Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Posts Tagged ‘Militantisme étudiant’

Priorité à l’éducation!

Posted by Hugo Jolly sur 17 octobre, 2007

Suite à la publication d’un article qui relatait une caricature de Sarkozy, le Reactionism Watch, publie à son tour une parodie inspirée par celle de l’UNEF.

Toutes les associations étudiantes sont invitées à utiliser ces affiches et peuvent changer le logo au bas de celle-ci. Pour télécharger l’affiche au format PDF, cliquez sur l’image ci-dessous.

Priorité à l'Éducation!

Aussi disponible: Tract subversif de Jean Charest inspiré de l’UNEF

Publicités

Posted in Non classé | Tagué: , , , , , , , , , | 32 Comments »

Une caricature de Sarkozy fait des vagues en France

Posted by Hugo Jolly sur 17 octobre, 2007

sarkozy-fait-un-doigt-aux-etudiants.jpg

L’Union nationale des étudiants de France (UNEF) souhaitait attirer l’attention avec sa nouvelle campagne d’affichage mettant en vedette le président Nicolas Sarkozy. Le résultat a dépassé les attentes!

La nouvelle affiche de l’organisation syndicale étudiante, qui réclame des investissements accrus en éducation, montre le président en train de faire un doigt d’honneur.

Le geste est censé illustrer l’attitude de M. Sarkozy envers les étudiants, qui l’accusent d’avoir accordé des abattements fiscaux de 15 milliards d’euros aux plus riches tout en négligeant les promesses faites aux universités.

Mercredi dernier, trois membres de la section de l’UNEF de La Rochelle ont été interpellés par des policiers peu avant minuit. Ils s’affairaient, à la sortie d’une réunion tardive, à placarder des affiches dans le campus de leur établissement.

«Alors que nous finissions de poser la dernière affiche, les policiers se sont approchés pour nous demander ce que nous faisions. En voyant l’affiche, ils nous ont dit que son contenu posait peut-être problème. Cinq minutes après, ils nous ont annoncé que nous devions les suivre au poste, qu’il y avait outrage et dégradation légère», a relaté hier Thomas Thimonier, président de la section locale de l’UNEF.

M. Thimonier a ensuite été interrogé pendant près d’une heure. «Ils m’ont demandé ce que je pensais de l’affiche. Ils m’ont aussi demandé si j’aurais placardé une affiche montrant le président avec une croix nazie ou le bras levé, faisant un salut hitlérien. Je leur ai dit que ce n’était pas le style de notre organisation et que la question ne se posait donc pas», relate-t-il.

Le jeune homme de 23 ans, qui n’a jamais eu maille à partir avec la justice, croit que l’intervention des policiers était une mesure d’intimidation qui constitue une «atteinte à la liberté d’expression syndicale».

L’affaire est loin d’être close puisque le procureur au dossier doit maintenant décider s’il y a lieu de poursuivre les militants pour «outrage à magistrat», le président étant considéré comme premier magistrat de France. Ce chef d’accusation est prévu dans la loi française depuis plus d’un siècle.

«Il faut vraiment aller chercher loin pour essayer de nous coincer… Des caricatures comme celle de l’affiche, il y en a dans toutes les publications du pays», dénonce M. Thimonier.

L’UNEF, qui presse la justice française d’abandonner l’affaire, dit espérer que «la susceptibilité du président ne va pas déborder à ce point-là».

Zèle des policiers

«Ce qui est arrivé est très choquant… À ma connaissance, on a toujours le droit de se dire mécontent du gouvernement sans courir le risque d’être emmené au poste de police», a déclaré Juliette Griffond, porte-parole de l’UNEF.

Les arrestations survenues à La Rochelle, juge Mme Griffond, découlent d’abord et avant tout d’un excès de zèle des policiers. Mais leur intervention prendra une tournure nettement plus politique si le procureur décide d’aller de l’avant avec les accusations.

L’organisation syndicale n’a de toute manière aucune intention d’interrompre sa campagne, qui prévoit la pose de plus de 10 000 affiches.

«Le ministère de l’Enseignement supérieur l’a vue avant qu’elle sorte. Ils ne l’aiment pas mais ils savent que ça ne sert à rien de nous demander de reculer. Ils auraient préféré une campagne plus tranquille», note la porte-parole de l’UNEF.

