Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Posts Tagged ‘Mexique’

Propagande populiste et promotion d’une économie inefficace, le capitalisme

Posted by sylvainguillemette sur 17 février, 2010

https://i2.wp.com/mai68.org/tracts/patrons/patrons.bmpHier, à Québec, Lucien Bouchard, cet ancien premier ministre au service de la bourgeoisie, s’en est pris ardemment contre les nouveaux intérêts, volés aux adéquistes, des péquistes. Certainement populistes, les péquistes ont adopté une ligne plus dure sur ce qu’ils nomment, leur identité nationale. Je ne m’y attarderai pas. Je ne voudrais surtout pas perdre de temps à m’embarrasser à discuter de ces sujets sans intérêt pour moi.

Ce que Bouchard passait dans son discours quant aux finances publiques, par contre, m’intéresse d’avantage, vous comprendrez. Celui-ci nous prie d’intervenir auprès des finances publiques, auprès de l’éducation et de la santé, et cela, il faut qu’on s’y attarde. D’abord parce que la position de Bouchard, ce gros paresseux quant à la pratique de la «productivité» qu’il prône, est intenable, autant moralement que dans les faits, et cela est aisément vérifiable.

D’abord, nous ne sommes pas sans savoir que Bouchard prône un capitalisme sauvage et qu’il est cosignataire du manifeste des soit disant lucides –ils se disent lucides-. Il prône ainsi, une privatisation de la santé, une participation plus mince, pour ne pas dire maigre de l’État, dans les affaires publiques, autant économiquement, que socialement, puisque l’un ne va pas sans l’autre.

Nous n’aurons pas besoin de chiffres, ceux-ci parcourent déjà les nombreux blogues et sites officiels gouvernementaux,  sinon toutes et tous savent déjà que les États-Unis d’Amérique, dont se régalent certains fanatiques aveuglés par leur idéologie, et fermant les yeux sur ses dérives criminelles ou ses ratées quant à la pratique du capitalisme, comptent plus de 55 millions (1/6 de la population) de non-couverts médicalement, sinon, plus de 49 millions de mendiants de la fameuse soupe populaire. Ce pays affiche pourtant une privatisation, non totale, mais partielle de sons système de santé, et des services en général. Il a également fait faillite, mais s’est imprimé des milliers de milliards de billets de banque pour palier à celle-ci, en sauvant ses banques et en priant les autres pays capitalistes de ce monde, d’en faire autant. Ce pays a également du faire la guerre à des dizaines de pays pour étaler son Empire, plus loin que ses propres frontières. Ce pays a renversé plus de 45 États pour s’assurer un capitalisme bien étendu, et totalitaire. Ce pays a fait assassiner des centaines d’opposants, tant militaristes que pacifistes, pour faire durer son régime. Cela, en laissant de côté ses moins nantis, ses immigrants, et ceux qui s’opposaient, même démocratiquement, à leur doctrine arbitraire et totalitaire.

André Pratte et Michel C. Auger en rajoutent, disant de Bouchard, de ce prophète apocalyptique, «que les québécois lui font confiance»… Qui s’en surprend? Pratte  est lui-même également, cosignataire du manifeste des soit disant lucides. Et de quels québécois Pratte et Auger parlent t-ils? De ceux qui ont eu pitié de sa souffrante mise à l’épreuve par la  bactérie mangeuse de chair? Ou plus sarcastiquement, des employés d’Olymel, qui l’ont affronté dans le débat qui coûta 47% de leur salaire? Le populisme n’est pas la compréhension de son auditoire.

Rappelez-vous comment Bouchard parlait de la productivité des québécois, la comparant à celle des chinois ou des mexicains, sinon même, de ces états-uniens qui sont laissés pour contre par leur propre État, utile aux seuls intérêts des riches et de la bourgeoisie. Donc, après avoir voulu mondialiser les mauvaises conditions des travailleurs de ces autres pays capitalistes, le voilà qu’il veut mondialiser le capitalisme sauvage, qui ne fonctionne pas dans ces mêmes pays capitalistes.

Ce qu’il faut comprendre, c’est que, les finances publiques, si elles semblent fragiles, elles ne seraient pas mieux sous un capitalisme plus sauvage. Pourquoi? Parce que le capital qui paie ces finances ou ces services, peu importe l’intensité du capitalisme, vient de la même poche! Si ce n’est pas l’État qui paie vos soins de santé, ce sera vous qui les paierez, à plus haut coût, parce que toutes les études le prouvent, le privé, per capita, coûte plus cher que le public, que cet effort collectif qui en vaut la peine. Et c’en sera de même avec les autres services, cela, sans même aborder le fait que de plus, certaines personnes pourraient désormais profiter de vos besoins, autant que de vos maladies, donc de ces besoins essentiels.

Bref, en bout de ligne, même si l’assainissement des finances publiques semble urgente, elle ne vous rendra pas plus riche, vous, qui payez de toute façon, pour ces services qui vous sont chers. Vos soins de santé seront plus coûteux et plus accessibles donc. Ils ne seront pas meilleurs non plus. Vos services en général seront plus coûteux, et profiteront surtout, à ceux et celles qui prônent ouvertement cette voie capitaliste, plus sauvage. Aux bourgeois, qui possèderont ces moyens de production permettant l’offre à votre demande. Ils y exploiteront également, le labeur d’autrui, comme ils le font déjà, dans d’autres domaines.

Les prolétaires se plaignent souvent que les riches ont le pouvoir, et que la politique ne sert que leur intérêt. Ils devraient plutôt se demander, ces salariés, quels sont leurs intérêts, et qui pourraient les servir, mieux qu’eux-mêmes. Les prolétaires doivent s’unir, tant au Québec que partout dans le monde, pour contrer la propagande populiste de ses adversaires de classe, qui n’ont pas les mêmes intérêts.

Mise à part la conscience du prolétariat de son appartenance à cette classe, mise à part sa conscience sur ses intérêts de classe, pour le reste, le temps travaille pour nous.

Publicités

Posted in Actualité | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 9 Comments »

Compte rendu *complet* sur le sommet Montebello

Posted by L'Agitateur sur 25 août, 2007

La ville de Montebello devint forteresse pendant le sommet du Partenariat pour la Sécurité et Prospérité nord-américaine. Elle accueillit pendant trois journées les chefs d’État des trois pays de l’Amérique du Nord, avec plus de 30 chefs d’entreprises à leurs côtés. Par cette nature anti-démocratique totalement du sommet, il était impossible d’ignorer celui-ci et de ne rien faire : c’est pourquoi nous sommes allés manifester notre opposition et désaccord.L’été a été fortement mis en branle pour mobiliser un maximum de personnes à la cause, bien que la journée et le lieu choisis n’aient pas encouragé les gens à venir : un lundi à Montebello avec une forte présence policière. Reste qu’une forte propagande ai été faite auprès des masses populaires du Québec, du Canada, des États-Unis et du Méxique. Des centaines d’affiches sont apparues un peu partout en Amérique du Nord pour l’appel au rassemblement à Montebello et dénonçer collectivement cette rencontre des trois bandidos.

