Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Posts Tagged ‘Harper’

Nous y serions

Posted by sylvainguillemette sur 10 août, 2010

Vous rappelez-vous cette banderole «Victory» accrochée sur le porte-avion où George Walker Bush Jr atterrissait en héros dans un avion de chasse? Vous rappelez-vous ses prétentions, interprétées par la machine à propagande bourgeoise états-unienne? Les ADM? L’Axe du mal? Les crimes affreux de Saddam Hussein? Ses liens avec al-Qeada? Et la «Victoire», vite annoncée par Washington?

Aujourd’hui, en Irak, rien ne va plus et ce sol n’a probablement pas été aussi violenté que depuis les débuts de son invasion, en 2003.  La guerre interethnique n’en finit plus, les luttes de pouvoir s’y multiplient et s’y intensifient. Il n’y avait peut-être pas les Armes de Destruction Massive prétendues, ni de lien entre al-Qeada et le défunt Raïs, mais les risques de carnage annoncés par les pacifistes, eux, étaient bien réels et aujourd’hui, c’est l’Irak et son peuple qui paient l’avidité de la bourgeoisie occidentale. L’Irak s’est littéralement transformé en enfer bien réel, en un bourbier duquel elle ne tirera aucun profit et duquel Washington doit maintenant sortir, sans perdre la face.

Chaque jour y est peut-être votre dernier. Les courses au marché public irakien sont les évènements les plus risqués de votre semaine. Et votre occupant vous assure que tout va bien, alors que vous voyez de vos yeux, quotidiennement, des actes de barbarie perpétrés par de nouveaux escadrons de la mort, du «bon côté» cette fois, enfin dit-on. En mai dernier, 563 morts… Mais tout va bien, le pétrole coule à flot, lui. Même les kurdes indépendantistes n’y sont pas négligés. Mais la contribution civile y est monstrueuse.

Le compte de morts dépasse maintenant le million et ce, chez la portion civile uniquement. Quant aux Armes de Destruction Massive censées se trouver dans ce pays, on en trouve effectivement des traces, mais ce sont celles apportées par l’Occident et non celles d’une Irak en alliance avec le Mal, comme le stipulait le mal incarné lui-même, George Walker Bush Jr. Bien que je ne sois pas croyant, Bush n’a-t-il pas contrevenu, ainsi que ses disciples, aux lois de la Bible sur laquelle ils jurent ironiquement allégeance?

Le seul mois de juillet fut l’un des plus meurtriers depuis le déclenchement de l’invasion illégale de l’Irak, berceau des nations civilisées pourtant. Et sur les 535 morts répertoriés par les ministères de la Santé, de la Défense et de l’Intérieur, 396 d’entre eux étaient des civils, ce qui ne vient surtout pas démentir les dires selon lesquelles les civils paient un plus lourd tribut que les hommes en armes dans quelconque conflit opposant ces derniers. Sur ce lot, seuls 50 étaient des soldats armés, et 89, des policiers. Et il ne faut surtout pas déconsidérer les 1043 blessés lors du même mois, une donnée qui explique ensuite, les conditions sociales locales et les difficultés du pays à remonter la pente en ce qui concerne…, à peu près tout en fait. Comment soigner les malades, quand les hôpitaux sont jonchés de cadavres, parce que la morgue est aussi pleine? Comment assurer une sécurité publique quand même la police, fait parfois partie du problème? Comment promettre l’eau, le toit, la nourriture, les soins et les autres services quand l’instabilité est une conséquence de la lutte de pouvoir qui se joue en Irak sans dictature établie et que celle-ci n’est pas sur le point de se terminer?

L’Irak est devenu un véritable enfer, grâce aux États-Unis d’Amérique capitalistes et ses alliés, assoiffés de capital. Sous les prétentions de jouer à la «police du monde» se cachent des faits. Des intérêts. Ceux de la bourgeoisie, de toute évidence. Le pétrole irakien, suite à la mise en place de la dictature amie, fut privatisé. Les politiques étrangères irakiennes sont celles du Pentagone. Les contrats de reconstruction furent octroyés, sans appel d’offre, à des intérêts du pouvoir en place (Halliburton, etc..). L’Irak s’est peut-être débarrassé du Raïs, mais elle s’est embourbée dans une guerre civile, camouflée sous une fausse démocratie.

