Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Posts Tagged ‘Hypocrisie’

G20, sommet de l’hypocrisie

Posted by sylvainguillemette sur 26 juin, 2010

https://i2.wp.com/4.bp.blogspot.com/_eKiIHYo4X8g/S69BT0jzsgI/AAAAAAAAAUM/fZDSdWD_pco/s400/g20toronto.jpgUn sommet des plus hypocrites se tient à Toronto en fin de semaine. Il réunit les pays les plus industrialisés du monde, donc les plus riches et les plus influents sur l’économie capitaliste mondiale. Un sommet où, les paroles des électeurs du monde entier ne seront pas entendues. Un sommet où, on décidera de l’avenir économique, donc social, de ce même électorat mondial. Mais je ne m’attarderai pas à l’aspect économique, sachant que bien des camarades ont déjà bien fait l’exercice. J’aimerais plutôt regarder vers les aspects des politiques internationales qu’adopteront ces pays du G20 à l’égard de certaines nations qu’ils jugent, eux, menaçantes et voyous.

Aujourd’hui même, se discutent de nouvelles propositions de sanctions économiques à l’égard de l’Iran quant à ses prétendues intentions de se doter d’un arsenal nucléaire, et un avertissement ferme vis-à-vis Pyongyang, quant au probable torpillage d’un navire sud-coréen. Or, ces deux questions devraient être épineuses pour Ottawa, mais ça ne semble pas être le cas.

C’est qu’Israël, accusé par la communauté internationale (L’O.N.U. est souvent soumise à des condamnations majoritaires d’Israël, mais les droits de Veto bloquent toutes possibilités de punir efficacement ces crimes. Les droits de Veto sont utilisés par les États-Unis d’Amérique en général.)  de nombreux crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, dont des actes terroristes, est un allié inconditionnel d’Ottawa. Et Israël possède un arsenal nucléaire qu’elle n’a jamais déclaré, et elle refuse toujours de laisser entrer les agents de l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique,  pour qu’ils puissent’ inspecter ses installations nucléaires et son matériel militaire. Autrement, Tel-Aviv affiche la même fermeture que Saddam Hussein juste avant son renversement par Washington.

Pourquoi dans ce cas-ci, Ottawa n’est pas cohérente, et ne demande pas à Tel-Aviv, d’en faire autant que Téhéran, et de signer le Traité de Non-Prolifération nucléaire, tout en ouvrant ses portes à l’AIEA? Pourquoi Ottawa ne condamne t-elle pas chez Israël, ce qu’elle condamne –sans preuve à l’appui- en Iran? Pour Ottawa, l’Iran ne doit pas posséder d’armes nucléaires, mais Israël, elle, le peut. Pourtant, dans la dernière décennie, la seule de ces deux nations qui ait massacré des milliers de civils de quelques nations étrangères, dans des actes terroristes très terrorisants, et à l’aide d’Armes de Destruction Massive, c’est Israël. Alors pourquoi Ottawa tient-elle ce ton à l’égard de l’Iran, tout en défendant tous les actes barbares d’Israël? Une chose est certaine, les conservateurs canadiens s’immisceraient dans un conflit Israël-Iran, comme ils auraient bien aimé le faire en Irak aux côtés de George W. Bush Jr. Les contrats de reconstruction, les ressources naturelles et humaines, ce n’est qu’un beau tas de facteurs appelant à faire fi de la réalité sociale après tout. Que l’Iran veuille se doter de ce que possède illégalement Israël, autrement dit, ça ne gêne pas Ottawa. C’est aussi simple que cela.

Quant à la Corée du Nord, fort condamnable pour sa dictature sur le prolétariat, je ne vois point l’intérêt de la condamner pour ce qu’elle a peut-être fait, que son ennemie lui a fait également. En novembre 2009 dernier, un acte semblable au torpillage de la corvette sud-coréenne fut attribué aux forces sud-coréennes et états-uniennes. Ottawa n’est pas sortie sur la place publique et n’a pas déchiré sa chemise sur ce cas. Et cela s’explique par un aveuglement volontaire et idéologique. Aussi, Ottawa peut bien pleurer que Pyongyang soit devenue une puissance nucléaire, alors qu’elle ferme les yeux sur les milliers de têtes nucléaires états-uniennes basées en Corée du sud, et prêtes à faire feu.

