Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Posts Tagged ‘Fraude’

L’État péruvien donne la permission à ses agents de tuer les citoyenNEs

Posted by L'Agitateur sur 28 juillet, 2007

Depuis un peu plus de deux semaines, une grande partie du Pérou est paralysée par le mécontentement populaire : grèves, révoltes et soulèvements sociaux sont activements en cours à travers le pays. Cette rage populaire contre l’État a fait plus de quatres morts civils et environ 300 détenuEs. Pour remédier à ces problèmes, le président péruvien Alan García pris la décision – par les facultés législatives donnés par le Congrès et le soutient de la Droite – de dicter de nouvelles lois qui accordent aux forces de l’Ordre et aux militaires de plus gros pouvoirs répressifs.

Parmis ces nouvelles lois, on y retrouve le droit de tirer et tuer unE manifestantE ou toute autre personne par motif d’accomplissement de leur devoir sans donner quelconque explication à quiconque. Une autre loi nouvellement entrée en vigueure les épargnes de tout type de procès pour causer la mort d’unE citoyenNE. Ces agents criminels de l’État n’auront qu’à spécifier qu’ils étaient en fonction pour être blanchis. Ils ont aussi maintenant le droit d’arrêter sans ordre judiciaire.

La nouvelle loi la plus réactionnaire d’entre elles est celle sur le droit de grève. Ces mêmes agents auront le devoir de restreindre le plus sévèrement possible le droit de grève. Si cela n’est pas fait, ou qu’ils soutiennent une grève, ils auront comme sentence une destitution suivie d’une interdiction d’exercer leur fonction pendant cinq ans. Pour cette même autorité (présidents régionaux et maires incluts), une peine de prison pouvant aller jusqu’à 35 ans pour les dirigeants qui incitent ou prennent la tête de protestations sociales qui dérivent en actions de violence.

Voici l’argument choisi par le Premier ministre Jorge Del Castillo pour expliquer l’application de ces lois:

« Les autorités, comme le sont les présidents régionaux et les maires, n’ont pas le droit de faire grève, parce qu’ils font partie de l’État et l’État ne peut être contre l’État. Ici il faut imposer l’ordre et le principe d’autorité, parce que dans le cas contraire cela se transforme en chaos »

Alors en plus d’imposer des lois réactionnaires anti-grèves et menacer l’autorité de soutenir le peuple, il criminalise les grèves : « Le pays croît économiquement. C’est une crime contre la patrie de mettre des ostacle à la progression du pays. »

Rappelons-nous quelques faits croustillants sur Alan Garcia :

  • Responsable de l’augmentation des pauvres au pays (+12,5% en 15 ans)
  • Responsable de l’extrême pauvreté au pays (3,7 millions pour 2000)
  • Responsable de l’hyperinflation entre 1985 et 1990 (~7500% en 1990)
  • Responsable de plusieurs massacres et disparitions au pays (1985~90)
  • Responsable de multitudes de corruptions au sein même de l’État (id.)
  • Responsable de dégâts monstres face dû à l’hyperinflation (id.)
  • Responsable de plusieurs fraudes durant son premier mandat (id.)
Rappelons-nous aussi les fameuses phrases qu’a dit Alan García lors de sa campagne électorale de 2006 pour contrer Ollanta Humala : il affirma vouloir un Pérou plus juste et qu’il tendrait la main à tous les PéruvienNEs sans exclusion.

Nous devons le dire : sacré García.

P.S.: Alan García, durant sa dernière campagne électorale, a été fortement soutenu par Washington car Ollanta Humala était un ami et favoris d’Hugo Chavez. Il a gagné les élections par un vote massif de la Droite Péruvienne. Tirez-en vos conclusions.

==> Vía libre al gatillo fácil en Perú (en espagnol)
==> Pérou: permis de tuer à la police et aux militaires
==> Pauvreté au Pérou (format .PDF)

Publicités

Posted in Article | Tagué: , , , , , , , , , | 3 Comments »

Après 12 ans, nous ignorons toujours les faits du référendum 95

Posted by L'Agitateur sur 31 mai, 2007

Cela semble triste à dire, mais reste vrai. En effet, le dernier scandale vient d’être rendu publique : Option Canada, qui était une campagne pour le NON lors du référendum de 1995, aurait dépensé plus d’un demi-million de dollars illégalement. C’était là un « bonus » pour le Parti Libéral du Québec qui n’a rien fait pour contrer une telle « tricherie ».

Le juge Grenier a identifié 540 000 $ dépensés illégalement pendant la campagne référendaire par deux organismes fédéralistes, Option Canada et le Conseil de l’unité canadienne (CUC). La loi prévoit que toute dépense électorale doit être autorisée par l’agent officiel du Comité du non, ce qui n’a pas été le cas pour ces dépenses d’un demi-million de dollars.

Ces bandits de libéraux, principalement René Lemaire, Jocelyn Beaudoin et Réjean Roy savaient que ces dépensens étaient non-conformes à la Loi, mais le juge les couvre un peu en affirmant qu’« il faudrait une preuve suffisante que l’un ou l’autre a péché par omission ou par commission. La preuve n’est pas suffisante (pour) que je doive tirer à leur endroit une conclusion défavorable. » Ainsi donc, ils sont blanchis ! Leur culpabilité est réduite puisque les preuves « manquent » et que le juge n’a pas les mandats nécessaires pour approfondir l’enquête.

Est-ce qu’il y a vraiment un manque ? Absolument pas. Toutes les preuves sont là pour dire qu’il y a bel et bien eu des manoeuvres illégales, qu’Ottawa et les partis libérals étaient au courant et dans l’affaire, mais on préfère ne pas chercher trop loin pour éviter tout nouveau scandale. Déjà que celle des commandites a fait fureur, imaginez la campagne du NON lors du référendum 95.

Nous nous souvenons du fameux « love-in » qu’avait eu lieu à Montréal où des dizaines de millers de personnes ont été transportées là-bas, tout à fait gratuitement. Cela a coûté une fortune : combien ? On l’ignore encore aujourd’hui, alors que nous pouvons chercher à savoir ! Après tout, il est plus facile de défendre et de se soumettre à l’Élite déjà bien en place que de la combattre.

Pour Charest, l’affaire ne serait qu’un pétard mouillé. C’est ce qu’il a affirmé lorsque Mario Dumont a demandé des excuses et des remboursements de ces dépenses. Eh bien, M. Charest, pour un pétard mouillé, ça risque d’exploser pas mal fort puisque les derniers sondages (même si l’échantillon est faible) donnent un large retard pour le Parti Libéral du Québec et de nouvelles élections seraient fatales. Mais ce le sera puisque l’ADQ et le PQ s’entendent bien sur une chose : le refus du budget. Bizarrement, même l’ADQ… elle qui était très favorable à une baisse d’impôt depuis fort longtemps.

Va-t-on réellement savoir ce qui s’est passé en 1995 ? Le Bloc demande enquête, mais ce ne sera pas tâche facile avec son si faible pouvoir à Ottawa.

==> Option Canada et ses dépenses
==> Mario Dumont veut des excuses
==> Le Bloc exige une enquête sur cette affaire

Posted in Non classé | Tagué: , , , , , , , , , | 4 Comments »

La corruption gronde dans la GRC

Posted by L'Agitateur sur 16 avril, 2007

Cette affaire continue.

En novembre dernier, la vérificatrice générale du Canada, Sheila Fraser, avait découvert des abus et du gaspillage d’une valeur de plus de 1,3 million de dollars dans la gestion des régimes de pension et d’assurance de la GRC. Elle avait toutefois reconnu que la GRC avait assuré un suivi adéquat de ce dossier.

Giuliano Zaccardelli se défend de ses propres collègues qui se retournent contre lui en l’accusant de tentative d’interruption à l’enquête. De plus, Zaccardelli affirme qu’il n’a rien à se reprocher et qu’il est celui qui a ouvert une enquête interne (l’excuse !). Tout ça pour une affaire de fraude.

Rappelons que Giuliano Zaccardelli avait démissionné, en décembre, après avoir livré des témoignages contradictoires devant le comité de la sécurité publique dans l’affaire de la déportation du Canadien d’origine syrienne Maher Arar.

Sacré Zaccardelli, tu t’en tiras pas si facilement !

==> Lire la suite

Posted in Non classé | Tagué: , , , | Leave a Comment »