Reactionism Watch

Centre de Surveillance de la Droite Internationale

Posts Tagged ‘États-Unis’

Neuf ans après le 11-Septembre

Posted by sylvainguillemette sur 14 septembre, 2010

Le temps passe. Neuf ans après les attentats qui endeuillèrent les États-Unis, la lucidité et la ténacité de Thierry Meyssan portent leurs fruits : une large majorité de personnes dans le monde ne croit plus à la version gouvernementale des États-Unis. Ce phénomène s’observe jusqu’aux États-Unis, où un dernier sondage évalue à 74 % le nombre de citoyens pris par le doute. Même les responsables de la commission d’enquête présidentielle admettent ne pas être convaincus par le rapport qu’ils ont signé. Pour l’initiateur opiniâtre de ce débat, le temps n’est plus à discuter de l’impossibilité de la version officielle, il faut maintenant saisir l’ONU et poursuivre les réels coupables.Nous commémorons le neuvième anniversaire des attentats du 11-Septembre qui marquèrent le début d’une guerre que ses promoteurs voulaient sans fin. Après avoir tué près de 3 000 personnes aux États-Unis, les commanditaires des attentats causèrent la mort de plus d’un million de personnes supplémentaires en Afghanistan et en Irak. Leur plan prévoyait de poursuivre ce carnage en détruisant la Syrie et l’Iran, mais ils n’ont pu —pour le moment— mener cette phase à exécution.

À l’occasion de ce triste anniversaire, ceux qui ont rejeté la responsabilité de leur propre crime sur des islamistes avant de ravager le Proche-Orient musulman nous offrent une nouvelle mise en scène. Un faux débat agite les États-Unis à propos de la construction d’un centre culturel musulman à Manhattan, et un autre faux débat accompagne l’autodafé annoncé de Corans. À l’issue de ces provocations, les autorités US ne manqueront pas de nous expliquer qu’elles sont intervenues pour garantir la liberté religieuse dans leur pays, espérant ainsi nous faire oublier que les crimes de masse qu’elles ont commis au Proche-Orient le furent dans une ambiance de croisade contre l’islam.

Elles voudraient aussi nous empêcher de prendre conscience de leur échec à convaincre. Il y a neuf ans, j’étais seul à réfuter les mensonges du 11-Septembre, à dénoncer un coup d’État du complexe militaro-industriel, et à alerter sur les projets bellicistes du nouvel Empire. Malgré les insultes, les menaces et les attaques, j’ai parcouru le monde pour éclairer l’opinion publique internationale et désamorcer l’idéologie de guerre des civilisations. Je n’ai pas pu développer ce travail aux États-Unis, où j’ai été déclaré persona non grata. Cependant, une fois le choc assimilé et le deuil accepté, de courageux États-uniens ont porté le flambeau dans leur propre pays. Chaque année les sondages montrent que 10 % d’Américains supplémentaires doutent de la version établie par la Commission Kean-Hamilton. Aujourd’hui plus de 70 % des États-uniens doutent, y compris MM. Kean et Hamilton, les co-présidents de la commission chargée de graver dans le marbre la version gouvernementale. À ce rythme constant, la totalité de la population US aura rejeté cette version dans trois ans.

Nous sommes désormais une large majorité dans le monde à exiger que toute la lumière soit faite sur ces crimes. Le 11-Septembre ayant été utilisé par les États-Unis et le Royaume-Uni devant l’ONU pour justifier de leur invasion de l’Afghanistan et de l’Irak, cette affaire n’est plus nationale, mais internationale. Le temps est venu pour que l’Assemblée générale des Nations Unies désigne une commission d’enquête, réunisse les éléments déjà connus du public et prépare la mise en accusation des suspects.

Que nous ayons perdu des parents sous les décombres du World Trade Center ou sous ceux des maisons bombardées de Kaboul et de Bagdad, que nous ayons perdu des enfants tués par l’occupant ou tué en occupant le Proche-Orient, nous sommes tous victimes du même système. Nous devons ensemble lutter pour établir toute la vérité et punir les coupables, parce que nous ne parviendrons pas à la paix sans la justice.