Et outre ces intérêts particulièrement bourgeois, il faut aussi tenir compte des pertes de soldats «alliés», à qui l’on ment pour user de leur chair. Ces soldats qui meurent, autant les nôtres, ces Canadiens en Afghanistan comme en Irak le font les États-uniens, il faut se rappeler que l’aliénation fait souvent partie de l’équation pour expliquer de tels sacrifices. Donner sa vie pour sauver un peuple, en tuant ce peuple, en y imposant une dictature, en y pratiquant le terrorisme, l’enlèvement, la séquestration et la torture, ça n’a rien d’analogue, je me trompe?

L’Irak est un tel fiasco humanitaire qu’il me vient à l’esprit une constatation soudaine. Quand on y songe, si notre gouvernement conservateur canadien avait été au pouvoir en 2003, ou s’il était majoritaire aujourd’hui, nous y serions, nous aussi, dans ce bain de sang prévisible et prédit par les militants pacifistes qui couvraient les rues du monde entier et sur lesquels crachaient les conservateurs canadiens.

Posted in Article | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

Le Capitalisme, l’Impérialisme et la Liberté de Choix

Posted by sylvainguillemette sur 4 août, 2010

Les conservateurs s’installent, et plus ils s’installent, plus ça s’emballe. Il semblerait, selon leurs propres dires, que les conservateurs soient les rois de la liberté de choix. Comble d’ironie, ces conservateurs refusent aux conscrits états-uniens «le droit de refuser» d’aller mourir pour le Capital et d’éviter la guerre sale en se réfugiant au Canada.

Ce n’est donc pas comme si la liberté de choix était une quelconque base dans le système capitaliste. On y vante pourtant souvent cette «liberté de choix», chez les capitalistes. Mais de fait, ces choix sont limités et existent dans n’importe quel système, mais en différences. Tout ce qu’il y a de réellement différent en réalité, c’est que les capitalistes vantent ces quelques choix qui leur semblent plus grands qu’ils le sont. Le choix d’entreprendre, le choix de se faire entreprendre…  Mais au bout du compte, les choix limitent le choisissant. Il ne peut que choisir entre exploiter, ou exploiter à son tour.

Et lorsque le capitalisme atteint une phase impérialiste, qu’il s’étend par les armes, par le chantage, et par la politique de bas étage, les choix se limitent encore plus, et on peut même être forcé de combattre pour sauver le capitalisme, qui ne nous est pourtant, à nous les prolétaires, aucunement favorable. Ainsi, quelques soldats, dont Jeremy Hinzman, tentent leur chance, comme c’était possible auparavant sous les Libéraux canadiens, de venir se réfugier ici, en sol canadien, plus ouvert sur ces choix d’éviter d’«entreprendre la lutte armée» pour défendre la dictature des minoritaires et des parasitaires.

Le Canada conservateur en est là. Il imposera aux «déserteurs» -Liberté de choix?- états-uniens, un resserrement évident. Ceux-ci seront traités comme des criminels, lorsqu’ils seront interceptés sur le sol canadien, et renvoyés aussitôt en sol états-unien pour subir leur procès. Le Canada, pour justifier sa doctrine sectaire et totalitaire, argue la désertion va à l’encontre de la «Loi sur la défense» canadienne, et se dit même prêt à appliquer celle-ci avec le zèle le plus crasse. C’est donc bien simple! En refusant d’aller buter de l’«arabe» pour agrandir l’Empire bourgeois, en refusant par exemple de servir dans une guerre, pourtant jugée illégitime par l’ONU, comme celle de l’Irak –où les rapports du WIKILEAKS sont accablants quant aux crimes de guerre perpétrés par Washington en sol Afghan ou Irakien-, les soldats canadiens qui refuseraient de servir aux ordres de sa majesté Harper, risqueraient la prison à vie! Eh bien!

C’est donc ça, la liberté de choix? «Choisis le capitalisme, ou nous vous l’imposerons par les armes, euh…., il, ce soldat conscrit, vous l’imposera par les armes! Et s’il n’obtempère pas, on lui imposera, à celui-là, la prison!»

Cela met en évidence la fermeture idéologique des conservateurs canadiens, ces mêmes qui en contrebalance, soutiennent des crimes de guerre perpétrés par des États, des crimes perpétrés contre l’humanité par ces mêmes États, du terrorisme perpétré par ces mêmes États, des invasions de pays souverains illégitimes perpétrées par ces mêmes États, des enlèvements perpétrés par ces mêmes États, des séquestration et de la torture perpétrées par ces mêmes États et l’utilisation d’ADM sur des zones peuplées de civils par ces mêmes États voyous.