«Les étudiants adorent l’affiche. Ils nous en demandent pour les installer dans leur logement», dit-elle.

Le service de presse de l’Élysée n’a pas répondu hier aux demandes d’entrevue de La Presse.

La mésaventure des étudiants rappelle celle de deux jeunes militants originaires de Mulhouse qui avaient été accusés d’outrage à magistrat l’année dernière pour avoir critiqué l’ex-président Jacques Chirac.

Ils avaient été interpellés par les policiers alors qu’ils s’apprêtaient à déployer une banderole sur laquelle était écrit «Chirac au zoo, libérer les animaux!» La poursuite a finalement été abandonnée en raison d’un vice de procédure.

Source:
THIBODEAU, Marc. «Une caricature de Sarkozy fait des vagues en France», mercredi 17 octobre 2007, http://www.cyberpresse.ca/article/20071017/CPMONDE/710170575/-1/CPMONDE, page consultée le 17 octobre 2007.

Posted in Non classé | Tagué: , , , , , , , | 4 Comments »

L’AÉÉA-UL en grève générale illimitée

Posted by Hugo Jolly sur 17 octobre, 2007

aeea-en-ggi.jpg

L’Association des Étudiantes et Étudiants en Anthropologie (AÉÉA) de l’Université Laval vient d’annoncer qu’elle entrera en grève générale illimitée ce soir à minuit, soit le jeudi 18 octobre. L’AÉÉA qui tenait son vote de grève ce midi représente 265 membres. Le vote s’est soldé par 43 «Pour», 14 «Contre» et 5 absentions, pour un total de 62 membres présents à l’assemblée générale. Les étudiant-e-s adoptent donc à 68%un mandat de grève.

Considérant

  • Que le dégel des frais de scolarité a un impact direct sur l’accessibilité aux études;
  • Que l’AÉÉA a une position en faveur de la gratuité scolaire;
  • Qu’il faut construire dès maintenant un projet de société portant les valeurs d’éducation accessible et de qualité;
  • Que les mesures financières compensatoires quant à l’AFE et les crédits d’impôts sont minimes par rapport aux augmentations échelonnées et futures;
  • Que l’AÉÉA entre en grève générale illimitée reconductible aux trois jours ouvrables à compter de jeudi le 18 octobre 2007;

Que le colloque de la revue Anthropologie et Sociétés et les activités de formation pratique ne soient pas affectés par la grève;

Que nos revendications soient:

  • Contre toute hausse de frais de scolarité et de frais afférents;
  • Pour un réinvestissement majeur en éducation;
  • Pour une réduction graduelle des frais, laquelle incluerait les étudiants internationaux et hors-Québec;
  • Pour la gratuité scolaire.

Sources:
Association pour une Solidarité Syndicale Étudiante (ASSÉ). «L’AÉÉA-UL adopte un mandat et déclenche la grève générale illimitée le 18 octobre», 17 octobre 2007, http://www.asse-solidarite.qc.ca/spip.php?article857〈=fr, page consultée le 17 octobre 2007.

Comité de Mobilisation pour la Grève à l’Université Laval (CMGUL). «L’AÉÉA en grève générale illimitée», 17 octobre 2007, http://www.mobilisealaval.org/2007/10/17/laeea-ul-en-greve-generale-illimitee/, page consultée le 17 octobre 2007.

MARCOUX-CHABOT, Moïse. «L’AÉÉA entrera en grève générale illimitée», 17 octobre 2007, http://aeea.anthropologue.net/2007/10/17/laeea-entrera-en-greve-generale-illimitee-des-jeudi-le-18-octobre/, page consultée le 17 octobre 2007.

Posted in Dossier: Mouvement étudiant 2007-2008 | Tagué: , , , , , , , , , , | 16 Comments »

Un autre pas de plus vers la grève générale illimitée !

