Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Posts Tagged ‘Montréal’

l’UQAM vers la grève générale

Posted by Libertad ! sur 27 septembre, 2007

Voici une nouvelle toute fraîche de l’ASSÉ :

L’AFESH-UQAM adopte un mandat de grève générale illimitée.

Réuni-e-s en assemblée générale aujourd’hui, 27 septembre, les membres de l’Association facultaire étudiante des sciences humaines de l’UQAM (AFESH-UQAM) ont adopté à 62 % un mandat de grève générale illimitée.

La proposition adoptée est la suivante :

Que l’AFESH-UQAM se dote d’un mandat de grève générale illimitée qui sera effectif lorsqu’une assemblée générale de déclenchement de grève constatera au moins 7 associations représentant 25 000 membres se soient dotées d’un même mandat sur la base des conditions d’entrée dans la coalition de l’ASSÉ.

Que les stages et les cours préparatoires aux stages ne soient pas perturbés lors de la durée de la grève générale illimitée.

Pour : 430 (62 %)
Contre : 251 (36 %)
Abstention : 11 (2 %)

Plusieurs associations étudiantes tiendront des consultations sur la grève générale illimitée dans les semaines à venir :

1er au 5 octobre
– Association étudiante du secteur des sciences de l’UQÀM (AESS-UQÀM)

1er octobre
– Association générale étudiante du Cégep du Vieux-Montréal (AGECVM)

3 octobre
– Association générale étudiante d’urbanisme de l’UQÀM (AGEUR-UQAM)

10 octobre
– Association facultaire étudiante de lettres, langues et communications de l’UQÀM (AFELLC-UQAM)
– Association des étudiantes et étudiants en anthropologie de l’Université Laval (AÉÉA-UL)

11 octobre
– Association facultaire étudiante de science politique et droit de l’UQÀM (AFESPED-UQAM)

15 au 18 octobre
– Association étudiante du Cégep de Saint-Laurent (AECSL)

16 octobre
– Association générale étudiante du Cégep de Drummondville (AGECD)
– Société générale des étudiants et étudiantes du Collège de Maisonneuve (SoGÉÉCoM)
– Association étudiante du module de sciences sociales de l’Université du Québec en Outaouais (AEMSS-UQO)

17 octobre
– Association étudiante du Cégep de Sherbrooke (AECS)
– Syndicat étudiant du Cégep de Marie-Victorin (SECMV)
– Association étudiante du module de science politique de l’UQAM (AEMSP-UQAM)

18 octobre
– Association générale étudiant des lettres et sciences humaines de l’Université de Sherbrooke (AGEFLESH)

23 octobre
– Association étudiante du Cégep de Matane (AECM)

Nous tenons à féliciter nos camarades qui vont d’un pas décidé vers la gratuité scolaire à tout les niveaux. Il reste encore beaucoup à faire, mais nous vous appuyons.

Publicités

Posted in Dossier: Mouvement étudiant 2007-2008 | Tagué: , , , , , | 27 Comments »

Attaque à la liberté d’expression: la police de Montréal censure

Posted by Olivia sur 23 août, 2007

Une nouvelle est sortie hier (sur le blog du collectif La Nuit, http://voixdefaits.blogspot.com/), selon quoi un texte relatant les 40 meurtres commis par la police de Montréal, a été retiré du CMAQ, après que ce site ait reçu une mise en demeure de la Fraternité des policiers. Ce geste est un carrément de censure ! Il démontre, une fois de plus, que les policiers et policières bénéficient d’un statut d’intouchable dans notre société. Ils et elles sont supposé(e)s être les gardiens de l’ordre. Mais pour qui au juste ? Il ne semble pas y avoir de riches bourgeois au nombre des 40 personnes que la police a assassinée !

Le texte est disponible sur Internet, en tapant «Enquête sur les 40 personnes tuées par la police de Montréal en 20 ans». Diffusez et faites le connaître, c’est une question de justice ! Car, que ce soit en uniforme ou non, un meurtrier…reste un meurtrier !

Posted in Non classé | Tagué: , , , | 20 Comments »

Arsenal-Express: JOURNÉE DE PROTESTATION DU 29 JUIN

Posted by Libertad ! sur 4 juillet, 2007

Des centaines d’actions se sont déroulées sur tout le territoire canadien à l’occasion de la première journée nationale de protestation des peuples autochtones, qui a eu lieu vendredi le 29 juin.

