Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Posts Tagged ‘individualisme’

La pauvreté (Genevieve Vadeboncoeur)

Posted by sylvainguillemette sur 30 juin, 2010

https://i2.wp.com/www.lcr-lagauche.be/cm/images/worker.jpgLa pauvreté n’est pas un concept nouveau vous me direz. Il est vrai qu’il y a deux cents ans, la pauvreté était déjà un thème sur lequel se penchaient les économistes. Même Adam Smith, père fondateur de la science économique, s’en préoccupait tout en intitulant son ouvrage «Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations». Mais, dans un passage de son livre (souvent cité aujourd’hui pour justifier le concept de pauvreté), M.Smith définissait déjà à cet époque la pauvreté en termes de conditions d’existence. Faisant ainsi un rapprochement entre la condition sociale et l’économie. Il distingue, entre autre, parmi les biens nécessaires, «ceux qui permettent à la personne pauvre d’apparaître en public sans avoir honte et qui lui donne un accès social (…) un espace de fonctionnement».

La pauvreté aujourd’hui est cependant plus visible, plus intense et actuellement très médiatisée. Elle apparaît encore aujourd’hui en terme d’exclusion et elle est souvent rendue dans un discours pessimiste d’individus bénéficiaires de services. On ne présente plus l’homme pauvre comme acteur de changement social, mais plutôt comme étant confiné dans un rôle déterminé à l’intérieur de conditions précaires d’existences qui s’étalent de plus en plus. Les petites gens ne se retrouvent plus seulement dans les ghettos, mais dans tous les quartiers. Ce sont de nouvelles configurations de précarité qui se prolongent à l’intérieur même du lieu de travail. Ce dernier n’assure plus la garantie d’une insertion sociale, tel que les recherches antérieures en santé en faisaient état. En outre, l’individu est en constante interaction avec les différents systèmes  où la construction même de ces systèmes est issue de la confluence des classes sociales. Mais peut-on encore penser le concept des classes sociales pour expliquer la pauvreté? Certains de droite me diront que je suis dépassée. Mais je leur répondrais à mon tour par les questions suivantes :

S’agit-il d’une pauvreté de classe comme ce fut le cas lors de l’industrialisation des sociétés occidentales, ou s’agit-il d’une pauvreté éclatée, par poches territoriales, par catégories sociales, ou même par individu, quelque soit les groupes d’appartenance?

Pour répondre à ces questions, la pauvreté doit d’abord être positionnée dans son  évolution historique.Reprenons l’idée de Karl Marx, la classe sociale s’est exprimée à l’intérieur d’un écart massif entre deux groupes: ceux possédants les moyens de production et les non possédants. En effet, il est vrai de dire que le capitalisme s’est accompagné d’une organisation de la société autour de la notion de travail et de la possession. Mais durant les années que l’on nomme «les trente glorieuses», la croissance macroéconomique s’est accompagnée d’une forte réduction du taux de pauvreté. L’’image proposée à cet époque était que «la marée montante met à flot tous les bateaux». Les gens de droite se reconnaîtront dans cette explication. En effet, on explique par cette croissance économique qu’une profusion de travail assurait aux dires des acteurs concernés (gouvernement et compagnie) la diminution de l’écart entre les classes sociales tel que les ouvriers l’ont connu dans les années auparavant. Derrière cette concomitance, on y a tout de suite vu une causalité durable; la croissance devait éliminer la pauvreté et le concept des classes sociales. Le travail durant cet époque devenait un moyen de permettre un rapprochement entre les dominants (possédants les moyens de productions)  et les dominés (fabriquant les biens). Par les regroupements syndicaux, aux conventions collectives, on donna naissance à la classe moyenne (octroyant un plus grand pouvoir de consommation des biens). Mais en plus de créer une classe tampon pour éviter le clash des classes, le travail devient un moyen d’avoir un sentiment d’utilité sociale (objectifs collectifs) et de se positionner socialement (qui permets la flexibilité et la malléabilité entre les classes sociales). Il devient donc un vecteur d’identité et de statut social. Il permet en outre de consommer, de favoriser son indépendance et assure un réseau de sociabilité.

Mais permettez moi de rappeler un fait primordial. A cette époque, l’absence de travail était amortie par la redistribution collective qui assure à l’individu une place confortable en société (redistribution équitable des richesses). La classe sociale n’apparaît plus comme une donnée sectionné en deux parties. Mais la notion de classe se pose tout de même à l’intérieur même d’un groupe d’individu issu de la nouvelle classe moyenne. Pour ma part, cette interclasse est devenue relativement homogène sur le plan des revenus et de l’accès à la consommation, mais restait différenciée au plan culturel et dans son mode de vie autant sur le plan politique et institutionnel, bien que l’accessibilité  élargie à l’éducation permît une plus grande mobilité sociale ascendante.