Posted by L'Agitateur sur 11 octobre, 2007

greve.PNG

C’est au tour de l’Association Facultaire Étudiante de Science Politique et Droit de l’Université du Québec à Montréal (AFESPED-UQÀM) d’adopter un mandat de grève ! Voici le communiqué de l’ASSÉ à ce sujet :

Réuni-e-s en assemblée générale aujourd’hui, 11 octobre, les membres de l’Association facultaire étudiante de science politique et droit de l’Université du Québec à Montréal (AFESPED-UQAM) ont adopté à 60,8 % un mandat en faveur de la grève générale illimitée.

 

La proposition adoptée est la suivante :

 

*Considérant la hausse des frais de scolarité mettant en péril l’accessibilité aux études post-secondaire, Considérant la hausse des frais afférents et le plan de redressement qui va à l’encontre de la mission académique et sociale de l’UQAM,
*Considérant le sous-financement chronique des universités et la crise financière à l’UQAM,

 

Il est proposé :

 

*Que l’AFESPED se dote d’un mandat de grève générale illimitée pour une réduction des frais de scolarité dans une perspective de gratuité scolaire ainsi que pour un réinvestissement massif en éducation
*Que ce mandat soit effectif lorsqu’une assemblée générale de déclenchement de grève, tenue dans les trois jours après l’atteinte du plancher, constatera qu’au moins 7 associations représentant 25 000 membres se soient dotées d’un même mandat.
*Que le mandat de grève générale soit renouvelé le jeudi de chaque semaine
*Que les stages et les cours préparatoires aux stages ne soient pas perturbés lors de la durée de la grève générale illimitée.
*Que les étudiant-e-s internationaux soient considéré-e-s dans nos revendications et lors des négociations.

 

Pour : 329 (60,8 %)
Contre : 193 (35,7 %)
Abstention : 19 (4 %)

 

http://www.asse-solidarite.qc.ca/spip.php?article848〈=fr

Posted in Dossier: Mouvement étudiant 2007-2008 | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Un pas de plus vers la grève générale illimitée !

Posted by L'Agitateur sur 10 octobre, 2007

gratuitescolaire.jpg

Après plusieurs associations étudiantes de certains Cégeps et universités, voici que vient le tour à l’Association Facultaire Étudiante des Langues et Communications (AFELLC) d’obtenir le mandat de grève !

C’est aujourd’hui que s’est tenu le vote de grève, à l’UQÀM, afin de savoir si cette dernière entrerait dans le mouvement étudiant vers la grève générale illimitée. Bien sûr, ce n’était pas qu’uniquement pour la question de grève, mais aussi sur la gratuité scolaire, la lutte étudiante pour la justice sociale sur plusieurs points et autres considérations importantes. Voici une retranscription d’un petit communiqué de l’ASSÉ à ce sujet :

Réuni-e-s en assemblée générale aujourd’hui, les membres de l’Association facultaire étudiante de langues et communication de l’Université du Québec à Montréal (AFELLC-UQAM) ont adopté à 50,3 % un mandat en faveur de la grève générale illimitée.

 

La proposition adoptée est la suivante :

 

*Que l’AFELLC-UQAM se dote d’un mandat de grève générale illimitée ;
*Qu’un plancher de 7 associations et 25 000 étudiants et étudiantes soit établi ;
*Que cette grève soit reconductible à toutes les semaines ;
*Que les cours de stage ou préparatifs aux stages soient maintenus ;
*Que les membres de l’AFELLC s’engagent moralement à donner un nombre d’heures proportionnel au nombre d’heures de cours suivi par semaine au mouvement de grève qui s’organise, au moment du déclenchement de la grève générale illimitée.

 

Que nos revendications soient :

 

*Contre toute hausse de frais de scolarité et de frais afférents pour un réinvestissement majeur en éducation dans une perspective de gratuité scolaire, c’est-à-dire une réduction des frais graduelle.
*Que soient considéré-e-s les étudiants internationaux et étudiantes internationales.

 

Que la grève puisse être déclenchée dans les 3 jours ouvrables suivant l’atteinte du plancher, par une assemblée générale de déclenchement.

 

Pour : 267 (50,3 %)
Contre : 242 (45,6 %)
Abstention : 22 (4,1 %)

 

http://www.asse-solidarite.qc.ca/spip.php?article843〈=fr

Que le combat continu !
En route vers la grève générale illimitée !
L’éducation est un droit !
Gratuité scolaire pour tous et toutes à tous les niveaux !