Thierry Meyssan

Source

Publicités

Posted in Article | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

Un organisme qui devrait surveiller le gouvernement de Stephen Harper

Posted by sylvainguillemette sur 24 février, 2010

https://i1.wp.com/www.davidmcguinty.com/uploaded/tiny_mce/Image/senate.jpgUn organisme sensé promouvoir la démocratie avec un grand «D», sera dirigé, semble t-il jusqu’ici, par un président dont la démocratie n’est pas de ses soucis. Entre autre, l’homme partisan des conservateurs, un ancien lieutenant québécois au chef de l’Alliance canadienne de l’époque, soit donc la branche extrémiste de cette saveur, aura durant son œuvre, comme se plaît à le dire le chef du Bloc Québécois, contré les dires du Parlement, entre autre sur les mariages gais, sur la peine de mort, etc..

Et nous le savons, ces organismes, prétendus bâtisseurs de démocratie, sont en fait des paravents qui servent aux attaques économiques, aux propagandes capitalistes, au sabotage, et aux Coups d’État orchestrés contre des pays comme le Venezuela, ou Cuba, là où le socialisme fait ses avancées, démocratiquement pourtant. Les États-Unis d’Amérique ont des dizaines de ces organismes, et le Canada de même. D’ailleurs, en ce moment même, Gérard Latulippe, l’homme en question, travaille pour le National Democratic Institute, un organisme états-unien qui donne un appui considérable aux gouvernements du Congo, de l’Irak ou même, de la Géorgie.

Déjà, l’énumération de ces trois pays soulève de vifs questionnements sur les agissements de monsieur Latulippe et de l’organisme pour lequel il travaille, quand on sait que dans ces trois pays, la corruption est de mise, et que Washington soutient ces gouvernements malgré ces faits. L’Irak fut envahi, puis un gouvernement y fut installé de suite, suivi par un travail des nouveaux escadrons de la mort. Le Congo, d’ailleurs, abrite des sociétés minières d’envergure, de provenance canadienne, ou états-unienne. Celles-ci ont maintes fois appuyé, même financé, indirectement et directement, des conflits armés, dont certains étaient menés par des enfants-soldats. La Géorgie a comme président, un homme d’extrême droite, asservi aux États-Unis d’Amérique. Il a d’ailleurs procédé à un accord avec Washington, pour bâtir un bouclier antimissile, aux portes de la Fédération de Russie, cela contrevenant aux accords sur la cessation de la course aux armements entre la Russie et les États-Unis.

«Selon un document secret, obtenu par Radio-Canada, les membres du conseil d’administration, nommés par le gouvernement fédéral, militaient pour un changement de cap de l’organisme, afin qu’il soit plus favorable à Israël.» Et monsieur Latulippe est de cette trempe, plus favorable, lui aussi, à un appui idéologique à l’État d’Israël, pour s’assurer qu’on ne critique pas ses crimes de guerre, ou ses crimes commis à l’endroit de l’humanité, ici des palestiniens ou des libanais on l’occurrence. Rappelons que dans la dernière décennie, Israël avait attaqué le Liban et la Bande de Gaza, y faisant, respectivement, 1100 morts chez les civils, et 1400 morts chez les civils. Elle avait utilisé des Armes de Destruction Massive, dont du phosphore blanc et des armes à sous-munitions.

Droit et Démocratie, comme le nouvel organisme gouvernemental que Stephen Harper voulait créer récemment, au coût de 70 millions annuellement, ne sert en fait qu’à perpétrer les volontés de la bourgeoisie, passant par les États des pays capitalistes. Mais tout de même, monsieur Beauregard, aujourd’hui décédé, avait osé financer des organismes qui osaient eux, critiquer les crimes graves d’Israël. Ce que l’on perçoit aujourd’hui, c’est que Droit et Démocratie mériterait plus lui-même, une observation d’un organisme indépendant, qui n’est pas teinté de l’idéologie vouée, du gouvernement conservateur. D’ailleurs, même ce gouvernement conservateur mériterait également l’observation d’autres organismes, étant donné qu’il brime lui-même la démocratie, en prorogeant le parlement canadien.