La réalité ici, c’est que ce G20 réunie un tas d’hypocrites. Dont les conservateurs d’Ottawa. La dictature sur le prolétariat en Corée du nord n’a rien à voir avec le socialisme d’une part, et la dictature théocratique de l’Iran, n’a rien de pire que celle des suprématistes et sionistes d’Israël. Une arme nucléaire, c’est une arme nucléaire. À qui qu’elle soit. Et des excès de violence, comme le torpillage (si la preuve est faite, ce n’est pas le cas…) de la corvette sud-coréenne dans des eaux non revendiquées par Séoul, ça n’est pas très différent de la guerre illégale de l’Irak ayant fait plus d’un million de morts, ou des attaques israéliennes à Gaza et au Liban qui ont fait elles, des milliers de morts chez les civils.

Bref, nos conservateurs à Ottawa ne sont que des hypocrites, et c’est à nos frais, qu’ils le sont! Sortez! Allez à Toronto, ceux qui le peuvent! Renversez ces barrières, empêchez ces sommets antidémocratiques et hypocrites!

Publicités

Posted in Article | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 10 Comments »

Nouvelles internationales… (Voltaire http://www.voltairenet.org/fr)

Posted by sylvainguillemette sur 13 mai, 2010

Honduras : l’ONU s’émeut des assassinats de journalistes, pas RSF

L’association française Reporters sans frontières n’a pas placé le Honduras dans sa liste des Etats prédateurs de la liberté d’expression, publiée le 3 mai, à l’occasion de la Journée internationale de la liberté de la presse. L’ONG pro-US estime qu’il n’est pas établi que ces meurtres soient liés au contexte politique et que l’actuel gouvernement est démocratique.

Le 28 juin 2009, un coup d’Etat militaire, orchestré par les Etats-Unis, a renversé le président élu Manuel Zelaya et placé au pouvoir Roberto Micheletti. Le 29 novembre, la junte a convoqué des élections et déclaré vainqueur Porfirio Lobo Sosa. Le nouveau régime a fait appel à des experts israéliens du maintien de l’ordre. La répression s’est concentrée sur des assassinats ciblés, dont ceux de journalistes.

Le 10 mai 2010, le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la promotion et la protection des droits à la liberté d’expression et d’opinion, Frank La Rue, le Rapporteur spécial sur les exécutions sommaires, extrajudiciaires ou arbitraires, Philip Alston, et la Rapporteuse spéciale sur la situation des défenseurs des droits de l’homme, Margaret Sekaggya, ont appelé les autorités honduriennes à faire toute la lumière sur les sept assassinats de journalistes survenus en six semaines dans le pays.

http://www.voltairenet.org/article165370.html

—————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————-

Les généraux de l’Atlantic Council honorent leur partenaire humanitaire

Le U.S. Atlantic Council —principale association de soutien à l’OTAN— a décerné ses prix annuels, lors d’un prestigieux dîner de gala, 28 avril 2010 à Washington.

Parmi les personnalités présentes, on remarquait Mikhail Saakachvili (président de la Géorgie), Aleksander Kwasniewski (ancien président de Pologne), José Maria-Aznar (ancien chef du gouvernement espagnol), plus d’une cinquantaine d’ambassadeurs et d’une centaine de généraux, dont Brent Scowcroft (ancien conseiller de sécurité nationale) et Mike Muller (chef d’état-major interarmes). L’ancien président George H. Bush, qui n’avait pu faire le déplacement, s’est exprimé par vidéo.

Les généraux Stéphane Abrial (France) et James Mattis (USA) ont reçu le prix des leaders militaires pour avoir réussi à réintégrer la France sous le commandement de l’OTAN et à l’avoir engagée en Afghanistan. Recevant cette distinction, le général Abrial (ancien chef du cabinet militaire du Premier ministre Jean-Pierre Raffarin) a raillé l’orgueil d’un De Gaulle, tandis que le général Mattis a salué la décision du président Sarkozy de mettre un terme à la politique gaulliste.