Posted in Non classé | Tagué: , , , , , , | 28 Comments »

l’UQAM vers la grève générale

Posted by Libertad ! sur 27 septembre, 2007

Voici une nouvelle toute fraîche de l’ASSÉ :

L’AFESH-UQAM adopte un mandat de grève générale illimitée.

Réuni-e-s en assemblée générale aujourd’hui, 27 septembre, les membres de l’Association facultaire étudiante des sciences humaines de l’UQAM (AFESH-UQAM) ont adopté à 62 % un mandat de grève générale illimitée.

La proposition adoptée est la suivante :

Que l’AFESH-UQAM se dote d’un mandat de grève générale illimitée qui sera effectif lorsqu’une assemblée générale de déclenchement de grève constatera au moins 7 associations représentant 25 000 membres se soient dotées d’un même mandat sur la base des conditions d’entrée dans la coalition de l’ASSÉ.

Que les stages et les cours préparatoires aux stages ne soient pas perturbés lors de la durée de la grève générale illimitée.

Pour : 430 (62 %)
Contre : 251 (36 %)
Abstention : 11 (2 %)

Plusieurs associations étudiantes tiendront des consultations sur la grève générale illimitée dans les semaines à venir :

1er au 5 octobre
– Association étudiante du secteur des sciences de l’UQÀM (AESS-UQÀM)

1er octobre
– Association générale étudiante du Cégep du Vieux-Montréal (AGECVM)

3 octobre
– Association générale étudiante d’urbanisme de l’UQÀM (AGEUR-UQAM)

10 octobre
– Association facultaire étudiante de lettres, langues et communications de l’UQÀM (AFELLC-UQAM)
– Association des étudiantes et étudiants en anthropologie de l’Université Laval (AÉÉA-UL)

11 octobre
– Association facultaire étudiante de science politique et droit de l’UQÀM (AFESPED-UQAM)

15 au 18 octobre
– Association étudiante du Cégep de Saint-Laurent (AECSL)

16 octobre
– Association générale étudiante du Cégep de Drummondville (AGECD)
– Société générale des étudiants et étudiantes du Collège de Maisonneuve (SoGÉÉCoM)
– Association étudiante du module de sciences sociales de l’Université du Québec en Outaouais (AEMSS-UQO)

17 octobre
– Association étudiante du Cégep de Sherbrooke (AECS)
– Syndicat étudiant du Cégep de Marie-Victorin (SECMV)
– Association étudiante du module de science politique de l’UQAM (AEMSP-UQAM)

18 octobre
– Association générale étudiant des lettres et sciences humaines de l’Université de Sherbrooke (AGEFLESH)

23 octobre
– Association étudiante du Cégep de Matane (AECM)

Nous tenons à féliciter nos camarades qui vont d’un pas décidé vers la gratuité scolaire à tout les niveaux. Il reste encore beaucoup à faire, mais nous vous appuyons.

Posted in Dossier: Mouvement étudiant 2007-2008 | Tagué: , , , , , | 27 Comments »

Actions étudiantes à Montréal vers la grève générale illimitée

Posted by Hugo Jolly sur 19 septembre, 2007

Montréal, le 18 septembre 2007 – L’Association pour une Solidarité Syndicale Étudiante (ASSÉ) accentue la marche vers la grève pour la gratuité scolaire et organise une seconde semaine d’actions régionales rotatives. La mobilisation étudiante se concentre en effet vers Montréal où des actions auront lieu toute la semaine, dont une manifestation régionale ce mercredi 19 septembre. L’escalade des moyens de pression entamée depuis octobre 2006 nous rapproche de plus en plus d’une lutte directe pour une éducation accessible, gratuite et de qualité.