Posted in Article | Tagué: , , , , , | 14 Comments »

Crimes répugnants en Afghanistan

Posted by sylvainguillemette sur 24 février, 2010

https://i1.wp.com/olivier.quenechdu.free.fr/spip/local/cache-vignettes/L500xH375/OTAN-NATO-Flag-23053.jpgIl semble qu’en Afghanistan, l’Organisation Terroriste Nord-Américaine, devenue mondiale, ait encore commis des crimes contre l’humanité. Certains diront que ces tirs furent des dommages collatéraux, mais il n’y  pas d’erreur militaire, seulement des choix, et des ordres découlant directement d’officiers, sur et hors le terrain.

Il est certain que l’OTAN savait qu’il y a avait de potentielles victimes civiles au sol, mais elles ont tout de même tiré, jugeant bon de le faire, néanmoins la potentialité des victimes collatérales. Ils ont ainsi tué 27 civils, en bombardant une cible, dont ils savaient près de ces civils. C’est donc un choix, un ordre, qui a pavé la mort de ces individus au sol, tout comme l’ordre fut donné, par des dirigeants rebelles (Il existe plus qu’un groupe se battant contre l’occupation de leur pays en Afghanistan), de faire exploser des charges, malgré la présence de civils.

Justement, si les opposants à l’occupation afghane peuvent se faire accuser de terrorisme parce qu’ils ne tiennent pas compte de la présence de civils près de leurs cibles lors d’attaques, il serait admissible d’en accuser autant les forces occupantes, pour les mêmes actes. Il y a de ces chimères, qui servent de commentaires à nos journalistes de pacotille, comme par exemple, «Tipi Livni, l’ancienne ministre israélienne sous Olmert, défend l’élimination des «terroristes»», alors que madame a fait ses débuts de carrière en posant des bombes dans Gaza.

L’OTAN est donc une organisation terroriste, parce qu’elle use du terrorisme pour arriver à ses fins. C’est indéniable!

Posted in Article | Tagué: , , , , , | 18 Comments »

Des États voyous au-dessus de tout!

Posted by sylvainguillemette sur 18 février, 2010

Le Mossad frappe encore et tue un cadre du Hamas, le parti élu démocratiquement au pouvoir en territoire palestinien.  Dans un palais de Dubaï, Mahmoud al-Mabhouh fut tué d’une décharge électrique à la tête par un commando composé de plus de 17 personnes, dont possiblement, certains palestiniens. Mais le Hamas clame que ces palestiniens sont plus issus d’une source du Fatah, qui tente de créer la bisbille au sein du Hamas.

Peu importe, une fois de plus, l’organisation terroriste israélienne tue, avec certes, un soutien occidental, dont celui possible, de l’Autriche, des États-Unis d’Amérique et d’autres acteurs demeurés incognitos.

Toutefois, cette fois, Interpol et les autorités de Dubaï émettent des cartes rouges, soit des mandats contre des individus, clairement identifiés et dont la rétine fut analysée par des scanners servant à la cause à l’Aéroport de Dubaï.

Israël, cet État voyou, disposant «secrètement» d’armes nucléaires, sans que cela ne fâche la communauté internationale, ne nie pas, mais jure que personne n’a de preuve contre son organisation terroriste.

Je termine la nouvelle en posant simplement la question suivante… Est-ce qu’Israël dispose, comme les États-Unis d’Amérique, de droit divin d’assassiner ses opposants, de posséder des armes nucléaires, d’utiliser des armes de destruction massive (qu’elle doit posséder pour ce!), d’utiliser la torture contre des prisonniers, politiques ou non?



