Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Posts Tagged ‘Événement’

Album photo M.-À.-J.

Posted by L'Agitateur sur 7 octobre, 2007

==> Voir la suite

Posted in Article | Tagué: , , , , , , | 17 Comments »

Soirée «Octobre-Che»

Posted by Libertad ! sur 4 octobre, 2007

Posted in Non classé | Tagué: , , | 6 Comments »

Actions étudiantes à Montréal vers la grève générale illimitée

Posted by Hugo Jolly sur 19 septembre, 2007

Montréal, le 18 septembre 2007 – L’Association pour une Solidarité Syndicale Étudiante (ASSÉ) accentue la marche vers la grève pour la gratuité scolaire et organise une seconde semaine d’actions régionales rotatives. La mobilisation étudiante se concentre en effet vers Montréal où des actions auront lieu toute la semaine, dont une manifestation régionale ce mercredi 19 septembre. L’escalade des moyens de pression entamée depuis octobre 2006 nous rapproche de plus en plus d’une lutte directe pour une éducation accessible, gratuite et de qualité.

La semaine d’actions régionales rotatives de Montréal marque un pas de plus dans la construction d’un mouvement de lutte étudiante pour la gratuité scolaire. Suite à la semaine d’actions dans Laval, les Laurentides et Lanaudière, le Conseil Régional de l’ASSÉ à Montréal (CRAM) se mobilise pour une éducation gratuite, publique et de qualité. « Nous allons faire comprendre au gouvernement Charest que le recul ne viendra pas de notre part : un réinvestissement public massif est la seule option acceptable » avertie Jessyka Boulanger, coordonnatrice du CRAM. Les associations étudiantes membres de l’ASSÉ revendiquent aussi une amélioration de la qualité des ressources et services en éducation post-secondaire libre de l’emprise du privé, incluant l’établissement d’un système de garde public adapté à la condition étudiante.

La semaine d’actions régionales rotatives de Montréal montre la détermination des étudiants et étudiantes à s’organiser pour contrer la hausse des frais de scolarité imposée par le gouvernement libéral. Alors que les premiers jours de la semaine sont consacrés à la mobilisation sur les campus, une manifestation régionale aura lieu ce mercredi à 14h30. Des actions symboliques locales marqueront la fin de la semaine pour rappeler au gouvernement libéral que les étudiants et étudiantes sont prêts et prêtes à lutter pour le droit universel à une éducation de qualité. La semaine prochaine sera consacrée aux actions étudiantes dans le Sud-Est ; une manifestation régionale aura lieu à cet effet le 27 septembre prochain à Sherbrooke.

L’irresponsabilité de l’État québécois en matière d’éducation post-secondaire atteint aujourd’hui un seuil inégalé : les étudiants et étudiantes se voient injustement imposer le fardeau du financement d’un système délaissé par les gouvernements successifs. Entre autres, la hausse des frais afférents à l’UQÀM n’est que la pointe de l’iceberg de l’hypocrisie gouvernementale : « Les étudiants et étudiantes se mobilisent pour réaffirmer la nécessaire prise en charge publique des institutions d’enseignement post-secondaire : nous ne paierons pas pour l’irresponsabilité gouvernementale » affirme David Tremblay, porte-parole du Comité de mobilisation de l’UQÀM.

Seule association étudiante nationale comprenant des membres de tous les cycles d’enseignement supérieur confondus, l’ASSÉ regroupe actuellement 40 000 membres dans les cégeps et les universités du Québec. Elle milite depuis sa création pour la gratuité scolaire à tous les niveaux.

Actions à venir au CRAM (du 17 au 21 septembre)

Lundi 17 septembre et mardi 18 septembre

Journées de mobilisation dans les associations étudiantes locales de la région montréalaise.

Mercredi 19 septembre

Manifestation étudiante régionale pour une éducation publique de qualité.

Point de presse à l’angle des rues Berri et Ste-Catherine (coin nord-est, parc Émilie-Gamelin).

– Contact : Jessyka Boulanger, coordonnatrice du CRAM

Jeudi 20 septembre

Actions symboliques dans les associations étudiantes locales

Association générale étudiante de Bois-de-Boulogne (AGEBdeB)
– Contact : Arnaud Theurillat-Cloutier, (514) 332-3000 poste 7580

Comité de mobilisation de l’UQÀM (Mob-UQÀM)
– Contact : David Tremblay, (514) 238-4016

Association générale étudiante du Cégep du Vieux-Montréal (AGECVM)
– Contact : Gabrielle Provost, (514) 982-0496

Société générale des étudiants et étudiantes du Collège de Maisonneuve (SOGÉÉCOM)
– Contact : Stéphanie Thibault, (514) 253-9898

Groupe d’action et de sensibilisation au pouvoir étudiant de McGill
– Contact : (514) 918-8716

Vendredi 21 septembre

Journée de mobilisation dans les associations étudiantes locales de la région montréalaise

– 30 –

Renseignements : Hubert Gendron-Blais, Ssecrétaire aux communications, (514) 835-2444
Porte-parole régionale : Jessyka Boulanger, coordonnatrice du CRAM, (514) 918-8716
Bureau de l’ASSÉ : (514) 390-0110
Site Internet : www.asse-solidarite.qc.ca

Posted in Dossier: Mouvement étudiant 2007-2008 | Tagué: , , , , , , , , , | 54 Comments »

Sherbrooke: Pénurie d’espaces commerciaux au centre-ville

Posted by Libertad ! sur 31 août, 2007

Les avis sont très différents entre la Corporation de développement du centre-ville de Sherbrooke et certains commerçants de la rue Wellington.

Au cours de l’ouverture officielle d’une nouvelle boutique, la ville de Sherbrooke a indiqué que pour la première fois depuis des lustres, le centre-ville ne parvient plus à répondre à la demande d’investisseurs désireux de s’y installer. Avec un taux d’inoccupation de 6,5 %, on serait sur le point de manquer de locaux pour accueillir de nouveaux commerces.

