https://i0.wp.com/www.cpcml.ca/images2009/Rights/070820-MontebelloSPPAgentsProvocateurs-02.jpgPar ailleurs, il faut comprendre que cette mesure est mise en place par un gouvernement canadien conservateur qui lui-même, collabore avec des entités terroristes, dont la CIA, le Mossad,  etc.. Rappelons-nous également les appuis sans retenue de ce gouvernement au terrorisme israélien, perpétré contradictoirement aux inquiétudes conservatrices, avec des Armes de Destruction Massive. En effet, Israël en 2006 et en 2008 s’est attaqué à des populations civiles de façon terrorisante à l’aide d’ADM, sans qu’Ottawa ne condamne.  Ottawa sera-t-elle accusée, ou même auscultée sous tous ses angles? Quelqu’un dans cet organisme va-t-il mettre en évidences ces contradictions? À l’évidence, non. Comme de toute façon, à l’époque, la GRC pouvait poser des bombes pour faire passer l’odieux sur le dos des «felquistes», tout en se surveillant elle-même… Jusque là va l’ironie! Et puisqu’on inclura les policiers de la Sureté du Québec au spectacle, pourquoi ne pas aborder les chapitres provocateurs et entraîneur de celle-ci? Par exemple, est-ce que le groupe «d’antiterroristes» pourra surveiller les agissements de la SQ, et s’assurer que ses provocations ne soient plus faites au détriment des véritables manifestants?

En quoi donc ce groupe sera-t-il pertinent, puisqu’il sera lui-même une source du problème, qu’il fermera les yeux sur le terrorisme de ses alliés idéologiques et qu’il n’aura donc aucun droit d’accuser et de mettre en prison les alliés de terroristes comme Stephen Harper, ou les tueurs de masse comme George Bush Jr lors de leurs visites en notre sol?

On le voit bien, la police, de quelque pallier que ce soit au pays, n’a plus la cote quant à la pertinence. Elle bute des enfants dans des parcs qui ne sont pas armés et qui ne représentent pas une menace réelle, elle accepte de se faire payer par les riches commerçants démontrant ainsi ses intentions mercenaires , elle n’arrête pas les criminels de guerre visitant notre pays (Alvaro Uribe, George W Bush Jr, George Bush Sr, Benjamin Netanyahu, Barack Obama…), ni leurs appuis (Jean Chrétien, Bryan Mulroney, Stephen Harper, etc..), alors que pourtant,  il n’en faut pas plus qu’un «Coktail Molotov lancé sur des objets» pour animer le sentiment antiterroriste de ces mêmes valets de la bourgeoisie.

Moi, je dis OUI à cette formation antiterroriste, si elle permet de mettre en prison Stephen Harper pour appui au terrorisme d’État israélien. Je dis OUI également si, Netanyahu est accusé de crimes de guerre, de crime contre l’humanité, de terrorisme lorsqu’il met ses pieds tachés de sang ici. Je dis OUI à cette mascarade si elle sert à autre chose que de criminaliser et censurer les groupes d’opposition, en dépeignant leur appartenance à un groupe communiste, socialiste ou anarchiste comme un soutien au terrorisme, comme ce fut le cas lors des premières apparitions de ce genre de groupe au Canada.

Alors je dois dire NON, puisque visiblement, cette organisation ne servira que d’excuse pour diaboliser les opposants à l’État policier de Stephen Harper! Non à l’État policier! Non au Patriot Act Québécois!

Publicités

Posted in Article | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Le MI5 surveillait Georges Orwell…

Posted by Libertad ! sur 7 septembre, 2007

George Orwell est possiblement l’un des écrivains les plus appréciés du XXe siècle, avec ses œuvres comme la ferme des animaux ou son plus populaire de tous: 1984, une violente dénonciation du régime totalitaire de Staline en U.R.S.S. Bien qu’étant de gauche, il s’opposait de toute évidence à sa forme la plus radicale, c’est à dire le communisme, mais c’est une chose que les soi-disant agents secrets du MI5 n’ont pas compris.