Posted in Article | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 12 Comments »

Propagande populiste et promotion d’une économie inefficace, le capitalisme

Posted by sylvainguillemette sur 17 février, 2010

https://i0.wp.com/mai68.org/tracts/patrons/patrons.bmpHier, à Québec, Lucien Bouchard, cet ancien premier ministre au service de la bourgeoisie, s’en est pris ardemment contre les nouveaux intérêts, volés aux adéquistes, des péquistes. Certainement populistes, les péquistes ont adopté une ligne plus dure sur ce qu’ils nomment, leur identité nationale. Je ne m’y attarderai pas. Je ne voudrais surtout pas perdre de temps à m’embarrasser à discuter de ces sujets sans intérêt pour moi.

Ce que Bouchard passait dans son discours quant aux finances publiques, par contre, m’intéresse d’avantage, vous comprendrez. Celui-ci nous prie d’intervenir auprès des finances publiques, auprès de l’éducation et de la santé, et cela, il faut qu’on s’y attarde. D’abord parce que la position de Bouchard, ce gros paresseux quant à la pratique de la «productivité» qu’il prône, est intenable, autant moralement que dans les faits, et cela est aisément vérifiable.

D’abord, nous ne sommes pas sans savoir que Bouchard prône un capitalisme sauvage et qu’il est cosignataire du manifeste des soit disant lucides –ils se disent lucides-. Il prône ainsi, une privatisation de la santé, une participation plus mince, pour ne pas dire maigre de l’État, dans les affaires publiques, autant économiquement, que socialement, puisque l’un ne va pas sans l’autre.

Nous n’aurons pas besoin de chiffres, ceux-ci parcourent déjà les nombreux blogues et sites officiels gouvernementaux,  sinon toutes et tous savent déjà que les États-Unis d’Amérique, dont se régalent certains fanatiques aveuglés par leur idéologie, et fermant les yeux sur ses dérives criminelles ou ses ratées quant à la pratique du capitalisme, comptent plus de 55 millions (1/6 de la population) de non-couverts médicalement, sinon, plus de 49 millions de mendiants de la fameuse soupe populaire. Ce pays affiche pourtant une privatisation, non totale, mais partielle de sons système de santé, et des services en général. Il a également fait faillite, mais s’est imprimé des milliers de milliards de billets de banque pour palier à celle-ci, en sauvant ses banques et en priant les autres pays capitalistes de ce monde, d’en faire autant. Ce pays a également du faire la guerre à des dizaines de pays pour étaler son Empire, plus loin que ses propres frontières. Ce pays a renversé plus de 45 États pour s’assurer un capitalisme bien étendu, et totalitaire. Ce pays a fait assassiner des centaines d’opposants, tant militaristes que pacifistes, pour faire durer son régime. Cela, en laissant de côté ses moins nantis, ses immigrants, et ceux qui s’opposaient, même démocratiquement, à leur doctrine arbitraire et totalitaire.

André Pratte et Michel C. Auger en rajoutent, disant de Bouchard, de ce prophète apocalyptique, «que les québécois lui font confiance»… Qui s’en surprend? Pratte  est lui-même également, cosignataire du manifeste des soit disant lucides. Et de quels québécois Pratte et Auger parlent t-ils? De ceux qui ont eu pitié de sa souffrante mise à l’épreuve par la  bactérie mangeuse de chair? Ou plus sarcastiquement, des employés d’Olymel, qui l’ont affronté dans le débat qui coûta 47% de leur salaire? Le populisme n’est pas la compréhension de son auditoire.

Rappelez-vous comment Bouchard parlait de la productivité des québécois, la comparant à celle des chinois ou des mexicains, sinon même, de ces états-uniens qui sont laissés pour contre par leur propre État, utile aux seuls intérêts des riches et de la bourgeoisie. Donc, après avoir voulu mondialiser les mauvaises conditions des travailleurs de ces autres pays capitalistes, le voilà qu’il veut mondialiser le capitalisme sauvage, qui ne fonctionne pas dans ces mêmes pays capitalistes.