La petite bourgeoisie locale de la ville de Sherbrooke ne fait pas la dentelle lorsqu’il est question de son fameux centre-ville, celui qui est en train de se mourir depuis plus de 5 ans à cause des politiques pitoyable du maire Perrault. Cette année, il y aura eu un Référendum sur la question de l’urbanisme à Sherbrooke : partisans du «Power Center» contre les commerçants du Centre-ville. Une lutte à finir entre ces groupes bourgeois opportunistes : dans un côté, une bourgeoisie qui habite près du bois Beckett, à quelques minutes de marche du Wal Mart et du Canadian Tire mais qui ne souhaite pas être dérangé davantage dans son petit havre de paix, et d’un autre côté, une caste tout aussi profiteuse qui souhaite déloger les pauvres et les services du Centre-ville pour l’embourgeoisé, comme cela se fait à Montréal depuis quelques années.

Pendant qu’ils parlent d’un supposé manque de locaux au Centre-ville, ils ne se rendent pas compte que tout est en train de fermer actuellement ? Que ce soit un bar miteux ou une boutique de 33 tours honnête, tout est en train de faire faillite à cause des politiques qui tendent à vouloir déménager le Centre-ville vers le nord de la ville.

Tout en tentant de déplacer les commerces et les services, les gens qui y habitent en sont fortement désavantagé. Il serait tout de même bon de rappeler que Sherbrooke est la deuxième ville la plus pauvre au Canada… et ce n’est sûrement pas la faute de la «gogaûche» car c’est notre ti-mousse préféré (Jean Charest) qui en est député depuis des années. Beaucoup profitent de cette situation : les centres d’appels viennent profiter des jeunes de la ville, qui savent en général très bien parler anglais en leur offrant des conditions de travail de merde ou bien l’Armée Canadienne, qui connaît une campagne de recrutement sans précédent depuis qu’elle visite les écoles défavorisées et les lieux fréquentés par les jeunes…

Sherbrooke est une ville typique au Québec, une ville où cohabitent une bourgeoisie opportuniste à souhait et les masses exploités.

Camarade Antho, payeur de taxe et résident de Sherbrooke

==> Lire la suite

Posted in Non classé | Tagué: , , , , , | 39 Comments »

Réclame ta rue

Posted by Libertad ! sur 28 août, 2007

Posted in Non classé | Tagué: , , , | 66 Comments »

Compte rendu *complet* sur le sommet Montebello

Posted by L'Agitateur sur 25 août, 2007

La ville de Montebello devint forteresse pendant le sommet du Partenariat pour la Sécurité et Prospérité nord-américaine. Elle accueillit pendant trois journées les chefs d’État des trois pays de l’Amérique du Nord, avec plus de 30 chefs d’entreprises à leurs côtés. Par cette nature anti-démocratique totalement du sommet, il était impossible d’ignorer celui-ci et de ne rien faire : c’est pourquoi nous sommes allés manifester notre opposition et désaccord.L’été a été fortement mis en branle pour mobiliser un maximum de personnes à la cause, bien que la journée et le lieu choisis n’aient pas encouragé les gens à venir : un lundi à Montebello avec une forte présence policière. Reste qu’une forte propagande ai été faite auprès des masses populaires du Québec, du Canada, des États-Unis et du Méxique. Des centaines d’affiches sont apparues un peu partout en Amérique du Nord pour l’appel au rassemblement à Montebello et dénonçer collectivement cette rencontre des trois bandidos.

Quelques semaines avant la manifestation, un campement autogéré anti-capitaliste s’est fait dans la région de l’Outaouais, tout près de la forteresse, et de nombreuses personnes ont participé aux petites manifestations du 19 août. Elles ont aussi dormi sur les lieux, bien que les policiers tentaient de leur mettre des bâtons dans les roues en fouillant leurs équippements à chaque « checkpoints ». Certes, des actions ont été faites à Montréal et Ottawa pendant les quelques journées avant le sommet.

C’était là une journée qui s’annonçait ensoleillée, légèrement nuageux avec une température agréable variant entre 20 et 25 degrés. Plusieurs autobus loués et véhicules partaient des trois pays nord-américains pour s’en venir au Québec, à Montebello. Ils venaient de Sherbrooke, Québec, Montréal, Trois-Rivères, l’Ouest Canadien, des États-Unis et même du Méxique. Bien que les manifestantEs avaient des divergences sur leurs positions politiques (communisme/anarchisme, révolution/réforme), touTEs s’entendaient sur une chose : ce sommet est une aberration dans une société qui se prétend « citoyenne » et « démocratique ».

Suite à quelques retards lors du trajet vers Montebello, les autobus sont finalement arrivés à destination vers 13h00. Les manifestantEs sont sortiEs pour se rassembler en une unité solidaire et se diriger vers le coeur de Montebello en passant par une route de campagne, pour ensuite prendre une voie ferrée de la CN – qui elle est accusée de racisme envers les peuples autochtones. Arrivé sur la 148, nous marchions en direction des manifestantEs d’Ottawa, des États-Unis et du Méxique qui étaient déjà présentEs sur les lieux, très près de l’entrée du périmètre de sécurité du Château Montebello.

CertainEs commerçantEs avaient barricadé leur place, dont le seul et unique bar du coin : le Bar central. Par contre, un code avait été donné entre manifestantEs et commerçantEs : une pancarte verte veut dire « zone verte », soit une alliance avec les protestataires, et ils et elles étaient la bienvenue pour venir acheter les besoins nécessaires ! Pour le reste des commerces, c’était une opposition directe. C’est compréhensible lorsque ce sont de grosses compagnies qui se protègent des « radicaux ».

Bien que les manifestantEs n’aient pas respectéEs ce que les policiers leur ont imposé comme terrain de manifestation, soit deux cages fermés, l’anti-émeute est arrivée, avec bouclier, matraque et masque à gaz, pour bloquer le chemin des manifestantEs et les empêcher de continuer leur chemin vers le château. À ce moment, le tout était visible : les policiers étaient sur trois fronts, armés jusqu’aux dents, avec des camescopes et appareils photos, et toute autre arme contre les manifestantEs au cas où ils se tannent et attaquent.