En effet, selon le MI5 (le service de renseignement national), Orwell aurait été classé comme un élément à surveiller par la police britannique, mais cette erreur aura été corrigé que cette semaine…

D’ailleurs, ceci montre toute la peur qu’à eu les gouvernements occidentaux durant la première et la deuxième moitié du XXe siècle à cause des révolutions russes, chinoises et cubaines. Les britanniques envoyèrent plusieurs milliers de soldats pour défaire la révolution qui se faisait en Russie, en plus des américains, des japonais, des turcs, des français et même des canadiens. Comme le mentionna Winston Churchill à l’époque: « le bolchevisme doit être étranglé dans son berceau ».

En fait, les autorités britanniques ont utilisés des faits divers sur Orwell pour affirmer qu’il était communiste, bien que ces évènements n’aient pas nécessairement un lien entre eux. Comme par exemple, comme beaucoup de journalistes de son époque, il étudiera les conditions de vies des mineurs anglais, qui étaient vraiment misérables.

En 1942, alors qu’Orwell travaillait pour le service indien de la BBC, un rapport d’un certain sergent Ewing, de la Branche de la police spécialisée dans le renseignement, affirme à propos de l’écrivain qu’il a des « opinions communistes avancées » et que « plusieurs de ses amis indiens disent l’avoir souvent vu à des réunions communistes ». Ces affirmations n’ont toutefois pas convaincu le MI5.

Cependant, d’autres documents révèlent que le MI5 ne considérait pas Orwell comme une menace pour la sécurité. En 1943, le service de renseignement, invité à se prononcer sur l’accréditation d’Orwell comme journaliste au siège des forces armées alliées, n’a « soulevé aucune objection ».

==> Lire la suite

Posted in Article | Tagué: , , , , | 10 Comments »

Blogosphère 1, SQ 0

Posted by Libertad ! sur 24 août, 2007

Il s’est produit un petit événement historique, hier soir. Appelons ça la Première Grande victoire citoyenne de la blogosphère québécoise. Elle est survenue quand la SQ a admis que trois «manifestants» démasqués sur YouTube en marge du sommet de Montebello étaient bel et bien, en fait, trois de ses policiers.

Rappelons les faits, rocambolesques. Mardi, sur le web, commence à circuler une vidéo intrigante. Tournée à Montebello, alors que s’achevait le sommet Bush-Harper-Calderon, elle montre une chicane entre manifestants, dans le stationnement de la station-service du village, sur la 148.

On y voit Dave Coles, président du Syndicat canadien de l’énergie et du papier, engueuler trois manifestants masqués. Ces trois gars, visage caché par des foulards, vêtus de noir, ressemblent à ces casseurs qu’on voit dans toutes les manifs antimondialisation. Les sempiternels fauteurs de troubles. L’un d’eux tient une pierre.

La vidéo montre Coles, droit comme un chêne, enguirlander le trio. Derrière lui, un cordon policier formé d’agents de la SQ, en tenue de combat, muets et anonymes sous leurs casques. Coles, grisonnant, confronte les casseurs. «C’est notre ligne! Allez-vous-en! On ne veut pas de trouble!»

Coles traite les trois gars de pleutres. Il les somme de retirer leurs foulards, de manifester à visage découvert. Il tente d’arracher un des foulards. Coles est repoussé par le plus petit des trois militants. C’est la cacophonie. Ça s’invective. Ça s’insulte.

Puis, quelqu’un crie: «Ce sont des policiers!»

C’est à ce moment que la vidéo devient troublante. Les «militants» se mettent en file indienne, contre un mur, repoussant les syndiqués qui tentent de leur enlever leurs masques. Le premier type du Trio masqué, si on regarde attentivement la séquence, est penché à l’oreille d’un policer de l’antiémeute.

Ces gars-là, c’est clair, semblent vouloir être «arrêtés» par les flics.