De facto, les terroristes conservateurs par alliance aux terroristes républicains états-uniens et israéliens, n’ont aucune morale à donner aux soldats refusant bravement de servir sous les ordres de ces «Grands Criminels» de guerre! Aucune! Au contraire! Ce sont les vermines conservatrices qui devraient croupir derrière les barreaux jusqu’à la foin de leurs jours pour avoir soutenu tous ces crimes perpétrés par leurs alliés idéologiques, grands créateurs des Talibans et des Al-Qeadiens! Mais non.

(Photo: Renart Source )

Posted in Article | Tagué: , , , , , | 22 Comments »

7 jours…

Posted by sylvainguillemette sur 6 juillet, 2010

https://i0.wp.com/www.rapsim.org/images/Marteau%20cour.jpg7 jours sont accordés au gouvernement conservateur canadien pour remédier aux violations des droits fondamentaux et constitutionnels d’Omar Khadr. Voilà la décision rendue par la Cour fédérale canadienne. Ainsi, le juge Russel Zinn avertit le gouvernement conservateur canadien qu’il n’a pas respecté la décision rendue au mois de janvier 2010 par la Cour suprême, et qu’il est ainsi en défaut face à la loi et à la justice canadienne.

Rappelons un peu les faits.

En juillet 2002, les forces de l’OTAN occupent l’Afghanistan. Celles-ci envahissent le pays bien avant les attentats du 11 septembre 2001, à l’aide de troupes d’élite infiltrées sur le territoire, illégalement en vertu des droits internationaux. Le Joint Task Force canadien fait partie de ce corps. Denis Morisset raconte d’ailleurs, dans son premier livre d’une série de deux (Nous étions invincibles), qu’il était lui-même membre de ce corps et que son équipe visait précisément à préparer une invasion du pays, par de véritables contingents, voire par des «forces internationales».

Sur le chemin de la conquête du territoire afghan, les soldats états-uniens et leurs alliés rencontrent une certaine résistance, mais moindre que ce qui se passe en Irak. Omar Khadr fait partie de cette résistance, mais s’apprête à vivre tout un changement de vie. Durant le combat qui mène à la capture du jeune enfant-soldat, âgé à ce jour de 15 ans, certains de ses camarades d’armes tombent au combat, mais les troupes états-uniennes occupantes subissent des pertes également. Le sergent Christopher Speer prenant part au combat,  succombe aux blessures causées par une grenade. Et c’est là que le cauchemar commence pour Omar Khadr, alors enfant-soldat pourtant…

L’Armée états-unienne accuse alors Omar Khadr d’avoir «tué» l’un de ses militaires, comme si de «tuer» n’était pas le but premier de ses propres militaires envers les militants comme Omar Khadr. Autrement dit, Washington revendique le droit de tuer qui elle veut, mais ne reconnait pas ce droit à ceux qui se défendent de ses agressions.

Mais pire encore, le rapport d’un des chefs du commando états-unien en question, raconte qu’Omar Khadr était de dos lorsqu’il fut aperçu, et qu’il faisait face au mur, prêt à collaborer à son arrestation. Le rapport continue en rapportant deux tirs dans le dos du jeune enfant-soldat. Autrement dit, Omar Khadr n’a jamais eu le temps de lancer de grenade et n’a peut-être même pas pris part aux combats.

Chose certaine, la grenade tuant le sergent Christopher Speer est de fabrication états-unienne (M-67) et les «Talibans» attaqués –s’ils en sont-, ne possèdent pas, au moment de leur arrestation, de grenade de ce type.

Arrivé à Guantanamo, prison illégale d’après la Cour suprême états-unienne, Omar Khadr subit la torture d’agents du SCRS canadien. Il sera également torturé par ses geôliers états-uniens à plusieurs reprises. La Cour d’exception militaire états-unienne de Guantanamo, ne reconnait aucun droit aux accusés étrangers et n’a rien de légitime d’après la Cour suprême états-unienne.