Les trois fronts étaient occupés par les policiers : le front Nord qui fut celui vers le château, c’était la « zone rouge » avec un grillage très fin comme périmètre de sécurité allant à 10 pieds d’hauteur ; le front Nord-Est qui était occupé par les policiers sur le cimetière à une altitude variant de 10 à 100 centimètres. ; le front Est qui était plutôt vide de policiers, mais assez pour bloquer le chemin. À côté de ce front Est, la station-service Crevier accueillait à bras ouverts les manifestantEs qui avaient besoin d’eau, de nourriture, d’aller aux toilettes ou de se reposer tout simplement. Le commerçant de la place s’est fait une montagne de profits, mais pour une bonne cause. C’était la « zone verte », et il n’y avait pas de danger … pour le moment.

Plusieurs personnes étaient présentes sur les lieux : maoïstes, anarchistes, anarcho-communistes, sympathisants zapatistes, écologistes, syndicats, anticapitalistes et réformistes. Les « radicaux » n’étaient pas plus nombreux qu’une centaine de personnes, et le « Black Block » y était avec un maximum de vingt personnes. Il y avait des personnes de tout âge, passant de neuf à soixante dix ans. Quelques uns avaient leur chien en compagnie. Au grand total, pas plus de 1200 manifestantEs étaient venuEs à l’appel, ce qui est horriblement peu pour un tel sommet.

Les médias étaient présents, à la fois corporatifs ( TVA, RDI, TQS ), indépendants ( Indymedia, Reactionism Watch, Global Aware ) et même internationaux ( Al Jazeera ). Ceux qui ont reçu de très fortes critiques et arrogance de la part des manifestantEs c’était, bien sûr, les médias corporatifs, malgré l’opinion de certains caméramans : ce fut le cas du caméraman de TQS qui dit ironiquement et avec colère : « Bah oui, moi je l’aime Bush ! » Bien que ce soit étonnant, plusieurs caméramans étaient de notre côté en accord avec nous. Mais cela n’empêcha pas ces derniers de diffuser des images sensationnalistes où l’on voyait des manifestantEs en colère qui répondaient aux attaques de lacrymogènes. Sur TVA, il était dit que si les manifestantEs réussissaient à entrer dans le périmètre de sécurité, les autorités n’hésiteraient pas à tirer à balles réelles sur ceux et celles-ci.

Sur toutes les chaines, nulle ne montrait la vérité. Ni dans les journaux, ni à la télévision. Il n’était question que de démagogie, sensationnalisme et de populisme : ce qui a été montré dans les médias corporatifs n’était que 20 minutes d’une manifestation de plus de sept heures.

Malgré le blocage des policiers dès les premières minutes à l’arrivée des manifestantEs, l’ambiance restait vive pendant plusieurs heures : les gens criaient, chantaient, dansaient, discutaient, jouaient de la musique ; les organisateurs s’expliquaient, et donnaient de l’information ; des tracts étaient massivement distribués à propos de plusieurs enjeux politiques, et non seulement du PSP ; même un pique-nique a été fait en avant des policiers, ce qui était superbement bien réussi !

Les gestes pacifiques des manifestantEs contre l’arrogance des policiers se faisaient continuellement : autocollants sur les boucliers de l’anti-émeute ; bannières sur les clôtures nommé « Mur de la Honte » ; dessins à la craie sur le sol ; critiques ouvertes contre l’anti-émeute ; face à face ; un drapeau de l’anarchisme a été mis sur un haut lampadaire, avec un drapeau américain qui ne prennait pas feu (dû aux très fort vents) ; et plus encore. Malheureusement, même si ces gestes restaient pacifiques suite aux agressions de la police, l’anti-émeute ne cessa pas son arrogance envers les manifestantEs, et c’est ce qui les a incité à prendre une alternative au pacifisme étroit.

L’une des premières agressions de la police a débuté vers la première heure de la manifestation, soit proche de 13h00. Les policiers anti-émeutes poussaient les manifestantEs de la « zone rouge » à gauche du front Nord pour les faire reculer, et ces dernièrEs ne voulait pas perdre leur ligne et on fait de même. Pour répliquer, la GRC donnait des coups de boucliers, de matraques sur la tête, de genoux et de pieds. Pour faire peur aux manifestantEs, des tazers ont été utilisés au dessus de leurs têtes pour les faire reculer, au détriment d’une électrocution. Ceux et celles qui s’étaient assisES se sont fait bousculer par la Sûreté du Québec qui, profitant de l’occasion, a arrêté une personne. Ceux et celles qui dansaient proches de la police ont été bousculéEs.

Peu avant l’arrivée des manifestantEs de Montréal, soit avant 14h00, la police utilisa le poivre de cayenne sur les manifestantEs, dont une vieille dame pacifiste âgée dans la soixante dizaine. Pris de panique, les manifestantEs cherchent immédiatement de l’eau pour se rincer les yeux et les voies respiratoires. Cet abus de police n’avait qu’un but : montrer sa supériorité en tant qu’autorité, et maintenir un calme forcé alors que l’effet s’avérait tout à fait le contraire.

14h52, l’anti-émeute de la GRC utilise de nouveau le poivre de cayenne contre plus de 20 manifestantEs, dont des journalistes, photographes et des medecins. Comme plusieurs d’entre eux et elles n’avaient rien pour se protéger les yeux et les voies respiratoires, la durée de leur souffrance varia de quelques minutes à plusieurs heures. CertainEs toute une journée ! Pour se venger, les manifestantEs ont lancé des bouteilles de plastique vides une fois que l’eau ai été vidée sur leur propre visage. Ces mêmes bouteilles visaient aussi les policiers caméramans qui filmaient tout en étant derrière la ligne de front : ce sont les premiers projectiles.

Ensuite, à un certain moment, deux manifestants vêtus de rouge (possiblement communistes) se sont avancés de la ligne de front Nord avec des bâtons 2X4 : la police répliqua aussitôt avec trois gaz lacrymogènes en tirant directement dans foule. Moins de dix minutes plus tard, suite à des bousculades répétées, c’est encore trois gaz lacrymogènes, mais les manifestantEs ne lâchent pas prises et reviennent au front. C’est le calme, soit le « temps mort » car les affrontements sont plutôt calmes pendant environ une heure et demi. Tout semble stable, bien qu’il y ai des accrochages, mais rien de sérieux ou sévère.

Pendant ce temps mort, les discussions reprennent, des sit-in improvisés se font pour discuter du PSP, ou tout autre enjeux politiques reliés à ce dernier. Des familles se prennent en photo, d’autres dansent devant les policiers, certainEs dessinent sur le sol. Vers 16h00, les maoïstes quittent les lieux par manque d’actions. Beaucoup sont partiEs à la station-service Crevier ou à leur automobile se nourrir.