Quelques semaines avant la manifestation, un campement autogéré anti-capitaliste s’est fait dans la région de l’Outaouais, tout près de la forteresse, et de nombreuses personnes ont participé aux petites manifestations du 19 août. Elles ont aussi dormi sur les lieux, bien que les policiers tentaient de leur mettre des bâtons dans les roues en fouillant leurs équippements à chaque « checkpoints ». Certes, des actions ont été faites à Montréal et Ottawa pendant les quelques journées avant le sommet.

C’était là une journée qui s’annonçait ensoleillée, légèrement nuageux avec une température agréable variant entre 20 et 25 degrés. Plusieurs autobus loués et véhicules partaient des trois pays nord-américains pour s’en venir au Québec, à Montebello. Ils venaient de Sherbrooke, Québec, Montréal, Trois-Rivères, l’Ouest Canadien, des États-Unis et même du Méxique. Bien que les manifestantEs avaient des divergences sur leurs positions politiques (communisme/anarchisme, révolution/réforme), touTEs s’entendaient sur une chose : ce sommet est une aberration dans une société qui se prétend « citoyenne » et « démocratique ».

Suite à quelques retards lors du trajet vers Montebello, les autobus sont finalement arrivés à destination vers 13h00. Les manifestantEs sont sortiEs pour se rassembler en une unité solidaire et se diriger vers le coeur de Montebello en passant par une route de campagne, pour ensuite prendre une voie ferrée de la CN – qui elle est accusée de racisme envers les peuples autochtones. Arrivé sur la 148, nous marchions en direction des manifestantEs d’Ottawa, des États-Unis et du Méxique qui étaient déjà présentEs sur les lieux, très près de l’entrée du périmètre de sécurité du Château Montebello.

CertainEs commerçantEs avaient barricadé leur place, dont le seul et unique bar du coin : le Bar central. Par contre, un code avait été donné entre manifestantEs et commerçantEs : une pancarte verte veut dire « zone verte », soit une alliance avec les protestataires, et ils et elles étaient la bienvenue pour venir acheter les besoins nécessaires ! Pour le reste des commerces, c’était une opposition directe. C’est compréhensible lorsque ce sont de grosses compagnies qui se protègent des « radicaux ».

Bien que les manifestantEs n’aient pas respectéEs ce que les policiers leur ont imposé comme terrain de manifestation, soit deux cages fermés, l’anti-émeute est arrivée, avec bouclier, matraque et masque à gaz, pour bloquer le chemin des manifestantEs et les empêcher de continuer leur chemin vers le château. À ce moment, le tout était visible : les policiers étaient sur trois fronts, armés jusqu’aux dents, avec des camescopes et appareils photos, et toute autre arme contre les manifestantEs au cas où ils se tannent et attaquent.

Les trois fronts étaient occupés par les policiers : le front Nord qui fut celui vers le château, c’était la « zone rouge » avec un grillage très fin comme périmètre de sécurité allant à 10 pieds d’hauteur ; le front Nord-Est qui était occupé par les policiers sur le cimetière à une altitude variant de 10 à 100 centimètres. ; le front Est qui était plutôt vide de policiers, mais assez pour bloquer le chemin. À côté de ce front Est, la station-service Crevier accueillait à bras ouverts les manifestantEs qui avaient besoin d’eau, de nourriture, d’aller aux toilettes ou de se reposer tout simplement. Le commerçant de la place s’est fait une montagne de profits, mais pour une bonne cause. C’était la « zone verte », et il n’y avait pas de danger … pour le moment.

Plusieurs personnes étaient présentes sur les lieux : maoïstes, anarchistes, anarcho-communistes, sympathisants zapatistes, écologistes, syndicats, anticapitalistes et réformistes. Les « radicaux » n’étaient pas plus nombreux qu’une centaine de personnes, et le « Black Block » y était avec un maximum de vingt personnes. Il y avait des personnes de tout âge, passant de neuf à soixante dix ans. Quelques uns avaient leur chien en compagnie. Au grand total, pas plus de 1200 manifestantEs étaient venuEs à l’appel, ce qui est horriblement peu pour un tel sommet.

Les médias étaient présents, à la fois corporatifs ( TVA, RDI, TQS ), indépendants ( Indymedia, Reactionism Watch, Global Aware ) et même internationaux ( Al Jazeera ). Ceux qui ont reçu de très fortes critiques et arrogance de la part des manifestantEs c’était, bien sûr, les médias corporatifs, malgré l’opinion de certains caméramans : ce fut le cas du caméraman de TQS qui dit ironiquement et avec colère : « Bah oui, moi je l’aime Bush ! » Bien que ce soit étonnant, plusieurs caméramans étaient de notre côté en accord avec nous. Mais cela n’empêcha pas ces derniers de diffuser des images sensationnalistes où l’on voyait des manifestantEs en colère qui répondaient aux attaques de lacrymogènes. Sur TVA, il était dit que si les manifestantEs réussissaient à entrer dans le périmètre de sécurité, les autorités n’hésiteraient pas à tirer à balles réelles sur ceux et celles-ci.

Sur toutes les chaines, nulle ne montrait la vérité. Ni dans les journaux, ni à la télévision. Il n’était question que de démagogie, sensationnalisme et de populisme : ce qui a été montré dans les médias corporatifs n’était que 20 minutes d’une manifestation de plus de sept heures.

Malgré le blocage des policiers dès les premières minutes à l’arrivée des manifestantEs, l’ambiance restait vive pendant plusieurs heures : les gens criaient, chantaient, dansaient, discutaient, jouaient de la musique ; les organisateurs s’expliquaient, et donnaient de l’information ; des tracts étaient massivement distribués à propos de plusieurs enjeux politiques, et non seulement du PSP ; même un pique-nique a été fait en avant des policiers, ce qui était superbement bien réussi !

Les gestes pacifiques des manifestantEs contre l’arrogance des policiers se faisaient continuellement : autocollants sur les boucliers de l’anti-émeute ; bannières sur les clôtures nommé « Mur de la Honte » ; dessins à la craie sur le sol ; critiques ouvertes contre l’anti-émeute ; face à face ; un drapeau de l’anarchisme a été mis sur un haut lampadaire, avec un drapeau américain qui ne prennait pas feu (dû aux très fort vents) ; et plus encore. Malheureusement, même si ces gestes restaient pacifiques suite aux agressions de la police, l’anti-émeute ne cessa pas son arrogance envers les manifestantEs, et c’est ce qui les a incité à prendre une alternative au pacifisme étroit.

L’une des premières agressions de la police a débuté vers la première heure de la manifestation, soit proche de 13h00. Les policiers anti-émeutes poussaient les manifestantEs de la « zone rouge » à gauche du front Nord pour les faire reculer, et ces dernièrEs ne voulait pas perdre leur ligne et on fait de même. Pour répliquer, la GRC donnait des coups de boucliers, de matraques sur la tête, de genoux et de pieds. Pour faire peur aux manifestantEs, des tazers ont été utilisés au dessus de leurs têtes pour les faire reculer, au détriment d’une électrocution. Ceux et celles qui s’étaient assisES se sont fait bousculer par la Sûreté du Québec qui, profitant de l’occasion, a arrêté une personne. Ceux et celles qui dansaient proches de la police ont été bousculéEs.