Des Mohawks de Kahnawake ont emprunté le Pont Mercier, qui relie l’île de Montréal à la Rive-Sud, pour y hisser leurs drapeaux.Votée en décembre 2006 lors d’une réunion de l’Assemblée des premières nations (qui regroupe les chefs des conseils de bande mis en place par l’État canadien), la journée « d’actions de perturbation économique » s’est finalement transformée en une journée nationale de protestation aux objectifs plus modestes. Dans bien des cas, les Autochtones ont surtout cherché à sensibiliser la population canadienne à la situation désastreuse qui est la leur, en distribuant des tracts et parfois en ralentissant la circulation sur certaines routes.

Sous l’influence de la propagande raciste, voire haineuse, véhiculée par l’appareil idéologique de la bourgeoisie, l’immense majorité de la population canadienne en est venue à fermer les yeux sur la dure réalité vécue par les peuples autochtones. L’incompréhension est telle que l’athlète d’élite Waneek Horn-Miller, de la nation mohawk, est allée jusqu’à affirmer que si les actions organisées dans la cadre de la journée de protestation – comme la manifestation à laquelle elle a participé à Montréal – pouvaient faire en sorte de sensibiliser ne serait-ce qu’un seul non-autochtone à la réalité des premières nations, cela en valait la peine! C’est dire à quel point les Autochtones ont le sentiment qu’ils et elles devront compter surtout sur leurs propres forces pour gagner le combat…

Encore une fois, il aura suffi qu’un seul pont (le Pont Mercier, à Montréal) soit inaccessible pendant tout juste 45 minutes vendredi midi pour que certaines têtes brûlées, qui l’empruntent à chaque jour sans jamais même prendre conscience du fait qu’elles jouissent ainsi d’un privilège consenti par la nation mohawk, exigent rien de moins que l’intervention de l’armée canadienne « pour en finir une fois pour toutes avec le problème des Indiens » (propos lus dans la « tribune libre » du Journal de Montréal de Pierre-Karl Péladeau).

Le génocide pratiqué par les colonisateurs, la bourgeoisie canadienne et son État, qui fut au cœur de l’ascension du Canada vers les sommets des grandes puissances capitalistes, n’a en effet pas réussi à faire disparaître les peuples autochtones. Non seulement ceux-ci ont-ils survécu, mais leur esprit de résistance et les luttes courageuses qu’ils ont su développer font qu’aujourd’hui, la « question autochtone » s’impose de plus en plus au cœur du débat politique au Canada.

Les peuples autochtones en ont assez de la misère à laquelle le développement du capitalisme au Canada les a confinés. Ils aspirent à un changement fondamental et à la dissolution des vieux rapports de domination qu’on leur a imposés. Ils affirment leurs droits nationaux avec force et souhaitent développer de nouveaux rapports égalitaires avec toutes les autres nations – y compris celles qui cohabitent sur les mêmes territoires qu’eux après s’y être installées de force. Surtout, les Autochtones veulent que ça change, et vite! Tel est le message qui ressort clairement de la journée de protestation du 29 juin.

La bourgeoisie canadienne, dont la puissance est fondée en grande partie sur la spoliation et le génocide des premières nations, n’arrive plus à gérer le « problème autochtone ». Elle est incapable de faire face aux revendications territoriales légitimes qui se sont multipliées au cours des dernières années. En outre, elle n’arrive même plus à exercer le rôle paternaliste de « tuteur » qu’elle s’est attribuée et à donner l’impression qu’elle sait voir au bien-être de ses « pupilles ».

La journée du 29 a fait peur à la bourgeoisie canadienne. Elle a craint que les actions des premières nations affectent ses intérêts économiques. En même temps, elle s’y est préparée, en déployant son appareil de répression. Idéologiquement, elle stigmatise les nations qui ont décidé qu’elles en avaient assez d’attendre et n’hésitent plus à confronter le pouvoir d’État. Sa police et ses tribunaux ciblent les militantes autochtones qui osent défier le statu quo et tentent de créer des liens avec les autres groupes d’opprimées au pays, comme c’est le cas du Mohawk Shawn Brant de Tyendinaga qui fait actuellement l’objet d’un mandat d’arrestation pour « méfait » et « bris de condition » suite à sa participation aux actions menées par la communauté dont il est porte-parole.