17h05, les affrontements éclatent. Le Reactionism Watch n’est pas en mesure d’expliquer les causes, mais nous avons reçu trois versions de faits différentes. Nous aimerions avoir des confirmations exactes de manifestantEs qui savent ce qui s’est passé.

  • 1) Suite à la désertification des communistes du PCR et anarchistes du Black Block, et autres manifestantEs partiEs manger, l’anti-émeute aurait reçu l’ordre de mettre un terme à la manifestation car elle ne voulait pas rester toute la nuit à surveiller le sommet.
  • 2) Un jeune manifestant aurait entravé le travail de l’anti-émeute de manière sonore avec sa trompette de parade en plastique. En réponse au bruit, une pluie de gaz lacrymogène aurait été ordonnée.
  • 3) Un manifestant aurait pousser un policier, qui lui l’aurait repousser. Par ce geste, le chandail du manifestant se serait coincé dans la matraque du policier, et qu’il aurait été tiré vers l’avant (en direction des manifestantEs). Par ce fait, les grenades lacrymogènes aurait été envoyées en masse, pour ensuite tirer à balles de plastiques.

Si vous connaissez la vraie raison, faites nous en part le plus rapidement possible !Dès les affrontements déclenchés, plus de quatres grenades lacrymogènes ont été envoyés dans un laps de temps de 15 secondes. La majorité des manifestantEs sans aucune protection faciale ont pris la fuite collective en moins de 15 minutes, ou se sont mis dans le côté ouest du front pour ne pas respirer le gaz. Avec leur bâton de drapeau, les manifestantEs tappaient sur les panneaux ou quelconque métal pour faire du bruit. Ceux et celles avec une certaine protection sont restéEs au front, bien qu’affaibliEs.

Ce gaz lacrymogène est catégorie CS, type un puisqu’il ne résiste pas à l’eau. Cette poudre, fortement toxique, entraine la nausée, le vomissement, l’hypersalivation de la gorge, l’irration des yeux et des voies respiratoires. Fabriquée aux États-Unis et vendue au Canada, cette grenade lacrymogène éclate quelques secondes plus tard après avoir été lancée dans les airs pour se vider complètement et répandre la poudre jaunâtre partout dans l’atmosphère. Ces grenades, une fois éclatée, ne peuvent être reprises pour être relancées : elles sont complètement ouvertes et vidées.

L’anti-émeute avance tranquillement, et les tireurs de la GRC ciblent les manifestantEs avec des balles de caoutchouc. Une pluie de gaz lacrymogène s’amorce. Certaines personnes reçoivent la grenade lacrymogène directement sur le corps ; d’autres plus de trois balles de caoutchouc, ainsi que les medecins voulant les aider ; et quelques-unes des coups de matraques (au début des escarmouches). Une vieille dame a reçu une balle de caoutchouc dans le pied, et même qu’un manifestant, par terre, en a reçu plus de quatre.

Fait cocasse : une grenade lacrymogène a été tirée depuis le front Nord vers le front Nord-Est, soit dans le cimetière. Étrangement, il n’y a pas eu un seul bruit pendant cinq secondes jusqu’à l’atterrissage de la grenade dans le cimentière. À ce moment, la foule a félicité cette bavure par des rires, joies et applaudissements !

Pour répondre à cette attaque barbare de l’anti-émeute, des projectiles ont été lancées à l’improviste : bouteilles vides, canettes, galets, tomates, oeufs et pierres. Ces pierres se trouvaient sous un petit pont proche de l’entrée du périmètre de sécuritaire du Château Montebello. Un manifestant (ou agent de police) prennait des pierres de la taille d’une demi-patate à une complète pour les donner à un autre manifestant qui les mettait dans son bouclier (couvercle de poubelle) et en fournissait à certainEs manifestantEs. Il y avait un grillage sur la pile de pierres pour empêcher les manifestantEs d’en prendre, mais l’un d’entre eux a été plus malin. Malheureusement pour les lanceurs et lanceuses, le soleil derrière l’anti-émeute les aveuglaient complètement. Cela n’a pas duré plus de 10 minutes, et seulement un maximum de six personnes suivaient les policiers

Bref, les manifestantEs ont continué à battre en retraite et la police s’amusait à mitrailler la foule avec leurs grenades lacrymogènes. Au total, plus de 60 ont été utilisées. Les tireurs de la GRC en faisant autant avec leurs balles de caoutchouc. La rue principale était remplie de grenades lacrymogènes gaspillées, de caoutchouc, de bouteilles d’eau encore remplies et même d’aliment encore comestible ! Les manifestantEs ont laissé derrière eux et elles ce qu’ils et elles avaient en trop afin de mieux courir et être moins encombréEs.

Le calme revint vers 17h40 lorsqu’un manifestant profita de l’occasion pour faire le signe de la paix avec sa main, seul, au beau milieu de l’intersection des routes 148 (Route du Canton) et 323 (Rang Gustave) entouré au loin par les trois fronts d’anti-émeutes. Ce geste attira l’attention médiatique, ce qui forca les policiers à ne plus tirer ni grenades ni balles. D’autres manifestantEs se sont joints à lui pour rester solidaire et uni. Une multitude de photos a été prise à cet instant : la paix était revenue.

Fait cocasse : Un agent de la Sûreté du Québec aurait cassé une pierre tombale après avoir donné un coup très fort dessus. Peut-être à cause de la colère, nous ne pouvons dire réellement…

Vers 17h50, deux feux ont été vus : l’un était une boite de carton contenant une pile de feuilles, alimentée par d’autres papiers, cartons et pancartes. Le second feu était la planète Terre, fait en maquette, transportée par deux manifestants, pour le brûler. Cela voulait symboliser ce que notre monde deviendrait si ce sommet était un succès et que le PSP avait lieu comme prévu. Les conséquences seraient mondialement catastrophiques !