Peu avant l’arrivée des manifestantEs de Montréal, soit avant 14h00, la police utilisa le poivre de cayenne sur les manifestantEs, dont une vieille dame pacifiste âgée dans la soixante dizaine. Pris de panique, les manifestantEs cherchent immédiatement de l’eau pour se rincer les yeux et les voies respiratoires. Cet abus de police n’avait qu’un but : montrer sa supériorité en tant qu’autorité, et maintenir un calme forcé alors que l’effet s’avérait tout à fait le contraire.

14h52, l’anti-émeute de la GRC utilise de nouveau le poivre de cayenne contre plus de 20 manifestantEs, dont des journalistes, photographes et des medecins. Comme plusieurs d’entre eux et elles n’avaient rien pour se protéger les yeux et les voies respiratoires, la durée de leur souffrance varia de quelques minutes à plusieurs heures. CertainEs toute une journée ! Pour se venger, les manifestantEs ont lancé des bouteilles de plastique vides une fois que l’eau ai été vidée sur leur propre visage. Ces mêmes bouteilles visaient aussi les policiers caméramans qui filmaient tout en étant derrière la ligne de front : ce sont les premiers projectiles.

Ensuite, à un certain moment, deux manifestants vêtus de rouge (possiblement communistes) se sont avancés de la ligne de front Nord avec des bâtons 2X4 : la police répliqua aussitôt avec trois gaz lacrymogènes en tirant directement dans foule. Moins de dix minutes plus tard, suite à des bousculades répétées, c’est encore trois gaz lacrymogènes, mais les manifestantEs ne lâchent pas prises et reviennent au front. C’est le calme, soit le « temps mort » car les affrontements sont plutôt calmes pendant environ une heure et demi. Tout semble stable, bien qu’il y ai des accrochages, mais rien de sérieux ou sévère.

Pendant ce temps mort, les discussions reprennent, des sit-in improvisés se font pour discuter du PSP, ou tout autre enjeux politiques reliés à ce dernier. Des familles se prennent en photo, d’autres dansent devant les policiers, certainEs dessinent sur le sol. Vers 16h00, les maoïstes quittent les lieux par manque d’actions. Beaucoup sont partiEs à la station-service Crevier ou à leur automobile se nourrir.

17h05, les affrontements éclatent. Le Reactionism Watch n’est pas en mesure d’expliquer les causes, mais nous avons reçu trois versions de faits différentes. Nous aimerions avoir des confirmations exactes de manifestantEs qui savent ce qui s’est passé.

  • 1) Suite à la désertification des communistes du PCR et anarchistes du Black Block, et autres manifestantEs partiEs manger, l’anti-émeute aurait reçu l’ordre de mettre un terme à la manifestation car elle ne voulait pas rester toute la nuit à surveiller le sommet.
  • 2) Un jeune manifestant aurait entravé le travail de l’anti-émeute de manière sonore avec sa trompette de parade en plastique. En réponse au bruit, une pluie de gaz lacrymogène aurait été ordonnée.
  • 3) Un manifestant aurait pousser un policier, qui lui l’aurait repousser. Par ce geste, le chandail du manifestant se serait coincé dans la matraque du policier, et qu’il aurait été tiré vers l’avant (en direction des manifestantEs). Par ce fait, les grenades lacrymogènes aurait été envoyées en masse, pour ensuite tirer à balles de plastiques.

Si vous connaissez la vraie raison, faites nous en part le plus rapidement possible !Dès les affrontements déclenchés, plus de quatres grenades lacrymogènes ont été envoyés dans un laps de temps de 15 secondes. La majorité des manifestantEs sans aucune protection faciale ont pris la fuite collective en moins de 15 minutes, ou se sont mis dans le côté ouest du front pour ne pas respirer le gaz. Avec leur bâton de drapeau, les manifestantEs tappaient sur les panneaux ou quelconque métal pour faire du bruit. Ceux et celles avec une certaine protection sont restéEs au front, bien qu’affaibliEs.

Ce gaz lacrymogène est catégorie CS, type un puisqu’il ne résiste pas à l’eau. Cette poudre, fortement toxique, entraine la nausée, le vomissement, l’hypersalivation de la gorge, l’irration des yeux et des voies respiratoires. Fabriquée aux États-Unis et vendue au Canada, cette grenade lacrymogène éclate quelques secondes plus tard après avoir été lancée dans les airs pour se vider complètement et répandre la poudre jaunâtre partout dans l’atmosphère. Ces grenades, une fois éclatée, ne peuvent être reprises pour être relancées : elles sont complètement ouvertes et vidées.

L’anti-émeute avance tranquillement, et les tireurs de la GRC ciblent les manifestantEs avec des balles de caoutchouc. Une pluie de gaz lacrymogène s’amorce. Certaines personnes reçoivent la grenade lacrymogène directement sur le corps ; d’autres plus de trois balles de caoutchouc, ainsi que les medecins voulant les aider ; et quelques-unes des coups de matraques (au début des escarmouches). Une vieille dame a reçu une balle de caoutchouc dans le pied, et même qu’un manifestant, par terre, en a reçu plus de quatre.

Fait cocasse : une grenade lacrymogène a été tirée depuis le front Nord vers le front Nord-Est, soit dans le cimetière. Étrangement, il n’y a pas eu un seul bruit pendant cinq secondes jusqu’à l’atterrissage de la grenade dans le cimentière. À ce moment, la foule a félicité cette bavure par des rires, joies et applaudissements !

Pour répondre à cette attaque barbare de l’anti-émeute, des projectiles ont été lancées à l’improviste : bouteilles vides, canettes, galets, tomates, oeufs et pierres. Ces pierres se trouvaient sous un petit pont proche de l’entrée du périmètre de sécuritaire du Château Montebello. Un manifestant (ou agent de police) prennait des pierres de la taille d’une demi-patate à une complète pour les donner à un autre manifestant qui les mettait dans son bouclier (couvercle de poubelle) et en fournissait à certainEs manifestantEs. Il y avait un grillage sur la pile de pierres pour empêcher les manifestantEs d’en prendre, mais l’un d’entre eux a été plus malin. Malheureusement pour les lanceurs et lanceuses, le soleil derrière l’anti-émeute les aveuglaient complètement. Cela n’a pas duré plus de 10 minutes, et seulement un maximum de six personnes suivaient les policiers

Bref, les manifestantEs ont continué à battre en retraite et la police s’amusait à mitrailler la foule avec leurs grenades lacrymogènes. Au total, plus de 60 ont été utilisées. Les tireurs de la GRC en faisant autant avec leurs balles de caoutchouc. La rue principale était remplie de grenades lacrymogènes gaspillées, de caoutchouc, de bouteilles d’eau encore remplies et même d’aliment encore comestible ! Les manifestantEs ont laissé derrière eux et elles ce qu’ils et elles avaient en trop afin de mieux courir et être moins encombréEs.