Quelques secondes plus tard, les policiers de l’antiémeute agrippent le premier casseur. Puis le second. Les deux gars n’offrent pas la résistance à laquelle on est en droit de s’attendre de la part de militants-masqués-antimondialisation-qui-haïssent-la-police. Pas du tout. Le troisième «militant» entrera dans la brèche du cordon policier comme un type qui entre dans un Couche-Tard pour acheter une pinte de lait…

Les policiers, sur la vidéo, collent les trois supposés casseurs au sol. Leur passent les menottes. Les «arrêtent».

Fin de l’histoire? Non, l’histoire commence. Le SCEP diffuse l’extrait sur YouTube. Les blogues s’emparent de l’histoire, lui donnent de l’élan, posent des questions. Bref, la blogosphère, en multipliant les hyperliens vers le clip de YouTube, garde l’histoire vivante, gonfle sa rumeur, permettant aux suppositions et aux observations des blogueurs de champignonner comme des métastases.

Le «buzz» en provenance de la blogosphère, celle du Québec étant particulièrement tenace, est tellement fort que les médias traditionnels ne peuvent l’ignorer. Et la SQ a soudainement une grosse tumeur à gérer. Hier soir, la SQ, qui ne pouvait plus tenter de faire croire que la Terre est plate, a finalement admis que, oui, en effet, ces trois «manifestants» étaient bel et bien trois de ses agents.

Comme dirait Homer Simpson: Duh! Blogosphère: 1, Sûreté du Québec: 0…

La blogosphère a créé cette nouvelle. Ce ne sont pas les caméras de RDI ou de LCN qui ont capté la scène. C’est celle d’un citoyen. Ce sont des blogues qui y ont fait écho. Qui ont souligné que ces méchants casseurs semblaient drôlement pressés d’être «arrêtés» par les flics. C’est un non-journaliste qui a pris une photo des policiers de l’anti-émeute «maîtrisant» les «manifestants», derrière le cordon policier.

Photo qui montrait un truc fort curieux: les «manifestants» portaient tous trois les mêmes bottes, avec un petit truc jaune au milieu. Le hic, c’est que les flics de l’anti-émeute portaient les mêmes foutues bottes frappées du même foutu machin jaune. Méchant hasard: manifestants et flics magasinent au même Wal-Mart!

Aux États-Unis, la blogosphère est devenue un incontournable de la vie politique. Un acteur influent. YouTube et les blogues ont influencé – salement et durablement – l’actualité politique. Premier scalp: celui du vétéran newsman Dan Rather. En 2004, Rather, à 60 Minutes, présente un reportage-choc, «documents» à l’appui, sur les absences de George W. Bush dans la Garde nationale du Texas, pendant la guerre du Vietnam.

Sauf que ces «documents» sont bourrés d’anachronismes. CBS a été victime d’un canular. Et c’est la blogosphère américaine qui, la première, a découvert ces anachronismes dans les documents. Le «buzz», irrésistible, força les grands médias à s’attarder à l’histoire, jusque-là confinée au web…

Depuis, personne ne doute du pouvoir de la blogosphère, aux États-Unis.

Au Québec, la blogosphère n’avait pas encore de scalp fondateur. Depuis hier soir, elle l’a. Celui de la SQ, forcée d’admettre que les trois «manifestants» captés sur vidéo sont trois de ses policiers. Shocking.

Récemment, dans le New York Times, le chroniqueur Thomas Friedman notait que l’ascension des blogues et du web 2.0 forçait tout le monde, individus comme institutions, à adopter un comportement impeccable. Parce qu’au XXIe siècle, tout se sait, tout se voit, tout peut être révélé.

La SQ l’a appris, à Montebello.

Bien sûr, les flics ont le droit d’infiltrer des manifestations potentiellement hostiles. La SQ jure que ses agents ne provoquent cependant pas d’actes criminels, en incitant les manifestants à la violence, par exemple.

Donnons-lui le bénéfice du doute. Rien ne prouve le contraire.

Mais les bonzes de la SQ devraient prier pour que YouTube n’accouche pas demain d’un clip montrant un de ses trois bozos en train de lancer des roches, à Montebello.

Parce qu’au XXIe siècle, tout se sait, tout se voit, tout peut être révélé.