18h00, le calme, trois manifestants discutent avec les policiers du front Nord qui s’est avancée jusqu’à l’intersection. Kanto, un manifestant aux lunettes sombres, demanda à un policier de l’anti-émeute de s’identifier ; ce dernier ignora complètement la demande. C’en est pareil pour tous les policiers qui étaient présents. Une vidéo a été filmée pour en monter la preuve (voir à la fin du compte rendu). Moins de dix minutes après la demande d’identification, un policier s’est faufilé dans la ligne de front des policiers afin d’arrêter un photographe amateur du Reactionism Watch. Nous ignorons la raison exacte, mais nous pensons que c’est dû à sa vidéo compromettante et ses photos inédites des médias.

Certes, notre camarade a réussi à s’enfuir à temps, mais Kanto, à ses côtés, s’est fait prendre alors qu’il ne faisait que discuter avec le policier qui refusait de s’identifier. Le motif qui a été retenu contre lui est le fait qu’il ait troublé la paix, alors que c’est le policier même qui est venu troubler la paix. Malheureusement, nous n’avons pas pu noter son numéro. Il faut dire que c’était impossible à identifier ces policiers qui, en très grande majorité, étaient masqués. Ils n’avaient pas de badge, mais qu’un simple numéro sur leur épaulette et casque.

Finalement, à la toute fin de la manifestation de lundi le 20 août, deux canons à eau, plus de 200 policiers, des tireurs de la GRC, et des lance-grenadiers étaient prêts à repousser quelconque attaque des manifestantEs : surprise, ils et elles avait quitté les lieux. Par contre, le lendemain matin, une autre légère manifestation a eu lieu et les manifestantEs ont été harcelés par des questions de la police, et cette dernière a tenté de fouiller les véhicules des manifestantEs questionnéEs.

Bilan : plus de 300 manifestantEs incommodéEs par le poivre de cayenne et/ou gaz lacrymogènes, dont une dizaine victime de balles de caoutchouc et une autre vingtaine victime de coups de matraques, boucliers, genoux ou pieds. Moins de 4 policiers incommodés par le gaz lacrymogène. Quatre arrestations, dont deux femmes. Trois agents provocateurs de la Sûreté du Québec, tous faussement arrêtés.

P.S.: Nous ignorons le contexte qu’entourait l’arrêstation des trois premières personnes. Veuillez nous informer !

Pour les photos, vous avez le choix !

==> Photos du Reactionism Watch (Afficher en diaporama)
==> Photos de Canadian Union of Public Employees
==> Photos de Michael Lessard
==> Photos du CMAQ (1)

Voici la video en question dont nous vous avons parlé avec le manifestant qui demande à un policier de s’identifier, alors que ce dernier l’ignore complètement. Assurez-vous de lire la description de la vidéo après avoir ouvert le lien vers celle-ci sur YouTube ! Cette vidéo ne doit pas passer sous silence, bien que l’infraction de la part du policier soit mineur et que l’accusation d’avoir « troublé la paix » ne tiens pas debout.

==> Lien vers la vidéo YouTube
==> Une vidéo résumé du sommet Montebello

==> Plus de détails sur le bilan du sommet Montebello
==> Critique sur la couverture médiatique du sommet

Vous avez un témoignage à faire ? Une correction à apporter ? Un avis à écrire ? Des photos à montrer ? Allez-y, vous êtes libres de le faire, voire encouragé ! Dites-le nous ce que vous en pensez de ce sommet, racontez-nous ce que vous avez vu, car ce compte rendu vous appartient : il peut être modifié si nécessaire pour ajuster des faits (comme celui du déclenchement des affrontements à 17h05)

** VEUILLEZ CIRCULER TRÈS MASSIVEMENT CES INFORMATIONS **

Posted in Article, Dossier: Sommet de Montebello | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 38 Comments »

Joignez-vous au contingent anti-impérialiste!

Posted by Libertad ! sur 10 août, 2007

Les forums sociaux n’ont fait qu’interpréter diversement le monde, il s’agit maintenant de le transformer.
Du 23 au 26 août prochain, aura lieu à Montréal le 1er Forum social québecois.

Lors de la marche de clôture du FSQ, nous appelons à la formation d’un contingent anti-impérialiste et révolutionnaire.

Au détriment de ceux qui souhaitent vraiment un changement profond, ces forums sont largement dirigés par des organisations (dont certaines sont carrément achetées par l’État) qui cherchent à remaquiller le système capitaliste et non à le remettre en cause.

Or, c’est plus que jamais le temps de remettre à l’ordre du jour la nécessité de la révolution et de le manifester clairement à cette occasion.

Pour qu’un autre monde soit possible… Révolution, seule solution!

Rassemblement le 26 août à 13h30 à la Place Émilie-Gamelin, Métro Berri-UQAM, à Montréal
Groupes participants*

– Parti communiste révolutionnaire (PCR)
– Société Bolivarienne du Québec (SBQ)
– Centre d’appui aux Philippines/Centre for Philippine Concerns (CAP/CPC)
– Organisation des travailleuses et travailleurs philippins (SIKLAB)
– Mouvement des jeunes révolutionnaires philippins (Kabataang Montréal)
– Unité Socialiste des Iraniens à Montréal
– Organisation des femmes philippines (PINAY)
– Haiti Action Montréal
– Club vidéo révolutionnaire (CVR)
– Reactionism Watch

* Avisez nous à co_air[a]sbqc.org si vous voulez ajouter votre organisation à cette liste.

==> Le site de la manif

Posted in Non classé | Tagué: , , | 26 Comments »

Ligne de piquetage devant le Consulat américain

Posted by Libertad ! sur 8 août, 2007

Ligne de piquetage devant le Consulat américain, jeudi le 9 août, à Montréal.

La Table de concertation de solidarité Québec-Cuba organise le 9 août, de 17h à 18h. une ligne de piquetage devant le Consulat américain afin de dénoncer le blocus des États-Unis contre Cuba et pour exiger la libération des cinq (5) prisonniers cubains, actuellement emprisonnés dans des prisons américains, des suites d’un simulacre de procès. Le seul crime de ces prisonniers : avoir voulu dénoncer auprès des autorités américaines les activités d’organisations terroristes, opérant à partir de Miami, et visant à déstabiliser par leur actions le gouvernement cubain. Pour les en remercier, ils furent alors accusés et condamnés pour espionnage par le gouvernement américain. Pour plus d’informations : 514-728-7222. Adresse courriel de la Table de concertation : secretaire@tcsqc.ca . Le Consulat américain de Montréal est situé au : 1155 rue St-Alexandre (angle boul. René Lévesque).