Le calme revint vers 17h40 lorsqu’un manifestant profita de l’occasion pour faire le signe de la paix avec sa main, seul, au beau milieu de l’intersection des routes 148 (Route du Canton) et 323 (Rang Gustave) entouré au loin par les trois fronts d’anti-émeutes. Ce geste attira l’attention médiatique, ce qui forca les policiers à ne plus tirer ni grenades ni balles. D’autres manifestantEs se sont joints à lui pour rester solidaire et uni. Une multitude de photos a été prise à cet instant : la paix était revenue.

Fait cocasse : Un agent de la Sûreté du Québec aurait cassé une pierre tombale après avoir donné un coup très fort dessus. Peut-être à cause de la colère, nous ne pouvons dire réellement…

Vers 17h50, deux feux ont été vus : l’un était une boite de carton contenant une pile de feuilles, alimentée par d’autres papiers, cartons et pancartes. Le second feu était la planète Terre, fait en maquette, transportée par deux manifestants, pour le brûler. Cela voulait symboliser ce que notre monde deviendrait si ce sommet était un succès et que le PSP avait lieu comme prévu. Les conséquences seraient mondialement catastrophiques !

18h00, le calme, trois manifestants discutent avec les policiers du front Nord qui s’est avancée jusqu’à l’intersection. Kanto, un manifestant aux lunettes sombres, demanda à un policier de l’anti-émeute de s’identifier ; ce dernier ignora complètement la demande. C’en est pareil pour tous les policiers qui étaient présents. Une vidéo a été filmée pour en monter la preuve (voir à la fin du compte rendu). Moins de dix minutes après la demande d’identification, un policier s’est faufilé dans la ligne de front des policiers afin d’arrêter un photographe amateur du Reactionism Watch. Nous ignorons la raison exacte, mais nous pensons que c’est dû à sa vidéo compromettante et ses photos inédites des médias.

Certes, notre camarade a réussi à s’enfuir à temps, mais Kanto, à ses côtés, s’est fait prendre alors qu’il ne faisait que discuter avec le policier qui refusait de s’identifier. Le motif qui a été retenu contre lui est le fait qu’il ait troublé la paix, alors que c’est le policier même qui est venu troubler la paix. Malheureusement, nous n’avons pas pu noter son numéro. Il faut dire que c’était impossible à identifier ces policiers qui, en très grande majorité, étaient masqués. Ils n’avaient pas de badge, mais qu’un simple numéro sur leur épaulette et casque.

Finalement, à la toute fin de la manifestation de lundi le 20 août, deux canons à eau, plus de 200 policiers, des tireurs de la GRC, et des lance-grenadiers étaient prêts à repousser quelconque attaque des manifestantEs : surprise, ils et elles avait quitté les lieux. Par contre, le lendemain matin, une autre légère manifestation a eu lieu et les manifestantEs ont été harcelés par des questions de la police, et cette dernière a tenté de fouiller les véhicules des manifestantEs questionnéEs.

Bilan : plus de 300 manifestantEs incommodéEs par le poivre de cayenne et/ou gaz lacrymogènes, dont une dizaine victime de balles de caoutchouc et une autre vingtaine victime de coups de matraques, boucliers, genoux ou pieds. Moins de 4 policiers incommodés par le gaz lacrymogène. Quatre arrestations, dont deux femmes. Trois agents provocateurs de la Sûreté du Québec, tous faussement arrêtés.

P.S.: Nous ignorons le contexte qu’entourait l’arrêstation des trois premières personnes. Veuillez nous informer !

Pour les photos, vous avez le choix !

==> Photos du Reactionism Watch (Afficher en diaporama)
==> Photos de Canadian Union of Public Employees
==> Photos de Michael Lessard
==> Photos du CMAQ (1)

Voici la video en question dont nous vous avons parlé avec le manifestant qui demande à un policier de s’identifier, alors que ce dernier l’ignore complètement. Assurez-vous de lire la description de la vidéo après avoir ouvert le lien vers celle-ci sur YouTube ! Cette vidéo ne doit pas passer sous silence, bien que l’infraction de la part du policier soit mineur et que l’accusation d’avoir « troublé la paix » ne tiens pas debout.

==> Lien vers la vidéo YouTube
==> Une vidéo résumé du sommet Montebello

==> Plus de détails sur le bilan du sommet Montebello
==> Critique sur la couverture médiatique du sommet

Vous avez un témoignage à faire ? Une correction à apporter ? Un avis à écrire ? Des photos à montrer ? Allez-y, vous êtes libres de le faire, voire encouragé ! Dites-le nous ce que vous en pensez de ce sommet, racontez-nous ce que vous avez vu, car ce compte rendu vous appartient : il peut être modifié si nécessaire pour ajuster des faits (comme celui du déclenchement des affrontements à 17h05)

** VEUILLEZ CIRCULER TRÈS MASSIVEMENT CES INFORMATIONS **

Posted in Article, Dossier: Sommet de Montebello | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 38 Comments »

Sommet de Montebello: Non aux tactiques de division et d’intimidation

Posted by Libertad ! sur 18 août, 2007

Nous avons reçu un courriel de dernière minute concernant le sommet de Montebello par le Bloc-AMP (Action mondiale des peuples). Ce dernier critique fortement le machiavélisme des autorités, et appel toutes les organisations progressisstes à s’unir en cette occasion spéciale pour dénoncer les stratégies néolibérales de la part des trois chefs d’État. Voici le communiqué en question :

Sommet de Montebello:

NON AUX TACTIQUES DE DIVISION ET D’INTIMIDATION

Cette déclaration vise à encourager la solidarité et l’unité entre les nombreuses et diverses personnes et groupes qui participeront aux manifestations progressistes d’opposition au Partenariat nord-américain pour la sécurité et la prospérité et à la rencontre Bush/Harper/Calderón qui aura lieu à Montebello, Qc, les 20 et 21 août prochain.

Il est clair que les forces de police et de sécurité — en complicité avec l’État, les promoteurs privés du PSP et les médias de masse sensationnalistes — utilisent la stratégie de « diviser pour régner ». Elles emploient une distinction entre « bons » et « mauvais » manifestants pour affaiblir les mouvements sociaux.

Dans les yeux de la police, vous êtes « bons » si vous acceptez d’entrer dans leurs zones et enclos de manifestation, et vous êtes « mauvais » si vous refusez de le faire; vous êtes « bons » si vous limitez vos moyens d’action au cadre électoral et au lobbying politique, et vous êtes « mauvais » si vous rejetez la politique parlementaire et partisane en faveur de l’action directe; vous êtes « bons » si vous demandez la permission à la police pour manifester, et vous êtes « mauvais » si vous refusez de dialoguer avec la police sur une question de principes.

Déjà, les officiers de la GRC et de la SQ ont commencé une campagne de peur dans les communautés de Montebello et des environs, évoquant la présence de « provocateurs » et de « manifestants violents »; ces tactiques de peur.