Il y a effectivement eu une amélioration du statut des travailleurs grâce à  la législation sociale et une résorption des inégalités les plus criantes. De plus, les catégories professionnelles se sont diversifiées. Mais pourtant, le partage des richesses aujourd’hui demeure encore très inégalitaire et affecte même le lieu de travail. Nous constatons que le rapport de force demeure, mais se présente de façon plus élancée. Parlons alors de la flexibilité comme étant le maître mot de la précarisation des emplois et de la transformation de son rôle au plan de l’explication des classes sociales. Le transfert des rapports de forces vers l’extérieur des lieux même de travail (en autre avec l’arrivée de la zone de libre échange), crée ainsi des conditions précaires qui s’étalent à différents individus et groupes sous différents territoires (femmes, immigrants et jeunes par exemple).  Les patrons brisent le contrat social établi dans les trente glorieuses qu’ils avaient avec les employés.

Laissant ainsi la mobilité économique dans une errance sociale, sans ancrage collectif comme autrefois. Alors, dans cette nouvelle configuration des rapports sociaux, on ne peut se limiter à une explication marxiste classique des classes sociales, soit le prolétaire et le bourgeois. On doit aussi prendre en compte les rapports dans le hors travail qui structurent des « groupes hors classes » qui gravitent hors du système direct de production  ( la mafia par exemple) et des classes « non-classes », tel les prisonniers ou les itinérants.

Mais plutôt que d’enrayer le concept des classes pour expliquer la pauvreté, n’est-ce pas alors son interprétation qui fait défaut mes chers amis de la droite? On peut se poser la question. En effet, la reprise actuelle démontre que la pauvreté résiste à l’amélioration des conditions économiques tel que défendu par nos chers gouvernements. Cela peut s’expliquer par la nature même de cette croissance qui fait appel, à travers ses grands changements technologiques, à une main-d’œuvre que l’ont veut de plus en plus qualifiée et laisse aux pauvres, les tâches subalternes.

La croissance s’accompagne dès lors d’un accroissement significatif de l’inégalité entre les groupes, mais aussi à l’intérieur même de ces groupes. En outre, je crois que nous sommes face à une nouvelle forme de pauvreté. Elle n’est pas obligatoirement  due à la reproduction sociale, mais acquise et entretenue dans un processus social et économique qui n’est pas amorti par notre État actuel : on ne naît pas pauvre, on le devient dans un système où la protection sociale ne permet pas la redistribution équitable des richesses.

Le cumul de différents facteurs entretient l’engrenage de la pauvreté  et elle est signe selon moi d’un dysfonctionnement social et non comme une pathologie individuel issue d’un seul et unique rapport de force économique. Comme le mentionne Robert Castel dans son ouvrage « De l’indigence à l’exclusion» :

La pauvreté apparaît comme la résultante d’une série de rupture d’appartenances et d’échecs à constituer un lien qui, finalement, projettent le sujet en état de flottaison, dans une sorte de no man’s land social.

L’individu productif n’est plus à l’intérieur du bateau collectif. Les propriétaires des moyens de productions se l’ont approprié et mettent par dessus bord les ouvriers issues de différents groupes. Certains se noient, d’autres survivent du mieux qu’ils peuvent la tête hors de l’eau. Cette image démontre la disparité et l’étalement entre la protection sociale et le pouvoir économique. Par conséquent, le travail n’est plus qu’un élément parmi d’autres dans la formation des identités sociales sur ces différentes îles. Le genre (homme/femme), la génération (les groupes d’âge), les loisirs pratiqués et les modes de consommation sont tout aussi importants.

Le constat que l’on peut poser actuellement pour appuyer notre nouvelle analyse de l’impact des classes sociales sur la pauvreté  est que  l’individualisme de masse limite désormais toute possibilité d’organisations sociales et d’actions collectives en laissant derrière lui une consommation conditionnée. La consommation est devenue le centre des rapports entre les individus. Une « sorte de consumérisme individualiste et passif » qui amène une symbolique particulière selon notre appartenance.  En effet, les rapports sociaux reliés à la consommation restent inégalitaires à l’intérieur des groupes,  à l’intérieur des territoires sur lequel l’individu se trouve et des cultures. Les conditions de vie des individus dépendent largement de leur appartenance à un groupe ou à un autre, de la position sociale de ce groupe en tant que dominant ou dominé. Et ces inégalités sont amplifiées par les processus d’exclusion et de domination entre les hommes et les femmes.