Ce qu’il faut comprendre, c’est que, les finances publiques, si elles semblent fragiles, elles ne seraient pas mieux sous un capitalisme plus sauvage. Pourquoi? Parce que le capital qui paie ces finances ou ces services, peu importe l’intensité du capitalisme, vient de la même poche! Si ce n’est pas l’État qui paie vos soins de santé, ce sera vous qui les paierez, à plus haut coût, parce que toutes les études le prouvent, le privé, per capita, coûte plus cher que le public, que cet effort collectif qui en vaut la peine. Et c’en sera de même avec les autres services, cela, sans même aborder le fait que de plus, certaines personnes pourraient désormais profiter de vos besoins, autant que de vos maladies, donc de ces besoins essentiels.

Bref, en bout de ligne, même si l’assainissement des finances publiques semble urgente, elle ne vous rendra pas plus riche, vous, qui payez de toute façon, pour ces services qui vous sont chers. Vos soins de santé seront plus coûteux et plus accessibles donc. Ils ne seront pas meilleurs non plus. Vos services en général seront plus coûteux, et profiteront surtout, à ceux et celles qui prônent ouvertement cette voie capitaliste, plus sauvage. Aux bourgeois, qui possèderont ces moyens de production permettant l’offre à votre demande. Ils y exploiteront également, le labeur d’autrui, comme ils le font déjà, dans d’autres domaines.

Les prolétaires se plaignent souvent que les riches ont le pouvoir, et que la politique ne sert que leur intérêt. Ils devraient plutôt se demander, ces salariés, quels sont leurs intérêts, et qui pourraient les servir, mieux qu’eux-mêmes. Les prolétaires doivent s’unir, tant au Québec que partout dans le monde, pour contrer la propagande populiste de ses adversaires de classe, qui n’ont pas les mêmes intérêts.

Mise à part la conscience du prolétariat de son appartenance à cette classe, mise à part sa conscience sur ses intérêts de classe, pour le reste, le temps travaille pour nous.

Posted in Actualité | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 9 Comments »

Barack Obama et sa politique conservatrice en éducation

Posted by jimmystgelais sur 14 mars, 2009

boUne étonnante nouvelle provenant des États-Unis a défilé sur les fils de presse du monde entier. Barack Obama veut imposer à son pays une réforme de l’éducation que l’on pourrait qualifier de conservatrice et de populiste.

 

Une amère déception pour tous les progressistes de la planète.

 

Tout comme la pensée de la politique éducative de son prédécesseur, l’actuel président fleurte avec des mesures inspirées du principe de la carotte et du bâton.

 

Avec G.W.Bush et son programme « No Child Left Behind », on punissait les écoles ne réussissant pas à hausser les « scores » de leurs élèves et l’on récompensait celles y parvenant. Au final, ce programme fut soldé par un constat d’échec avec les révélations de manipulation de chiffres de la part de plusieurs écoles, par l’exclusion des étudiants les moins doués ainsi qu’en raison des récentes statistiques sur la médiocrité académique des jeunes américains dans les principales matières de base.

 

Ici, le nouveau président ne s’attaque pas aux institutions d’enseignement comme le fit son prédécesseur, mais s’en prend directement au personnel enseignant. Méthode différente, mais même logique basée sur l’idéal du « rendement » si prisé par les idéologues de droite américains.

 

En effet, Barack Obama blâme les instituteurs pour les déboires du système éducatif américain. Il envisage de payer au mérite les plus « performants » et de simplement congédier ceux qui ne « livrent pas la marchandise » selon les critères établis par le Département de l’Éducation.

 

Mais une telle mesure ne générerait-elle pas des manœuvres malhonnêtes comparables à celles du No Child Left Behind Act? Et qui déterminerait les évaluations des enseignants? Les écoles? Les élèves? Les parents?

 

Les écoles auront tendance à falsifier les données si elles connaissent une rareté de personnel enseignant; les élèves attribueront de mauvaises évaluations aux professeurs les surchargeant trop de devoirs; les parents jugeront les performances des enseignants en fonction des dires subjectifs de leurs enfants ou des notes biaisées par les écoles; et cela est sans compter les différences socio-économiques d’une région, d’une ville ou d’un quartier envers un autre qui faciliteront ou compliqueront le travail des professeurs. Ainsi, l’instituteur d’une école aisée aura sûrement moins de difficulté à faire apprécier son travail qu’un autre localisé dans un secteur plus problématique au niveau social.