Josef Ackermann, directeur de la Deutsche Bank, a reçu le prix des leaders économiques pour avoir stabilisé les marchés financiers après les attentats du 11-Septembre et pour avoir sauvé le capitalisme lors de la crise financière mondiale. Le banquier suisse, qui a épousé une finlandaise, avant de quitter son pays pour diriger une banque allemande et soutenir les Etats-Unis, a appelé à la maîtrise de la globalisation.

Cette année, l’U.S. Atlantic Council a innové en créant un prix des leaders humanitaires pour encourager la nouvelle politique du smart power, c’est-à-dire l’usage de l’aide humanitaire pour susciter l’américanophilie. La distinction a été décernée au chanteur Bono pour avoir mobilisé l’opinion publique internationale notamment en faveur de la lutte contre la pauvreté en Afrique. Il a été présenté à l’assistance par ses amis le sénateur John McCain et le général James Jones (actuel conseiller de sécurité nationale). Tous l’ont félicité pour l’excellent travail de communication qu’il a réalisé en lien avec le Pentagone.

Enfin, l’ancien président Bill Clinton a reçu le prix des leaders internationaux pour l’ensemble de son oeuvre, notamment l’élargissement de l’OTAN, les accords de Dayton démantelant l’ancienne Yougoslavie, et les négociations pour maintenir l’Irlande du Nord au sein du Royaume-Uni.

http://www.voltairenet.org/article165371.html

Posted in Article | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Faisal Shahzad accusé de faire ce que fait Washington

Posted by sylvainguillemette sur 6 mai, 2010

https://i2.wp.com/www.emarrakech.info/photo/653457-796445.jpgFaisal Shahzad s’est fait arrêter par les autorités policières états-uniennes, heureusement, avant qu’il parte pour le Pakistan. Il a heureusement également, raté son attentat, qui aurait coûté la vie à plusieurs passants, dont certains d’entre ceux-là, étaient des innocents aux premières observations*. Ce qui est toutefois questionnable, c’est la méthode d’accusation, et les propos terriblement hypocrites du président Barack Obama.

Faisal Shahzad sera inculpé de cinq chefs d’accusation, dont deux d’entre eux seront; Acte terroriste, tentative d’utilisation d’une Arme de Destruction Massive. Cela implique donc qu’il y ait eu, un acte terroriste. Nous pourrions condamner Faisal Shahzad pour avoir terrorisé une population, de par toute la mise en branle que son opération a suscité. Nous pourrions l’accuser d’avoir désiré commettre un attentat terroriste, mais celui-ci n’a pas eu lieu finalement, puisque la bombe artisanale n’a pas éclaté. Ce qui nous amène donc à dire que, Faisal Shahzad n’a pas commit d’acte terroriste, puisqu’il a échoué et qu’il n’est donc pas passible d’une telle accusation. La volonté y était, et c’est tout ce dont on peut l’accuser.

Maintenant, en ce qui concerne l’accusation d’avoir voulu utiliser une ADM, cela n’a tout simplement aucun sens. Car, les armes conventionnelles utilisées par nos forces (canadiennes), par celles de l’OTAN, et par celles de tous les pays de la planète pratiquement, qui ont les moyens de posséder une armée conventionnelle, sont définitivement plus puissantes que celle concoctée par Faisal Shahzad. Nous fabriquons donc tous, et utilisons donc tous, selon le constat de Washington, des Armes de Destruction Massive. Votre Barbecue en est peut-être une! L’explosion qui aurait retenti de cette arme artisanale, n’aurait en rien été comparable aux bombes larguées par nos F-18. L’explosion de cette arme artisanale, si elle s’inscrit dans les Armes de Destruction Massive, aurait tout de même été moindrement puissante que celles que nous utilisons constamment. Ce qui m’amène à dire que, nous possédons des ADM, et que nous les utilisons, cela, en toute contradiction avec les accusations que l’on porte contre nos ennemis idéologiques. Bref, les ADM que Faisal Shahzad n’a pas droit de posséder et d’utiliser, sont permises à l’OTAN, et à ses membres, tant qu’ils respectent les intérêts suprêmes de la bourgeoisie internationale. Autrement dit, Washington nous dit : «Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais, et ce que mes alliés font!»