L’équipe du Reactionism Watch voudrait féliciter l’auteur de la vidéo et de la photographie ainsi que tous les blogues gauchistes du Québec qui ont propagés cette histoire. Bien que la droite soit très forte sur la blogosphère (mais le contenu ne va pas en conséquence…), nous avons tout de même eu le premier grand succès pour la société civile en générale. Ces droitistes n’ont fait que nous cracher dessus et nous insulter pendant qu’on manifestait, mais nous voudrions dire à ces ennemis du peuple qu’on les a bien eus !

==> Source

Posted in Dossier: Sommet de Montebello | Tagué: , , , , , , | 36 Comments »

Agents provocateurs à Montebello: la police avoue

Posted by Libertad ! sur 23 août, 2007

La Sûreté du Québec a reconnu jeudi que trois hommes accusés par des manifestants de Montebello d’être des agents provocateurs, un incident capté sur vidéo et diffusé sur le site Internet YouTube, faisaient partie de ses rangs. »Après avoir analysé son contenu, en plus de prendre connaissance des vidéos enregistrées par les corps policiers, (la Sûreté du Québec) est maintenant en mesure de confirmer que ces individus sont des policiers de la Sûreté du Québec », a indiqué le service de police provinciale dans un communiqué émis en soirée.

Maintenant, nous pouvons enfin confimer que ces provocateurs était de vrais policiers ! Pour une des premières fois, nous avons réussi à prouver que la police utilisait des agents provocateurs pour faire du grabuge dans les manifestations de rues. Nous savions que cela se faisait depuis toujours, même si les droitistes nous ont toujours traité de fous lorsque nous affirmions cela.

« Ces (agents) avaient le mandat de repérer et d’identifier les manifestants non pacifiques pour ainsi éviter les débordements, a précisé la SQ dans le communiqué. Les policiers ont été repérés par les manifestants au moment où ils ont refusé de lancer des projectiles. » »En aucun temps, les policiers de la Sûreté du Québec ont agi comme agents provocateurs ou commis des actes criminels. De plus, ce n’est pas dans les politiques du service de police ni dans ses stratégies d’agir de cette manière. »

C’est certe une victoire : nous avons fait cracher une partie de la vérité aux autorités bourgeoises, mais elles nient toujours l’essentiel. Dans ce cas, si ces agents avaient pour but de surveiller les manifestantEs, pourquoi ont-ils voulu générer le chaos ? Est-ce que normalement, ils ne seraient pas restés discrets ?

Leur but, en envoyant des gens dans les manifestations, est de donner du matériel aux davidiens pour nous insulter et, ainsi, présenter une très mauvais opinion des protestataires à la population.

==> Lire la suite

Posted in Article, Dossier: Sommet de Montebello | Tagué: , , | 49 Comments »

Montebello…

Posted by Libertad ! sur 21 août, 2007

Dans les prochains jours, vous aurez droit à une multitude de choses sur la manifestation de Montebello, contre le «Partenariat pour la prospérité et la sécurité». En gros, voici ce que nous allons offrir:

  • Plusieurs dizaines de photos (provenants de différentes personnes)
  • Des vidéos
  • Les comptes-rendus des gens du Reactionism Watch présents
  • Une entrevue avec Françoise David, co-fondatrice de Québec Solidaire

Posted in Non classé | Tagué: , , , , , , , , | 55 Comments »

Manif-Action: Dénonçons les abus et l’incompétence du SCRS !

Posted by Libertad ! sur 14 août, 2007


Pas de sécurité sans justice et sans dignité! Contre le PSP!

Dans le cadre de la semaine d’actions contre le Partenariat pour la sécurité et la prospérité (PSP), le Rassemblement populaire contre l’injustice sécuritaire (RPCIS) vous invite à une manifestation pour dénoncer le rôle du Service canadien de renseignement et de sécurité (SCRS) dans la criminalisation, le harcèlement et le profilage des réfugiés, immigrants et sans-statut.