Prolétaires de tout le pays, cessons de nous laisser intoxiquer par la propagande bourgeoise! Il ne faut pas craindre la montée des luttes autochtones : au contraire, elle représente une bouffée d’air frais pour l’ensemble des exploitées au Canada. Elle ouvre une immense fenêtre et laisse entrevoir la possibilité de développer un grand mouvement de lutte révolutionnaire de tous et toutes les opprimées, assez fort pour mettre fin au pouvoir de la bourgeoisie canadienne et de son État, elle qui n’a jamais été et sera de moins en moins capable, à l’avenir, de satisfaire les besoins et les aspirations de la majorité de la population qui vit actuellement sous son joug.

Tous et toutes unies contre l’ennemi commun : la bourgeoisie canadienne!
Solidarité avec les peuples autochtones!

——————————————————————————–

En bref
PAULINE MAROIS : À VAINCRE SANS PÉRIL… C’est le cas de le dire, la « victoire » de Pauline Marois, qui vient d’être officiellement couronnée à la chefferie du Parti québécois, constitue un triomphe sans gloire. Comme il fallait s’y attendre, personne n’a osé faire acte de candidature contre celle qui réalise enfin son rêve de devenir la grande impératrice du mouvement souverainiste québécois.

La nouvelle cheffe du PQ a eu droit à une grand-messe typique de ce parti, où le chansonnier Gilles Vigneault est venu entonner l’hymne péquiste traditionnel, « Gens du pays » (adapté pour la circonstance en « Ma chère Pau-lîîîîne… »). Les adversaires d’hier, tel Gilles Duceppe, et les figures de proue du PQ dont Jacques Parizeau en ont profité pour lui prêter allégeance dans un unanimisme plutôt douteux. Cela fait, il reste maintenant à Pauline Marois à mettre en œuvre le « virage » qu’elle souhaite vouloir imprimer au PQ – ce qui pourrait s’avérer chose plus ardue.

Chose certaine, l’espèce d’embellie ayant suivi le putsch que quelques haut gradés péquistes ont concocté à l’endroit d’André Boisclair et l’annonce concomitante du retour de l’ancienne sabreuse du système de santé québécois n’a pas fait long feu. Quelques jours avant la fin de la période de mise en candidature, deux grands sondages sont venus indiquer que dans le cas de nouvelles élections précipitées, le PQ dirigé par Marois obtiendrait un score du même ordre que celui qu’il a réalisé au mois de mars dernier sous la gouverne de Boisclair. En outre, l’appui à la souveraineté du Québec se situe à son plus bas niveau depuis l’époque du rejet de l’accord du Lac Meech en 1990.

Comme nous l’avons souligné dans notre édition du 20 mai dernier (n° 139), le PQ et le mouvement souverainiste sont condamnés à revoir de fond en comble leurs objectifs fondamentaux. L’élection du gouvernement Harper à Ottawa, moins « centralisateur » que le précédent, a changé la donne au Canada : elle force le mouvement souverainiste à mettre à jour le projet d’émancipation de la bourgeoisie nationale québécoise autour duquel il s’est construit depuis la fondation du PQ à la fin des années 1960.

Dans un court texte qu’elle a publié au moment où elle a déposé sa candidature et dont elle n’a eu cesse de répéter les propos depuis deux semaines, Pauline Marois a esquissé les grandes lignes du « tournant » qu’elle souhaite voir le PQ emprunter : report aux calendes grecques de la tenue d’un nouveau référendum sur la souveraineté, abandon du « nationalisme civique » au profit d’un nationalisme franchement identitaire et surtout, remplacement du « modèle social-démocrate » par le discours néo-libéral dominant qui insiste sur « la création de la richesse avant sa répartition » (bref, le discours de « Lucide » Bouchard et ses amis).

Qu’un tel propos soit accueilli chaleureusement par la bourgeoisie, les éditorialistes et les grands bonzes du PQ, cela n’a rien de surprenant. Mais que la « gauche péquiste » avale une telle couleuvre sans broncher, voilà qui en dit long sur la profonde insignifiance des Marc Laviolette de ce monde.

Cette semaine encore, on a pu entendre la « co-porte-parole » de Québec solidaire, Françoise David, saluer le « grand courage » de Pauline Marois, comme si le fait de louanger l’impératrice était désormais un passage obligé – y compris pour ses adversaires. Mais qu’y a-t-il donc de si courageux dans le fait de se présenter à la chefferie d’un parti bourgeois comme celui-là – et trois fois plutôt qu’une dans le cas de Marois? Dans son cas, ce n’est pas de courage, mais d’impudence qu’il faudrait parler!