 

Par ailleurs, cette nouvelle initiative ne tient pas compte des complications de la pratique de cette profession. Le métier est ardu et les épuisements professionnels fréquents. Est-il alors opportun d’instaurer un régime répressif dans un domaine qui pousse déjà au bout du rouleau bien des enseignants? Une des conséquences serait sûrement l’accentuation des départs volontaires des professeurs. Qu’on ne vienne alors pas râler lorsque les États-Unis connaitront une pénurie de professionnels de l’enseignement.

 

De plus, ce projet de Barack Obama vient de signer l’arrêt de mort de la lune de miel qu’il entretenait avec le mouvement syndical américain l’ayant pourtant supporté moralement et financièrement durant la campagne présidentielle. En jetant la faute des ratés du système éducatif américain sur les instituteurs du secteur public, Barack Obama ne fait guère mieux que ses prédécesseurs républicains.

 

Incroyable! Ce sont bien les démocrates avec ce président se proclamant l’un des plus progressistes de l’Histoire qui détiennent maintenant les clefs de la Maison Blanche et la majorité au Congrès? On a de la difficulté à le croire.

 

En vérité, le tort ne retombe pas entièrement sur le corps enseignant. Il est trop facile de pointer du doigt un groupe précis en les accablant de toutes les responsabilités.

 

En fait, l’échec revient à toute la société américaine : les parents ont délaissé leurs enfants en s’investissant trop dans leurs occupations professionnelles et dans l’accumulation de biens matériels; le gouvernement n’a pas cherché à établir des programmes de conciliation travail/famille; les entreprises ont négligé leurs employés en les accaparant avec de plus en plus de tâches au détriment de leurs vies familiales au nom de la productivité-à-tout-prix.

 

Cette proposition de Barack Obama nous rappelle que les américains sont, au fond, des conservateurs acharnés dans la sphère sociale nonobstant leurs affiliations au Parti Démocrate ou Républicain.

 

Malgré l’accession de ce nouveau président qui ravivait bien des espoirs, il ne faut pas s’attendre à une transformation profonde de la psyché des États-Unis d’Amérique. L’idéologie fondamentale demeurera semblable et l’avènement de la véritable révolution culturelle américaine semble encore loin dans l’horizon.

 

Homo politicus

 

Posted in Article | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

La Maison-Blanche censure un témoignage sur les changements climatiques

Posted by Hugo Jolly sur 23 octobre, 2007

Julie Gerberding

La Maison-Blanche a substantiellement modifié le témoignage de la directrice des centres de contrôle de la maladie devant le Congrès américain au sujet de l’impact des changements climatiques, en en retirant des références scientifiques aux dangers potentiels pour la santé, affirment deux sources familières avec les documents.

 

La docteure Julie Gerberding, qui dirige les centres de contrôle de la maladie (CDC) à Atlanta, a affirmé dans le cadre d’une audience du Sénat qu’il est à prévoir que les changements climatiques «auront toutes sortes d’impacts sur la santé des Américains».

 

Mais son témoignage s’est limité aux préparatifs des CDC, et comportait peu de détails sur les effets des changements climatiques sur la propagation des maladies. Ce n’est que lorsqu’elle a été interrogée qu’elle a décrit certaines maladies spécifiques susceptibles d’être affectées, sans élaborer.

 

Le témoignage qu’elle a livré au comité du Sénat sur l’environnement et les travaux publics contenait beaucoup moins d’informations sur les dangers pour la santé qu’une version préliminaire, beaucoup plus longue, que la Dre Gerberding avait soumise pour révision à une instance de la Maison-Blanche (l’Office of
Management and Budget, ou OMB), en prévision de son témoignage. Les CDC font partie du département de la Santé et leurs présentations au Congrès sont habituellement révisées par l’OMB.

Le témoignage de la directrice des CDC a été «expurgé», a confié, sous le couvert de l’anonymat, un représentant des CDC qui avait pris connaissance des deux versions.