Des officiers de la GRC ont aussi approché certains manifestants, de façon sélective, pour entamer un « dialogue » (même s’il n’y a absolument aucune obligation au Canada d’entretenir un « dialogue » avec la police, et même si nous avons le droit d’organiser des manifestations de façon autonome, sans l’interférence des policiers). Les démarches de la GRC visent également à répandre des rumeurs sur les groupes qu’ils n’aiment pas, tout en accommodant les groupes qu’ils préfèrent.

Le Bloc-AMP Montréal — formé de militant-e-s anticapitalistes prônant l’action directe au Québec et en Ontario, avec des centres organisationnels à Montréal et Ottawa en vue des mobilisations sur Montebello – est l’un des groupes organisateurs qui sont ciblés et marginalisés par la police.

Notre base d’unité inclut les principes suivants: « une attitude de confrontation, puisque nous ne pensons pas que le ‘lobbying’ puisse avoir un impact majeur sur des organisations à tel point partiales et antidémocratiques, pour lesquelles le capital transnational est le seul facteur réel déterminant leur politique »; et « un appel à l’action directe et à la désobéissance civile, au soutien aux luttes des mouvements sociaux, mettant en avant des formes de résistance qui maximisent le respect pour la vie et pour les droits des peuples opprimés, ainsi qu’à la construction d’alternatives locales au capitalisme mondial ».

Notre base d’unité, et nos efforts d’organisation au quotidien, sont enracinés dans les luttes locales et globales pour la justice. Les organisateurs et organisatrices du Bloc-AMP, par leur implication dans divers groupes, sont activement engagés dans les luttes pour la justice et la dignité des immigrants et immigrantes, contre l’oppression sous toutes ses formes, pour les droits des travailleurs et travailleuses, contre la guerre, pour la libération des prisonniers et prisonnières politiques, pour la protection de l’environnement et une foule d’autres mouvements et organismes, et ce, depuis plusieurs années. C’est notre travail au quotidien qui nous pousse à mobiliser également contre le PSP à Montebello.

Néanmoins, il y aura bel et bien des tentatives de la part de la police et de l’État pour marginaliser les manifestants et manifestantes affilié-e-s au Bloc-AMP.

C’est parce que nous anticipons un tel salissage que nous lançons cet appel à l’unité et à la solidarité. L’opposition progressiste et anti-raciste au PSP comporte de nombreux traits communs — un engagement à long terme envers la justice sociale, l’éducation populaire, le débat public, la mobilisation populaire et l’action.

Il existe aussi des différences d’analyse et de tactiques; nous devrions débattre ensemble de ces enjeux, de façon franche et honnête. Tout mouvement social réellement diversifié et vivant comporte inévitablement des divergences de points de vue, et ça n’est pas une mauvaise chose.

Cependant, ces débats au sein du mouvement ne devraient pas être influencés par les tentatives déployées par les forces répressives pour marginaliser une partie du mouvement et l’isoler du reste.

Nous écrivons cette déclaration pour demander à toutes les organisations progressistes, tout-e-s les activistes et tout-e-s les manifestant-e-s qui mobilisent contre le PSP et la rencontre Bush /Harper/Calderón, de maintenir la solidarité et l’unité en regard des tentatives pour nous désunir et nous diviser. Vous pouvez très certainement être en désaccord avec le Bloc-AMP sur certains points, comme nous sommes sûrement en désaccord avec vous, mais nous souhaitons et demandons qu’un dialogue s’installe dans nos mouvements concernant ces désaccords, plutôt que des recours à la marginalisation ou aux dénonciations publiques.

Concrètement, la « solidarité et l’unité » signifient:
  • Ne pas laisser les agents de la police et de l’État intervenir pour nous diviser; rejeter positivement toute désinformation provenant de la police concernant les groupes d’activistes;
  • Ne pas dénoncer d’autres groupes à la police et dans les médias de masse;
  • Exprimer la solidarité de façon proactive, par le biais de déclarations d’appui, publiquement ou en privé;
  • Éviter toute tentative de placer les manifestant-e-s dans le cadre « bons » vs « mauvais », ou « violents » vs « non-violents ».

SVP, veuillez faire suivre cette déclaration dans vos groupes et organismes respectifs, et n’hésitez pas à l’endosser si vous êtes d’accord avec les principes qui y sont énoncés.

Bonne chance à tous ceux et toutes celles qui se mobilisent et s’organisent contre le PSP et la rencontre Bush/Harper/Calderón à Montebello!

Le Reactionism Watch sera de la manifestation :

N’ayez pas peur de vous faire prendre en photo, nous allons censurer les visages de touTEs qui seront de la manifestation, sans exception. Le tout sera diffusé sur ce blogue publique. Si vous n’êtes pas certainE qu’il y a unE photographe dans le coin, n’hésitez pas à poser des questions !

Petit rappel pour les mesures de sécurité :
  • Rester unis dans un groupe, ne pas s’isoler du reste de celui-ci
  • Amener un masque à gaz si possible, ou bien du vinaigre avec des chiffons propres
  • Éviter les verres de contact
  • Porter un foulard ou un masque, afin de cacher votre identité
  • Utiliser des matériaux légers, mais solides pour vos bannières, pancartes et drapeaux afin de vous défendre au besoin
  • Utiliser des surnoms, éviter de dire des propos indiscrets car le voisin peut être un policier en civil
  • Éviter les vêtements trop voyants (ex : t-shirt rouge, veste orange), porter des couleurs claires

On se revoit au sommet camarades ! En espérant pouvoir discuter et militer avec vous.

Unis contre la droite !

Posted in Article | Tagué: , , , , , , , | 21 Comments »

Amnistie Internationale dénonce la torture commis contre les opposants du gouverneur de Oaxaca

Posted by Hugo Jolly sur 3 août, 2007

Rappel des événements
L’État mexicain d’Oaxaca a été embrouillé par un conflit qui a duré plus de sept mois et s’est soldé par au moins dix-huit morts et l’occupation de la capitale d’Oaxaca par l’Assemblée Populaire des Peuples d’Oaxaca (APPO). Le conflit a émergé en mai 2006 lors d’une grève impliquant le syndicat local des enseignants et le mouvement s’est élargi en noyautant l’APPO contre le gouverneur de l’État, Ulises Ruiz Ortiz. Les opposants ont demandé la démission d’Ortiz qu’ils accusent de corruption et d’actes de répression.


Irene Khan, secrétaire générale d’Amnistie Internationale a dénoncé, mardi à Oaxaca, les actes de tortures contre les opposants au gouverneur de l’État d’Oaxaca au sud du Mexique.

Les autorités d’Oaxaca sont responsables «d’une série d’abus, de mauvais traitements et de tortures contre leurs opposants, dans une situation d’impunité puisqu’elles refusent d’ouvrir des enquêtes», a déclaré Irene Khan lors d’une conférence de presse.

Depuis son arrivée au Mexique lundi, Madame Khan a rencontré des victimes de violations des droits de l’Homme commises en 2006 et 2007 lors du conflit qui a opposé les enseignants et militants de gauche au gouverneur Ulises Ruiz, qu’ils accusent de répression et de corruption.