La semaine d’actions régionales rotatives de Montréal marque un pas de plus dans la construction d’un mouvement de lutte étudiante pour la gratuité scolaire. Suite à la semaine d’actions dans Laval, les Laurentides et Lanaudière, le Conseil Régional de l’ASSÉ à Montréal (CRAM) se mobilise pour une éducation gratuite, publique et de qualité. « Nous allons faire comprendre au gouvernement Charest que le recul ne viendra pas de notre part : un réinvestissement public massif est la seule option acceptable » avertie Jessyka Boulanger, coordonnatrice du CRAM. Les associations étudiantes membres de l’ASSÉ revendiquent aussi une amélioration de la qualité des ressources et services en éducation post-secondaire libre de l’emprise du privé, incluant l’établissement d’un système de garde public adapté à la condition étudiante.

La semaine d’actions régionales rotatives de Montréal montre la détermination des étudiants et étudiantes à s’organiser pour contrer la hausse des frais de scolarité imposée par le gouvernement libéral. Alors que les premiers jours de la semaine sont consacrés à la mobilisation sur les campus, une manifestation régionale aura lieu ce mercredi à 14h30. Des actions symboliques locales marqueront la fin de la semaine pour rappeler au gouvernement libéral que les étudiants et étudiantes sont prêts et prêtes à lutter pour le droit universel à une éducation de qualité. La semaine prochaine sera consacrée aux actions étudiantes dans le Sud-Est ; une manifestation régionale aura lieu à cet effet le 27 septembre prochain à Sherbrooke.

L’irresponsabilité de l’État québécois en matière d’éducation post-secondaire atteint aujourd’hui un seuil inégalé : les étudiants et étudiantes se voient injustement imposer le fardeau du financement d’un système délaissé par les gouvernements successifs. Entre autres, la hausse des frais afférents à l’UQÀM n’est que la pointe de l’iceberg de l’hypocrisie gouvernementale : « Les étudiants et étudiantes se mobilisent pour réaffirmer la nécessaire prise en charge publique des institutions d’enseignement post-secondaire : nous ne paierons pas pour l’irresponsabilité gouvernementale » affirme David Tremblay, porte-parole du Comité de mobilisation de l’UQÀM.

Seule association étudiante nationale comprenant des membres de tous les cycles d’enseignement supérieur confondus, l’ASSÉ regroupe actuellement 40 000 membres dans les cégeps et les universités du Québec. Elle milite depuis sa création pour la gratuité scolaire à tous les niveaux.

Actions à venir au CRAM (du 17 au 21 septembre)

Lundi 17 septembre et mardi 18 septembre

Journées de mobilisation dans les associations étudiantes locales de la région montréalaise.

Mercredi 19 septembre

Manifestation étudiante régionale pour une éducation publique de qualité.

Point de presse à l’angle des rues Berri et Ste-Catherine (coin nord-est, parc Émilie-Gamelin).

– Contact : Jessyka Boulanger, coordonnatrice du CRAM

Jeudi 20 septembre

Actions symboliques dans les associations étudiantes locales

Association générale étudiante de Bois-de-Boulogne (AGEBdeB)
– Contact : Arnaud Theurillat-Cloutier, (514) 332-3000 poste 7580

Comité de mobilisation de l’UQÀM (Mob-UQÀM)
– Contact : David Tremblay, (514) 238-4016

Association générale étudiante du Cégep du Vieux-Montréal (AGECVM)
– Contact : Gabrielle Provost, (514) 982-0496

Société générale des étudiants et étudiantes du Collège de Maisonneuve (SOGÉÉCOM)
– Contact : Stéphanie Thibault, (514) 253-9898

Groupe d’action et de sensibilisation au pouvoir étudiant de McGill
– Contact : (514) 918-8716

Vendredi 21 septembre

Journée de mobilisation dans les associations étudiantes locales de la région montréalaise

– 30 –

Renseignements : Hubert Gendron-Blais, Ssecrétaire aux communications, (514) 835-2444
Porte-parole régionale : Jessyka Boulanger, coordonnatrice du CRAM, (514) 918-8716
Bureau de l’ASSÉ : (514) 390-0110
Site Internet : www.asse-solidarite.qc.ca

Posted in Dossier: Mouvement étudiant 2007-2008 | Tagué: , , , , , , , , , | 54 Comments »

Le dégel proposé par le Parti libéral : état de la situation

Posted by Hugo Jolly sur 7 septembre, 2007

Voici l’édition d’août 2007 du tract de la Confédération des Associations D’Étudiantes et d’Étudiantes de l’Université Laval qui nous a été envoyé par un camarade. La version de novembre 2006 sera disponible sur le Reactionism Watch sous peu puisqu’elle contient d’autres informations dénonceant ce dégel.