 

Il n’est pas inhabituel que des témoignages soient altérés dans une révision de la Maison-Blanche, a-t-il ajouté, mais dans ce dernier cas, les modifications étaient particulièrement sévères, selon lui. Le document initial, qui comptait 14 pages, a été ramené à quatre pages.

 

L’OMB n’a pas voulu commenter le témoignage de la Dre Gerberding.

 

Un porte-parole des CDC a tenté de minimiser les changements apportés par la Maison-Blanche, affirmant que la présentation de la spécialiste avait été «très productive» et qu’elle avait abordé les sujets qu’elle voulait pendant son témoignage et lorsqu’elle a été questionnée par les sénateurs.

Source: Associated Press. «La Maison-Blanche censure un témoignage sur les changements climatiques», Cyberpresse.ca, 23 octobre 2007, http://www.cyberpresse.ca/article/20071023/CPENVIRONNEMENT/71023228/1014/CPMONDE.

Posted in Article | Tagué: , , , | 15 Comments »

Blackwater sous enquête pour des massacres commis en Irak

Posted by Hugo Jolly sur 23 octobre, 2007

Blackwater USA

La firme étasunienne Blackwater USA a reçu une mise en demeure affirmant qu’elle était sous enquête pour des crimes de guerre après que 17 civils irakiens aient été tués dans une grêle de balles par des agents de sécurité à Baghdad.

Ces meurtres commis le mois dernier mettent dans l’embarras la firme privée de sécurité dont les employés sont immunisés contre toute forme de poursuite, contrairement aux militaires de professions qui sont assujettis aux courts martiales. C’est le deuxième incident du genre en moins d’un mois, impliquant le contracteur australien Unity Resources Group, cette semaine. Deux femmes Arméniennes chrétiennes ont été abattues après que leur voiture se soit approchée d’un convoi protégé. Leur voiture a été criblée de 40 balles.

Ivana Vuco, l’officière la plus aînée des droits de l’homme de l’ONU en Irak, a parlé hier à propos des fusillades par les gardiens de sécurité privés qui ont provoqués un outrage parmi les Irakiens. «Pour nous, c’est une question de droits humains,» a-t-elle dit. «Nous surveillerons les allégations de massacres par des entrepreneurs et nous regarderons si il y a ou non crimes contre l’humanité ou crimes de guerre qui ont été commis.»

Un Irakien qui a été blessé dans les tirs du 16 septembre, ainsi que les proches de trois personnes tuées dans l’attaque, ont déposé une plainte à Washington hier accusant Blackwater de violer des lois étasuniennes en commettant «des massacres et des crimes de guerres extrajudiciaires.»

L’Irak a dit qu’il y avait plus de 180 compagnies de sécurité – majoritairement des États-Unis et d’Europe – dans le pays. Le pays estime que les entrepreneurs étasuniens sont plus de 100 000. Beaucoup d’Irakiens voient ces firmes comme des armées privées à la gâchette facile, ce qui a créé des tensions dans les relations entre l’Irak et les États-Unis qui ont commandé un rapport complet sur la sécurité.

Les autorités irakiennes ont accusé Blackwater de «meutre délibéré» de civils irakiens en tirant dans un carré de la ville bondé de gens. Elles demandent aussi des millions de dollars en compensation et le retrait de la compagnie du pays d’ici six mois. La firme de sécurité affirme que ses gardes ont retourné les tirs à des cibles menaçantes et ont répondu légalement à une menace contre le convoi qu’ils protégeaient.

Madame Vuco a dit que les lois sur les droits humains s’appliquaient également aux entrepreneurs et aux autres partis dans le conflit. «Nous le rappellerons aux États-Unis dans nos communications. Ceci inclut la responsabilité d’enquêter, de superviser et de poursuivre ceux qui sont accusés de méfaits,» a-t-elle dit au lancement du dernier rapport des droits humains de l’ONU à Baghdad. Ce rapport couvre la période d’avril à juin et décrit la situation des droits humains de «très sinistre».