Dans son rapport, elle souligne que de juin 2006 à juin 2007, des dizaines de personnes «ont été victimes de détentions arbitraires et emprisonnées dans droit de communiquer, dont plusieurs mineurs».

Elle a ajouté que des «policiers en civil» étaient responsables de violations des droits de l’Homme, «visiblement autorisés et soutenus par les autorités de l’État (d’Oaxaca)».

Selon elle, «les principales victimes de ces abus sont des professionnels de l’éducation» et des membres de l’APPO (Association populaire des peuples d’Oaxaca) qui rassemble des étudiants et des militants d’organisations indiennes.

Comme Amnesty International, plusieurs organisations internationales de défense des droits de l’Homme ont dénoncé les mauvais traitements et l’impunité dans l’État d’Oaxaca.

À la fin de son séjour au Mexique, Irene Khan doit être reçue par le président Felipe Calderon et demande au gouvernement mexicain, comme lors de sa précédente visite, de faire respecter le droit.


==> La nouvelle sur Cyberpresse
==> Les événements sur Wikipedia

Posted in Non classé | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

Dossier : Préparation pour la manifestation du 20-21 août

Posted by L'Agitateur sur 1 août, 2007

Deux « manifesto-médecins ».

Nous avons décidé de créer un dossier spécial concernant le sommet nord-américain sous le nom de Partenariat nord-américaine pour la sécurité et prospérité qui aura lieu à Montebello en compagnie de trois chefs d’État : Stephen Harper du Canada, George W. Bush des États-Unis et Felipe Calderon du Méxique. Cet évènement se déroulera du 20 au 21 août dans un beau château. C’est deux journées, et trois pour certainEs !

En ordre chronologique, ce dossier aura pour but de vous :

  • expliquer les buts du sommet (pourquoi manifester ?);
  • présenter plusieurs documentations et propagandes;
  • fournir conseils et règles de sécurité pour être préparés;
  • renseigner sur le transport disponible;
  • recommander certaines consignes à respecter.

Buts du sommet

Débutons avec les objectifs visés de ce sommet nord-américain.

Le sommet qui réunira les trois dirigeants de l’Amérique du Nord sera pour discuter (selon un vobaculaire adoucit) de « prospérité » et de « sécurité ». Cela permettra de mieux combattre le terrorisme dans le nord américain, et faire en sorte que l’économie capitaliste roule mieux que présentement. Les compagnies privées auront plus de terrains et pourront remplacer de vieilles compagnies inutiles et faibles pour optimiser l’économie.

En vérité, l’objectif visé est d’augmenter le libre-échange entre le Canada, les États-Unis et le Mexique. Il vise dans une mesure tout aussi importante à augmenter la répression et permettre la violation de droits constitutionnels pour « combattre le terrorisme ». Aussi, il vise à donner l’opportunité au président américain George W. Bush d’avoir une mainmise encore plus grande sur les ressources naturelles du Canada et du Mexique.

Pourquoi manifester alors ? Voici quelques raisons.

  • Manifester contre la mesure anti-démocratique orchestré par le sommet (les peuples américains n’ont pas leurs mots à dire)
  • Faire valoir notre opposition au libre-échange nord-américain (ALENA)
  • Mener une action concrète pour faire comprendre que le capitalisme doit mourir et s’effonder
  • S’opposer aux politiques néolibérales des trois gouvernements conservateurs des pays qui composent l’Amérique du Nord.
  • Montrer à ces dirigeants et leurs vassaux du secteur privé qu’ils ne sont et ne seront jamais la bienvenue au Québec, au Canada et partout ailleurs dans le monde.
  • S’exprimer contre les guerres totalement injustifiées (ou justifiées par des mensonges) en Irak, en Afghanistan et protester contre les autres occupations et le harcèlement des pays du tiers comme Cuba, la Bolivie et le Vénézuéla.
Pour plus d’informations, visitez le site suivant : http://www.psp-spp.com

Documentations et propagandes

Voici plusieurs documents à votre disposition pour en savoir plus sur cette affaire, ainsi que quelques outils de propagandes afin de répandre l’information dans votre entourage. Vous pouvez y retrouver entre autre toute l’information essentielle pour mieux connaître les sujets traités, ainsi qu’avoir une meilleure argumentation contre quiconque qui vous questionne.
Si vous cherchez encore plus d’informations (documentations, vidéos, affiches, audios, images) veuillez cliquer sur le lien suivant : Contre le PSP. Vous y trouverez tout ce qu’il vous faudra.