D’autre part, dans l’ordre de la double mesure, le président Barack Obama ne laisse pas sa place! Il invite sa population à ne pas céder «à la peur, à la terreur et aux intimidations». Or, là encore, les contradictions se multiplient comme des microbes. Puisque les discours «de peur, de terreur et les intimidations», sont monnaie courante lorsque Washington, pour faire plier les autres États à ses caprices d’Empire, verbalise avec ses interlocuteurs. Ne prenons par exemple que l’Iran, que Washington fustige de sanctions, tout en possédant elle-même, ce dont elle accuse l’Iran de vouloir posséder. Une arme nucléaire! Une ADM! Aussi, ces discours de chantage furent ceux émis avant l’invasion illégale de l’Irak, et de tous les autres pays qui ont subi d’ailleurs, l’occupation du maître des ADM. Jamais les États-Unis d’Amérique n’ont considéré leurs interlocuteurs comme des égaux, mais plutôt, comme des faibles, qu’il fallait de plus, en négociant, menacer, terroriser et faire plier sous le chantage.

S’il fallait accuser tout le monde possédant l’équivalence en explosifs, de la bombe artisanale de Faisal Shahzad, il n’y aurait plus une seule armée sur Terre, qui ne soit pas du lot de terroristes. S’il fallait que l’on accuse de terrorisme, chaque acteur qui propose la terreur comme solution miracle aux mésententes, toutes les armées du monde y passeraient, y compris la nôtre, qui terrorise les afghans sur leur propre territoire. S’il fallait que chaque «volonté de terroriser» soit considérée comme un acte de terrorisme, encore là, les États-Unis d’Amérique seraient le berceau du terrorisme, avec d’autres États de leur calibre. Combien de fois les États-Unis d’Amérique ont-ils envahi  ou menacé d’envahir d’autres États, qu’ils ne considéraient pas comme légitimes? Combien de fois Washington a-t-elle menacé d’utiliser l’arme nucléaire contre d’autres États, elle qui accuse ces autres États de vouloir posséder ce qu’elle possède, et d’en faire, ce que seule, elle, a finalement osé en faire contre les civils japonais (À deux reprises!)?

Faisal Shahzad est certainement une vermine qui voulait tuer des gens, et il doit payer pour son crime. Cela dit, les États-Unis d’Amérique ont tellement terrorisé de populations au niveau mondial, qu’il est infaillible qu’ils soient détestés par certains. Des bombes comme celle qui n’a pas explosé au Times Square, les États-Unis d’Amérique en ont larguées des tonnes sur des populations pourtant civiles (Au Vietnam, Washington a largué plus de 2 000 000 de tonnes de bombes!)! Jamais on ne les a accusés de terrorisme! Jamais on ne les a accusés de posséder des ADM! Et pourtant!

Les États-Unis d’Amérique ont, semble-t-il, ce droit immuable de faire ce qu’ils interdisent aux autres, et la communauté internationale ici, n’ose pas parler, de peur de se faire «intimider, de se faire terroriser et de se faire punir» à son tour par l’Empire qu’est Washington. Il serait également opportun pour moi, de dénoncer ce que font finalement les forts, contre leurs plus faibles ennemis. Dans le camp de Varsovie, sous occupation allemande-nazie, les juifs qui tentaient de se battre contre les gardiens allemands-nazis, étaient selon ces derniers, des terroristes! Ce qu’il faut comprendre, c’est que toutes les guerres sont terrorisantes et que lorsque les faibles réussissent à frapper distinctement les forts, ceux-ci taxent les faibles de terroristes par vengeance. Par exemple, Faisal Shahzad ne disposait pas d’avion bombardiers, qui pourtant, aurait causé bien plus de dommages qu’une arme artisanale telle qu’il a conçu la sienne. Des bombardiers plus puissants que le bombe de Faisal Shahzad, les États-Unis d’Amérique en utilisent tous les jours en Irak, ou en Afghanistan.

C’est simple! Si vous osez attaquer l’Empire, même avec des moyens de pacotille, qu’elle utilise elle aussi, vous n’êtes qu’une saleté de terroriste, et non pas un militant pour votre cause! Les seuls «gentils», sont ceux qui possèdent les armes de destruction massive modernes et le Capital!