Qu’importe, le gouvernement conservateur canadien ne recule devant rien, ni même devant la Cour suprême canadienne qui lui ordonne de palier aux violations des droits fondamentaux et constitutionnels du jeune enfant-soldat torturé par les tortionnaires du SCRS canadien, dans une prison illégale rappelons-le. Lawrence Cannon et Stephen Harper arguent que le jeune «terroriste» a commis des crimes graves, comme si nos soldats à nous, bien qu’Omar n’ait possiblement lancé aucune grenade,  n’avaient pas lancé de grenade à leurs ennemis. Et ce faisant, ils commettaient eux aussi, des crimes graves. Selon donc la logique de Stephen Harper et de Lawrence Cannon, deux complaisants du terrorisme d’État d’Israël pourtant, se défendre contre des attaquants, c’est un crime grave qui n’est pas comparable avec celui des attaquants. Autrement dit, les soldats canadiens et états-uniens ont le droit de lancer tout ce qu’ils veulent –dont du phosphore blanc offensivement (Le Canada a utilisé du phosphore blanc offensivement lors d’attaques à l’artillerie en Afghanistan selon des témoignages d’artilleurs canadiens revenus de Kandahar…)-, mais leurs opposants, ni même pour se défendre, n’ont aucun de ces droits.

Que fera donc, face à ce jugement du juge Russel Zinn, ce gouvernement  canadien qui accuse un enfant soldat d’avoir commis un crime grave –avant même qu’il ait subi un quelconque procès!, lui qui appuie pourtant en contrepartie le massacre de milliers de civils Libanais et Palestiniens et l’assassinat de civils en eaux internationales par les forces terroristes israéliennes? Et comment ce gouvernement canadien remédiera t-il à ses propres contradictions?

Posted in Article | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

Hégémonie Nucléaire

Posted by sylvainguillemette sur 12 avril, 2010

Notre Premier Ministre Stephen Harper est aujourd’hui à Washington, afin d’assister au Sommet sur la sécurité nucléaire internationale. Les chefs d’État de près d’une cinquantaine de pays y sont invités pour discuter, des diverses situations qui pourraient se conclure si certains groupes «terroristes» accédaient à des armes nucléaires, ou toute autre matière radioactive qui pourrait constituer une arme dite «sale».

Mais outre la «bonne volonté» de ces pays, n’y a-t-il pas une limite à nous prendre pour des cons, à nous croire si dupes? Pourquoi certains États sont-ils immunisés des sanctions qui sont discutées contre d’autres? Pourquoi y a-t-il certains autres États détenant des armes nucléaires, dont tout le monde connait l’existence, qui puissent ainsi boycotter une telle rencontre, sans même là, attirer l’attention, au moins autant que l’Iran –dont on ne détient pas les preuves d’une réelle volonté d’acquérir des armes nucléaires-? Pourquoi d’autres États, gouvernant souvent ce type de sommet, sont-ils permis de posséder des armes nucléaires et d’en faire l’usage, et de commettre des actes aussi terrorisants que ceux perpétrés par ceux qu’on nomme «terroristes» pour ces raisons précises? Pourquoi, comme pour les autres, ne feraient-ils pas face à leurs fautes, voire à leurs crimes?

https://i2.wp.com/newsjunkiepost.com/wp-content/uploads/2009/08/hiroshima_wideweb__430x323.jpgDepuis l’existence de la bombe atomique, les États-Unis d’Amérique furent les seuls à utiliser une telle abomination contre une population, civile de plus. Le Japon rendait les armes lorsqu’Hiroshima fut frappée de plein fouet par une arme atomique le 6 août 1945. Cette attaque en était spécifiquement une, terroriste! On ne pourrait le nier! Elle visait à faire capituler l’Empire du Japon, en terrorisant son peuple, tout comme les exterminations nazies en furent tout autant terrorisantes pour; les juifs, les homosexuels, les handicapés, les vieillards, les pacifistes et les communistes –et probablement d’autres que j’oublie, sans parler de ce que les militaires nomment les «dommages collatéraux»…-. Trois jours plus tard, Nagasaki subit le même sort, et des centaines de milliers de japonais meurent, sans distinction civile ou militaire, comme pour  Hiroshima.

Depuis, les armes nucléaires sont devenues beaucoup plus puissantes. On ne calcule plus leur force en kilotonne, mais en mégatonne, et c’est par centaines qu’on compte ces mégatonnes. Des pays comme la Fédération de Russie ou les États-Unis d’Amérique en possèdent plusieurs dizaines de milliers. Elles sont mobiles ou fixes. Elles reposent dans les cales à bombes des bombardiers furtifs, dans les silos des sous-marins, dans des véhicules mobiles de toutes sortes. Elles sont sinon, dans des silos fixes. Le Cosmos pourrait en compter, sans que nous le sachions… Mais qu’importe, je ne veux pas là, faire l’étalage des armements modernes de notre ère, mais préciser que les États en détenant, président bel et bien ces rencontres bidons où elles s’assurent leur hégémonie.