Voici les vrais subventions aux riches

Pour tenter de calmer la grogne étudiante, le gouvernement libéral a annoncé une série de mesures qui ont pour but de maintenir l’accessibilité aux études, malgré la hausse. On a, entre autres, annoncé la création d’un régime enregistré d’épargne-études (REÉÉ) et des crédits d’impôts supplémentaires, deux mesures qui profitent clairement aux mieux nantis.

Le Régime enregistré d’épargne-étude

La création des REÉÉ est la principale mesure pour favoriser l’accessibilité à l’éducation dans le plus récent budget libéral. Cette mesure profite principalement aux riches, comme le démontre le graphique ci-dessous.

De plus, il est évident que cette ressource ne sera pas utile aux étudiants qui sont sur le point de fréquenter l’université et qui subiront tout de même les hausses de frais.

 

Source : Accroître l’accès : l’information importe-t-elle?Fondation canadienne des bourses d’études du millénaire, 2006, p.3.

 

Où devrait-on investir ? Dans des mesures palliatives ou dans le réseau universitaire ?

Dans le dernier budget, le gouvernement québécois nous a démontré qu’il préférait investir davantage dans des mesures fiscales que dans le réseau universitaire. Le gouvernement met donc plus de deniers publics dans de vraies « subventions aux riches » que dans l’accessibilité !

En effet, la hausse des frais de scolarité proposée par le Parti libéral rapporterait 285 M$ à l’état au cours des cinq prochaines années, duquel on soustrait automatiquement 25% pour le régime d’Aide financière aux études (AFÉ). Il ne reste déjà plus que 213,75 M$.

Au cours de la même période, le gouvernement consacrera 192 M$ pour le REÉÉ, 156 M$ pour les bonifications à l’AFÉ (incluant le 25% venant des frais de scolarité) et 34 M$ pour diverses mesures fiscales. Au total, il investira donc 382 M$ pour des mesures compensatoires. Le dégel rapportera donc 97 M$ de moins que le coût des mesures pour le compenser !

Il est clair que les sommes consacrées aux REÉÉ et aux mesures fiscales pour faciliter le paiement des frais de scolarité devraient être DIRECTEMENT injectés dans le réseau universitaire.

Source : tous ces chiffres proviennent du budget provincial 2007

 

Ne serait-ce pas plus opportun de retirer le dégel rétroactivement, et donc maintenir l’accessibilité, en investissant directement dans le réseau universitaire ces 382 millions $ ?

 

Le dégel : un choix non rentable

 

La bonification de l’AFÉ

Le réinvestissement dans le régime d’AFÉ n’est pas déplorable, mais il est toutefois nettement insuffisant. Le Conseil supérieur de l’éducation estime à 120 millions $ le réinvestissement annuel nécessaire actuellement pour que le système d’aide financière réponde à son objectif premier, soit beaucoup plus que les bonifications de 31,2 M$ au régime annoncées à la fin du mois de juin 2007. Ce montant est de plus ridiculement bas si on le compare aux 71 millions de dollars que le gouvernement a économisé depuis 2002 en « gelant » les dépenses admises à l’AFÉ.

Les modifications dans l’AFÉ proposées … démystifiées :

Et pourquoi ? Pour un réinvestissement mineur en éducation

On comprend que le dégel Charest rapportera 213,75 M$ sur 5 ans, soit 42,75 M$ par année aux universités. Rappelons que la CREPUQ estime le sous-financement des universités à 400 millions $ par année. Même la dernière année, alors que le dégel sera plus important, le dégel ne règlera à peine que 17,8% du sous-financement.

Qu’est-ce que le dégel ?

Fin juin, le gouvernement Charest a confirmé qu’il irait de l’avant avec son dégel des frais de scolarité proposé à la veille de l’élection.

« Nous ajusterons les droits de scolarité dans le réseau universitaire en les élevant de 50 $ à chaque session (session de 15 crédits) pendant la période 2007-2012. », peut-on lire à la page 30 de la plate-forme du Parti libéral. Après cinq ans, les frais de scolarité auront donc augmenté de 500 $ par année. Ils passeront de 1 668 $ à 2 168 $ en 2012, une hausse de 30%.