*Comment justifier l’innocence, quand son pays envahit puis occupe d’autres pays, quand son pays possède des ADM (Dont au moins 5000 armes nucléaires, que l’on refuse à Téhéran!), quand son pays renverse (Plus de 45!) des États à travers la planète pour satisfaire son impérialisme, quand son pays pratique et prône le terrorisme (Une bombe de 500 kilos qui tombe sur votre maison, croyez-moi, c’est terrorisant!) à sens unique, quand son pays pratique l’internement illégal (Guantanamo et les autres prisons secrète, sinon, les 5 cubains…), quand son pays pratique la torture, quand son pays ne respecte bref, pas les règles qu’il entend imposer aux autres?

Posted in Article | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Sommet sur la sécurité nucléaire ou sur le commerce nucléaire? par Manlio Dinucci*, Tommaso di Francesco

Posted by sylvainguillemette sur 14 avril, 2010

Le président Obama a convoqué un sommet de chefs d’Etat pour les mettre en garde contre un possible vol de matières nucléaires par des terroristes qui voudraient fabriquer une bombe atomique. Bien sûr, vu le prix de ces matériaux personne n’entend se les faire voler et n’a besoin des conseils de l’Oncle Sam.

Autre chose se joue au sommet de Washington : la régulation et le partage d’un gigantesque marché…

Ce qui a commencé hier à Washington, et se termine aujourd’hui, est le plus grand sommet convoqué ces 65 dernières années par un président des Etats-Unis : y participent, à Washington, les chefs d’Etat et de gouvernement de 47 pays.

Thème central, la « sécurité nucléaire ». Le président Obama a de fait tiré la sonnette d’alarme : « Le danger le plus immédiat, et extrême, est aujourd’hui le terrorisme nucléaire ». A cette menace, poursuit-on à Washington, s’ajoute celle de la prolifération nucléaire : on accuse ainsi l’Iran, et dans la foulée la Corée du Nord, de poursuivre des ambitions nucléaires, en violant le Traité de non-prolifération (TNP). La proposition de base, faite par Obama au Sommet, est de renforcer le contrôle de tous les quantitatifs d’uranium hautement enrichi et de plutonium.

Mais paradoxalement ce sont justement les Etats-Unis et les autres puissances nucléaires, protagonistes du sommet de Washington, qui favorisent la prolifération de ces armes. Dans une situation où un petit groupe d’Etat prétend garder la possession des armes nucléaires, et continue à les moderniser, il est de plus en plus probable que d’autres essaient de se les procurer. En plus des neuf pays qui les possèdent, il y en a au moins 40 en mesure de les fabriquer.

Il n’existe de fait pas une séparation nette entre usage civil et usage militaire de l’énergie nucléaire et, par les réacteurs, on extrait de l’uranium hautement enrichi et du plutonium adaptés à la fabrication d’armes nucléaires. On calcule que la quantité disponible dans le monde permettrait de fabriquer plus de 100 000 armes nucléaires, et on continue à en produire des quantités croissantes : plus de 130 réacteurs nucléaires « civils » produisent de l’uranium hautement enrichi, adapté à la fabrication d’armes nucléaires.

Ce que font les Etats-Unis, promoteurs du sommet, pour garantir la « sécurité nucléaire », est démontré par les faits. Le 29 mars, ils ont conclu avec New Delhi un accord sur la base duquel ils fourniront à l’Inde du combustible nucléaire « éteint » à recycler, en en extrayant de l’uranium et du plutonium. Se trouve ainsi opérationnalisé l’accord stipulé en 2008 par l’administration Bush, qui prévoit la fourniture à l’Inde de matériel fissile et de technologie nucléaire.

En échange, l’Inde s’engage à adhérer « en partie » au TNP, en soumettant à des inspections 14 sites nucléaires civils mais en conservant 8 militaires non sujets à des inspections. Les programmes de New Delhi prévoient un développement exponentiel de l’industrie nucléaire qui ouvre un marché de plus de 150 milliards de dollars, auxquels les USA veulent accéder avec la vente de réacteurs et de technologies de fait à double usage, civil et militaire. Ces derniers se trouvent cependant en concurrence avec la Russie, qui a signé un gros accord pour la fourniture de technologies nucléaires à l’Inde.