Posted in Article | Tagué: , , , , , , , | 6 Comments »

De la pathologie individuelle, à la pathologie sociale

Posted by sylvainguillemette sur 2 mai, 2010

Un lien étroit existe entre la transformation de notre société et le mal vécu subjectivement par les hommes et les femmes de notre société. Trop souvent, on fait état d’un mal individuel qui à mon avis, découle davantage des failles de notre système capitaliste. Voici mon point :

Si nous reculons de quelques décennies, nous pouvons constater que l’étau des interdits était contrôlé par l’Église par l’explication idéalisée des problèmes collectifs et individuels. Or, si l’individu se croit libéré des interdits, ce qui permet un développement sans entraves, il vit dans la crainte de ne pas être à la hauteur de cet impératif de liberté. L’obsession du pêché est remplacée par la peur de la panne, la peur de l’impuissance, d’où le tableau clinique que nous retrouvons souvent en séance de thérapie : dépression, sentiment de vide intérieur, indifférence, etc. L’ère de l’individualisation des malaises. Pour reprendre la formule de Robert Elias : nous sommes de plus en plus une société des individus et non une société prônant une vision globale et commune.

Toutefois, rappelons-nous d’un principe élémentaire : chacune des conceptions subjectives d’un problème individuel est construite dans un contexte social particulier. L’individu naît du social et le social est l’individu. Cette liaison dépend donc de la spécificité d’un peuple, de son histoire, de son évolution… bref, de son continuum et ses configurations structurelles. Impossible de penser la société en dehors d’un phénomène de mouvement continu et de changement.

Si nous nous fions à l’individualisme américain étudié par Alan Enrhenberg, nous comprenons que pour lui, l’individu est par lui-même une institution : il s’autogouverne, se détermine et agit par lui-même. Il doit être libre de ses choix pour son accomplissement personnel. Si nous nous appuyons sur un fond puritain en analysant le rapport de l’homme en lien avec une vision idéaliste, certes nous pouvons mentionner qu’il s’agit d’un agent moral indépendant voué à la quête de la liberté. Cependant, cette conception de l’autonomie est dépassée et devient de plus en plus difficile à préserver dans une société qui se complexifie et dans laquelle les rapports sociaux se dépersonnalisent. Nous pouvons donc comprendre dans ce contexte d’évolution, l’importance qu’a jouée le développement de la psychologie. Elle peut être considérée comme un apport ou comme un support permettant à l’individu de conserver ou de retrouver une apparence d’autonomie dans une société qui se modifie. Cette façon de traiter les problèmes s’est imposée par une psychologie du Moi. Toutefois, je questionne : être soi-même, c’est d’avoir la capacité à exercer son autonomie dans le monde social. Non? Nous recherchons alors à travers les traitements, à favoriser l’adaptation sociale d’un individu, mais sans jamais re-questionner l’évolution de cette même société. Comme si cette évolution était en dehors de nous, en dehors de notre contrôle. Depuis 20 ans, il y a pourtant éclosion de diagnostics, tels que : dépression, personnalité borderline, personnalité antisociale, etc.

Selon moi, ces pathologies dites individuelles sont aussi des pathologies sociales, parce que l’autonomie repose sur la capacité à l’individu de se réaliser dans la société. Comment se réaliser dans une société malade?

En effet, l’autonomie est le produit de l’Histoire et elle se retrouve souvent prise entre les conflits politiques et sociaux. Elle est l’expression de l’indépendance à l’intérieur des intérêts généraux à protéger, ce qui est supposé être le rôle de l’État, mais les pressions du marché mondialisé nous mènent vers une désinstitutionnalisation, dé-protection, dé-régularisation, privatisation et j’en passe…

L’abandon progressif de la société par l’État laisse les individus à eux-mêmes et  aux faiblesses de la société civile. C’est désormais un individualisme de dé-liaison, ce qui dépouille l’individu des protections publiques nécessaires à l’exercice de son autonomie. Nous sommes actuellement comme société fixée sur une conception de l’autonomie liée à un État idéaliste qui soumet la protection de l’individu à l’individu sans égards aux inégalités et à sa capacité de déploiement de ses ressources personnelles. Le problème est remis entre leurs mains et ces mêmes personnes arrivent dans notre bureau démolies et coupables… mais, coupables de quoi?

Nous sommes davantage une clinique de la perte, perte de confiance en soi liée, entre autres, à la perte de son travail ou de son logement, en un mot, à la précarité… Je l’appelle la clinique de la souffrance sociale. Ces pertes sont toutes en lien direct avec l’évolution d’une société capitaliste qui se refuse de voir ses failles. L’histoire sociale nous montre que pour vivre pleinement sur le plan de notre autonomie et pour chercher à atteindre un équilibre entre l’homme et la société qu’il crée, l’homme doit reposer sur l’existence d’institutions et la présence d’un État favorisant un bien commun. Tout n’est pas affaire de mobilisation personnelle.

Geneviève Vadeboncoeur

Posted in Article | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 7 Comments »