Au cours de la même période, on estime que le coût de la vie augmentera de 10 à 12%. Si la formule Charest est appliquée, les frais de scolarité augmenteront donc 3 fois plus vite que l’inflation.

 

Un baccalauréat de 4 ans commencé à la session d’automne 2007, selon la proposition libérale, coûtera donc 1 000 $ de plus qu’aujourd’hui. C’est un endettement supplémentaire qui découragera plusieurs jeunes à entreprendre des études universitaires.


Le gel est une illusion, la facture étudiante augmente depuis 1994

Malgré le gel, la facture refilée aux étudiants n’a cessé d’augmenter depuis 1994. Dû au désengagement des gouvernements québécois successifs, les administrations universitaires ont contourné l’esprit du gel des frais de scolarité en imposant aux étudiants des frais dits « champignons » (les frais technologiques, les frais de gestion, etc.) Entre 1994 et 2007, ces frais accessoires ont augmenté en moyenne de 300 %.

Résultat : la facture étudiante a augmenté en fonction de l’inflation depuis 1994. Contrairement à ce que les Libéraux affirment, les étudiants ont amplement « fait leur part » depuis ce temps.


D’où vient le sous-financement des universités ?

Comme la facture payée par les étudiants a grimpée au rythme de l’inflation depuis 1994, on peut conclure que le sous-financement des universités n’est pas dû au supposé « gel ». Le problème est plutôt le résultat du désengagement des deux paliers gouvernementaux en matière d’éducation postsecondaire depuis le milieu des années 1990. À cette époque, le gouvernement fédéral a coupé dans les transferts fédéraux en éducation postsecondaire. Cette coupure équivaut aujourd’hui à 1,2 milliards $ pour le Québec seulement. Alors qu’il y a maintenant des surplus de 10 milliards $ par année, il devrait maintenant pouvoir retourner une partie de cet argent aux contribuables québécois, en transférant massivement ses surplus accumulés.


De toute façon le « dégel » ne règlera pas le sous-financement

La CRÉPUQ, la Conférence des recteurs et principaux des universités du Québec, évalue le sous-financement du réseau universitaire québécois à 400 millions $ par année. Le dégel proposé par le PLQ ne rapportera en moyenne que 42 millions $ par année d’ici 2012 soit approximativement 1% du budget global du réseau universitaire québécois. Économiquement, le jeu n’en vaut pas la chandelle.

Le prix de l’éducation

Les frais de scolarité bas ne constituent pas une subvention aux riches. Les mieux nantis de notre société contribuent déjà davantage au financement du réseau d’éducation par notre système d’impôt progressif. Maintenant, la question est COMMENT nous voulons que l’éducation universitaire soit financée. Pour maintenir l’accessibilité aux études postsecondaires, nous croyons que ce coût devrait être absorbé dans sa très grande partie par les impôts sur le revenu. C’est encore et toujours la meilleure manière de répartir équitablement le coût du réseau universitaire québécois.

Les frais de scolarité des étudiants étrangers

La facture des étudiants étrangers a dramatiquement augmenté au cours des dernières années passant de 1 668 $ à 11 338 $ entre 1997 et 2006. Il s’agit ici d’une moyenne puisque les étudiants étrangers doivent faire face à des frais de scolarité différenciés. Par le fait même, le coût des études relève de la discipline étudiée.

Comme si cela n’était pas suffisant, la ministre de l’Éducation, Michelle Courchesne, a annoncée que les étudiants étrangers verront eux aussi leur facture augmenter cet automne.

Extrait d’un communiqué émis par la ministre le 27 juin 2007 :

« pour les étudiants étrangers, le gouvernement annonce une augmentation des montant forfaitaires de près de 5%. Cette mesure générera des revenus additionnels de près de 1 M$ au bénéfice des universités. Celles-ci pourront également retirer des sommes additionnelles de 9 M$ en procédant à une augmentation des montants forfaitaires pouvant aller jusqu’à 10%, au gré des universités. Au total, le gouvernement permet donc aux universités de bénéficier de revenus additionnels pouvant atteindre 10 M$. »

Une autre augmentation des frais de scolarité imposée aux étudiants étrangers est inacceptable.