A cette même table du sommet, avec le Premier ministre indien (qu’Obama a rencontré la veille, pour officialiser l’accord), siège celui du Pakistan, allié des USA qui n’a jamais adhéré au TNP. Comme l’Inde, celui-ci possède un arsenal estimé à 70-90 armes nucléaires. A présent, confirme le New York Times (12 avril), face à l’accord Washington-New Delhi, le Pakistan est en train de construire trois nouveaux sites pour réaliser « une seconde génération d’armes nucléaires ».

Et à cette même table siège aussi l’autre allié des USA, Israël (représenté par le ministre du Renseignement et de l’Energie atomique, Dan Meridor), qui n’adhère pas au TNP et n’admet pas officiellement posséder des armes nucléaires, tout en en possédant des centaines. Hors de tout contrôle, Israël a accumulé une quantité de plutonium pour armes nucléaires estimée à environ un demi quintal, et continue à en produire des dizaines de kilos par an. L’Iran par contre n’a pas été invité, lequel adhère pourtant au TNP et ne possède pas d’armes nucléaires. Et, à côté d’Israël, siègent la France qui a fourni à Israël son premier réacteur pour la fabrication d’armes nucléaires, et l’Allemagne qui, avec les Etats-Unis, a contribué à la potentialisation des forces nucléaires israéliennes en lui fournissant trois sous- marins Dolphin en capacité de lancer des missiles nucléaires.

Mais, pour ne pas faire de tort aux pays arabes, les Etats-Unis ont signé une série d’accords pour la fourniture de technologies nucléaires et de matériel fissile aux Emirats arabes unis, à l’Arabie saoudite, à Bahreïn, à l’Egypte, au Maroc et à l’Algérie.

Une grande campagne promotionnelle s’est ainsi ouverte —à laquelle participent aussi la France, le Japon, la Russie et la Chine— pour vendre des centrales nucléaires clé en main au Moyen Orient et à l’Afrique du nord. On diffuse ainsi les technologies « civiles » qui mettent d’autres pays en mesure de construire des armes nucléaires. Tout cela à l’enseigne de la « sécurité nucléaire ».

par Manlio Dinucci*, Tommaso di Francesco

Source: http://www.voltairenet.org/article164928.html

Posted in Article | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Hégémonie Nucléaire

Posted by sylvainguillemette sur 12 avril, 2010

Notre Premier Ministre Stephen Harper est aujourd’hui à Washington, afin d’assister au Sommet sur la sécurité nucléaire internationale. Les chefs d’État de près d’une cinquantaine de pays y sont invités pour discuter, des diverses situations qui pourraient se conclure si certains groupes «terroristes» accédaient à des armes nucléaires, ou toute autre matière radioactive qui pourrait constituer une arme dite «sale».

Mais outre la «bonne volonté» de ces pays, n’y a-t-il pas une limite à nous prendre pour des cons, à nous croire si dupes? Pourquoi certains États sont-ils immunisés des sanctions qui sont discutées contre d’autres? Pourquoi y a-t-il certains autres États détenant des armes nucléaires, dont tout le monde connait l’existence, qui puissent ainsi boycotter une telle rencontre, sans même là, attirer l’attention, au moins autant que l’Iran –dont on ne détient pas les preuves d’une réelle volonté d’acquérir des armes nucléaires-? Pourquoi d’autres États, gouvernant souvent ce type de sommet, sont-ils permis de posséder des armes nucléaires et d’en faire l’usage, et de commettre des actes aussi terrorisants que ceux perpétrés par ceux qu’on nomme «terroristes» pour ces raisons précises? Pourquoi, comme pour les autres, ne feraient-ils pas face à leurs fautes, voire à leurs crimes?

https://i0.wp.com/newsjunkiepost.com/wp-content/uploads/2009/08/hiroshima_wideweb__430x323.jpgDepuis l’existence de la bombe atomique, les États-Unis d’Amérique furent les seuls à utiliser une telle abomination contre une population, civile de plus. Le Japon rendait les armes lorsqu’Hiroshima fut frappée de plein fouet par une arme atomique le 6 août 1945. Cette attaque en était spécifiquement une, terroriste! On ne pourrait le nier! Elle visait à faire capituler l’Empire du Japon, en terrorisant son peuple, tout comme les exterminations nazies en furent tout autant terrorisantes pour; les juifs, les homosexuels, les handicapés, les vieillards, les pacifistes et les communistes –et probablement d’autres que j’oublie, sans parler de ce que les militaires nomment les «dommages collatéraux»…-. Trois jours plus tard, Nagasaki subit le même sort, et des centaines de milliers de japonais meurent, sans distinction civile ou militaire, comme pour  Hiroshima.