Avant, mais surtout depuis septembre 2001, le SCRS a contribué à créer un climat de suspicion, de méfiance et de paranoïa dirigé contre certaines communautés migrantes. Avec l’appui des gouvernements libéraux et conservateur (par certains changements à la Loi sur l’immigration) et sous la pression des autorités étasuniennes, les services secrets canadiens interviennent dans le processus de sélection des réfugiés, des immigrants et des visiteurs, ils créent des dossiers incriminants et erronés sur certaines personnes, ils menacent des réfugiés ou résidents permanents afin qu’ils espionnent leur propre communauté. La mascarade des certificats de sécurité, avec son lot d’irrégularités (preuves secrètes, témoignages obtenus sous la pression et la torture, coulage dans les médias), représente bien le fonctionnement illégal et répressif du SCRS.

Il faut se rappeler que le SRCS a été créé dans la foulée de la Commission McDonald, qui avait mis au jour les activités criminelles de la GRC en termes d’enquêtes et de renseignement dans les années 1970. Le fiasco autour de l’attentat d’Air India en 1984 a été le coup de grâce pour la GRC. Malgré tout ça, la GRC, comme le SCRS, a été sévèrement blâmée par le juge O’Connor en 2006 pour la déportation et la torture de Maher Arar, alors que dans son rapport, il recommandait également la tenue d’une enquête dans les cas El-Maati, Nouredine et Al Malki. Dans sa courte histoire, le SCRS a aussi infiltré les milieux syndicaux et a été à l’origine de plusieurs scandales.

Le PSP est une initiative des gouvernements étasunien, canadien et mexicain visant à satisfaire les intérêts de compagnies et de puissants groupes de pression privés présents au sein du Conseil nord-américain pour la compétitivité. Ces trois États et les acteurs corporatifs qui se cachent derrière eux veulent pousser plus loin l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA) en faisant pression sur les politiques pour une intégration économique et sécuritaire renforcée. À moyen terme, une série d’ententes sectorielles dans les domaines de l’eau, de la sécurité alimentaire, du transport des biens, de l’énergie, de l’environnement et autres visent à harmoniser les échanges entre le Canada, les États-Unis et le Mexique. Comme dans tous les accords de libéralisation, la libre circulation des biens et services est accrue tandis que les politiques en matière d’immigration, de contrôle des frontières et de travail sont plus contraignantes. Le PSP va encore plus loin : son but est de créer un  » périmètre commun de sécurité  » autour des États-Unis, du Canada et du Mexique. À l’ère de la  » Sécurité intérieure « , ce régime sécuritaire intégré nous entraînera certainement davantage dans le monde du SRCS : sécurité pour certains et justice pour personne, contrôle étatique et surveillance. On parle, entre autres, d’ententes sur le travail saisonnier, de la biométrie, de l’entraînement policier, de systèmes intégrés d’écoute électronique, de banques communes de données personnelles, de collaboration accrue entre les services de renseignement et de sécurité des trois pays, de frontières patrouillées par des drones et des sondes et, évidemment, les listes d’interdiction de vol. Les  » évaluations de menace  » exagérées et racistes du SCRS ont déjà préparé le terrain pour ces développements. Le rôle du SCRS, dans le cadre du renforcement de la  » Forteresse Amérique du Nord « , s’en trouvera d’autant plus important.

Le Rassemblement populaire contre l’injustice sécuritaire (RPCIS) est constitué de groupes et individus opposés à la dérive sécuritaire, au profilage des communautés immigrantes et à la répression de la dissidence.

Nous vous invitons aussi à participer à la journée d’actions contre le PSP à Montebello le lundi 20 août, dont vous trouverez tous les détails au http://www.psp-spp.com.

Appuyé par :

Apatrides Anonymes, Bloquez l’empire Montréal, Centre des travailleurs et travailleuses immigrant-e-s, Comité des sans-emplaoi Mtl-Centre, Commission populaire sur les mesures de sécurité en immigration, Personne n’est illégal, Tadamon ! Montréal.

Rendez-vous:

Jeudi, le 16 août, 12:00, Square Dorchester (René-Lévesque et Peel), Métro Peel, Montréal

Posted in Non classé | Tagué: , , , , , , , | 3 Comments »