Le courage, c’est du côté de ceux et celles qui ne manqueront pas de se battre contre les politiques de la bourgeoisie – qu’elles soient l’œuvre du PQ, de l’ADQ ou des libéraux – qu’on le retrouve, et non chez cette bourgeoise finie.

LA VILLE DE MONTRÉAL ANNULE UN FESTIVAL HAÏTIEN. Invoquant des raisons de « sécurité » les autorités municipales ont annulé à 24 heures d’avis la réservation du parc Père-Marquette, où devait avoir lieu samedi soir un grand spectacle de solidarité organisé par des membres de la communauté haïtienne de Montréal.

Alors que l’événement devait attirer quelque 5 000 personnes, la Ville dit avoir craint que l’affluence soit bien supérieure et que cela pose des « problèmes de sécurité ». Étant donné que « des centaines de policiers étaient déjà affectés à la sécurité du Festival de jazz [cet événement annuel pendant lequel une corporation privée s’approprie une bonne partie de l’espace public au centre-ville] et de la Fête du Canada [prévue pour dimanche, et non samedi…] », les autorités municipales ont affirmé ne pas pouvoir assurer la sécurité du festival haïtien.

Le fait que cette décision ait été communiquée seulement la veille aux organisateurs leur a bien sûr causé un tas d’ennuis. Au moins 150 000$ de dépenses avaient déjà été engagées en vue de l’événement, sans compter les promesses faites aux fournisseurs qui devaient offrir différents services sur les lieux (restaurateurs, techniciennes, etc.). En outre, plusieurs Haïtiennes de l’étranger avaient été invitées à venir à Montréal pour y participer.

Le manque de collaboration et la « suspicion » affichées par la Ville à l’endroit de la communauté haïtienne n’ont rien de surprenant quand on sait à quel point les autorités mettent fréquemment des bâtons dans les roues aux groupes de la communauté noire qui cherchent à s’organiser. À une semaine de la « Carifiesta » qui doit avoir lieu dans le centre-ville et au Parc Jean-Drapeau, cela n’augure rien de bon. Année après année, cette grande fête de la communauté noire voit sa marge de manœuvre restreinte; l’événement, qui se déroule sous une surveillance policière qu’on n’oserait pas imaginer s’agissant de la Fête du Canada ou de la Fête nationale du Québec, est souvent l’occasion d’une démonstration de force et de brutalité policières. Question de montrer qui est le « boss » à Montréal…

L’ARMÉE AMÉRICAINE S’INVITE ELLE-MÊME! Le commandant en chef du détachement du Pacifique de l’armée américaine, Timothy Keating, vient de s’engager officiellement à fournir une aide militaire – incluant l’envoi de troupes – au régime réactionnaire de Gloria Arroyo aux Philippines, dans le but exprès de combattre la Nouvelle armée populaire (NPA).

Bien sûr, il n’y a rien de tellement nouveau dans le fait que l’impérialisme US s’ingère dans les affaires des Philippines et soutienne l’un des régimes les plus répressifs de la planète (l’organisation Human Rights Watch, qu’on ne peut certes accuser de sympathie à l’endroit de la guérilla maoïste, vient de publier un nouveau rapport dans lequel elle confirme la disparition de pas moins de 800 opposantes et opposants politiques au cours des six dernières années dans ce pays); mais le fait qu’un aussi haut gradé proclame très ouvertement son intention d’intervenir dans la lutte « anti-insurrectionnelle » en dit long sur l’ampleur de la domination américaine aux Philippines et la soumission absolue de son gouvernement.

Réagissant à cette annonce, le porte-parole du Parti communiste des Philippines, Gregorio Rosal, a appelé l’ensemble des forces patriotiques et le peuple philippin à combattre toute forme d’intervention militaire américaine au pays, ainsi que le régime pantin qui l’accepte. Selon Rosal, « dès que les États-Unis déclencheront une offensive militaire contre la NPA, la présente guerre civile se transformera en guerre de libération nationale… Le peuple philippin fera ce qu’il faut pour que les Philippines s’avèrent un bourbier encore plus profond que celui que les États-Unis ont connu au Vietnam et connaissent en ce moment en Irak. » Contre une telle agression, nul doute que les opposantes à la guerre impérialiste se mobiliseront par milliers à travers le monde, en solidarité avec le peuple philippin.

==> Source (Abonnez-vous au bas)

Posted in Non classé | Tagué: , , , , , , , | 1 Comment »