https://i2.wp.com/www.stewwebb.com/israel_nuke.jpgD’autres, voyous pour autant, boycottent… Israël par exemple, boycotte cette rencontre, de peur que certains États arabes ne l’accusent d’avoir un programme nucléaire «secret», qui n’a plus rien de secret depuis longtemps. Elle évitera ainsi, de faire face à la «justice pour tous» que réserve le Club Sélect des propriétaires d’arsenaux nucléaires aux belligérants. De toute façon, elle n’allait pas en payer le prix à y assister, soyons sérieux! L’O.N.U., elle-même, n’est même pas capable d’en venir à bout, tellement «la démocratie pullule en cette instance». Les droits de Véto de certains États voyous limitent visiblement et conséquemment la démocratie de cette instance «démocratique» –Encore heureux que le nouvel «ami inconditionnel d’Israël» n’ai pas de droit de Véto!-. Israël peut donc faire ce que l’Iran ne peut pas faire, tant qu’elle est du bon côté, et qu’elle a des amis inconditionnels! Pourtant, durant la dernière décennie, ce n’était pas Téhéran qui colonisait le peuple voisin, et ce n’est pas Téhéran non plus, qui tirait du phosphore blanc sur une population civile à Gaza, ou sur celle du Liban. Téhéran n’a pas massacré plus de 2000 personnes ces dernières années, en violant des tas de règles internationales concernant les droits humains. C’est vraiment moche le gouvernement de Téhéran, et j’espère sincèrement que cette théocratie tombera, mais ce n’est pas mieux à Tel-Aviv. Alors pourquoi cet État voyou-ci, peut-il détenir des armes nucléaires, sans s’en faire accuser, et sans subir de sanction de la part de la communauté internationale ou même, des avertissements quelconques ou des inspections de la part de l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique?  Pourquoi Tel-Aviv peut-elle faire ce que Téhéran et Pyongyang ne peuvent pas? Pourquoi la double-mesure?

Les armes nucléaires, c’est bon ou mauvais? Ah……, ça dépend qui les possède, et ce qu’il défend comme idéologie… Je vois.

Abolissons les armes nucléaires, ou donnons-en à tout le monde! Washington n’a pas prouvé qu’elle fût apte à la retenue. Et Israël est déjà bien enfoncée dans le bourbier des crimes contre l’humanité, et toujours impunie pour ce. Ce sommet n’est que la prétention de certains États voyous, défendus par notre cher Stephen Harper, de préserver leur hégémonie vis-à-vis les arsenaux nucléaires, et les pouvoirs qui s’y rattachent.

https://i2.wp.com/www.inthesetimes.com/images/30/06/blood.jpg

Cette oligarchie de l’énergie nucléaire s’inquiète qu’une organisation terroriste puisse acquérir des armes nucléaires…., mais n’est-il pas trop tard?

Posted in Article | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Discours du Trône: Harper abandonnerait Kyoto

Posted by Libertad ! sur 11 octobre, 2007

65653.jpg

Ceci n’est pas un étonnement pour personne : le gouvernement conservateur de Stephen Harper souhaiterait abandonner le protocole de Kyoto. Raisons ? Il y a évidemment ses liens avec l’industrie pétrolière albertaine, l’impossibilité selon lui d’atteindre le 1/60 du chemin à parcourir pour les changements climatiques et aussi porter un coup bas contre l’opposition libérale et Stéphane Dion, celui qui nomma son chien Kyoto et qui est connu comme étant un défenseur de valeurs environnementales.

Harper n’est pas un imbécile, il sait pertinemment que si il fait voter une abolition des objectifs du protocole de Kyoto au parlement, cela forcerait les libéraux à voter pour lui, entraînant du même coup une série de moqueries venant de tout les côtés (dont le nôtre) et une sauvegarde du gouvernement conservateur car les libéraux sont très mal placés en ce moment pour des élections, surtout avec ce «chef». L’opposition officielle serait donc presque forcée de voter pour le discours du trône, en sachant évidemment les conséquences d’un sens, mais aussi de l’autre.

Harper imite de plus en plus son mentor, le président américain, qui use aussi de tactiques croches pour essayer de nuire aux autres, en gardant ainsi plus de pouvoir.

==> Lire la suite

Posted in Article | Tagué: , , , , , | 18 Comments »