Posted in Non classé | Tagué: , , , , | 18 Comments »

Dossier : Préparation pour la manifestation du 20-21 août

Posted by L'Agitateur sur 1 août, 2007

Deux « manifesto-médecins ».

Nous avons décidé de créer un dossier spécial concernant le sommet nord-américain sous le nom de Partenariat nord-américaine pour la sécurité et prospérité qui aura lieu à Montebello en compagnie de trois chefs d’État : Stephen Harper du Canada, George W. Bush des États-Unis et Felipe Calderon du Méxique. Cet évènement se déroulera du 20 au 21 août dans un beau château. C’est deux journées, et trois pour certainEs !

En ordre chronologique, ce dossier aura pour but de vous :

  • expliquer les buts du sommet (pourquoi manifester ?);
  • présenter plusieurs documentations et propagandes;
  • fournir conseils et règles de sécurité pour être préparés;
  • renseigner sur le transport disponible;
  • recommander certaines consignes à respecter.

Buts du sommet

Débutons avec les objectifs visés de ce sommet nord-américain.

Le sommet qui réunira les trois dirigeants de l’Amérique du Nord sera pour discuter (selon un vobaculaire adoucit) de « prospérité » et de « sécurité ». Cela permettra de mieux combattre le terrorisme dans le nord américain, et faire en sorte que l’économie capitaliste roule mieux que présentement. Les compagnies privées auront plus de terrains et pourront remplacer de vieilles compagnies inutiles et faibles pour optimiser l’économie.

En vérité, l’objectif visé est d’augmenter le libre-échange entre le Canada, les États-Unis et le Mexique. Il vise dans une mesure tout aussi importante à augmenter la répression et permettre la violation de droits constitutionnels pour « combattre le terrorisme ». Aussi, il vise à donner l’opportunité au président américain George W. Bush d’avoir une mainmise encore plus grande sur les ressources naturelles du Canada et du Mexique.

Pourquoi manifester alors ? Voici quelques raisons.

  • Manifester contre la mesure anti-démocratique orchestré par le sommet (les peuples américains n’ont pas leurs mots à dire)
  • Faire valoir notre opposition au libre-échange nord-américain (ALENA)
  • Mener une action concrète pour faire comprendre que le capitalisme doit mourir et s’effonder
  • S’opposer aux politiques néolibérales des trois gouvernements conservateurs des pays qui composent l’Amérique du Nord.
  • Montrer à ces dirigeants et leurs vassaux du secteur privé qu’ils ne sont et ne seront jamais la bienvenue au Québec, au Canada et partout ailleurs dans le monde.
  • S’exprimer contre les guerres totalement injustifiées (ou justifiées par des mensonges) en Irak, en Afghanistan et protester contre les autres occupations et le harcèlement des pays du tiers comme Cuba, la Bolivie et le Vénézuéla.
Pour plus d’informations, visitez le site suivant : http://www.psp-spp.com

Documentations et propagandes

Voici plusieurs documents à votre disposition pour en savoir plus sur cette affaire, ainsi que quelques outils de propagandes afin de répandre l’information dans votre entourage. Vous pouvez y retrouver entre autre toute l’information essentielle pour mieux connaître les sujets traités, ainsi qu’avoir une meilleure argumentation contre quiconque qui vous questionne.
Si vous cherchez encore plus d’informations (documentations, vidéos, affiches, audios, images) veuillez cliquer sur le lien suivant : Contre le PSP. Vous y trouverez tout ce qu’il vous faudra.

Comment bien se préparer

Alors que la manifestation approche, il faut être prêtE pour faire face à toutes sortes de situations qui peuvent survenir à tout moment durant l’événement ! Nous oublions souvent quelques règles pour de telles manifestations, et nous tombons ainsi dans l’embarras. D’après ce que nous avons lu et su, la police sera très fortement présente sur les lieux. Pour éviter les ennuis avec elle, voici quelques conseils avant et pendant la manifestation contre le sommet.
  • Restez toujours groupés. C’est la règle d’or dans toute manifestation, à la fois pacifique et quelque peu violente. Le fait d’être en groupe diminue grandement vos risques de vous faire prendre par l’anti-émeute ou la police qui tentera de vous arrêter pour des motifs bidons comme « avoir manifesté » ou même « avoir des vêtements sombres ». Cherchez un groupe si vous êtes seul, ne restez jamais isolé. C’est très important d’avoir un rapport de force avec les agents réactionnaires de l’État, et pour se faire : restez groupés.
  • Portez des vêtements légers, clairs d’une allure neutre. Il est important de ne pas attirer l’oeil et d’avoir une apparence assez neutre pour se mousser dans la foule et ne pas être la cible de quelconque policier ou média. Des vêtements légers vous permettront de mieux respirer (il fera chaud !), mieux courir et ne pas être encombré. Les couleurs claires vous permettront d’être « fantôme » car la police ont beaucoup plus l’oeil sur les manifestantEs d’apparence vestimentaire sombre et noire. Même le rouge pour les communistes, ça attire. Les t-shirts de Mao, de Che, d’anarchie, d’URSS, et encore sont aussi à proscrire. Évitez de tels vêtements.
  • Surveillez vos mots. La personne à votre droite ou gauche peut être un policier en civil, un agent de la GRC ou un casseur payé par la police afin de démarrer une bagarre interne ou émeute, et ainsi donner feu vert à l’anti-émeute de charger en lançant des gas lacrymogènes. Assurez-vous que vous connaissez au minimum la personne. Utilisez votre raisonnement pour reconnaître un agent civil. Aussi, lorsque vous appelez vos camarades, amiEs ou collègues, faites attention à ne pas dire son véritable prénom ; cela servira d’indice aux agents. Employez des noms de codes ou faux prénoms.
  • Repérez les manifesto-médecins. Biens qu’ils et elles sont rarement présentes lors des manifestations, il y en a toujours néanmoins dans les sommets. Sinon, assurez-vous que dans votre groupe il y a quelqu’un qui sache les premiers soins afin de venir en aide aux personnes en besoin.
  • Évitez d’apporter des objets de valeurs. Vous risqueriez de les égarer et regretter par la suite d’être venuE à la manifestation. Que ce soit votre lecteur mp3, collier, montre, caméra et même vos boucles d’oreilles, ça peut tomber. Pour les musicienNEs, assurez-vous d’être bien entouréEs.
  • Évitez à tout prix un contre-manifestant. Il peut être un agent provocateur payé pour donner volontairement la tentation aux manifestantEs de l’attaquer et commettre des gestes illégaux pour ainsi donner feu vert à l’anti-émeute de charger. Ne faites que passer, ignorez-le. Ne l’insultez même pas, et avertissez ceux et celles qui voudront le faire.
  • Cachez votre visage. Ceci est une autre règle d’or, bien qu’elle attire l’attention de la police, mais elle est habituée de voir de tels individus se cacher. Camoufler son visage, c’est camoufler son identité et empêcher les caméras ainsi que les appareils photos de vous mettre dans la liste des suspects de la GRC et Sûreté du Québec. Vous pouvez opter pour un foulard, une cagoule, des lunettes de ski, un masque, une grosse paire de lunettes, et encore. C’est au choix ! Faites juste en sorte qu’on ne puisse pas vous reconnaître facilement sur les photos et vidéos.
  • Avoir avec soi le strict minimum. Nous entendons par là vos papiers d’identités, et provision de nourriture. Surtout de l’eau. Apporter un sac-à-dos vous aidera amplement. Évitez toute substance illicite et arme blanche. Nous vous conseillons entre autre de ne pas apporter votre céllulaire puisqu’il peut contenir de précieuses informations pour la police.
  • Pour les photographes et caméramans, soyez prudentEs ; certainEs manifestantEs n’aiment pas être pris en image, alors ne soyez pas surprisES. Une fois les photos prises, à votre domicile, brouillez les visages avant de les exposer sur internet. Aussi, faites en sorte de ne jamais être seulE, cela vous serait fatal et la police pourrait vous enlever votre appareil sans aucune explication ni motif.
  • Attention au gaz lacrymogène et au poivre de cayenne. L’anti-émeute adore les utiliser contre les manifestantEs, c’est comme des jouets pour eux. Pour remédier à ce problème, ayez un masque à gaz ou à filtre (utilisé pour la peinture). Sinon, des chiffons propres avec une petite quantité de vinaigre ou jus de citron. Pour protéger les yeux, vous n’avez qu’à porter de grosses lunettes ou de ski, et éviter de porter des verres de contact.
  • Soyez créatif-ves ! Créez vos propres drapeaux, bannières, pancartes avec des matériaux recyclés et légers. Vous risquez de jeter vos objets pendant ou après la manifestation. Si possible, pour vos drapeaux et pancartes, utilisez un bois dur et assez épais afin de vous défendre en cas d’attaque policière en votre direction. Inventez vos slogans, apportez vos mégaphones, ayez une voix forte et hurlez !
  • Sachez vos droits. Pour plus d’informations à ce sujet, procurez-vous ce petit document (format .PDF) qui résume très bien l’ensemble de vos droits contre la police pour vous défendre.
Autrement, durant la manifestation, informez les gens autour de vous ! Établissez des liens, et unissez-vous. Aussi, nous vous conseillons d’informer la population locale qui ne sera pas du tout bien renseigné sur la manifestation. N’hésitez pas à leur expliquer et les inviter à se joindre à la manifestation, ils vont très probablement se joindre à vous ! Utilisez votre charme si vous voulez, gênez-vous pas ! Surtout, amusez-vous avec les réactionnaires. Il y en aura, et ce sera un bon moment pour vous d’avoir un peu de divertissement. Allez-y comme bon vous semble !

*Pour les fans de militarisme, vous pouvez former de petits contingents ! Visitez le lien suivant pour connaître la formation de poings rouges, statégie marxiste-léniniste pour assurer une sécurité optimale : http://www.pcr-rcp.ca/fr/sm/7c

Le transport

Il sera difficile d’entrer sur les lieux puisque la police a déclaré qu’elle établira un grand périmètre de sécurité, semblable à celui du sommet des amériques en 2001 à Québec. La police fera en sorte de garder les manifestantEs (nomméEs les indésirables) loin du château, voire même de Montebello ! Pour remédier à ce petit problème, vous n’avez qu’à venir à l’avance d’une journée ou deux. Vous pouvez trouver un campement de manifestantEs quelconque, ou être hébergé chez unE amiE qui habite les environs.

Autrement, voici comment faire pour le transport :

::: RÉSERVEZ VOTRE PLACE POUR LE TRANSPORT DÈS MAINTENANT! :::

Les organisateurs et organisatrices de TransportMontebello ont besoin de savoir dès maintenant le nombre de personnes qui comptent assister aux mobilisations contre Bush, Harper et Calderón près de Montebello. Veuillez réserver votre place dès maintenant!

Nous demandons de réserver avant le 12 AOÛT pour que nous puissions le plus tôt possible fixer des plans clairs pour les mobilisations.

Des autobus partiront de MONTRÉAL le 20 août en matinée (et nous organisons également du transport pour le 19 août).

SVP réservez dès maintenant en écrivant à TransportMontebello@gmail.com

Lorsque vous réservez, veuillez nous donner les informations suivantes:

–> L’heure à laquelle vous préférez partir de Montréal : Le 19 août (en matinée ou en début d’après-midi) OU avec les autobus le 20 août (on part à 9 heures du matin).

–> L’heure à laquelle vous voulez revenir à Montréal: le 20 août en soirée OU le 21 août (à la fin des manifestations)

Pour le coucher du 19 et du 20 au soir, des espaces de campement seront organisés.

Notez que des autobus partiront également de la ville de Québec.

Nous suggérons une contribution volontaire de $5 à $15 pour aider à défrayer les coûts de ce voyage. Personne toutefois ne sera refusé à bord des autobus. Les contributions peuvent être payées le 19 ou le 20.

Pour plus d’informations à propos du transport, veuillez visiter immédiatement le lien suivant : http://www.psp-spp.com/?q=fr/node/96

Envoyez un courriel ou appelez au besoin. Le financement, comme l’hébergement et le bénévolat pour le transport sont fortement appréciés et demandés. Si vous pensez être disponible à le faire, allez-y ! C’est pour une bonne cause, cela n’arrive pas à souvent !