Said Arikat, le porte-parole de la mission de l’ONU, a recommandé à l’administration Bush de tenir responsable les individus impliqués dans les tirs aveugles; «d’appliquer les règles d’engagement et de les poursuivre». Il a ajouté: «Il ne peut y avoir des éléments escrocs qui sont au-dessus des lois.»

Dans les plus récents tirs, mardi, une conductrice de taxi, Marany Awanees, et son passager avant ont été tués. Unity Resources Group affirme que ses gardes craignaient une attaque suicide et a ouvert le feu seulement après plusieurs avertissements. Les gardes protégeaient des experts en matière de finances travaillant, sous contrat, pour l’Agence étasunienne du développement international.

Les firmes de sécurité privées bénéficient de l’immunité grâce à une loi de 2004 promulgué par l’Autorité provisoire de coalition.

Source: PENKETH, Anne. «Blackwater faces war crimes inquiry after killings in Iraq», The Independent, 23 octobre 2007, http://news.independent.co.uk/world/middle_east/article3052374.ece.

Posted in Non classé | Tagué: , , , , , , , , | 7 Comments »

Condoleezza Rice et la «démocratie»

Posted by Libertad ! sur 13 octobre, 2007

2007-09-19t052435z_01_nootr_rtridsp_2_ofrwr-iran-usa-20070919.jpg

Condoleezza Rice est possiblement l’une des figures américaines les plus détestées de la planète avec Georges W. Bush et Dick Cheney. Elle nous parle sans cesse de «démocratie» et de «liberté». Mais dans quel sens ? Liberté d’exploiter les masses pour les propriétaires ? Démocratie bourgeoise pour les patrons ? Cette dernière dans laquelle les citoyenNEs ont reçoive la liberté de choisir entre des partis politiques qui se ressemblent tous ?

Récemment, elle critiquait durement la Russie et la «concentration du pouvoir dans les mains de Vladimir Poutine». Même si nous pouvons être en accord sur le fait que le gouvernement Poutine va parfois trop loin, elle est très mal placée pour l’accuser. Nous n’aimons nullement Poutine au Reactionism Watch, mais cela ne nous empêche pas de l’appuyer sur ses critiques contre Bush, ou bien quand il refuse l’implantation de bases militaires américaines près du territoire russe.

Le gouvernement, dont elle fait partie, concentre beaucoup les pouvoirs également. Nous pouvons prendre en exemple les pouvoirs spéciaux du président des États-Unis, ainsi que son «droit» de veto. Ceux-ci lui donnent la possibilité de passer outre les projets de lois de l’opposition, majoritaires au congrès. Les Républicains sont loin d’être un modèle de démocratie car ils préfèrent imposer des vetos plutôt que de suivre la volonté de l’opposition majoritaire et de la majorité de la population sur la question irakienne, ou sur la santé par exemple.

Deuxièmement, l’attaque contre l’Irak était illégale et totalement injustifiée. Nul n’a jamais trouvé la moindre trace d’armes de destructions massives (possiblement détruites après la première guerre du Golfe). Même si les États-Unis prétendent avoir donné la «démocratie» aux irakienNEs, la réalité est tout autre. Cette soi-disante «démocratie» ne tient pas debout, et les irakienNEs vivent en ce moment une guerre civile, en plus d’une constante agression de la part de la coalition.

En dernier lieu, cette sorcière appuie les coups d’États anti-démocratiques qui se sont fait en Palestine et au Venezuela. Pour les néo-conservateurs, ce n’est pas compliqué. Selon eux, lorsque la population vote pour le parti conservateur pro-américain, il s’agit là d’un progrès social et du triomphe de la démocratie, mais quand elle vote en faveur d’un parti socialiste qui s’oppose à l’impérialisme militaire, il s’agit là d’une «tragédie» ou d’une élection «truquée et illégitime». Parfois même, ceci est qualifié de « menace socialiste » !

==> En savoir plus

Posted in Article | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 19 Comments »

Image de la semaine

Posted by Libertad ! sur 13 octobre, 2007

us_3latuff.jpg

Posted in Article | Tagué: , , , , , , , , | 1 Comment »