Comment bien se préparer

Alors que la manifestation approche, il faut être prêtE pour faire face à toutes sortes de situations qui peuvent survenir à tout moment durant l’événement ! Nous oublions souvent quelques règles pour de telles manifestations, et nous tombons ainsi dans l’embarras. D’après ce que nous avons lu et su, la police sera très fortement présente sur les lieux. Pour éviter les ennuis avec elle, voici quelques conseils avant et pendant la manifestation contre le sommet.
  • Restez toujours groupés. C’est la règle d’or dans toute manifestation, à la fois pacifique et quelque peu violente. Le fait d’être en groupe diminue grandement vos risques de vous faire prendre par l’anti-émeute ou la police qui tentera de vous arrêter pour des motifs bidons comme « avoir manifesté » ou même « avoir des vêtements sombres ». Cherchez un groupe si vous êtes seul, ne restez jamais isolé. C’est très important d’avoir un rapport de force avec les agents réactionnaires de l’État, et pour se faire : restez groupés.
  • Portez des vêtements légers, clairs d’une allure neutre. Il est important de ne pas attirer l’oeil et d’avoir une apparence assez neutre pour se mousser dans la foule et ne pas être la cible de quelconque policier ou média. Des vêtements légers vous permettront de mieux respirer (il fera chaud !), mieux courir et ne pas être encombré. Les couleurs claires vous permettront d’être « fantôme » car la police ont beaucoup plus l’oeil sur les manifestantEs d’apparence vestimentaire sombre et noire. Même le rouge pour les communistes, ça attire. Les t-shirts de Mao, de Che, d’anarchie, d’URSS, et encore sont aussi à proscrire. Évitez de tels vêtements.
  • Surveillez vos mots. La personne à votre droite ou gauche peut être un policier en civil, un agent de la GRC ou un casseur payé par la police afin de démarrer une bagarre interne ou émeute, et ainsi donner feu vert à l’anti-émeute de charger en lançant des gas lacrymogènes. Assurez-vous que vous connaissez au minimum la personne. Utilisez votre raisonnement pour reconnaître un agent civil. Aussi, lorsque vous appelez vos camarades, amiEs ou collègues, faites attention à ne pas dire son véritable prénom ; cela servira d’indice aux agents. Employez des noms de codes ou faux prénoms.
  • Repérez les manifesto-médecins. Biens qu’ils et elles sont rarement présentes lors des manifestations, il y en a toujours néanmoins dans les sommets. Sinon, assurez-vous que dans votre groupe il y a quelqu’un qui sache les premiers soins afin de venir en aide aux personnes en besoin.
  • Évitez d’apporter des objets de valeurs. Vous risqueriez de les égarer et regretter par la suite d’être venuE à la manifestation. Que ce soit votre lecteur mp3, collier, montre, caméra et même vos boucles d’oreilles, ça peut tomber. Pour les musicienNEs, assurez-vous d’être bien entouréEs.
  • Évitez à tout prix un contre-manifestant. Il peut être un agent provocateur payé pour donner volontairement la tentation aux manifestantEs de l’attaquer et commettre des gestes illégaux pour ainsi donner feu vert à l’anti-émeute de charger. Ne faites que passer, ignorez-le. Ne l’insultez même pas, et avertissez ceux et celles qui voudront le faire.
  • Cachez votre visage. Ceci est une autre règle d’or, bien qu’elle attire l’attention de la police, mais elle est habituée de voir de tels individus se cacher. Camoufler son visage, c’est camoufler son identité et empêcher les caméras ainsi que les appareils photos de vous mettre dans la liste des suspects de la GRC et Sûreté du Québec. Vous pouvez opter pour un foulard, une cagoule, des lunettes de ski, un masque, une grosse paire de lunettes, et encore. C’est au choix ! Faites juste en sorte qu’on ne puisse pas vous reconnaître facilement sur les photos et vidéos.
  • Avoir avec soi le strict minimum. Nous entendons par là vos papiers d’identités, et provision de nourriture. Surtout de l’eau. Apporter un sac-à-dos vous aidera amplement. Évitez toute substance illicite et arme blanche. Nous vous conseillons entre autre de ne pas apporter votre céllulaire puisqu’il peut contenir de précieuses informations pour la police.
  • Pour les photographes et caméramans, soyez prudentEs ; certainEs manifestantEs n’aiment pas être pris en image, alors ne soyez pas surprisES. Une fois les photos prises, à votre domicile, brouillez les visages avant de les exposer sur internet. Aussi, faites en sorte de ne jamais être seulE, cela vous serait fatal et la police pourrait vous enlever votre appareil sans aucune explication ni motif.
  • Attention au gaz lacrymogène et au poivre de cayenne. L’anti-émeute adore les utiliser contre les manifestantEs, c’est comme des jouets pour eux. Pour remédier à ce problème, ayez un masque à gaz ou à filtre (utilisé pour la peinture). Sinon, des chiffons propres avec une petite quantité de vinaigre ou jus de citron. Pour protéger les yeux, vous n’avez qu’à porter de grosses lunettes ou de ski, et éviter de porter des verres de contact.
  • Soyez créatif-ves ! Créez vos propres drapeaux, bannières, pancartes avec des matériaux recyclés et légers. Vous risquez de jeter vos objets pendant ou après la manifestation. Si possible, pour vos drapeaux et pancartes, utilisez un bois dur et assez épais afin de vous défendre en cas d’attaque policière en votre direction. Inventez vos slogans, apportez vos mégaphones, ayez une voix forte et hurlez !
  • Sachez vos droits. Pour plus d’informations à ce sujet, procurez-vous ce petit document (format .PDF) qui résume très bien l’ensemble de vos droits contre la police pour vous défendre.
Autrement, durant la manifestation, informez les gens autour de vous ! Établissez des liens, et unissez-vous. Aussi, nous vous conseillons d’informer la population locale qui ne sera pas du tout bien renseigné sur la manifestation. N’hésitez pas à leur expliquer et les inviter à se joindre à la manifestation, ils vont très probablement se joindre à vous ! Utilisez votre charme si vous voulez, gênez-vous pas ! Surtout, amusez-vous avec les réactionnaires. Il y en aura, et ce sera un bon moment pour vous d’avoir un peu de divertissement. Allez-y comme bon vous semble !

*Pour les fans de militarisme, vous pouvez former de petits contingents ! Visitez le lien suivant pour connaître la formation de poings rouges, statégie marxiste-léniniste pour assurer une sécurité optimale : http://www.pcr-rcp.ca/fr/sm/7c

Le transport

Il sera difficile d’entrer sur les lieux puisque la police a déclaré qu’elle établira un grand périmètre de sécurité, semblable à celui du sommet des amériques en 2001 à Québec. La police fera en sorte de garder les manifestantEs (nomméEs les indésirables) loin du château, voire même de Montebello ! Pour remédier à ce petit problème, vous n’avez qu’à venir à l’avance d’une journée ou deux. Vous pouvez trouver un campement de manifestantEs quelconque, ou être hébergé chez unE amiE qui habite les environs.

Autrement, voici comment faire pour le transport :

::: RÉSERVEZ VOTRE PLACE POUR LE TRANSPORT DÈS MAINTENANT! :::

Les organisateurs et organisatrices de TransportMontebello ont besoin de savoir dès maintenant le nombre de personnes qui comptent assister aux mobilisations contre Bush, Harper et Calderón près de Montebello. Veuillez réserver votre place dès maintenant!

Nous demandons de réserver avant le 12 AOÛT pour que nous puissions le plus tôt possible fixer des plans clairs pour les mobilisations.

Des autobus partiront de MONTRÉAL le 20 août en matinée (et nous organisons également du transport pour le 19 août).

SVP réservez dès maintenant en écrivant à TransportMontebello@gmail.com

Lorsque vous réservez, veuillez nous donner les informations suivantes:

–> L’heure à laquelle vous préférez partir de Montréal : Le 19 août (en matinée ou en début d’après-midi) OU avec les autobus le 20 août (on part à 9 heures du matin).

–> L’heure à laquelle vous voulez revenir à Montréal: le 20 août en soirée OU le 21 août (à la fin des manifestations)

Pour le coucher du 19 et du 20 au soir, des espaces de campement seront organisés.

Notez que des autobus partiront également de la ville de Québec.

Nous suggérons une contribution volontaire de $5 à $15 pour aider à défrayer les coûts de ce voyage. Personne toutefois ne sera refusé à bord des autobus. Les contributions peuvent être payées le 19 ou le 20.

Pour plus d’informations à propos du transport, veuillez visiter immédiatement le lien suivant : http://www.psp-spp.com/?q=fr/node/96

Envoyez un courriel ou appelez au besoin. Le financement, comme l’hébergement et le bénévolat pour le transport sont fortement appréciés et demandés. Si vous pensez être disponible à le faire, allez-y ! C’est pour une bonne cause, cela n’arrive pas à souvent !

Bien manifester collectivement

Durant la manifestation, il y aura plusieurs groupes et idéologies qui seront présents pour la même cause : tous et toutes contre le PSP. Malheureusement, les divergences existent et certains individus auront tendance à lancer des injures aux autres groupes, ce qui risque de créer des conflits internes au sein même des manifestantEs. C’est pourquoi nous vous présentons certaines recommandations pour empêcher tout accrochage inutile.
  • Éviter les disputes entre les militantEs de différentes idéologies (ex.: communisme vs. anarchisme, ou électoralisme vs. révolution) et percevoir cette manifestation comme une occasion de souder des liens, forger des alliances et collaborer ensemble. N’oubliez pas notre devise : l’union fait la force !
  • Ne touchez à rien qui ne vous appartient pas. Ne brisez pas de vitrine, de véhicule ou de manifestantEs même. Si vous voulez faire des graffitis ou mettre des autocollants un peu partout, c’est votre choix ; éviter les dommages collatéraux. De la peinture n’a rien de destructueur, c’est plutôt symbolique.
  • Respectez la liberté de parole à toutes les personnes présentes à la manifestation, ainsi que le droit de diffuser de la propagande. Si vous êtes communiste et que vous voyez un anarchiste distribuez des tracts, ne l’embêtez pas comme il ne vous embête pas. Refusez si vous voulez.
  • Unissez-vous, n’ayez pas peur.
  • Respectez l’autrui qui est de Gauche comme vous.
Vous pensez être prêtE pour la manifestation ? Alors c’est partie !

Nous recommandons à nos lecteurs et lectrices de diffuser ce billet à travers le web d’urgence pour informer un maximum d’individus possible et les préparer pour la manifestation dite « monstre » qui s’en vient. N’oubliez pas que ce blogue est le votre, tout comme ce billet : vous pouvez y ajouter des éléments qui ont été oubliés, tout comme nous poser des questions.

L’hégémonie ne passera pas !

P.S.: Le dossier sera visible dans la colonne de droite du blogue.
P.S.2: Le dossier sera mis à jour losrque nécessaire.

Posted in Article | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 29 Comments »

Quand l’État Québécois a peur de ses citoyenNEs

Posted by L'Agitateur sur 26 juillet, 2007

Comme plusieurs d’entre vous le savent, le prochain mois qui s’en vient sera plutôt « chaud ». En effet, il y aura le sommet des trois Chefs d’État nord-américains, soit : Stephen Harper du Canada, George W. Bush des États-Unis et Felipe Calderón du Méxique. Mais ce sommet, certainEs diront, qu’en est-il ? Quel est son but ?

Pour résumer tout cela, ce sommet servira à la ratification de l’accord de Partenariat de Sécurité et de la Prospérité de l’Amérique du Nord. Bien sûr, cette ratification ne sera qu’au service des intérêts des puissances corporatives, préparant ainsi la formation future de l’Union Nord-Américaine. Par « Union Nord-Américaine », nous entendons une devise nord-américaine qui sera celle du dollar US sous le nom d’Améro (selon les règles de la RSE), et renonciation à la « nation souveraine » pour se raccorder au statut de protectorat des États-Unis.

Pour en savoir plus, cliquez sur les liens à la fin du billet.

À l’occasion des ces deux journées donc, la Sûreté du Québec a décidé de faire une sécurité renforcée et dur comme celle du G8 en Allemagne ; un périmètre de sécurité sur des kilomètres, très probablement comme lors du sommet des Amériques de 2001 à Québec. Ce grand blocage aura pour objectif de freiner l’avancée et la « menace » des manifestantEs qui seront attendu par tranches de milliers, voire dizaines de milliers. Ces militantEs de plusieurs coins de la région nord américaine viendront très nombreux pour dénonçer les objectifs visés de ce sommet. Plusieurs viendront sûrement avec des accessoires pour se protéger contre l’anti-émeute comme des masques à gaz afin de résister et maintenir la manifestation.

Pour ces raisons, l’État Québécois et ses agents réactionnaires (soit, la police anti-émeute) va entreprendre les grands moyens et prendre exemple du sommet de 2001 à Québec. Le sergent Brunet a affirmé à La Presse que la police sera chargé de surveiller toutes les voies d’accès à Montebello pour empêcher toute personne « indésirable » (donc, les manifestantEs et opposantEs même !) d’entrer dans la petite ville et ainsi perturbé la conférence élitiste. Aussi, si une cloture est installée, elle sera comme celle de 2001 à Québec a-t-il affirmé. La police d’Ontario sera aussi de la partie.

Ainsi donc, ils tenteront d’empêcher tous les anti-élitistes, majoritairement de Gauche, qui essayeront d’entrer dans la « zone ». Il n’est pas étonnant de constater que la population civile se fait restreindre l’accès, alors que les chefs des grandes entreprises ont la permission. Le moins étonnant, est le fait que parmis ces chefs, il y a une trentaine qui travaillent justement au Partenariat nord-américain pour la sécurité et prospérité.

Pour conclure, voici le drapeau de l’Union Nord-Américaine qui remplacera la souveraineté des trois pays (eh oui, le Canada ne sera plus ce qu’il est, ni le Méxique d’ailleurs.)

  • Date prévue de création : d’ici à 2010.
  • Pays regroupant : Méxique, Canada, États-Unis.
  • Nombre de pays suite à la nouvelle confédération : un.
  • Nom de la nouvelle confédération prévue : Union Nord-Américaine.
  • Politique de la nouvelle confédération : néoconservatrice américaine.
Vous voulez empêcher ça ? Bougez-vous.

P.S.: Le Council of Foreign Relations a conseillé l’administration Bush d’effacer le Canada, dont le Québec doit subir une transformation d’ici 2010. Ainsi, fédéralistes et souverainistes seront écrasés par l’omniprésence néoconservatrice américaine. Est-ce que ces deux groupes vont s’allier pour contrer l’Union ? Cela restera à voir…

Certaines personnes crient au canular à propos de l’Union Nord-Américaine. Cela peut être possiblement vrai comme possiblement faux, nous verrons en temps et lieux si cela est tout à fait authentique. Surveillez le blogue Reactionism Watch pour plus d’informations à ce sujet.

==> Pour plus d’informations sur les buts du sommet
==> Mot d’ordre : sécurité, à Montebello
==> Communiqué de presse du Parti Action Canadienne
==> Pour plus d’informations sur cette affaire

Posted in Article | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 15 Comments »

Montebello: Mobilisation contre le PSP

Posted by Libertad ! sur 12 juillet, 2007

Comme nous l’avons mentionné il y a environ un mois, le sommet du Partenariat nord-américain pour la prospérité et la sécurité (PSP) se tiendra au Québec, dans un village touristique nommé Montebello, qui est connu pour son imposant hôtel qui a déjà accueilli le président Reagan dans le passé.

Évidemment, il ne faut pas rester sans réagir, en sachant que Georges W.Bush, Stephen Harper et Felipe Calderon viendront dans la Belle Province pour discuter de leur plan impérialiste pour écraser le prolétariat mondiale. Avec ce qui se passe en Irak, en Afghanistan et le harcèlement continuel de l’Iran, de Cuba et du Vénézuéla, on doit s’opposer à ce sommet et c’est pourquoi nous invitons tous nos lecteurs à venir le 20 août, à 15H00, au Château Montebello (ou aussi près que possible de Montebello) pour venir manifester contre ces terroristes (les vrais !).

Mais n’oubliez pas, la révolution n’est pas un dîner de gala !

Faisons de ce sommet, un nouveau sommet de Québec !
Longue vie au combat de la jeunesse prolétarienne en lutte !

==> Site de la manifestation, pour vous tenir au courant

Posted in Non classé | Tagué: , , , , , , , , , | 10 Comments »