Bien manifester collectivement

Durant la manifestation, il y aura plusieurs groupes et idéologies qui seront présents pour la même cause : tous et toutes contre le PSP. Malheureusement, les divergences existent et certains individus auront tendance à lancer des injures aux autres groupes, ce qui risque de créer des conflits internes au sein même des manifestantEs. C’est pourquoi nous vous présentons certaines recommandations pour empêcher tout accrochage inutile.
  • Éviter les disputes entre les militantEs de différentes idéologies (ex.: communisme vs. anarchisme, ou électoralisme vs. révolution) et percevoir cette manifestation comme une occasion de souder des liens, forger des alliances et collaborer ensemble. N’oubliez pas notre devise : l’union fait la force !
  • Ne touchez à rien qui ne vous appartient pas. Ne brisez pas de vitrine, de véhicule ou de manifestantEs même. Si vous voulez faire des graffitis ou mettre des autocollants un peu partout, c’est votre choix ; éviter les dommages collatéraux. De la peinture n’a rien de destructueur, c’est plutôt symbolique.
  • Respectez la liberté de parole à toutes les personnes présentes à la manifestation, ainsi que le droit de diffuser de la propagande. Si vous êtes communiste et que vous voyez un anarchiste distribuez des tracts, ne l’embêtez pas comme il ne vous embête pas. Refusez si vous voulez.
  • Unissez-vous, n’ayez pas peur.
  • Respectez l’autrui qui est de Gauche comme vous.
Vous pensez être prêtE pour la manifestation ? Alors c’est partie !

Nous recommandons à nos lecteurs et lectrices de diffuser ce billet à travers le web d’urgence pour informer un maximum d’individus possible et les préparer pour la manifestation dite « monstre » qui s’en vient. N’oubliez pas que ce blogue est le votre, tout comme ce billet : vous pouvez y ajouter des éléments qui ont été oubliés, tout comme nous poser des questions.

L’hégémonie ne passera pas !

P.S.: Le dossier sera visible dans la colonne de droite du blogue.
P.S.2: Le dossier sera mis à jour losrque nécessaire.

Posted in Article | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 29 Comments »

Événement : Manifestation du 1er juillet

Posted by L'Agitateur sur 27 juin, 2007

— Appuyez les luttes autochtones pour la souveraineté, la dignité et l’autodétermination sur l’Île de la Tortue
— Dénoncez l’attitude raciste et colonialiste du CN

Le DIMANCHE 1ER JUILLET, à 13h00 (pile)
Manifestation
Gare centrale de Montréal
Métro Bonaventure
(Entrez par le métro, ou par l’entrée du 895 de la Gauchetière ouest,
Entre les rues University et Mansfield)

** Point de rendez-vous à l’enseigne Départs/Arrivées, dans le hall principal de la gare. Apportez vos bannières, pancartes, drapeaux et autres symboles de protestation. **

  • Nous demandons que le CN abandonne sa poursuite en justice contre les militants Mohawks de Tyendinaga;
  • Nous sommes en solidarité et appuyons sans condition les luttes des peuples autochtones pour leur souveraineté et leur autodétermination, partout sur l’Île de la tortue;
  • Nous dénonçons le rôle du CN dans le Conseil nord-américain pour la prospérité et le Partenariat nord-américain pour la sécurité et la prospérité.

« Quand le CN attaque, on bloque la track! »
—–

Le CN est une société privée multi milliardaire, dont le siège social se trouve à Montréal et dont les rails et installations occupent illégitimement les territoires des autochtones, d’un océan à l’autre.

Le CN poursuit actuellement en justice (pour plusieurs millions de dollars) trois activistes Mohawks de la communauté Tyendinaga (Ontario) qui sont activement impliqués dans la défense de leur territoire. Le CN menace d’engager d’autres poursuites contre des communautés et militant-e-s autochtones qui choisissent de bloquer les chemins de fer.

Le CN et ses cadres ciblent les organisateurs communautaires autochtones qui ont remis à l’ordre du jour l’enjeu des revendications territoriales non résolues et la souveraineté des peuples autochtones.

Dans le contexte des revendications territoriales non résolues, et considérant que leurs chemins de fer se trouvent sur des territoires arrachés aux peuples autochtones, les actions en justice du CN sont profondément racistes et colonialistes.

Alors que le CN utilise le système de justice pour attaquer les activistes autochtones, le PDG de la compagnie, Hunter Harrison, est membre du Conseil nord-américain de la compétitivité, un acteur clé du nouvellement formé Partenariat nord-américain pour la sécurité et la prospérité (PSP), entre le Canada, les Etats-Unis et le Mexique. Le PSP poursuit le programme néolibéral imposé par l’Accord de libre échange nord américain (ALENA), mais y rajoute des politiques de « sécurité nationale ».

Le PSP est une attaque portée contre les travailleurs et les travailleuses et toutes les classes opprimées de l’Amérique du Nord. Les leaders du PSP ? George Bush, Stephen Harper et Felipe Calderón ? se rencontreront cet été, les 20 et 21 août prochain, au Château Montebello (Outaouais, Qc.), à 90 minutes de Montréal.

Nous entamons nos mobilisations et actions contre le PSP lors d’une manifestation contre le CN, le premier juillet prochain. Le « Canada » est un pays construit sur des terres appropriées illégitimement en vertu de politiques génocidaires : nous nous rassemblerons le 1er juillet, en solidarité avec des actions menées par des autochtones partout sur Île de la Tortue, en tant que non-autochtones qui nous opposons au colonialisme et au racisme.

Joignez-vous à nous pour un 1e juillet anticolonialiste!

Cette action est organisée par :
Bloquez l’Empire! ? Montréal (BLEM)
Indigenous Peoples Solidarity Movement (IPSM)
Liberterre
Personne n’est illégal ?Montréal
Tadamon! Montréal
La Pointe Libertaire
et autres.

(pour associer le nom de votre groupe à la liste des endossements, veuillez écrire à noii-montreal(a)resist.ca)

INFO: 514-848-7583, noii-montreal(a)resist.ca

Posted in Non classé | Tagué: , , , | 1 Comment »