L’éducation postsecondaire et le PLQ

 

L’attitude du gouvernement libéral est proprement scandaleuse. Que penser quand on priorise une hausse massive du coût de l’éducation supérieure sans aucune mention d’un réel investissement public dans le réseau universitaire ?

Source :
CADEUL, Pavillon Maurice-Pollack
Bureau 2265, Université Laval
Téléphone : (418) 656-7931

http://www.cadeul.com

Posted in Dossier: Mouvement étudiant 2007-2008 | Tagué: , , , , | 28 Comments »

Grève étudiante : le compte à rebours est commencé !

Posted by Libertad ! sur 4 septembre, 2007


Voici le dernier communiqué de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ):

Montréal, le 4 septembre 2007 – La lutte pour la gratuité scolaire s’organise autour de l’Association pour une Solidarité Syndicale Étudiante (ASSÉ) qui entame une campagne de grève générale illimitée à l’automne 2007. Devant l’affront de la hausse des frais de scolarité, les associations étudiantes se mobilisent dès la rentrée pour clamer haut et fort que l’éducation est un droit et qu’un droit ne se monnaie pas. Alors que la résistance se met en branle, les assemblées générales sont appelées à se prononcer sur la grève ainsi que sur une proposition d’adhésion à une coalition autour de l’ASSÉ, comme ce fut le cas avec la CASSÉÉ en 2005.

L’arrogance libérale en éducation atteint aujourd’hui un sommet : suite à l’imposition de la hausse des frais de scolarité, le gouvernement tente de détourner l’enjeu du financement public de l’éducation par une compensation minimaliste au programme de prêts et bourses. Les étudiants et étudiantes ne se laisseront pas berner : des actions intensives de mobilisation auront lieu dès la rentrée des universités pour s’opposer à cette mesure qui ne résout en aucun cas le manque criant de financement du réseau post-secondaire. « Cet affront méprisant est un affront de trop ! Le gouvernement trouvera un obstacle à la hauteur de son irresponsabilité : un mouvement de lutte pour une réelle prise en charge collective du financement de l’éducation » avertit Hubert Gendron-Blais, Secrétaire aux communications de l’ASSÉ. L’ASSÉ revendique la gratuité scolaire à tous les niveaux : un véritable projet de société qui s’oppose radicalement à la marchandisation néolibérale de l’éducation. L’association étudiante nationale met aussi de l’avant la nécessité d’une amélioration de la qualité des ressources et services via un réinvestissement public massif hors de l’emprise du privé. En ce sens, l’établissement d’un système de garde public, pour permettre une véritable conciliation étude-famille, est aussi primordial pour les membres de l’association.

Réunies en Congrès en fin de semaine, les associations membres de l’ASSÉ invitent les associations étudiantes qui souhaiteront partir en grève pour la gratuité scolaire à joindre la coalition autour du syndicat étudiant national. En effet, l’ASSÉ ouvre ses structures pour construire un rapport de force effectif face au gouvernement en vue de l’affrontement qui s’annonce à l’automne. « Nous appelons les étudiantes et les étudiants à se rassembler pour former un front de lutte qui viendra redonner à l’éducation publique la place qu’elle mérite en société » affirme Hubert Gendron-Blais. Des assemblées générales se tiendront au cours des prochaines semaines pour se prononcer sur la coalition de grève : le compte à rebours est commencé !

Seule association étudiante nationale comprenant des membres de tous les cycles d’enseignement supérieur confondus, l’ASSÉ regroupe actuellement 40 000 membres dans les cégeps et les universités du Québec. Elle milite depuis sa création pour la gratuité scolaire à tous les niveaux.

– 30 –

Renseignements :
Hubert Gendron-Blais, Secrétaire aux communications (514) 835-2444.
Bureau de l’ASSÉ : (514) 390-0110.
Site Internet : http://www.asse-solidarite.qc.ca

Posted in Dossier: Mouvement étudiant 2007-2008 | Tagué: , , , , | 82 Comments »