Depuis, les armes nucléaires sont devenues beaucoup plus puissantes. On ne calcule plus leur force en kilotonne, mais en mégatonne, et c’est par centaines qu’on compte ces mégatonnes. Des pays comme la Fédération de Russie ou les États-Unis d’Amérique en possèdent plusieurs dizaines de milliers. Elles sont mobiles ou fixes. Elles reposent dans les cales à bombes des bombardiers furtifs, dans les silos des sous-marins, dans des véhicules mobiles de toutes sortes. Elles sont sinon, dans des silos fixes. Le Cosmos pourrait en compter, sans que nous le sachions… Mais qu’importe, je ne veux pas là, faire l’étalage des armements modernes de notre ère, mais préciser que les États en détenant, président bel et bien ces rencontres bidons où elles s’assurent leur hégémonie.

https://i2.wp.com/www.stewwebb.com/israel_nuke.jpgD’autres, voyous pour autant, boycottent… Israël par exemple, boycotte cette rencontre, de peur que certains États arabes ne l’accusent d’avoir un programme nucléaire «secret», qui n’a plus rien de secret depuis longtemps. Elle évitera ainsi, de faire face à la «justice pour tous» que réserve le Club Sélect des propriétaires d’arsenaux nucléaires aux belligérants. De toute façon, elle n’allait pas en payer le prix à y assister, soyons sérieux! L’O.N.U., elle-même, n’est même pas capable d’en venir à bout, tellement «la démocratie pullule en cette instance». Les droits de Véto de certains États voyous limitent visiblement et conséquemment la démocratie de cette instance «démocratique» –Encore heureux que le nouvel «ami inconditionnel d’Israël» n’ai pas de droit de Véto!-. Israël peut donc faire ce que l’Iran ne peut pas faire, tant qu’elle est du bon côté, et qu’elle a des amis inconditionnels! Pourtant, durant la dernière décennie, ce n’était pas Téhéran qui colonisait le peuple voisin, et ce n’est pas Téhéran non plus, qui tirait du phosphore blanc sur une population civile à Gaza, ou sur celle du Liban. Téhéran n’a pas massacré plus de 2000 personnes ces dernières années, en violant des tas de règles internationales concernant les droits humains. C’est vraiment moche le gouvernement de Téhéran, et j’espère sincèrement que cette théocratie tombera, mais ce n’est pas mieux à Tel-Aviv. Alors pourquoi cet État voyou-ci, peut-il détenir des armes nucléaires, sans s’en faire accuser, et sans subir de sanction de la part de la communauté internationale ou même, des avertissements quelconques ou des inspections de la part de l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique?  Pourquoi Tel-Aviv peut-elle faire ce que Téhéran et Pyongyang ne peuvent pas? Pourquoi la double-mesure?

Les armes nucléaires, c’est bon ou mauvais? Ah……, ça dépend qui les possède, et ce qu’il défend comme idéologie… Je vois.

Abolissons les armes nucléaires, ou donnons-en à tout le monde! Washington n’a pas prouvé qu’elle fût apte à la retenue. Et Israël est déjà bien enfoncée dans le bourbier des crimes contre l’humanité, et toujours impunie pour ce. Ce sommet n’est que la prétention de certains États voyous, défendus par notre cher Stephen Harper, de préserver leur hégémonie vis-à-vis les arsenaux nucléaires, et les pouvoirs qui s’y rattachent.

https://i1.wp.com/www.inthesetimes.com/images/30/06/blood.jpg

Cette oligarchie de l’énergie nucléaire s’inquiète qu’une organisation terroriste puisse acquérir des armes nucléaires…., mais n’est-il pas trop tard?

Posted in Article | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »